Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transgressions et stratégies du métissage en Amérique coloniale

 | 
Bernard Lavallé

Avant-propos

Bernard Lavallé

Texte intégral

1Les études menées sur le métissage dans l’ancienne Amérique espagnole coloniale ont longtemps été faites à partir des barrières légales ou des entraves administratives imaginées et imposées par l’ordre colonial triomphant. Celui-ci avait voulu faire obstacle aux concurrents potentiels que les Blancs, non sans raison, avaient cru discerner très tôt dans ceux qu’ils avaient marqués dès leur apparition de noms presque toujours infamants (mestizos, mulatos, castas...) bien qu’ils leur renvoient d’eux-mêmes une image contradictoire, certes, mais où ils pouvaient en partie et à leur corps défendant se reconnaître.

2De ce fait, marginalité, frustration et par voie de conséquence agressivité sociale ont été de manière durable, et sous bien des formes, le lot quotidien douloureux de presque tous les sang-mêlé du monde hispano-américain colonial. Cependant, la subtile complexité du tissu social et un certain nombre d’évidences têtues n’ont pas tardé à faire apparaître, d’abord de façon presque imperceptible puis bientôt au grand jour et de manière incontournable, les contradictions et les failles de l’édifice pigmentocratique tel qu’il avait été conçu depuis la Péninsule et pratiqué sur place par les tenants de l’ordre établi. Ses fondements et ses constructions commençaient à se lézarder inexorablement de l’intérieur. Les règles anciennes devenaient floues, voire impraticables, en un mot obsolètes. De nouvelles donnes surgissaient. Les vieux équilibres, voulus dans d’autres contextes, pour d’autres époques et à l’échelle continentale sans tenir compte de la diversité des situations locales, faisaient place à d’autres plus conformes aux réalités nouvelles du temps, même si leur acceptation simplement formelle ou vécue tardait à rentrer dans les mœurs et surtout à être reconnue par la législation toujours aussi tatillonne, encore apparemment convaincue des illusions de son bon droit comme de son efficacité.

3Pendant ce temps, néanmoins, les limites devenaient créatrices, dans la mesure où désormais elles n’existaient souvent que pour être dépassées et contournées par ceux qui en étaient les victimes. A des époques différentes selon les régions et selon des processus eux-aussi variables, le métissage américain est ainsi entré dans une dynamique multiforme de processus dialectiques. Transgressions et stratégies ont profondément contribué à façonner la société de l’empire américain sur des bases bien éloignées de ce que les pouvoirs en place avaient d’abord imaginé, mais plus conformes à l’inventivité sociale et aux aspirations des secteurs jusque-là marginalisés, certes, mais bien décidés à ne point se contenter toujours du sort qui leur était réservé.

***

4Les textes que l’on trouvera réunis dans le présent volume sont une partie des communications présentées les 27 et 28 novembre 1997 lors du colloque organisé à Paris par le Centre de Recherche sur l’Amérique Espagnole Coloniale. Ils sont représentatifs des quatre axes qui avaient été retenus pour nos travaux :

  • Révélations, silences et faux-semblants de la terminologie
  • Le cas des sociétés de frontière
  • Normes coloniales et transgressions métisses
  • Perméabilités culturelles et stratégies sociales
  • Les dilemmes des élites

5Nous nous sommes efforcés de même qu’ils correspondent à un éventail aussi ouvert que possible. D’un point de vue géographique, d’abord, il y est question du Chili, des Andes centrales (Pérou et Équateur), du Venezuela, de la Nouvelle-Espagne et même du Brésil qui, bien que situé en dehors de la sphère hispano-coloniale, nous intéresse tout particulièrement pour ses similitudes mais aussi Γ originalité de sa démarche.

6La chronologie est aussi très ouverte, puisque les situations envisagées et les problèmes traités concernent l’ensemble des trois siècles coloniaux qui, sur ces questions comme sur d’autres, ont connu des rythmes d’évolution, des inquiétudes et des projets fort divers, bien qu’en ce domaine aussi le XVIe siècle des origines et le XVIIIe finissant des grandes reconsidérations aient été à bien des égards des moments privilégiés et de plus profondes évolutions.

7Enfin, la nature des domaines concernés s’est également voulue largement ouverte, soit qu’il s’agisse d’histoire culturelle, sociale, littéraire, voire linguistique, soit que les milieux à partir desquels sont envisagés les problèmes et les perspectives analysées appartiennent au monde des dominés indigènes, des élites blanches ou des strates intermédiaires, précisément métisses, de la société, soit enfin que le phénomène du métissage ait été vécu comme un obstacle, un défi, ou qu’il n’ait guère perçu par ceux qui le vivaient, sans parler des cas où il était purement et simplement occulté et nié...

***

8Avant de céder la place aux textes eux-mêmes nous ne voudrions pas terminer sans remercier bien vivement tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont contribué à la tenue de notre colloque. Nous pensons tout d’abord, bien sûr, à la vingtaine de collègues, chercheurs confirmés, jeunes universitaires ou doctorants, qui y ont présenté une communication, mais aussi à l’université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III dont l’intérêt pour nos travaux et la générosité ont permis la réalisation de notre projet, sans oublier celles et ceux qui ont participé à l’ingrate préparation matérielle du présent volume.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540