Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de la guerre d’Espagne

 | 
Serge Salaün
, 
Carlos Serrano

B. Italie et Cuba: Deux exemples

La guerre d'Espagne vue de Cuba

Alfred Melon

Texte intégral

1Plus que de la Guerre d'Espagne vue de Cuba, c'est de la Guerre d'Espagne vécue par les Cubains qu'il convient de parler.

2On connaît l'ampleur des manifestations de solidarité internationale à l'égard des républicains espagnols, mais la participation des pays d'Amérique latine est généralement peu étudiée. Attachés à l'Espagne par des affinités historiques, culturelles et affectives, ceux-ci avaient cependant d'autant plus de raisons de se trouver aux côtés du Front Populaire espagnol, que plusieurs d'entre eux se trouvaient être à la même époque impliqués dans des mouvements politico-sociaux dominés par l'aspiration à instaurer localement des formes semblables de pouvoir populaire, voire dans certains cas de pouvoir socialiste. Et la rapidité des réactions et des manifestations de solidarité est du reste bien plus grande dans les pays qui bénéficiaient déjà de structures politiques, syndicales et culturelles, entraînés de ce fait à l'aspiration, à la rhétorique et à la mobilisation révolutionnaires. A côté notamment du Mexique, de l'Argentine, du Chili, mais aussi du Pérou ou du Costa Rica (dont la revue Repertorio americano joue un rôle extrêmement actif dans l'organisation du soutien à l'Espagne), Cuba occupe sur ce plan l'un des tout premiers rangs.

Du sentiment d'une analogie des contextes

3Sa situation d'ensemble l'y préparait. Certes, au début de la décennie, une bonne partie de la bourgeoisie intellectuelle continue d'alimenter son nationalisme et ses interrogations sur l'identité nationale d'une acrimonie persistante, mais anachronique en la forme, contre la tyrannie coloniale ; elle ne sait toujours pas se définir autrement qu'en termes d'opposition belliqueuse à l'Espagne. D'importants secteurs de cette même bourgeoisie cherchent d'ailleurs leurs modèles de rechange aux Etats-Unis. Mais les conditions sont depuis longtemps réunies d'une révision des rapports avec l'Espagne, grâce en particulier à la Revista Bimestre Cubana, à la Revista de Avance, aux travaux de Fernando Ortiz, à la poésie ou aux articles d'un N. Guillén, aux essais d'un Marinello et plus généralement à l'extraordinaire effervescence intellectuelle et politique qui se développe dans les milieux ouvriers, artistiques et estudiantins.

4Sur un plan strictement politique, la création du Parti Communiste en 1925, le développement des organisations et des luttes syndicales, la crise mondiale de 1929 et ses prodromes cubains, la dictature machadienne, l'immixtion impérialiste par ambassadeurs des États-Unis interposés, la répression policière, l'assassinat de syndicalistes ou de leaders communistes (celui notamment de Guiteras), débouchent sur la crise insurrectionnelle et la révolution de 1933 (avortée à cause, entre autres choses, des manoeuvres putchistes - déjà ! - de Batista).

  • 1 Juan Pérez de la Riva, "Para saber con cuânta gente contamos", Cuba internacional, La Havane, janv (...)

5Signalons, par parenthèse, que l'immigration espagnole joue un rôle déterminant dans l'organisation des luttes : s'il faut en croire Juan Pérez de la Riva, entre 1900 et 1929 un million d'Espagnols immigrent à Cuba et viennent s'ajouter à la population de 1 500 000 habitants que comptait l'île en 19001. Ils sont pour la plupart issus d'un prolétariat de Galiciens, d'Asturiens et de Basques, constituant une main-d'œuvre, peu qualifiée à l'origine, de travailleurs agricoles, d'ouvriers et de cheminots, qui apportent avec eux, toujours selon Pérez de le Riva, leurs traditions anarcho-syndicalistes et renforcent à la fois les conditions de la combativité et celles de la solidarité ouvrière avec l'Espagne en guerre.

6Pour en revenir à la situation cubaine immédiatement antérieure à 1936, la crise de 1933 fixe définitivement un rapport des forces où se substitue l'idée de la lutte des classes à celle de la lutte des races ou des nations, où la conscience internationaliste tend à concurrencer, sans les éliminer évidemment, les tendances nationalistes.

  • 2 On peut consulter par exemple, dans le fonds "Tribunal de Urgencia" des Archives de La Havane (dos (...)

7Si bien que lorsqu'éclate la guerre d'Espagne les Cubains ont le sentiment de l'identité des contextes et des enjeux, et ils inclinent à considérer à juste titre le cas espagnol comme la répétition générale de ce qu'ils vivront sans doute bientôt, comme l'occasion de préparer les réponses qu'il leur conviendra alors d'apporter. Déjà le Tribunal de Urgencia (créé en 1935 par Batista) jetait en prison pour subversion communiste les militants des ligues antifascistes et anti-impérialistes2. Si bien qu'il y a dans les esprits continuité entre la participation cubaine à la lutte contre les nationalistes espagnols et les habitudes locales de lutte contre les forces répressives et la bourgeoisie réactionnaire, d'où la rapidité et l'ampleur des mouvements de solidarité.

Des modalités de la solidarité cubaine

La solidarité militaire

  • 3 Publié par l'Instituto de Historia del Movimiento Comunista y de la Revolución Socialista de Cuba, (...)
  • 4 Ramón Nicolau qui était alors secrétaire chargé de l'organisation au Comité Central du P.C.C. et q (...)

8Nous évoquerons d'abord, pour la commodité de l'exposé, la participation militaire des Cubains. Un livre récent, Cuba y la defensa de la República española (1936-1939), publié par l'Institut d'Histoire du Mouvement Communiste et de la Révolution Socialiste de Cuba, sous la direction de Ramón Nicolau González,3 apporte une documentation précise et abondante à ce sujet. A côté des documents publiés en annexe, nous y trouvons les témoignages rédigés de quarante-six survivants, fourmillant d'informations sur les dates et les circonstances de leur propre embarquement, sur leurs origines socio-professionnelles, leurs activités politiques d'avant 1936 et sur les modalités de leur participation à la guerre. Presque tous étaient impliqués dans les luttes contre Machado et Batista et dans l'organisation des grèves insurrectionnelles d'août 1933 et mars 1935. Dans leur quasi totalité ils sont membres du P.C.C., d'où l'inconvénient d'une concordance parfois répétitive de textes rédigés à plus de quarante ans des événements et marqués par une explicable homogénéité d'interprétation.4

9Le livre s'ouvre par une épigraphie empruntée (sans référence) à Fidel Castro :

"Nuestro pueblo envió casi mil combatientes a luchar en España contra el fascismo. Nunca podremos olvidar que allí dieron su vida generosa hombres del calibre y la dimension humana de Pablo de la Torriente Brau. Esta es, a nuestro juicio, una de las más nobles y heroicas contribuciones al movimiento revolucionario mundial de nuestro primer Partido Comunista, inspirador de esta acción solidaria."

10Je n'en retiendrai, pour l'instant, que le rappel du rôle joué par le Parti Communiste Cubain dans le recrutement des volontaires et l'indication approximative du nombre des combattants : un chiffre pas tellement éloigné des résultas auxquels aboutit le recensement nominal publié dans l'ouvrage de R. Nicolau. Il dresse, en effet, en annexe, la liste des sept-cent trente-sept combattants cubains, dont quatre-vingt neuf morts au combat et quarante-quatre morts "après la guerre", on peut supposer que des suites de leurs blessures (p. 293-301). Il précise qu'il n'a pu établir une liste exhaustive, si bien que le nombre réel des brigadistes doit bien approcher le millier. Même comparé à celui des contingents plus nombreux, compte tenu de la modicité relative de la population totale de l'île (qui ne dépassait pas alors 3 millions d'habitants), compte tenu surtout des obstacles opposés par le gouvernement cubain d'alors au recrutement et à l'acheminement des volontaires, il s'agit indiscutablement d'un chiffre considérable et de l'aspect peut-être le plus directement spectaculaire et évidemment le plus héroïque de la participation cubaine à la défense de la République. Il n'est pas, par ailleurs, indifférent qu'aient figuré parmi ces volontaires un grand nombre de cadres d'une armée dont la hiérarchie affichait majoritairement des sympathies nationalistes.

11Les départs de Cuba commencent, quasiment dans la clandestinité, dès la fin de 1936, mais s'organisent surtout en avril 1937. Les volontaires sont acheminés par bateau d'une manière régulière, à un rythme mensuel et voyagent sous des prétextes officiels divers : tourisme, études, etc. Débarqués en France, ils sont accueillis par des responsables du Parti Communiste Français qui se chargent du transfert en Espagne.

12Mais ce qu'il est intéressant de souligner c'est qu'un grand nombre de ces "volontaires de la liberté" sont, au moment de leur engagement, des exilés politiques fuyant les menaces de liquidation physique qui pesaient sur eux à Cuba. Ce sont du reste les premiers à partir au combat. C'est le cas de militants émigrés aux ÉtatsUnis (parmi lesquels Pablo de la Torriente Brau, Norberto Borges Aldama ou encore Juan Magraner Iglesias). C'est aussi, en particulier le cas de nombreux exilés arrivés justement en Espagne au cours du premier semestre de 1936.

13Ces quelques indications sur l'itinéraire politico-social des volontaires et sur les conditions de leur recrutement corroborent en tout cas ce que je disais plus haut des similitudes contextuelles susceptibles de motiver la plus rapide identification des combattants cubains à la cause républicaine. D'ailleurs, R. Nicolau exprime crûment, dans son propre témoignage (p.714), la position des organisations révolutionnaires cubaines, alors engagées dans la préparation d'un mouvement insurrectionnel et désireuses de trouver un entraînement militaire à leurs projets de lutte armée :

  • 5 Cette idée de majorité fait en particulier référence au retrait du Parti Authentique Cubain, de Gr (...)

"Tornado el acuerdo de suspender la labor organizativa con vista a la insurrección, se declararon libres de compromiso en ese sentido las organizaciones participantes en la misma, donde la mayoría de sus componentes5 expresaron su anhelo de acudir en ayuda del pueblo espanol en su guerra de liberación nacional, aceptando el cese de las actividades conspirativas para una insurrección en Cuba, sólo como un aplazamiento de la acción armada que sería imprescindible para conquistar nuestra independencia verdadera y a cuyo fin pondrían a contribución todo el caudal de experiencia que iban a adquirir en la lucha codo a codo con el Ejército Popular en las trincheras de la libertad." (p 9)

  • 6 Fin 1937, loi d'amnistie des prisonniers politiques. Été 1938, légalisation du Parti communiste.

14Ajoutons, pour finir, que les volontaires cubains reviennent massivement à Cuba à partir de 1938, quand la République espagnole décide la dissolution dans les conditions que l'on sait des Brigades Internationales, à un moment où sous la pression des États-Unis le gouvernement cubain décide de changer d'attitude6. Ils s'y associeront aux autres activités de solidarité développées à l'intérieur de l'île depuis le début de la guerre.

Un front culturel. syndical et associatif au service d'une campagne d'information locale et de secours matériels

15Car la participation militaire n'est que l'un des aspects de l'identification du peuple cubain-prolétariat, intellectuels, syndicats, progressistes ou révolutionnairesà l'Espagne loyaliste. Pendant pratiquement les trois années de guerre, s'organisent à Cuba une intense activité d'information, d'explications et de mobilisation populaire, une campagne de secours matériels et une participation active à la représentation politique et culturelle de la cause républicaine dans les pays d'Europe et d'Amérique latine.

16J'emprunte au poète mexicain Vicente Sáenz l'extrait d'un témoignage qui résume et reflète assez bien la diversité et la ferveur des manifestations de solidarité telles qu'elles lui sont apparues lors d'un séjour à La Havane en 1937 :

  • 7 Nuestra España, Paris, 5 XI 37, cité par nous dans "Les poètes cubains devant la guerre civile d'E (...)

"Lo que vi en Valencia y en Barcelona, y en Madrid ; aquellas multitudes llenas de fe y de optimismo ; aquella palpitación de un gran ser colectivo que mira al porvenir y que va con alegría a la lucha, lo estoy viendo también y lo estoy sintiendo en la hermosa y acogedora capital de Cuba. Manifestaciones en favor de España, centros de distintos matices, pero todos antidictatoriales ; profusión de periódicos y de revistas que defienden la causa del gobierno legítimo ; agitación ; otra retaguardia, enfin, como aquélla de las grandes poblaciones de la región espafiola no invadida."7

  • 8 V. Serge Salaün, La poesía de la Guerra de España, Madrid : Editorial Castalia, 1985, 413 p., p. 1 (...)

17Á l'image de se qui se passe dans le monde entier, la presse cubaine manifeste une extraordinaire vitalité8. Ainsi, la revue Mediodía, dirigée par Nicolas Guillén publie, d'abord tous les dix jours, puis à un rythme hebdomadaire - en tout près d'une centaine de numéros consacrés prioritairement à la guerre, jusqu'à décembre 1938-, dans un foisonnement d'articles et de chroniques, une information régulière et détaillée sur les faits de guerre, sur les manifestations locales de solidarité envers l'Espagne, en même temps qu'un nombre important de poèmes antifascistes.

  • 9 Organe du Partido Unión Revolucionaria Comunista, puis du Partido Socialista Popular (P.C.C.). Cré (...)
  • 10 Cf Diccionario de la Literatura Cubana, vol II, La Havane : Ed. Letras Cubanas 1984, p. 664.

18Le quotidien Noticias de Hoy9, créé le 16 mai 1938, consacre ses gros titres autant à des articles sur la guerre d'Espagne qu'à des articles sur les réalités sociales et politiques locales, avec une tendance à mettre logiquement l'accent sur les victoires des républicains. Ainsi, par exemple, la première page du numéro du 18 décembre 1938 annonce des faits de guerre ("Victoria leal en Extremadura", "Las tropas leales victoriosas en un audaz golpe de mano"), l'organisation à l'Université d'un hommage à Pablo de la Torriente Brau, un meeting au stade La Polar autour de Fernando de los Ríos, la nomination d'un nouveau membre du Présidium de l'Association d'aide à l'Espagne10.

  • 11 Alfred Melon "Les poètes cubains devant la guerre civile d'Espagne", Cahiers de l'U.E.R. d'Études (...)

19D'autres numéros célèbrent, en première page également, le succès d'une manifestation populaire ou d'un hommage aux mères espagnoles, l'héroïsme d'un soldat républicain ou d'un soldat cubain, l'efficacité d'une collecte de vivres, etc. L'illustration photographique abondante reproduit l'horreur de scènes de guerre, des images de désolation, des clichés de rassemblements populaires, des portraits de héros (républicains ou volontaires pour la liberté), etc. Ainsi, ce quotidien à diffusion populaire maintient-il une tension et une attention constantes où la connaissance presqu'immédiate de l'événement entretient l'indignation des lecteurs, la combativité ou l'ardeur militante des défenseurs cubains de la République espagnole. De nombreux autres journaux, plus ou moins éphémères, présentent des contenus à peu près similaires. Nous citerons, par exemple, le mensuel Facetas de actualidad española, diffusé par El Diario español del Aire (24 numéros d'avril 37 à avril 39), ou bien l'édition cubaine de Ayuda, publiée dans plusieurs villes d'Amérique latine par la Asociación de Auxilio al Niño del Pueblo Español. Il n'est guère d'écrivains cubains qui n'aient envoyé un article, une chronique, un appel, un poème, à ces publications et j'ai étudié ailleurs11 la surabondante production poétique consacrée à la guerre, à la dénonciation du fascisme, au martyre de F. Garcia Lorca, à l'exemplarité de Pablo de la Torriente Brau, aux mères ou aux enfants espagnols, etc. Mirta Aguirre, Emilio Ballagas, N. Guillén, Manuel Navarro Luna, Fina García Marruz, Regino Pedroso, Gerardo del Valle, et même Emma Pérez Téllez ou Lino Novas Calvo y font paraître leurs poèmes à côté des textes des conférences que Juan Marinello prononce à travers le monde, d'analyses politiques de Raul Roa, Carlos Rafael Rodriguez, Virgilio Piñera ou Félix Pita Rodríguez.

20Je veux souligner par parenthèse que la plupart de ces écrivains, restés fidèles à la Révolution actuelle (à l'exception de E. Pérez Téllez et de Lino Novas Calvo) et que l'on s'étonne aujourd'hui de voir manifester leur solidarité internationaliste envers le Nicaragua ou l'Angola, comme ils l'ont manifestée envers le Vietnam, n'ont donc pas attendu que les nouveaux philosophes et les nouveaux libéraux découvrent les droits de l'homme.

21Évidemment, le combat politique et culturel ne se développe pas en vase clos et s'alimente au contraire d'échanges extrêmement féconds avec les intellectuels d'Amérique et du reste du monde. Les écrivains cubains envoient leurs collaborations à Frente a frente de Mexico, à Servicio español de información de Barcelone ou à Repertorio americano du Costa Rica. Parallèlement, la presse cubaine reçoit, dans des délais généralement brefs, et publie, des poèmes de Vallejo, de Neruda, Octavio Paz, Carrera Andrade, Hemingway, Aragon, A. Machado, Alberti, Raul González Tuñón, Huidobro et de dizaines d'autres.

  • 12 Si fracasa esta tentativa de invasion fascista del Occidente europeo, se salvar á la cultura, la v (...)
  • 13 Le journal Bohemia, dans son édition du 3 oct. 37, annonce "tres formidables películas : "No Pasar (...)

22C'est que le fascisme est vu comme une agression à la culture universelle et que de toute manière la lutte pour la culture apparaît comme indissociable de la lutte universelle pour la liberté et contre la barbarie12. Mus par cette conviction comme par celle du caractère international de la conflagration, portés par la mission prioritaire d'éveiller les consciences, c'est donc un véritable front de guerre, un front révolutionnaire, que s'efforcent d'ouvrir sur le plan culturel les écrivains et les intellectuels cubains. Ces activités, avons-nous dit, ne s'exercent pas uniquement dans la presse, mais dans des meetings où presque toujours sont lus les poèmes de la guerre, dans des récitals (Paul Robeson, Alfonso Pérez, León Felipe), dans des veillées de lecture, dans des "Jornadas del sacrificio", dans des hommages publics aux héros morts (Candón ou Pablo de la Torriente Brau), dans des projections de films anti-fascistes.13 Des orateurs et écrivains de premier plan, comme N. Guillén ou J. Marinello, sillonnent l'Amérique et l'Europe, interviennent dans les Congrès des Intellectuels Anti-fascistes ou des Écrivains et Artistes Révolutionnaires et exposent, avec lyrisme mais avec une remarquable clairvoyance, les homologies contextuelles qu'ils trouvent entre l'Espagne et Cuba ou l'Espagne et tous les peuples opprimés. Nous avons souligné le rôle du mouvement communiste cubain, celui des organisations d'étudiants, du Parti Union Revolucionaria. Mais l'on trouve aussi, sur une affiche appelant à une manifestation à la mémoire du Commandant Policarpo Candón, à côté des représentants d'ex-combattants italiens de la Brigade "Garibaldi", le représentant d'une "Hermandad Gallega", le secrétaire de la Federación de Sociedades Negras", le "Gran Orador de la Gran Logia de la Isla de Cuba". Les organisations syndicales (en particulier celles de l'industrie du tabac), les Maisons de la culture ("Casa de la Cultura y Asistencia Social"), des Comités locaux "No pasarán", des organisations de jeunesse et surtout la "Asociación Nacional de Ayuda al Pueblo Espanol" et ses nombreux comités régionaux, mènent une activité inlassable, non seulement sur le plan de la mobilisation et de l'information, mais encore sur celui de la collecte de vivres destinés aux combattants républicains.

23Une vaste campagne d'aide matérielle organisée au cours du deuxième semestre de 1938 et au début de 1939 par la "Asociación Nacional de Ayuda al Pueblo Español" recueille d'énormes quantités de sucre, de cigarettes et de cigares, mais aussi des vêtements, du café, du lait condensé et des sommes d'argent. Noticias de Hoy recense régulièrement les dons recueillis et en publie le détail.

24Citons, à titre d'information, deux ou trois de ces comptes rendus publiés pour la plupart sous la rubrique "Notas de la Asociación de Ayuda al Pueblo Espafiol".

25Dans Noticias de Hoy du 29 juillet 1938 :

"A continuación ofrecemos una síntesis de la labor realizada por esta institución ejemplar. El 5 de junio de 1937 entregó 968,45 pesos y un valioso cargamento de ropas, juguetes y víveres a los 500 niños evacuados a Morelia, México ; el 31 de agosto giró 1000 pesos al Consejo Nacional de Tutelas de Menores que radica en Paris ; el 10 de diciembre envó 24 000 latas de leche condensada al Consejo Nacional de la Infancia evacuada ; el 17 de febrero de 1938 remitió a este mismo organismo 5579 piezas de vestir y calzar ; el 30 de mayo invirtió la suma de 1900 pesos en fundar la Casa-Escuela "Pueblo de Cuba" (que se inició con 50 niños) y en adquirir un pequeno ómnibus que no solo presta servicio a su Casa-Escuela, sino a todas las residencias escolares establecidas en la famosa playa de Sitges ; y el 14 de julio actual giro 2284,70 pesos para aumentar la colonia a 75 niños y pagar por adelantado sus gastos el 31 de diciembre de este año (Ramón Nicolau, op. cit., p.277).

26Un autre exemple, dans Noticias de Hoy du 15 septembre 1938 :

27El Comité de Ayuda a España ha enviado a Nueva York este cargamento que se compone de lo siguiente :

3.125.440 cigarrillos
95.340 cajetillas
229.333 cigarros puros
4 tercios de tabaco en rama
201 libras de hojas de tabaco
1391/4 libras de picadura
1.375 libras de azucar centrifuga
3.110 libras de azucar blanca
240 latas de leche condensada
12 barras de jabón.

28A la colecta han contribuido cuantos en Cuba sienten como propia la causa de España" (Ramón Nicolau, p. 284 285).

29Inutile d'insister, évidemment, sur ces chiffres dont il incombe à plus compétent que moi d'interpréter les significations économiques. Mais ces exemples de minutie comptable dans l'offrande des ressources nationales mettent en évidence le sérieux, la volonté d'organisation, la place accordée à l'émulation, à l'exemple, aux sentiments et à l'émotion, dans une prise de conscience au quotidien des conditions de la guerre qui finit par abolir la distance. Ces informations sur les collectes vivrières font aussi ressortir et exaltent la participation des villes et des villages de province, énumèrent les dons des Comités de Cayo Hueso et San Lázaro, de ceux de Bejucal, de Ciego de Avila ou de Pueblo Nuevo, de la "Hermandad de los jóvenes cubanos" de Jatibonico, etc.

30La guerre d'Espagne vient donc renforcer les habitudes de mobilisation populaire et l'efficacité organisatrice des structures préexistantes ; elle manifeste la remarquable capacité du peuple cubain à en créer de nouvelles ; elle illustre enfin, s'il en était besoin, que la guerre d'Espagne est déjà la guerre mondiale. Elle signifie, en tout cas, pour Cuba, l'installation locale d'un véritable front culturel, syndical et associatif.

De l'affrontement idéologique avec un adversaire local

31Un front qui stipule aussi la confrontation, l'affrontement, avec un adversaire local, car les sympathisants du camp nationaliste ne restent pas inactifs. Tout d'abord, l'État-major de l'armée cubaine abrite un certain nombre de militaires qui à l'instar de Batista manifestent ouvertement leurs sympathies pour les puissances de l'axe, du moins jusqu'aux palinodies esquissées par Batista en 1937-1938, surtout sur les conseils des États-Unis, mais en grande partie sous la pression du mouvement des masses cubaines.

32Par ailleurs, il existe à Cuba un certain nombre de cercles pro-fascistes où se retrouvent une partie de l'émigration espagnole et les anticommunistes les plus virulents de la bourgeoisie cubaine. Ramón Nicolau évoque, dans son témoignage sur les activités de la Commission de recrutement qu'il dirigeait, cette atmosphère générale :

"Debido a las circunstancias adversas para el movimiento revolucionario cubano que caracterizaron aquel período de nuestro acontecer politico, la Comisión se vio precisada a desarrollar su acción en un ambiente pleno de obstáculos y peligros, acechada por la permanente hostilidad de los círculos pro-fascistas que, protegidos sin ambages por las bayonetas de Batista, gozaban de vía expedite para realizar sus provocaciones" (éd. cit., p.8).

  • 14 Alfred Melon, art. cit.

33Sur ces provocations et sur la bienveillance des autorités gouvernementales ou administratives la presse cubaine fourmille d'informations et de protestations. Je me contenterai d’emprunter - en m'excusant de me citer moi-même et de me répéter - deux ou trois exemples à un article sur "Les poètes cubains devant la Guerre Civile d'Espagne"14,

34Le 25 avril 1937, un numéro de la revue Mediodía signale, dans un entrefilet intitulé "Labor anticubana", la formation à Sagua La Grande par un groupe de fascistes étrangers d'un Comité de soutien aux "hordes fascistes" et l'organisation par eux d'un meeting destiné à recueillir des fonds pour l'aide aux nationalistes.

35Le 24 janvier 1938, la même revue publie un article d'Angel Augier intitulé "Españoles en Cuba" où il se fait l'écho de l'indignation soulevée dans l'opinion cubaine par les mesures prises entre le 17 et le 24 janvier par Batista : fermeture des cercles de républicains espagnols et interdiction des manifestations favorables au gouvernement espagnol, alors que l'activité pro-fasciste n'est pas entravée.

36Le 18 avril de la même année, Joaquin Cardoso, dans "Las actividades fascistas en Cuba", expose comment les mesures édictées par Batista (défense de prendre parti pour l'un ou l'autre des belligérants) ne freinent pas l'activisme des mouvements pro-fascistes, lesquels constituent selon lui une "force latente", occupée avec la complicité objective du gouvernement cubain à s'organiser au grand jour.

37Le 2 décembre 1938, la municipalité de Cârdenas décide de mesures contre le propriétaire d'un cinéma local pour avoir projeté Carmen, un film fasciste, et avoir envoyé des fonds aux nationalistes espagnols.

38La bipolarisation de l'opinion cubaine recrée donc, dans ce contexte général, le schéma d'opposition entre marxistes et anti-marxistes, le discours de justification du fascisme reprenant à Hitler, Mussolini, Franco ou Batista, l'argumentation selon laquelle le communisme est intrinsèquement pervers et générateur de totalitarisme. Forts de cette conviction, les zélateurs de la pensée fasciste s'attachent à instaurer à Cuba cet esprit de croisade au nom des valeurs chrétiennes qui continue jusqu'à ce jour à inspirer les dictatures et leurs agents. Et l'on sait que l'un des aspects de cette croisade consiste à débusquer la menace marxiste derrière chaque grève, derrière la moindre revendication ouvrière ou paysanne, derrière la moindre intention de promouvoir une réforme agraire, derrière la moindre proclamation anti-fasciste ou anti-impérialiste, et à s'atteler à la liquidation physique de ceux qu'on tient pour des subversifs.

39Dans le courant de l'année 37, le journal Bohemia ouvre ses colonnes à une espèce de courrier des lecteurs où ceux-ci sont invités à exposer les raisons de leurs préférences pour l'un ou l'autre des deux camps. Les réponses sont publiées sous la rubrique "Urna de las Simpatías". Il est intéressant de voir comment le discours profranquiste et le discours anticommuniste se confondent dans ces proclamations d'hostilité à la République qui reflètent visiblement l'acclimatation efficace des arguments de la propagande nationaliste.

40J'en cite un extrait :

41"Porque no soy roja :

  1. Porque el gobierno de Azaña no representaba la mayoría del país en una Legislatura en que anuló a las derechas más de cien actas valiéndose de los resortes del Poder. Recuérdese Cáceres, Granada, Cuenca.
  2. Porque un gobierno que ordena el asesinato de los ciudadanos como Calvo Sotelo, no es gobierno : es pandilla de asesinos,
  3. Porque esos asesinos continuaron su obra incendiando iglesias y cerrando los ojos ante los españoles que cada día caían bajo las balas de la U.G.T. y C.N.T.
  4. Porque llevan hasta hoy asesinados a 17 000 religiosos y 200 000 hombres, mujeres y niños por el solo hecho de no ser socialistas ni republicanos.
  5. Porque no he visto aún pueblo alguno abandonado por los rojos bajo el empuje de los nacionales, en el cual no están destruidas las iglesias, quemadas las imágenes, y asesinados todas laspersonas de cierto relieve cultural y social (Baena, Brunete, Ronda, Leganés, Talavera, etc., etc.)
  6. Porque un Gobierno que en noviembre pide ayuda y recibe en el solar hispano 80 000 rusos de la bárbara y atrasada Rusia, ni es español, ni es europeo siquiera.
  7. Porque he podido comprobar que todos los crímenes y depredaciones que cometen los rojos los atribuyen anticipadamente a los nacionales, para enemistarlos con el mundo, valiéndose de una bien cuidada propaganda.
  8. Porque todos los pueblos y ciudades que van abandonando los marxistas, los destruyen antes con dinamita, llevándose mujeres y niños [....]
  9. Y porque una cosa es la barbarie, el crimen organizado, el robo legal, y otra la España Nacional, Católica, Imperial e Inmortal15

42D'autres textes déversent jusqu'à la caricature des flots de vitupérations haineuses où il n'est question que de "horda[s] de imbéciles y estúpidos que llevan el asqueroso nombre de comunistas" ou de "bárbaros comunistas" et autres injures de même eau.

43On ne peut pas toujours établir que toutes ces lettres soient écrites par des Cubains, mais certaines d'entre elles le précisent. Ce qui importe, bien entendu, c'est de voir quels parallélismes s'instaurent à Cuba en écho à une situation espagnole sur laquelle circulait donc une information massive.

44L'amalgame systématique entre communisme et anti-fascisme reflète peutêtre en partie l'hégémonie effective du mouvement communiste cubain dans les activités de solidarité avec l'Espagne. Il reproduit les schémas simplificateurs de la propagande fasciste européenne et montre aussi comment le discours bipolarisateur local tend à masquer la diversité des composantes sociales et politiques de résistance au fascisme.

45Il s'agit en tout cas d'un niveau d'analyse dont nous savons assez qu'il continue, encore aujourd'hui, de tenir lieu de pensée politique à de nombreux dirigeants libéraux occidentaux et à plus d'un dictateur latino-américain. Ce qui nous fonde à souligner les potentialités d'actualisation - du moins pour l'Amérique latine - des enseignements de la Guerre d'Espagne et m'incite, en guise de conclusion, à proposer à la réflexion la lecture qu'en fait l'Institut d'Histoire du Mouvement Ouvrier Communiste et de la Révolution Socialiste de Cuba :

"Al aplicar firmemente el principio del internacionalismo proletario en la ayuda a otros pueblos que luchan por la libertad, se defiende al mismo tiempo la libertad y los intereses de la propia nación." (R. Nicolau, p.5)

46Et, plus loin, à propos des "traditions de solidarité internationale" renforcées par la Guerre d'Espagne :

"[...] tradiciones que, en las condiciones de la Cuba socialista de hoy, se agigantan extraordinariamente, llevando el aliento y apoyo decididos de nuestro pueblo a Vietnam, Angola, Etiopía, Nicaragua, El Salvador y otros países de Asia, Africa y América latina." (ibid., p.6)

47C'est dire que, vue de Cuba, la Guerre d'Espagne apparaît comme une guerre révolutionnaire, comme l'apprentissage de la révolution internationaliste, "prophétisée" du reste par Nicolás Guillén dans "La Voz esperanzada", le poème final de España, Poema en cuatro angustias y una esperanza (1937) :

  • 16 Nicolás Guillén, Nueva Antología Mayor, La Havane : Edit. Letras Cubanas, 1979 p.92-93.

Con vosotros, brazos conquistadores
oyer, y hoy ímpetu para desbaratar fronteras;
manos para agarrar estrellas resplandecientes y remotas,
para rasgar cielos estremecidos y profundos;
para unir en un mazo las islas del Mar del Sury las Islas del Mar Caribe;
para mezclar en una sola pasta hirviente la roca y el agua de todos los
océanos;
para pasear en alto, dorada por el sol de todos los amaneceres;
para pasear en alto, alimentada por el sol de todos los meridianos;
para pasear en alto, goteando sangre del ecuador y de los polos;
para pasear en alto como una lengua que no calla, que nunca callará,
para pasear en alto la bárbara, severa, roja, inmisericorde, calurosa, tempestuosa, ruidosa,
para pasear en alto la llama niveladora y segadora de la Revolución!16

Notes

1 Juan Pérez de la Riva, "Para saber con cuânta gente contamos", Cuba internacional, La Havane, janv. 1969, p. 20.

2 On peut consulter par exemple, dans le fonds "Tribunal de Urgencia" des Archives de La Havane (dossier 2427, liasse 75, doc.39, du 07-02-35, n°211, les notes d'accusation concernant Juan Marinello, Joaquin Cardoso et Regino Pedroso. Nicolás Guillén sera poursuivi en sept. 1936, avec les autres membres du conseil de direction de la revue, en qualité de directeur de Mediodía.

3 Publié par l'Instituto de Historia del Movimiento Comunista y de la Revolución Socialista de Cuba, annexe du Comité Central del P.C.C., sous la direction de Ramón Nicolau, La Havane, Editora política, 1981. [Ouvrage collectif rédigé sous la direction de Ramón Nicolau, par Maria Luisa Lafita Juan, Marcelino Arozarena, Erasmo Dumpierre, Astrid Barnet Rodriguez, Aleida Monal et Ana Nunez Machin]. Pour plus de commodité et bien qu'il s'agisse d'un ouvrage collectif, nous le désignerons sous le nom de Ramón Nicolau.

4 Ramón Nicolau qui était alors secrétaire chargé de l'organisation au Comité Central du P.C.C. et qui avait participé activement à la préparation de la grève générale d'août 33, est responsable en 1936 de la Commission de Recrutement des Volontaires Internationaux de la Liberté, jusqu'à son propre départ pour la guerre en déc. 1937.

5 Cette idée de majorité fait en particulier référence au retrait du Parti Authentique Cubain, de Grau San Martín.

6 Fin 1937, loi d'amnistie des prisonniers politiques. Été 1938, légalisation du Parti communiste.

7 Nuestra España, Paris, 5 XI 37, cité par nous dans "Les poètes cubains devant la guerre civile d'Espagne", art. cit.

8 V. Serge Salaün, La poesía de la Guerra de España, Madrid : Editorial Castalia, 1985, 413 p., p. 19-21.

9 Organe du Partido Unión Revolucionaria Comunista, puis du Partido Socialista Popular (P.C.C.). Créé le 16 mai 1938.

10 Cf Diccionario de la Literatura Cubana, vol II, La Havane : Ed. Letras Cubanas 1984, p. 664.

11 Alfred Melon "Les poètes cubains devant la guerre civile d'Espagne", Cahiers de l'U.E.R. d'Études Ibériques, n°2, Université de Paris III, 1979, p.66-107.

12 Si fracasa esta tentativa de invasion fascista del Occidente europeo, se salvar á la cultura, la vida espiritual, y con ella el destino del hombre", écrit l'Équatorien Jorge Carrera Andrade (España, Luz del mundo", Nuestra España, Paris, 18 avril 1937.

13 Le journal Bohemia, dans son édition du 3 oct. 37, annonce "tres formidables películas : "No Pasarán", "Corazón de España" y "La Tierra española" mais n'en indique pas l'auteur ou les auteurs.

14 Alfred Melon, art. cit.

15 Bohemia, n°40, 3 oct. 1937, p. 77 et suiv. Cité par nous dans "Les poètes cubains...", art. Cit., p.79-80.

16 Nicolás Guillén, Nueva Antología Mayor, La Havane : Edit. Letras Cubanas, 1979 p.92-93.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540