Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transgressions et stratégies du métissage en Amérique coloniale

 | 
Bernard Lavallé

Les dilemmes des élites

Comment “policer” les nobles indigènes

Les stratégies d'une éducation au service du pouvoir colonial, Pérou XVIIe-XVIIIe siècle

Monique Alaperrine-Bouyer

Résumé

En el proyecto de integración a la política colonial de la corona española, la creación de colegios destinados a los hijos de caciques, largamente cuestionada, tuvo lugar finalmente a principios del siglo XVII. Se consideraba como una prioridad la obligación de educar a la joven élite en la policía cristiana, pero la necesidad de mantener a esos jóvenes en su lugar de dominados también moderaba este imperativo. El estatuto de los alumnos del Cercado de Lima y de San Borja de Cuzco les llevó a un mestizaje cultural que aparece a las claras en las constituciones de los colegios, en particular en lo que atañe a los vestidos por la cuestión muy discutida del uniforme, y la alimentación tan estrechamente vinculada a las prácticas religiosas por ambos lados

Texte intégral

1La rencontre de deux mondes ne peut aller sans un double métissage : biologique et culturel, l’un et l’autre ayant dans un premier temps un caractère spontané. Mais le métissage peut aussi être instrumentalisé, et c'est le cas du métissage culturel planifié par le pouvoir espagnol afin d'intégrer les élites indigènes à sa politique. Car il s'agit en effet d'un projet d'intégration avec les restrictions afférentes à l’époque et à la société coloniale, mais aussi avec tout ce que cela comporte de compromis, de risques et d’opposition de part et d'autre. Ce projet a eu pour vecteur, au Pérou, la campagne contre les idolâtries, et s'est mis en place au plus fort de cette campagne, c'est-à-dire sous l'épiscopat de Lobo Guerrero entre 1616 et 1621.

2Le vice-roi Esquilache fonde alors au Pérou deux collèges dits de caciques, l'un à Lima, dans la réduction du Cercado en même temps qu'une prison destinée aux sorciers, l'autre dans la ville même de Cuzco. Punir et éduquer étaient les deux axes de l'Extirpation, indissociables au point que dans la correspondance entre le roi et le vice-roi, on passe parfois de la casa de reclusión au collège dans la même phrase sans autre précision, ce qui oblige à confusion et prouve à quel point le jeune cacique était considéré comme un élément nocif en puissance dont l'éducation relevait autant du redressement que de l'apprentissage.

3La Couronne, outre la réalisation de sa mission évangélisatrice, avait besoin de la collaboration des caciques pour maintenir l'ordre, gérer la force de travail des Indiens du commun et percevoir le tribut. Des caciques intégrés seraient de bons chrétiens, donc a fortiori fidèles au roi ; ils seraient un modèle pour leurs sujets et leur autorité assurerait l'obéissance de ceux-ci. Pour obtenir cette adhésion sans faille, il fallait extirper d'eux tout ce qui était mauvais, à savoir leurs rites et croyances, et les amener à la condition d'hommes à part entière, à la fameuse policía cristiana, c'est-à-dire l'observance des bonnes mœurs et de la discipline chrétienne, ce qui en un mot distinguait, aux yeux des Espagnols, l'individu civilisé - dirions-nous aujourd'hui - du barbare.

4Un exemple éclairant de ce manque de policía des Indiens nous est fourni par l'avis négatif que donne encore, bien tardivement, l'archevêque de Mexico sur la création d'un collège de caciques indiens en 1755. Il est très représentatif de l'idée que se faisait des Indiens l'élite chrétienne dans sa majorité, particulièrement par la confusion volontairement établie entre les Indiens du commun et les caciques. Dans le choix même du mot cacique, emprunté à la langue arawak pour désigner les élites indiennes d'un bout à l'autre de l'Amérique espagnole et qui gommait au Pérou le titre spécifique de curaca, on mesure d'ailleurs l'amalgame fait entre tous les peuples soumis à la Couronne et le peu de considération pour ceux qui étaient les nobles indigènes.

5Voici ce qu'écrit l'archevêque :

  • 1 AGI, Mexico 1937.

“Que aunque tengan dinero y lo athesoren para enterrarlo no comerán más que legumbres y maís no cubrirán sus casas no comprarán un vaso en que beber agua ni un mueble curioso no se procurarán alguna comodidad para dormir porque duermen sobre una estera con sólo una manta[...]las indias cacicas aunque se engalanen y tal vez costosamente en lo interior de sus casas se ajustan al capricho de los hombres1”.

6Remarquons que pour les besoins de la cause, et ce n’est pas coutume, ce sont les hommes qui sont responsables des écarts féminins.

  • 2 Voir à ce sujet l’article de Susan Ramírez : “The ‘dueños de Indios’ thougts on consequence of the (...)

7De leur côté, bon nombre de caciques aspiraient à montrer une certaine égalité de statut avec les Espagnols et les créoles ce qui pour eux signifiait, entre autre chose, s'habiller à l'européenne, utiliser la meilleure vaisselle, monter à cheval etc. ; ils se heurtaient alors à l'hostilité des Espagnols. Le docteur Cuenca, dès avant l'arrivée du vice-roi Toledo avait essayé de leur interdire de tels signes de noblesse : il lui fallut y renoncer2. D’ailleurs, dans les inventaires de biens saisis, dans les testaments de caciques et dans l'iconographie, il apparaît clairement qu'ils s'habillaient à l'européenne et possédaient de la vaisselle, du mobilier et des livres : on est donc loin de l'image de l'Indien primitif que voudrait imposer l'archevêque, intarissable sur ces mauvaises manières et qui, en outre, pousse l’indignation jusqu'à dénoncer l’indécence des enfants qui vont tout nus. Il achève ainsi sa diatribe contre les élites indiennes :

  • 3 AGI, México 1937.

“De suerte que añadiendo a esta mala educación el color, la aspereza del cabello una phisonomía considerablemente distinta de la nuestra común no tienen proporción para adelantarse en el estado secular ni en el eclesiástico3”.

8Ces dernières lignes montrent à quel point, pour tous ceux qui s'opposaient à la création des collèges, cette policía n'était pas dissociée d'un état de nature et permettait de désigner aux caciques indiens une place inférieure et immuable dans la collectivité coloniale en leur déniant une véritable noblesse.

  • 4 Joseph de Acosta S.J, De Procurando Indorum Salute, Madrid 1984, ed. C.S.I.C, p.65.

9Le Père Acosta qui, au contraire, souhaitait deux siècles plus tôt la création de ces collèges au Pérou, était beaucoup plus nuancé dans sa description des Indiens. Il classait les Mexicains et les Péruviens dans une catégorie intermédiaire de “barbares” : ni parmi les plus évolués ni parmi les plus primitifs ; mais après leur avoir reconnu quelques qualités il ajoutait : “No obstante están todavía muy lejos de la recta razón y de las prácticas propias del género humano...4”.

  • 5 Voir à ce sujet l’ouvrage de Pierre Ragon, Les amours indiennes, Paris, 1992, ed. Colin.
  • 6 J., Acosta, op. cit., p.67. Un Père du collège du Cercado en 1665 se plaint du manque de lits et d (...)
  • 7 Ibid. Livre III, p. 541.
  • 8 Ces statuts ont été publiés par la revue Inca vol. I, également par Luis Antonio Eguiguren, Diccio (...)

10Il prônait donc une éducation rédemptrice qui devait amener cette élite non seulement à une juste raison par l’apprentissage de la lecture et de l’écriture nécessaires à l’évangélisation, mais aussi à des mœurs plus humaines : entendons par là essentiellement les mœurs sexuelles, car il fallait bannir à jamais les deux péchés les plus graves qui hantaient alors les esprits et donnaient un relief particulier à l’image que se faisaient les chrétiens de l’Indien : l’inceste et la sodomie5. Les jeunes caciques devaient donc apprendre à éviter la promiscuité, mère de tous les vices “de Vénus et même d’Adonis” selon l’expression d’Acosta6 qui insistait sur le manque de pudeur et de respect des parents parmi les Indiens qui vivaient et dormaient dans une seule pièce7. Ils devaient également apprendre à s’habiller : “De manera que se enseñen a estimarse y estarse aseadamente” -disent les statuts du collège du Cercado8-, et à manger proprement, chacun dans son assiette, sur une table recouverte d’une nappe et avec des serviettes.

  • 9 Voir : Monique Alaperrine-Bouyer, “La difficile création du collège San Francisco de Borja à Cuzco (...)

11Ces projets éducatifs requéraient des moyens financiers qui étaient le plus souvent refusés aux recteurs des collèges par les juges des caisses de communautés9. Les litiges qui les opposèrent nous fournissent des informations sur les détails matériels concernant la policía cristiana et plus particulièrement, le vêtement et la nourriture qui en étaient les composants essentiels.

Le vêtement

  • 10 A cet égard, voir David Noble Cook, Padrón de los Indios de Lima 1613, Lima, 1971. Dans ce recense (...)

12L'importance du vêtement aussi bien pour la société chrétienne que pour l'élite indigène est une évidence. Le vêtement dit qui on est, à quelle place on se situe, plus encore dans une collectivité comme celle du Pérou colonial qui ne se pensait pas autrement qu'en termes de hiérarchie10.

13L'une des premières préoccupations des fondateurs d'un collège ou d'une Université à l'époque, était de définir l'habit que porteraient les étudiants, le vêtement devant refléter avant tout les valeurs morales que l'éducation était censée respecter et transmettre. Lorsqu'il fonde l'Université de San Marcos destinée à l'élite espagnole, le vice-roi Toledo décrète, après avoir consulté les visitadores que l'habit ne doit pas être luxueux ni coûteux :

“Para que siendo honesto y moderado y conforme al estado y profesión de cada uno [...] y de la decencia y ávito exterior se infiera y colija el ávito interior”.

14Bref, l'habit des étudiants de San Marcos devait être décent et modeste, l'application en quelque sorte des leçons d'humilité et de chasteté que devaient recevoir les futurs docteurs

  • 11 Luis Antonio Eguiguren, Diccionario Cronológico histórico de la Real y Pontificia Universidad de S (...)

"sea sotanas y manteos de clérigos con su bonete, todo de paño negro sin que las puedan traer de terciopelo o otra seda acuchillada11"

15Lorsque l'on songea à la fondation des collèges de caciques, l'un des premiers points à être débattu après celui du mode de financement, fut le costume. Les oidores de l’Audiencia, consultés sur les statuts furent à l'unanimité de l'avis que les collégiens ne devraient pas en changer mais simplement porter l'insigne du collège.

16Un tel avis offrait certes l'avantage de réduire les dépenses pour chaque enfant, donc le budget à assigner à chaque établissement, et ce budget était ce qui préoccupait le plus les oidores car il risquait d'entamer les fonds de la caisse de communauté des Indiens dans laquelle les encomenderos et vecinos avaient leurs intérêts. Mais cette décision trouvait également un écho dans les conseils que le Père Plaza, Visitador del Perú, adressait dès 1576 - date à laquelle la Compagnie envisagea d'en assurer la charge spirituelle - à celui qui devrait en prendre la direction :

  • 12 Antonio Egaña, Monumento Peruana II, 1576-1580, p. 459: “Aviso para el que ha de tener cargo del c (...)

“Cuanto al sustento y vestido no conviene sacarles mucho de su natural por no hacerles regalados y viciosos, y porque no los extrañen los suyos aunque en la policía y limpieza y buen modo en su mismo natural es acertado instruirles con cuidado12”.

17S'habiller, se nourrir à l'espagnole, aux yeux du Père jésuite - qui par ailleurs recommandait de traiter les jeunes indigènes avec respect - serait pour les futurs caciques aussi immoral (puisque c'est en ces termes qu'il s'exprime), que porter velours et soieries pour les futurs docteurs de San Marcos aux yeux du vice-roi Toledo. Dans les deux cas il s'agit d'éviter la tentation du péché d'orgueil et l'on constate que ce péché consisterait pour les Indiens à vouloir s’identifier aux Espagnols. La tenue des étudiants de San Marcos leur rappelle qu'ils doivent montrer l'exemple et tendre vers le pur idéal chrétien (une tenue convenable et sans excès - dit le texte-), celle des caciques leur rappelle leur mise sous tutelle, qu'ils sont toujours soupçonnés des plus grandes faiblesses (trop gâtés, sensibles aux flatteries et vicieux) et doivent être protégés du péché comme des enfants.

18Ne suivant pas l'avis des oidores, le roi trancha en accordant un uniforme aux collégiens :

  • 13 Inca, vol.I, 1923, p. 789.

“Y así mismo ordeno e mando que el hábito que han de traer los colegiales, especialmente cuando han de salir en público, sea manta, camiseta y calzones y medias verdes y sombrero negro y todo el dicho vestido sea de algodón o lana, y una banda de tafetán carmesí de Castilla atravesada del hombro derecho que caiga debajo del brazo izquierdo con un escudo de plata de las armas reales13”.

  • 14 Luis Antonio Eguiguren, Diccionario Cronológico Histórico de la Real y Pontificia Universidad de S (...)
  • 15 A Cuzco, le mot capa remplace celui de manta dans plusieurs documents dont les Noticias cronológic (...)

19L'uniforme était en soi la reconnaissance publique de leur statut de collégiens : à l'instar de ceux de San Martín à Lima, ou de San Bernardo à Cuzco, on les reconnaîtrait dans la ville comme les étudiants du Principe ou de San Borja. Mais à y regarder de près, on les reconnaîtrait aussi comme des collégiens à part. En effet, la courte manta n'était pas le long manto de drap fin que portaient les collégiens espagnols et c'était avec le calzón et la camiseta une des pièces de vêtement indigènes, alors que les bas, les chaussures et le chapeau appartenaient au vêtement européen ; à cette différence près encore, que les étudiants espagnols portaient le bonete, le bonnet carré et non le chapeau, ce qui les distinguait dans la ville en tant que lettrés, privilégiés parmi les privilégiés. Covarrubias dans son Tesoro de la lengua castellana o española rappelle que dans les temps anciens le bonete était signe de liberté et que le dicton : "el bonete y el almete hacen casas de copete" signifie que les lettres et les armes font les maisons illustres. Le chapeau dont on connaît l'importance dans les bonnes manières et dans le respect de la hiérarchie ne véhiculait pas les mêmes symboles même s'il venait d'Espagne. Quant à la manta, il n'est peut-être pas inutile de signaler que cette pièce indispensable du vêtement indigène et qui pouvait distinguer, par la finesse et les motifs de son tissage, le cacique de l'Indien du commun, jouait un rôle important dans les cérémonies de prise de possession d'une encomienda : elle était symboliquement retirée des épaules du cacique du repartimiento, puis lui était restituée par l'encomendero, en signe d’appropriation14. La manta était donc le symbole d'une allégeance, d’un pouvoir retiré et redonné, symbole de la rupture qui s'était produite avec la Conquête, d'un pouvoir qui désormais n'était plus que délégué par l'étranger vainqueur. Cette coutume n'est peut-être pas venue à l'esprit du roi lorsqu'il a arrêté la composition de l'uniforme, mais elle participe néanmoins sans équivoque aucune de la place assignée aux fils de caciques15.

20Que la manta ait été perçue comme un signe de subordination par l’élite indigène, nous en avons la preuve dans la description que fait Guarnan Poma du costume que devraient porter respectivement le cacique principal et sa segunda persona. Après avoir dit que celui-ci doit obéissance à celui-là, il ajoute :

  • 16 Felipe Guarnan Poma de Ayala, Nueva Coránica y Buen Gobierno, Paris, Institut d’Ethnologie, 1989, (...)

Y ha de diferenciar el hábito y traje vestido como español, que no se quite los cabellos y traiga sombrero, camisa, cuello, jubón, calzón, medias, zapatos; que no traiga capa sino su manta y camiseta natural [...]y ansí diferenciará del cacique principal y parecerá su segunda persona de este reino.16

21Or le costume du cacique principal, toujours selon Guarnan Poma, ne se différenciait de son subordonné que par la cape et les bottes.

22Le manteau et le bonete devaient annoncer la prestance des futurs docteurs, la manta et le chapeau révélaient clairement que l'ambition des études était beaucoup plus réduite. Apprendre à lire, écrire et compter, le catéchisme et les chants d'église, telles furent les limites des objectifs officiellement proclamés de cette éducation, au moins au XVII siècle.

  • 17 Inca, op. cit., p. 789, “...un escudo de plata de las armas reales - con castillo y león, y debajo (...)

23Un autre détail est aussi révélateur : les statuts précisent que les vêtements doivent être entièrement en laine ou en coton, matériaux indigènes par excellence, à l'exception de la beca qui, elle, est en taffetas de Castille et l'importance de cet accessoire est manifeste pour marquer l'appartenance des caciques à la Couronne. Le vice-roi Esquilache donne à ce sujet des directives précises, et tient à ce que ses armes personnelles figurent au-dessous de celles du roi17, et il est significatif que dans les descriptions de la tenue des collégiens, la beca occupe à elle seule plus de place que l'énumération des autres pièces du vêtement.

24Lorsque le vice-roi Esquilache quitta le Pérou le 18 avril 1621, le Real Acuerdo prit les rênes du pouvoir, comme c'était l'usage, jusqu'à l'arrivée du marquis de Guadalcazar, le 25 juillet 1622, c'est-à-dire pendant plus d'un an et trois mois. Les administrateurs s'empressèrent alors de revenir sur les statuts des collèges de caciques et rognèrent considérablement le budget, ce qui devait entraîner des mesures concernant plus particulièrement les vêtements et la nourriture. Le collège ne devait plus fournir le costume, ce serait aux parents de le faire :

  • 18 Ibidem.

"Un vestido cada año en la forma que lo acostumbran a estar en su tierra y con medias y sombreros y zapatos"18.

  • 19 Des comptes du collège de Chillán au Chili on peut déduire également que chaque collégien usait au (...)

25Les accessoires, qui servent à distinguer les caciques des Indiens du commun sont donc essentiellement les bas, les chaussures et le chapeau, ils sont le signe de la policía cristiana. L’examen des dépenses du collège du Cercado révèle que les jeunes gens usaient beaucoup de paires de chaussures : en 1795 on payait le cordonnier régulièrement pour cinq paires de chaussures par mois, or le registre des entrées des années précédentes laisse supposer qu’il n’y avait pas beaucoup de pensionnaires19. Les chaussures étaient sans nul doute un élément important du vêtement puisqu’elles distinguaient les gens éduqués de la masse indigène qui allait nu-pieds.

26Moitié indien, moitié espagnol, ce costume hybride est à l'image du statut du cacique qui devait servir de charnière entre les deux secteurs officiellement bien cloisonnés, les deux républiques - disait-on alors - de la société péruvienne coloniale (république des Espagnols et république des Indiens).

  • 20 Luis Antonio Eguiguren, op. cit., p. 518. "Y ahora ordena la Audiencia que la insignia sola sea la (...)
  • 21 Lettre publiée par P. F. Mateos, S.J., in Missionalia Hispanica, 1946, p.383-400 : “Los cuales van (...)

27Le docteur Acuña en 1622 critique de telles restrictions dans une lettre adressée au roi, il juge que la différence de coût ne justifie pas que l'on renonce à l'uniforme car - dit-il - habillés de la même couleur ils auront plus fière allure, et ils sont gens enclins à être attirés par de telles choses20. Les jésuites eux-mêmes avaient eu conscience très tôt de cette importance du vêtement, car dans la première carta annua de la Province du Pérou, le Père Bracamonte explique comment ils avaient attirés à eux les jeunes Indiens et les caciques en habillant quatre enfants très richement et en leur apprenant le catéchisme21.

28Les mesures de restriction du Real Acuerdo, sur lesquelles le nouveau vice-roi ne reviendra pas, eurent donc des conséquences néfastes pour les collèges. Le Père Jacinto de Contreras, plus de 45 ans après, dit que les caciques n'envoient plus leurs enfants pour ne pas avoir à fournir les vêtements :

  • 22 Luis Antonio Eguiguren, op. cit., p. 563.

"Por no verse obligados a vestir a sus hijos no los traen al colegio y así desde que se les negó el bestirlos siempre a sido el número de los colegiales muy corto22".

29Est-ce vraiment la cause de cette désaffection ? Certainement en partie, mais moins pour des raisons pécuniaires que d'humiliation. Car il est bon de rappeler ce qui motivait les dispositions de la Couronne au moment de la fondation et qu'évoque le docteur Acuña lorsqu'il dit que les caciques sont gens à être attirés par "de telles choses".

30Avant d'établir définitivement les statuts, le roi avait soumis quelques points à la réflexion des oidores en ce qui concernait le financement, le premier était :

  • 23 Inca, op. cit., p.785-786.

"Supuesto que no parece justo ni conveniente que se pida cosa alguna a los caciques para el sustento de los indios en el dicho colegio ¿de dónde se podrá suplir con justificación? [...]supuesto que los indios se agradan de cualquier especialidad que con ellos se use, y que conviene inclinarles a que apetezcan a venir y asistir al colegio y que es justo que sean diferenciados de los demás....23".

31En 1617, le roi, ne faisait là que reprendre les premières dispositions du vice-roi Toledo qui reconnaissait la nécessité de distinguer les nobles indigènes de la masse, ce qui n'était pas toujours le cas et ne le serait pas de si tôt, nous l'avons vu avec l’exemple de l’Archevêque de Mexico à la fin du XVIIIe siècle. Le vice-roi Esquilache qui tenait en revanche à cette création s'était donné le mal, en 1618, d'écrire de sa main une circulaire aux caciques de Lima pour les inciter à envoyer leurs fils aînés, circulaire où il promettait de les prendre personnellement en charge. Voici comment il s'adressait alors aux nobles indigènes à propos de leurs enfants :

“Para que cuando sucedan a sus padres en los cacicazgos sepan mejor gobernar llevar sus subjetos y encaminarlos a lo que los conviene y para que mediante su capacidad se les puedan encargar otros oficios y menesteres con que sean honrados y aprovechados como lo son los españoles...”.

32De telles promesses étaient certes de nature à encourager les caciques à envoyer leurs enfants au collège, puisqu'elles laissaient entrevoir la possibilité d'accéder à l'égalité avec les Espagnols. Plus loin Esquilache ajoutait :

  • 24 Luis Antonio Eguiguren, op. cit., p. 118.

"... Y los padres cuiden de su doctrina y enseñanza y yo cuidase de su sustento y regalo como hijos propios y los honraré y favoreceré como es justo y su Majestad lo manda... 24".

  • 25 Archivo Departamental de Cuzco (désormais A.D.C), Colegio de ciencias, doc 26: 9 de abril de 1621: (...)
  • 26 Monique Alaperrine-Bouyer, “Esbozo de una historia del colegio San Francisco de Borja de Cuzco,” A (...)

33Ce procédé, peu ordinaire de la part d'un vice-roi, était une marque de respect envers l'élite indigène, même si cette circulaire qui, selon Eguiguren, est autographe était doublée d'un ordre aux corregidores d'amener de force les fils des caciques récalcitrants25. Les promesses étaient bien alléchantes, mais étaient-elles très réalistes lorsque l'on sait que de la bonne volonté du vice-roi dépendait en grande partie que les ordres de la Couronne fussent exécutés ou non ? Les vice-rois ne restaient jamais très longtemps au pouvoir et ils étaient soumis aux pressions des élites espagnoles qui voyaient d'un très mauvais œil l'accès au savoir des caciques26. Force est de constater qu’après Toledo, peu d'entre eux manifestèrent autant de détermination qu'Esquilache en faveur de ces collèges.

34Les garanties qu'il avait données avec tant d'empressement n'ayant pas été respectées après son départ - le simple fait que l'on ait abandonné l'uniforme de collégien était ressenti par les caciques comme une marque de mépris-, il est normal que ceux-ci aient boudé le collège. La remarque un peu vague d’Acuña selon laquelle les élites indiennes étaient sensibles à “ces choses” laissait entendre qu'il s’agissait d’une question d’esthétique ou d’attention de la part des Espagnols, en réalité la raison était aussi que ces élites refusaient l’amalgame avec leurs sujets et tenaient à être reconnues comme nobles à part entière. Bien sûr la suppression de l'uniforme n’est pas la seule raison de la désaffection des collèges par les caciques, mais elle eut son importance, et la remarque du Père Contreras montre à quel point la stratégie mise en œuvre par Toledo et Esquilache pour attirer les caciques était juste mais inapplicable dans une réalité politique faite des tensions entre la Couronne et les élites espagnoles coloniales, et de la corruption du système administratif.

La Nourriture

35Si le vêtement marque d'emblée une place pour l'individu dans l'échelle sociale, le rapport qu'il a à la nourriture offre une autre dimension : celle de la religion par ses interdits, ses rites et le vaste champ ouvert à l'imaginaire. Incorporer ce qui vient de l'étranger peut s'avérer dangereux ou au contraire doter le sujet d'une force exceptionnelle. Ce que mange ou ne mange pas l'Autre, ce qu'il boit, peut être une preuve à charge devant l'Inquisition ou l'Extirpation. Dans les procès d'idolâtries de nombreuses accusations portent sur le refus de manger de la viande de mouton ou de porc parce que ces animaux étaient perçus comme espagnols et donc nocifs pour les Indiens. Ainsi peut-on lire dans le procès de San Francisco de Otuco la déposition d'un témoin affirmant :

  • 27 Pierre Duviols, Cultura andina y represión, Cuzco, 1987, p. 67.

“Y así mismo a bisto que cuando algún yndio se le hincha pie o mano o otra cosa dise el hechicero que es así enfermado por comer pan carne y guiso y que por esto cayó malo27”.

  • 28 Inca, op.cit., p. 786.

36C'est pourquoi on ne doit pas s'étonner de voir le régime alimentaire des futurs caciques figurer en bonne place dans les statuts des collèges. Mais le régime chrétien qui comprenait de la viande à chaque repas coûtait cher et nous ne devons pas nous étonner non plus de l'avis consultatif des oidores de l'Audiencia, qui préconisent qu’on leur donne ce qu'ils ont l'habitude de manger "...el sustento necesario conforme a lo que acostumbran"28 - Mais là encore, le roi en décida autrement :

  • 29 Ibid., p. 795.

"Comerán juntos en su refectorio con el Padre que los tuviere a cargo, el cual les hechará la bendición, y la comida será: para almorzar por la mañana a cada uno, medio panecillo, unas pasas, o higos, o miel, u otra cosa; a medio día todo el pan que pudieren comer, un guisado o locro de carnero, una escudilla de caldo y carne cocida, a cada uno en su plato con alguna fruta conforme el tiempo y se les pondrá en la mesa maíz tostado o cocido y algunas papas, así porque están en costumbres de comerlo como porque no la hayan perdido cuando vuelvan a sus tierras; y a la noche, un guisado o locro con alguna fruta; y los días que no fueren de carne, se les dé alguna escudilla de garbanzos, arroz, lentejas o de otra legumbre y un plato de pescado fresco o salado y alguna fruta conforme al tiempo; y las pascuas y fiestas muy solemnes se les dé algún extraordinario como pasteles o asado29".

37Ce régime alimentaire avait la vertu d'être équilibré tant d'un point de vue nutritionnel que politique. En effet, les aliments indigènes (maïs, pommes de terre) viennent compléter les aliments chrétiens, (bouillon, viande, pain, miel, figues, raisins secs) où l'on retrouve l'importance du pain et l'écuelle de bouillon et la viande que Quevedo a immortalisées avec la figure du pingre licenciado Cabra. En outre on remarque que la viande est celle de mouton (carnero de Castilla) ou de porc et que celle du lama ou du cuy (le cochon d'Inde), qui étaient les plus consommées dans les Andes préhispaniques, sont absentes de ce régime alimentaire. Or la viande était ce qui coûtait le plus cher comme en témoignent les remarques que fait le Père Contreras pour prouver que deux réaux ne suffisaient pas pour nourrir un cacique après les restrictions imposées par le Real Acuerdo :

  • 30 Luis Antonio Eguiguren, op. cit.. p.564.

“No basta a un colegial dos reales y si el pan es pequeño no es suficiente real y medio de solo pan; el carnero que valía un patacón quando se fundó el colegio vale hoy dos; una sarta de pescado que valía un real y medio vale oy 3 o 4 reales; una vacija de manteca que valía 6pesos vale oy 18y 28pesos...30".

  • 31 Massimo Montanari, “Romains Barbares, Chrétiens : à l’aube de la culture alimentaire européenne” H (...)

38Nourrir ces jeunes gens selon leur ancienne coutume eût été certes plus économique, et c'est bien ce que sous-entend l'avis des membres de l'Audience qui préfèrent en l'occurrence ignorer que ladite coutume n'était pas dénuée de paganisme. En effet la viande que mangeaient les élites sous les Incas était traditionnellement sacrifiée aux huacas ou chassée rituellement. Les Espagnols à cet égard s’étaient retrouvés dans la situation des chrétiens au moment où leur religion s'était affirmée comme la religion officielle de l’empire romain et où ils imposaient la civilisation du pain du vin et de l’huile contre celle de la viande du lait et du beurre31, en même temps que l’obligation de ne manger que la viande abattue pour la consommation à l’exclusion de toute autre. Cochons d’Inde et lamas dans le Pérou des XVIe et XVIIe siècles étaient trop liés aux pratiques sacrificielles : le mouton et le porc s’étaient imposés comme viandes chrétiennes. On en consommait deux plats au repas de midi : ragoût et pot-au-feu, et un plat le soir.

39Au moment de réformer les statuts, les oidores, peut-être conscients de leur erreur, mais surtout de la difficulté à trop amender des dispositions royales, trouvent un autre moyen de faire des économies, moyen qui rappelle fort ceux qu'employait le licenciado Cabra :

  • 32 Luis Antonio Eguiguren, op. cit., p.526 (souligné par moi).

“Yten en cuanto a la comida se declara se les de a los dichos colegiales según y como en las otras constituciones está declarado procurando la proporcionar y tasar los Padres que los tuviese a cargo según la naturaleza de los yndios con que el gasto que en esto se a de hacer se modere y en lugar de dos reales y medio que están señalados por día para alimentos de cada uno de los dichos colegiales no se de ni pague de aquí adelante más de a razón de dos reales32”.

  • 33 A.D.C., Colegio de ciencias, leg.21, cuad.9.

40Les jésuites se targuent de bien nourrir leurs collégiens ; il y a à ce propos un document signé du Père Sebastián de Villa où il explique les acrobaties auxquelles il doit se livrer pour que ses collégiens soient “gros et gras comme ils sont33”.

  • 34 Le titre d’un ouvrage de León Pinelo : Question moral si el chocolate quebranta el ayuno eclesiást (...)

41Malheureusement nous n'avons pas gardé trace des menus des caciques au XVIIe siècle, mais un document daté de 1795, qui se trouve dans les archives de la Bibliothèque Nationale de Lima, montre que le régime alimentaire des caciques du collège du Cercado gardait toujours le même équilibre. Il s'agit du livre de comptes de ce collège, où étaient consignées toutes les dépenses au jour le jour sur quatre mois, entre le 10 mai et le 9 septembre. On y constate une très grande régularité dans la répétition des achats et que la viande figure tous les jours de la semaine sauf le vendredi et autres jours maigres où elle est remplacée par du poisson - parfois il est précisé que c'est du tollo, sorte de thon -. La yuca, le camote - sorte de patate douce - et les pois chiches n'apparaissent pas dans les comptes des jours maigres, vraisemblablement parce que ces légumes devaient être utilisés pour le bouillon du pot-au-feu avec des choux du lard et des saucisses qui sont mentionnés quotidiennement. Ils étaient remplacés par de la quinua, des camarones, des haricots secs et du riz. Il faut ajouter que l'ají, le piment fort qui accompagne tous les mets et que les Incas supprimaient rituellement avec le sel en signe de jeûne (ayunar a sal y ají était pour les Indiens une véritable pénitence), figure bien sûr régulièrement dans les achats du vendredi. Le chocolat qui avait fait l'objet de débats théologiques au XVIe siècle pour savoir si on devait le supprimer les jours maigres, est au petit déjeuner de tous les vendredis avec du sucre34.

  • 35 V. Rosario Olivas Weston, La cocina en el virreinato del Perú, Lima 1996, p.99-101.

42Au début du XVIIe siècle le métissage de l'alimentation était certes une réalité, et c'était même aussi un métissage américain dans la mesure où l'on consommait au Pérou du chocolat, de la vanille, des figues de Barbarie, inconnus des indigènes avant la Conquête35. Mais personne ne pouvait avoir oublié vraiment les origines des principaux aliments.

43Il y avait au menu des caciques chaque jour du pain, des papas y zapallo, (pommes de terre et potiron) et on achetait le miel tous les jeudis pour la semaine. A titre d'exemple, le miel de toute une semaine coûtait trois fois moins que la viande d'un jour. Le dimanche il y avait au petit déjeuner des tamales dont l'origine est mexicaine, et qui sont au Pérou une sorte de préparation à base de farine de maïs et d'ingrédients variables, enveloppée et cuite dans une feuille de bananier ou de maïs. Les tamales semble avoir été pour les jeunes caciques un met de fête, et ils étaient achetés tout prêts.

  • 36 Susan Ramirez, op. cit., p.575-610.

44Les statuts des collèges précisent que l'on devra mettre du maïs grillé ou bouilli et des pommes de terre sur la table, autant parce que les caciques ont l'habitude d'en manger que dans le but qu'ils ne l'aient pas oubliée lorsqu'ils rentreront chez eux, ce qui permet de penser que malgré le métissage évoqué plus haut, les traditions alimentaires étaient encore bien séparées. La Couronne suit en ce sens les conseils du Père Plaza : porque no los extrañen los suyos "afín qu'ils ne soient pas étrangers parmi les leurs". Et là était bien la condition des caciques : étrangers parmi les leurs, parce que trop espagnolisés, - certains surent profiter amplement du système économique mis en place et abuser de la force de travail de leurs sujets, rompant avec la traditionnelle réciprocité comme l'a montré Susan Ramírez36 - mais aussi toujours, quoi qu'ils fissent, quel que fût leur degré d'intégration, et malgré la protection du roi, étrangers à la collectivité espagnole qui avait le pouvoir dans leur pays. Car le projet d'intégration que représentait la mise en place des collèges était, malgré les belles promesses d'un vice-roi éphémère, bien limité : au champ de la religion d'une part et au service de la politique de la Couronne d'autre part.

45Pour illustrer ce propos et en guise de conclusion, je rapporterai ici, en le traduisant, un conte que Gérald Taylor a recueilli au Pérou, dans la région de Chachapoyas, il y a quelques années :

  • 37 Gerald Taylor, La tradición oral quechua de Chachapoyas, Lima, 1996, p. 33-44. Dans une autre vari (...)

« Oc' Soplin, un cacique, était le sacristain du curé qui devait venir au village de Conila célébrer la messe pour la βίε locale mais empêché, celui-ci ne put arriver à l'heure. Alors Oc' Soplin remplaça le curé et dit lui-même la messe. Il accomplissait le rituel sacré avec tant d'habileté que tous s'émerveillèrent. Quand à la fin de la cérémonie le curé arriva, il se mit dans une très grande colère et Oc' Soplin fut conduit à Lima, où, comparaissant devant l'Inquisition, il se défendit brillamment. Sur le chemin du retour, les Espagnols qui voulaient mettre ses connaissances à l'épreuve préparèrent un banquet pour lui. Ils firent cuire du bifteck et toute sorte de nourriture "décente" et à côté, ils mirent de la nourriture indigène : des pommes de terre et du maïs bouilli. Juan Antonio, au lieu de choisir la nourriture "décente" se servit de maïs et de pommes de terre. Les Espagnols éclatèrent de rire et Oc' Soplin mourut de honte »37.

  • 38 David Noble Cook, Padrón de Indios de Lima, 1613, op. cit., p.196.

46Oc' Soplin semble bien avoir existé. On trouve la trace d'un cacique du nom de Antonio Soli du village de Conila, province de Chachapoyas dans le Padrón de Indios de Lima de 1613, ce qui correspond au village dont il est question dans le conte recueilli par Gérald Taylor38. Ce qui est frappant dans ce conte, c'est la réminiscence des pommes de terre et du maïs bouilli que les statuts royaux mettaient sur la table des collégiens à des fins politiques clairement énoncées, c'est-à-dire pour que le cacique, de retour parmi ses Indiens, ait une action efficace dans la mesure où il ne serait pas complètement coupé d'eux. Or la légende n'en fait plus un élément complémentaire mais celui d'un choix qui se révèle être mortel, et la nature de cette mort montre que la conscience populaire a compris que même bien éduqué, même parfait chrétien, puisque capable de déjouer tous les pièges de l'Inquisition, il restera à l'Indien un motif de honte : son "naturel".

Notes

1 AGI, Mexico 1937.

2 Voir à ce sujet l’article de Susan Ramírez : “The ‘dueños de Indios’ thougts on consequence of the shifting bases of power of ‘the curacas de los antiguos’ under the spanish in sixteenth century Peru” in HAHR 1987, p. 575-710.

3 AGI, México 1937.

4 Joseph de Acosta S.J, De Procurando Indorum Salute, Madrid 1984, ed. C.S.I.C, p.65.

5 Voir à ce sujet l’ouvrage de Pierre Ragon, Les amours indiennes, Paris, 1992, ed. Colin.

6 J., Acosta, op. cit., p.67. Un Père du collège du Cercado en 1665 se plaint du manque de lits et dit : “duermen algunos de dos en dos lo que trae graves inconvenientes”. Cité par Luis Antonio Eguiguren, Diccionario Cronológico de la Universidad de San Marcos, Lima 1949, p. 526.

7 Ibid. Livre III, p. 541.

8 Ces statuts ont été publiés par la revue Inca vol. I, également par Luis Antonio Eguiguren, Diccionario...op. cit., dans les modifications que le Real Acuerdo y avaient apporté en 1622.

9 Voir : Monique Alaperrine-Bouyer, “La difficile création du collège San Francisco de Borja à Cuzco” Relations entre identités culturelles dans l'espace ibérique et ibéro-américain, Cahiers de l’UFR d’Études Ibériques et Latino-Américaines de l’Université de Paris III, n°11, p. 95 à 102.

10 A cet égard, voir David Noble Cook, Padrón de los Indios de Lima 1613, Lima, 1971. Dans ce recensement tout écart vestimentaire est souligné On trouve par exemple : p.60, Zapatero soltero: es mestizo aunque ande en hábito de indio por ser pobre ou encore plus fréquemment : quitado el cabello y vestido en hábito de español, p. 64, 116, 118, et suiv.

11 Luis Antonio Eguiguren, Diccionario Cronológico histórico de la Real y Pontificia Universidad de San Marcos y de sus colegios, Lima, 1940 1945, t.II, p.458.

12 Antonio Egaña, Monumento Peruana II, 1576-1580, p. 459: “Aviso para el que ha de tener cargo del collegio de caciques” Le document définitif est daté de 1578, mais selon Egaña, les conseils du Pères Plaza et Acosta seraient antérieurs (1576-1577).

13 Inca, vol.I, 1923, p. 789.

14 Luis Antonio Eguiguren, Diccionario Cronológico Histórico de la Real y Pontificia Universidad de San Marcos, II, p. 731.

15 A Cuzco, le mot capa remplace celui de manta dans plusieurs documents dont les Noticias cronológicas, d’Esquivel y Navia, mais celui-ci ajoute : "conservando el traje de los naturales" ce qui permet de penser que les deux termes recouvraient une même chose. Diego de Esquivel y Navia, Noticias cronólogicas de la gran ciudad del Cuzco, Lima, 1980, II, p.43.

16 Felipe Guarnan Poma de Ayala, Nueva Coránica y Buen Gobierno, Paris, Institut d’Ethnologie, 1989, p. 742, 743.

17 Inca, op. cit., p. 789, “...un escudo de plata de las armas reales - con castillo y león, y debajo las mías del tamaño y forma que está señalado y al presente se trae...”.

18 Ibidem.

19 Des comptes du collège de Chillán au Chili on peut déduire également que chaque collégien usait au moins quatre paires de chaussures par an. Archivo Nacional de Chile : Fondo Antiguo, vol. 21.

20 Luis Antonio Eguiguren, op. cit., p. 518. "Y ahora ordena la Audiencia que la insignia sola sea la banda y escudo y el color del vestido el que quisiere cada uno, y como la diferencia del gasto es tan poco parece que lucirán más vistiendo todos de un color, y ellos son de condición que se inclinan y aficionan a cosas semejantes".

21 Lettre publiée par P. F. Mateos, S.J., in Missionalia Hispanica, 1946, p.383-400 : “Los cuales van instruidos en las preguntas, ponen grande admiracion a los indios y aficion que nos importunan los caciques con sus hijos, y otros muchos, y gustan tanto deste modo que ellos vienen entre semana a que los enseñemos”.

22 Luis Antonio Eguiguren, op. cit., p. 563.

23 Inca, op. cit., p.785-786.

24 Luis Antonio Eguiguren, op. cit., p. 118.

25 Archivo Departamental de Cuzco (désormais A.D.C), Colegio de ciencias, doc 26: 9 de abril de 1621: “Mando a todos los curacas y casiques principales y segundas personas que luego que esta provision les fuere notificada imbien a sus hijos mayores de doce años arriba al colegio que les pertenesciese so pena que seran castigados y mando a los corregidores que les intimen esta provision...”.

26 Monique Alaperrine-Bouyer, “Esbozo de una historia del colegio San Francisco de Borja de Cuzco,” Actas del XI congreso internacional de AHILA, ed. John Fisher, Liverpool, 1998, vol.IV, p. 44 à 54.

27 Pierre Duviols, Cultura andina y represión, Cuzco, 1987, p. 67.

28 Inca, op.cit., p. 786.

29 Ibid., p. 795.

30 Luis Antonio Eguiguren, op. cit.. p.564.

31 Massimo Montanari, “Romains Barbares, Chrétiens : à l’aube de la culture alimentaire européenne” Histoire de l’Alimentation, Paris Fayard, 1996, p.279 et 281.

32 Luis Antonio Eguiguren, op. cit., p.526 (souligné par moi).

33 A.D.C., Colegio de ciencias, leg.21, cuad.9.

34 Le titre d’un ouvrage de León Pinelo : Question moral si el chocolate quebranta el ayuno eclesiástico, Madrid 1636, est à lui seul significatif.

35 V. Rosario Olivas Weston, La cocina en el virreinato del Perú, Lima 1996, p.99-101.

36 Susan Ramirez, op. cit., p.575-610.

37 Gerald Taylor, La tradición oral quechua de Chachapoyas, Lima, 1996, p. 33-44. Dans une autre variante du conte, Oc’ Soplin est empoisonné par les Espagnols.

38 David Noble Cook, Padrón de Indios de Lima, 1613, op. cit., p.196.

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle-Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540