Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être espagnol

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

III - Franquisme et identité nationale

Représentation des Gitans dans la presse populaire : le Gitan honni

Marie Franco

Texte intégral

1Nous allons, dans les limites de ce travail, tenter de présenter à la fois quelques aspects de la place juridique et sociale des Gitans dans la société espagnole, et surtout d'amorcer une analyse de la profonde ambivalence de cette figure du Gitan, entre marginalité et apologie. Le corpus utilisé comprend des textes extraits d'un périodique, El Caso, consacré aux faits divers, sur une période qui va de 1952 à 1962. Il s'agit de la seule publication de ce genre pour la période, et malgré l'omniprésence de la censure et le poids de l'auto-censure, elle offre l'avantage de la publication d'un certain nombre d'informations absentes de la presse sérieuse, largement plus contrôlée et surveillée. Les Gitans, leurs exactions et délits divers, sont des personnages réguliers de El Caso, et offrent l'occasion de l'élaboration stéréotypée d'une image négative à la fois sociale, physique et morale. Nous nous sommes donc efforcée d'analyser la fonction de cette représentation violente et excluante du corps de la société, dans sa portée collective et politique, exclusion d'autant plus frappante que l'univers artistique gitan, l'esthétique de toute la communauté et la véritable fiction qu'il représente ont été particulièrement mis en avant et rapprochés de l'image de l'Espagne durant ce XXe siècle.

1. Quelques éléments de l'histoire des Gitans en Espagne

2Les Gitans seraient apparus dans la Péninsule, comme dans le reste de l'Europe Occidentale, au début du XVe siècle. Tout cela est connu : ils se sont présentés comme venant de la Petite Egypte, se sont dits parfois Juifs, ou Sarrasins, mais proclament leur conversion au christianisme. Ils se présentent comme des "pénitents", se disent sur la route de Saint-Jacques, il leur est donc fait bon accueil, puisqu'on doit aide et hospitalité aux pèlerins. Dès leur arrivée, ils fascinent ainsi les foules, et on a de nombreux textes décrivant les habitants des villes venant visiter leurs campements comme une curiosité. En ce qui concerne leur provenance, on est pratiquement certain aujourd'hui de leurs origines indiennes. Dans leurs rapports avec le pouvoir, ils vont entrer en grâce auprès des cours européennes : il y a, par exemple, une lettre de protection de Juan II d'Aragon en 1460. Une sorte de contrat est signée entre les différents groupes gitans et les souverains européens, auxquels dans certains cas ils présentaient des lettres supposées de rois d'Europe Orientale. Durant cette première étape, ils sont donc très en faveur et suscitent un mélange de crainte, de tolérance et de curiosité étonnée.

3Les choses changent en Espagne à la fin du XVe, avec la monarchie des Rois Catholiques, qui commence à élaborer un système centraliste. En 1490, une pragmatique royale ordonne leur sédentarisation et leur mise au travail. Ils cessent d'être considérés comme des pélerins, et le pouvoir s'efforce au contraire d'empêcher leur vagabondage. Un délai de soixante jours est donné avant l'expulsion des Gitans sans travail et nomades :

  • 1 Le texte original dans Josette et Georges COLOMER, Los Gitanos, Paris, Masson, 1973 :
    “A vosotros l (...)

Los "egipcios" que anduviesen por nuestros reinos dedicados a la mendicidad ο hurtando ο engañando, ο haciéndose hechiceros [...] que se estableciesen en las ciudades y villas buscando ocupación...
Cien azotes...les cortaban las orejas...pasaban a ser esclavos de quien los capturase....1

4Une des conséquences est l'apparition d'un groupe de Gitans intégrés mais conservant des signes distinctifs. Il faut rappeler que c'est la période de l'expulsion des Juifs (1492) et des politiques d'assimilation, souvent par la force, des Morisques. Les Gitans sont donc un élément, parmi d'autres, d'une vaste politique d'unification.

  • 2 29-08-54

5Dans cette société castillane va peu à peu se développer une obsession de la pureté de sang et de l'unité. Les Gitans posent un problème d'appréhension officielle et leurs différentes interprétations possibles impliquent des prises en charge différentes. On les considère soit comme une nation, donc expulsable si elle est considérée comme un danger, soit comme une réalité sociale, liée à la délinquance et à l'oisiveté. On va surtout tenter, par divers moyens de pression et d'interdiction, de la langue, des vêtements, etc, de castillaniser cette population. Cette volonté de sédentarisation caractérise la période, mais on ne trouve pas vraiment de satanisation ou de stigmatisation du groupe, malgré quelques procès de l'Inquisition pour fausse magie. Les pragmatiques se succèdent après celle des Rois Catholiques et continuent autour de l'obligation pour les Gitans de se fixer, mais aussi des faveurs royales comme le titre de "vieux Castillans" accordé par les Rois Catholiques à certains Gitans d'Andalousie qui ont abandonné leurs signes distinctifs. En fait, jusqu'au XVIIIe siècle, la politique hésitera entre répression culturelle et sédentarisation. On trouve des législations nouvelles sous Charles Quint, Philippe III qui accuse les Gitans de créer l'insécurité et la délinquance : “En 1619, ordenó que los gitanos que no se avecindasen ni eligieran oficio dentro de los seis meses que siguieran a la promulgación del decreto fueran condenados a muerte”2.

6En fait, dès le XVIe siècle, les élites castillanes déclaraient les Gitans nuisibles à l'Etat par leurs comportements délinquants. En 1663, Philippe IV interdit le costume, la langue, les métiers spécifiques. En 1695, une pragmatique de Charles II tente d'imposer l'assimilation par la force de la loi, et met encore l'accent sur les délits des Gitans. L'image des Gitans s'affirme de plus en plus comme antithétique des valeurs du Siècle d'Or, et sans doute antithétique aussi, plus tard, des valeurs que revendique le franquisme. Concrètement, cela signifie pour les Gitans l'obligation de résider dans des zones constamment surveillées. Cette contrainte semble surtout avoir accentué la conscience communautaire de leur identité, et on voit que, durant la période des Habsbourgs, cette accumulation de législation s'est finalement avérée inefficace.

7Au début du XVIIIe siècle, les traits négatifs du groupe sont constitués et fixés. L'atmosphère devient plus hostile, la liberté surveillée plus stricte, la sortie hors du territoire attribué est punie, dans certains cas, d'années de galères ; ils peuvent même être abattus par les représentants de l'autorité. Les Bourbons vont amorcer une politique plus répressive, Philippe V reste d'abord dans la continuité des mesures antérieures. Les Lumières introduisent les nouvelles valeurs d'uniformité et d'universalité. Les Gitans sont considérés comme un problème culturel, et non pas racial. Des hommes comme Ensenada, Aranda ou Campomanes suivront cette ligne. Le XVIIIe éclairé va d'abord tenter l'expulsion. En 1749, une rafle générale des Gitans espagnols est préparée comme une opération d'Etat sur tout le territoire, au même moment. L'Eglise et l'Armée collaborent à ce plan. Le Portugal va d'ailleurs déporter aussi en masse vers les Amériques. Plus de dix mille personnes sont arrêtées et entassées, en attendant la mise en œuvre du projet de déportation. Mais les choses, curieusement, en resteront là. La population témoigne en nombre en faveur des Gitans, avec en particulier l'argument de leur utilité économique. Si bien qu'ils sont libérés en 1763. A la fin du XVIIIe siècle, Charles III va procéder différemment pour obtenir l'assimilation souhaitée. En 1783, on déclare l'interdiction pour la population d'insulter les Gitans. Le but reste le même, mais le procédé évolue : il s'agit d'offrir une amélioration de leurs conditions de vie en échange de l'abandon des particularismes. On accepte leur entrée dans tous les métiers en échange du renoncement aux costumes, usages et langue. Bien sûr, cela ne modifie en rien leur image de danger social. On peut d'ailleurs rapprocher cette politique des dispositions prises en faveur des chuetas, familles d'origine juive de Majorque (1782-1788).

8La situation économique des Gitans est alors très variée. La plupart sont extrêmement misérables, encore nomades, mais d'autres, comme en Andalousie, obtiennent, après 1780, une sorte de respectabilité et forment une manière d'aristocratie. Il n'y a pas de législation spécifique au XIXe siècle, ni au début du XXe. La législation répressive et le contrôle policier sur la communauté gitane sont de retour dans les années 40, avec le franquisme. En 1941, la langue du groupe est interdite parce que considérée comme jerga de delincuente. En 1943, le règlement de la Garde Civile mentionne la surveillance des Gitans comme une des fonctions de la Benemérita :

  • 3 Reglamento de la Guardia Civil de 1942, approuvé le 14 Mai 1943, dans Los gitanos ante la Ley y la (...)

Se vigilará escrupulosamente a los gitanos, cuidando de reconocer todos los documentos que tengan, confrontar sus señas particulares, observar sus trajes, averiguar su modo de vivir y cuanto conduzca a formar una idea exacta de sus movimientos y ocupaciones, indicando el punto a que se dirijen en sus viajes y el objeto de ellos. Como esta clase de gente no tiene por lo general residencia fija, se traslada con mucha frecuencia de un punto a otro en que sean desconocidos, conviene tomar de ellos todas las noticias necesarias para impedir que cometan robos de caballerías ο de otra especie3.

9La Ley de Vagos y Maleantes, du 4 août 1933, conservée par le régime franquiste, contient certains articles qui concernent plus précisément les Gitans, vagos habituales. En 1962, dans un commentaire de cette loi, qui compare les législations de divers pays, les Gitans figurent dans une sous-partie consacrée aux Indices de peligrosidad, avec les affirmations suivantes :

  • 4 Antonio SABATER TOMÁS, Gamberros, homosexuales, vagos y maleantes, Barcelone, éd. Hispano-Europea, (...)

Un grupo de población que constituye una raza especial, caracterizado por su aversión al trabajo, por no someterse al orden social y vivir principalmente del hurto, de la estafa y de otros hechos punibles, son los gitanos. Si bien algunos se dedican, ciertamente, al ejercicio de determinadas profesionales lícitas como afiladores, cerrajeros, cesteros, músicos, etc., lo hacen no con el propósito de ganarse con ello el sustento, sino de cometer y encubrir sus hechos delictivos...4.

10Par ailleurs, on trouve des éléments intéressants dans certains projets législatifs de la Phalange, imités du modèle allemand, qui voulait interdire les mariages mixtes.

11La situation des Gitans en Europe va aussi dépendre de la montée des nationalismes européens au début du XXe siècle, processus qui conduit à leur extermination par les nazis. Avant cela déjà, une politique de contrôle et de fichage avait été mise en place dans divers pays européens, bien que l'Espagne n'ait pas choisi la voie du fichage, contrairement à la France par exemple. L'après-guerre ne voit pas s'alléger cette politique, et ce jusqu'à aujourd'hui.

  • 5 Aurélio CEBRIÁN ABELLÁN, Marginalización de la población gitana española, Universidad de Murcia, 1 (...)

12Les articles et récits utilisés pour l'analyse qui suit fonctionnent dans ce cadre. Tout cela se déroule dans un contexte de croissance démographique, car si au XIXe siècle et au début du XXe siècle, on considère qu'il y avait autour de 40.000 Gitans, on suppose qu'ils étaient 500.000 en 1955 (ils seraient aujourd'hui dans les 700.000)5. Leur visibilité s'est donc accrue. Les écarts sociaux sont importants dans ce groupe : on trouve une élite, avec des familles intégrées et surtout des débouchés artistiques, un autre groupe nombreux, vivant selon les traditions mais avec un travail régulier, et un dernier groupe profondément marginal, vivant dans des conditions d'insalubrité et de précarité extrêmes, dans des dépotoirs, de la vente ambulante, enfoncé dans l'illetrisme et très souvent victime de la drogue. Mais il y a une sorte de permanence de la marge, du code moral interne, commune aux différentes strates.

13Pour revenir à l'Espagne, il y a sans doute une spécificité de la convergence entre l'identité espagnole et l'identité gitane. Celle-ci remonte sans doute au XIXe siècle, et à la sublimation esthétique élaborée par le romantisme, la création d'un symbole de liberté face au prosaïsme, mais aussi l'entrée du gitanisme dans la société non gitane à travers les classes supérieures, l'aristocratie et les artistes. Le flamenco semble apparaître, dans cette première moitié du siècle, comme fusion de la tradition gitane et du répertoire andalou, des traditions morisques, voire hébraïques, suppose-t-on. Plus tard, au milieu du XIXe siècle, le gitanisme, dans un sens qui dépasse l'Espagne, surgit aussi dans l'art lyrique, à travers l'espagnolade, mais aussi la musique viennoise ou slave. Au début du XXe siècle, ce sont les créateurs russes qui à leur tour vont s'intéresser à la musique gitane espagnole, dans un intérêt plus global pour les traditions nationales. On trouve la même utilisation de cet imaginaire gitan dans la poésie espagnole des années 20, mais aussi dans les expressions culturelles plus populaires : la chanson, le cinéma.

14Tout cela montre la profonde ambivalence de l'image des Gitans, dans laquelle coexistent la marginalisation et la créativité et spiritualité qui leur sont attribuées. Les Gitans vont donc être à la fois peuple libre, naturellement poète et musicien, mais aussi groupe malfaisant, à surveiller et à maintenir à distance. Ce double regard ne correspond pas nécessairement à un clivage social, qui ferait que les classes supérieures ou cultivées seraient favorables aux Gitans et les classes défavorisées hostiles et haineuses. Le phénomène est plus complexe, puisque, par exemple à travers les productions de masse, les classes populaires consomment aussi l'image vulgarisée mais sublimée des Gitans, et vont même jusqu'à s'identifier pleinement à certaines figures gitanes du spectacle. Nous ne traiterons pas dans ce travail de la représentation artistique ou poétique de l'univers gitan, mais du traitement journalistique qui se revendique comme réaliste et se veut l'image objective de la communauté gitane au sein de la nation espagnole.

2-Stigmatisation du Gitan dans le fait divers espagnol

15Le Gitan est essentiellement présent dans les articles consacrés à la ville et ses problèmes. On peut relever d'abord la variété des substantifs servant à les désigner : faraones, hijos del faraón, calés, zíngaros, cañí, quinquis, quincalleros, tribus errantes, gitanería. Les connotations sont variables, certains termes insistent sur la valeur exotique, d'autres sont strictement péjoratifs. La désignation hésite entre le mythe, le rêve, et la vision négative, le parti pris critique.

16Il s'agit en premier lieu d'une typologie physique insistante, manifestant certaines constantes. Le Gitan étant avant tout une présence physique vécue comme différente, les signes d'altérité sont abondamment soulignés. Cette prosopographie comporte divers éléments dont nous allons voir de près quelques-uns. L'une des caractéristiques les plus importantes est d'abord la noirceur, noirceur des cheveux, du teint et des yeux. Cette noirceur est naturellement inquiétante, ce qui est sans cesse souligné :

Su idilio fue interrumpido por la presencia de 4 sujetos patibularios, muy morenos, que empuñaban garrotes y navajas. Es un individuo mal encarado, de rostro muy cetrino, pelo negro, de pequeño estatura y que no da importancia a su execrable crimen...

  • 6 4-01-58

17Lorsque l'article traite de Gitans agresseurs, et c'est bien sûr le cas le plus courant, le portrait fait toujours physi-quement et ethniquement typé : "Chaparro y negruzco... le mira y se sonríe con gesto chulapón"6.

18De même, en 1958, un chauffeur de taxi, "humble travailleur", est attaqué par un piéton vaguement agitanado. Les descriptions physiques soulignent les signes convenus de cette supposée identité gitane, qui fait parfois même l'économie de la description : “Era un tipo agitanado”. On observe très vite que toute description, dans cette presse, et ce n'est pas limité au cas des Gitans, est à la fois sociale, morale et physique Nous nous trouvons face à une identification du physique et du moral : “Tendría unos 28 ο 30 años de edad, era moreno, con el pelo liso. No llevaba gabardina ni abrigo. Sólo un traje negro ο azul marino. Parecía gitano”.

19Un lien constant s'opère entre apparence et comportement, le rejet moral étant toujours associé à la répulsion physique : “Tres individuos de aspecto un tanto extraño, que al parecer eran gitanos y sin más ni más comenzaron a desafiar a los muchachos”.

20Le mot de "répulsion" nous conduit à parler d'une autre constante de ce portrait : le rejet au nom de l'hygiène. La saleté est constamment dénoncée à travers une rhétorique emphatique. Elle est affirmée comme le caractère principal du groupe. Dans une affaire de 1957, le récit d'une bagarre sanglante utilise la peinture et le cinéma comme référence pour décrire un univers gitan marqué par l'horreur et l'infernal :

Y en pocos momentos -sangre, navajas, harapos, mugre-, formaron los gitanos un lienzo digno de Solana, escena neorrealista que sobrepasaba a todo lo recogido por los directores cinematográficos italianos del género.

21La plupart du temps, c'est au nom de l'hygiène que se fait la condamnation, au nom du risque de contagion et de la santé publique, pour laquelle les Gitans sont un danger. Un glissement s'opère alors très rapidement dans le corps même des articles, et la saleté devient un concept moral :

  • 7 5-07-53

Hemos denunciado más de una vez el foco infeccioso que representa en el corazón de Madrid la presencia de estas cuevas y chabolas donde viven hacinados en una promiscuidad que ofende simultáneamente a la higiene y a la moral.7

22Le vocabulaire de la santé et de la maladie permet un jeu autour des métaphores sanitaires : "Los gitanos constituyen un cinturón infecto en torno a nuestra ciudad [...].

  • 8 22-08-54

23Es necesario que se extirpe del seno de la sociedad a esa gran familia de parásitos".8

  • 9 29-03-58
  • 10 1-04-58
  • 11 28-06-58

24On passe du champ du physiologique à celui de la bestialité et de l'abjection, lorsque le danger de contamination devient double : physique par la proximité géographique et spirituelle par le mauvais exemple présenté à la population non gitane. Les Gitans sont rendus abjects par leur mode de vie, réduits à l'essence d'animaux nuisibles et à des représentations répugnantes et négatives : “Marabunta humana...9 el gaznate de las gitanas...10 esta raza errante que parece constituir una verdadera plaga...”11

25Ils relèvent de l'animalité et du grouillement, son état le plus bas :

  • 12 26-06-59
  • 13 8-02-53

En las barriadas de Tetuán de las Victorias, bajo chamizos, en chabolas y cuevas, como topos, hacinadas las prolíferas familias, residían numerosos gitanos.12
Algunos de los "calés" se limitaron a introducirse, como alimañas, en cuevas abiertas en los desniveles del terreno.13

  • 14 22-11-55

26Cette animalité débouche sur une violence qui n'épargne pas le groupe gitan lui-même, avec le lieu commun des loups : “Incluso entre ellos, lobos de la misma camada se muerden”14.

27Les Gitans sont donc un corps dangereux pour la ville, la menaçant d'une contamination avant tout morale. Car ils introduisent, dans l'espace social des périphéries "honnêtes", des comportements violemment condamnés. Il s'agit de la paresse et du manque de contrôle de soi, qui les "distinguerait", dit-on, des travailleurs honnêtes. La paresse, l'alcool, l'excès de tout type marquent la profonde différence entre les deux communautés. Dans cet inventaire vindicatif, l'accusation de paresse, qui était déjà implicite dans la métaphore des "parasites", se retrouve constamment :

  • 15 8-02-53
  • 16 22-08-54

Son sucios, vagos e inutiles,...15
5000 personas sin oficio conocido (...), que viven a salto de mata...16

28Elle est, la plupart du temps, associée au vol, au choix atavique de la délinquance comme choix existentiel :

  • 17 10-07-55
  • 18 30-10-55
  • 19 20-06-59

Un hábito inveterado a la vagancia y a la desvergüenza....17
Estos vagos profesionales que se dedican a recorrer los caminos montando sus asquerosos tenderetes.18
Acostumbrados al ocio, a la huelga constante, a vivir de la picaresca y de la ratería...19

29On oppose donc constamment les Gitans et la population non gitane, obligés de partager un territoire physique, mais non pas moral :

  • 20 13-06-54

Este grave problema planteado por la presencia de tribus de "calés" en los suburbios de las grandes ciudades en plenos barrios de gente modesta y trabajadora.[···] Padeciendo esta proximidad de gentes que se emborrachan cuando ellos trabajan....20

  • 21 29-08-54

Crimen que sume en el dolor y la ruina a una familia honesta y trabajadora21 ·

30Les deux populations partagent le même espace mais leurs différences sont constamment soulignées ; ainsi le vocabulaire des logements respectifs est clairement différencié : vivienda, casa pour les paysans indigènes, cuevas, chamizos, carromatos, chabolas pour les Gitans.

31La première citation souligne l'importance de l'alcool dans cette image, et son lien avec l'excès et la violence. Les manifestations de joie, les cris, les chants, ces exubérances qui, dans un autre contexte, suscitent les louanges et l'admiration, prennent ici la valeur d'une violence symbolique, qui devient le plus souvent réelle, lorsque tout cela débouche sur des agressions, des morts et des blessés. Les Gitans dans ces textes sont toujours prêts à basculer dans l'excès : joie trop bruyante, irrespect des limites entre le privé et le public, silence nocturne, voire douleur non contenue :

  • 22 22-11-55
  • 23 8-02-58
  • 24 22-03-58
  • 25 15-11-58

Varios de ellos iban bebidos y entonaban canciones más ο menos aceptables. Otros vociferaban como auténticos dueños del mundo.22. Regresaron a su casa, embriagados... nada extraordinario tratándose de gitanos...23
Habían bebido, aunque no lo suficiente para embriargarse... En cuanto se reúnen más de dos gitanos y beben, inmediatamente cantan. Después suelen discutir entre sí ο con el primero que se encuentran24.
Habían bebido los gitanos. Como es normal en las gentes de tal raza, a los primeros efectos del alcohol empezaron a cantar...cantaban a grandes gritos...25.

  • 26 1-04-58

32Il est intéressant de voir comment le chant est transformé rapidement en cris inarticulés ou menaces, avec tout le potentiel d'animalité. Les affrontements que rapportent les articles ont souvent lieu après qu'un représentant de l'autorité a demandé le silence à un groupe de Gitans, ou au cours d'une de leurs fêtes. Celles-ci, qu'on appelle le plus souvent zambra, comme pour souligner l'altérité et l'exotisme, prouvent au lecteur combien ils sont dépourvus de contrôle de soi et par là même dangereux : “Una zambra de esas típicas que celebran los descendientes... de Faraón, y que, como tipicas de ellos, terminó como la mayoría de éstas con las armas blancas en ristre...”26.

33En effet, les Gitans inquiètent et choquent par ce "pathos" constant. La retenue qu'on attribue en contrepoint à la société non gitane est bien sûr toute relative, mais permet de faire des Gitans les seuls acteurs dangereux. Cette violence verbale est constante comme métaphore de la violence physique : les Gitans vivent dans l'explosion permanente d'une colère effrayante, qui en fait les perturbateurs d'un ordre social qui sans eux serait idyllique :

  • 27 22-08-54
  • 28 22-08-54

Enfurecidos calés…gitanos enloquecidos...27.
¿Por qué hemos de vivir con el temor de que un gitano enloquecido por el alcohol nos agujeree a navajazos?28

34Les Gitans sont donc un danger pour la société, parce qu'étrangers à la société et, en fait, à la civilisation, aux valeurs qui en assurent la survie. Ils expriment dans ces récits un manque total de respect pour l'autorité supérieure et les lois. En fait, ils semblent contester à l'Etat l'exclusivité du recours à la violence, au nom de la vengeance. On dénonce particulièrement l'usage de l'arme blanche, représentation même de cette barbarie. Nous arrivons ici à un conflit fondamental, entre Civilisation et Barbarie. Le Gitan est le barbare, l'expression de la Nature et de l'atavisme, mais aussi de la culpabilité collective qui rend impossible la coexistence avec les non Gitans. Nous avons là une vision essentialiste du Gitan, qui est par ailleurs une tendance constante de cette presse. Le crime d'un Gitan est un crime gitan, car sa culpabilité concerne toute la communauté ainsi stigmatisée de la sorte :

  • 29 8-02-53
  • 30 5-07-53
  • 31 13-06-54

La forma de la agresión, alevosa y traidora, denunciaba los procedimientos rituales de los hijos del faraón29.
La acción fría y deliberada de unos jovenzuelos que ponen los peores instintos de su raza al servicio del atraco...30.
Gente modesta y trabajadora, con la que, por atávicos instintos, no pueden convivir...31.

35Les mots "instinct", "caractère", apparaissent :

  • 32 22-11-55
  • 33 9-05-59

Viven dominados por el instinto homicida... Una muestra más de la nefasta actuación de los individuos de una raza peligrosa...32.
Es también normal que dado el carácter en extremo belicoso que los gitanos suelen tener y las nimiedades por las cuales se ofenden, se formen peleas y jaleos entre ellos mismos33.

36En ce qui concerne cette image exclusivement collective du Gitan, on peut souligner une réalité très concrète, à savoir que les Gitans de cette période sont souvent dépourvus de papiers d'identité, une des causes de la sur-importance du groupe au détriment de l'individu. L'individualité du Gitan est floue, à la fois juridiquement et subjectivement.

37Ce rejet du Gitan se fonde sur un discours itératif :

  • 34 13-06-54
  • 35 10-07-55
  • 36 30-10-55
  • 37 30-10-55
  • 38 22-11-55
  • 39 22-11-55
  • 40 2-11-57
  • 41 13-02-60

¡Otra vez los gitanos!34
Por enésima vez los gitanos han sido protagonistas de suceso que pudo tener graves caracteres...35.
¡Siempre los gitanos!36
Las visitas de los gitanos y de sus víctimas al Equipo Quirúrgico se van convirtiendo ya en costumbre...37.
De nuevo los gitanos han de ocupar el primer piano de la actualidad negra38.
Una muestra más de la nefasta actuación de los individuos de una raza peligrosa39.
Otra riña de los gitanos40.
Otra vez vuelven al piano de la actualidad delictiva los gitanos, ahora en las fértiles tierras granadinas. Ni escarmientan, ni enmiendan...41.

38Cet usage de la répétition produit certains effets : une impression de lassitude chez la population, la mise en valeur du sentiment d'insécurité, de la peur de l'invasion.

39De même, l'arrivée ou la présence des Gitans est toujours synonyme de danger, et l'écriture s'efforce de dramatiser ces circonstances :

  • 42 8-02-53

No se sabe cuándo llegaron. Apareció primero una familia, acaso transportada hasta allí en algún pintoresco carromato [...]. Vinieron luego más grupos, hombres y mujeres de todas les edades y otras chabolas fueron surgiendo. [...] El caso es que la barriada se vio pronto cercada por un auténtico campamento.42

40Ce danger repose sur diverses déviances morales et sociales : l'asociabilité, la non reconnaissance des lois de la majorité :

  • 43 5-07-53
  • 44 29-08-54
  • 45 8-05-55
  • 46 5-03-60

Son gentes no aptas para vivir en sociedad...43.
Constituyen, en fin, un verdadero peligro para la sociedad en medio de la cual son incapaces de vivir.44
Recordarán el amplio comentario que publicamos al relatar el suceso, sobre las características de una raza que no sabe convivir con las gentes civilizadas, de unos hombres carentes de todo sentido social45.
Unos hombres que, al margen de la ley van sembrando el terror por donde quiera que pasan por su ausencia total de moral, que les hace estar siempre al margen de cualquiera costumbre civilizada, constituyendo un peligro permanente para la sociedad...46.

41La période sur laquelle porte notre étude, certes courte, permet cependant d'observer une certaine évolution. Avec le temps, en effet, le discours devient de plus en plus vindicatif, comme si la présence gitane était de plus en plus intolérable. C'est ainsi que les articles de El Caso vont demander avec une insistance croissante la répression officielle, et au-delà de l'action des autorités, présenter la tentation de la violence. Le lynchage, ou son ébauche, est une présence forte et récurrente. Cette atmosphère de "lynchage" s'élabore à partir de divers éléments. Les réactions et déclarations des "victimes" non gitanes servent souvent de titres :

  • 47 13-06-54

Los vecinos piden la expulsión de los "calés".
¡No queremos "calés"!
¡Que se vayan de aquí!
¡No pueden mezclarse con la gente honrada como nosotros!47

42Il y a en outre une dramatisation de l'indignation collective, voire de la haine populaire qui s'exprime de préférence à travers les femmes :

  • 48 29-08-54

Mujeres que no se recataban en condenar con las más duras frases a los autores del vándalo crimen [...] una extraña muchedumbre que no cesó de exteriorizar su indignación pidiendo justicia contra los asesinos48.

  • 49 22-03-58

43Les citations ou descriptions de scènes de groupe ont des effets intéressants : les réactions liées à un événement précis sont en réalité élargies en réaction générale et communautaire. Le journal condamne certes vaguement ces comportements mais les décrit de façon circonstanciée : jets de pierre, menaces verbales, vitres cassées, affrontements physiques, protection des Gitans par la Police. Le lynchage est une réaction collective contre les Gitans, présentée comme unanime et naturelle. La tentation de la justice personnelle est ainsi mise en valeur : “Centenares de personas de todas las clases sociales se estacionaron ante la Casa de Socorro en espera de la salida de los gitanos a quienes querían "linchar"”49.

44Finalement, l'expulsion est considérée comme la vraie solution, et l'on trouve dans de nombreux articles l'ordre donné, après un conflit, par la Garde Civile aux Gitans de quitter les lieux immédiatement :

  • 50 29-03-58

La Guardia Civil hizo una nueva visita al campamento de gitanos emplazados en las afueras de Vallecas y les obligé a organizar una caravana en busca de otro lugar, con lo que el vecino pueblo ha quedado limpio, al menos por una temporada, de los "accidentes" que continuamente provocan los "calés"50.

45Autour de cette idée d'expulsion, El Caso propose une série de solutions, se présente comme porte-parole des attentes sociales, comme une sorte d'interface entre les autorités et le public. Ses solutions hésitent entre expulsion et interdiction de séjour dans les villes :

  • 51 22-08-54
  • 52 22-08-54
  • 53 5-06-55
  • 54 25-07-58

¿Por qué no se les expulsa de las ciudades?51
No bastará el castigo ejemplar de quienes empuñaron las armas homicidas, sino que es necesario que se extirpe del seno de la sociedad a una gran familia de parasitos que no tenemos por qué soportar52.
Una vez más hemos de poner de relieve la necesidad de alejar de los centros urbanos a estas gentes...53.
Urge de una vez para siempre una severa ley que evite, ο al menos atenue estas frecuentes riñas entre gitanos...54.

  • 55 13-06-54

46Le périodique se proclame ainsi acteur social et va progressivement réclamer de plus en plus de répression. Pour justifier cette sévérité, les journalistes vont se référer à la législation d'Ancien Régime et aux différentes pragmatiques royales, des Rois Catholiques, puis des Habsbourgs et des Bourbons, évoquées précédemment. Cette référence au juridique et à l'Ancien Régime apporte une légitimité savante et tout le poids de la tradition historique. Les mutilations et châtiments physiques contre les Gitans sont donc évoqués sans guère d'états d'âme, et il est intéressant de relever que l'idée de l'élimination physique surgit, même si c'est pour la rejeter au nom de la charité chrétienne : “No podemos, como seres humanos y cristianos propugnar la extinción de una raza, a la que pertenecen muchas gentes buenas y honradas”55.

3. Essai d'analyse du discours antiGitans

  • 56 Louis CHEVALIER, Classes laborieuses et classes dangereuses, Paris Plon, 1958.

47Il faut poser maintenant la question du sens et de la finalité sociale et politique de ce discours xénophobe, et de cette création d'une figure de bouc émissaire. Nous avons vu comment les Gitans devenaient un corps étranger à la société espagnole. Or cette exclusion du corps de la nation permet de réintégrer un autre groupe, vivant pourtant dans des conditions très proches de celles des Gitans. Les classes populaires urbaines réintègrent la société, le centre, grâce aux Gitans. Nous avons une variante de la distinction entre "bons" et "mauvais" pauvres, entre classes laborieuses et classes dangereuses, pour reprendre le titre de Louis Chevalier56.

48Le traitement des classes populaires dans ce type de presse serait un autre sujet qui nous entraînerait au-delà de la question des Gitans, mais les deux sont en étroite relation. Ces articles élaborent en effet une véritable classification de la pauvreté : mendiants, vagabonds, pauvres honteux et humbles, pauvreté vicieuse ou sanctifiée par la charité chrétienne. Cette diversification de l'image de la pauvreté est flagrante ; lorsque par exemple une affaire conduit le journal dans le monde ouvrier ancien et structuré de la Catalogne et de ses colonias industriales, la vision qu'on nous en donne est celle d'un éden ouvrier, presqu'un phalanstère :

Las colonias son auténticos pueblos. No carecen de nada. Hay allí escuelas, comercio diverso y abundante, salones de espectáculos, guarderías infantiles, todo en fin lo que podían necesitar los obreros que en ellas habitan para encontrar la felicidad más amplia y apetecible.

49La pauvreté, pour préserver sa fonction et sa place sociale, doit obéir à certaines obligations, c'est-à-dire le pauvre doit être identifiable, rester à sa place, être travailleur. Conséquence de ces signes d'identification : le pauvre qui au contraire s'approprie ceux d'autres groupes est sévèrement condamné par les articles et le regard social, dont les journalistes de El Casο sont de simples échos complaisants. Il s'agit la plupart du temps des vêtements ou des objets des classes supérieures, une bonne s'habillant par exemple avec un peu trop d'élégance, ou un Gitan, précisément, comme un señorito. Au contraire, l'humilité, la résignation, l'honnêteté héroïque, masochiste même, sont les signes principaux du pauvre honorable, élément immuable et ontologique de la structure sociale. L'honnêteté est une valeur fondamentale de ce système, surtout lorsque le pauvre en question vit dans des conditions particulièrement dures et inhumaines, dans des taudis ou des quartiers dépourvus de toute infrastructure. Elle permet surtout de le distinguer d'une population plus turbulente : les Gitans. Ceux-ci accumulent les signes du mauvais pauvre, de la classe dangereuse. Tous les éléments commentés plus haut, la saleté, la sauvagerie et la licence sont l'inversion des qualités du Bon Pauvre : rigueur morale, propreté matérielle, pratique religieuse, mesure. Car le discours et l'évocation du Pauvre ont besoin de cette contre-figure du Gitan, qui cumule les signes de la transgression. Le Gitan est la matérialisation du déni violent du pacte social. Ce refus de la loi qu'on lui prête permet au contraire de montrer favorablement le respect de la loi et de l'autorité :

  • 57 12-03-60

Parece como si quisieran pregonar a los cuatro vientos que para ellos la vida ajena es una futesa, la Justicia, un freno que carece de efectividad en cuanto se refiere a las gentes de su raza; la Guardia Civil y la Policía elementos de orden y disciplina qu no tienen jurisdicción para sus desmanes, y que la cárcel, los presidios y el patíbulo son monsergas para asustar únicamente al "payo" cobardón y pusilánime57.

  • 58 María Elena SÁNCHEZ ORTEGA, "Evolución y contexto histórico de los gitanos españoles", pp. 13-61, (...)
  • 59 Aurelio CEBRIÁN ABELLÁN, Marginalización..., Universidad de Murcia, 1992.
  • 60 Dans "Le Picarisme espagnol : De l'interférence des marginalités à leur sublimation esthétique", d (...)

50Ces textes et ces affaires expriment aussi la transformation démographique et sociale du monde urbain, le développement d'une population prolétarienne cantonnée à la frontière économique et sociale de la ville. Sur cette marge, une population à peine arrivée de la campagne retrouve un groupe qu'elle a souvent côtoyé dans son habitat rural, bien qu'il ait été déjà à l'écart de la société espagnole. L'évolution économique du pays fait que les Gitans, devenus par ailleurs bien plus nombreux qu'au XIXe siècle, vont affluer vers les périphéries des grandes villes, poussés par la crise du monde rural, puis sa mécanisation, lorsqu'ils perdent progressivement les fonctions qui étaient les leurs dans cette société rurale : artisanat simple, commerce du bétail, de la ferraille, comme s'ils étaient cantonnés au début et à la fin du cycle de la consommation58. Les deux groupes vont devoir vivre dans le même espace matériel et social de la pauvreté, et sans doute de la délinquance59, malgré toutes les distinctions effectuées par le périodique. Car El Caso, qui se veut le porte-parole de la société, va distinguer entre la condition ouvrière, bien que le mot ne soit naturellement jamais écrit, et remplacé par trabajador ou productor et la sphère criminelle. Cette dernière devient l'exclusivité du seul groupe des Gitans. Les effets sont heureux pour l'image officielle de la société qui en résulte. En ce qui concerne les antagonismes sociaux, on efface l'opposition entre classes bourgeoises et classes populaires, grâce au déplacement du clivage à l'intérieur des classes les plus défavorisées. Le clivage cesse d'être social, pour devenir un affrontement manichéen entre Bien et Mal. Il s'opère ainsi un déplacement de la sphère politique et sociale vers le plan plus universel et aproblématique de la Nature et de l'ethnique. La droite espagnole la plus réactionnaire s'est efforcée de déshumaniser les classes populaires dans leur totalité, en les montrant comme des hordes barbares, ennemies de la religion et de la culture ; c'est tout l'imaginaire né avant et pendant la Guerre Civile. El Caso ne reproduit pas ce discours, il s'efforce au contraire de désamorcer et d'effacer les conflits sociaux, en favorisant l'image du groupe stigmatisé. L'intégration des classes populaires "honnêtes" se fait par le biais d'une peur commune à toute la société, d'autant plus efficace et féconde que la tradition de marginalisation est déjà en place : “Leur domaine est bien celui de la marginalité permanente et tout le problème qu'ils posent est bien celui de l'acceptation ou du refus de la marginalité”60.

51Le Gitan incarne dans nos articles les mêmes images de sauvagerie et de barbarie qu'on attribuait au XIXe siècle au prolétariat ou aux populations indigènes des régions colonisées par les Européens. Toutes les accusations traditionnelles contre les ouvriers sont là : instabilité, excès alcoolique et sexuel. Il va incarner aussi l'autre racial : les articles sont nombreux à souligner les différences supposées, physiques, linguistiques, sociales, etc. Les particularismes objectifs du groupe, ses modes de vie, le repliement sur soi permettent de fusionner individu et groupe. El Caso rencontre un soutien paradoxal chez les Gitans eux-mêmes, dans leur refus d'intégration, leur volonté de préserver leurs particularismes.

52Autre élément intéressant dans l'instrumentalisation faite par El Caso : ce ne sont pas les régions où la communauté gitane est la plus présente et traditionnellement implantée qui apparaissent. L'Andalousie n'est citée que rarement, au contraire la majorité des affaires publiées concernent Madrid et les régions du Nord, où les Gitans étaient bien moins présents. Même la communauté gitane de Barcelone, urbaine, importante et relativement intégrée depuis longtemps, avec même une petite bourgeoisie gitane, ne donne l'occasion qu'à de rares incidents relevés par El Caso.

53El Caso prend en main volontairement ce type de discours, qui coïncide avec son public essentiellement populaire et son contenu globalement sentimentalo-populiste. Un tel discours est fondé sur les doubles notions de Centre et de Périphérie, de Bien et de Mal. Le journal se veut ainsi le porte-parole d'un hypothétique Centre, encerclé et menacé par des groupes dangereux, dont certains cependant doivent être intégrés pour être mieux contrôlés. Pour ce, les textes, par réitération, désignent un groupe n'acceptant pas les valeurs collectives, dénoncé comme extérieur au consensus et donc dangereux pour celui-ci. On a vu l'importance de l'ordre et du désordre, et l'emphase mise sur la capacité des Gitans à générer des troubles. Le journal se veut soucieux d'ordre car celui-ci est défini comme la condition de survie de toute communauté.

54On peut aussi s'interroger sur la finalité de ce discours d'expulsion, hors de l'espace urbain, qui est aussi espace de la modernité. On semble être ici dans un moment de transition dans le traitement de la notion de la marginalité. On avait jusque-là une marginalité tolérée, faisant partie du paysage, avec des explosions occasionnelles de rejet, pour passer ensuite -c'est le moment exprimé dans notre étude-, à une altérité qui se veut absolue et à une peur qu'on affirme collective.

55Cette mise en scène de la peur met en question la société espagnole durant cette période et son lien avec l'autorité. Toute société fonctionne sur une ou plusieurs peurs plus ou moins refoulées, et à ce moment précis du régime franquiste, la société espagnole a eu et a des motifs concrets d'avoir peur. Certes, la deuxième moitié des année 50 et le début des années 60 connaissent moins de répression que l'immédiat après-guerre. Les représailles, l'élimination physique des adversaires politiques ont frappé plus particulièrement les classes populaires. Il nous a semblé que la peur du Gitan est instrumentalisée -sans doute pas volontairement- pour prendre la place de peurs plus concrètes et politiques, donner un support à l'angoisse. Il est en même temps politiquement utile de désigner les Gitans comme cause visible des conditions de vie difficiles de cette population dans les périphéries urbaines.

56Le procédé n'a rien d'exceptionnel. Un média élabore une figure de bouc émissaire qui oblitère les vraies défaillances : infrastructures (manque d'eau, de l'électricité, de la scolarisation), salaires insuffisants, etc. Il est inutile d'imaginer une intention machiavélique. Plus vraisemblablement, El Caso se plie à l'opinion publique, reprend les réactions, les commentaires entendus sur le terrain, pour des raisons démagogiques et commerciales. Cette tension est portée à blanc, exacerbée, ne serait-ce que par l'effet rhétorique d'une expression par nature emphatique. Car au-delà du contenu, il faut aussi tenir compte des exigences de l'écriture et de la structure du fait divers. Plus qu'un contenu, c'est une forme qui fonctionne sur la dualité et l'antagonisme et structure ainsi les événements. Il peut donner une forme qui semble cohérente aux peurs collectives et les maintient, en les désignant, à un niveau supportable. Cette image du Gitan que nous avons décrite et analysée aurait donc deux origines complémentaires : son contenu s'expliquerait par l'effort idéologique qui consiste à donner une illusion d'action, au détriment des Gitans, et la forme de ce discours serait la conséquence d'une rhétorique et d'une culture populaire qui interprètent le monde sur le mode manichéen.

57Mais outre la lecture strictement sociale et politique, le rejet du Gitan renvoie aussi à un problème culturel, aux liens entre l'univers gitan et les signes folkloriques de ce qui serait l'Espagne. On sait combien on a identifié le folklorisme andalou à l'image de l'hispanité durant cette période du franquisme, à travers les chansons, le cinéma, le théâtre populaire, le costumbrismo. Cet andalousisme est très profondément marqué par l'influence esthétique et artistique du monde gitan. Ce lien essentiel entre Gitans et Espagne surgit au XIXe siècle, comme nous l'avons dit plus haut, avec la naissance du mythe de Carmen, le début de l'intérêt pour le flamenco. On a vu le versant positif de l'imagerie gitane. Or El Caso présente un discours particulièrement intéressant de ce point de vue, car il s'efforce de nier avec ardeur cette vision d'un peuple fascinant et créatif, et réfute avant tout l'identification Espagnols/Gitans. Les articles nient l'image de peuple libre, dégagé des servitudes du monde moderne, toujours au nom de la réalité de la cohabitation difficile. Contrairement aux esprits rêveurs et aux artistes angéliques, le journal et les personnages de ses articles disent connaître la réalité de la situation et de la nature des Gitans :

  • 61 8-02-53
  • 62 10-07-55
  • 63 22-11-55

Para saber de ellos a través de una literatura de ocasión, está bien. Para soportarlos en una vecindad próxima, constituyen una de las peores plagas que ha conocido el hombre61.
No faltan papanatas a cuentas de un absurdo mito montado sobre supuestas virtudes de esta gente [...] y que no refleja sino un hábito inveterado a la vagancia y a la desvergüenza so capa de una absurda agudeza mental y de un "notable" sentido del arte62.
Representan en suma, la escoria de una sociedad que en el Extranjero se empeñan en catalogar como tipismo, pero que nosotros catalogamos como rufianismo63.

58Plus paradoxalement, les images littéraires sont cependant convoquées, en insistant sur la spécificité culturelle qui les rendrait radicalement autres. On trouve donc des remarques sur la langue qu'on leur attribue (le caló), des contes, et même un romance sur l'enterrement du mythique "roi des Gitans" :

  • 64 29-11-53

Ha muerto el rey de los Gitanos.
Ojos de mirar furioso
desde que nacen, pasión.
Siempre abismos engañosos
de querer ο de traición64.

59Il s'agit d'imposer l'idée d'une différence radicale et essentielle, qui dépasserait le fait économique, et serait psychologique, morale et raciale. Les différences culturelles sont évoquées sous l'angle de la condamnation ou de la dérision, mais surtout de l'exotisme le plus réducteur, sans que soient pris en compte le moins du monde les liens culturels réels et forts entre les deux communautés, en particulier en Andalousie, où la fusion s'est spécialement faite. Nous nous sommes donc interrogée sur les causes de ces refus de l'élément gitan dans l'image et la culture espagnoles.

60La période en cause pourrait apporter un début d'explication. C'est celle de l'exode rural massif et de l'explosion urbaine. C'est un moment de changements pour l'Espagne : économiques, sociaux, pas politiques toutefois, malgré l'émergence de nouvelles oppositions. Le pays, sous la houlette des technocrates, se lance dans la modernité que ceux-ci croient pouvoir limiter au domaine économique. Dans ce processus, il nous semble que le Gitan n'a plus sa place, si ce n'est dans une rhétorique touristique ou dans l'exploitation des succès internationaux de certains artistes. L'attitude à l'égard du Gitan devient profondément ambiguë : il est une image archaïque qu'il convient dans certains cas de repousser, mais à la fois, le pouvoir et la culture de masses renchérissent, quand cela est nécessaire, sur la mythologie et l'esthétique gitanes. Cette ambivalence reflète en réalité celle du pays, officiel et collectif, par rapport à son image intérieure et extérieure, mais aussi aux notions de tradition et de modernité. L'image positive serait à usage international, et le discours excluant viserait l'opinion publique nationale. En ce qui concerne la deuxième dialectique, elle met en lumière l'ancienne difficulté du pays à trouver sa position et sa spécificité par rapport aux autres pays européens, mais aussi les conflits qui opposent sur ce point les Espagnols eux-mêmes. L'Espagne officielle et populiste se veut dans une phase ascendante, dans laquelle les Gitans n'ont pas de fonction économique, et cela se manifeste dans la virulence ironique du rejet des capacités artistiques du groupe. Le besoin de s'affirmer comme un pays comme les autres, en voie de modernisation, coexistera malgré tout avec l'autre discours, parallèle, de "différenciation" du reste de l'Europe, dans lequel l'élément gitan est récupéré et exploité.

61Tout cela aboutit à l'impossibilité d'une vision univoque de ce groupe, essentiellement liée à la situation de la société qui l'accueille ou l'examine, comme s'il était une sorte de révélateur. Deux réactions se sont succédées mais coexistent aussi chronologiquement : d'abord, en raison du développement économique, on cherchera à renvoyer les Gitans vers les friches du monde moderne, ces marges où ils vont errer, mais dont on voudra aussi les chasser progressivement. Les Gitans connaissent un sort proche de celui d'autres groupes en marge dans les sociétés en développement. Tous, fous, pauvres, Gitans, sont traités, avec des variations, comme dangereux et nuisibles, à proscrire ou enfermer. Un autre phénomène s'est produit, progressivement, dans la sphère culturelle et artistique, un autre discours s'est s'élaboré, comme d'ailleurs sur les autres marges. Il faut donc dépasser le cas espagnol et poser le problème, même rapidement, de la fonction imaginaire des Gitans, du peuple rom en général, dans les sociétés occidentales développées.

62Les Gitans apparaissent comme une sorte de fiction, positive ou négative, mais fiction surnaturelle et objet littéraire à la fois. Je laisse de côté le moment premier de leur apparition en Occident, au XVe siècle, pour passer au XIXe siècle, qui marque la découverte des Gitans par les courants artistiques européens. Remarquons qu'il s'agit de la période d'émergence des nationalismes européens. De ce groupe transeuropéen, les artistes mais aussi les consommateurs d'art vont faire un réservoir de surnaturel. Les débuts de l'industrialisation sont aussi la période des premiers voyageurs, anglais puis français. Face à ce monde en évolution, les Gitans, bien au-delà de l'Espagne, vont incarner les anciennes traditions, la transcendance pour les pays du Nord, ce qui nous semble faire tout le prix de ce peuple dans l'imaginaire collectif. Plus tard, lorsque la société moderne aura atteint une étape de crise et de remise en question de son développement et de la modernité, la séduction des Gitans va s'imposer davantage encore, comme un îlot de transcendance à préserver, et en cela ils rejoignent toutes les projections opérées sur l'Espagne sous forme de stéréotypes.

63Le discours sur les Gitans examiné à partir de ce périodique ouvre différentes perspectives sur la société espagnole de la période du franquisme et sur l'image d'elle-même qui veut lui être imposée. La question des Gitans met en effet à nu certains thèmes problématiques : la place des classes populaires, la modernité. Ces textes expriment avant tout le refus du lien Espagne-Gitans, mais donnent à voir paradoxalement des éléments sur la vigueur de ce lien, matériellement, sur la coexistence réelle des deux communautés, et au niveau de l'imaginaire, sur le regard que les autres pays posent sur l'Espagne. Ce regard extérieur, que nous avons appelé culturel, finit peut-être par influencer la perception des Espagnols d'eux-mêmes. Et l'on peut se demander si les Gitans ne se plient pas au discours romantique tenu à leur propos, s'ils ne satisfont pas par hasard le besoin de rêve et de transgression que les non Gitans projettent sur eux. En tout cas, ce n'était pas cette image de transgression dont avaient besoin le journal, l'opinion publique, la société et, à un autre niveau, le régime de Franco.

Notes

1 Le texte original dans Josette et Georges COLOMER, Los Gitanos, Paris, Masson, 1973 :
“A vosotros los gitanos que andáis vagando por estos nuestros reinos y señoríos con vuestras mujeres e hijos, Salud y Gracia. Sabed que se nos ha hecho relación de que vosotros andáis de lugar en lugar hace mucho tiempo y anos, sin tener oficio ni otra manera de vivir alguna de que os mantengáis, pidiendo limosna y hurtando y enganando y haciendo hechicerias y adivinaciones y otras cosas no debidas, ni honestas, siendo como sois los más de vosotros personas bien dispuestas para trabajar, servir a otros que os mantengan ο den lo que habiais de menester ο para aprender oficios y usar de ellos, de lo cual Dios Nuestro Señor es servido, y como mochos de nuestros súbditos reciben mucho agravio de ello y mal ejemplo y dano de vosotros, es por lo que a Nosotros, Reyes y Señores, que pertenece en ello proveer y remediar, mandamos dar esta Carta para vosotros, por la cual disponemos que del dia en que os fue notificada hasta los sesenta días siguientes, vosotros y cada uno de vosotros viváis por oficios conocidos para los cuales aprovecheis mejor, estando de fijo en lugares donde acordaseis residir y tomeis la vivenda del señor a quien sirvais y os dé de lo conveniente para vivir y no andéis más juntos vagando por nuestros reinos como ahora lo hacéis, ο dentro de los sesenta días salgáis de nuestros reinos y no volváis a ellos en manera alguna, bajo pena de que, si fuereis hallados sin oficio ο sin señores pasados dichos sesenta días, que den a cada uno pena de cien azotes y destierro perpetuo de nuestros reinos por la primera vez y por la segunda que os corten las orejas y estéis sesenta días en la cadena y tornéis a ser desterrados, como se ha dicho, y por la tercera que seáis cautivos de quien os cogiere por toda la vida”.

2 29-08-54

3 Reglamento de la Guardia Civil de 1942, approuvé le 14 Mai 1943, dans Los gitanos ante la Ley y la Administración, Madrid, Presencia Gitana, 1991.

4 Antonio SABATER TOMÁS, Gamberros, homosexuales, vagos y maleantes, Barcelone, éd. Hispano-Europea, 1962, p. 75.

5 Aurélio CEBRIÁN ABELLÁN, Marginalización de la población gitana española, Universidad de Murcia, 1992.

6 4-01-58

7 5-07-53

8 22-08-54

9 29-03-58

10 1-04-58

11 28-06-58

12 26-06-59

13 8-02-53

14 22-11-55

15 8-02-53

16 22-08-54

17 10-07-55

18 30-10-55

19 20-06-59

20 13-06-54

21 29-08-54

22 22-11-55

23 8-02-58

24 22-03-58

25 15-11-58

26 1-04-58

27 22-08-54

28 22-08-54

29 8-02-53

30 5-07-53

31 13-06-54

32 22-11-55

33 9-05-59

34 13-06-54

35 10-07-55

36 30-10-55

37 30-10-55

38 22-11-55

39 22-11-55

40 2-11-57

41 13-02-60

42 8-02-53

43 5-07-53

44 29-08-54

45 8-05-55

46 5-03-60

47 13-06-54

48 29-08-54

49 22-03-58

50 29-03-58

51 22-08-54

52 22-08-54

53 5-06-55

54 25-07-58

55 13-06-54

56 Louis CHEVALIER, Classes laborieuses et classes dangereuses, Paris Plon, 1958.

57 12-03-60

58 María Elena SÁNCHEZ ORTEGA, "Evolución y contexto histórico de los gitanos españoles", pp. 13-61, dans Entre la marginación y el racismo. Reflexiones sobre la vida de los gitanos, Madrid, Alianza, 1986.

59 Aurelio CEBRIÁN ABELLÁN, Marginalización..., Universidad de Murcia, 1992.

60 Dans "Le Picarisme espagnol : De l'interférence des marginalités à leur sublimation esthétique", dans Les Marginaux et les exclus de l'Histoire Paris, UGE, 10/18, 1979.

61 8-02-53

62 10-07-55

63 22-11-55

64 29-11-53

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540