Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de la guerre d’Espagne

 | 
Serge Salaün
, 
Carlos Serrano

B. Italie et Cuba: Deux exemples

Le P.S.I. et la guerre d’Espagne

Aldo Agosti

Note de l’auteur

Cette communication résume les résultats des travaux qui ont été publiés récemment en Italie sur l'histoire du P.S.I. entre les deux guerres, et s'appuie notamment sur l'étude de Leonardo Rapone, "Il Partito socialista italiano fra Pietro Nenni e Angelo Tasca", in L'Internazionale Operaia e Socialista fra le due guerre, a cura di E. Collotti, Fondazione Feltrinelli, "Annali", XXIII, (1983/1984), Feltrinelli, Milan, 1985.

Texte intégral

1L'importance de la guerre civile d'Espagne pour l'antifascisme italien dans son ensemble est un fait si souvent et universellement reconnu qu'il risque de devenir un lieu commun historiographique. Les mots célèbres de carlo rosselli, "oggi in Spagna, domani in Italia", résumaient avec efficacité la signification principale de cette importance. Tout de même, si l'on s'arrête simplement à cette consigne, on finit par ne pas rendre dans toute sa richesse l'impact que les événements espagnols, au moins dès octobre 1934, eurent pour les partis et les mouvements de la gauche italienne aussi bien en exil que dans la clandestinité. Il ne s'agit pas seulement d'un grand espoir collectif qui trouve enfin le moyen de s'exprimer sur le terrain de la lutte ouverte, ni tout simplement d'une manifestation nouvelle d'une tradition internationaliste bien enracinée dans le mouvement ouvrier italien. Il y a d'autres côtés qui devraient être explorés plus au fond : à savoir la réflexion sur, et l'interprétation de la révolution et de la guerre d'Espagne par l'antifascisme italien et la façon dont cet effort d'analyse s'entrelace avec les perspectives de la révolution italienne et les rapports entre les partis et les mouvements de la gauche antifasciste. Quant au premier point, on sait bien que l'article de Togliatti de novembre 1936, Sulle particolarità della rivoluzione spagnola, a constitué un point de référence fondamental pour le modèle de démocratie nouvelle que le parti communiste italien allait assumer au lendemain de la guerre ; tandis que la publication intégrale des rapports espagnols de Togliatti au Komintern, et notamment de ses critiques très sévères aux limites de la démocratie sous le régime républicain, nous ont permis d'esquisser avec beaucoup plus de précision les traits essentiels de cette conception de la démocratie comme contrôle des masses. Mais c'est sur le deuxième point que ma communication voudrait s'arrêter un instant, en analysant brièvement l'attitude du parti socialiste italien face à la guerre et à la révolution et les retentissements que ces événements causent en son sein et dans ses rapports avec les communistes.

2Dès le 17 juillet 1936, au moment où se manifeste la sédition de l'armée contre le gouvernement du Front Populaire, l'intérêt du P.S.I. pour l'Espagne devient l'axe de sa politique internationale. L'attention même que le parti réserve dès lors à la vie politique française se concentre bien plus sur les choix de Blum en politique extérieure que sur les problèmes internes de son gouvernement. Nenni demande et obtient d'être envoyé en Espagne comme représentant de l'I.O.S. et il y arrive dès le 4 août. Dans le mouvement général de solidarité avec la République espagnole qui entraîne l'antifascisme italien tout entier, le problème se pose immédiatement d'une participation de volontaires italiens à la guerre. L'idée séduisait Nenni, dont la formation politique et culturelle puisait beaucoup de ses traits dans les traditions internationalistes et insurrectionnelles du Risorgimento. La lutte se déroulant en Espagne avait néanmoins des caractères nouveaux, qui émouvaient et fascinaient en même temps les socialistes italiens. Dans ce pays, la réaction conservatrice ne bâtissait pas sa fortune, comme en Italie et en Allemagne, sur la décomposition politique des forces de la gauche : elle se levait en armes, au contraire, contre un mouvement ouvrier et démocratique victorieux et au pouvoir, et se heurtait tout de suite à une mobilisation populaire qui, dans les premières semaines de lutte s'engageait non pas simplement dans la défense de l'ordre républicain, mais dans une oeuvre de conquête et de transformation. Cette situation exerce sur les antifascistes italiens une attirance extraordinaire. Plusieurs militants se trouvant en Espagne au moment du coup de Franco participent dès le début au combat : parmi eux, Fernando De Rosa, socialiste, qui devait tomber le 19 septembre à la tête du bataillon "Octubre". Carlo Rosselli, le premier, envisage la constitution d'une unité militaire autonome d'émigrés : sa colonne italienne est formée en août et se situe politiquement dans la sphère d'influence du syndicalisme anarchiste. Le P.S.I., comme le P.C.I. d'ailleurs, suit d'abord les directives des partis du Front Populaire français, qui déconseille l'envoi de volontaires, soit par crainte que cela ne puisse pousser d'autres forces à intervenir aux côtés de Franco, soit qu'il considère que la République compte sur un nombre suffisant d'hommes et qu'elle a davantage besoin de matériels et de techniciens. Les socialistes italiens, comme les communistes, commencent tout de suite à recueillir des fonds et des produits pharmaceutiques et envoient en Espagne des techniciens et des experts en questions militaires. Mais, dès la mi septembre, l'espoir d'un étouffement rapide de la sédition s'étant évanoui, et l'engagement des puissances fascistes ayant révélé tout son poids militaire, leur attitude ne peut que changer. L'impulsion pour un recrutement massif d'un volontariat international était venue d'abord du Komintern et des partis communistes. A la fin d'octobre, un bataillon italien, le bataillon "Garibaldi", est enfin organisé : il est composé en grande partie de militants communistes. Le P.S.I, qui a décidé, dès le 10 octobre, d'envoyer des volontaires, et qui, une semaine plus tard, a organisé les premiers départs, avec l'objectif de constituer une "centurie" "De Rosa", ressent avec quelque embarras le dynamisme accru de l'action communiste et le caractère autonome qu'elle paraît assumer. A la fin du mois, néanmoins, communistes, socialistes et républicains concluent un accord pour la formation d'une légion italienne soutenue par l'engagement politique commun des trois partis : en fait, cette légion va s'identifier avec le bataillon "Garibaldi", auquel les socialistes et les républicains apportent une contribution importante. Les militants socialistes engagés en Espagne sont plus d'une centaine : dans l'ensemble, malgré la prépondérance numérique des communistes (1800 combattants) le volontariat italien en Espagne est marqué au début par une forte caractérisation unitaire. La poussée unitaire entraîne aussi le mouvement de G.L., qui continue cependant à garder son autonomie sur le terrain militaire. Certes, les désaccords politiques ne manquent pas : ils concernent des problèmes immédiats et des questions de perspective. Mais, en général, les socialistes italiens ne semblent pas impatients d'approfondir les uns et les autres. Si l'on passe en revue les articles de Nenni, par exemple, on est frappé par la prédominance du ton unitaire, qui insiste avant tout sur la nécessité de discipliner l'élan révolutionnaire pour gagner la guerre. Ce sont plutôt les militants qui se battent dans la clandestinité en Italie qui remarquent qu'il faut établir un lien dialectique entre lutte armée contre le fascisme et conquêtes sociales. C'est la thèse soutenue par Rodolfo Morandi dans un pamphlet illégal rédigé dans les derniers mois de 1936 :

"Le peuple espagnol ne se défend pas seulement du fascisme, mais en même temps entame la nouvelle réalisation socialiste. [...] Tandis que l'on repousse pied à pied l'offensive armée de la grande bourgeoisie, on pose les bases de l'avènement prochain du socialisme espagnol."

3En tout cas, dans les premiers mois de guerre, bien plus que l'analyse de la nature de la révolution espagnole et de ses objectifs, c'est la dimension internationale du conflit qui attire l'attention du P.S.I. La politique de non intervention soulève en général des critiques acharnées. Il n'y a que Modigliani, obstinément fidèle au vieux pacifisme de la Deuxième Internationale, qui montre à son égard une certaine compréhension. Même un vieux réformiste comme Rugginenti qui, pendant le séjour de Nenni en Espagne, détient la responsabilité de la direction effective du parti, dénonce avec une âpreté qui ne lui est pas habituelle la "lâcheté", la "veulerie" et la "capitulation" des démocraties face à la lutte mortelle que l'on mène en Espagne. En effet, la guerre d'Espagne est l'occasion, du moins pour la majorité du P.S.I., de réviser jusqu'au bout les jugements traditionnels sur la question de la guerre. La conviction se fait jour que la résistance au fascisme doit se pourvoir des instruments adéquats, et les "hymnes à la paix" n'accomplissent plus cette tâche.

"On dira que cela comporte des risques de guerre - remarque Nenni. Mais, dans ce cas, ce sont des risques que le prolétariat doit affronter avec fermeté et sérénité, d'autant plus qu'il est très probable que le plus grand risque de guerre soit représenté par les capitulations successives des démocraties face aux fascismes."

4En reprenant ainsi une appréciation qu'ils ont exprimée au moment de la guerre d'Ethiopie, les socialistes italiens nient qu'une attitude plus conciliante à l'égard des fascismes puisse circonscrire à une dimension locale les conflits que ceux-ci soulèvent. Ni la guerre coloniale italienne, ni la conspiration internationale contre la République espagnole, en effet, ne peuvent être considérées comme des épisodes locaux : elles sont, au contraire, les premières réalisations d'un projet impérialiste de grande envergure. De cette façon, on critique à la racine la philosophie de l'appeasement qui régit la politique étrangère anglaise et qui conditionne lourdement l'attitude du gouvernement français de Front Populaire. A l'égard de celui-ci, toutefois, la critique du P.S.I. n'est qu'indirecte. Nenni, et avec lui tout le groupe dirigeant, jugent en effet qu'il est essentiel de ne pas briser la solidarité du socialisme international autour de l'expérience de Blum : la responsabilité de sa conduite dans la question espagnole est attribuée aux conditionnements qu'il subit de la part des secteurs modérés du Front Populaire et de la diplomatie anglaise. La critique particulière adressée au gouvernement français concerne tout au plus la faiblesse de ses perspectives générales de politique extérieure qui s'attache encore à l'espoir de bâtir en Europe un équilibre de paix sans exclure en principe les deux dictatures de la communauté internationale.

5La clef de voûte pour mettre fin à la politique de non intervention réside, selon le P.S.I., moins dans la dénonciation unilatérale des accords par la France, demandée par les communistes, que dans le développement d'un mouvement d'opinion publique international, capable de pousser les démocraties occidentales à établir avec l'U.R.S.S. une action commune de soutien au gouvernement espagnol républicain. L'action de Nenni est décisive pour orienter la position de l'I.O.S. dans ce sens.

6Le P.S.I. et la social-démocratie autrichienne sont les seuls partis de l'I.O.S. à engager leurs cadres dans la conduite politique et militaire de la guerre espagnole. La disparité énorme entre la participation de l'I.O.S. et celle du Komintern à la lutte de l'Espagne républicaine a, entre autres, pour conséquence de renforcer considérablement, au sein du Front Populaire, le prestige et l'autorité du Parti Communiste Espagnol, qui, au début de la guerre civile, était encore une entité politique de dimensions réduites. Cela fait naître des problèmes politiques très délicats entre les différentes composantes de la coalition républicaine. L'Espagne devient ainsi la pierre de touche de la validité de la politique des fronts populaires, non seulement de son efficacité dans la lutte contre le fascisme, mais aussi de la tenue des rapports unitaires entre les forces populaires. La dynamique interne du Front Populaire espagnol va ainsi assumer une valeur d'indication plus générale, surtout pour les forces antifascistes italiennes, dont l'implication étroite dans les événements d'Espagne rend inévitable que ceux-ci se reflètent dans leurs débats. Pour le P.S.I. en particulier, la question espagnole, dès la mi-37, devient un des points cardinaux de référence dans la lutte politique entre les différentes tendances.

7Étant donné ses étroits rapports avec le gouvernement républicain et le groupe dirigeant du P.S.O.E., Nenni demeure le plus intéressé par les problèmes politiques du Front Populaire et du socialisme espagnol. Bien que dans les premières semaines de guerre il soit sensible à la fascination du mouvement spontané du peuple et de la croissance impétueuse par le bas du processus révolutionnaire, il ne tarde pas à reconnaître la validité de la consigne "primero, ganar la guerra". Au blâme des "improvisations révolutionnaires et des initiatives locales et individuelles" il donne un motif avant tout pragmatique, en constatant qu'elles risquent d'éloigner de la communauté républicaine les couches sociales moyennes, dont le concours est au contraire indispensable pour la réalisation du plus large front antifasciste. Nenni n'hésite pas, même, à accuser de provocation et de trahison les forces extrémistes et, après la révolte de Barcelone, tout en reconnaissant les excès de la répression, considère que la situation n'admet pas de jugements nuancés ou de réserves mentales, mais oblige au contraire à un choix net.

"Oui, je le sais, tout est loin d'être parfait. Oui, je le sais, il y a aussi des erreurs, et l'on doit essayer, en agissant sur les partis et sur les hommes, de corriger les erreurs... Mais la révolution espagnole, qui est notre révolution, exige que l'on se constitue en ligue de défense, non pas en tribunal. Nous acceptons la révolution espagnole telle qu'elle est, avec ses héroïsmes sublimes et ses erreurs inévitables."

8Il se montre plus perplexe envers la substitution du gouvernement Largo Caballero par le gouvernement Negrín : Nenni est lié à Largo Caballero par des rapports personnels, tandis qu'il n'oublie pas l'hostilité de Prieto et de Negrín envers l'unité d'action, lorsque le problème s'était posé pour la première fois en 1934 ; mais au moment où Largo Caballero, exclu du gouvernement, prend une position de rupture et se rapproche des anarchistes, Nenni sépare nettement ses responsabilités et s'aligne encore une fois sur les expressions institutionnelles du champ républicain. L'exigence d'assurer le plus haut degré possible d'unité entre les forces populaires le pousse tout de même à se prodiguer en faveur de la reconstitution de l'unité du socialisme espagnol et, d'autre part, à contribuer activement à la rédaction du pacte d'unité d'action avec le P.C.E., qui est signé en août 1937. L'expérience espagnole renforce en lui la conviction de la nécessité absolue de l'unité prolétarienne dans la lutte contre le fascisme. En même temps, bien qu'il perçoive l'attitude de plusieurs partis socialistes à l'égard de la guerre espagnole comme un signe de décadence du mouvement dans son ensemble, il veut fermement sauver l'identité idéologique et organisatrice du socialisme et ne partage pas les projets de réaliser l'unité organique à court terme.

9C'est sur cette ligne que Nenni parvient encore à réaliser l'unité de la grande majorité du parti au congrès de juin 1937, repoussant les attaques de la droite de Faravelli et Modigliani, et arrivant à un compromis avec le centre de Tasca et Saragat. Les positions de ce dernier montrent à quel point l'attitude des différents courants politiques continuent de trouver dans la question espagnole le critère de vérification le plus important :

"Il faut se mettre bien dans la tête - écrit Saragat-, tant que les communistes pourront répondre aux plus ardentes professions de liberté, que, sans eux le Madrid républicain n'existerait plus, nous ne pourrons en toute honnêteté que nous taire.

10Cela n'empêche pas que, dès la mi-37, le temps de la mobilisation unitaire, fervente et passionnée laisse progressivement place à des tensions et des inquiétudes de plus en plus fortes. Il s'agit de désaccords qui ne peuvent être ramenés qu'indirectement aux contrastes qui agitent les partis du Front Populaire espagnol. Certes, on ne peut pas ignorer l'influence sur les socialistes italiens de ces secteurs de la coalition républicaine qui, ayant perdu confiance dans la perspective d'une internationalisation réelle du conflit, jugent que la continuation de la guerre est devenue un poids insoutenable et poursuivent un compromis avec l'adversaire nationaliste, ce qui les pousse à isoler, dans le parti communiste, la seule force politique décidée à mener une lutte intransigeante, à outrance. Mais c'est surtout une forme d'anticommunisme nouveau qui se fait jour, et qui est objectivement alimentée par certains comportements des communistes. Encore plus que la répression dure, parfois brutale, contre l'extrême gauche, c'est une certaine nature sectaire que l'on dénonce, s'exprimant soit dans la recherche de voies détournées pour étendre son influence politique - du noyautage des appareils existants à la création de véritables structures parallèles, d'une sorte d'"État dans l'État", selon une formule qui est commune à Nenni et à Largo Caballero - soit dans une obsession inquisitoriale et une violence discriminatoire qui fait des victimes aussi parmi les socialistes.

11On peut alors comprendre comment l'expérience espagnole, dans ses reflets sur le monde de l'émigration socialiste italienne, mais dans quelque mesure aussi sur les forces qui travaillent clandestinement dans le pays, devient le terrain d'incubation d'un sentiment sourdement anticommuniste. La guerre d'Espagne ne représente plus la preuve tangible et indiscutable de la valeur d'une politique antifasciste unitaire : elle devient, au contraire, bien plus que les lointains mystérieux procès de Moscou, la source principale où l'on puise des arguments pour contester les liens unitaires entre P.S.I. et P.C.I.. Ce n'est pas un hasard si, au congrès de juin 1937, les délégués qui arrivent d'Espagne ne joignent pas leur voix à la majorité qui décide, non sans hésitation, d'étendre et de renforcer les rapports avec le P.C.

12Il faut souligner qu'il s'agit d'une attitude qui concerne beaucoup moins la critique d'une doctrine ou d'une ligne politique que l'intolérance due à un substrat caractériel, presque biologique que l'on attribue aux communistes.

13En demandant une révision profonde de la ligne politique unitaire du P.S.I., les volontaires socialistes des Brigades Internationales internés dans les camps de concentration français invoquent comme motif "la différence entre la mentalité communiste et la socialiste", et en viennent à déclarer que "la mentalité communiste, dégénérant de plus en plus vers une forme délictueuse de jésuitisme fasciste, ne peut absolument se concilier avec la mentalité socialiste".

14Il est rare de trouver une expérience collective de lutte qui, autant que la guerre d'Espagne, ait laissé dans la mémoire des protagonistes l'ayant vécue du même côté des traces si violemment opposées : d'un côté l'image, exaltante même dans la défaite, d'une épopée antifasciste, d'une large mobilisation internationaliste de forces politiques et intellectuelles ; de l'autre côté une mémoire venimeuse et partisane, continuation directe des polémiques politiques entre les républicains pendant la guerre. Cette mémoire représente pour les historiens une source insidieuse et contradictoire ; car, si l'amertume et l'esprit récriminateur ou, selon le cas, apologétique, qui inspirent ces textes incitent à les évaluer avec beaucoup de prudence, les sentiments avec lesquels les protagonistes battus sortent de ces vicissitudes, les enseignements politiques qu'ils en tirent, les impressions qu'ils ramènent, font eux aussi partie à juste titre de la réalité de la guerre d'Espagne.

Auteur

Université de Turin

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540