Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transgressions et stratégies du métissage en Amérique coloniale

 | 
Bernard Lavallé

Révélations, silences et faux-semblants de la terminologie

Problèmes et tentatives d’identification des métis à travers la documentation coloniale

L'exemple de Cuenca

Jacques P. Simard

Résumé

Aunque el mestizaje es un hecho de primera importancia para la historia colonial, nos encontramos ante una paradoja: la casi ausencia de los mestizos en los documentos del corregimiento de Cuenca (Audiencia de Quito). Luego de prestar atención a los términos usados en las fuentes para designar a las distintas categorías étnicas, nos interesamos por los testimonios de la época sobre los mestizos, antes de presentar una estadística y una cartografía del mestizaje a finales del siglo XVIII.
En base a la contradicción inicial, proponemos identificar a los mestizos a partir de sus lazos y redes sociales, es decir a partir de las prácticas de los actores. Las diversas relaciones que ofrecen los testamentos y los contratos de compra-venta de tierras permiten poner de manifiesto las lógicas de los individuos en la elección de sus vínculos, la diversidad de los espacios relacionales en los cuales se insertaban y la pluralidad de las líneas divisorias que atravesaban el conjunto social, o sea la multiplicidad de los mestizos y de las situaciones de mestizaje

Texte intégral

1Cette contribution, qui s'appuie sur les sources les plus diverses concernant le corregimiento de Cuenca, porte sur le problème de l'identification du métis et s'organise sous la forme d'un raisonnement en trois étapes : la quasi-absence des métis dans la documentation, de manière explicite et formelle dans les textes ; leur importance au contraire selon les témoignages des contemporains et certains documents démographiques qui viennent ainsi contrebalancer la première observation ; enfin, une tentative d'identification des métis par les types de liens que les individus tissaient qui, en bonne dialectique hégélienne, opère un déplacement du raisonnement puisqu'il s'agit en fait d'identifier plutôt les différentes situations de métissage.

L'absence des métis dans les textes

  • 1 Thérèse Bouysse-Cassagne, "Être métis ou ne pas être : les symptômes d'un mal identitaire dans les (...)
  • 2 "Achats et ventes de terres par les Indiens de Cuenca au XVIIe siècle : éléments de conjoncture éc (...)

2L'ensemble de la documentation coloniale concernant le corregimiento de Cuenca est pauvre en ce qui concerne la présence des métis et des catégories du métissage. Peu nombreux sont les individus qui se présentaient ou étaient désignés comme tels dans les sources. Si l'on prend les documents notariés, il est rare qu'un contractant, quelle que fût la nature de l'acte demandé, soit désigné comme “mestizo” par le notaire1. Un synonyme était presque plus couramment utilisé, celui de “montañés” Les écritures notariales portent témoignages de cette absence des métis. Dans les transactions foncières, par exemple, étudiées en détail pour le XVIIe siècle2, c'est à peine si l'on trouve 67 métis. Ni les contractants ni les témoins ne sont désignés ainsi. Cependant, lorsqu'il s'agissait d'indiquer le voisinage de la parcelle qui était l'objet de la transaction, la mention de tel ou tel métis laisse bien entendu deviner leur présence dans les quartiers. Il en est de même avec les testaments, où l'on ne rencontre qu'une vingtaine d'individus ayant dicté leurs dernières volontés devant notaire et qui se présentaient explicitement comme métis. Pour deux autres types de sources, la situation est un peu différente. Dans les procès, bien que n'ayant pas une statistique même indicative à offrir, les métis apparaissent un peu plus fréquemment dans les informations de témoins que présentaient les parties. En ce qui concerne les registres paroissiaux, les métis relevaient théoriquement de la paroisse du Sagrario. Malgré l'absence d'une rubrique “mestizos” dans la nomenclature utilisée par les curés pour enregistrer les individus auxquels ils distribuaient tel ou tel sacrement, certains métis les recevaient dans l'une ou l'autre des deux paroisses théoriquement réservées aux Indiens : San Blas et San Sebastián. (Dans les registres de cette dernière, il y a même une catégorie “españoles”)

3Au contraire, la documentation fait un usage immodéré de l'expression “vecino”, décliné au féminin aussi bien qu'au masculin. Or, passées les premières décennies qui suivirent la fondation de la ville de Cuenca en 1557, il ne semble pas que le terme ait une quelconque valeur socio-politique. Les actes du cabildo pendant les premières années de son existence enregistrèrent nombre de demandes de nouveaux résidents qui souhaitaient être reconnus comme vecinos de Cuenca pour prétendre ainsi à une parcelle afin d'y construire leur demeure, à une concession de terre voire à l'attribution de quelques mitayos pour la mise en valeur de celle-ci ou le service domestique. Le lien entre titre, possession d'un solar et participation au cabildo est certain au départ. Mais dès que l'institution municipale perdit le privilège de répartir des terres, les demandes pour être reconnu vecino de Cuenca disparurent également. Si l'appellation était distinguée, dans la documentation, de celle des simples résidents de la ville, désignés par le terme “moradores”, elles en vinrent à devenir synonymes, d'autant plus que la formule “vecino morador” se généralisa aussi. En raison de la dévaluation du premier terme, il n'y a pas lieu de lui donner une quelconque valeur ethnique, permettant de distinguer les Blancs des métis.

  • 3 Inca Garcilaso de la Vega, Historía general del Perú, Buenos Aires, Emecé, [1617] 1944.
  • 4 Thierry Saignes, "¿Es posible una historia "chola" del Perú?", Allpanchis, 35/36-II, 1990, p. 635- (...)

4Une catégorie du métissage est un peu plus fréquente, celle des “mestizos en hábito de indios”. (Son inverse existe également bien que plus rarement : “mestizos en hábito de españoles”). Aussi bien dans le corpus des achats-ventes que dans celui des testaments, on trouve ces métis en habit d'Indiens avec une certaine régularité. L'expression est voisine de “cholo”, et était d'ailleurs plutôt déclinée au féminin qu'au masculin. Il n'est pas sûr que le mot ait exactement le sens généalogique que lui attribue Garcilaso de la Vega : descendants d'un métis et d'une Indienne3. Il semble plutôt qu'il désignait les sang-mêlé dont la proximité avec le monde indien était grande, dans la claire référence aux habitudes vestimentaires, sans faire ici allusion à l'usage de ce terme dans le vocabulaire des insultes4.

  • 5 Voir la rubrique “Hombres o mujeres de todas clases, estados, y castas inclusos párvulos” du recen (...)

5Si l'on se place maintenant au XVIIIe siècle, la diversité de la nomenclature ne s'enrichit guère plus. La notion de “castas” n'est pas utilisée dans les textes, sauf dans les nomenclatures des recensements demandés par l'administration centrale ou vice-royale5. Aussi, les multiples variations des tableaux du métissage et la terminologie complexe qui les accompagnait ne trouvèrent pas d'écho à Cuenca. Dans le recensement de la province effectué en 1778 par exemple, on peut établir que les métis furent associés aux Espagnols dans les tableaux synthétiques envoyés par le gouverneur Antonio de Vallejo à Santa Fe de Bogotá, mais on ne peut être sûr que les “métis en habit d'Indiens” le furent avec les Indiens.

  • 6 Angel Rosenblatt, La población indígena y el mestizaje en América, Buenos Aires, Editorial Nova, 1 (...)

6Cette relative pauvreté des catégories du métissage utilisées dans le corregimiento de Cuenca ne laisse pas de surprendre, surtout si on la compare avec la richesse des termes utilisés qui servaient, dans d'autres régions de l'espace andin, pour ne parler que de lui, à désigner la variété des catégories de sang-mêlé6. Pourtant, cette particularité documentaire ne veut pas dire que le métissage était un phénomène marginal dans cette région de l'Audience de Quito, tout au contraire.

Les témoignages sur les métis

  • 7 Pilar Ponce Leiva (éd.), Relaciones histórico-geográficas de la Audiencia de Quito (Siglo XVI-XIX)(...)
  • 8 Joaquín de Merisalde y Santisteban, Relación histórica, política y moral de la ciudad de Cuenca, Q (...)

7Les métis existaient bel et bien, et les relations et descriptions de l'époque font abondamment mention de ceux-ci. On peut invoquer quelques témoignages particulièrement éclairants. En 1754, l'évêque de Quito, Juan Pío Montufar y Fraso déclarait dans son mémoire Razón acerca del estado de la Real Audiencia de Quito, que résidaient “muchos españoles, y un considerable número de mestizos e yndios” dans la ville de Cuenca dont il estimait la population totale à 14 000 habitants7. Quelque dix années plus tard, le corregidor Joaquín de Merisalde y Santisteban écrivait en 1765 : “Disfruta con más crecidas usuras la fertilidad del terreno otra inmensidad multitud de los que por acá llamamos mestizos8”.

8Dans les descriptions que ce dernier auteur fit des villages de sa juridiction, il indiquait que, par exemple plus du quart de la population de Gualaceo était composée de Blancs et de métis, et plus du cinquième à Cañar. Dans ces deux localités qui avaient prospéré jusqu'à devenir des pôles structurants de la campagne cuencanaise, on retrouve le flou des sources, puisque les Blancs et métis sont une nouvelle fois associés. Quand l'auteur distingue entre eux, la présence des métis était contrastée, même en reprenant le caractère fort grossier de ses estimations : s'ils étaient “nombreux” à Girón, Quingeo et San Bartolomé, ils n'étaient plus que “quelques-uns” à Baños et Cumbe, mais il n'y en avait “aucun” à Cañaribamba, Deleg, Taday et Pindilig. Dans ces deux derniers hameaux, les Indiens leur interdisaient l'installation alors que partout ailleurs ils leur louaient ou vendaient terres et maisons. En fonction des informations fournies par le corregidor, les facteurs économiques et géographiques se combinent pour rendre compte des différences observées. Les secteurs de vallées tournées vers la production de blé (Azogues) ou de canne à sucre (Paute) s'opposent aux finages reculés consacrés aux tubercules andins et à l'élevage traditionnel (massif de Cañar) : les premiers étaient déjà métis, les seconds restaient encore Indiens. Les villages proches de la ville (Paccha) étaient des bastions de l'indianité ne pouvant fixer une population blanche et métisse, alors que les localités éloignées du chef-lieu (Oña) accueillaient des habitants aux caractères ethniques plus mélangés.

  • 9 Jacques Poloni, "Mesure du métissage à Cuenca d'après le recensement de 1778", Mélanges de la Casa (...)

9C'est seulement à partir de la fin du XVIIIe siècle qu'il est possible de mesurer le métissage de la population du corregimiento de Cuenca, ou plutôt la diversité de la composition ethnique de la province car les catégories ne sont pas distinguées : en 1778, d'après le recensement d'Antonio de Vallejo, il y avait au total 24 565 Blancs et métis, soit (32 %), 50 870 Indiens (66,4 %), 1 211 Noirs (1,6 %)9. Dans la ville, qui comportait alors 14 763 habitants, le rapport était inverse : 61 % de Blancs et métis, 36 % d'Indiens et seulement 3 % de Noirs, avec des différences notables entre les quartiers centraux et les secteurs périphériques (cf. tableau 1).

Tableau 1. Population de la gobernación de Cuenca en 1778

Localités

Blancs.-Mét.

%

Indiens*

%

Noirs1

%

Total

Cuenca

8997

60,9

5282

35,8

484

3.3

14763

Annexes S. Blas

434

11,6

3292

88,3

3

0,1

3729

Azogues

3495

29,8

8082

68,8

164

1.4

11741

Gualacéo2

2567

30,2

5865

68,9

76

0.9

8508

Cañar*

2277

32,8

4586

66,1

72

1,0

6935

Baños

513

9.2

5053

90,8

0

0.0

5566

Paccha

855

21,4

3128

78,5

4

0,1

3987

El Vjlle

529

13,5

3400

86,5

1

0.0

3930

Paute*

1217

31,0

2588

66,0

118

3.0

3923

Girón

727

19,5

2952

79,2

47

1.3

3726

Cañaribamba

1350

43,3

1569

50,3

201

6.4

3120

San Bartolomé

378

12,6

2616

87,3

1

0,0

2995

Deleg

632

29,5

1512

70,5

1

0,0

2145

Oña

594

37,6

945

59,9

39

2.5

1578

Machángara

_

_

_

_

_

_

Sayausí

_

_

_

_

_

_

Molleturo

-

-

-

-

-

-

-

Total

24565

32,0

50870

66,4

1211

1.6

76646

* Valeurs incertaines à l'intersection de la colonne et des lignes
1 Sont regroupés les « Noirs libres » et les « Noirs esclaves »
2 Sont inclus Gualaceo, Sigsíg, Chordeleg et Jadán
Source : ANH/A, Gob. Adm., Lib. 6

  • 10 Kenneth J. Andrien, The kingdom of Quito, 1690-1830, Cambridge, CUP, 1995.

10On retrouve les contrastes régionaux notés ci-dessus, tous les métis ne résidaient pas dans les bourgs qui s'affirmèrent au XVIIIe siècle : certains s'installaient dans de simples hameaux, d'autres vivaient dans leur hacienda, comme c'était le cas dans le secteur de Cañar. Il y a donc un métissage des campagnes qui, s'il ne date pas du XVIIIe siècle, prit alors toute son ampleur10. Lorsque la présence des Blancs et métis était un peu plus significative, ils reproduisaient le schéma urbain de Cuenca avec une occupation prioritaire du centre, investi d'un plus grand prestige. A la périphérie résidait une majorité d'Indiens, sans exclusive pour autant. Si leur installation aiguisait les tensions sociales au village, elle favorisait les processus socio-culturels du métissage. La société rurale s'en trouvait modifiée, certains villages gardant une structure indienne, alors que d'autres étaient emportés dans le mouvement du métissage, même s'ils n'accédaient pas au rang de bourgs.

11Les plaintes et procès intentés par les Indiens au XVIIIe siècle viennent confirmer cette installation des métis dans les bourgs, les villages voire les hameaux du corregimiento de Cuenca, et fournissent des indices - certes biaisés - sur le point de vue des Indiens à leur égard. Ils sont stigmatisés comme étant la source de tous les maux, violences et abus. Et sans avoir fait une statistique exhaustive des plaintes et procès indiens, ceux portant litige avec les métis s'accroissent au cours de ce siècle. Si les tensions s'exacerbèrent, c'est que leur présence dans les campagnes était plus importante. Il n'y a pas lieu d'entrer ici dans le détail de ces conflits. Ils traduisent la volonté des métis de se démarquer, par la violence, du reste de la population indienne, et la société de corps leur en offrait la possibilité. Désignés comme métis dans les plaintes indiennes, ils refusaient eux-mêmes cette appellation en s'intitulant “vecinos”, cherchant à se distinguer du reste de la population villageoise - majoritairement indienne-, en reproduisant et en accentuant le modèle de l'honneur, du refus des activités mécaniques, décrit par les autorités, et la violence était un moyen pour eux de marquer leur différence. Pourtant, d'autres étaient “intégrés” au village lorsqu'ils y exerçaient, par exemple, une profession artisanale ou permettaient d'accéder à quelque bien, voire de faciliter quelque démarche. Les relations entre Indiens et métis doivent donc être vues dans toute leur complexité.

  • 11 Patricia Seed, "Social dimensions of race : Mexico City, 1753", Hispanic American Historical Revie (...)

12Jusque-là, Blancs et métis étaient associés dans les recensements. Un document concernant le quartier occidental de San Sebastián permet enfin de les distinguer : il s'agit du dénombrement maison par maison de ce secteur, joint au résumé du recensement de Vallejo dans la copie conservée aux archives de Cuenca. Pour une population de 4 443 habitants, il y avait 28 % de Blancs, 46,2 % de métis, 23 % d'Indiens et 2,9 % de Noirs (cf. tableau 2). Aussi on peut considérer que la paroisse de San Sebastián était constituée en un quartier populaire. Même s'il n'est pas possible d'en reconstituer le plan, il semble pourtant qu'il y avait une répartition socio-ethnique de la population, où les îlots en avant et autour de la place se distinguaient de ceux plus éloignés de l'église paroissiale qui jouait ici le rôle de pôle de différentiation pour la résidence tenue par la place principale à l'échelle de la ville tout entière11.

Tableau 2. Population de la ville de Cuenca en 1778

Quartiers

Blcs-Mét.

%

Indiens

%

Noirs*

%

Total

Vecino

4 554

96,3

2 384

33,2

234

3,3

7 172

Ejido

926

45,6

1 067

52,5

39

1,9

2 032

San Sebastián

3 294

74.1

1 020

23,0

129

2,9

4 443

San Blas

223

20,0

811

72,7

82

7,3

1 116

Total

8997

60,9

5 282

35,8

484

3,3

14 763

* Libres et esclaves
Source : ANH/A, Gob. Adm., Lib. 6

  • 12 Joaquín de Merisalde y Santisteban, op. cit., [1765] 1957, p. 29.

13C'est en revenant aux descriptions qualitatives que l'on peut prendre la mesure du métissage dans la ville. Pour le quartier de l'Ejido, loti, affermé et qui était devenu un faubourg sur l'autre rive du Tomebamba, on dispose de plusieurs indices. Joaquín de Merisalde y Santisteban écrivait en 1765 : “Regúlame aquí sobre cuatro mil almas de ambos sexos, la mayor parte mestizos12”. Quelques décennies plus tard, en 1789, Juan de Velasco renchérissait sur ces propos, reprenant un ancien chiffre de population :

  • 13 Juan de Velasco, Historia del reyno de Quito, Caracas. Biblioteca Ayacucho, [1789] 1981, p. 394.

“Se ha reducido por eso a otra nueva ciudad, que suelen darle el nombre de Jamaica, según está llena de huertos, jardines y caserías. El año de 1754, hallándose en Cuenca el Obispo de Quito mandó hacer la numeración de las personas que allí habitaban de firme, y pasaron de cuatro mil, sin más pasto espiritual que el de un sostituto del Cura, que iba tal vez, por lo qué se trató de darles un párroco propio13”.

14Si l'auteur n'indique pas la raison pour laquelle on donnait à ce secteur le nom de “Jamaïque”, le caractère métis de la population de l'Ejido peut être conjecturé.

15Les membres du cabildo de la ville apportent un autre éclairage sur la question du métis. Lorsqu'ils sollicitèrent l'évêque de Quito en 1751 pour obtenir la création d'une chapelle à l'Ejido (elle fut érigée sous la protection de San Roque), ils fondaient leur requête en décrivant les habitants de ce faubourg en ces termes :

  • 14 AHM/C, Libro XII de cabildos, 14-VI-1751, fol. 6v-7.

“Hasiendo representasión de los graues y continuados yncombenientes que experimentauan, todas las personas y numeroso gentío de españoles e yndios que ensierra en sí todo el ámbito y terreno de el egido de esta ciudad onde auitan con sus casas y sementeras, por la carensia que experimentan de cosa tan ymportantísima, qual es la medisina espiritual que sirua de eurasión prouechosa a las almas de aquellos fieles moradores por la total falta de saserdote que los ynstruia [...] viuiendo todos los dichos auitadores y cada uno de ellos como ynfieles o várbaros [por] la suma ynopia de pobresa en que se hallan como gente en quien concurre y se experimenta toda miseria que muebe a pura compasión, no sólo en considerarlos, sino en observarlos, por la notable yndesensia que manifiestan en sus trajes así de el vestuario como de el calsado cuios yncombenientes los prohiuen de la asistensia a todo acto espiritual14”.

16Bien que la population de l'Ejido fût composée d'Espagnols, de métis et d'Indiens, les préjugés socio-ethniques transparaissent clairement. Le faible prix des étoffes, la pauvreté des chaussures révélaient la basse extraction sociale des individus aux yeux des échevins. Le jugement est particulièrement éclairant, le mépris manifeste pour ces va-nu-pieds plus proches des Indiens que des auteurs de la requête qui incarnaient l'élite locale. Ils ne pouvaient les placer sur un même pied d'égalité avec eux. La distance qui existait entre le cabildo de l'Ejido était culturelle, et la rivière qui les séparait représentait une barrière sociale plus difficile à franchir que le Tomebamba en temps de crue. Les échevins rejetaient les petits Blancs - et a fortiori les métis - qui résidaient dans ce faubourg vers une sorte de plèbe urbaine. On touche là le caractère artificiel des documents administratifs qui associaient les Espagnols et les métis ; les catégories utilisées ne correspondaient en rien à la réalité sociale, marquée par le souci des premiers de se distinguer des seconds.

17Ces préjugés et ces clichés étaient particulièrement vifs à l'encontre des métis. Joaquín de Merisalde y Santisteban est intarissable sur leur paresse et leur oisiveté, alors même qu'il décrit la prospérité agricole des vallées où ils s'étaient installés. Cette prévention, cette acrimonie à leur égard étaient partagées par tous les membres de l'élite, et on les retrouve sous la plume d'Antonio de Ulloa :

  • 15 Antonio de Ulloa, Viaje a la América meridional, Madrid, Historia 16, [1748] 1990, tome I, p. 409- (...)

“La casta de mestizos abunda mucho en toda la jurisdicción; es gente altiva, muy perezosa, llena de vicios y mal inclinada15”.

18Aussi est-ce l'une des raisons pour lesquelles l'administration proposait souvent de les assujettir au tribut ou de débusquer les faux métis, n'ayant pas réussi à empêcher leur résidence dans les villages.

L'identification des métis et des situations de métissage

  • 16 Karen Spalding, De indio a campesino, Lima, IEP, 1974, p. 31-60.

19À ce stade de la réflexion, on se trouve devant la situation suivante : une absence des métis désignés comme tels dans la documentation et une multitude de témoignages sur leur importance (encore que ceux mobilisés concernent surtout le XVIIIe siècle et que la mesure démographique du phénomène reste problématique). Il faut donc revenir à la question initiale de l'identification des métis. Mais, au passage, on a vu que le contexte influait sur la position sociale des individus. Pour schématiser, un métis pouvait être rejeté vers la plèbe en milieu urbain par opposition aux membres des puissantes familles locales, alors que, en milieu rural et indien, son semblable pouvait figurer au sommet de la hiérarchie sociale locale. À l'inverse, un Indien qui, par sa résidence, son activité professionnelle ou ses relations étaient en contact fréquent avec des membres d'autres groupes ethniques se trouvait de fait dans une situation de métissage, sans oublier les caciques qui, à la jonction des sphères indiennes et espagnoles, et passant de l'une à l'autre, jouaient des deux légitimités et manipulaient les deux logiques en raison de leur statut et de leurs fonctions16.

  • 17 Gabriel Escobar, "El mestizaje en la región andina: el caso del Perú", Revista de Indias, XXIV-95/ (...)
  • 18 François Bourricaud, "Indian, mestizo and cholo as symbols in the peruvian System of stratificatio (...)

20Il y a donc lieu de distinguer l'identification des métis “réels” et la construction sociale du métissage. Par ailleurs, celui-ci ne peut se réduire au seul phénomène biologique, d'autant, sinon plus, qu'il était social et culturel17. Ainsi, un individu pouvait toujours être inscrit dans la catégorie juridico-fiscale des Indiens, mais relever du métissage en raison de son genre de vie, de son statut socio-professionnel, de sa tenue vestimentaire, de ses pratiques culturelles, etc. À l'inverse, l'association des métis aux Espagnols dans les recensements apparaît artificielle, nombre d'entre eux étant plus proches des Indiens, que l'on pense justement aux “métis en habit d'Indiens”. Pour autant, la force des préjugés ethniques ne doit pas être sous-estimée : l'indianité, en tant qu'exclusion, était un phénomène qui se reproduisait. Mais le cadre juridique qui inscrivait les individus dans une catégorie particulière n'était pas un carcan tel qu'il empêchât les acteurs de toute mobilité qui justement empruntait les voies du métissage18.

21Il s'agit donc d'envisager les pratiques sociales comme indices de l'indianité, du métissage ou, au-delà, de l'hispanité, et d'identifier les métis à partir de leurs pratiques relationnelles. En fait, l'hypothèse de travail est la suivante : considérer les liens sociaux établis par les individus comme indicateurs de leur position sociale et dégager les situations de métissage puisque c'est cela qui est en jeu ; prendre les liens tissés par les acteurs comme l'instrument révélant leurs stratégies d'identité ou de mobilité sociale même si la signification de ceux-là ne doit pas être systématiquement interprétée de manière univoque en terme de métissage, lorsqu'ils montrent une relation interethnique. Dans ce cadre, 525 testaments (303 d'Espagnols, 55 de métis, 17 de cholos, 150 d'Indiens) et 1 052 transactions foncières, effectués les uns et les autres entre 1620 et 1680, constituent les corpus de l'enquête. L'immense majorité des testateurs concerne des citadins, alors que les contrats d'achat-vente portent sur des lopins de terre situés dans ou à la périphérie de la ville. Les liens retenus pour cette recherche des situations de métissage et des pratiques sociales de ces individus sont les suivants : la filiation, l'état civil, le choix des exécuteurs testamentaires et des témoins, les débiteurs et créanciers, le voisinage des propriétés immobilières.

  • La filiation : en l'absence de toute dénomination explicite, il est difficile d'identifier les métis. On peut cependant, par le biais de la filiation, pointer le métissage d'un certain nombre d'individus. Dans la plupart des cas, les enfants naturels étaient biologiquement des métis. Si les sources ne distinguent pas les conceptions prénuptiales des enfants nés hors mariage, on peut parfois suspecter les fruits de relations avec un clerc ou avec un membre de la famille du maître. Mais l'illégitimité n'était pas à elle seule un indice du métissage, le concubinage étant un phénomène répandu parmi les couples indiens19. Pourtant, il est peu de cas dans la documentation où les testateurs indiens indiquent la relation maritale de leurs parents. Lorsqu'ils précisaient le nom de ceux-ci, en particulier celui de leur mère explicitement ou de toute évidence indienne, on peut “récupérer” de cette manière un certain nombre de métis et de cholos : les premiers fournissaient généralement le nom de leur père, espagnol, aux côtés de celui de leur mère, indienne, alors que les seconds n'indiquaient que celui de leur mère. Sur la base de ce critère, on peut différencier ces deux variantes du métissage. Le maintien du souvenir voire de contacts avec le géniteur était un élément de rapprochement avec le monde espagnol, alors que l'éducation par la seule mère maintenait la proximité avec la sphère indienne.
  • L'état civil : le concubinage peut être lui-même considéré comme un indicateur du métissage, même si cette pratique était partagée autant par les Indiens que par les métis. Pourtant, dans les testaments des premiers, les mariages indiqués ont toujours été célébrés devant le prêtre : on peut se demander si ce n'est pas un de la source qui imposait le mariage légitime pour des questions d'héritage, ou bien si ces testaments n'étaient pas le fait des éléments ayant le mieux intégré les normes sociales et religieuses de la famille coloniale. En ce qui concerne le lien matrimonial, le schéma des alliances est conforme à la hiérarchie coloniale, à de très rares exceptions près, par exemple celle de Juan del Carpio, cholo, qui épousa la fille d'un cacique de Girón. Par ailleurs, l'indication du célibat ne cache pas nécessairement un concubinage. Ce sont justement les testateurs sans héritier direct, au premier rang desquels les femmes célibataires pour les couches inférieures de la société, qui pouvaient destiner une partie de leur patrimoine à la fondation d'une chapellenie.
  • Le voisinage : l'importance de la cohabitation interethnique fut mentionnée aussi bien dans certains quartiers de la ville comme San Sebastián qu'à l'intérieur même des unités de résidence. Les contrats d'achat-vente permettent, grâce aux linderos indiqués, d'envisager ce voisinage au quotidien. Aux marges du quadrilatère prestigieux, certains Indiens résidaient aux côtés de vecinos (ex.: Catalina Juca, de la famille des caciques de Paccha; Pedro Pansón, Indien de Paute). A l'inverse, dans le secteur de Guataná, aussi appelé “población de los caciques”, des métis ou des Blancs, comme Diego de Lozano ou Diego Henriquez résidaient aux côtés de don Juan Sacazia ou de Ursula Chillcuri). Dans la rue Ronda, près de la rivière, l'Indienne Ana Santos vivait près des sœurs Sagasti, mestizas en hábito de indias et de l'alférez Francisco García de Orellana. Dans les deux paroisses périphériques de San Blas et de San Sebastián, établies sur le modèle des villages de réduction, on assiste d'abord à une “indianisation” de ces secteurs de résidence (par l'achat progressif de terres concédées par le fondateur ou le cabildo de la ville) avant d'enregistrer un processus de métissage de l'habitat (et pas seulement de la propriété), mais avec une spatiale des quartiers qui opposait d'un côté les parcelles situées autour de la place et les îlots qui conduisaient vers le centre de la ville et, de l'autre, les espaces situés au chevet des églises : les premières attiraient et concentraient Blancs, métis, caciques, artisans ; les seconds étaient laissés aux simples Indiens20. Mais le voisinage ne dit rien de la façon dont était vécue cette corésidence dans les mêmes espaces.
  • L'activité professionnelle et le statut social : les documents utilisés ne mentionnent généralement pas l'exercice d'une profession particulière des intervenants. Bien que les corpus concernent la ville et que toute activité, d'une manière ou d'une autre, impliquait un métissage, l'intensité, la fréquence, la nature de celui-ci pouvaient varier. Tous les artisans et les boutiquiers étaient en situation de métissage, encore qu'il faille distinguer entre eux selon la clientèle qu'ils avaient ; le rapport était moins net pour les muletiers, mais il n'y a pas de doute pour les domestiques. Pour les journaliers, de la terre ou du bâtiment, les relations avec l'employeur n'impliquaient pas de liens au-delà du contrat de travail, mais c'était le cas pour les maîtres de chapelle et les sacristains à l'égard des clercs. Quant au statut, les caciques étaient loin d'être les seuls à avoir investi le métissage. Bien plus, il y a opposition entre ceux qui consolidaient leurs relations indiennes et renforçaient les solidarités internes, et ceux qui s'ouvraient au contraire à d'autres espaces relationnels. Don Blas Lasso, cacique d'Alausí, Guasuntos et Mollepongo, dans le nord du corregimiento, n'établissait de liens pratiquement qu'avec d'autres “confrères” de la région ; don Carlos Duchigadnay, autre cacique de ce même secteur (Pomallacta), avait tissu de relations espagnoles, en raison de sa résidence urbaine au moins une partie de l'année.
  • Débiteurs et créanciers : ces situations relatives de métissage peuvent être appréciées également à partir des dettes et créances qu'énumèrent les testateurs dans leurs actes. Sauf exception (le renvoi à un livre de comptes conservé), elles étaient le fruit de la mémoire, avec toutes les défaillances possibles en ce cas, et le fait d'un choix. Elles ne sont donc pas exhaustives. Les raisons qui peuvent expliquer cette “sélection” ne sont pas claires. Intervenaient sans doute le montant de la créance, le rang de la personne concernée, la valeur symbolique de l'objet mis en gage. La nature de ces relations d'endettement était multiple : avances ou retards dans les opérations commerciales, crédit à la clientèle, secours en argent ou en nature, etc. Elles pouvaient manifester aussi bien une opération économique qu'une situation de dépendance, un geste de solidarité qu'un prêt sur gages. Pour chaque item, il n'est pas possible de présenter toujours l'identité des débiteurs et créanciers, le montant de la somme ou la quantité des produits, la nature du prêt ou de l'avance. On peut cependant présenter quelques exemples : Diego Buelesaca, Indien arriero, s'inscrit dans un espace économique indien, alors que Pedro Chicaysa, tailleur, avec ses neuf créances et sept dettes, n'était en relation qu'avec des Espagnols ou quasiment. Certains métis comme Diego de Amor et Diego de Angulo avaient des débiteurs aussi bien espagnols qu'indiens. Au contraire, Pedro Santos Delgado ou Miguel Suárez de Gomides n'indiquent que des Espagnols. Quant à un cholo, Juan del Carpio, le cas est presque d'école : créances sur les Indiens et dettes à l'égard d'Espagnols. La variété caractérise les testateurs indiens, avec un nombre généralement moindre de telles mentions : Gonzalo Pizarro n'avait de relations d'endettement qu'avec des Indiens ; doña Inés Sigchosaca, fille d'un cacique de Molleturo, déclara sept créances : un vecino, un clerc, un cacique, un métis, deux Indiens ; María Suya tranche avec ses cinquante-sept créances énumérées aux deux tiers sur des Indiens.
  • Exécuteurs testamentaires : le rôle des exécuteurs testamentaires était essentiel (partage de l'héritage et règlement des dettes et créances, protection de la veuve et tutorat des éventuels héritiers mineurs, accomplissement des dernières volontés du testateur, etc.). Dans ces conditions, le choix d'un membre de la famille pour réaliser cette tâche s'imposait fréquemment mais pas systématiquement. Aussi, lorsque l'exécuteur testamentaire était pris en dehors du cercle familial élargi, il y a tout lieu de penser que cette élection correspondait à une volonté délibérée et manifestait une relation de confiance. Les cas de liens redoublés sont malheureusement rares : Juan Chapa, l'Indien savetier déjà mentionné, désigna l'un de ses débiteurs, Pablo de Morales, pour exécuter ses dernières volontés, et l'un des témoins de son testament, Joseph de la Torre, un autre de ses débiteurs, était l'exécuteur testamentaire de son épouse. Dans le cas des Indiens désignant une personne n'appartenant pas à leur groupe ethnique, le choix ne créait pas le métis, mais plaçait l'individu en position de métissage, encore qu'il faille s'interroger sur le contenu de celui-ci, chaque lien considéré n'ayant qu'une valeur de test.
  • Témoins des testaments : lien le plus faible envisagé, il est riche d'enseignements, même s'il comporte une certaine ambiguïté, d'autant plus que la norme imposait des personnes extérieures pour authentifier l'acte. Il y avait des témoins qui n'étaient que des relations ou collègues du notaire, d'autres pouvaient aussi être pris de manière arbitraire. Mais quand un lien de voisinage, d'endettement, de dépendance (un lien de parenté est plus rare) vient redoubler la position de témoin, ou lorsque le testament était dicté au domicile du testateur, il y a fort à penser que le choix pas innocent. S'il faut prendre garde de conclure trop vite sur la réalité du lien, et s'il y a lieu aussi de le considérer comme porteur de multiples contenus, il contribue à la définition des espaces relationnels. C'est justement à partir de ces liens de faible intensité que l'on peut envisager la possibilité pour l'individu de se connecter à d'autres milieux sociaux. C'est clair pour les Indiens : l'alternative était le renforcement de liens homogènes (parfois à l'intérieur du groupe pour les caciques) ou bien l'ouverture vers des espaces hétérogènes en terme ethnique (plus nettement manifestée par les Indiennes que par les Indiens). Pour les Indiens, les cholos ou les métis, dans quel sens se faisait la recherche des témoins ? Les hiérarchies étaient respectées : le choix de témoins se faisait toujours vers le supérieur ou l'égal. Mais à l'intérieur du monde indien, l'ouverture était plus forte pour les femmes que pour les hommes, les caciques cherchant en plus à resserrer leurs liens avec les membres d'autres dynasties.

***

  • 21 Pour une autre approche, à partir des déclarations de métissage, voir Martin Minchom, The people o (...)
  • 22 John K. Chance, "On the mexican mestizo", Latin American Research Review, XIV-3, 1979, p. 153-168.

22La question des relations sociales entretenues par les acteurs renvoie à celle de la nature, de la fonction, du sens, de la finalité, de la valeur des liens. La qualification de ceux-ci accompagne l'établissement des rapports sociaux dans un contexte plurirethnique. Et l'identification des situations en jeu influe sur l'identité sociale des acteurs en présence. Aussi n'y a-t-il pas un mais une multiplicité de cas de figure. Puisque l'approche des métis et du métissage doit être souple, il n'y a pas lieu de rigidifier une méthode : ventiler les individus dans telle ou telle case n'a pas grand intérêt, et plutôt que de chercher à fixer les limites des catégories, il est plus utile de parler en termes de franges, car c'est la porosité de chacune que les interactions mettent en évidence. Tout autant que les incertitudes concernant la définition des individus, l'analyse des situations relationnelles indique aussi une hiérarchie21. Ce sont les canaux de fluidité, de mobilité-même relative et limitée - qu'il faut envisager pour rendre compte de la dynamique sociale, puisque aussi bien le métissage est un des éléments clés de celle-ci22. S'il y a lieu de considérer les liens dans toute leur complexité, d'approcher les relations sociales comme un jeu multiple entre les acteurs, et s'il s'agit de rendre compte de la stratification sociale, l'image la plus pertinente est plus proche du kaléidoscope que d'une construction géométrique simple. Malgré la prudence de rigueur et à l'aide de ces éléments d'analyse relationnelle, des espaces sociaux se dessinent : d'indianité ou de métissage, dans lesquels les individus s'inscrivaient de manière combinée, par-delà leurs caractéristiques propres en fonction des situations.

23À partir de l'analyse des liens, on peut établir plusieurs lignes de fractures : plutôt que la coupure entre Indiens et métis, dans leur diversité, avec la césure secondaire entre cholos et métis, il faut en envisager d'autres en raison de la complexité des relations sociales. Pour ce qui est des liens fortement connotés ou valorisés : mariage, exécuteurs testamentaires, on peut retrouver en partie les coupures fondées sur l'appartenance ethnique. Mais avec le voisinage et l'endettement par exemple, il y a alors des lignes de partage plus fluides qui passent à l'intérieur de chacun des groupes ethniques, dont la moindre n'est pas celle qui distinguaient les Indiens qui faisaient le choix du métissage de ceux qui fortifiaient leurs relations indiennes. Les catégories, loin d'être homogènes, sont traversées de contradictions et tiraillées en leur sein. La recomposition sociale à l'œuvre se traduit par une construction à plusieurs niveaux et à des degrés divers du métissage. De même qu'il n'y a pas un mais plusieurs types de métissage, il y a plusieurs figures de métis, par-delà la question des catégories utilisées et des dénominations rencontrées. Cette approche du problème par les liens et les espaces relationnels n'épuise bien entendu pas la question de l'identité des métis et de l'identification du métissage. Les données concernant les patrimoines mobiliers, les informations décrivant les vêtements et parures, d'autres variables de lien comme les témoins présentés au cours des procès, pour ne citer que quelques exemples, peuvent compléter la quête du métissage et la recherche des métis.

Notes

1 Thérèse Bouysse-Cassagne, "Être métis ou ne pas être : les symptômes d'un mal identitaire dans les Andes des XVIe et XVIIe siècles", Cahiers des Amériques Latines, 12, 1991, p. 7-24.

2 "Achats et ventes de terres par les Indiens de Cuenca au XVIIe siècle : éléments de conjoncture économique et de stratification sociale", Bulletin de l'IFEA, 21-1, 1992, p. 279-310.

3 Inca Garcilaso de la Vega, Historía general del Perú, Buenos Aires, Emecé, [1617] 1944.

4 Thierry Saignes, "¿Es posible una historia "chola" del Perú?", Allpanchis, 35/36-II, 1990, p. 635-657.

5 Voir la rubrique “Hombres o mujeres de todas clases, estados, y castas inclusos párvulos” du recensement de 1778 (Archivo Nacional de Historia/Cuenca, Gob. Adm., Livre 6).

6 Angel Rosenblatt, La población indígena y el mestizaje en América, Buenos Aires, Editorial Nova, 1954; Magnus Mörner, La mezcla de razas en la historia de América latina, Buenos Aires, éd. Paidós, 1969.

7 Pilar Ponce Leiva (éd.), Relaciones histórico-geográficas de la Audiencia de Quito (Siglo XVI-XIX), tome II, Madrid, CSIC, [1754] 1992, p. 342.

8 Joaquín de Merisalde y Santisteban, Relación histórica, política y moral de la ciudad de Cuenca, Quito, Casa de la Cultura, [1765] 1957, p. 28.

9 Jacques Poloni, "Mesure du métissage à Cuenca d'après le recensement de 1778", Mélanges de la Casa de Velázquez, XXVIII-2, 1992, p. 101-122.

10 Kenneth J. Andrien, The kingdom of Quito, 1690-1830, Cambridge, CUP, 1995.

11 Patricia Seed, "Social dimensions of race : Mexico City, 1753", Hispanic American Historical Review, 62-4, 1982, p. 569-666 ; Celia Wu, "The population of the city of Querétaro in 1791", Journal of Latin American Studies, 16-2, 1984, p. 277-307.

12 Joaquín de Merisalde y Santisteban, op. cit., [1765] 1957, p. 29.

13 Juan de Velasco, Historia del reyno de Quito, Caracas. Biblioteca Ayacucho, [1789] 1981, p. 394.

14 AHM/C, Libro XII de cabildos, 14-VI-1751, fol. 6v-7.

15 Antonio de Ulloa, Viaje a la América meridional, Madrid, Historia 16, [1748] 1990, tome I, p. 409-410.

16 Karen Spalding, De indio a campesino, Lima, IEP, 1974, p. 31-60.

17 Gabriel Escobar, "El mestizaje en la región andina: el caso del Perú", Revista de Indias, XXIV-95/96, 1964, p. 197-220 ; Claudio Esteva Fabregat, "La hispanización del mestizaje cultural en América", Quinto Centenario, 1, 1981, p. 99-141.

18 François Bourricaud, "Indian, mestizo and cholo as symbols in the peruvian System of stratification", in Nathan Glazer et Daniel P. Moynihan, Ethnicity. Theory and experience, Cambridge, Harvard University Press, 1975, p. 350-387.

19 Thomas Calvo, "Concubinato y mestizaje en el medio urbano: el caso de Guadalajara en el siglo XVII", Revista de Indias, XLIV-173, 1984, p. 203-212.

20 Jacques P. Simard, "Formación, desarrollo y configuración socio-éthnica de una ciudad colonial: Cuenca, siglos XVI-XVIII", Anuario de Estudios Americanos, LIV-2, 1997, p. 413-445.

21 Pour une autre approche, à partir des déclarations de métissage, voir Martin Minchom, The people of Quito, 1690-1810. Change and unrest in the underclass, Boulder, Westview Press, 1994, p. 153-199.

22 John K. Chance, "On the mexican mestizo", Latin American Research Review, XIV-3, 1979, p. 153-168.

Auteur

EHESS-CERMA

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540