Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de la guerre d’Espagne

 | 
Serge Salaün
, 
Carlos Serrano

A. En France

P.C.F. et guerre d’Espagne

Carlos Serrano

Note de l’auteur

Le présent travail repose sur la documentation de l'Institut de Recherches marxistes de Paris (documents P.C.F.), Archives nationales (série F7) et Archives de la Préfecture de police de Paris ; pour alléger la présentation, on a volontairement éliminé un système lourd de références, que le lecteur intéressé pourra trouver détaillé dans C. Serrano, L'enjeu espagnol (P.C.F. et Guerre d'Espagne), Paris, 1987, paru après la tenue du présent colloque. Pour l'historiographie du P.C.F., à partir de 1938 et jusqu'à la guerre mondiale, voir notamment Jean-Pierre Azéma (et alii), Le Parti communiste français des années sombres, 1938-1941, Paris, 1986.

Texte intégral

1Par tradition historique, autant que par détermination géographique, le parti communiste français avait déjà souvent été amené à apporter son aide à son homologue espagnol avant le soulèvement militaire de juillet 1936. Au demeurant, un homme comme Jacques Duclos se targue, dans ses Mémoires, d'avoir joué un rôle important auprès du leader socialiste espagnol Largo Caballero, pour le convaincre de l'opportunité de la stratégie de front populaire, dès la fin de l'année 1935. Cette ancienneté dans les liens qui unissaient le P.C.F. aux luttes espagnoles, et qui s'était encore manifestée lors de la Commune asturienne d'octobre 1934, explique, si besoin est, l'attention extrême avec laquelle la direction communiste française observe la situation de l'Espagne tout au long du premier semestre de 1936, entre la victoire électorale du Front populaire espagnol de février et celle du Front populaire français en mai notamment ; et la rapidité avec laquelle cette même direction française réagit au soulèvement.

2Rapidité ne signifie pas nécessairement limpidité. De fait, les communistes français vont être tiraillés entre diverses tentations face aux événements espagnols. D'un côté, il s'agit en effet pour eux d'apporter toute l'aide utile à leurs camarades espagnols et, plus généralement, à ceux qui apparaissent indiscutablement comme les "antifascistes" ; d'un autre côté, pourtant, il ne saurait être question de mettre en péril, par un engagement excessif, les précaires équilibres intérieurs français. Cette dualité obligée explique alors les aspects parfois contradictoires que paraît adopter la politique communiste en France dans le courant de l'été. Thorez, dès la fin juillet, lance le mot d'ordre de "Front des Français", destiné en principe à élargir l'assise politique du combat démocratique au-delà même des composantes du Front populaire. Rejeté par le parti socialiste, jugé excessif par l'exécutif de l'Internationale, ce projet devra bientôt être abandonné, mais il traduit bien l'orientation largement unitaire alors souhaitée par les communistes français. Parallèlement, ceux-ci, qui ont refusé de participer au Gouvernement, vont combattre, mais avec une extrême prudence, la non-intervention que le cabinet Blum met en place courant août, avec l'approbation de principe des autres grandes puissances, l'Union soviétique comprise, il convient de le rappeler. De ce fait, le P.C.F. ne peut se borner à dénoncer une non-intervention que, prise au pied de la lettre, il approuve d'ailleurs : à aucun moment sa direction ne conçoit en effet de demander l'envoi d'unités françaises se battre en Espagne. Le leitmotiv du discours des dirigeants communistes est alors le combat contre le blocus auquel la politique gouvernementale soumet de fait les républicains, leur interdisant les achats (pourtant légaux) d'armes et d'équipements en France : "des canons, des avions pour l'Espagne" devient ainsi le slogan du moment, à valeur presque symbolique. Dans le même temps, et pour pallier les nécessités les plus urgentes de l'heure, une aide, souvent illégale mais plus ou moins tolérée par le Ministère de l'Intérieur, se met en place : trafic d'armes (légères, pour l'essentiel), collectes de fonds, envoi même de quelques militants en Espagne pour observer l'évolution de la situation : ainsi Vital Gayman, alors conseiller municipal de Paris et importante figure communiste parisienne du moment, aurait-il été envoyé auprès de la direction du P.C.E., dès la fin de juillet, au titre d'observateur militaire (étant officier de réserve) afin d'informer la direction du P.C.F.

3Les multiples témoignages de l'époque, mais aussi l'examen des documents émanant de la direction du P.C.F. ou du Komintern (en particulier de sa presse), les travaux historiques comme l'importante histoire du P.C.I. de Spriano, tout montre pourtant que, contrairement à ce qui a été souvent avancé par l'historiographie espagnole de l'époque franquiste, il n'y a alors aucune politique de recrutement ni même de mise en place de ce qui, plus tard, constituera les brigades internationales. Tout au long de l'été 36, les observateurs policiers français, par exemple, se bornent à indiquer le départ de volontaires individuels espagnols, retournant dans leur pays pour y combattre dans l'un ou l'autre des deux camps en présence, et démentent toute constitution de groupes ou d'unités (milices, centuries, etc.) de Français sur le territoire national. Reste, par ailleurs, qu'individuellement encore, des militants (quelques Français, surtout des antifascistes allemands ou autrichiens, des Italiens) déjà présents en Espagne s'enrôlent dans les milices et combattent aux côtés des Espagnols, sur le front aragonais, puis à Irun : mais la présence de ces petits groupes ne saurait être confondue avec l'organisation effective et systématique d'un recrutement de volontaires, à laquelle les dirigeants communistes, tant "moscovites" que français, se refusent pendant un temps.

4À bien des égards, la situation se modifie en septembre 1936. Les déboires militaires de la République espagnole, qui n'a pu empêcher l'isolement du front nord ou l'avance des troupes de choc à travers l'Estrémadure et la vallée du Tage, font redouter le pire, c'est-à-dire une chute prochaine de la capitale. D'un autre côté, les réunions du "Comité de Londres" ne limitent nullement une présence ouverte des Italiens de Mussolini et des Allemands d'Hitler aux côtés des insurgés espagnols, et conduisent en conséquence le gouvernement soviétique à reconsidérer sa position en faveur d'une non-intervention si évidemment tournée en dérision. Dès lors, sans cesser pour autant d'apporter un soutien - critique - au gouvernement, le P.C.F. (et derrière lui l'Internationale), affermissent leurs positions. Les manifestations qu'organisent les communistes français en soutien à l'Espagne républicaine mettent en cause les responsables français et, lors du débat parlementaire de décembre, les députés communistes s'abstiendront - pour la première fois depuis la victoire du Front populaire - quand le gouvernement soumettra aux parlementaires sa politique étrangère, évidemment dominée par l'affaire espagnole.

5La politique communiste ne se limite évidemment pas à sa dimension parlementaire. Pendant que se déroulent ces débats, le P.C.F. adopte une ligne de conduite modifiée par rapports aux premières semaines de guerre. Initiative propre, ou conséquence d'une décision de l'Internationale ? Les détails demeurent, aujourd'hui encore, inconnus, mais le fait est que c'est à l'automne de 1936 que le P.C.F. se lance dans l'aventure des Brigades internationales. Recrutement, transit de volontaires venus de multiples pays, organisation des convois vers Perpignan ou Marseille, passage des frontières, l'appareil communiste français assume alors l'essentiel du travail et fournit en outre les premiers cadres pour l'organisation en Espagne : Marty, Gayman, Lampe (le secrétaire du P.C.F. pour Paris-ville), parmi bien d'autres, sont ainsi envoyés en Espagne pour mettre en place la base des Brigades (à Albacete) avec l'accord des autorités républicaines espagnoles. Dès octobre, les premiers contingents de volontaires, parmi lesquels les Français seront longtemps majoritaires, affluent outre-Pyrénées et, non sans une grande part d'improvisation, parviennent à entrer en ligne dans les premiers combats de la défense de Madrid, début novembre. Ce sera à partir de ce moment que ce que sa presse appelle alors "la colonne internationale" commence à être publiquement exaltée par le P.C.F., discret jusque-là sur ce sujet : la légende, peut-être même le mythe, des Brigades date certainement de ces jours. Mais les difficultés ne tarderont pas à se faire sentir. Très durement éprouvées par les violents combats de novembre et décembre, les unités brigadistes ont rapidement besoin de renouveler leurs effectifs ; or le recrutement tend à se dégrader en qualité, alors que le contexte politique le rend de plus en plus précaire. A la fin de l'année 1936, au début de 1937, on peut faire état d'une authentique crise des Brigades : désertions, rapatriements précipités de volontaires très critiques, tensions diverses, font apparaître qu'à côté d'une immense majorité de volontaires militants et convaincus existe une minorité non négligeable de combattants internationaux aux motivations plus incertaines, que les difficultés de la guerre découragent alors très vite. L'ensemble de ces éléments, qui s'ajoutent aux difficultés intrinsèques du camp républicain, expliquent la relative relève qui s'effectue alors, Marty notamment se voyant rappelé à Moscou. Progressivement les Brigades changeront de caractère, par l'intégration de soldats espagnols aux côtés des internationaux, au moment où le gouvernement français décide, pour sa part, d'interdire dorénavant de façon plus stricte le passage des volontaires : une page est progressivement tournée.

6L'activité des communistes français ne se limite pas à l'organisation, complexe, des Brigades. Toujours à leur initiative, ou du moins sous leur responsabilité directe, une série de mesures sont adoptées pendant ce même premier semestre de 1937, qui voit se multiplier les initiatives en faveur de la République espagnole. D'un côté, c'est la création du "Comité Bilbao", destiné à apporter aide et assistance au front nord républicain, et singulièrement au Pays basque. Sous la présidence de Paul Vaillant Couturier, le P.C.F. décide d'affréter des navires qui transportent vivres et munitions vers Bilbao et qui, ultérieurement, serviront à évacuer femmes et enfants vers la France ; dans le même temps, de façon beaucoup plus discrète, il met en place les premiers éléments d'une authentique compagnie maritime, France-Navigation, dans laquelle jouent un rôle décisif des hommes comme Georges Gosnat et le communiste italien Ceretti, alors connu en France sous le nom d'Allard.

7Ces nécessités de l'action proprement dite ne pouvaient faire oublier que la bataille qui se jouait en Espagne concernait aussi très directement l'information. En France, la majorité de la "grande presse" penchait de toute évidence pour le camp franquiste. Sans doute avec l'appui des représentants du gouvernement républicain espagnol ou de certains d'entre eux, et utilisant les compétences acquises depuis longtemps par un homme comme Munzenberg (ancien député communiste allemand, responsable de très nombreuses publications antifascistes de l'Internationale), la direction du P.C.F. décide alors de lancer un quotidien du soir, qui défende la République espagnole et, plus généralement, l'anti-fascisme, sans se faire le porte-parole direct du parti communiste. Cette orientation aboutira à la création de Ce soir, co-dirigé par Aragon et Jean-Richard Bloch, qui connaît vite un très grand succès.

8Tant pour ce qui concerne l'affaire de France-Navigation que celle de Ce Soir, le P.C.F. sera l'objet d'ultérieures critiques. Un dirigeant espagnol comme le socialiste Indalecio Prieto, par exemple, affirmera que dans les deux cas mentionnés le P.C.F. avait reçu de l'argent du gouvernement républicain espagnol ; mais lui-même reconnaît, dans le même temps, à la fois l'efficacité et la nécessité de ces mesures, dont il déplore essentiellement qu'elles aient été dirigées par les communistes. Ce débat, dans une certaine mesure, résume le caractère que prend alors l'activité communiste vis-à-vis de la cause républicaine : efficace, utile pour ne pas dire indispensable, très largement populaire en France même, elle peut apparaître comme envahissante, peut-être parfois manipulatrice. Reste que, dans la France du moment, peu d'autres initiatives pouvaient prétendre se substituer à celles-là.

9Ce débat rétrospectif ne doit pas faire oublier, en effet, que la politique d'aide aux républicains est alors effectivement presque totalement prise en charge par les communistes, très vivement combattus par une extrême droite vigilante (au sein de laquelle un Doriot joue déjà un rôle déterminant), mais aussi par un pan entier de la gauche, notamment socialiste, fidèle aux thèses d'un pacifisme qui redoute de voir la France entraînée dans un nouveau conflit à cause de son engagement excessif dans l'affaire espagnole. La polémique entre ces secteurs de l'opinion et le P.C.F. sera vive dans la presse, mais aussi au sein de la C.G.T. unifiée, où les dirigeants du syndicat des instituteurs, par exemple, tenteront de s'opposer à l'orientation majoritaire, favorable, elle, à l'aide sans restriction et dans laquelle se retrouvent, pour une fois unis, aussi bien un socialiste comme Jouhaux qu'un communiste comme Frachon.

10La crise que connaît le Front populaire français au printemps de 1937, puis la fin du gouvernement Blum vont évidemment avoir des répercussions sur les orientations générales du P.C.F., qui, cependant, ne va pas changer substantiellement sa politique espagnole. Durant tout le deuxième semestre de l'année 1937, puis en 1938, le P.C.F. paraît surtout soucieux de poursuivre une politique dont les grandes lignes ont été définies et ne sont pas remises en cause, malgré les difficultés militaires en Espagne, les convulsions du camp républicain ou le tournant tragique pris par le régime soviétique, engagé dorénavant dans un processus d'élimination physique de ses adversaires, tant en U.R.S.S. même qu'au dehors, notamment en Espagne. Il ne semble pas que, pour ce qui le concerne, le P.C.F. ait eu une part active dans les diverses et sinistres "affaires" que ce tournant soviétique engendre (répression du P.O.U.M., assassinat de Nin, etc.) ; néanmoins, il va de soi qu'il épouse alors de très près les thèses officielles de l'Internationale, même si, à l'occasion, tel ou tel dirigeant, comme Marcel Cachin dans les premiers mois de 1937, laisse percer une réelle anxiété. De toutes les façons, la montée des tensions internationales, la rapide dégradation de la situation en Espagne dans le courant de l'année 1938, polarisent les attitudes et font serrer les rangs. Dorénavant tout semble indiquer qu'il existe deux camps, celui de la capitulation face à la politique agressive de l'Allemagne hitlérienne et celui de la nécessaire résistance ; dans celui-ci, il y aurait l'U.R.S.S., les partis communistes, les républicains espagnols et tous leurs alliés effectifs, de l'autre leurs adversaires, tous ceux qui commençaient à prôner le renoncement en Espagne et la concorde avec le nazisme. Et, par une brutale assimilation, tout adversaire de l'U.R.S.S. était assimilé alors à un allié d'Hitler, un ennemi à combattre donc. Dans cet univers de plus en plus bipolaire, les événements tchécoslovaques font alors figure d'exemple : pour les dirigeants communistes français, Munich symbolisera toute une politique de capitulation, à laquelle ils opposent Madrid, l'image du combat par excellence ; de la sorte, la guerre espagnole reprend une place privilégiée dans leur discours et la pratique de leur parti.

11Le contentieux est lourd entre les communistes et le gouvernement Daladier : à l'affrontement au sujet de Munich s'ajoute la querelle sur la politique économique et les "quarante heures". La remise en cause de cet acquis-symbole des premiers jours du Front populaire entraîne la grève générale lancée par la C.G.T., son relatif échec, la répression anti-syndicale et le licenciement de très nombreux militants. Tout donc paraît désormais opposer les uns et les autres : et pourtant, lors de la Conférence nationale que tient le P.C.F. au début de 1939, Thorez se déclare encore prêt à tout négocier avec Daladier ; à une condition toutefois, que le Gouvernement français fasse ce qui est en son pouvoir pour empêcher la chute définitive de la république espagnole : "Nos réserves demeurent sur votre politique générale. Mais si vous ouvrez la frontière, nous sommes prêts à vous soutenir. Nous discuterons de nos divergences après", lance le secrétaire général du P.C.F. à l'adresse du chef du gouvernement. Qui, bien sûr, restera sourd et, pire, improvise l'accueil des réfugiés espagnols du front catalan en les internant dans les camps hâtivement constitués sur les plages d'Argelès ou de Saint Cyprien. Dans ces circonstances, l'attitude communiste surprend. Thorez pouvait-il réellement croire que la situation était réversible en Espagne ? Ou bien s'agissait-il simplement de prendre date et d'apparaître comme les seuls défenseurs jusqu'au bout d'une république démocratique que tous abandonnaient ? Tout semble indiquer qu'en fait l'appareil communiste conserve encore, dans ces premiers mois de 1939, un espoir ténu d'interrompre le cours dramatique des choses : le P.C.F. jette presque ses dernières forces dans cette bataille, Togliatti, au nom de l'Internationale, rejoint la zone centre, après l'effondrement de la Catalogne, et incite les communistes espagnols à résister encore... La déception, face à l'ultime abandon de la part des démocraties occidentales et singulièrement de la France, aura, semble-t-il, des conséquences d'une extrême gravité : à peine la guerre d'Espagne s'achève-t-elle qu'en mai 1939 Molotov remplace Litvinov à la tête de la diplomatie soviétique, signe qu'un changement d'orientation radical venait d'être opéré que, d'une certaine façon, le représentant du parti communiste de l'Union soviétique au sein de l'Exécutif de l'Internationale, Manouilski, avait annoncé au congrès de son parti, dès mars 1939 : ne mettait-il pas en garde les communistes des "soi-disant" États démocratiques contre leurs illusions, qui les conduisaient à estomper le caractère "impérialiste" de ces pays ? Ces propos présageaient évidemment le nouveau discours qu'allaient tenir les dirigeants soviétiques au lendemain de la publication des accords germano soviétiques d'août : lorsque la guerre éclaterait, les communistes se verraient invités à lutter contre leur propre bourgeoisie et l'impérialisme anglais. Chronologiquement donc, le choix définitif de Staline en faveur d'un retournement des alliances semble être la conséquence directe de l'échec final des républicains espagnols et du refus des démocraties occidentales de leur porter secours, comme si les accords de Munich n'avaient pas constitué encore à cet égard un avertissement suffisant. Mais ce retournement soviétique, peut-être préparé à la fin de 1938 et explicite au printemps de 1939, passe alors inaperçu par le P.C.F., qui continue sur sa lancée et ne découvre le pacte germano-soviétique qu'au moment de sa publication. Le désarroi des militants et de nombre de dirigeants n'en sera que plus considérable : ils seront beaucoup alors à considérer que c'est toute la politique développée à propos de l'Espagne qui est remise en cause ou niée.

12De fait, l'attitude adoptée par le gouvernement soviétique et, à sa suite, par l'Internationale dans le courant de 1939 éclaire a contrario ce que fut la politique communiste entre 1936 et 1939 en Espagne. Très tôt, presque depuis le premier jour en fait, il s'agit de constituer ou de renforcer une alliance, sociale et politique, qui permette de faire face à l'expansion du fascisme. Dit en d'autres termes, le mouvement communiste cherche systématiquement dans cette affaire à sceller à l'intérieur de chacun des pays concernés - et principalement en Espagne et en France l'accord entre partis communistes et autres forces démocratiques (socialistes, radicaux, voire, dans le cas espagnol, anarchistes), avec pour corollaire, une politique internationale dans laquelle ces mêmes démocraties se retrouveraient aux côtés de l'U.R.S.S. dans une politique d'alliance combative face à l'Axe. Ce qui est mis en œuvre, c'est donc une politique dominée par la notion d'antifascisme, qui était d'ailleurs à l'origine même de la politique des Fronts populaires. En ce sens, le comportement d'un parti comme le P.C.F. reste extrêmement cohérent tout au long de la période, avant de se briser sur ce qui le nie radicalement, le pacte germano soviétique. Mais jusqu'à ce moment-là, il apparaît en France comme le seul parti incarnant une volonté de combat antifasciste déterminé, et parvient donc à entraîner derrière lui une partie importante de l'opinion, notamment dans les secteurs les plus combatifs de la classe ouvrière : dans la mythologie communiste, mais aussi, de façon plus générale, dans une partie importante de l'opinion, notamment intellectuelle, la part prise par le P.C.F. dans les combats espagnols et dans l'organisation des brigades internationales est restée comme une de ses réussites historiques. Cette référence, jusqu'à une date très récente, constituait un élément d'une sorte de culture militante, que seule ou presque contestait alors une extrême gauche maximaliste qui reprochait au mouvement communiste l'abandon d'un projet révolutionnaire conséquent.

13L'évolution de la guerre d'Espagne, la politique suivie par les partis communistes des deux côtés des Pyrénées, paraissent d'une certaine façon donner raison à leurs adversaires sur ce point. Pourtant une question, sans doute distincte, se pose alors : le processus de transformation qui se joue dans l'Espagne de 1936 pouvait-il reproduire le modèle bolchévique comme paraît souvent le croire par exemple un Andrés Nin ? Quoi qu'il en soit, il apparaît aujourd'hui qu'historiquement en Europe la guerre civile espagnole, avec ses multiples soubresauts, ses apparentes incohérences et les multiples contradictions de tous ses révolutionnaires, fait doublement date. D'une part, elle clôt effectivement l'ère ouverte par la révolution soviétique de 1917 : dorénavant il ne sera plus réellement question d'une prise de pouvoir par la classe ouvrière, à travers un parti communiste seul ; même les pays de l'est-européen, au moment de leur transformation en "démocraties populaires" affecteront un pluralisme qui pour être de façade n'en traduit pas moins cette transformation fondamentale du projet politique communiste. Mais, d'un autre côté, et ce n'est pas là le moindre de ses paradoxes, la guerre d'Espagne annonce déjà les modalités de transformations sociales qui vont dominer les années ultérieures, notamment à travers les programmes des diverses résistances nationales, en France bien sûr, mais aussi en Italie par exemple. En ce sens, l'action communiste durant les événements espagnols de la période 1936-1939 comporte une double dimension ; par une rhétorique et un de ses côtés, elle renvoie à ce modèle de référence qu'est encore la révolution d'Octobre, et de ce fait elle semble ancrée dans ce qui est déjà révolu : c'est son aspect archaïque. Face à cela, s'esquisse, sans parvenir à aboutir pleinement, un projet nouveau, unitaire, dans lequel sont supposées converger l'exigence démocratique et la quête du progrès social : il y avait là, sans aucun doute, une certaine promesse de futur, que les échecs républicains, mais aussi la pratique stalinienne, empêchent alors d'aboutir pleinement. Dans cette double dimension, la guerre d'Espagne apparaît comme un instant charnière, le lieu même où, dans la confusion et la violence, se produit l'achèvement du modèle bolchévique et l'amorce d'une substitution par un nouveau schéma d'évolution historique des sociétés européennes.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540