Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de la guerre d’Espagne

 | 
Serge Salaün
, 
Carlos Serrano

B. Les stratègies culturelles

Les activités culturelle pendant la guerre civile : recherche à entreprendre ou à poursuivre

Robert Marrast

Texte intégral

1Depuis la fin du franquisme et la restauration de la démocratie en Espagne, les travaux sur la Guerre civile de 1936-1939 n'ont cessé de se multiplier. Aujourd'hui, la documentation de première main est à la portée de tous, et notamment à la Sección Guerra Civil de l'Archivo Histórico Nacional de Salamanque, au Servicio Histórico Militar de Madrid, ainsi que dans des archives privées telles que celles de la C.N.T., le fonds Manuel Azaña déposé à l'Archivo Histórico Nacional, les Archives Tarradellas conservées au monastère de Poblet, etc. Nous disposons maintenant d'un très utile inventaire de ces dépôts, ainsi que des archives étrangères contenant des documents concernant la période qui nous occupe, publié par Juan García Durán en 1985. Pour les publications périodiques, nous devons à la patiente recherche de Serge Salaün - réalisée à une époque où ce type de travail était difficile à mener - l'Índice de la prensa republicana de la Guerra de España, qui ne contient pas moins de 1418 entrées, et que l'on peut considérer comme exhaustif.

2Il n'entre pas dans mon propos de parler ici des très nombreuses histoires de la Guerre civile publiées en Espagne ou dans d'autres pays. Leurs auteurs - thuriféraires de la "croisade" et du franquisme, tels que Joaquín Arrarás - ou historiens objectifs, quoique en certains cas explicitement ou implicitement favorables à l'idéologie de tel ou tel parti des défenseurs de la République (Broué et Témime, Thomas, Jackson, etc.), s'attachent quasi exclusivement aux aspects politiques, militaires, diplomatiques, aux origines, aux répercussions nationales et internationales du conflit.

3Les activités culturelles, auxquelles je me limiterai aujourd'hui, ont fait l'objet de nombreuses études. Mais il est frappant de constater que c'est surtout la poésie et quelques revues prestigieuses ou importantes à des titres divers qui ont attiré l'attention des chercheurs.

4En effet, dès les années 40 commencent à paraître, en Uruguay, en Argentine, au Chili, des recueils d'œuvres en vers, et plus particulièrement des Romanceros de la Guerre civile ; en 1960, Dario Puccini publie son Romancero della Resistenza spagnola ; en 1966, la première reproduction en fac-similé d'un ouvrage publié pendant la guerre est le Romancero general de la Guerra de España de 1937, reproduction due à l'Istituto Feltrinelli de Milan ; en 1971, voici le premier tome (Romancero libertario) du Romancero en sept volumes réuni par Serge Salaün ; en 1975, Fernando Díaz Plaja publie Los poetas en la guerra civil española (anthologie de textes en vers d'auteurs républicains et franquistes) ; les premiers facsimilés des éditions Hispamerca de Madrid en 1976 sont encore des recueils poétiques : l'anthologie Poetas en la España leal et le Cancionero menor para los combatientes d'Emilio Prados ; en 1984, la "Colección Visor de Poesía" publie en fac-similé le premier Romancero de novembre 1936.

5Bien loin de moi la pensée que la poésie bénéficie d'un "excès d'honneur", et je crois qu'après l'étude exhaustive que lui a consacrée Serge Salaün, il sera difficile d'en dire plus sur ce sujet. On pourra me rétorquer que, outre la poésie, le théâtre de cette période a également suscité de nombreuses études : celle de Miguel Bilbatua en introduction à son anthologie de 1976, Teatro de agitación política 1933-1939, l'article de Pérez Montaner en 1977, les livres de Jordi Coca, Enric Gallén et Anna Vázquez, La Generalitat Republicana i el Teatre (1931-1939) : legislació, en 1982, et de Francesc Burguet i Ardiaca, La C.N.T. i la política teatral a Catalunya (1936-1938) en 1984, sans parler de mes propres publications (1958, 1975 et 1978) sur ce sujet, dont traitent, de points de vue différents, Luis Miguel Gomez Díaz et César Oliva dans des ouvrages à paraître.

6En ce qui concerne les périodiques, il est bien vrai que sur les 1418 que recense le catalogue de Serge Salaün, beaucoup ne présentent pas en soi un grand intérêt pour l'étude des faits culturels, notamment lorsqu'il s'agit de publications de contenu strictement corporatif, tels par exemple Orientación social, organe de la Federación Nacional de la Industria Fabril, Textil, Vestir y anexos de la C.N.T.-A.I.T. de Barcelone ; Horizontes, organe des ouvriers C.N.T.-U.G.T. de la General Motors de Barcelone ; El Financiero, quotidien économique et financier de Madrid, sans parler des bulletins édités par les corps d'armées, brigades, régiments et formations militaires en général. Certes, on peut y trouver des textes intéressants, poétiques notamment, quoique de manière très sporadique. Mais dans le cas de la presse, force est de constater que certains périodiques ont, eux aussi, bénéficié d'un "excès d'honneur", alors que beaucoup d'autres ont été l'objet d'une "indignité" imméritée qu'il faut souhaiter provisoire.

7Au cours des années 70, la "Biblioteca del 36", des éditions Auverman, dirigée par Enrique Montera, et la maison Laia de Barcelone ont publié la reproduction photostatique des collections de Hora de España, Madrid, "cuademos de la Casa de la cultura", El Mono Azul, Nueva Cultura, Milicia Popular, périodiques entièrement ou largement consacrés aux activités culturelles dans tous les domaines. El Mono Azul et Hora de Espana ont été l'objet de nombreuses études : le premier, de Michel Garcia (article dans le Cahier H intitulé Les écrivains et la Guerre d'Espagne, préface à la reproduction citée), et de José Monleón ; la seconde, de Monique Roumette (article dans le même Cahier H), reproduction du n° XXIII qui ne fut jamais distribué) ; en outre, une anthologie, préfacée par Francisco Caudet, fut publiée en 1975, de la même revue, qui fut encore l'objet d'un article d'Amapola Alama et Antonio Fernandez Ferrer dans le catalogue de l'exposition "Valencia, capital de la República" qui eut lieu voilà quelques mois.

8On constate donc que les périodiques de la Guerre civile qui ont fait l'objet d'études ponctuelles peuvent se réduire à deux, Hora de España et El Mono Azul, considérés comme des publications prestigieuses et dont les collaborateurs sont des écrivains de oficio (Serge Salaün a fait remarquer que la première n'a jamais publié aucune poésie "populaire"), surtout dans la seconde. Toutefois, l'ensemble des autres publications périodiques n'a été qu'une sorte de carrière à laquelle les chercheurs sont allés puiser les données utiles aux travaux qu'ils se proposaient d'entreprendre sur les aspects politiques, économiques, sociaux, diplomatiques, stratégiques, et en certains cas culturels de la Guerre civile.

9Comme j'ai eu plusieurs fois l'occasion de le constater pour d'autres époques, en particulier pour les 19e et 20e siècles, de nombreux chercheurs dépouillent, chacun pour leur compte et pour le domaine qui les intéresse, des collections de périodiques dans lesquelles ils puisent la documentation nécessaire à leurs travaux. Voilà beaucoup de temps perdu, car nous ne disposons pas de monographies, d'études de contenu et d'index exhaustifs des périodiques importants. Pour la période de la Guerre civile, c'est le cas de nombre d'entre eux, notamment des grands quotidiens des diverses villes de l'Espagne républicaine : El Sol, La Voz, El Heraldo de Madrid, Verdad, A.B.C., Mundo Obrero, Fragua Social, Frente Rojo, La Vanguardia, ou de périodiques du plus haut intérêt du point de vue culturel. Parmi eux, je citerai en premier lieu Servicio Español de Información, quotidien publié à Barcelone, puis à Valence, et où l'on trouve des textes de Bergamín, Huidobro, Sender, Juan Marinello, Benavente, Rodríguez Moñino, Altolaguire, Nicolas Guillén, Emilio Prados, Antonio Machado, Díez Canedo, Domenchina, Pedro Garfias, Max Aub, Juan Gil-Albert, etc. ; Ahora, Estampa, Mundo Gráfico et Ayuda, organe du Secours Rouge International, qui renferment une masse d'informations, de documents iconographiques et de textes ; le bulletin hebdomadaire du "Comité Ibero Americano para la defensa de la República Española" publié à Paris, à partir de février 1937, sous la direction de Victoria Ocampo, Juan Marinello, Pablo Neruda, Juan Garcia Monje et David Alfaro Siqueiros, dans lequel se trouvent des textes des plus prestigieux écrivains et artistes espagnols et latino-américains dont beaucoup sont encore à exhumer. Film popular et Nuevo Cinema, malgré leur brève existence, contiennent des renseignements de première main sur les activités cinématographiques et leur organisation dans la zone républicaine, tout comme les 6 numéros du Boletín de Orientación Teatral (1938) renferment de précieuses données sur l'art dramatique à Madrid. Pour les activités culturelles en Catalogne, on peut en dire autant de Meridià, hebdomadaire littéraire, artistique et politique, dont les 53 numéros publiés de janvier 1938 à janvier 1939 constituent une des sources les plus précieuses, au même titre que les quatre livraisons (1937) du mensuel du Commissariat à la propagande de la Généralité de Catalogne, Nova Iberia. Ce ne sont là que quelques exemples, pris parmi cet immense domaine qui s'offre aux chercheurs, et qu'il me paraît urgent d'exploiter en utilisant les monographies locales comme La prensa del País Valencià de Ricard Blasco, La prensa a Barcelona (1936-1939) de Maria Campilla et Esther Centellas, Historia dels diaris en català de Lluís Sola i Bachs, et du catalogue déjà cité de Serge Salaün. De telles recherches auraient une véritable utilité pour tous. Avec les possibilités que nous offre aujourd'hui l'informatique, toutes ces données recueillies dans la presse pourraient être aisément mises à la disposition des chercheurs.

10Comme l'écrivait il y a peu Bernard Barrère, « mieux vaudrait susciter d'aussi concrets et modestes travaux que la 769e étude sur l'image du cheval chez Lorca ». J'applaudis des deux mains à cette affirmation, courageuse en un temps où la plus insignifiante carte postale du poète assassiné est l'objet de savants commentaires : mythe oblige...

11Si le remarquable spécialiste du cinéma espagnol qu'est Marcel Oms eût disposé aisément de ces matériaux, il est certain que son excellent ouvrage La guerre d'Espagne au cinéma, publié voici quelques mois, s'en fût trouvé considérablement enrichi, et on ne peut lui reprocher de n'avoir pas eu la possibilité matérielle d'aller dépouiller, outre les quotidiens de l'époque, les revues spécialisées telles que Nuestro Cinema ou Semáforo. Ainsi aurait-il pu rendre compte des réactions provoquées par la projection de certains films dont il parle dans son livre, films tournés en Espagne ou à l'étranger et montrés aux Espagnols pendant la Guerre civile.

12Art proche du cinéma, la photographie. Sur celle-ci, il n'existe aucune étude d'ensemble des clichés publiés dans les périodiques espagnols, ou d'origine espagnole conservés dans les dépôts d'archives. L'ouvrage publié à l'occasion de l'exposition, à la Biennale de Venise en 1976, Fotografía e información de guerra. España 1936-1939 est illustré de clichés empruntés principalement à des revues étrangères (françaises, anglaises, américaines, italiennes, soviétiques). Mais les photos d'Agustí Centelles, d'Alfonso, de Díaz Casariego et de combien d'anonymes ?, nul n'a encore songé à en présenter l'étude circonstanciée que mérite cet art, à en comparer éventuellement les légendes qui les accompagnaient dans les périodiques de tendances différentes qui les publiaient à chaud. Sur ce sujet, nous ne disposons que de l'article La fotografia y la Guerra Civil española de Rafael S. Lobato et Koncha de Juna y Peñalosa, dans le catalogue de l'exposition itinérante organisée en 1983 par le Ministère espagnol de la Culture. L'album intitulé Les grandes photos de la Guerre d'Espagne, contenant un texte de Georges Soria, publié en 1980 par les Éditions Sannink de Paris ne contient que des photographies - certes remarquables - de Robert Capa et de David Seymour-Chim.

13A la musique et aux émissions radiophoniques, Serge Salaün a consacré dans sa thèse sur L'expression poétique pendant la guerre d'Espagne, quelques pages substantielles et très documentées, suffisantes pour son propos, mais qui n'épuisent pas le sujet. Pour la musique, à part cela, nous n'avons que deux brefs articles, celui de José Castro Escudero sur le "Consejo Central de la Musica", et celui d'Amparo Ranch sur les activités musicales à Valence en 1936-1937. Il nous manque une étude et un index des cinq numéros de la revue Música, publiée à Barcelone en 1938 par le ministère de l'Instruction publique, et à ma connaissance les divers recueils tels que les deux (ou trois ?) Cancioneros Populares Internacionales (1937), Canciones antifascistas, Canciones populares para la juventud, Seis canciones de guerra, Siete canciones infantiles, etc. qui contiennent les paroles et la musique de divers hymnes et chansons n'ont pas retenu l'attention d'un musicologue. Les sources documentaires que donne Serge Salaün dans ses notes et José Castro Escudero dans son article sont abondantes et justifient un travail d'ensemble important sur les activités musicales de toute sorte qui eurent lieu pendant la Guerre civile. L'étude des mélodies écrites ou harmonisées par Castro Escudero, Gustavo Durán, Salvador Bacarisse, Rodolfo Halffter, Gustavo Pittaluga, Jesús G. Leóz, Carlos Palacio, etc. reste à faire d'après les recueils collectifs. L'unique réédition récente est celle des Canciones de ce dernier en 1980 par les Edicions Pacific. Voici donc encore un terrain à explorer par les musicologues.

14Quant aux émissions radiophoniques et à leur contenu, la presse quotidienne fournit très souvent leur programme détaillé, et il conviendrait de réaliser un travail d'ensemble sur ce média, si largement utilisé dans la zone républicaine comme dans la zone franquiste. Pour la première, nous disposons parmi d'autres d'une source privilégiée, le quotidien Propaganda al campo enemigo, qui contient les textes diffusés par les divers émetteurs officiels entre mai et octobre 1938, publication qui mérite une étude approfondie que viendraient nourrir les documents d'archives que l'on peut consulter à Salamanque ou à Madrid.

15Dans le domaine des beaux-arts, on constate que le thème qui a le plus volontiers attiré les chercheurs est celui de l'affiche. Après le bref article, publié en 1976, d'Imma Julián, El cartelismo y la gráfica en la Guerra Civil et la réimpression, la même année, du livre de José Renau, Función social del cartel (1937), viennent le livre de Carmen Grimau, El cartel republicano en la Guerra Civil (1979), les Consideraciones sobre el cartel de la Guerra Civil de Carles Fontseré, publiées et largement illustrées dans le catalogue déjà cité de l'exposition itinérante de 1983, les reproductions d'affiches figurant en appendice de l'ouvrage de Julio Aróstegui et Jesús A. Martinez, La Junta de Defensa de Madrid. Noviembre 1936-avril 1937 (1984). Cet intérêt s'explique aisément par le fait qu'il s'agit là, comme le dit Carles Fontseré dans l'article cité de « uno de los fenómenos intrínsecos de la Guerra Civil española que ha permanecido pràcticamente inaveriguado, cuando no oculto, durante la cuarentena franquista ». Ces affiches, rarissimes dans les collections étrangères, il est maintenant possible en effet de les consulter et de les reproduire d'après les nombreux exemplaires incomunicados et incomunicables sous le franquisme, des archives espagnoles, d'où ces nombreuses études.

16On s'est également intéressé à la protection des œuvres d'art pendant le conflit, et tout a été dit sur ce sujet dans quatre ouvrages : celui de María Teresa Leon, La Historia tiene la palabra (1944 ; réédité en 1977) ; celui de José Renau, Arte en peligro 1936-39 (1980), où l'auteur rappelle les mesures qu'il prit, en tant que directeur général des beaux-arts, pour préserver le patrimoine artistique espagnol des destructions consécutives à la guerre dans la zone républicaine ; celui de J. Alvarez Lopera, La política de bienes culturales del gobierno republicano durante la Guerra civil española (1982) ; celui d'Alicia Alted Vigil, Política del Nuevo Estado sobre el patrimonio cultural y la educación durante la Guerra Civil Española (1984), qui est en grande partie consacré à la même question dans la zone franquiste (et on peut constater, textes à l'appui, que, dans celle-ci, le souci de protection des œuvres d'art était loin d'être prioritaire).

17La création artistique dans le domaine du dessin, de la caricature, de la peinture, de la sculpture, n'a jusqu'à présent fait l'objet que de brèves mentions dans des ouvrages généraux. Il en est question, il est vrai, dans le remarquable ouvrage de Fernando Martin Martin (1983), El pabellón español en la Exposición Universal de Paris de 1937, où il n'est traité que des œuvres bien connues exposées à cette occasion de Picasso, Miró, Alberto Sánchez, Julio González, Calder, et de l'architecture du pavillon, due à Josep Lluís Sert et Luis Lacasa. Mais c'est là tout, à notre connaissance.

18Pourtant, de très nombreux artistes ont créé d'innombrables œuvres à cette époque dans les deux zones. Puyol, Arturo Souto, Angel Ferrant, Antonio Rodríguez Luna, Ramon Gaya, Sim, Miguel Prieto, Francisco Mateos, Fontseré, Carlos Sáenz de Tejada, José Caballero, Teodoro Delgado, etc. Beaucoup ont collaboré à des recueils collectifs dont on peut trouver un nombre important au département des Estampes de la Nationale de Paris, et bien sûr à Madrid et à Salamanque. Seuls les albums de Castelao ont été réédités voici quelques années en Galice ; mais personne n'a encore parlé des œuvres réalisées par José Gutiérrez Solana pendant la Guerre civile, œuvres dont certaines ont été reproduites dans la revue Madrid, Cuadernos de la Casa de la Cultura.

19Et il est probable que le grand peintre mexicain David Alfaro Siqueiros, alors commissaire de guerre en Espagne, ne s'est pas contenté de remplir ces fonctions politico-militaires. Ne proposa-t-il pas à la fin de 1936, à José Renau qui le rapporte dans son livre cité et qui dit n'avoir pu l'accepter en raison de ses fonctions officielles, « la tentadora propuesta [...] de organizar en España un equipo hispano-americano para la producción de materiales gráficos en función de la guerra » ?

20Au roman, qu'il soit de la Guerre civile ou de l'exil, une large place a été faite dans les histoires générales du genre ou dans des ouvrages spécialisés bien connus. Mais, à mon sens, d'autres genres d'écrits en prose, de témoignage, de fiction, en certains cas des œuvres romanesques plus ou moins autobiographiques, n'ont pas suscité l'intérêt qu'ils me semblent mériter. Joaquin Marco nous a procuré l'édition de contes de Maria Teresa León, dont un certain nombre ont été écrits pendant la Guerre civile, dans Una estrella roja (1979) ; Gonzalo Santonja a réédité en 1977, du même auteur, La historia tiene la palabra - ouvrage dont j'ai parlé plus haut - de contenu à la fois historique et autobiographique, puisqu'il y est question du rôle que joua Maria Teresa dans la mise à l'abri des œuvres d'art et des trésors de la Nationale de Madrid. En 1977, Eugenio Javier Alonso a réédité le Diario de guerra de un soldado de Vicente Salas Viu. Mais il est des cas où des récits plus ou moins romancés, des écrits d'actualité, œuvres d'écrivains renommés, ont été négligés : par exemple, les trois relates de Rafael Alberti - Una historia de Ibiza, La miliciano del Tajo (balada) et Las palmeras se hielan - repris dans le volume, publié en 1978, El poeta en la calle. Alberti poète a injustement éclipsé Alberti prosateur. En revanche, les proses de guerre d'Antonio Machado ont été publiées dans deux recueils récents : celui de Julio Rodriguez Puértolas et Gerardo Pérez Herrero en 1983, puis celui de Monique Alonso en 1985, qui porte le curieux titre d'Antonio Machado, poeta en el exilio, et dont l'auteur reproduit les manifestes et les lettres ouvertes collectifs au bas desquels figure la signature de Machado, encore qu'aucun d'entre eux n'ait probablement été rédigé par lui. En fait, il s'agit de textes dont la plupart avaient été antérieurement retrouvés et publiés par d'autres chercheurs dont, dans le second livre cité, le nom n'apparaît nulle part. Passons.

21Jusqu'en 1977, où Juan Cano Ballesta et moi-même avons publié les proses de guerre de Miguel Hernandez, les chroniques et articles de celui-ci n'avaient été ni recueillis ni étudiés. Dans ce cas encore, le poète et le dramaturge avaient éclipsé le prosateur. Fort heureusement, cet inexplicable préjugé tend à disparaître : Angel Crespo a publié en 1985 les proses de Juan Ramón Jiménez Guerra en España, qui révèlent un aspect inconnu du poète de Moguer. Mais aucun spécialiste ne nous a encore procuré une réédition, dûment commentée, du tome I (et unique) de la Crónica general de la Guerra civil, anthologie de reportages, articles et estampas de guerra d'auteurs connus ou inconnus, publiée en 1937 par Maria Teresa León et José Miñana, « pequeñisíma parte de las interesantísimas publicadas », comme dit Maria Teresa dans sa préface ; et elle poursuit : « El valor de la crónica en estos momentos en que habla España es, precisamente, lo que éstas tienen de documento y no de invención, de anécdota humana ο de reacción de algún gran escritor - Antonio Machado - ante el hecho histórico presente. » Voilà qui définit exactement la valeur et la signification de tels textes, et de beaucoup d'autres du même genre, qui attendent encore d'être recueillis, étudiés en tant que témoignages pris sur le vif.

22Par ailleurs, depuis 1940, bon nombre d'exilés ont publié des mémoires ou des souvenirs se rapportant en partie ou en totalité à la Guerre civile. Je citerai, par exemple, La España de mi experiencia, de José Antonio Balbontín (México, 1952) ; Sobre tierra prestada, de Pablo de la Fuente (Santiago de Chile, 1944) ; Rodolfo González Pacheco, Carteles de España (Buenos Aires, 1940). D'autres ouvrages peuvent être considérés comme des autobiographies romancées, ou comme des romans autobiographiques : Contra viento y marea (Buenos Aires, 1941) et Juego limpio (Buenos Aires, 1959), de Maria Teresa León, dont Memoria de melancolía (Buenos Aires, 1970) est une autobiographie à mettre en parallèle avec La arboleda perdida de Rafael Alberti. Ces mémoires, ces souvenirs, ces livres plus ou moins autobiographiques constituent des sources très intéressantes pour l'étude des activités culturelles de la Guerre civile espagnole, tout comme la série des romans de Max Aub, El laberinto mágico ou celle d'Arturo Barea, La forja de un rebelde. Voilà encore autant d'œuvres négligées, ou partiellement et sommairement signalées dans des ouvrages généraux.

23Pour terminer ce panorama, rapide et probablement incomplet, des recherches à entreprendre encore sur les faits culturels de la Guerre civile espagnole, j'en viendrai maintenant à un point par lequel j'aurais peut-être dû commencer : les sources bibliographiques.

24J'ai eu l'occasion de citer l'index des périodiques dû aux recherches de Serge Salaün, et le livre de Juan Garcia Durán, qui donne un répertoire complet des archives espagnoles et étrangères. Ces deux instruments de travail sont aussi utiles qu'exhaustifs. On ne peut en dire autant des six volumes des Cuadernos bibliográficos de la Guerra de España, publiés de 1966 à 1969 sous la direction de Vicente Palacio Atard. Les imprimés répertoriés (périodiques, brochures et mémoires) se trouvaient dans divers fonds auxquels il était impossible, ou du moins très difficile - j'en parle par expérience personnelle - d'avoir alors accès. Chaque imprimé (sauf les périodiques) est suivi d'une notice, plus ou moins longue. Ces notices sont parfois - rarement - objectives, c'est-à-dire qu'elles rendent compte, brièvement et sans commentaire, du contenu de l'ouvrage recensé. Mais, dans la plupart des cas, elles sont rédigées avec une intention polémique, sur un ton incompatible avec la rigueur scientifique qu'exige une bibliographie digne de ce nom. J'en donnerai quelques exemples, qui me paraissent justifier que soit le plus tôt possible entrepris un nouveau répertoire de ces brochures et mémoires, chaque entrée étant suivie d'un commentaire plus serein. Ces exemples sont d'abord quelques-unes des brochures de la série El fascismo destruye el tesoro artístico de España, éditée par le "Servicio de Información del Oficio Nacional Español del Turismo". Notice de la première, sur le Palacio del Infantado de Guadalajara : « Inicia este folleto una serie de características similares, para exhibir algunos monumentos dañados por la guerra, cuya responsabilidad se imputa a los bombardeos de las tropas nacionales [...]. » [souligné par R. Marrast] Notice de la troisième, sur le Musée du Prado : « Fotografías de daños ocasionados por la guerra en este centra, con los comentarios habituates en esta serie de folletos. » [id.] Notice de la cinquième, sur le palais du duc d'Albe : « Fotografias y breves comentarios acusando al enemigo de la destruction ocasionada en el palacio de Liria. » [id.] Notice de la brochure Protección del tesoro bibliográfico nacional. Réplica a Miguel Artigas (dont l'auteur, ce qu'ignorait le rédacteur de la notice, était le regretté Antonio Rodriguez Moñino : sa signature figure au bas de ce texte publié dans les n° 220 à 224, 9 à 13 septembre 1937, du quotidien Servicio Español de Información) : « Contestation a las acusaciones aparecidas en el Heraldo de Aragon, de Zaragoza, el 5 de junio de 1937. Se defiende atacando. » Alors que, simplement, Rodríguez Moñino précise que se trouvent à Valence les manuscrits et éditions rares dont Miguel Artigas disaient qu'ils avaient disparu...

25Le même Palacio Atard, dans son commentaire à Corresponsal en España d'Il y a Ehrenburg (Buenos Aires, 1968) considère comme relevant de l'affabulation que les défenseurs de l'Alcázar de Tolède retenaient en otages des femmes et des enfants, fait que Herbert R. Southworth a prouvé. Et plus loin, ces affirmations gratuites et venimeuses que dément la lecture de l'ouvrage : « Aunque el escritor habla de visitas al frente, de milicianos y de guerrilleros, le gusta más rondar por la retaguardia propia, en compañía de poetas y escritores. Un día el corresponsal transcribe íntegro el insultante romance de Alberti al duque de Alba. Así se redime, por lo visto, al proletariado. » Il va sans dire que les auteurs des ouvrages favorables aux rebelles sont bien mieux traités.

26Négligeons la Bibliografia general de la Guerra de España, 1936-1939 y sus antecedentes históricos (1968) de Ricardo de la Cierva y de Hoces, dont Herbert R. Southworth puis Juan Garcia Durán, ont démontré la partialité, les lacunes et le manque de rigueur autant que d'intérêt. Lacunaires, partiales, bourrées d'erreurs, ces bibliographies doivent d'urgence faire place à des répertoires dont les entrées seraient suivies d'un résumé dépourvu de jugements de valeur.

27Sans doute y a-t-il encore bien d'autres aspects culturels de la Guerre civile à étudier. Mon propos a seulement été d'indiquer quelques directions de recherches dans des domaines qui me semblent avoir été injustement négligés et oubliés, et qui me paraissent mériter l'attention.

Auteur

Université de Bordeaux III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540