Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transgressions et stratégies du métissage en Amérique coloniale

 | 
Bernard Lavallé

Normes coloniales et transgressions métisses

Culture matérielle et quotidien dans le journal d’un maître de moulin à sucre

Les stratégies du métissage (Bahia, Brésil au XVIIIe siècle)

Mary Lucy Murray Del Priore

Résumé

Νesta intervenção, debruçar-nos-emos sobre o problema da mestiçagem a partir da correspondência e do diario de um senhor de engenho baiano que nos falam da afirmação do eu, la primazia da observação do mundo exterior abrangendo ao mesmo tempo a familia, os escravos e a cidade de Salvador. Geralmente este tipo de documento refere-se ao fluir da vida e aos seus ritos. Ritos esses que não só esclarecem o natural decorrer dos acontecimentos e as suas características mas também contribuem para urna melhor compreensão do conjunto das prácticas consagradas pelos usos e costumes da época e melhor compreensão do enorme silêncio sobre o problema da mestiçagem

Texte intégral

"Il y a plus de différence de tel à tel homme, qu’il n’y a de tel homme à telle beste"
Montaigne, Essais

  • 1 Jeux d’échelles – La micro-analyse à l’expérience, textes rassemblés et présentés par Jacques Reve (...)
  • 2 Jacques Revel, ibidem, p. 12.
  • 3 Le quotidien est pour Sérgio Buarque de Holanda, dans Caminhos e fronteiras, Rio de Janeiro, José (...)

1"Que se passe-t-il si, par convention, on change la focale de l’objectif en grossissant l’objet de l’observation ?" s’interroge Jacques Revel dans un récent ouvrage1. Le pari est de faire apparaître une autre trame, une autre organisation du social. Au-delà, c’est aussi s’assigner pour tâche de rendre compte de la logique et de la signification des expériences historiques dans leurs singularités, non, – dit Revel – pour céder à nouveau au vertige de l’individuel, voire de l’exceptionnel, mais avec la conviction que ces vies minuscules participent elles aussi, à leur place, de la "grande" histoire dont elles livrent une version différente, discrète, complexe. Des phénomènes massifs et globaux, sont lus en termes tout différents si on tente de les appréhender à travers les stratégies individuelles, les trajectoires biographiques. Ils n’en sont pas moins importants pour autant, mais, prévient-il, ils sont construits autrement. Cette démarche consiste à prendre au sérieux une poussière d’informations et à chercher à comprendre comment le détail individuel, les bribes d’expériences, donnent accès à des logiques sociales et symboliques qui sont celles du groupe, voire celles d’ensembles beaucoup plus larges2. Dans cette communication, nous allons nous pencher sur la question du métissage, à partir de la correspondance et du journal d’un maître de moulin de canne à sucre bahianais nous parlant de l’affirmation du moi, de la primauté de l’observation d’un monde qui se situe en dehors, mais qui incorpore en même temps la famille, les esclaves, la ville de Salvador. C’est un genre de document qui, la plupart du temps, dévoile les rites de passage de la vie qui viennent, à leur tour, éclairer le cours ordinaire des événements, leurs marques, nous aidant à mieux comprendre l’ensemble des pratiques consacrées par les us et coutumes de l’époque3, mais aussi l’énorme silence sur la question du métissage.

  • 4 Bernard Lavallé, L’Amérique espagnole de Colomb à Bolivar, Paris, Belin, 1993, p. 151.

2Depuis l’ouvrage fondateur de Magnus Mörner, le métissage est un des thèmes centraux de l’historiographie sur l’Amérique latine et il est aussi un des principaux enjeux de toute expérience coloniale. Il a été, d’après Bernard Lavallé, "un des traits dominants de la société américaine"4. Le métissage ne se limite pas à la rencontre biologique entre divers peuples, mais il s’approprie l’ensemble de la vie sociale, incitant à l’apparition de mécanismes d’hybridation dans les formes de circulation du marché, dans le monde technique ou dans celui de la culture. Concept fugace, parce que appuyé sur la constatation du mélange ou de l’hybridation, le métissage résulte aussi des étiquettes mises sur certaines situations par des historiens sans explications majeures sur la question de l’identité qui lui est accordée. Un ensemble de regards nous permettrait d’approfondir cette question, examinant le métissage comme une donnée construite de l’intérieur de l’expérience coloniale, et non comme le résultat presque mécanique des lois de l’Église catholique ou de l’État d’outre-mer, lois qui, dans leur plus grande partie, ignoraient les fusions et les tensions entre différentes cultures. Nous avons dit "regard sur le métissage" et c’est sur ce regard que nous allons travailler. Dissimulées sous des mots, des phrases ou combinaisons de phrases inscrites dans un journal de maître de moulin à sucre, nous essaierons de dégager les pistes qui mènent à la compréhension qu’un membre des élites sucrières décadentes avait, au XVIIIe siècle, sur l’identité de ceux issus des rapports que la traite des nègres avait instaurée et qu’on croyait soumis à un statut inférieur.

  • 5 Sur l’urbanisme et l’architecture de Salvador, voir l’Art colonial sud-américain – domaine espagno (...)

3La scène : Bahia, 1748 ; le site : Salvador, première ville et capitale du Brésil fondée en 1549, à cheval sur la baie de Todos os Santos ; un bon port, très bien irrigué, où l’eau douce est abondante pour les habitants comme pour les bateaux. Les autorités – gouverneur général, évêque, premiers jésuites, hauts fonctionnaires – s’installèrent dans la ville haute, alors que la cité s’étendant vers le bas, en une autre succession de niveaux périphériques, constitua le centre portuaire et le centre des affaires de la ville basse5. C’est dans la ville haute que nous allons rencontrer notre personnage.

4Antonio Gomes Ferrão Castelo Branco, maître de moulins de canne à sucre en déclin, chevalier de l’Ordre du Christ, familier du Saint-Office de l’Inquisition, noble de la Maison Royale, secrétaire de l’Académie Brésilienne des Renaissants – académie littéraire et scientifique fondée en 1725 et réapparue en 1759 – parlant couramment le français, mène une lutte désespérée afin de maintenir le prestige déclinant de sa famille. Son père s’était réfugié dans un majorai et l’avait abandonné à Salvador, totalement démuni d’argent. Sans aucun soutien, il se voit entouré d’une horde d’avides créanciers. Tout cela avait pour raison les mésententes entre son père et le vice-roi, André de Melo e Castro, installé à Bahia depuis 1735.

  • 6 Manuscrit appartenant à la collection José Mindlin, São Paulo, Brésil, dit "Manual do Borrador de (...)
  • 7 Thales de Azevedo, Provoamento da cidade de Salvador. Salvador, Itapuã, 1969, p. 187.
  • 8 Cartas da Bahía. 1768-1769, Rio de Janeiro, Arquivo Nacional, 1972, Itapuã, 1969, p. 188 (1.5/1769 (...)

5Solitaire et penché sur son brouillon6, une sorte d’ébauche sur laquelle il enregistrait d’une calligraphie impeccable sa correspondance personnelle ainsi que ses annotations financières, Castelo Branco dévoile quelques brèches de sa vie privée, laissant transparaître la conscience qu’il a de sa propre personne et du monde qui l’entoure. Tentant d’être fidèle aux conventions de l’époque, sa vie privée se construit effectivement autour de deux axes : la famille et ses intérêts domestiques. Les deux choses étant en piteux état, comme le prouvaient ses pages gribouillées à la maison, protégées par des portes bien verrouillées, écrites pendant dix ans ininterrompus. Sur un vieux papier jauni se succèdent des demandes angoissées d’emprunts adressées à des parents riches, la panique provoquée par les créanciers, les misères de la vie quotidienne d’un membre de l’élite coloniale. Nous y trouvons également le désir de s’exhiber paré des signes d’une richesse qui n’était plus mais témoignait encore, à l’époque, de la reconnaissance d’un certain niveau social. Ce niveau social, malgré sa déchéance financière, devait garantir aux yeux de ses contemporains son origine noble et blanche. Les maux qui affligeaient Castelo Branco provenaient de la grave crise qui affectait alors la capitainerie. L’exportation de la canne à sucre décroissait, la production de sucre, avec le départ des esclaves pour les mines d’or de Minas Gerais et la concurrence des autres nations, baissait sans arrêt, les revenus publics diminuaient et il devenait extraordinairement difficile d’obtenir un grand nombre d’esclaves depuis que les Hollandais avaient occupés la Côte de la Mine7. La Bahia de Castelo Branco est exactement la même que celle décrite vingt ans plus tard par le gouverneur général, le marquis de Lavradio, "abandonnée aux nègres, macaques et autres canailles" avec lesquels il serait désormais inévitable d’avoir affaire dans le Nouveau Monde8.

  • 9 Arno et M. José Welhig, op. cit, p. 175.
  • 10 Idem, ibidem.

6En 0 reprenant quelques souvenirs dans le courrier de la mémoire" (ainsi qu’il l’écrit méticuleusement), notre noble ruiné construit peu à peu une mosaïque dans laquelle il rassemble ses rêves de richesse, la croissance de la crise économique dans la Colonie, mais également le développement de l’intimité familiale, les soucis envers sa propre personne et les formes de sociabilité qu’il avait coutume de faire valoir face au monde. Criblé de dettes contractées afin d’assurer le fonctionnement de la politique mercantiliste de la métropole, Castelo Branco a été victime du délicat équilibre qui s’était établi entre les intérêts du gouvernement (et de sa bureaucratie), les commerçants (des Portugais, dans leur grande majorité), et les propriétaires ruraux (parmi lesquels prédominaient les maîtres des champs de canne à sucre du Recôncavo9. Sa vie privée était sans cesse envahie par les bruits et les rumeurs provenant de la ville dont la population était constituée d’une foule de métis, petits commerçants, esclaves libérés, professionnels de divers métiers, faiseurs de menus services et d’esclaves10.

  • 11 Casa Grande e sensala: formação da familia patriarcal brasileira sob regime de economía patriarcal(...)
  • 12 As mulheres, o poder e a familia: São Paulo, século XIX. São Paulo, Marco Zero / Secretaria do Est (...)
  • 13 André José Antonil, Cultura e opulência do Brasil. Paris, Institut des Hautes-Études de l'Amérique (...)
  • 14 Il s'agit d’une sorte d’exécuteur testamentaire ou "testamenteiro".
  • 15 Op. cit., p. 12.
  • 16 Ibidem, p. 150.

7Il écrivait au sujet de ce qu’il voyait de sa fenêtre, ainsi que de sa vie quotidienne. Il avait le plus souvent pour interlocuteurs ses propres parents. Quel genre de famille était donc, celle de ce noble en faillite ? Patriarcale, suivant les modèles étudiés par Gilberto Freyre11, prenant la forme d’une vaste parenté se développant verticalement par le métissage, et horizontalement par les mariages contractés au sein de l’élite blanche ? Ou alors s’agissait-il d’une structure plus simplifiée, à l’image de celles étudiées par Eni Samara12, caractérisées par une petite lignée, l’absence du conjoint masculin, avec des relations de concubinage et des enfants illégitimes ? Il nous semblerait que ce fut les deux choses à la fois. Castelo Branco appartenait à une grande famille ; ils étaient onze enfants, nés sous le même toit, dans la grande maison du maître (la Casa Grande, par conséquent), mais ils étaient dispersés. Les oncles, les tantes et deux frères vivaient à la Cour. Son père, qui avait abandonné sa mère, vivait seul. Quelques frères et sœurs étaient éparpillés dans des couvents de Bahia, d’autres erraient, déambulant dans le "sertão". C’est cette vaste et complexe parenté qui constituait le centre de ses soucis et de sa vie privée. Mais nous n’y trouvons pas un seul mot sur ce que Gilberto Freyre a nommé "la prédisposition au métissage" ; pas de références au sang noir ou maure ou à l’influence africaine disparaissant sous l’influence européenne, celle-ci capable, selon le même auteur d’imprégner les habitudes sexuelles, alimentaires ou religieuses des esclaves et des métis vivant au Brésil. L’intimité avec les gens d’Afrique – existant au Portugal depuis 1450, époque où arrivent en l’Algarve portugais les premiers 700 ou 800 esclaves venus de Guinée – se fait très discrète dans son regard sur le quotidien colonial. Il ne parle que d’une vie remplie de pompe et de respect qui, comme le disait déjà le père jésuite Antonil, devait être la réplique de celle d’un noble du Royaume13. Vie à distance, donc, des « macaques, nègres et canailles » déjà cités qui constituaient la majorité des habitants de la colonie. Dans son journal, la seule référence au métissage se trouve à l’extérieur de sa respectable famille : il s’agit d’un bâtard du notaire14 de son oncle : « Ledit Xavier envoye son fils mulâtre dans ces vaisseaux »15, note-t-il dans son brouillon. N’importe quel mélange racial est fermement ignoré. Il n’évite pas, toutefois, des mentions à la vaste parenté qui se développe verticalement par les unions non sacramentelles et il écrit même à Lisbonne, demandant à la justice le paiement de dettes testamentaires (la "terça") capables de satisfaire les sœurs Da. Perpetua Margarida da Franca et Da. Feliciana Maria da Franca, présentées dans le texte de sa lettre comme étant "deux de nos bâtardes"16.

8Le Royaume, qui inspirait les rêves de splendeur de Castelo Branco, arrivait jusqu’à la Colonie par l’intermédiaire de nouvelles rapportées par des parents qui y avaient séjourné :

"Il y a bien longtemps que je n’ai la consolation de recevoir des nouvelles de vous [écrit-il à son oncle] et moins encore de mes tantes, et je suppose que vous êtes en de mauvais termes avec mon père et toute notre maison, ce qui élève à son comble l’infortune que nous avons eue lors de nos requêtes".

  • 17 André José Antonil, op. cit, p. 79.

9L’abandon et l’appauvrissement l’éloignaient du côté riche de la famille auquel il s’agrippait de toutes ses forces. Il est probable que l’oncle ait fait la sourde oreille, car notre noble avait rejoint le lot de ceux qui, comme le disait Antonil, "par manque de gouvernement et d’administration, étaient de telle façon pris par leurs dettes, qu’à la deuxième ou troisième récolte ils se déclaraient déjà perdus"17.

  • 18 Arno et M. José Wehlig, op. cit., p. 204-205.

10Bien que, d’une manière générale, sur la scène du XVIII siècle, les revenus provenant du sucre eussent dépassé ceux en provenance de l’or, le système colonial présentait de terribles pièges. Le bénéfice produit par le sucre comprenait le gain du producteur (entre 30 % et 50 %, selon la conjoncture économique) et celui de l’exportateur, c’est-à-dire du commerçant portugais (entre 20 % et 30 %), outre le profit du distributeur sur les différents marchés européens (environ 30 %). Il y avait donc ainsi un drainage de 50 % à 70 % du revenu vers l’extérieur, si comparaison était faite entre le prix du produit partant des ports de Recife, Salvador ou Rio de Janeiro et celui, arrivant à Amsterdam ou à Londres. Un tel drainage, allié à l’inflation, créait dans l’économie sucrière une situation d’instabilité permanente qui était, bien sûr, encore aggravée lorsqu’il y avait une baisse des prix internationaux. C’est ce qui explique la dépendance où se trouvaient les producteurs, comme Castelo Branco, face aux commerçants du littoral, ainsi que leur besoin d’aller chercher un appui du côté du gouvernement, dans des solutions autres qu’économiques, comme ce fut le cas de l’insaisissabilité des moulins de canne à sucre dans certaines situations18. Dans les cas de refus d’appui, les parents riches étaient les seuls sur qui l’on pouvait compter.

  • 19 Ibidem, p. 202-203.

11Tout semble indiquer que l’abrupt départ du père de notre personnage vers l’intérieur du pays ait mené au chaos la situation financière de la famille. L’incompétence du fils a aggravé les choses, car nous le voyons se plaindre que "la maison, après votre départ est devenue un abîme de confusions et de mille hontes", "le moulin de canne à sucre déchu et les revenus non payés ; et j’ai beaucoup ressenti dans le peu d’intelligence de mes vertes années, embrouillé dans l’incompréhensible tumulte des appels, que vous-même ne compreniez pas". Les problèmes structurels de l’économie sont donc intervenus dans la vie quotidienne des gens. La plantation de la canne, l’installation du moulin, l’engagement de techniciens salariés pour la bonification du sucre ainsi que l’achat d’esclaves, tout cela exigeait de grands capitaux. Les dépenses ne s’arrêtaient pas là. Elles comprenaient encore la conservation du matériel du moulin, la construction et le maintien de barques et de chalands, la coupe et le transport du bois pour le combustible, et le stockage des cuivres pour les fourneaux. Une fois le produit fini, suivaient les dépenses relatives à l’empaquetage, les frets, le magasinage dans les ports, les impôts et, souvent, des intérêts sur le capital avancé par les commerçants19. C’était certainement, les intérêts exorbitants qui désespéraient notre gentilhomme :

"Trois maisons et un labyrinthe de mauvaises créances sont restés à ma charge ; que vouliez-vous attendre de moi ? Et je devais donner aux créanciers tout ce que vous m’envoyiez, jusqu’au dernier sou [...]. Alors qu’allions-nous manger, moi, ma mère, et mes sœurs au couvent ? Comment allions-nous nous vêtir ?".

  • 20 Emanuel Araújo, op. cit., p. 109.

12Jurant contre les dépenses de la maison, qu’il compare à une "louve" affamée, le maître de moulin de canne à sucre bâtit une pratique quotidienne, qui consiste à lutter férocement contre dettes et créanciers, afin de maintenir sa famille organisée. Il se soucie même de garder un certain niveau de vie, fût-ce contre ses propres revenus : il importait d’assurer pour l’extérieur ce que Emanuel Araújo a appelé "une présomption de noblesse"20. Malgré la déchéance, il voulait être reconnu comme quelqu’un de distingué, s’identifiant à la noblesse de sang dans un pays où cela signifiait l’appartenance au sommet de la pyramide sociale, sommet qui était, en même temps, l’espace fermé exclusivement partagé par les descendants des colons, et bureaucrates portugais sans tache de métissage. Et, face au manque de chemises, il demandait anxieusement :

"Comment pourrai-je briller afin de maintenir dans cette ville, publiquement, la splendeur, l’estime et le respect de la maison, puisque je suis resté à votre place, ayant affaire aux meilleurs de la terre, face auxquels il faut que je m’habille avec le même soin, et qu’il est impropre de me présenter sale et loqueteux comme je le faisais effectivement, et ne suis même pas certain de ne pas continuer à le faire ?".

  • 21 Ibidem, p. 109.
  • 22 Ibidem, p. 146.
  • 23 Ibidem.
  • 24 Ibidem, p. 124.

13Se vêtir avec élégance, avec des étoffes importées et rares, bien parler et exhiber de l’opulence : c’était là l’une des préoccupations forgées dans le privé, afin d’être montré dans la rue. Une exhibition qui pouvait encore être couronnée par les marques de prestige du pouvoir public comme, par exemple, l’habit d’un Ordre comme celui de Santiago, "car ici en Amérique" écrit-il à un oncle, "ceux qui le portent, étant rares, sont très distingués". Une autre marque de prestige consistait à avoir une bonne adresse. Il rechercha une maison à louer dans la partie haute de la ville, avec le souci de se trouver un toit "capable d’accueillir – je souligne – des gens blancs". Celles de moins de 60 000 réaux, ne le sont pas21, accusait-il. Dans d’autres passages de son journal il souligne, sans cesse, "l’ancienneté" de sa famille22, sa "notoire noblesse"23, la nécessité de fréquentation de personnes de la même souche, des gens de bien ou de la "igualha"24. Il finit même par réprimander ses frères cadets, qu’il accuse de "s’encanailler" avec des gens qui n’appartiennent pas à leur rang et qui ne sont, même pas blancs. Castelo Branco est le portrait accompli de la critique que ferait Luis dos Santos Vilhena, professeur de grec à Salvador, trente ans plus tard, lorsqu’il disait :

  • 25 A Bahía no século XVIII; Recopilação de noticias soteropolitanas e brasilicas, 2e éd., 3 vol., Sal (...)

"il y en a d’autres, cependant, qui se sont souciés de la manie d’être nobles avant d’avoir de quoi montrer cette noblesse illusoire, et s’ils ont pu un jour posséder quelque chose à eux, ils se sont tant gonflés de cette imagination, qu’ils ont fini par croire qu’un duc n’était rien face à eux"25.

14Toutes les formules pour maintenir les apparences étaient utilisées, même gêner les parents riches. Il tente d’attendrir son oncle, demandant de l’aide financière pour cloîtrer trois de ses sœurs au couvent de Notre-Dame de la Merci :

"Je me mettrai à genoux à vos pieds, à ceux de ma grand-mère et des autres oncles pour que vous vous souveniez de nous et de ces pauvres petites emprisonnées sans pouvoir professer faute de pouvoir leur faire parvenir les 500 'cruzados' de leur dot".

15Salvador, la ville la plus importante de la Colonie, comptait alors plusieurs couvents situés, pour la plupart, entre les portes de São Bento et celles de Carmo. Le comte dos Arcos, dans une lettre adressée au comte de Galveis, disait crûment que Bahia était "un pays de Hottentots" car les pères riches mettaient leurs filles en bas âge au couvent, sous prétexte de manque de maisons d’éducation, " mais pour qu’elles n’épousent pas les officiers de la garde Ce qui est sous-entendu c’est que les "Hottentots" mentionnés seraient justement les métis.

  • 26 Leila M. Algranti, Honradas e devotas: mulheres na Colônia: condição feminina nos conventos e reco (...)
  • 27 Anais da Biblioteca Nacional, vol. 32. Voir aussi, Anna Amélia V. Nascimento, O convento do Dester (...)

16Le cas des sœurs de Castelo Branco, lui-même un familier du Saint-Office de l’Inquisition, pourrait être expliqué par Leila Algranti comme une stratégie de status et de confirmation de la "pureté de sang". Les descendants de Noirs, des maures et des juifs ne devaient pas avoir accès à la carrière ecclésiastique26. Et là, encore une fois, nous observerons notre Castelo Branco repousser le problème du métissage. Des familles comme la sienne, avec plusieurs enfants, amassaient la plus grande part de leur fortune pour la transmettre au fils aîné et, ainsi, faisaient en sorte que la plupart de leurs biens passent, intacts, de génération en génération. Mais suivant l’archevêque Dom Joaquim Borges de Figueroa, c’était "la vanité dominante" qui poussait les jeunes des familles avides de notoriété publique à entrer au couvent27. Vanité qui cherchait à souligner la provenance blanche des jeunes filles dans un pays où le métissage ne faisait que grandir et où on évitait le mariage des filles de familles de provenance noble avec les "brasileiros" locaux.

  • 28 Sur les rapports et tensions entre maîtres et esclaves, voir Silvia H. Lara. Campos da violencia. (...)
  • 29 Economía cristã dos senhores no governo de escravos. São Paulo, Grijalbo, 1977, (1° édition, 1705)

17La vie privée d’un seigneur d’usine sucrière comme Castelo Branco s’étendait, au-delà des parents, à ses esclaves. Considérés comme étant "les yeux et les oreilles" de leurs propriétaires, ils se mêlaient aux activités ménagères, partageaient le temps et l’espace de leurs seigneurs. De cette cohabitation qui touchait presque à la promiscuité, Castelo Branco ne souligne dans sa correspondance que deux aspects : les fugues, et les problèmes soulevés par l’alimentation et les maladies. Pas un mot au sujet des rapports personnels, ou de sympathies particulières, ou même de craintes possibles inspirées par ses subordonnés28. Pas un seul mot sur les rencontres nocturnes avec des belles esclaves qui dans tellement de "Casas Grandes" ont donné naissance à des familles entières de mulâtres, placés, plus tard, dans la petite bureaucratie et le petit commerce colonial. Garantir leur subsistance, les habiller, les faire travailler et les punir de façon modérée et suivant "la charité chrétienne" voilà, selon le jésuite italien Jorge Benci, quel était le devoir essentiel du seigneur des usines sucrières29. Castelo Branco s’occupait personnellement du premier point :

"Pour la subsistance des serviteurs noirs et des charpentiers que nous avons actuellement pour la réforme de l’usine, des maisons, de l’alambic et de la chapelle, nous avons l’habitude ici d’aller faire chercher des bœufs au marché, qui nous reviennent très cher, et jamais la viande ne manque une fois par semaine aux Noirs [...]".

  • 30 Stuart Schwartz, Segredos internos: escravos e engenhos na sociedade colonial. São Paulo, Companhi (...)

18Selon un consensus existant, les esclaves étaient mal nourris. Stuart Schwartz explique qu’il n’était pas rare de les voir voler de la nourriture ou faire cuire des rats, qu’ils partaient chasser dans les plantations. Leur alimentation de base était la farine de manioc avec un morceau de viande séchée ou de poisson, le tout arrosé d’eau-de-vie ou de sous-produits du sucre afin de les stimuler au travail30. Le poulet ainsi que la viande fraîche appartenaient à la catégorie des médicaments ou d’une alimentation spéciale pour les esclaves malades, parfois mentionnés par Castelo Branco :

"Manoel est aussi guéri de ses accès de fièvre, et le gamin Estevão, une fois ses crises terminées, est déjà reparti dans les plantations tout à fait remis, je suppose avec une amygdale en moins".

19Sans leur offrir de gâteries culinaires, le seigneur de l’usine affirme qu’il leur donne "la bouchée juste", ce qui signifie une bonne ration. Quant au côté vestimentaire, il est bien probable que les hommes se recouvraient de "tissu de la montagne", c’est-à-dire un tissu grossier en fil cru, et que les femmes mettaient des jupes en "raxeta", qui leur étaient distribuées tous les deux ans.

20Pour ce qui est des châtiments physiques, Castelo Branco n’en parle jamais, ni même lorsqu’il est question de fugues d’esclaves. Il est probable qu’il fit partie du groupe de seigneurs qui refusait de maltraiter une propriété précieuse. Les excès étaient, cependant, remplacés par un contrôle rigoureux de récupération de fugueurs. En 1752, il envoie à son père une description minutieuse d’un esclave qui se serait enfui des côtés de la Paraïba :

"menuisier, sculpteur sur bois, tourneur spécialisé dans le métier des usines à sucre. Il a eu la variole, ce qui lui a laissé beaucoup de marques ; sa couleur est fixement noire. Il ne lui manque aucune dent, il a quelque chose d’un chevalier, la voix assez fine, il n’est ni gros ni maigre ; il a les jambes minces et l’air d’avoir entre trente et quarante ans, sans cheveux blancs ; il joue de la guitare aux accords de laquelle il récite quelques couplets en castillan. Il a une inclinaison pour Bacchus, mais pas autant que pour Vénus, de qui il a toujours été inséparable. Il sait lire et écrire, mais ayant déjà besoin de lunettes, et mène sa vie comme bon lui semble [...]".

  • 31 Sources: Estatísticas Históricas do IBGE. Total d'esclaves débarqués entre 1531 et 1780 : 1 895 00 (...)

21Dans le contexte de la vie privée, les esclaves étaient des accessoires prisonniers de liens de dépendance et de soumission, mais plongés dans un réseau complexe de relations qui variaient de seigneur à seigneur. Les actes de résistance et d’accommodation, comme ceux engendrés par les esclaves fugueurs de Castelo Branco, se transformaient – ainsi que l’a très bien démontré Silvia Lara –, en recours pour les hommes et les femmes voulant échapper à la servitude, sauver leurs vies, défendre leurs intérêts. Mais aux yeux d’un seigneur d’usine sucrière, au bord de la faillite, les esclaves ne commençaient à devenir indésirables que lorsqu’ils n’étaient plus utiles à la machine complexe qui faisaient fonctionner leur vie quotidienne. Au contraire, ils étaient intégrés d’une telle façon à l’univers de l’usine, qu’ils paraissent31 ne pas se distinguer du paysage naturel ou la scène répétitive de la vie domestique.

  • 32 Op. cit., p. 80.
  • 33 Ibidem, p. 86.
  • 34 Ibidem, p. 171.
  • 35 Ibidem, p. 174.

22Ce que le journal n’éclaire pas, c’est que depuis les années 1600 l’importation d’esclaves africains pour exploiter la monoculture de sucre et de tabac passait par Bahia et Rio de Janeiro. Entre 1751 et 1760, période sur laquelle Castelo Branco écrit son journal, la moyenne annuelle d’esclaves déchargés dans les ports brésiliens s’élevait à 16 640. Grâce à cet apport systématique d’Africains, la ville de Bahia au XVIIIe siècle comptait parmi les plus métissées de l’Amérique du Sud. Le métissage n’échappe pas à notre seigneur de moulin à sucre et il l’associe, en permanence, à l’esclavage. Dans son méticuleux journal, le métissage se traduit par des mots et des phrases désignant le fait biologique tout court : "le mulato Cavaco"32, référence au métis de Blanc et de Noir, "la petite créole Josefa qui est morte en ville"33, "les caboclinhos" référence aux métis de Noirs et Indiens34, qui circulaient autour de son moulin à sucre, des "caboclinhos pour me promener en chaise"35, des "caboclinhos promis à quelqu’un", ou sur la liste des biens d’un inventaire qu’il copie on retrouve : "Marta, Ignacia, Ana Maria, crioulinhas" ou petites créoles. Malgré l’utilisation de certaines catégories désignant le métissage ("caboclos, crioulos, mulato") Castelo Branco ne creuse pas dans le sens même de ces catégories ou dans leurs implications éthiques, politiques, philosophiques. Il se borne à identifier des êtres humains par leur couleur de peau. Aucune réflexion n’est faite sur la diversité et la différence de leurs mœurs, de leurs langues, de leurs coutumes. Il savait, encore, que le monde des esclaves n’était pas homogène et qu’il existait de grosses différences entre les multiples "nações" – des tribus – chassées et apprivoisées par des trafiquants connus comme "pumbeiros", qui descendaient de la Guinée à l’Angola, et qu’il y avait davantage de tensions entre les "crioulos", nés au Brésil, les "ladinos" et "boçais", Africains déjà adaptés et parlant le portugais et les Noirs nouveaux-arrivés d’Afrique.

  • 36 Le contenu de cette bibliothèque est en train d'être recensé mais on sait, déjà, que par sa riches (...)
  • 37 Voir le t. X de l'Histoire Naturelle, de Buffon, et l'Essai sur les Mœurs de Voltaire ; voir aussi (...)

23Son mépris des esclaves, son apparente méconnaissance de leur différence naissaient du fait que ces hommes et ces femmes venus d’Afrique étaient considérés comme un simple instrumentum vocale, un instrument de travail. Malgré, aussi, sa connaissance de la langue française, et la présence, dans sa maison en ville, d’une excellente bibliothèque dans laquelle se trouvaient quelques ouvrages français36, il est sûrement très éloigné des thèses soutenues par Buffon et Voltaire qui considéraient, dans leurs écrits, la nature quasi animale de cette race inférieure37. De son côté, s’appuyant sur des concepts du Droit naturel imbriqués avec du néo-scolasticisme, c’est-à-dire, un mélange des concepts de classification aristotélicienne avec des arguments bibliques extraits des textes de Léon l’Africain, il croyait fermement à l’infériorité des esclaves. Mais une infériorité dictée par Dieu : n’étaient-ils pas les descendants du mauvais Caïn, envoyé par le Seigneur Tout-Puissant pour expier ses péchés dans les déserts brûlants de l’Afrique ? Alors, si l’esclavage était le seul moyen de rémission et de pénitence contre leur crime initial, le métissage devrait leur sembler une forme d’échapper à ce destin biblique. Ceci dit, n’importe quelle transformation de cette situation signifierait l’usurpation des droits des Blancs, mis sur l’échelle divine à un niveau plus élevé ; et pire encore, cela signifierait leur fuite du purgatoire de larmes sur la terre, lieu où l’on réglait les comptes de sa propre âme, destin réservé aux descendants de Caïn.

  • 38 Voir à ce sujet l’ouvrage fondamental de Ronaldo Vainfas, Ideología e escravidão, letrados e a soc (...)

24Sur le métissage il aurait dû penser, aussi, comme tant de ses contemporains, qu’il serait issu du manque de morale et des besoins sexuels qui se multipliaient dans ces colonies38, colonie à laquelle il essaye d’échapper symboliquement par l’identification avec la façon de vivre et penser de la métropole. Pourquoi se référer avec amertume aux ruses, aux mensonges et aux tromperies des locaux ? "Qu’ai-je de commun avec les Brésiliens", s’interroge-t-il avec mépris pour ces métis nés dans le Nouveau Monde ?

  • 39 Serafim S.J. Leite, Cartas dos primeiros Jesuítas do Brasil (1538-1553), vol. I, São Paulo, Comiss (...)
  • 40 Jorge Benci, Economía dos Senhores no Governo dos Escravos (1700), Sao Paulo, Grijalbo, 1977, p. 1 (...)
  • 41 Voir Renato Pinot Venancio, "Nos limites da Sagrada Familia" in Historia e Sexualidade no Brasil. (...)

25Au-delà du préjugé social et racial, le non-dit sur le métissage se réfère aux chiffres très élevés de concubinage mixtes, cause de la parution d’une population métisse, constituée d’esclaves ou d’affranchis, de "caboclos" libres. Le silence de Castelo Branco s’explique, peut-être parce que le métissage de ces gens qui n’étaient pas "comme lui" – il s’agissait bel et bien des Brésiliens – renvoyait la question à l’existence d’une vie sexuelle hors du sacrement du mariage. Depuis 1551, le jésuite José de Anchieta dénonçait, à Bahia, le fait "qu’en cette terre il y a un grand péché qui consiste pour presque tous les hommes, à avoir leurs négresses comme maîtresses"39 mais les plaintes ne se sont pas arrêtées là. Un siècle plus tard les soldats du Christ continuent à se plaindre du manque de respect pour les normes chrétiennes du mariage. Un des quasi contemporains de Castelo Branco, le jésuite Jorge Benci, a développé au début du XVIIIe siècle une immense pastorale donc l’objectif était de combattre le concubinage, s’appuyant sur l’argument de saint Paul selon lequel le mariage a été institué "non seulement pour la propagation du genre humain mais aussi comme remède à la concupiscence et pour éviter les péchés"40. Dans cette même période, l’Église acquiert une ferme structure grâce à la fondation d’archevêchés et des dizaines de paroisses qui vont l’aider à développer une campagne moralisatrice agressive comprenant des sermons, des visites pastorales et des descentes de justice ecclésiastique. Le pas le plus important de cette réforme a été la normalisation d’un code de conduite pour les fidèles et le clergé. Ce code, nommé Constituições do Arcebispado da Bahia (1707), a consolidé juridiquement la Contre-Réforme en Amérique portugaise. Prêchant pour l’indissolubilité du mariage, l’Église défendait les mariages entre esclaves, même contre les intérêts des maîtres et combattait fermement le concubinage. Les amendes variaient entre les peines pécuniaires, la prison et, finalement, l’expulsion de la ville41. Répulsion morale pour le métissage, est-ce la raison du silence de Castelo Branco sur tant de gens qui étaient le résultat des rencontres biologiques hors du mariage de l’Église ? Pourquoi n’arrive-t-il pas à mettre en forme par son écriture, un monde qui l’entoure, fait lui aussi de mulâtres et de "caboclos" ? Dans un texte qui n’a aucun horizon d’attente ni personnel, ni collectif, quelle serait la raison de l’abstraction du métissage ? Après beaucoup de tâtonnements, et de difficultés pour m’introduire dans la pensée de Castelo Branco, je me permettrai d’avancer quelques hypothèses, essayant de percer le silence sur le métissage, silence aussi important à étudier que le métissage lui-même.

26En changeant la focale de notre objet d’observation nous retrouvons une longue correspondance remplie de commentaires nous parlant de l’affirmation du moi, de la primauté d’un monde qui se retrouve en dehors, mais qui incorpore en même temps la famille et les esclaves de la ville de Salvador. Mais il passe à côté de la véritable question : qu’est-ce que le métissage à cette époque ? Une des réponses possibles serait que comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, "Monsieur" Castelo Branco était métis sans le savoir. Et d’un métissage plutôt (ou, aussi) culturel que biologique. Dans son texte il y a une profonde identification à l’égard de la société observée de sa fenêtre de la ville haute de Salvador. Il ne connaît aucun état de détachement vis-à-vis de sa propre culture qui lui permettrait de jouer au médiateur entre deux cultures différentes. Même quand il se réfère à l’esclave qui se serait enfui ou aux "mulatos" et "caboclos" qui l’entourent, les facultés qui feraient de ces gens des êtres différents dans leur capacités de communiquer, d’agir et de penser ne sont pas rehaussées. Il n’éprouve pas pour eux suffisamment d’éloignement pour enregistrer leur différences culturelles ; pour lui, il n’y a que la différence de la couleur de peau ("sa couleur est fixement noire", insiste-t-il à un moment donné). Il ne connaît aucun principe relativiste qui lui permettrait de les peindre autrement. Curieusement, la seule fois où il doit aborder la diversité concrète de "l’autre", il finit par rapprocher cet "autre" de ses critères absolus et de ses coutumes : "il joue de la guitare, il récite en castillan, il aime le vin et les femmes, il sait lire et écrire, il porte des lunettes". Il n’y a pas de vrai décalage entre sa réalité et celle d’un esclave ou d’un métis. Son univers mental et ses besoins matériels, bien que régis par des contraintes différentes, ont des traits communs avec celui des autres membres de la société coloniale.

27Le monde de Castelo Branco n’est intelligible que parce qu’il croit à une hiérarchie régie par les mœurs et par une évolution historique dans laquelle chaque groupe reflète ou tempère le précédent, n’apportant rien de radicalement neuf. À l’intérieur de ce monde, l’esclave noir imiterait le métis affranchi, qu’imiterait à son tour, le maître "brasileiro" qui veut imiter ses parents portugais qui vivent à la cour. C’est la seule capacité de soumission à cette hiérarchie – hiérarchie supposant l’existence des lois, d’usages constants et des mœurs fixes pour renforcer cette soumission – qui sépare l’univers de la civilisation de celui de la barbarie. C’est, aussi, la représentation de cette hiérarchie qui permet de limiter le monde blanc, au Portugal, et celui des Noirs, à l’Afrique. À mi-chemin, on retrouverait un espace : celui entre la sauvagerie et la métropole, un monde fait d’hybridation, de mélanges, de bricolages ; celui du Brésil et des "brasileiros". Et c’est finalement comme un "brasileiro", parti de la "canaille" ou véritable "Hottentot", que Castelo Branco est perçu par ses cousins européens. Membre d’une famille où une partie de la parenté se constitua de "bâtards", où le père, "libéré" de sa mère aussi bien que ses frères déambulant dans le "sertão" lui aurait accordé, très certainement, d’autres parents métis, où les sœurs n’avaient pas de possibilité de contracter des bons mariages dans l’élite, Castelo assiste à l’effritement du modèle métropolitain. Il vit, au contraire, dans un territoire d’adaptations. On pourrait même dire que, aux yeux de la famille portugaise, l’éloignement et l’appauvrissement ont dû teinter, aussi, avec des couleurs plus foncées la physionomie des membres déchus de la famille Castelo Branco.

28Finalement, "que se passe-t-il si par convention, on change la focale de l’objectif en grossissant l’objet de l’observation" ? La réponse est : on retrouve un métis derrière un maître de moulin à sucre. Un métis en train de vivre une forme de métissage qui passe par d’autres mécanismes d’hybridation ; des mécanismes plus sournois et opaques. Un métis vivant une stratégie individuelle, permettant au regard de l’historien, d’accéder à des logiques sociales et symboliques qui étaient celles de son groupe, voire, celles d’ensembles beaucoup plus larges de la société coloniale brésilienne. Logiques sur le métissage, qui ne sont pas des étiquettes mises au hasard, mais qui sont construites de l’intérieur même de l’expérience coloniale.

Notes

1 Jeux d’échelles – La micro-analyse à l’expérience, textes rassemblés et présentés par Jacques Revel, Paris, Hautes-Études / Gallimard / Le Seuil, 1995, p. 10.

2 Jacques Revel, ibidem, p. 12.

3 Le quotidien est pour Sérgio Buarque de Holanda, dans Caminhos e fronteiras, Rio de Janeiro, José Olympio, 1957, la base sur laquelle le passé historique est reconstruit. Grâce à son regard sur les choses ordinaires et les gestes journaliers, il récupère les transformations et comprend que l’histoire s’enracine dans des multiples tissages du savoir-faire quotidien. Sur le quotidien dans l’œuvre de Holanda, voir I. Blaj et M. Maluf, "Caminhos e fronteiras: o movimento na obra de Sérgio Buarque de Holanda", Revista de Historia, n° 122, p. 17-46, janv./ juin 1990.

4 Bernard Lavallé, L’Amérique espagnole de Colomb à Bolivar, Paris, Belin, 1993, p. 151.

5 Sur l’urbanisme et l’architecture de Salvador, voir l’Art colonial sud-américain – domaine espagnol et Brésil, Paris, ed. Damián Bayón et Murillo Marx, Aurore éditions d’art, 1990, spécialement la troisième partie, p. 298.

6 Manuscrit appartenant à la collection José Mindlin, São Paulo, Brésil, dit "Manual do Borrador de Antonio Gomes Ferrão Castelo Branco", daté de 1749-1759, 225 feuillets manuscrits, de 31,3 cm x 20,6 cm, en papier lin fait-main, probablement d’origine anglaise. Je suis très reconnaissante à M. Mindlin d’avoir eu la possibilité de travailler sur ce document.

7 Thales de Azevedo, Provoamento da cidade de Salvador. Salvador, Itapuã, 1969, p. 187.

8 Cartas da Bahía. 1768-1769, Rio de Janeiro, Arquivo Nacional, 1972, Itapuã, 1969, p. 188 (1.5/1769).

9 Arno et M. José Welhig, op. cit, p. 175.

10 Idem, ibidem.

11 Casa Grande e sensala: formação da familia patriarcal brasileira sob regime de economía patriarcal, 20° ed., Rio de Janeiro e Brasilia, José Olympio / INL-MEC, 1980.

12 As mulheres, o poder e a familia: São Paulo, século XIX. São Paulo, Marco Zero / Secretaria do Estado da Cultura, 1989.

13 André José Antonil, Cultura e opulência do Brasil. Paris, Institut des Hautes-Études de l'Amérique latine, 1968, texte de l'édition de 1711, traduction française et commentaire critique A. Mansuy, p. 75.

14 Il s'agit d’une sorte d’exécuteur testamentaire ou "testamenteiro".

15 Op. cit., p. 12.

16 Ibidem, p. 150.

17 André José Antonil, op. cit, p. 79.

18 Arno et M. José Wehlig, op. cit., p. 204-205.

19 Ibidem, p. 202-203.

20 Emanuel Araújo, op. cit., p. 109.

21 Ibidem, p. 109.

22 Ibidem, p. 146.

23 Ibidem.

24 Ibidem, p. 124.

25 A Bahía no século XVIII; Recopilação de noticias soteropolitanas e brasilicas, 2e éd., 3 vol., Salvador, Itapuã, 1969, vol. I, p. 152.

26 Leila M. Algranti, Honradas e devotas: mulheres na Colônia: condição feminina nos conventos e recolhimentos do Sudeste do Brasil 1750-1822, Rio de Janeiro / Brasilia, José Olympio / EDNUB, 1993, p. 170.

27 Anais da Biblioteca Nacional, vol. 32. Voir aussi, Anna Amélia V. Nascimento, O convento do Desterro da Bahía. Salvador, Industria e comunicação, 1973.

28 Sur les rapports et tensions entre maîtres et esclaves, voir Silvia H. Lara. Campos da violencia. Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1988, spécialement le chapitre XIII, "Entre o público e o privado", p. 323-340.

29 Economía cristã dos senhores no governo de escravos. São Paulo, Grijalbo, 1977, (1° édition, 1705).

30 Stuart Schwartz, Segredos internos: escravos e engenhos na sociedade colonial. São Paulo, Companhia das Letras, 1991, p. 126-127.

31 Sources: Estatísticas Históricas do IBGE. Total d'esclaves débarqués entre 1531 et 1780 : 1 895 000.

32 Op. cit., p. 80.

33 Ibidem, p. 86.

34 Ibidem, p. 171.

35 Ibidem, p. 174.

36 Le contenu de cette bibliothèque est en train d'être recensé mais on sait, déjà, que par sa richesse elle sera le patrimoine fondateur appartenant à la première bibliothèque publique de la ville de Salvador, Bahia.

37 Voir le t. X de l'Histoire Naturelle, de Buffon, et l'Essai sur les Mœurs de Voltaire ; voir aussi les commentaires de Tzvetan Todorov, Nous et les autres, la réflexion française sur la diversité humain, Paris, Seuil, 1989, spécialement le chapitre II, "La race et le racisme".

38 Voir à ce sujet l’ouvrage fondamental de Ronaldo Vainfas, Ideología e escravidão, letrados e a sociedade escravista colonial, Petropolis, Vozes, 1986.

39 Serafim S.J. Leite, Cartas dos primeiros Jesuítas do Brasil (1538-1553), vol. I, São Paulo, Comissão do IV Centenario da Cidade de São Paulo, 1954, p. 119.

40 Jorge Benci, Economía dos Senhores no Governo dos Escravos (1700), Sao Paulo, Grijalbo, 1977, p. 102.

41 Voir Renato Pinot Venancio, "Nos limites da Sagrada Familia" in Historia e Sexualidade no Brasil. Rio de Janeiro, Graal, 1986, p. 107 et passim.

Auteur

Université de São Paulo

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540