Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être espagnol

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

II - Modèles européens - vs - modèles espagnols (XIXe-XXe siècles)

L’émergence du folklore en Espagne à la fin du XIXe siècle

Mercedes Gómez

Texte intégral

1Issu d’une famille d’intellectuels libéraux de la bourgeoisie sévillane, Antonio Machado y Álvarez voua son existence à la constitution et à la reconnaissance du folklore espagnol. Son fils Manuel le présente comme le fondateur des études folkloriques en Espagne, en associant le nom de son père à une définition de la discipline et au système théorique anglais :

  • 1 MACHADO y ÁLVAREZ, Antonio, Cantes Flamencos (colección escogida), 4a edición, Madrid, Espasa Calp (...)

Don Antonio Machado y Álvarez [...] fue el iniciador de los estudios folklóricos en España; el fundador del folklore español, el cual, no solo siguió cronológicamente al inglés, sino que rectificó mejorándola, la definición de esa amplísima y compleja ciencia del alma popular, cuyo objeto alcanza a todas las disciplinas: Religión, Historia, Arte, Ciencias puras ο aplicadas, en aquel grado en que el pueblo las posee1.

  • 2 MARKALE, Jean, Contes populaires de toutes les Bretagnes, Rennes, Éditions Ouest-France, 1977, p. (...)
  • 3 SOUVESTRE, Emile, Le foyer breton, Marabout, 1975 (la première édition date de 1844), p. 11 : “Les (...)
  • 4 CUISENIER, Jean, Ethnologie de l’Europe, collection Que sais-je, Paris, PUF, 1990, p. 15 : “Plus g (...)
  • 5 Ibidem, p. 16 : “Car la motivation des érudits de l’Académie celtique est en ce début du XIXe, pro (...)
  • 6 IZA ZAMACOLA, A, Colección de las mejores copias de seguidillas, tiranas y polos que se han compue (...)

2Avant le XIXe siècle, la culture populaire de tradition orale était considérée comme un sous-produit de l’esprit humain par une élite sociale et intellectuelle de tradition écrite. Dans la première moitié du XIXe, sous l’impulsion du réveil des nationalités en Europe2, le regard porté par l’élite sur la culture populaire change. Elle apparaît désormais comme la tradition dans ce qu’elle a de plus authentique et devient l’expression originale d’un peuple ou d’une civilisation, autrement dit “un signe identitaire”3. L’élite entreprend de collecter la culture populaire, garante de l’authenticité, pour servir principalement une idéologie nationaliste4. En France, l’Académie celtique, créée en 1804, se dorme pour tâche de recueillir les coutumes et les traditions populaires de la France, mais elle sera critiquée pour sa "celtomanie" et dissoute en 181 25. En Espagne, lorsqu’en 1799, sous le pseudonyme de Don Preciso, Iza Zamácola publie sa Colección de las mejores copias de seguidillas, tiranas y polos que se han compuesto para cantar a la guitarra6, il poursuit également un but nationaliste. Il recueille et publie les chansons populaires espagnoles parce qu’il estime que la musique nationale, menacée par les influences étrangères, plus particulièrement par le bel canto italien, doit s’inspirer de la tradition la plus authentique :

  • 7 Citation prise dans GUTIÉRREZ CARBAJO, Francisco, La copla flamenca y la lírica de tipo popular, M (...)

El deseo, pues, de restablecer en España la música nacional, y de apartar cuanto sea posible de nuestra vista la Italiana, que no puede producir otro efecto que el de debilitar y afeminar nuestro carácter; por otra parte, las instancias que han hecho algunos amigos para que publique esta Colección de las copias que comúnmente cantamos en España, porque en ellas brilla el ingenio, agudeza, y chiste propios de nuestra nación, me han hecho creer que podrá ser bien recibida del público esta obrita7.

  • 8 Je reprends une expression de Pierre Jakez Hélias qui me semble fort appropriée. Cf Le quêteur de (...)
  • 9 Est-ce pour des raisons pratiques —le mot Folk permet de former des composés tels que folk-danse, (...)
  • 10 VAN GENNEP, Arnold, Manuel de Folklore français contemporain, Paris, Éditions Auguste Picard, 1937 (...)

3A partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, la culture populaire n’est plus collectée uniquement pour servir une idéologie nationaliste. Les lettrés entreprennent d’archiver, d’embaumer la tradition orale en écriture8, afin de l’étudier : la science populaire, le Folklore commence à se constituer en tant que discipline. Le mot anglo-saxon “folklore”, employé pour la première fois en 1846 par W.J. Thoms, dans la revue The Atheneum, et défini comme “the learning of the people”, est forgé sur les vocables saxons “folk” et “lore” qui veulent dire respectivement “peuple” et “connaissance”, “science”9. Cependant, le nom donné à cette nouvelle discipline —“esta nueva rama del saber”, dit Machado y Álvarez— prête à confusion, car il désigne à la fois la science considérée et le contenu10. D’un point de vue historique, l’émergence de cette nouvelle discipline, cette “science du peuple”, est liée à celle de l’Anthropologie, la “science de l’homme”, qui se constitue également au cours du XIXe siècle. L’école anthropologique anglaise et la pensée darwiniste fournissent aux folkloristes anglais un support théorique pour étudier la culture populaire qui, obéissant à un autre mode de fonctionnement que la culture savante, heurte la logique des lettrés :

  • 11 BELMONT, Nicole, “Le folklore refoulé ou les déductions de l’archaïsme” in Revue de l’Homme, Anthr (...)

Tylor et ses condisciples réussissent à théoriser la double exigence d’éloignement dans le temps et dans l’espace, nécessaire pour prendre en considération sans effroi l’altérité et l’étrangeté des primitifs comme des paysans européens. Les croyances absurdes, les coutumes insensées, les récits horribles sont les produits de l’humanité dans son enfance, dans la période de l’état sauvage de son intelligence. Il existe des survivances et des témoins contemporains de cet état premier de l’humanité : sous forme physique en la personne des lointains sauvages, plus loin de nous encore peut-être par le temps que par l’espace ; sous forme mentale dans les traditions populaires de notre propre société11.

4Cette notion de survivance de pratiques ou de croyances anciennes permet aux folkloristes anglais de collecter ("to record") les productions populaires, sans gêne ou réticence, de les étudier et de préciser la définition de leur discipline :

  • 12 VAN GENNEP, Arnold, Manuel de Folklore français contemporain, op. cit., t.I, p. 21.

Folk-Lore Record, t. II, 1879, p. 1 : “La science du folklore examine les choses qui sont les plus anciennes, les plus permanentes et les plus répandues dans les institutions humaines.”
Folk-Lore Journal, t. II, 1884, p. 312 : Alfred Nutt ajoute les arts et les industries populaires.
Andrew Lang, Custom and Myth, 1884, p. 11 : “Le folklore recueille et compare les restes des anciens peuples, les superstitions et histoires qui survivent, les idées qui vivent dans notre temps, mais ne sont pas de notre temps. A proprement parler, le folklore ne s’intéresse qu’aux légendes, coutumes, croyances du peuple”.
Folk-Lore Journal, t. III, 1885, p. 103 : “Le folklore étudie tout ce que le peuple croit ou pratique conformément à l’autorité de la tradition héritée et non à l’autorité de documents écrits.”
Sidney Hartland, Folklore, what is it, 1899 : “Le folklore est la science de la tradition.”12

  • 13 BELMONT, Nicole, “Le folklore refoulé ou les déductions de l’archaïsme”, in Revue de l’Homme, Anth (...)
  • 14 Ibidem, p. 295 :“On insistera sur la récurrence de la représentation de l’archaïque présent au cœu (...)

5Le concept de survivance, qui représente la culture populaire comme le vestige d’un état premier de l’humanité, assimile également le travail du folkloriste à celui de l’archéologue13. Cependant, cette récurrence de la représentation de l’archaïsme présent dans l’actuel est entachée d’un certain mépris14.

  • 15 William J. Thoms, Earl Beauchamp et G.L. Gomme sont aussi membres honoraires de la société El Folk (...)

6En 1878, les folkloristes anglais se dotent d’un cadre académique avec la création à Londres de la Folk-Lore Society, dont le président et le secrétaire sont respectivement Earl Beauchamp et G.L. Gomme15. La revue Folk-Lore Record, organe de cette société, se charge de la diffusion des travaux de collecte et de recherche de ses membres et des collaborateurs étrangers. Ce bref exposé montre que c’est bien une pensée théorique et un cadre académique que Machado y Álvarez tente d’instaurer en Espagne en 1881, en créant la société El Folk-Lore Español.

  • 16 Antonio Machado Núñez, fils d’un riche commerçant, est né à Cadix en 1812. Il étudie la médecine d (...)
  • 17 Cipriana Álvarez Durán est la fille de José Álvarez Guerra —écrivain et chef de file des luttes an (...)

7Antonio Machado Álvarez, né circonstanciellement à Saint Jacques de Compostelle le 6 avril 1846, est le fils de Antonio Machado Núñez16, éminente personnalité intellectuelle et scientifique du XIXe et chef de la gauche libérale sévillane, et de Cipriana Álvarez Durán17. En 1862, il obtient le grade de bachelier, puis il étudie la Philosophie et le Droit à l’université de Séville. L’un de ses professeurs, Federico Castro, également grand ami de son père, l’encourage à se consacrer à l’étude de la littérature populaire. Le fruit de cette collaboration sera la publication, en 1872, de Cuentos, leyendas y costumbres populares. Pendant ses études sévillanes, Machado y Álvarez fonde, avec ses compagnons de faculté, le journal La Juventud, dont les bénéfices sont destinés à financer les dépenses universitaires des étudiants sans ressources.

  • 18 ZOIDO NARANJO, Antonio, “Pensamiento y Folklore en nuestro siglo XIX”, in La Andalucía de Demófilo (...)

8En 1867, il part pour Madrid afin de continuer ses études. En 1868, il crée, avec Manuel Poley, la revue Un obrero de la civilización, à laquelle collaborent son père, Salmerón, Federico Castro et Francisco Giner de los Ríos. Machado y Álvarez y publie également plusieurs articles sous le titre : “El hombre del pueblo (apuntes para su estudio)”. Son domicile madrilène est également un lieu de réunion de la jeunesse étudiante d’idéologie républicaine et krausiste. On y commente et discute les œuvres de Humbolt et de Krause18.

9En 1869, Machado y Álvarez retourne à Séville où il obtient sa licence de Droit. Il collabore également à la Revista mensual de Filosofia, literatura y ciencias, en publiant divers articles sur la littérature populaire, à partir de données qu’il a lui-même collectées. En juin 1871, il obtient le grade de licencié en Philosophie. Le mois suivant, il s’inscrit au Collège des Avocats de Séville et ouvre un cabinet avec Manuel Poley. En 1872, son maître Federico Castro le propose comme assistant à la chaire de Métaphysique, mais il devra refuser cette charge, étant nommé juge municipal du district de San Vicente pour deux ans. Il cesse également ses recherches folkloriques et ses activités d’avocat (en 1873, il épouse Ana Ruiz. En 1874 et 1875, naissent respectivement ses deux fils aînés, Manuel et Antonio).

10L’année 1879 marque le retour d’Antonio Machado y Álvarez aux études folkloriques. Il collabore à la section de littérature populaire de La Enciclopedia, fondée en 1877. En 1880, il publie Colección de enigmas y adivinanzas populares en forma de diccionario.

11L’année 1881 constitue un moment décisif dans la vie et l’œuvre de Machado y Álvarez. D’une part, il publie Colección de Cantes flamencos ; d’autre part, ayant lu dans la Revue Celtique que la Folk-Lore Society de Londres avait été créée afin de recueillir et d’étudier la culture populaire, il fonde sur le modèle anglais El Folk-Lore Español et, consécutivement au deuxième article des statuts de cette société, El Folk-Lore Andaluz. Statutairement, le mouvement folklorique andalou apparaît donc comme une conséquence de l’espagnol, alors que, historiquement, c’est le mouvement régional qui est à l’origine du national, comme le signalent Eugenio Cobo et José Blas Vega :

  • 19 El Folk-Lore Andaluz, op. cit., estudio preliminar, p. XXIII.

Aunque no se hubiera creado la Sociedad del Folk-Lore Español, el folk-lore andaluz hubiera existido de la misma manera, o, por mejor decir, ya existía, aunque no fuese de manera organizada. Incluso se puede decir que se inicia el movimiento folklórico español porque ya existía el andaluz, y efectivamente nace en Sevilla como difícilmente podría haber surgido en otro lugar19.

12La société El Folk-Lore Andaluz compte parmi ses membres fondateurs les collaborateurs de La Enciclopedia, entre autres José María de Asencio y Toledo, Antonio Machado y Núñez, Francisco Rodríguez Marín ; Machado y Álvarez en est le secrétaire. La revue El Folk-Lore Andaluz, qui publiera douze numéros mensuels de mars 1882 à février 1883, diffuse les articles, travaux de collecte de données et préparation d’études de ses membres fondateurs, ainsi que ceux des membres honoraires, les plus éminents folkloristes des différents pays européens tels que Paul Sébillot pour la France, Giuseppe Pitré pour l’Italie, Hugo Schuchardt pour l’Autriche, Adolfo Coelho pour le Portugal, Reinhold Köhler pour l’Allemagne, G.L. Gomme pour l’Angleterre. Cet intensif échange européen est à l’origine du projet de Machado y Álvarez de célébrer un congrès international sur le folklore qui aurait lieu en 1889.

13Entre 1882 et 1884, Machado y Álvarez se lance dans une grande entreprise de prosélytisme : il écrit à ses amis des autres régions d’Espagne pour les encourager à fonder leur société régionale. C’est ainsi que se créent en juin 1882, El Folk-Lore Frexnense, dirigé par Luis Romero Espinosa, en novembre 1883, El Folk-Lore Castellano, présidé par Gaspar Núñez de Arce et en février 1884, El Folk-Lore Gallego, sous la direction d’Emilia Pardo Bazán.

14En 1883, Francisco Rodríguez Marín publie Cantos populares españoles où figure également, sous forme de post-scriptum, une étude de Machado y Álvarez sur la copla popular.

15En 1884, Machado y Álvarez fonde et dirige La Biblioteca de tradiciones populares, éditée d’abord à Séville, pour les volumes II à VI, et ensuite à Madrid (la famille Machado, au complet, était venue habiter dans la capitale). Cette œuvre considérable recueille les différentes données collectées par les sociétés folkloriques régionales, déjà créées ou sur le point de l’être.

  • 20 On note ici une divergence entre l’étude préliminaire réalisée par Eugenio COBO et José BLAS VEGA (...)

16L’année 1885 constitue également un jalon important en ce qui concerne le travail réalisé par Machado y Álvarez dans le domaine folklorique. En janvier, il publie dans Revista de España l’article “Breves indicaciones acerca del significado y alcance del término folklore”, qui sera traduit en anglais et en français. En avril, la société "El Folk-Lore provincial gaditano" le choisit pour être son président d’honneur. En septembre, la Institución Libre de Enseñanza lui offre la chaire d’études folkloriques, charge qu’il n’occupera pas. En 1886, la Folk-Lore Society de Londres le nomme membre honoraire20.

17Après cette consécration, plusieurs déceptions et des ennuis financiers contraindront progressivement Antonio Machado y Álvarez à cesser ses activités et recherches folkloriques. En 1885, il avait présenté à la mairie de Madrid un projet de fondation de musée folklorique qui n’avait pas abouti, faute d’aides financières. A partir de 1886, les différentes sociétés folkloriques disparaissent peu à peu et "La Biblioteca de tradiciones populares" cesse d’être publiée après 11 tomes ; cette année-là également, l’échec de la tentative de soulèvement menée par le général républicain Villacampa, grand ami de son père, avait dû constituer, pour le républicain qu’il était, une désillusion sur le plan politique.

  • 21 RODRÍGUEZ BECERRA, Salvador, “La revista ‘El Folk-Lore Andaluz’ y la ‘Biblioteca de las Tradicione (...)
  • 22 El Folk-Lore Andaluz, op. cit., p. XXXIII.

18Dans un regain d’intérêt pour les études folkloriques, Machado y Álvarez traduit et publie l’œuvre d’Edward Tylor, grand théoricien du folklore, Antropología et, en 1889, Medicina popular, de William George Black21. Cet auteur, dans la préface de la traduction espagnole, rend hommage au travail considérable réalisé par Machado y Álvarez : "Me considero muy honrado por la amabilidad de mi distinguido amigo el señor Machado y Álvarez al traducirla al español, porque España ha dado un señalado ejemplo a otros países en el celo y el éxito con que se ha perseguido el estudio del Folklore"22.

19En 1889, Machado y Álvarez participe en tant que délégué espagnol au Premier Congrès International des Traditions populaires, célébré à Paris. Cet acte constituera la dernière contribution de Machado y Álvarez au Folklore.

  • 23 Cf Ibidem, estudio preliminar, p. X-XXX-IV.

20En 1892, Machado y Álvarez part à Ponce (Puerto Rico), laissant son père, sa femme et ses six enfants à Madrid, pour occuper la charge de "Registrador de la propiedad", poste qui lui permettrait de renflouer l’économie familiale au plus mal, mais il tombe malade et revient mourir à Séville le 4 février 189323.

  • 24 Ibidem, bibliografía de Antonio Machado y Álvarez, p. XXXVI-XLV.
  • 25 Ibidem, p. 1-8.
  • 26 Ibidem, p. 501-503. Ce texte présenté en annexe dans l’édition fac-similé, fut à l’origine publié (...)

21Parmi la bibliographie considérable de Machado y Álvarez24, j’ai choisi d’analyser quelques textes théoriques qui paraissent illustrer au mieux sa démarche scientifique et sa visée idéologique. Il s’agit de “Introducción25” et de “Bases del Folk-Lore Español26”, publiés dans le premier numéro de la revue El Folk-Lore Andaluz, en mars 1882.

  • 27 Ibidem, p. 1.
  • 28 Ibidem, p. 1.

22Dans son “Introducción”, Antonio Machado y Álvarez commence par expliquer l’étymologie du mot folklore et son origine historique27 ; il évoque ensuite la création de la Folk-Lore Sociéty de Londres en déclarant sa spécificité : collecter et conserver, grâce à l’imprimé, la tradition orale anglaise et étrangère28. Il cite le nom de ses membres, ainsi que leur compétence :

  • 29 Ibidem, p. 2.

Las anteriores sencillísimas líneas [...] han tenido la eficacia de agrupar a los hombres más eminentes de Europa en Mitología, Filología, Etnografía, Prehistoria, Arqueología, etc. Max-Müller, John Lubbok, Köhler, Gaston Paris, Consiglieri-Pedroso, Comparetti, Tylor forman parte hoy de esta Sociedad29

  • 30 Ibidem, p. 2.

23et fait un bref historique des travaux qu’ils ont réalisés et publiés30.

24Par ces considérations préliminaires, Machado y Álvarez montre que le mot folk-lore est le nom d’une nouvelle discipline scientifique qui comprend des études précises, effectuées par d’éminentes personnalités intellectuelles européennes et réalisées dans un cadre académique. Cet exposé justifie donc le nom qu’il a donné délibérément aux deux sociétés qu’il a créées, El Folk-Lore Español et El folk-Lore Andaluz, car le mot folklore fait référence à une démarche scientifique précise qui n’a pas d’équivalent espagnol :

  • 31 Ibidem, p. 2.

La palabra Folk-Lore no tiene ya patria; por eso no hemos procurado sustituirla con ninguna otra española [...], porque la palabra Folk-Lore es más expresiva y significativa, para todos los que están al tanto de las corrientes científicas modernas, que cualquier otra31.

25Un an plus tard, Machado y Álvarez se justifiera, à nouveau, sur l’acceptation de ce néologisme anglais, face aux esprits conservateurs qui l’accusent d’être anti-patriotique :

  • 32 “Memoria leída en la junta general celebrada por la sociedad “Folk-Lore Andaluz”, el día 30 de abr (...)

Hay otra razón, sin embargo, más poderosa, que obliga a aceptar el neologismo, que lo impone, pese a quien pese, y a despecho, no ya de los buenos, sino de los falsos patriotas: la nación que piensa más, la nación que más sabe, la que inventa y produce más, en un periodo dado de la historia, aquella impone necesariamente, no solo sus vocablos, sino lo que es más trascendental, sus modismos y su síntaxis, a los pueblos menos adelantados32.

26Après l’historique du folklore, Machado y Álvarez fait un exposé théorique de la démarche scientifique de cette nouvelle discipline qu’il se propose d’instaurer en Espagne. Il cite tous les grands théoriciens du folklore anglais, A. Lang, G.L. Gomme, E. Tylor, pour montrer que la culture populaire doit être collectée afin d’être étudiée scientifiquement. En effet, la survivance de pratiques et de croyances anciennes dans les productions folkloriques peut servir à reconstruire l’archéologie mentale de nos ancêtres :

  • 33 Ibidem, p. 3-4.

Las creencias en brujas, duendes, trasgos, fantasmas, dragones, amuletos, conjuros, ensalmos, y todas esas fórmulas, mágicas unas y cabalísticas otras, que son, por decirlo así, los verdaderos fósiles del pensamiento humano [...] todo ese extraño saber (Lore) si representa hoy una supervivencia representa también el que fue estado actual de la vida salvaje. [...] Copias, adivinanzas, tradiciones, leyendas, trovos, adagios, juegos cómicos, cuentos, locuciones peculiares, frases hechas, giros, etc. han de estudiarse como materia científica33.

  • 34 MORENO, Isidro, “Don Antonio Machado Álvarez y la antropología andaluza”, in La Andalucía de Demóf (...)

27Machado y Álvarez établit ensuite le lien entre le folklore anglais et les théories darwinistes qu’il connaît parfaitement, car son père, traducteur et diffuseur des travaux de ce penseur, a fondé la Société d’Anthropologie de Séville, dont il est également membre34 :

  • 35 El Folk-Lore Andaluz, p. 4.

El Folk-Lore se ha desarrollado en Inglaterra respondiendo a una verdadera necesidad de su cultura: los trabajos de Darwin, uno de los hombres más sabios de los tiempos modernos y los de Heriberto Spencer, el primer pensador de Europa, han preparado el camino a la hoy floreciente Sociedad inglesa. [...] Si la teoría de la evolución, señora hoy del mundo, resulta verdadera en todos los hechos estudiados hasta el día, ¿por qué no ha de ser cierta también aplicada a las concepciones y a los productos del espíritu humano? [...] Así como en el mundo animal hay una cadena cuyos eslabones pueden seguirse casi paso a paso, en el mundo de las ideas existe también una cadena cuyos eslabones podrá señalar la ciencia en día no lejano35.

28Ce lien théorique entre les études folkloriques et la pensée darwiniste constitue, d’après Machado y Álvarez, la spécificité du Folklore anglais qui devient donc une science auxiliaire de l’anthropologie. La démarche des Anglais est, de ce fait, plus scientifique que nationaliste :

  • 36 Ibidem, p. 4-5.

El Folk-Lore, bajo este concepto, está llamado a ser un poderoso auxiliar de la Antropología. El carácter de la Sociedad inglesa es más científico que nacional; [...] por eso no es conocer el saber del pueblo inglés el fin que ella persigue, sino el saber de la humanidad ο del género humano en sus diversos grados de civilización, saber representado por una multitud de vestigios que importa recoger pronto y con escrupulosa fidelidad36.

  • 37 Cette volonté d’unir le caractère scientifique à la spécificité nationale est stipulée clairement (...)

29Après ce long discours théorique sur la démarche scientifique des folkloristes anglais, Machado y Álvarez expose ce qui constitue la spécificité des études folkloriques en Espagne. La société El Folk-Lore Español, selon Machado y Álvarez, poursuit le même dessein que son modèle anglais, la Folk-Lore Society, mais elle se distingue de celle-ci par le caractère national et la finalité historiciste associés à la démarche scientifique37 :

  • 38 Ibidem, p. 6.

Análoga ésta, como hemos dicho, a la inglesa, por el objeto principal que persigue, diferénciase, no obstante, de ésta por su carácter y tendencias: la Sociedad española considera los materiales que va a recoger como elementos indispensables para la reconstrucción científica de la historia patria no escrita hasta ahora más que en su parte más externa y política, y eso solo a retazos y de una manera deficiente y anti-científica38.

30Machado y Álvarez explique les raisons de cette spécificité nationale : d’une part, l’histoire d’Espagne se limite à une liste de biographies romancées de l’élite au pouvoir, ainsi qu’à une chronologie des faits qu’ils ont accomplis ; d’autre part, elle ne tient pas compte des facteurs sociaux et culturels qui permettrait de comprendre l’évolution de la nation espagnole :

  • 39 Ibidem, p. 6.

Nuestra historia toda parece más bien una novela, leyenda ο cuento de encantamiento, que no la exposición verdadera y ordenada de los hechos realizados por los españoles para llegar al estado de cultura, próspero ο adverso, en que hoy se encuentran. La historia de España, más que la de ningún otro país, es un tejido de hechos falsos unos, inexplicables otros y limitados a referir las biografías de una larga cálifa de reyes ο magnates con cuyos nombres y otras tantas fechas se abruma la memoria de los niños incapacitándolos de este modo desde sus primeras años para comprender el mecanismo del hecho social más sencillo y darse cuenta de sus causas y de sus consecuencias39.

31On peut noter l’influence du penseur anglais Herbert Spencer que cite Machado y Álvarez, dans cette volonté de considérer les facteurs sociaux et culturels à des fins historicistes.

  • 40 Ibidem, p. 7.

32Ce traitement non scientifique de l’histoire d’Espagne, qui se borne à étudier les faits d’une classe déterminée —l’élite politique—, nie, d’après Machado y Álvarez, l’œuvre sociale et culturelle du peuple espagnol, facteur primordial de la constitution de l’histoire nationale : "La obra del pueblo español, la del primero y más importante de los factores de la historia patria, ha sido completamente desatendida hasta aquí y por nadie estudiada: diríase [...] que en España no ha existido pueblo40. La Société El Folk-Lore Español se propose donc de réparer cette injustice en collectant et publiant la culture populaire pour que les générations à venir puissent étudier le rôle social et culturel joué par le peuple espagnol dans l’évolution de l’histoire de la nation :

  • 41 .Ibidem, p. 7-8.

La Sociedad del Folk-Lore español viene a subvenir, en la medida de sus fuerzas, a conseguir este feliz resultado para la historia patria [...] porque su fin es sólo recoger materiales, collecting materials, para un edificio que no nosotros, sino nuestros hijos, comenzarán a levantar para gloria de ellos y de sus descendientes41.

  • 42 Ibidem, p. 8.
  • 43 Cette spécificité est notifiée clairement dans le deuxième statut de la Société, ibidem p. 501.
  • 44 Ibidem, p. 8.
  • 45 “Division que, si no ha merecido el aplauso de todos los que viven en Madrid, ha sido perfectament (...)

33L’idéal de la Société El Folk-Lore Español est, également, de recevoir le concours des gens du peuple pour ses travaux : "Nuestra Sociedad no puede componerse sólo de eruditos y literatos : antes bien, necesita del concurso de todos, y muy especialmente de la gente del pueblo"42. La deuxième spécificité de la Société El Folk-Lore Español découle de la particularité de la nation espagnole, composée de multiples régions ; aussi son rôle essentiel est-il de fédérer les sociétés folkloriques régionales qui doivent se créer43 : "He considerado esta Sociedad compuesta de tantos centras cuantas son las regiones que constituyen la nacionalidad Española"44. Cette prééminence du régional sur le national, contestée par les partisans du centralisme45, se fonde sur la méthode d’investigation des études folkloriques qui nécessite un travail de terrain et qui doit délimiter localement son domaine de recherches.

34Machado y Álvarez finit son exposé historique et théorique sur la science folklorique en mentionnant la création de la première société folklorique régionale El Folk-Lore Andaluz.

  • 46 1a base del Folklore Español, ibidem, p. 501.

35Le texte “Bases del Folk-Lore Español” est en quelque sorte une charte des principes fondateurs de la Société du même nom. Si le premier principe stipule la mission que se donne cette Société : collecter la culture populaire de tradition orale, dans tous ses aspects et sous toutes ses formes, la fixer par l’écrit et la diffuser par l’imprimé pour la réhabiliter46, les autres précisent la méthode qui doit être employée pour y parvenir.

  • 47 3a base del Folklore Español, ibidem, p. 502.
  • 48 4a base del Folklore Español, ibidem, p. 502.
  • 49 “Ensayo de cuestionario de Mr. Sébillot para recoger las tradiciones, costumbres y leyendas popula (...)
  • 50 “Mapa topográfico tradicional de la provincia de Sevilla”, ibidem, p. 9bis, “Interrogatorio”, ibid (...)

36En premier lieu47, l’accent est mis sur la nécessité d’un travail de terrain, qui rend indispensable la création de sociétés folkloriques régionales. D’autre part, le travail du folkloriste étant semblable à celui de l’enquêteur, chaque centre régional doit également se subdiviser en différentes sections48 afin de prendre en considération toutes les particularités locales. Afin d’aider les enquêteurs folklkoristes dans leur travail de recherches, plusieurs questionnaires pour recueillir les traditions populaires seront publiés dans la revue El Folk-Lore Andaluz : un questionnaire pour recueillir les traditions populaires, du folkloriste français Paul Sébillot, traduit par Machado y Álvarez49, et un autre, de Machado y Álvarez lui-même, pour constituer une carte topographique traditionnelle de la province de Séville50.

  • 51 Ibidem, p. 502.

37Le troisième fondement51 insiste sur l’importance de la fidélité dans la transcription et la publication, ainsi que sur la rigueur indispensable à la déclaration de l’origine des données. Rigueur, fidélité et authenticité sont les maîtres mots de Machado y Álvarez ; on retrouve ce principe méthodologique, dans tous ses écrits, énoncé dans la phrase “recoger escrupulosamente de los labios del pueblo”.

  • 52 Ibidem, p. 502.
  • 53 “Los pregones”, ibidem, p. 247.
  • 54 “Métodos de clasificación de los cuentos”, ibidem, p. 464.

38Le cinquième principe52 souligne la nécessité de publier, selon les moyens des différents centres, dans les journaux, revues et livres, les données collectées, mais aussi d’organiser des congrès nationaux pour permettre à tous les folkloristes des sections locales et régionales de faire état de leurs recherches et d’échanger des informations. La publication, comme moyen pour archiver la tradition orale, sous-entend également l’importance du classement des données. A cet égard, Machado y Álvarez éditera, dans El Folk-Lore Andaluz, un tableau pour classer les pregones53 et diverses méthodes de classification des contes populaires54.

  • 55 Ibidem, p. 502.

39Pour Machado y Álvarez, la culture populaire ne vit pas uniquement dans la tradition orale, elle est également présente dans la tradition écrite ; c’est pourquoi le sixième principe55 demande aux différents centres folkloriques de rechercher, dans les œuvres littéraires, les influences populaires.

  • 56 Ibidem, p. 502.

40L’œuvre de prosélytisme de Machado y Álvarez apparaît dans le septième fondement56 qui invite les centres folkloriques à encourager la formation de sociétés analogues dans toute l’hispanité.

  • 57 Ibidem, p. 502.

41Le souci de réhabiliter la culture populaire, de la part de Machado y Álvarez, est à nouveau présent dans le huitième principe fondateur57, par lequel il incite les centres folkloriques à créer, dans la limite de leurs moyens, des conservatoires, bibliothèques et musées de culture populaire et à transmettre leurs publications à la Academia de la Lengua y de la Historia, ainsi que des objets ou descriptions d’objets recueillis aux musées nationaux.

42Comme le montre l’analyse de ces textes théoriques, la démarche scientifique des études folkloriques, pour Machado y Álvarez, doit servir une cause idéologique : réhabiliter la culture populaire qui devient, dès lors, un patrimoine national.

  • 58 MACHADO Y ÁLVAREZ, Antonio, (Demófilo), Colección de Cantes Flamencos regogidos y anotados por...,(...)

43En 1881, année de création des Sociétés El Folk-Lore Español et El Folk-Lore Andaluz, Machado y Álvarez publie Colección de Cantes Flamencos58 ouvrage qui deviendra capital, plus tard, pour les études sur cet art musical. Cette collection se compose d’un prologue et de 764 textes, accompagnés de 269 notes —brefs commentaires sur les textes, notes lexicales—. Les textes sont répartis en diverses sections —"soleares de tres versos, soleariyas, soleares de cuatro versos, seguiriyas gitanas, polos y canas, martinetes, tonás y livianas, peteneras"—, avec un appendice incluant une biographie du cantaor Silverio Franconetti, ainsi que les textes de son répertoire et un recensement des cantaores depuis la fin du XVIIIe siècle. Ce qui représente donc une source d’information respectable sur l’état du Flamenco à la fin du XIXe siècle. Dans le prologue, Machado y Álvarez se présente comme l’artisan de la constitution d’un folklore andalou et rappelle la finalité idéologique de cette science :

  • 59 MACHADO Y ÁLVAREZ, Antonio (Demófilo), Colección de Cantes Flamencos, Madrid, Ediciones Demófilo, (...)

Nuestro intento, limitando a contribuir, como obrero, a la formación de un Folk-lore andaluz [...] sólo se ha propuesto acarrear materiales para esta ciencia niña llamada a reivindicar el derecho del pueblo, hasta aquí desconocido, a ser considerado como un factor importante en la cultura y civilización de la humanidad59.

  • 60 Cf. Post-scriptum a los Cantos españoles, de Francisco Rodríguez Marín, in Colección de Cantes Fla (...)
  • 61 Hugo Schuchart, professeur à l’université de Graz en Autriche, est membre honoraire de la Société (...)

44Il destine60 cette collection de chants —transcrits avec une orthographe essayant de restituer la prononciation andalouse— au folkloriste autrichien Hugo Schuchart qui effectue des recherches sur la phonétique andalouse61. Cet ouvrage est, par ailleurs, dédié à la Institución Libre de Enseñanza.

45Machado y Álvarez remarque aussi que, de par ses caractéristiques —les auteurs, le contenu, la diffusion et le public— le Flamenco est le moins populaire parmi les genres populaires :

  • 62 MACHADO Y ÁLVAREZ, Antonio (Demófilo), Colección de Cantes Flamencos, op. cit., p. 10-11.

Los cantes flamencos constituyen un género poético predominantemente lírico, que es, a nuestro juicio, el menos popular de todos los llamados populares; es un género propio de cantadores [...]. El pueblo, a excepción de los cantadores y aficionados [...] desconoce estas copias, no sabe cantarlas, y muchas de ellas ni aun las ha escuchado. [...] El sitio y la ocasión en que se cantan los cantes flamencos, perdónesenos el pleonasmo, y el público que comúnmente los escucha, comprueban también la afirmación que venimos sosteniendo62.

  • 63 Ibidem, p. 12.

46et le moins national de tous63.

  • 64 Ibidem, p. 10.

47Cependant, il considère qu’il faut étudier ces chants, représentants de la symbiose culturelle du peuple gitan et du peuple andalou, car ils font partie de l’identité andalouse et sont donc un patrimoine culturel national : "Composiciones todas en que predominan los sentimientos melancólicos y tristes en grado ascendente y en donde han venido a mezclarse o, mejor dicho, a amalgamarse y a confundirse, las condiciones poéticas de la raza gitana y de la andaluza"64.

48On comprend, dès lors, que le dessein de Machado y Álvarez est de revaloriser, par l’étude scientifique, un patrimoine culturel jusqu’alors méprisé, car pratiqué par des marginaux. La portée idéologique de la Colección de Cantes Flamencos va néanmoins plus loin que cette entreprise de réhabilitation. En considérant le genre flamenco comme la fusion d’éléments culturels gitans et andalous —il est le premier à parler de Cante gitano-andaluz— n’attribue-t-il pas un rôle au peuple gitan, peuple honni et marginalisé, dans la création d’un patrimoine culturel national, ne le fait-il pas participer à l’histoire nationale, donc à l’identité nationale ?

  • 65 Cf. Carta inédita de Antonio Machado y Álvarez a Luis Montoto, in PINEDA NOVO, Daniel, “Antonio Ma (...)
  • 66 MORENO, Isidro, “Don Antonio Machado Álvarez y la antropología andaluza”, in La Andalucía de Demóf (...)

49La critique flamenca reconnaît le rôle précurseur, du point de vue scientifique et idéologique, de Machado y Álvarez ; aussi l’a-t-elle institué "padre de la Flamencología". Cette prise de position, de la part de Machado y Álvarez, était tout à fait novatrice et elle a dû, certainement, scandaliser les esprits de l’époque. La Colección de Cantes flamencos, tirée à 2000 exemplaires, ne fut jamais rééditée du vivant de Machado y Álvarez. L’éditeur sévillan Enrique Piñal refusa d’en faire une seconde édition, pas plus qu’il n’accepta les conditions de Machado y Álvarez pour la faire rééditer à Madrid65 ; elle ne sera republiée qu’en 1975 —est-ce une coïncidence ?— La volonté de limiter la diffusion de cette œuvre montre bien que sa portée idéologique était considérée comme choquante, voire inacceptable. La démarche tout à fait novatrice de Machado y Álvarez n’a pas été comprise, ni admise par une partie de l’élite sociale et intellectuelle, très conservatrice et très soupçonneuse à l’égard des nouvelles pensées, surtout venant de l’étranger66. On 238 ne peut que rendre hommage à Antonio Machado y Álvarez ainsi qu’à son père, Antonio Machado y Núñez qui, chacun dans son domaine, luttèrent, durant toute leur vie, pour imposer de nouvelles idées libérales —politiques et scientifiques— dans une Espagne sclérosée et meurtrie par de multiples guerres civiles.

  • 67 RODRÍGUEZ BECERRA. Salvador, "La revista 'El Folk-Lore Andaluz' y la 'Biblioteca de las Tradicione (...)

50La mort prématurée d’Antonio Machado y Álvarez, ainsi que le contexte politique et idéologique, ne permirent pas une institutionnalisation universitaire du Folklore en tant que discipline scientifique en Espagne. Ce n’est que dans les années quatre-vingt de notre siècle, avec la stabilisation d’une démocratie politique et la résurgence des particularismes régionaux et nationaux, que l’héritage de Machado y Álvarez et le Folklore trouveront une nouvelle impulsion qui se matérialisera, en Andalousie, avec la création de la Fundación Machado, dont l’objet est d’étudier, promouvoir et diffuser la culture traditionnelle andalouse67.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BELMONT, Nicole, “Le folklore refoulé ou les déductions de l’archaïsme”, in Revue de l’Homme, Anthropologie : états des lieux, Livre de poche, 1986, p. 287-298.

CUISENIER, Jean, Ethnologie de l’Europe, collection Que sais-je, Paris, PUF, 1990.
El Folk-Lore Andaluz, órgano de la Sociedad de este nombre dirigida por Antonio Machado y Álvarez, 1882-83, edición conmemorativa del Centenario, col. Alatar, Madrid, Tres-catorce-diecisiete, 1981.

GUTIERREZ CARBAJO, Francisco, La copla flamenca y la lírica de tipo popular, Madrid, Editorial Cinterco colección Telethusa, 2 tomos, 1990.

IZA ZAMACOLA, A, Colección de las mejores coplas de seguidillas, tiranas y polos que se han compuesto para cantar a la guitarra, Madrid, Imprenta de Josef Franganillo, 1800.

JAKOBSON, Roman, Questions de poétique, collection “Poétique”, Paris, SEUIL, 1973, “Le folklore, forme spécifique de création”, p. 55-72.

HELIAS, Pierre Jakez, Le quêteur de mémoire, Terre Humaine/poche, Plon, 1990.

La Andalucía de Demófilo, Madrid, Electa, 1993.

LEVI-STRAUSS, Claude, Anthropologie structurale, Plon, 1974, “Anthropologie et Folklore”.

MACHADO y ÁLVAREZ, Antonio, Cantes Flamencos (colección escogida), 4a edición, Madrid, Espasa Calpe, Colección Austral, 1985.

MACHADO Y ÁLVAREZ, Antonio (Demófilo), Colección de Cantes Flamencos, Madrid, Ediciones Demófilo, 1975.

MACHADO Y ÁLVAREZ, Antonio (Demófilo), Colección de Cantes Flamencos, Madrid, Ediciones Cultura Hispánica, 1975.

MACHADO Y NÚÑEZ, Antonio, Páginas escogidas, Col. “Antonio Machado, cincuentenario de su muerte 1939-89”, Servicio de publicaciones del Excmo. Ayuntamiento de Sevilla, 1989.

MARKALE, Jean, Contes populaires de toutes les Bretagnes, Rennes, Éditions Ouest-France, 1977.

MARKALE, Jean, La tradition celtique en Bretagne armoricaine, Paris, Payot, 1975.

PRECIADO, Dionisio, Folklore español, Madrid, Studium, 1969.

Revista de Flamencología, Cátedra de Flamencología de Jerez, Año I. Num. I, 1er semestre 1995.

SOUVESTRE Emile, Le foyer breton, Marabout, 1975.

VAN GENNEP, Arnold, Manuel de Folklore français contemporain, Paris, Editions Auguste Picard, 1937-1958, 4 tomes en 9 volumes, t. I, “Les noms du folklore”, p. 6 ; “Les définitions du folklore”, p. 19.

Notes

1 MACHADO y ÁLVAREZ, Antonio, Cantes Flamencos (colección escogida), 4a edición, Madrid, Espasa Calpe, Colección Austral, 1985, Acotación preliminar de Manuel Machado, p. 9.

2 MARKALE, Jean, Contes populaires de toutes les Bretagnes, Rennes, Éditions Ouest-France, 1977, p. 9 : ”Depuis le XIXe siècle et plus particulièrement depuis l’époque romantique, la notion de folklore est devenue à la mode dans toute l’Europe, coïncidant bien souvent avec le réveil des nationalités”.

3 SOUVESTRE, Emile, Le foyer breton, Marabout, 1975 (la première édition date de 1844), p. 11 : “Les contes populaires reflètent le caractère des races” ; p. 13 : “Il serait facile, en multipliant ces rapprochements, de montrer dans les traditions jusqu’aux moindres reflets des individualités nationales”.

4 CUISENIER, Jean, Ethnologie de l’Europe, collection Que sais-je, Paris, PUF, 1990, p. 15 : “Plus généralement, l’Ossian de Mac Pherson stimule dans tous les pays d’Europe, en cette fin du XVIIIe siècle, le désir de retrouver une poésie nationale ancienne, et la volonté de recueillir des coutumes et des croyances populaires, frustes et grossières, certes, mais dépourvues d’artifice”.

5 Ibidem, p. 16 : “Car la motivation des érudits de l’Académie celtique est en ce début du XIXe, profondément nationaliste. Le sentiment national s’est manifesté avec une telle force, de 1806 à 1812, que certains académiciens se sont laissés aller à imaginer que les Celtes s’étaient élevés au plus haut degré des sciences, des arts et de la civilisation”.

6 IZA ZAMACOLA, A, Colección de las mejores copias de seguidillas, tiranas y polos que se han compuesto para cantar a la guitarra, Madrid, Imprenta de Josef Franganillo, 1799. Cet ouvrage sera réédité en 1800 et 1802.

7 Citation prise dans GUTIÉRREZ CARBAJO, Francisco, La copla flamenca y la lírica de tipo popular, Madrid, Editorial Cinterco, colección Telethusa, 2 tomos, 1990, tome I, p. 302.

8 Je reprends une expression de Pierre Jakez Hélias qui me semble fort appropriée. Cf Le quêteur de mémoire, Collection Terre Humaine/poche, Plon, 1990, p. 201 : “Je fus étonné parce que ce que j’appelais le conte était inséparable de la voix et de la présence du conteur. Je ne m’imaginais pas que l’on pût l’embaumer en écriture, le privant ainsi des trois quarts de son prestige”.

9 Est-ce pour des raisons pratiques —le mot Folk permet de former des composés tels que folk-danse, folk-music, etc— ou des raisons idéologiques —ou les deux à la fois— que le vocable saxon a été choisi aux dépens de son équivalent d’origine latine people ?

10 VAN GENNEP, Arnold, Manuel de Folklore français contemporain, Paris, Éditions Auguste Picard, 1937-1958, 4 tomes en 9 volumes, t. I, p. 7 : “Le mot forgé par Thoms [...] prête à confusion. Folk veut dire Peuple ; Lore veut dire Connaissance, science. S’agit-il de la connaissance que nous avons du peuple, ou de la connaissance que le peuple a de la nature et du monde ? [...] L’inconvénient terminologique n’est, toutefois, pas aussi grave qu’il peut paraître : le contexte fait toujours comprendre si on parle de la science considérée ou de son contenu”.

11 BELMONT, Nicole, “Le folklore refoulé ou les déductions de l’archaïsme” in Revue de l’Homme, Anthropologie : états des lieux, Livre de poche, 1986, p. 291.

12 VAN GENNEP, Arnold, Manuel de Folklore français contemporain, op. cit., t.I, p. 21.

13 BELMONT, Nicole, “Le folklore refoulé ou les déductions de l’archaïsme”, in Revue de l’Homme, Anthropologie : états des lieux, op. cit., p. 293 : “C’est dire qu’on se représentait la collecte du folklore comme le travail de l’archéologue s’interrogeant sur l’ensemble architectural dont il a en main un morceau de colonne”.

14 Ibidem, p. 295 :“On insistera sur la récurrence de la représentation de l’archaïque présent au cœur de l’actuel [...] ; c’est une représentation entachée de mépris [...].Tylor avoue que les traditions populaires seraient à bon endroit blâmables ; P. Sébillot considère, avec une certaine indulgence, les paysans de son siècle comme des ‘païens innocents’”.

15 William J. Thoms, Earl Beauchamp et G.L. Gomme sont aussi membres honoraires de la société El Folk-Lore Andaluz.

16 Antonio Machado Núñez, fils d’un riche commerçant, est né à Cadix en 1812. Il étudie la médecine dans cette ville, où il existe une école annexe de l’université de Séville, et obtient le grade de docteur en Philosophie et en Sciences Naturelles. Après un bref séjour au Guatemala, il revient en Europe, à Paris, et complète ses études à la Sorbonne. Il s’installe ensuite à Séville où il exerce la médecine. En 1844, il occupe pendant un an la chaire de Philosophie de l’université de Séville. En 1845, il se marie avec Cipriana Álvarez Durán. Le jeune couple part ensuite pour un an à Saint Jacques de Compostelle, où Antonio Machado Núñez est en charge de la chaire de Physique. C’est dans cette ville que naît, en 1846, leur fils unique Antonio Machado Álvarez. La jeune mère et son bébé, âgé de quarante jours, retournent ensuite à Séville où les rejoindra Antonio, le père, pour occuper, à partir de 1847, la chaire d’Histoire Naturelle. En 1854 et 1857, Antonio Machado Núñez publie respectivement Catálogo de las aves observadas en algunas provincias de Andalucía et Catálogo de los peces que habitan las costas de Cádiz y Huelva. A partir de 1860, Antonio Machado Núñez commencera à diffuser les théories évolutionnistes de Darwin qui l’amèneront à créer, en 1871, la Société d’Anthropologie de Séville, dont son fils est également membre. En 1881, Antonio Machado Núñez sera membre de la Société El Folk-Lore Andaluz, fondée par son fils. En 1883, Antonio Machado Núnez part à Madrid pour occuper la chaire de Zoographie de la Faculté des Sciences de l’Université Centrale. Il mourra dans cette ville en 1896. Sur le plan politique, Machado Núnez participe à la Révolution de Septembre de 1868 en tant que membre de la Junta Revolucionaria de Sevilla. Il est également le chef de la gauche libérale, charge politique qui le mènera à la Mairie de Séville où il siégera pendant un an. En 1870, il est nommé gouverneur de Séville lors du gouvernement provisoire de Prim. Pour ses convictions politiques —opposition au décret sur l’enseignement du ministre Orovio— il sera écarté de sa chaire, en 1875, avec cinq autres professeurs de l’université de Séville. Cf MACHADO Y NUÑEZ, Antonio, Páginas escogidas, Col. “Antonio Machado, cincuentenario de su muerte 1939-89”, Servicio de publicaciones del Excmo. Ayuntamiento de Sevilla, 1989 et El Folk-Lore Andaluz, órgano de la Sociedad de este nombre dirigida por Antonio Machado y ÁLVAREZ, 1882-83, edición conmemorativa del Centenario, col. Alatar, Madrid, Tres-catorce-diecisiete, 1981, estudio preliminar : Antonio Machado Núñez, p. V-IX.

17 Cipriana Álvarez Durán est la fille de José Álvarez Guerra —écrivain et chef de file des luttes anti-napoléoniennes— et la nièce de Agustín Durán, auteur de la première compilation du Romancero General.

18 ZOIDO NARANJO, Antonio, “Pensamiento y Folklore en nuestro siglo XIX”, in La Andalucía de Demófilo, Madrid, Electa, 1993, p. 31 : ”Cuando muere Fernando VII, nuestros intelectuales ya no buscan en Francia el modelo. La ‘culta Europa’ cuyos pasos hay que seguir, tiene su centra en las universidades germanas, en las cátedras surgidas del fuego kantiano: en las de Fichte, Shelling, Hegel, y, sobre todo, en las de Krause que va a convertirse en maestro de escritores, filósofos polóticos progresistas y también en núcleo de la polémica entre ortodoxia y heterodoxia con Don Julián Sanz del Río como centro”.

19 El Folk-Lore Andaluz, op. cit., estudio preliminar, p. XXIII.

20 On note ici une divergence entre l’étude préliminaire réalisée par Eugenio COBO et José BLAS VEGA et une déclaration de Machado y Álvarez. En effet, dans l’acte de constitution de la Société Folk-Lore Andaluz, datant du 28 novembre 1881, il se dit membre de la Folk-Lore Society de Londres. Cf. Acta de Constitutión de la Sociedad Folk-lore Andaluz, ibidem, p. 9.

21 RODRÍGUEZ BECERRA, Salvador, “La revista ‘El Folk-Lore Andaluz’ y la ‘Biblioteca de las Tradiciones Populares’”, in La Andalucía de Demófilo, op. cit., p. 66 : “La Antropología de Tylor ha sido una de las obras clave en la historia de la disciplina. Es significativo que esta obra se haya reeditado, con traducción de Machado, al cabo de noventa y nueve años (1987). También tradujo del inglés Medicina Popular [...]. También publicada en edición facsimilar, 1982”.

22 El Folk-Lore Andaluz, op. cit., p. XXXIII.

23 Cf Ibidem, estudio preliminar, p. X-XXX-IV.

24 Ibidem, bibliografía de Antonio Machado y Álvarez, p. XXXVI-XLV.

25 Ibidem, p. 1-8.

26 Ibidem, p. 501-503. Ce texte présenté en annexe dans l’édition fac-similé, fut à l’origine publié à part et inséré ensuite à la couverture de la revue, comme l’indique Machado y Álvarez lui-même dans le texte “Introducción” (cf note précédente) : “El objeto que se propone el FolkLore español, objeto declarado y especificado en la primera de las bases conocidas ya de nuestros lectores e insertas hoy en la cubierta de esta Revista”.

27 Ibidem, p. 1.

28 Ibidem, p. 1.

29 Ibidem, p. 2.

30 Ibidem, p. 2.

31 Ibidem, p. 2.

32 “Memoria leída en la junta general celebrada por la sociedad “Folk-Lore Andaluz”, el día 30 de abril de 1882, por Don Antonio Machado y Álvarez, secretario general”, in El Folk-Lore Andaluz, op. cit., p. 507-508.

33 Ibidem, p. 3-4.

34 MORENO, Isidro, “Don Antonio Machado Álvarez y la antropología andaluza”, in La Andalucía de Demófilo, op. cit., p. 21 : “Ambas corrientes, la primera en su versión krausista, la segunda representada por las teorías evolucionista, y concretamente por el darwinismo, fueron dos fuentes en que bebió el pensamiento de Machado Álvarez. Aunque conviene señalar que a medida que sus planteamientos maduran, se va alejando de la primera para insertarse en la segunda".

35 El Folk-Lore Andaluz, p. 4.

36 Ibidem, p. 4-5.

37 Cette volonté d’unir le caractère scientifique à la spécificité nationale est stipulée clairement dans le premier statut de la Société folklorique espagnole : “Esta sociedad tiene por objeto recoger, acopiar y publicar todos los conocimientos de nuestro pueblo en los diversos ramos de la ciencia [...] y en suma todos los elementos constitutivos del genio, del saber y del idioma patrios, contenidos en la tradición oral y en los monumentos escritos, como materiales indispensables para el conocimiento y reconstrucción de la historia y de la cultura española”, Bases del Folklore Español, ibidem, p. 501.

38 Ibidem, p. 6.

39 Ibidem, p. 6.

40 Ibidem, p. 7.

41 .Ibidem, p. 7-8.

42 Ibidem, p. 8.

43 Cette spécificité est notifiée clairement dans le deuxième statut de la Société, ibidem p. 501.

44 Ibidem, p. 8.

45 “Division que, si no ha merecido el aplauso de todos los que viven en Madrid, ha sido perfectamente recibida por los hombres más eminentes del extranjero en este género de estudios”, ibidem, p. 8.

46 1a base del Folklore Español, ibidem, p. 501.

47 3a base del Folklore Español, ibidem, p. 502.

48 4a base del Folklore Español, ibidem, p. 502.

49 “Ensayo de cuestionario de Mr. Sébillot para recoger las tradiciones, costumbres y leyendas populares”, ibidem, p. 29.

50 “Mapa topográfico tradicional de la provincia de Sevilla”, ibidem, p. 9bis, “Interrogatorio”, ibidem, p. 511.

51 Ibidem, p. 502.

52 Ibidem, p. 502.

53 “Los pregones”, ibidem, p. 247.

54 “Métodos de clasificación de los cuentos”, ibidem, p. 464.

55 Ibidem, p. 502.

56 Ibidem, p. 502.

57 Ibidem, p. 502.

58 MACHADO Y ÁLVAREZ, Antonio, (Demófilo), Colección de Cantes Flamencos regogidos y anotados por..., Sevilla, Imp. y Litografía El Porvenir, 1881. Il existe deux rééditions modernes de cet ouvrage : Colección de Cantes Flamencos, Madrid, Ediciones Demófilo, 1975 ; Colección de Cantes Flamencos, Madrid, Ediciones Cultura Hispánica, 1975.

59 MACHADO Y ÁLVAREZ, Antonio (Demófilo), Colección de Cantes Flamencos, Madrid, Ediciones Demófilo, 1975, p. 21 et 24.

60 Cf. Post-scriptum a los Cantos españoles, de Francisco Rodríguez Marín, in Colección de Cantes Flamencos, Madrid, Ediciones Cultura Hispánica, 1975, p. 283 : “La de Cantes flamencos, en la que especialmante me propuse facilitar a mi excelente amigo el señor Schuchart algùn material escrito que pudiera servirle de motivo para sus investigaciones filológicas y fonéticas”.

61 Hugo Schuchart, professeur à l’université de Graz en Autriche, est membre honoraire de la Société El Folk-Lore Andaluz. Il écrira une étude sur les chants flamencos dont une traduction partielle sera publiée dans la revue de la Société. Cf. El Folk-Lore Andaluz, op. cit., p. 35-40.

62 MACHADO Y ÁLVAREZ, Antonio (Demófilo), Colección de Cantes Flamencos, op. cit., p. 10-11.

63 Ibidem, p. 12.

64 Ibidem, p. 10.

65 Cf. Carta inédita de Antonio Machado y Álvarez a Luis Montoto, in PINEDA NOVO, Daniel, “Antonio Machado y Álvarez, ‘Demófilo’, y su aportación científica al Cante Flamenco”, Revista de Flamencología, Cátedra de Flamencología de Jerez, Año I. Núm. I, 1er semestre 1995.

66 MORENO, Isidro, “Don Antonio Machado Álvarez y la antropología andaluza”, in La Andalucía de Demófilo, op. cit., p. 21 : “Machado y Álvarez es, sobre todo, ese esfuerzo —conseguido por él en algunas de sus obras, sólo parcialmente por su más cercanos seguidores, y frustrado en cuanto intento de generalización— por sintetizar las dos corrientes que en la segunda mitad del siglo XIX representan una renovación intelectual en el esclerotizado ambiente de la España oficial y académica —que se había hecho políticamente conservadora e ideológicamente reaccionaria sin haber culminado, y en algunos aspectos ni siquiera avanzado, su revolución burguesa— : el romanticismo liberal y el positivismo científico”.

67 RODRÍGUEZ BECERRA. Salvador, "La revista 'El Folk-Lore Andaluz' y la 'Biblioteca de las Tradiciones Populares'", in la Andalucía de Demófilo, op. cit., p. 67: "el Folklore como disciplina cientifica y globalizadora, que no Ilegó a institucionalizarse en la en la enseñanza desaparecerá como actividad complementaria incluso entre los eruditos. Recientemente, movidos por el entusiasmo de la lectura de la obra de Machado y Álvarez, surge la idea de crear una institución que recogiera el espíritu de su aportación intelectual para aplicarlo a la realidad socioculturel andaluza. Este impluso se materializa en la constitución en 1985, de la Fundación Machado con el objeto de estudiar, promover difundir la cultura tradicional andaluza".

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable