Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rafaël Alberti et les avant-gardes

 | 
Serge Salaün
, 
Zoraida Carandell

III. L’exil

De Rome à Malaga : Rafael Alberti et la revue litoral (1968-1975)

Aude Thiéry

Résumé

La presencia de Alberti en Litoral refleja la amistad entre el poeta y José María Amado a lo largo de los afios. La correspondencia de ambos, los numerosos poemas y dibujos inéditos ofrecidos a la revista malaguena, las caligrafías y liricografías constituyen un conjunto de notable interés. La revista supuso probablemente para Alberti la posibilidad de dar a conocer su obra en España, y el poeta se convirtió en un símbolo de lo que Litoral se proponía : crear lazos entre el pasado y el presente, la vanguardia y las nuevas generaciones

Texte intégral

  • 1 Texte manuscrit de Rafael Alberti, publié en première page du n° 178-180 de Litoral, à l’occasion d (...)

1« Este nuevo Litoral de Málaga, vieja morada de mi ayer juvenil, hoy revivido albergue y azotea en donde la segura mano de José María Amado y otros buenos amigos le abren alegría y reposo, frente al aire del mar, vivificadores perennes de su vuelo »1, affirme Alberti à propos de la revue Litoral, publiée depuis 1968, en témoignage de sa constante collaboration et des étroits liens artistiques et personnels qui unissent le poète à la revue et à ses responsables.

« Litoral, vieja morada de mi ayer juvenil »

  • 2 Carte de Rafael Alberti à Emilio Prados, transcrite dans le n° 70-72 de Litoral, intitulé « Cuadern (...)

2Au début des années 20, le jeune Alberti, récemment installé à Madrid, se lie d’amitié avec Emilio Prados et Manuel Altolaguirre, entre autres, à la suite de ses fréquentes visites à la Residencia de Estudiantes. En décembre 1925, dans une lettre qu’il adresse à Emilio Prados depuis le village de Rute, Alberti fait déjà allusion au projet des deux Malaguègnes de créer la revue Litoral, pour laquelle il offre d’avance sa collaboration, avec la remise du manuscrit de La Amante2.

3Parmi les revues poétiques qui fleurissent en Espagne au cours des années vingt, Litoral se distingue dès la sortie de son premier numéro. Grâce à une édition particulièrement soignée (variété typographique, illustrations, reproductions de manuscrits...) par Emilio Prados et Manuel Altolaguirre, cette revue, née pour chanter la mer, réunit au fil de ses sept volumes (qui correspondent à neuf numéros) poètes, peintres et musiciens et devient le porte-parole d’une génération à la recherche de nouvelles modalités artistiques.

4Alberti – dont les qualités poétiques avaient rapidement été reconnues par les fondateurs de la revue – publie dans Litoral deux poèmes et une prose. Son nom apparaît dès le premier numéro, avec le poème « Narciso », dans lequel il offrait sa vision personnelle de la métamorphose grecque. Pour le triple volume (n° 5-6-7) en hommage à Góngora, il propose sa « Tercera Soledad ». Et, finalement, quand l’influence surréaliste devient manifeste, sa prose intitulée « Auto de fe » sort dans le dernier numéro de Litoral.

5La régularité avec laquelle Alberti publie dans Litoral obéit à un double objectif : l’intérêt personnel qu’avait le poète à se faire connaître à travers cette revue, ainsi que celui d’Emilio Prados et de Manuel Altolaguirre de divulguer l’œuvre de cet artiste débutant aux qualités prometteuses (sans doute le plus jeune, avec Luis Cernuda). D’autre part, le recueil de poèmes, La Amante, auquel faisait allusion le poète dans sa lettre à Emilio Prados, et dont la thématique s’ajuste à la poétique de la publication malaguègne, sort, en novembre 1926, dans un second supplément de la revue.

6En 1929, la précarité économique de la publication, ainsi que les divergences esthétiques entre Emilio Prados et Manuel Altolaguirre, rejoints par José María Hinojosa, provoquèrent la disparition de Litoral, qui aurait été la première revue surréaliste espagnole.

7Il faut attendre 1944 et la réunion, au Mexique, de nombreux poètes espagnols en exil, après la Guerre Civile, pour qu’une revue du même nom soit de nouveau publiée. Bien qu’Emilio Prados et Manuel Altolaguirre fassent partie de l’équipe dirigeante, ce Litoral manquait de fraîcheur poétique : le ton nostalgique prédominant dans les trois volumes publiés, la précarité matérielle et économique, ainsi que la volonté de ses membres de surmonter le déracinement auquel ils étaient confrontés, condamnent encore une fois la revue au silence.

8Parmi les 58 numéros publiés entre 1968 et 1975 (qui représentent en réalité 31 volumes), nous soulignerons l’importance du premier numéro en hommage à ladite génération de 27, le numéro consacré à Lorca, la publication en fac-similé des numéros des années 20 et de 1944 qui permirent de diffuser des œuvres relativement méconnues, ainsi que celle des n° 15-16, 19-20 ou 41-42, dans lesquelles de jeunes artistes présentent leurs plus récentes créations. D’autre part, le n° 53-58 – numéro bilingue composé à l’occasion de la Révolution des œillets au Portugal – souligne l’intérêt que portent les responsables de Litoral aux événements contemporains et à leur influence sur le climat culturel.

9Nous pouvons donc entrevoir pourquoi Rafael Alberti, en tant que ’poète de la rue’, poète engagé et inquiet pour l’avenir culturel espagnol, adhère de nouveau aux critères esthétiques et idéologiques de la jeune revue malaguègne.

Rafael Alberti et José María Amado y Arniches : genèse d’une amitié

  • 3 Cf. la « Carta abierta a Rafael Alberti » de José María Amado, reproduite au début de Litoral-Alber (...)

10En 1924, au jury qui décerne le Prix National de Poésie au jeune Alberti pour Marinero en Tierra, figuraient Antonio Machado, Ramón Menéndez Pidal, Gabriel Miró, José Moreno Villa et Carlos Arniches, l’oncle maternel de José María Amado. A partir de cette année, la relation entre Alberti et cette famille se resserra à tel point que (même si cela paraît anecdotique) Rafael Alberti devint le fiancé, l’espace de l’été 1928, de Victoria, la sœur de José María, alors qu’ils séjournaient tous les trois à la Huerta de Mena, la maison de campagne madrilène de Carlos Arniches. Soulignons aussi la présence plus ponctuelle de José Bergamín, futur époux de Rosario Arniches (la fille de Carlos Arniches) et ami intime tant de José María Amado que de Rafael Alberti. Même si quinze ans séparent Rafael Alberti et José María Amado (né en 1917), ces premiers contacts justifièrent ou, du moins, facilitèrent leur rapprochement à partir de 19683.

La collaboration de Rafael Alberti dans Litoral

a) La correspondance

11L’initiative audacieuse de José María Amado d’envoyer au poète résidant à Rome le premier volume de Litoral, publié en mai 1968, fut rapidement récompensée par l’intense collaboration d’Alberti dans les différents numéros de la revue. Cette nouvelle publication malaguègne – qui lui rappelait sans aucun doute la revue de Prados et Altolaguirre – le séduisit, ce qui décida le poète à entrer personnellement en contact avec elle. Sa première lettre, datée du 11 juillet 1968, peut donc être considérée comme le point de départ de sa correspondance avec José María Amado.

12Les années 1968-1975, pendant lesquelles les Alberti résidaient en Italie, sont aussi celles de leur relation épistolaire la plus féconde. Paradoxalement, si Rafael Alberti garde son importance dans Litoral après son retour en Espagne, en 1977, sa relation avec José María Amado et la revue se refroidit quelque peu.

13Vingt lettres nous permettent d’analyser l’amitié qui s’est très rapidement établie entre ces deux hommes. Bien que nous ne connaissions pas celles écrites par José María Amado, nous pouvons aisément déduire leur contenu des réponses envoyées par le poète. Dans ces lettres dominent la sincérité et la simplicité. Toutes commencent par « Querido José María » ou « Mi querido José María » et le poète prend congé par « un abrazo » ou « un grandísimo abrazo » ; le tutoiement est de règle dès le début, malgré la différence d’âge. Toutes sont manuscrites, parfois illustrées de dessins ou de vignettes, confirmant ainsi le naturel avec lequel Rafael Alberti écrivait à José María Amado. Mis à part trois lettres et une carte postale envoyées depuis le Sud de la France (deux d’Antibes, datées respectivement du 11 décembre 1968 et du 22 janvier 1969, et deux de Cannes, du 12 février et du 9 juillet 1970, quand les Alberti voyagent en France afin de rendre visite à Picasso), les lettres restantes sont postées d’Italie (de Rome ou de Anticoli Corrado) et Alberti informait José María de ses déplacements en lui indiquant, le cas échéant, où lui écrire.

14Sauf trois fragments (de Rome, du 12 mai et du 20 octobre 1969, et de Cannes, le 11 février 1970), publiés dans le n° 12, de février-mars 1970, en hommage à Antonio Machado, aucune lettre ne fut intégralement reproduite dans Litoral entre 1968 et 1975. Par contre, elles furent éditées au fur et à mesure de leur réception après cette date. Toutefois, le supplément de Litoral, édité en hommage aux 90 ans de Rafael Alberti, reproduit la totalité de cette correspondance, sans quoi nous ne pourrions en avoir connaissance aujourd’hui puisque les lettres furent volées à la fin des années 90, peu avant que José María Amado ne meure, en février 1998.

b) Litoral dans les lettres de Rafael Alberti à José María Amado

15Dans la plupart de ses lettres, Alberti adresse ses compliments à José María Amado, au fur et à mesure qu’il reçoit les numéros de Litoral. « Muy bueno el libro que me mandas. », dit-il du premier numéro, consacré à la « Génération de 27 ». Mérites qu’il souligne dans sa lettre du 12 mai 1969 : « no te desanimes nunca : estas haciendo un trabajo, además de estupendo, necesario », ainsi que dans sa dernière lettre de février 1989, à la suite de la présentation, à Madrid, du numéro publié pour les vingt ans de la revue, à laquelle il n’a pu assister : « Quiero destacar tu enorme esfuerzo, contra viento y marea, pidiendo a todos los escritores y lectores lo reconozcan y lo aplaudan ».

  • 4 Le troisième volume de Litoral publié en août-septembre 1968, est entièrement consacré à Rafael Alb (...)

16Toutefois, cet enthousiasme est, de temps à autre, voilé par un sentiment de nostalgie envers le passé et l’Espagne. Dans sa lettre du 20 octobre 1968, il confie au sujet du Litoral n° 34, entièrement consacré à son œuvre : « Estupendo el número : un Litoral con barcos y banderas digno de sus primeros días. » ; ou il avoue tout simplement : « Muy bueno —y nostalgico para mí— el número dedicado a Alberto ». Sa nostalgie envers l’Espagne est aussi patente dans des phrases telles que : « Falta me haría contemplar ese mar desde esa tierra. Pero... » ou « Hubiera sido maravilloso haber bebido juntos una copa de Malaga y otra de El Puerto bajo este viejo sol de los Litorales andaluces. Día llegara... ». Et il conclut : « Más fácil sera que yo te vea a ti en Roma que tu a mí en España ».

  • 5 Les quatre dédicaces manuscrites de Pablo Picasso lurent publiées dans le n° 49-50 de Litoral, en m (...)

17Mais la plus grande réussite de Rafael Alberti, en plus de sa collaboration à laquelle nous nous intéressons, consiste à avoir amené Pablo Picasso à Litoral. La lettre postée à Antibes le 12 décembre 1968 permet de connaître les épisodes de cette participation inespérée. Face à la possible méfiance ou au manque d’intérêt de Picasso, Alberti écrit : « No sé si Picasso conoce el número mío de Litoral en el que aparecen las tres Retahilas : de todos modos, mandame uno (o dos) ejemplares : se enterará mejor si ve la revista conmigo. ». D’après sa lettre du 22 janvier 1969 : « A Picasso le halagó y lo miró todo. ». À la suite de cette visite de Rafael Alberti à Picasso, Litoral obtient la première dédicace du malaguègne : « Yo le pedí para ti y para Litoral la firma en este librillo que le llevé : ahí lo tienes : creo que te emocionara mucho ». Cet autographe occupe la première page du sixième numéro que Litoral consacra entièrement à cet artiste. La lettre écrite par Alberti, à Cannes, le 11 février 1970, confirme la bonne disposition de Picasso envers cette publication : « Ayer vimos a Picasso : por cierto, me dijo que recibía Litoral, que era una revista que le gustaba : yo le hablé de ti, de las dificultades para publicarla, etc. : me halagó mucho que me hablase de la revista espontáneamente, sin yo haberle dicho nada ». De fait, l’intérêt de Picasso pour la revue de sa ville natale se traduira par quatre dédicaces et une série de gravures inédites, spécialement réalisées pour celle-ci5 :

18Finalement, la collaboration du poète dans la revue est, sans aucun doute, le sujet le plus longuement traité dans ses lettres. En de nombreuses occasions, des dessins ou des photographies accompagnent les poèmes originaux qu’Alberti envoyait spécialement à Litoral. À plusieurs reprises, il joue auprès de José María Amado un rôle de conseiller, en aidant ce dernier à choisir, parmi sa vaste production, ce qu’il convenait de publier.

19En réalité, sa première lettre est une ébauche de la sélection des poèmes qui sont finalement publiés dans le troisième volume de Litoral. S’il n’hésite pas à lui envoyer des poèmes inédits, il lui signale aussi comment obtenir d’autres œuvres difficilement localisables en Espagne – « Si no tienes a mano los libros donde están todos los poemas, los encontraras en Poesías Completas publicado en Buenos Aires por Losada. »-, bien qu’on observe, parfois, que le poète redoutait que la censure ne s’exerce sur ses poèmes et oblige la revue à payer des amendes. Dans cette même lettre, nous pouvons lire : « Y ahora te mando copiados, estos otros poemas todavía inédi¼ tos : si el dedicado a Picasso tiene algo que no funciona, es preferible, antes de suprimirle algunos versos, no publicarlo ». Dans sa lettre du 20 octobre 1968, Alberti se demandait : « ¿Dejarían publicar ahí esta letrilla rigurosamente inédita aun, que escribí cuando el Centenario de Góngora ? ». Cette crainte de la censure est davantage visible dans sa lettre du 1er juillet 1969 : « De mi libro de Roma, veo que has elegido algo que te puede quemar los dedos. Τú verás... ». Finalement, la lettre du 11 février 1970 pose le problème de l’autocensure, des propres limitations auxquelles Litoral a dû se soumettre dans la genèse du numéro consacré à Antonio Machado : « Machado es un poeta que tiene que ser presentado como es, con todas sus preocupaciones políticas, su clara idea de España... En fin, tú veras y sabras hasta donde puedes llegar en un homenaje a un poeta tan íntegro y perfilado ».

c) L’œuvre d’Alberti dans Litoral

20Nous trouvons une ou plusieurs références albertiennes (un poème, un dessin, une dédicace, une calligraphie ou une prose) dans vingt-deux des trente et un volumes publiés entre 1968 et 1975, et trois lui sont entièrement consacrés. Le numéro 3, publié en septembre 1968, porte comme titre « Desde Andalucía a Rafael Alberti » ; le numéro 33-34, qui correspond à la reproduction fac-similé du dernier numéro paru au Mexique, inclut un vaste supplément en hommage aux 70 ans du poète et, finalement, le numéro 43-44, de mars 1974, correspond à la première publication en Espagne de Roma peligro para caminantes.

  • 6 Voir en annexe le détail des poèmes d’Alberti publiés dans Litoral entre 1968 et 1975.

21Présentes depuis le premier volume, ses créations se distillent au fil des pages de Litoral. Si les numéros 3 et 33-34 se présentent comme une anthologie de ses œuvres, depuis ses premiers écrits des années 20 jusqu’à ses créations les plus récentes, les poèmes publiés dans les autres volumes se rapportent directement au thème traité ou à l’artiste auquel la revue consacre son numéro. Par exemple, les poèmes « Corrida de toros » et les « Chuflillas de El Niño de La Palma » sont publiés dans le numéro 4 consacré à « La Fiesta de los toros ». Dans le n° 6, en hommage à Picasso, on trouve le long poème calligraphié « Picasso ». La même formule est appliquée dans les numéros consacrés à Lorca (« Soneto »), à Antonio Machado (« Ah don Antonio, pobre y mal trajeado don Antonio »), ou à Alberto (« Para Alberto Sanchez escultor de Toledo »)6.

22Toutefois, considérer l’ensemble des œuvres d’Alberti publiées dans Litoral comme une anthologie ne serait pas tout à fait exact : les références aux poèmes des années 20 et de l’exil en Argentine abondent. Par contre, les reproductions d’œuvres des années trente sont presque inexistantes. La seule référence à son théâtre est une affiche française de la représentation de Nuit de guerre dans le Musée du Prado, publiée dans le volume 49-50, de mars 1975. En réalité, si Litoral remplit son objectif de réhabiliter une des voix de la « Génération de 27 » et de divulguer ses œuvres les plus récentes, le silence sur une part importante de la production d’Alberti pourrait être considéré comme une lacune. Mais cette absence se comprend par la crainte de la censure, et mettre l’accent sur la personne était aussi se faire indirectement l’écho de son engagement politique et culturel.

23En revanche, Alberti a livré à Litoral un ensemble relativement considérable de poèmes et de dessins inédits, soit à la demande de José María Amado, soit de manière spontanée. Parmi les poèmes inédits, les extraits de Roma peligro para caminantes sont significatifs. Le numéro 3 s’ouvre avec les inédits : « Basílica de San Pedro », « Lo que dejé por ti », « Nocturno » et « Tres Retahilas Pablo Picasso » (du futur livre Los 8 nombres de Picasso), pour conclure avec « Abro el diario, qué infinita angustia » (des Canciones del Alto Valle del Aniene).

24Dans le numéro 7 de Litoral, intitulé « Los muros toman la palabra », volume avec une forte charge politique, apparaît le poème « Vietnam » auquel se référait Alberti dans sa lettre de juillet 1969 : « [...] has elegido algo que te puede quemar los dedos ». Mais ce qui constitue sans doute le plus grand succès éditorial et la plus grande hardiesse de Litoral pendant cette période, c’est la première publication en Espagne de Roma peligro para caminantes, qui contient une introduction manuscrite de son auteur. En 1969, José María Amado devait en posséder un exemplaire (la première édition fut réalisée au Mexique, en 1968). Mais il semble qu’il ait attendu cinq ans avant de se décider à le publier dans Litoral. Cependant, si nous comparons l’édition mexicaine avec celle de Litoral, nous constatons que, dans cette dernière, il manque cinq poèmes : « La terna », « Congratulación infernal », « También los frailes hacen contrabando », curieusement « Vietnam » et, finalement, « Ugo Attardi, pintor » (sous-titré « España hoy »). Cette épuration a-t-elle été réalisée avec le consentement du poète, ou correspond-elle à la propre initiative de José María Amado ? Ce volume n’a fait l’objet d’aucune sanction de la Sous-délégation de la Presse de Malaga. Il pourrait s’agir d’une forme d’autocensure puisque les quatre premiers poèmes exclus sont très critiques envers l’Église Catholique et le dernier condamne sévèrement le régime franquiste. Dans le but de divulguer en Espagne une des créations les plus récentes du poète exilé, la solution retenue a été d’amputer le livre original plutôt que de s’en voir refuser la publication.

25Parmi les inédits, Alberti souligne le double intérêt du poème « A Don Luis de Góngora y Lagartijo », dans sa lettre du 20 octobre 1968 : « Esta letrilla me la censuraron en 1927 y no pudo aparecer en Papel de Aleluya que dirigía entonces Fernando Villalón ». Pour des motifs encore inconnus, ce poème, envoyé à Litoral en 1968, n’est paru que dans le n° 50, en 1975.

26Toutefois, pour Litoral, publier des inédits est une preuve de sa ’bonne santé’ artistique et de la confiance qu’elle inspirait à Alberti. D’autre part, ces inédits stimulent autant les jeunes artistes qui y publient leurs premières œuvres, que les lecteurs en quête de nouveauté.

27Les calligraphies et les lyricographies enrichissent graphiquement les différents volumes de Litoral. Reproduire un manuscrit équivaut à offrir une œuvre unique, plus personnelle, plus intime, au moyen de laquelle on cherche le rapprochement et la complicité du lecteur. De plus, la reproduction de manuscrits, méthode déjà employée dans les années 20, est devenue une tradition dans Litoral, à partir de 1968, qui confère au poème manuscrit le statut d’œuvre graphique. On le voit avec la prose « A Picasso », les poèmes « Chuflillas de El Niño de La Palma » ou « Basílica de San Pedro ». Quant aux quatre lyricographies – nouveau procédé graphique auquel fut initié Alberti en Italie –, publiées à la fin du n° 43-44 (« Piedra », « 1 2 3 », « Agua » et « Canción »), elles attestent de la facilité avec laquelle Alberti parvenait à transformer quatre poésies de jeunesse en une œuvre plastique.

Rafael Alberti dans Litoral

28Entre 1968 et 1975, la place réservée à l’œuvre albertienne, numéro après numéro, confère au poète exilé un statut privilégié parmi l’éventail de ses collaborateurs. Premièrement, parce qu’il était l’un des membres survivants de la « Génération de 27 » et le témoin de ce que cette période représente pour la littérature espagnole. Deuxièmement, pour son incroyable fécondité pendant l’exil et sa perpétuelle quête poétique. Et troisièmement, pour son engagement bien connu contre la dictature et en faveur des libertés, particulièrement celle d’expression. Statut privilégié, donc, dans cette revue puisqu’il en incarne les idéaux. Alberti rattache l’art présent au passé littéraire espagnol et parie pour un futur plus libre, il est un symbole et une charnière qui donne de la cohérence à l’objectif original de la revue : concilier passé et présent, l’avant-garde de la « Génération de 27 » et la poussée des nouvelles générations.

29Si, pour Alberti, Litoral était un des instruments qui le maintenait en contact avec l’Espagne, la revue lui offrait aussi l’avantage de divulguer son œuvre en Espagne et ailleurs. Pour de jeunes artistes en quête de modèles, le fait d’avoir la possibilité de trouver ses poèmes et de voir revendiquée sa présence dans les pages d’une revue poétique et artistique espagnole faisait, très probablement, office d’exemple à suivre.

30Soulignons cependant que, dans le Litoral de ces années-là, Rafael Alberti n’était pas la seule figure de proue de la revue bien qu’il puisse en être considéré le mentor poétique. Aux côtés de nombreux artistes de la « Génération de 27 » (comme Maruja Mallo, Vicente Aleixandre, Jorge Guillén, etc.), José Bergamín, par sa présence soutenue dans ce nouveau Litoral, eut le mérite d’en devenir le mentor idéologique. Et Picasso, dont l’œuvre occupa une place privilégiée dans cette revue, en fut le mentor artistique.

31Finalement, Rafael Alberti perdit progressivement de l’importance, après la chute de la dictature et après son retour en Espagne, en 1977, car la revue malaguègne avait rempli son objectif de récupérer, promouvoir et divulguer l’œuvre de nombreux poètes de la « Génération de 27 ». Il était enfin temps, pour Litoral, de laisser entrer davantage les nouveaux courants artistiques et de diversifier son éventail thématique.

Annexes

Annexe : Alberti – Litoral (1968-1975)

n° 1 – Homenaje a una Generación Trascendente :

’El toro de la muerte’, ’El ángel bueno’.

n° 2 – Dedicado a Europa :

’Canción n.° 8’(’Hoy las nubes me trajeron’), ’El ángel bueno’.

n° 3 – Desde Andalucía a Rafael Alberti : ’Basilica de San Pedro’, ’Très retahilas a Pablo Picasso’, ’Lo que dejé por ti’, ’Nocturno’, ’Carta a Emilio Prados desde la Sierra de Rute, 1925’, ’Verano’, ’Nana de la tortuga, ’Branquias quisiera tener’, ’Si mi voz muriera en tierra’, ’Castellanos de Castilla’, ’¡Marineros, mis zapatos !’, ’Ya no sé, mi dulce amiga’, ’El ángel confitero’, ’No puedo hasta la verbena’, ’A Jean Cassou’, ’Nana’, ’Saber que tengo que irme’, ’Muerte’, ’Amaranta’, ’Claroscuro’, ’Platko’, ’Don Homero y doña Ermelinda’, ’El cuerpo deshabitado’, ’Tres recuerdos del cielo’, ’Buster Keaton busca por el bosque a su novia, que era una verdadera vaca’, ’Cuba dentro de un piano’, ’Monte de El Pardo’, ’Sonetos corporales’, ’Se equivocó la paloma’, ’Retornos del amor en una noche de verano’, ’A la línea’, ’El Bosco’, ’La fuerza heracleana’, ’Canción 24’, ’Abro el diario. ¡Qué infinita angustia !’ et 4 illustrations.

n° 4 – La Fiesta de los Toros :

’Corrida de toros’, ’Chuflillas de El Niño de La Palma’.

n° 5 – Dedicado a la Navidad :

’Navidad’.

n° 6 – Dedicado a Pablo Picasso :

’Picasso’.

n° 7 – Los muros toman la palabra (mayo 1968) :

’No tenéis a dónde ir’, ’Entro, Señor, en tus iglesias...’, ’Arte Sacra Romana’ ’Vietnam’ et un dessin dédicacé à José María Amado.

n° 8-9 – Llante de Granada por Federico García Lorca :

’Soneto’ et le texte’ Federico Garcia Lorca’.

n° 10 – Aportación a la poesía de la Generación 70 :

Le texte en prose A veces me basta saber que vienen de España.

n° 12 – Homenaje a Antonio Machado :

Fragments de trois lettres et le texte en prose ’Ah don Antonio, pobre y mal trajeado don Antonio...’

n° 17-18 – Homenaje al escultor Alberto Sánchez :

’Para Alberto Sanchez, escultor de Toledo’.

n° 21-22 – Ronda y un torero :

’Chuflillas de El Niño de La Palma’ y ’Picasso no esta solo’.

n° 23-24 – A los 90 años de Pablo Picasso :

le texte en prose ’A Picasso’.

n° 33-34 – Litoral-México 1944 :

’Geografía física’, ’Sueño del marinero’, ’A Rosa de Alberti, que tocaba pensativa el arpa (siglo XIX)’, ’Catalina de Alberti, italo-andaluza (siglo XIX)’, ’El herido’, ’Elegia’, ’Salinero’, ’Con él’ ’ATagore’, ’¡Qué altos los balcones de mi casa’, ’Siempre que sueño las playas’, ’Si Garcilaso volviera’, ’¡jee, compafiero, jee, jee !’, ’Roa de Duero’, ’De Canicosa de la Sierra a Santo Domingo de Silos’, ’Medina de Pomar’, ’Vuelta’, ’1 platero’, ’Carcelera, toma la Have’, ’Rutas’, ’Súplica’, ’Un extranjero’, ’Verano’, ’Telegrama’, ’El tranquilo’, Έ1 angel desgafiado’, ’Noticiario de un colegial melancolico’, ’En La Habana la sombra de las palmeras’, ’Geografía política’, ’Casi son’, ’El indio’, ’Te oigo mugir en medio de la noche’, ’Siglo XV’, ’Para ti, nifia Aitana’, ’Remontando los ríos’, ’Autorretrato de Juan Panadero’, ’Juan Panadero en America’, ’Que absoluto descanso’, ’Basilica de San Pedro’, ’Los 8 nombres de Picasso’, ’Guillaume Apollinaire’, ’No tenéis a donde ir’, ’Tres retahilas para Pablo Picasso’, ainsi qu’une photographie et deux dessins.

n° 35-36 – De Cádiz a Granada, homenaje a Manuel de Falla :

Le texte en prose ’En Alta Gracia, una cantata sumergida’ et une photographie d’Alberti avec Manuel de Falla et Paco Aguilar.

n° 37-40 – ’La Claridad desierta’ de José Bergamín :

’Carta a José Bergamín’.

n° 41-42 – Tres poetas andaluces :

le texte ’Introduccion’.

n° 43-44 : ’Roma, peligro para caminantes’ de Rafael Alberti

n° 45-46 – Los andaluces cuentan :

une illustration.

n° 49-50 – 50 núméros de Litoral :

’A don Luis de Góngora y Lagartijo’, ’Canción 8’, ’Abro el diario’, ’Carta a José Bergamín’, ainsi que les textes en prose ’Ah don Antonio, pobre y mal trajeado don Antonio’ y ’Palabras para Federico’, une photographie, une illustration et l’affiche de Nuit de guerre dans le musée du Prado.

n° 51-52 – ’En breve’ de Dionisio Ridruejo :

le texte en prose ’Tierno pincel austero’.

n° 53-58 – Portugal, la revolución de los claveles :

l’illustration ’Creemos el hombre nuevo cantando’.

Notes

1 Texte manuscrit de Rafael Alberti, publié en première page du n° 178-180 de Litoral, à l’occasion des 20 ans de la revue.

2 Carte de Rafael Alberti à Emilio Prados, transcrite dans le n° 70-72 de Litoral, intitulé « Cuaderno de Rute » : « Quand entreront chez moi les voiles de Litoral ? [...] Je te promets de mettre au propre La Amante, pour te l’envoyer au plus vite. »

3 Cf. la « Carta abierta a Rafael Alberti » de José María Amado, reproduite au début de Litoral-Alberti, numéro extraordinaire édité en mars 1993 à l’occasion des 90 ans du poète.

4 Le troisième volume de Litoral publié en août-septembre 1968, est entièrement consacré à Rafael Alberti et à sa poésie. La première moitié de ce numéro se présente comme une anthologie de son œuvre alors que dans la seconde moitié, de nombreux artistes lui rendent hommage dans des poèmes tels que « Viejo campesino andaluz », poème manuscrit de Vicente Aleixandre, « Rafael Alberti », de Carlos Rodriguez Spiteri, et « Presencia », de Julio Alfredo Egea.

5 Les quatre dédicaces manuscrites de Pablo Picasso lurent publiées dans le n° 49-50 de Litoral, en mars 1975. La série de gravures à laquelle nous faisons allusion fut reproduite dans le n° 23-24 de Litoral, en décembre 1972, numéro qui célébra les 90 ans du peintre.

6 Voir en annexe le détail des poèmes d’Alberti publiés dans Litoral entre 1968 et 1975.

Auteur

Université de Champagne-Ardennes

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540