Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de la guerre d’Espagne

 | 
Serge Salaün
, 
Carlos Serrano

A. En France

1936. Les intérets Français en Espagne

Jean-Marc Delaunay

Texte intégral

  • 1 Jean-Marc Delaunay, Des Palais en Espagne. L'École des Hautes Études Hispaniques et la Casa de Vel (...)

1Á l'évidence, le déclenchement de la guerre civile espagnole, avec son cortège de menaces sur les biens nationaux et étrangers, permettrait aux historiens d'établir un bilan relativement exhaustif de la présence française au sud des Pyrénées. C'est un travail long et je ne prétends nullement l'avoir mené ici. Cette communication n'est qu'une esquisse, qui m'a été suggérée par les recherches que j'ai menées, dans le cadre d'une thèse (tardive) de 3e cycle1.

  • 2 Idem, vol. 3 : ch. 8, p. 608-638 (période 1936-1937) et 654-698 (1939-1943). Ce travail est en cou (...)
  • 3 J.M. Borrás Llop, Francia ante la guerra civil española. Burguesía, interés nacional e interés de (...)
  • 4 Le thème en serait grosso modo : les intérêts français en Espagne, de la Seconde République à la f (...)

2Celle-ci m'a permis de faire le point, quant à l'impact de la guerre sur le réseau culturel2. Par contre, les intérêts économiques, à travers l'étude de nombreux fonds d'archives et de publications d'entreprises, devraient faire l'objet d'une étude beaucoup plus approfondie, que José María Borrás Llop a partiellement ébauchée dans son livre relatif aux réactions des milieux d'affaires français, de plus en plus favorables aux insurgés nationalistes3. Je ne puis qu'exhorter un jeune chercheur à se lancer dans cette recherche4

Un réseau diplomatique et culturel dans la tourmente

  • 5 Ainsi, pour la Casa de Velázquez, les dirigeants - Francois Dumas et Maurice Legendre - étaient re (...)
  • 6 Comme au temps de la monarchie, les ambassades et légations fixaient leur résidence à Saint Sébast (...)
  • 7 Archives Ambassade de France (A.A.F.) - Madrid : carton 568 doc. cités par J.-M. Delaunay ouv. cit (...)

3En juillet 1936, les vacances scolaires et universitaires ont provoqué une relative désertion des lieux d'enseignement et de recherche que la République Française entretenait en Espagne. Le pronunciamiento surprit les membres de ces institutions, soit en France, soit - dispersés - dans le pays même5. Les premiers jours fixèrent aux deux Espagnes des limites, dont les intérêts français eurent à pâtir inéluctablement, tandis que les premières évacuations vers le nord des Pyrénées étaient effectuées par les autorités consulaires, dirigées par une ambassade vite réfugiée dans les Basses Pyrénées6. C'est de bien loin que Jean Herbette tenta donc d'assurer la sauvegarde des intérêts matériels de la République : "L'État français possède, à Madrid, des richesses considérables..."7. Quelle était, alors, l'ampleur de ces biens, au sein desquels il fallait distinguer édifices diplomatiques et immeubles culturels ?

  • Ambassade, rue Salustiano de Olazaga, 9.
  • Consulat, rue Ramón de la Cruz, 28.
  • St Louis-des-Français, Église et collège : rue Tres Cruces, 6.
  • St Louis-des-Français, Hôpital : rue Claudio Coello, 92.
  • Institut Français, rue du Marquis de la Ensenada, 10.
  • Lycée Français, idem, 8 et 12.
  • Casa de Velázquez, La Moncloa. Cité Universitaire.
  • Dix logements de fonction, dispersés en ville.
  • Un garde-meubles.

4En réalité, certains édifices - La Casa et les logements - ne jouissaient nullement du privilège d'exterritorialité.

  • 8 Annuaire diplomatique et consulaire 1937 M. Affaires Étrangères - Paris, p. 54-57 ; cf. aussi cart (...)

5Ailleurs, les biens français officiels se réduisaient à peu de choses. Les bâtiments des consulats étaient souvent en location. Souvent, les agents consulaires accrédités utilisaient une partie de leurs bureaux professionnels. Le réseau consulaire peut être ainsi résumé8 :

  1. Circonscription de Madrid :
    • consulat à Madrid,
    • agences consulaires à Daimiel (Ciudad Real), Salamanque et Valladolid.
  2. Circonscription de Barcelone :
    • consulat général à Barcelone,
    • agences consulaires à Gérone, Huesca, Jaca-Canfranc, Lerida, Mataró, Palamos, Port-Bou, Puigcerda, Saragosse, Tarragone et Val d'Aran.
  3. Circonscription de Bilbao :
    • consulat à Bilbao,
    • agences à Gijon-Oviedo, Santander et Santoña (Santander).
  4. Circonscription de La Corogne :
    • consulat à La Corogne,
    • agences consulaires à Corcubion, Le Ferrol, León, LugoMonforte, Orense, St Jacques de Compostelle, Vigo, Villagarcia et Vivero.
  5. Circonscription de Las Palmas :
    • consulat à Las Palmas,
    • agences consulaires à Arrecife, Santa Cruz de la Palma et Santa Cruz de Ténériffe.
  6. Circonscription de Malaga :
    • consulat à Malaga,
    • agences consulaires à Almeria, Grenade et Linares-Jaén.
  7. Circonscription de Palma de Majorque :
    • consulat à Palma,
    • agences consulaires à Alcudia, Ciudadela, Ibiza et Port Mahon.
  8. Circonscription de Saint Sébastien :
    • consulat général à Saint Sébastien,
    • agences consulaires à Burgos, Irún, Logroño, Pampelune et Vitoria.
  9. Circonscription de Séville :
    • consulat à Séville,
    • agences consulaires à Algesiras, Badajoz, Cadix, Cordoue, Huelva, Jerez de la Frontera, Peñarroya, et Puerto de Santa María.
  10. Circonscription de Valence :
    • consulat à Valence,
    • agences consulaires à Alicante, Benicarlo, Carthagène, Castellon de la Plana, Denia, Gandia, Murcie, Torrevieja et Vinaroz.
  11. Circonscription de Tétouan9 :
    • consulat général à Tétouan,
    • vice-consulat à Larache et Melilla,
    • agence consulaire à Ceuta.

6Soit onze circonscriptions, avec trois consulats généraux, huit consulats, deux vice-consulats et soixante agences consulaires. C'est dans ce cadre, rapidement brisé par les opérations militaires que les informations, relatives aux intérêts français, devaient être recueillies et transmises à l'ambassade de France installée au nord de la Bidassoa.

7Au crépuscule de 1936, trois circonscriptions étaient totalement entre les mains des rebelles : les Canaries et le Maroc, mais aussi la Galice. Par contre, aucune unité consulaire n'apparaissait entièrement tenue par les forces légales. La protection des hommes et des biens n'en fut rendue que plus difficile, tandis que les forces de Franco après s'être emparé d'Irun, tentaient d'enlever, à l'automne, la capitale elle-même, d'où le gouvernement s'était retiré pour s'installer à Valence. La France du Front Populaire, empêtrée dans la non-intervention, ne reconnaissait que le pouvoir légal.

  • 10 Il restait encore près d'un million de francs, pour solder la construction de l'édifice, qui avait (...)
  • 11 Seconde quinzaine de novembre : J.-M. Delaunay, ouv. cité, tome 3, p. 632.

8L'offensive sur Madrid provoqua, en novembre, la destruction de la Casa Velazquez, que les troupes du Caudillo fortifièrent sous les bombardements des défenseurs de la ville. A peine achevé10, le Palais français de la Moncloa subissait la plus cruelle des rigueurs : la destruction et le pillage. D'autres édifices furent aussi touchés par l'aviation germano-italienne, engagée aux côtés des rebelles : l'ambassade, l'église et le collège de St Louis, ainsi que le Lycée Français11.

  • 12 Décédé en octobre 1931, P. Paris avait aussi créé l'École des Hautes Etudes Hispaniques (1909), pl (...)

9La situation était sombre. Il était impossible, sauf en Catalogne, de continuer quelque activité que ce fût. L'Institut Français de Madrid et son annexe, le Centre Hispano-Français de Saragosse, situés dans des zones adverses, avaient dû fermer leurs portes. L'unique lycée français d'Espagne, qui comptait près de neuf cents élèves en juin 1936, avait été converti en refuge pour les Français, en instance de départ, et pour quelques Espagnols privilégiés. De même, le collège français de Valence devint un centre de rassemblement. Furent aussi fermés les établissements scolaires, dépendant du Comité des Écoles Franco-Espagnoles, qui avait succédé, en 1932, à l'Office des Écoles Françaises et Espagnoles, fondé, en 1917, à l'instigation de l'archéologue Pierre Paris12.

  • 13 J.-M. Delaunay, série d'articles dans Les Mélanges de la Casa de Velázquez (1981 à 1983), sur les (...)
  • 14 Un chartreux francais tué a Montalegre (Barcelone) en août 1936 ; un frère de l'Instruction Chréti (...)

10A Barcelone, l'Institut Français put reprendre ses cours à l'automne, mais les écoles demeurèrent closes, les enfants des colonies françaises ayant été très vite rapatriés au-delà des Pyrénées. Les établissements fondés par des religieux ou religieuses françaises, exilés ou non, depuis la fin du 19e et le début du 20e, étaient dirigés par des Espagnols, dans la quasi-totalité des cas13. Mais certaines congrégations avaient maintenu des cadres étrangers, surtout Français, qui souffrirent des événements, en zone républicaine surtout14.

  • 15 Les écoles des Pères Maristes, à Madrid, Barcelone et Malgrat (Barcelone) fermèrent dès 1936. Cell (...)

11Les retours furent cependant nombreux, grâce à l'activité des cadres consulaires. Là encore, les écoles fermées, réquisitionnées et parfois, endommagées, ne furent pas rares15. Déjà en voie d'hispanisation accélérée, le vaste réseau des établissements confessionnels français d'Espagne vivait, en cette année 1936, ses derniers instants.

Une présence économique menacée

  • 16 Par exemple, l'Union des Français à l'Étranger, fondée en 1927 : cf. son Annuaire 1937... Estimés (...)
  • 17 Ces chambres étaient implantées depuis la fin du 19e (Barcelone 1883, Valence 1885 et Madrid 1894) (...)

12En France, aux entités déjà existantes16, vint se joindre un Comité privé d'Assistance aux Français rapatriés, créé en septembre, au moment même où un Groupement des Intérêts Français en Espagne s'établissait dans les locaux d'une maison de courtage en métaux précieux, 2 rue de Châteaudun. Plus de 300 sociétés étaient inscrites dans les Chambres de Commerce françaises établies à Barcelone, Valence, Madrid et Saint Sébastien17. Face à quelques grandes compagnies, un nombre important de petites et moyennes entreprises risquait la disparition pure et simple, faute d'approvisionnements et de débouchés.

  • 18 Ainsi les principaux constructeurs automobiles français (Peugeot, Citroën, Renault)... Seule, la S (...)
  • 19 En juillet 1937, la minoterie Ratié de Villaseca de la Sagra, à l'est de Tolède, fut bombardée par (...)
  • 20 Mines de cuivre de San Platon (province de Huelva) ou d’etain de Silleda (province de Pontevedra : (...)
  • 21 Société Francaise des Pyrites de Huelva, documentation diverse 1936-1937 : les exportations vers l (...)

13Les maisons n'ayant que des points de vente souffrirent moins - bien évidemment - que les producteurs18. Si les destructions furent rares durant les opérations, elles restèrent une menace réelle, en cas de proximité de front19. D'autres entreprises, faute de cadres (rapatriés) et de ressources financières ou de fournitures (bloquées), durent suspendre leurs activités20. Les installations situées en territoire rebelle se virent contraintes de travailler selon les indications des nouvelles autorités : l'usine Michelin de Lasarte, près de Saint Sébastien, dut fabriquer des pneumatiques pour l'arrnée franquiste, tandis que la Société Française des Pyrites de Huelva réorientait ses exportations vers l'Allemagne, au détriment de la France21. Il était vital pour Franco d'assurer des exportations génératrices de devises.

  • 22 AN - Paris, Série 65 AQ (Association des Porteurs Français de Valeurs Mobiliaires Etrangères), car (...)
  • 23 Idem, AGO du 24 avril 1941 (exercice 1937-1938. Charbons : 602.000 t. en 1935 397.000 t. en 1936 ; (...)
  • 24 La Généralité de Catalogne avait adopté divers textes en ce sens (décret du 17 octobre 1936).
  • 25 J.M. Borrás Llop, ouv. cité, p. 101-193.
  • 26 Idem, p. 363-371 : le mouvement s'amplifia durant les deux années suivantes. La dernière Chambre d (...)
  • 27 Sur ces mouvements, AMAE - Paris, Europe 1930-1940, Espagne, vol. 261 : Français en Espagne, janvi (...)

14Le "fleuron" de la présence économique française au sud des Pyrénées -Peñarroya- fut littéralement "écartelé" par les événements militaires. Les installations de Madrid (administration), de Puertollano (charbons-schistes) et de Carthagène (fonderie) étaient en zone gouvernementale, tandis que les mines principales de Peñarroya et de Pueblonuevo el Terrible se situaient en zone nationale. Les informations étaient fragmentaires. Aucun travail comptable n'était possible ; de nombreux employés espagnols avaient été mobilisés22… Certains sites, détériorés, furent abandonnés. D'autres, en cours d'installation ou de modernisation attendraient la fin de la guerre... Les niveaux de production en souffrirent immanquablement23. Mais la législation de la zone nationale apparut plus favorable au maintien des intérêts patronaux que celle du camp gouvernemental, d'où les exportations étaient rigoureusement entravées, alors que les décrets de collectivisation ou de contrôle ouvrier avaient, dès 1936, frappé les esprits au-delà des frontières24 : la presse économique français cria vite à la "terreur rouge"25. La Chambre de Commerce de Marseille, dès le 20 octobre, se prononça en faveur de l'établissement de relations commerciales avec la zone nationale26. Franco serait le garant de l'ordre propice à la reprise des affaires. On n'oubliait pas, dans les milieux patronaux français, les mouvements de grève qui avaient affecté de nombreuses entreprises françaises d'Espagne, durant le printemps, peu avant l'éclatement de la guerre civile27.

1936, une rupture ?

  • 28 L'OBIP, créé par un décret du 24 juillet 1917, dépendait du Quai d'Orsay. Non classé, le fonds n'e (...)

15La prolongation de la guerre civile poussa le gouvernement français à "réanimer", par un décret du 30 septembre 1937, l'Office des Biens et Intérêts Privés (O.B.I.P.)28.

16Les dossiers d'indemnisation affluèrent. D'autres destructions eurent lieu, après 1936 : l'école française de Malaga, par exemple, avait gravement souffert lors de la prise de la ville par les franquistes, en février 1937. L'Institut Français de Barcelone avait dû finalement arrêter ses activités, durant l'été 1938. De nombreuses installations de la zone républicaine avaient été réquisitionnées - telle la fonderie Santa Lucia de Peñarroya, à Carthagène - ou collectivisées - telle la Société Aluminio Hispano-Suiza, de San Feliu de Llobregat (Barcelone) - ce qui ne pouvait qu'accroître l'hostilité des milieux d'affaire, désormais remplis de l'espoir d'une défaite rapide des "rouges".

  • 29 J.-M. Delaunay, Des Palais en Espagne..., tome 3, p. 653-658 et 718 (notes).
  • 30 J.-M. Delaunay, "L'Espagne, un champ ouvert. Rivalités et illusions culturelles en peninsule ibéri (...)
  • 31 J-M Delaunay, Des Palais en Espagne..., tome 4. La reconstitution dura quatre ans (1954-1958).

17Lors des négociations Bérard-Jordana, en février 1939, la question de l'indemnité des Français d'Espagne fut évoquée, mais elle se heurta à une fin de non-recevoir29. La guerre civile avait modifié les rapports de force : les Allemands étaient devenus tout-puissants. Leur présence économique se doubla vite d'une présence culturelle à Madrid, que les Anglais tentèrent de contrecarrer en194030. Quant au réseau culturel français, il reprit ses activités en 1939-1940. Laborieusement, certes, mais non sans succès. La Casa de Velázquez se réinstalla, à Madrid, en centre ville... dans l'attente de la reconstitution du palais de la Moncloa, qui n'intervint que dans les années cinquante, sans que les Espagnols n'accordassent une seule peseta31… Le collège français de Barcelone devint un lycée dès 1943...

  • 32 On trouve ces chiffres peu fiables dans AMAE-Paris, Europe 1944-1949, Espagne vol. 82 et 83. Une é (...)

18Mais les intérêts économiques français en Espagne furent plus durablement affectés. Prévues dès 1935, les négociations relatives au rachat des valeurs ferroviaires espagnoles aux mains des Français furent lentes, après la nationalisation du réseau par Franco en 1941. Estimés à 10 milliards de francs en 1939 - selon un rapport diplomatique de juin 1945 - ou à 20 milliards - selon un autre rapport de décembre 194632 ! - elles avaient manifestement souffert, mais bien davantage de la défaite française de 1940 que de la guerre civile espagnole. Seule ouverture géographique "sérieuse" pour le régime de Vichy, l'Espagne franquiste avait été l'objet de l'attention culturelle - sans gros moyens - de la diplomatie française. 1936 a été un choc pour les intérêts français en Espagne mais pas nécessairement une rupture. Les réseaux culturels et économiques furent ébranlés mais leur "renaissance", sous la férule franquiste, permit de vérifier l'adage, selon lequel la cordiale méfiance n'est jamais un obstacle aux relations de voisinage, puisque la philanthropie n'appartient pas au monde des relations internationales.

Notes

1 Jean-Marc Delaunay, Des Palais en Espagne. L'École des Hautes Études Hispaniques et la Casa de Velázquez au cœur des relations franco-espagnoles du XXe siècle 1909-1979, thèse de 3e Cycle. Université de Paris I, 1987, 5 vol., 1426 p.

2 Idem, vol. 3 : ch. 8, p. 608-638 (période 1936-1937) et 654-698 (1939-1943). Ce travail est en cours de publication à Madrid (Casa de Velázquez). Il devrait être disponible, fin 1988 ou début 1989.

3 J.M. Borrás Llop, Francia ante la guerra civil española. Burguesía, interés nacional e interés de clase. Madrid 1981, 414 p. L'ouvrage de David Wingeate Pike, Les Français et la guerre d'Espagne 1936-1939 (Paris, 1975, 467 p.) est exclusivement politique.

4 Le thème en serait grosso modo : les intérêts français en Espagne, de la Seconde République à la fin de la Guerre Mondiale (1935-1945)...

5 Ainsi, pour la Casa de Velázquez, les dirigeants - Francois Dumas et Maurice Legendre - étaient rentrés en France. Pierre Vilar, ancien membre, historien, était dans les Hurdes et Georges Loukhomsky, architecte, à Grenade. Jean Sermet, géographe, Paul Mérimée hispaniste, et André Comte, architecte se trouvaient encore à Madrid...

6 Comme au temps de la monarchie, les ambassades et légations fixaient leur résidence à Saint Sébastien, durant la "saison chaude"... L'ambassade de France se réfugia très vite à St Jean de Luz, puis à Ciboure.

7 Archives Ambassade de France (A.A.F.) - Madrid : carton 568 doc. cités par J.-M. Delaunay ouv. cité, vol. 3 : p. 615 et 706 (oct. 1936).

8 Annuaire diplomatique et consulaire 1937 M. Affaires Étrangères - Paris, p. 54-57 ; cf. aussi carte, p. 447-448 : D.W. Pike, ouv. cité, en donne la liste, p. 403-404.

9 Le Maroc espagnol doit être inclus dans ce décompte. En y distinguant zone de protectorat et presides (Ceuta et Melilla) les intérêts français n'étaient pas absents de cette région.

10 Il restait encore près d'un million de francs, pour solder la construction de l'édifice, qui avait nécessité plus de 20 M.F. de crédits entre 1922 et 1936 : J.-M. Delaunay ouv. cité tome 3, p. 507.

11 Seconde quinzaine de novembre : J.-M. Delaunay, ouv. cité, tome 3, p. 632.

12 Décédé en octobre 1931, P. Paris avait aussi créé l'École des Hautes Etudes Hispaniques (1909), plus tard (1928) intégrée a la Casa de Velázquez, dont il fut aussi le promoteur, en liaison avec l'Académie des Beaux-Arts de Paris.

13 J.-M. Delaunay, série d'articles dans Les Mélanges de la Casa de Velázquez (1981 à 1983), sur les religieux francais en Espagne des années 1880 aux années 1930.

14 Un chartreux francais tué a Montalegre (Barcelone) en août 1936 ; un frère de l'Instruction Chrétienne de St Gabriel, à Gérone ; plusieurs frères de l'Instruction Chrétienne... Archives des congrégations et ouvrages divers...

15 Les écoles des Pères Maristes, à Madrid, Barcelone et Malgrat (Barcelone) fermèrent dès 1936. Celles des Frères de l'Instruction Chrétienne de Ploërmel, en Pays Basque, ou de St Gabriel, en Catalogne connurent le même sort. L'alumnat des Assomptionnistes, à Elorio (Biscaye) fut brûlé par les troupes franquistes, de même que le collège d'Urnieta (Guipuzcoa), qui appartenait aux Oblats de Marie-Immaculée. Tous ces ordres étaient d'origine française. Il est évident que la consultation des archives diplomatiques et consulaires permettrait de chiffrer le mouvement.

16 Par exemple, l'Union des Français à l'Étranger, fondée en 1927 : cf. son Annuaire 1937... Estimés à 20.000 environ, en 1930, les Français d'Espagne rapatriés en septembre 1937, étaient plus de 12.000 : J.M. Borrás Llop, ouv. cité, p. 30-31.

17 Ces chambres étaient implantées depuis la fin du 19e (Barcelone 1883, Valence 1885 et Madrid 1894) ou depuis la Première Guerre Mondiale (St Sébastien 1916). Des comités existaient dans diverses autres villes (Malaga 1910, Alicante, Bilbao, Séville, etc.).

18 Ainsi les principaux constructeurs automobiles français (Peugeot, Citroën, Renault)... Seule, la Société Renault Frères avait tenté de s'implanter à Irun, en 1928 : J.-M. Delaunay Des Palais en Espagne..., ouv. cité, tome 3, p. 578 note 28.

19 En juillet 1937, la minoterie Ratié de Villaseca de la Sagra, à l'est de Tolède, fut bombardée par l'artillerie républicaine : AMAE - Paris, Série Europe 1930-1940, Espagne, vol. 264.

20 Mines de cuivre de San Platon (province de Huelva) ou d’etain de Silleda (province de Pontevedra : AMAE - Paris, Série Vichy 1940-1944, Espagne, vol. 251 et 271.

21 Société Francaise des Pyrites de Huelva, documentation diverse 1936-1937 : les exportations vers la France furent suspendues, en janvier 1937. Les pyrites espagnoles exportées vers l'Allemagne passèrent de 502.000 t. en 1935 à 1,2 Mt en 1937.

22 AN - Paris, Série 65 AQ (Association des Porteurs Français de Valeurs Mobiliaires Etrangères), carton L 2361-1 AGO du 28 juillet 1937 (exercice 1936-1937).

23 Idem, AGO du 24 avril 1941 (exercice 1937-1938. Charbons : 602.000 t. en 1935 397.000 t. en 1936 ; plomb raffiné : 41.938 t. en 1935, 26.300 t. en 1936, argent raffiné. 39,7 t. en 1935, 20,7 t. en 1936, etc.

24 La Généralité de Catalogne avait adopté divers textes en ce sens (décret du 17 octobre 1936).

25 J.M. Borrás Llop, ouv. cité, p. 101-193.

26 Idem, p. 363-371 : le mouvement s'amplifia durant les deux années suivantes. La dernière Chambre de Commerce à "emboîter le pas" fut celle de St Etienne, le 10 janvier 1939.

27 Sur ces mouvements, AMAE - Paris, Europe 1930-1940, Espagne, vol. 261 : Français en Espagne, janvier 1934 juillet 1936.

28 L'OBIP, créé par un décret du 24 juillet 1917, dépendait du Quai d'Orsay. Non classé, le fonds n'est malheureusement pas disponible actuellement. Ce serait une source de première importance, mais non exempte de critiques d'exagération, car les personnes et les sociétés privées "forcèrent" leurs pertes déclarées : 1,5 milliard de francs pour 2.300 dossiers déposés, en juin 1939. Sur l'OBIP, cf. Les Affaires Etrangères et le Corps Diplomatique français, tome 2, Paris 1984, p. 386 et 710-711.

29 J.-M. Delaunay, Des Palais en Espagne..., tome 3, p. 653-658 et 718 (notes).

30 J.-M. Delaunay, "L'Espagne, un champ ouvert. Rivalités et illusions culturelles en peninsule ibérique (XIX0, XX0 siècles), Relations Internationales n° 50 (été 1987), p.224-225.

31 J-M Delaunay, Des Palais en Espagne..., tome 4. La reconstitution dura quatre ans (1954-1958).

32 On trouve ces chiffres peu fiables dans AMAE-Paris, Europe 1944-1949, Espagne vol. 82 et 83. Une étude précise permettrait de les affiner, sans les fixer parfaitement.

Auteur

Université de Haute-Bretagne - Rennes II

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540