Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être espagnol

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

II - Modèles européens - vs - modèles espagnols (XIXe-XXe siècles)

Les processus d'identification nationale de la franc-maçonnerie espagnole (1880-1931)

Luis P. Martín

Texte intégral

  • 1 J. P. FUSI, "Revisionismo crítico e historia nacional (a propósito de un artículo de B. de Riquer) (...)
  • 2 J. BERIAIN, "La construcción de la identidad vasca", R. CRUZ et M. PÉREZ LEDESMA: Cultura y movili (...)

1L'historiographie espagnole actuelle a abordé, avec plus ou moins de bonheur, la "question du nationalisme" espagnol1 qui touche le devenir des communautés régionales espagnoles. Néanmoins, un changement se profile. De l'approche globale du nationalisme, qui se fonde sur les structures socio-économiques, puis politiques, de la Restauration, on est en train de passer à un traitement plus spécifique du sujet avec des approches et des méthodes nouvelles2 qui intègrent l'apport culturel à cette donnée politique fondamentale dans les sociétés contemporaines qu'est l'identité.

  • 3 B. ANDERSON, L'Imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, La (...)

2L'identité nationale est culturelle, parce qu'elle est aussi politique ; ou encore, parce que cette identité nationale assimile une culture, la reconstruit et la projette dans un ensemble politique. Il peut en résulter —et les cas sont nombreux— une manipulation ou une appropriation du concept pour faire naître dans l'éducation collective des références d'identification. L'identité nationale surgit comme une puissante variable dans l'évaluation de l'enracinement du nationalisme. Sur cet aspect, elle peut s'avérer fugace, le sentiment d'appartenance à une communauté nationale n'étant pas mesurable, car il dépend de facteurs endogènes et exogènes accumulables culturellement, mais qui ne peuvent pas être maîtrisés par le politique. En fait, l'identité nationale rentre dans l'imaginaire collectif, c'est une recréation d'un imaginaire national, donc communautaire3.

  • 4 D. CUCHE, La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, 1996, p. 63.
  • 5 C. COULON, "État et identités", in D.-C. MARTIN, Cartes d'identité. Comment dit-on "nous" en polit (...)

3Notre travail aborde cette question, en gardant à l'esprit le caractère multidimensionnel, mais unitaire du processus d'identification4. Joindre la problématique de l'identité nationale à la franc-maçonnerie nous semble intéressant, dans la mesure où cette société est controversée, mais aussi parce qu'elle a été accusée d'être anti-nationale, donc d'origine étrangère. Par ailleurs, la Franc-Maçonnerie se déclare universelle, ce qui paraît antinomique avec la nation qui est particulière et différenciée. Cette étude doit tenir compte des contextes, de la définition de l'identité nationale par la Franc-Maçonnerie, du repérage des codes normatifs et des contradictions avec leur système de valeurs. En somme, l'identité nationale de la société maçonnique est le résultat de l'opposition entre la pluralité de ses liens d'appartenance5.

  • 6 M. de PAZ SANCHEZ, "Españolismo versus separatismo en la masonería puertorriqueña: la logia «Boriq (...)
  • 7 P. SANCHEZ i FERRÉ, La Maçoneria en la societat catalana del segle XX. 1900-1947, Barcelona, Edici (...)
  • 8 M. GIRAUD, "Mythes et stratégies de la double identité", L'Homme et la société, 1987, 83, p. 59-67
  • 9 D. BELL, "Ethnicity and social change', N. GLAZER & D. P. MOYNIHAN (ed.), Ethnicity, Theory and Ex (...)

4En ce qui concerne les études maçonniques, le nationalisme a été étudié d'une façon très approximative et toujours en fonction d'un contexte donné : fédéralisme, indépendance des Antilles espagnoles6 ou catalanisme7. Pourtant, les attitudes de la Franc-Maçonnerie espagnole montrent la superposition de deux identités : l'identité maçonnique et l'identité nationale, une double identité qui participe à la pluralité des références8 qui se manifestent comme stratégie d'affirmation identitaire qui est le support et le produit d'une action politique9.

De l'universalisme maçonnique à l'identité nationale à la fin du XIXe siècle

  • 10 Ces aspects sont devéloppés par F. HERNÁNDEZ-F. MERCADÉ (ed.), Estructuras sociales y cuestión nac (...)

5Les difficultés de la Restauration à "nationaliser" le pays ont été largement démontrées et commentées. Mais ce manque de "nationalisation" des citoyens espagnols est également le produit d'une difficulté supplémentaire : l'abandon d'un projet éducatif national qui pouvait, à lui seul, offrir les supports culturels de l'identification10. En l'absence d'un dessein national, il sera difficile pour les francs-maçons (qui, eux, avaient un niveau culturel supérieur à la moyenne) d'exprimer leur identité nationale, tiraillés qu'ils étaient entre la portée universelle des objectifs fixés par la société maçonnique et l'appartenance à une communauté nationale.

6Au long des dernières années du XIXe siècle, la question de l'identité nationale se pose rarement, pour plusieurs raisons : d'abord, la mauvaise réputation du républicanisme fédéral, l'option politique la plus proche de l'universalisme maçonnique —l'anarchisme mis à part—, depuis l'essai manqué de la Ière République ; ensuite, la prise de conscience qui accompagne les structures socio-politiques nouvelles (écoles laïques, centres de formation pour les ouvriers, centres culturels...) qui pouvaient justifier le but premier de la Franc-Maçonnerie : la construction du temple de l'humanité. C'est une approche humanitaire et universelle qui ne tend pas vers l'élaboration d'une culture politique nationaliste.

  • 11 "Las nacionalidades", Boletín del Gran Oriente de España [BOGOE], 15 avril 1880.

7En réalité, les questions que se posent les francs-maçons sont nombreuses : comment concilier l'élan universel, sans frontières, presque utopique, de ses principes, et l'élaboration d'une identité espagnole ? Le passage est donc subtil ; les formulations exigent une clarification pas toujours aisée. Dans un très long article, publié dans le bulletin du Gran Oriente de España, la question des nationalités est posée et, bien entendu, l'auteur disserte sur la fidélité nationale de la Franc-Maçonnerie en partant de l'universalité de ses principes. La réflexion commence par : "¿Deben los masones propender a conservar las nacionalidades existentes?"11.

  • 12 G. GAYOT, La Franc-Maçonnerie française, Paris, Gallimard, coll. Folio "Histoire", 1991 [1980], p. (...)

8Depuis les origines de la société maçonnique, après la Révolution Française et la Révolution de 1848, l'universalisme maçonnique se situe dans la fraternité, puis dans la solidarité humaine qui conduira au progrès de l'humanité et à la construction d'une cité idéale12 réunissant les citoyens des différents pays dans une fédération qui, elle, ne les différencie plus. C'est ainsi qu'on considère les francs-maçons :

Solidarios a los miembros de la gran familia humana, tienda [la Franc-Maçonnerie] a organizar las sociedades creando por la persuasión el mutuo asentimiento, respetando los derechos individuales sacratísimos, pero limitándolos (...) a los derechos de los demás. Imponiendo deberes sociales no menos sagrados y santificando el Amor, causa de la reproducción universal del mundo físico, como causa también de la armonía y buenaventuranza en el mundo moral.

9Au-delà de l'idée officielle, ces mots contiennent une nette opposition à toute identité nationale. Ils traduisent parfaitement le sentiment premier d'appartenance à l'humanité plutôt qu'à une nation. Par ailleurs, l'union des hommes fait voler en éclats les frontières qui ne sont que l'enclos d'un Etat à la recherche de l'imprégnation du caractère national. La symbolique de ces paroles est d'autant plus importante que la Franc-Maçonnerie, en soustrayant le particulier (ce qui appartient à un groupe) de l'universel, rend encore plus visible son humanisme.

10Néanmoins, certains francs-maçons se demandent si ce caractère universel n'a pas provoqué, chez les frères, l'oubli du sentiment national. En partant de la proximité, la FrancMaçonnerie recherche l'identité et souligne "una proporción de intereses comunes que hacen necesario la nación". L'évolution du particulier vers l'universel glisse vers une autre voie sociale, dérivée aussi de la fraternité, de la solidarité ; celle-ci n'est plus universelle, elle est locale. Cette notion nouvelle supprime —partiellement— une culture globale et creuse les fondations d'une culture d'identification propre et exogène à la société maçonnique :

La existencia de las naciones consideradas como organismo social, con necesidades que les son comunes, con intereses que han de progresar unidas, es de una necesidad absoluta para el progreso y el bienestar de la humanidad, y a su conservación debe propender la Masonería como motor de ese progreso y ese bienestar.

11En fait, la division de l'humanité en nations n'est plus considérée comme une atteinte à l'universalité maçonnique, mais comme un complément, un perfectionnement pour le progrès humain. C'est le deuxième pas vers une stratégie d'identité nationale dans la Maçonnerie espagnole.

12L'institution maçonnique doit, en tant que société formatrice des hommes,

predicar, ensenar la doctrina sublime de este principio [...] y nada se opondrá entonces a que España y los españoles, sin dejar de serlo, seamos hermanos sinceros de corazón, de Inglaterra y de los ingleses, como todos los pueblos de la tierra, sin perder su nacionalidad, pueden ser afectuosísimos hermanos entre sí.

13Ces mots contiennent deux orientations : l'une, faire jaillir la différence pour bien montrer ce qui propre (Espagnols/Anglais) et, l'autre, donner aux francs-maçons ce sentiment d'appartenance à une communauté nationale, pour construire leur double identité, maçonnique et nationale. Ainsi, leur rôle ne peut pas être passif et, de par leurs vertus et leurs connaissances, ils doivent privilégier

el derecho de civilización general, pero proclamemos el derecho de la civilización moral, sin la que aquélla expone a las naciones, como en las antiguas edades, a caer en los refinamientos del sensualismo, que conduce à los desbordamientos de las humanas pasiones, que aniquilan las facultades morales de los pueblos.

14Cependant, nationaliser les esprits maçonniques devient compliqué. Une nation n'est pas seulement un corps social, c'est aussi un corps politique. On le sent bien dans les paragraphes cités. La primauté de la nation ne doit pas nuire à l'entente entre les peuples : pour qu'une nation soit acceptée par la Franc-Maçonnerie, elle doit respecter les autres. C'est l'apparition d'un nouveau concept politique qui conduira vers le pacifisme maçonnique :

Estos grandes organismos sociales de la vida moderna que se llaman naciones, conservémoslas, no sólo por los tiernísimos lazos que a ellas nos unen, sino por hacer imposible el equilibrio inútil [...] a que están expuestos los pueblos pequeños, por más ilustrados que sean.

15Etant donné qu'on ne peut pas se passer de la notion de nation, comment est la nôtre, comment s'est-elle formée ? A la fin du XIXe siècle, la Franc-Maçonnerie espagnole fonde son identité sur des lieux communs du patriotisme : les explorateurs et colonisateurs d'Amérique, qui ont "civilisé les barbares". Curieux argument pour un franc-maçon, qui véhicule les idées reçues d'une éducation pourtant peu nationalisée. Ensuite, la nation se fonde sur tout ce qui est le patrimoine culturel de l'Espagne : la langue, la religion, la culture, puis la psychologie collective, le tempérament et les coutumes. L'exaltation de l'identité est bien exposée dans ces propos :

Yo quiero ser español, y sólo español; yo quiero hablar el idioma de Cervantes; quiero recitar los versos de Calderón; quiero teñir mi fantasía en los matices que llevaban disueltos en sus paletas Murillo y Velázquez; quiero considerar como mis pergaminos de nobleza nacional la historia de Viriato y el Cid; quiero llevar en el escudo de mi patria las naves de los catalanes que conquistaron Oriente y las naves de los andaluces que descubrieron el Occidente.

  • 13 P. VILAR, "État, nation, patrie en Espagne et en France. 1870-1914", Nation, Nationalismes et ques (...)

16On ne peut pas être plus conforme à la tradition, revaloriser le passé dans ses principes éthiques et ses vertus. Plus encore, on en arrive même à refuser la liberté si la nation est en péril : "Yo amo con exaltación a mi patria, y antes que la libertad, antes que a la República, antes que a la federación, antes que a la democracia, pertenezco a mi idolatrada España". Frappante déclaration des principes qui, dans l'ensemble, reflètent des contradictions violentes13.

  • 14 C. LISON TOLOSANA, "L'Espagne des Espagnols", M. SEGALEN (ed.), L'autre et le semblable, Paris, Pr (...)

17En réalité, la Franc-Maçonnerie espagnole était impliquée dans une problématique complexe, difficile à gérer. Elle n'était pas la seule ; dans l'Espagne de la fin du siècle, certains secteurs pratiquaient une sorte de schizophrénie intellectuelle, dès lors qu'ils essayaient de définir leur identité nationale, entre la tradition et la modernité14. Le processus maçonnique d'identification nationale ne sera pas uniforme, ni doctrinaire, mais ouvert.

La Franc-Maçonnerie et la récupération de son statut national

  • 15 Une approche nationaliste de cette question in L.P. MARTIN, "La Franc-Maçonnerie espagnole et l'in (...)

18En 1896, le gouvernement conservateur, en plein crise coloniale, décide la dissolution de la société maçonnique en Espagne, accusée de connivence, aide et soutien aux indépendantistes cubains, portoricains et philippins15. Cette accusation est reprise par la presse catholique et conservatrice pour qui la Franc-Maçonnerie espagnole est étrangère à la nation et antiespagnole. Cette attitude résulte plus des besoins d'une classe politique aux abois, qui s'efforce de reconstituer une identité nationale autour de la guerre et de désigner un bouc émissaire, que de la réalité des choses. Par ailleurs, l'identité nationale des francs-maçons était représentée comme un antinationalisme espagnol, séparant ainsi la société maçonnique et ses membres de la communauté nationale. Dans ce cadre s'inscrit l'espace identitaire du nationalisme maçonnique espagnol. Face à une société en décadence, mais unie autour des valeurs communes et qui exclut les francs-maçons, l'Ordre a besoin d'expliquer son "españolismo" (terme qui disparaît au fur et à mesure), afin de récupérer son statut identitaire dans la communauté nationale.

  • 16 "Españolismo de la Masonería", Boletín Oficial del Gran Oriente Español, 20 septembre 1896.
  • 17 Boletín Oficial de la Gran Logia Regional Catalano-Balear [BOGLRCB], 1901, 1, p. 1.

19Les premières protestations contre la dissolution de la Franc-Maçonnerie sont un prélude à la campagne d'explicitation16. Cependant, la crise va durer jusqu'en 1900. A cette date, on assiste à une stratégie d'intervention sur les problèmes de l'Espagne, alors que les loges sont plus ou moins reconstituées et la presse maçonnique un peu plus vivante. La nation doit être régénérée selon la Maçonnerie catalane, mais la question fondamentale est l'absence d'un consensus national qui puisse identifier les Espagnols à la nation. Les maçons ne se privent pas de dénoncer la classe politique pour avoir failli à l'élaboration de ce consensus. Par ailleurs, dans les loges, on ne veut pas entendre parler de cette culpabilité qui domine la psychologie collective, car, d'une certaine façon, elles en ont déjà été les victimes ; ainsi, les obédiences avertissent la société des dangers d'une amnésie face aux vrais problèmes de la nation17. L'interprétation des événements et la recherche d'un renouveau social et politique —points fondamentaux de la reconstruction— sont des idées qui circulent dans les loges. La nation a besoin d'une moralisation du politique : on se sent sali par les conséquences du "désastre".

  • 18 BOGOE, 23 janvier 1902, p. 10-11.

20La demande d'une régénération totale, tant de la morale que de l'honneur, est présente dans tous les esprits. Un article très commenté de Juan Masón ("Masones en sueños") réclame l'invention d'une nouvelle histoire18, mais il est vite corrigé par une vision plus humble et à la portée de tous les francs-maçons :

  • 19 J. LLOVERA, "La Masonería ante la revolución", BOGOE, 23 janvier 1902, p. 26-29 ;

El masón tiene el deber de amar a su Patria y de aquí que nuestro trabajo vaya enderezado en primer término a los masones españoles, sin perjuicio de la cooperación que en el momento oportuno habrán de prestarnos todos nuestros hermanos de otros Valles, aportando todas sus energías, todos sus entusiasmos a la obra común de paz y de civilización. Profundo malestar se advierte hoy en todos los ámbitos de nuestra querida Patria; por doquiera se escuchan ayes de tristeza, se perciben lamentos de desventuras ο imprecaciones llenas de odio ο repleta ironía19.

  • 20 M. WEBER le formule comme "l'univocité qualitative de la croyance à la vie en commun « nationale »(...)

21Le malaise est visible, mais la Franc-Maçonnerie espagnole est en train de récupérer son statut national à l'intérieur du nationalisme politique espagnol. Cette stratégie se confirme par l'attitude anti-régionaliste et centraliste de la Franc-Maçonnerie. Le processus d'identification nationale passe par la négation des cultures régionales. C'est un discours qui vise à l'uniformisation et à l'union ; il est exclusif et reflète le mécanisme politique du processus. Même si on déguise cette union sous l'épigraphe de l'union des peuples de l'Espagne, il est bien dit que le régionalisme est la culture du fanatisme et de la superstition. On peut voir dans ce rejet de la diversité une certaine influence jacobine, où l'unité nationale et le progrès social qui en découle sont les vecteurs d'une société égalitaire et laïque à l'intérieur d'un État-nation. Mais cette position a un deuxième intérêt : l'identité se forge par le sentiment d'une histoire commune et la Franc-Maçonnerie, en travaillant à l'avènement d'un homme nouveau et en faisant du progrès social le point de référence de l'évolution de la communauté, considère que cette communauté doit être unie pour atteindre ces objectifs20. Enfin, le rôle de la Maçonnerie espagnole est de combattre toute politique régionaliste. Il n'est donc pas étonnant de lire :

  • 21 "La Masonería y el regionalismo", BOGOE, 8 avril 1902, p. 40-42.

¡es antimasónico, en fin, alimentar ideas de regionalismo! [...] La masonería debe marchar al trente del movimiento contra-regionalista y los masones [...] llevar(án) a cabo una ardiente propaganda encaminada a destruir hasta sus gérmenes la semilla regionalista21.

  • 22 A. VAN GENNEP, Traité comparatif des nationalités, Paris, éd. CETHS, 1995, chap. 3.
  • 23 Cette attitude de "domination" culturelle n'a pas une configuration typique de différentiation eth (...)
  • 24 "La lengua castellana y las hablas regionales", BOGOE, novembre 1902 et "Más sentido y más patriot (...)

22Le rétablissement du sentiment national passe par la négation des cultures régionales ; c'est une façon de s'affirmer qu'on trouve dans tous les processus d'identification, afin de créer des pôles d'attraction politique autour de la reconstruction, de la représentation ou de l'image de la nation. D'autre part, la société maçonnique, en récupérant son statut national par cette stratégie, tombe dans le piège de la "domination culturelle", qui est une autre façon d'encadrer les espaces d'identification par les "symboles de différentiation"22. Comme le souligne F. Barth, dans un processus d'identification, le plus important est la volonté de marquer les limites entre "eux" et "nous"23. De telle sorte que les francs-maçons espagnols ne songent pas à une identité nationale qui accepte la diversité culturelle des régions ; preuve que la socialisation de l'idée de "nation" est avant tout politique. Qu'est-ce qu'une nation ? se demandent ces hommes du début du siècle, et ils répondent : « Une nation est une communauté guidée par l'union des volontés dont la langue est son véhicule le plus commun »24.

  • 25 Les francs-maçons catalans déclarent : «La admitirán los entendimientos a quienes el humo de infin (...)

23Paradoxalement, l'attitude de cette Franc-Maçonnerie la mène vers un nationalisme idéologique. Néanmoins, les francs-maçons regardent toujours la question nationale d'un point de vue social : la division de l'Etat-nation est une politique archaïque et une stratégie cléricale. Au fond, ce qui les préoccupe, c'est leur insertion dans la communauté nationale, en faire partie et être reconnus (presque) "d'utilité publique". Leur sentiment national est un sentiment d'appartenance au peuple espagnol. Cependant, en Catalogne, on critique ce concept uniformisateur imposé à une nationalité. Plus grave encore, on relève un nationalisme peu enraciné dans la collectivité et dû aux mauvais instruments de fabrication de l'identité nationale25.

  • 26 Sur cette question, G. GERMANI, "Secularización, modernización y desarrollo económico", dans T. CA (...)

24Deux aspects se superposent dans le processus d'identification : l'un, le retard socio-économique de l'Espagne et l'autre, les carences culturelles, surtout dans l'éducation. La situation économique de l'Espagne dans les armées 1900 limite l'émergence d'une identité nationale autour d'un projet politique aussi complexe que l'État-nation, sans un minimum de modernisation. Le problème espagnol réside dans le fait que l'État n'a pas la structure adéquate qui lui permette d'exercer le contrôle social qu'imposerait l'identité nationale ; en outre, il n'a pas procédé à la sécularisation nécessaire pour accéder à cette modernisation26. Hors du débat idéologique poussé à l'extrême, il y avait des francs-maçons qui voyaient dans cette question l'obstacle pour construire l'identité. La loge « Puritanos » de Bilbao analyse les faits de cette manière :

Los poderes del Estado, por su parte, se limitan a pasar un rasero sobre los derechos de los ciudadanos. [...] En política, se sustituye el poder local y particular a los intereses nobilísimos de la colectividad y su forma exterior más visible, el caciquismo, corroe y envenena las libertades públicas.

  • 27 BOGOE, 17 juin 1905, 158, p. 96-100. Pour la première fois, un discours maçonnique rejoint l'optiq (...)

25Pour ces francs-maçons, l'état de la nation se résume à la mainmise de l'oligarchie financière sur le système politique, l'oppression capitaliste et l'ostracisme social. C'est un régime et un État pour une caste, pas pour le peuple. Ces défauts structurels ont une incidence sur la construction de l'identité nationale, car ils montrent les archaïsmes de l'Espagne. Par ailleurs, la réalisation d'un modèle d'identité se base sur une unité sociale qui réunit les finalités communes : communauté absolue - égalité absolue27.

  • 28 BOGOE, 11 avril 1904 ; 23 mars 1907 et 31 juillet 1917.

26La ténacité de la Franc-Maçonnerie espagnole à reconstruire son identité nationale la conduit à traiter la question cléricale. Ici, l'Église est présentée comme une institution dirigeante et, de ce fait, responsable de la crise d'identité nationale des Espagnols. Petit à petit, se dessine l'image des deux Espagnes : l'une, moderne, libérale et productive ; l'autre, réactionnaire, cléricale et oisive. En définitive, si la Franc-Maçonnerie a une idée, une représentation de la nation, elles sont intégrées dans d'autres aspects sous-identitaires. En qualifiant l'Église d'élément exogène à la nation, la Franc-Maçonnerie l'éloigne du peuple et annule toutes les possibles manifestations nationalistes du clergé. C'est, à notre avis, l'influence la plus évidente de l'anticléricalisme jacobin de la IIIe République française qui venait d'expulser les ordres religieux en 190128.

De la patrie à la nation

  • 29 P. VILAR, art. cit.

27Le sens moderne qu'on donne à la patrie en Espagne est celui, comme le souligne P. Vilar29, des intellectuels et écrivains de la génération de 1898, lorsqu'ils ont essayé de définir le terme, à la fois, subjectivement et objectivement. La patrie peut être paternaliste, ou encore une "patrie concept", terme le plus proche des valeurs maçonniques, car il fait partie de la tradition jacobine. L'utilisation du concept de patrie comme élément définissant l'identité nationale a causé de sérieux problèmes aux francs-maçons. La disparité entre "patrie" et "universalité maçonnique" est frappante. L'usage du mot patrie chez les francs-maçons recouvre plusieurs choses : patrie, bien entendu, nation, État, etc. Et ceci se complique dès qu'on parle de la "patrie de la Franc-Maçonnerie". A notre avis, l'usage sans discrimination du terme est le point culminant de la récupération du statut national.

28Au Convent maçonnique péninsulaire de Lisbonne en 1905, une des communications présentées portait sur l'idée de la patrie. Le conférencier fait un effort évident pour traiter la question sans soulever de remous. La tradition maçonnique est fondée sur un certain cosmopolitisme hérité du Siècle des Lumières et le franc-maçon —dit-on— est citoyen du monde. Cependant, l'arrivée des Etats-nations rend caduc ce principe. Le parcours est sinueux. A Lisbonne, on nie la patrie-politique et on ne reconnaît pas que la patrie émerge de l'État-nation :

  • 30 BOGOE, 22 juillet 1907.

La masonería, prescindiendo de las diferencias de nacionalidad, superior a las falsas y perturbadoras rivalidades de los Estados, trabaja por medio de la fraternidad universal para conseguir hacer felices a todos los hombres, integrándolos en una sola Patria. La Masonería no tiene más patria que la Humanidad30.

29Cette position maçonnique supprime toute application politique à la patrie. On revient à l'idée universaliste qui est la position officielle depuis les origines de la société maçonnique. Néanmoins, les participants savaient que cette théorie était inapplicable et un secteur propose une position transitoire autour du fédéralisme. A Barcelone, la Gran Logia Regional Catalano-Balear insiste sur la nécessité d'une adéquation cas par cas :

  • 31 BOGLRCB, août 1908.

Las agrupaciones masónicas de cada país se inspiran en las necesidades de los pueblos y naciones que viven. Se empeñan a responder a las aspiraciones políticas de la nación ο religión y trabajan en pro del interés bien comprendido de la colectividad31.

  • 32 BOGOE, 27 septembre 1907.

30Face au doute, l'universalité maçonnique ne veut pas dire anti-patriotisme ; au contraire, cette universalité peut être utile pour servir de médiateur entre les peuples, comme l'indique V. Gallego dans le journal El País, en commentant le travail de la Franc-Maçonnerie espagnole au Maroc32.

31Après la crise de 1917, le concept de patrie change d'orientation. Du fait de la rupture politique et sociale de 1917, la Franc-Maçonnerie abandonne la patrie idéale du début du siècle pour une patrie réelle. La crise de l'identité nationale s'ajoute à une crise sociale nationale, et c'est bien cette crise qui donnera des arguments nouveaux et différents à cette identité. Dès lors, le concept de patrie n'appartient plus à un groupe ; la patrie n'est plus paternaliste, elle appartient à tous les Espagnols —disent les francs-maçons—, sauf à ceux qui exploitent leur compatriotes. On passe de la composante sociale à la nationale. Et l'assemblée annuelle du GOE, en 1920, le déclare ainsi : point de nation sans une justice sociale étendue. Ce qui est perdu en caractère national est gagné en appui social. A la lecture de ces textes, on se demande s'il s'agit de situer l'identité dans tout l'éventail du nationalisme ou bien si le contexte socio-politique des années 1917-1923 détermine la typologie identitaire. Ce point nous semble important, car les références culturelles ne sont pas identiques, elles sont mêmes opposées. Cette évolution qui modifie toute les caractéristiques de l'identité nationale maçonnique date de l'arrivée, dans les loges de province et de la capitale, de jeunes intellectuels et d'une bourgeoisie urbaine cultivée, tous fortement politisés et ennemis de la dictature de Primo de Rivera.

  • 33 Boletín de la Gran Logia Española, 20 août 1923.
  • 34 BOGOE, 30 novembre 1921.
  • 35 Y. DELOYE, Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte, 1997, p. 76.
  • 36 "La crisis de España. Los deberes nuestros", Boletín Oficial del Supremo Consejo del Grado 33, Mad (...)

32Dans ce contexte on se dirige vers un changement profond. Dans une conférence donnée dans une loge de Barcelone, intitulée "El concepto de Patria", le Dr. Font y Gillot signale que la patrie doit être un ensemble harmonieux et social ; sans cela, la patrie est inexistante. Pour que l'ensemble social ait droit au titre de patrie, il doit être au service des citoyens (écoles, santé, allocations familiales, logement, etc.) et alors seulement la patrie sera "mère". Le rôle de la Franc-Maçonnerie dans ce nouveau concept est d'encourager le développement de la patrie-mère, avec ses valeurs spirituelles (énergies morales) et ses valeurs matérielles (réalités positives)33. C'est une nouvelle notion du lien entre le citoyen et son contexte socio-politique : la patrie/nation sera ontologiquement solidaire. Sans cette union, la nation n'existe pas et seule la patrie perdure34. La solidarité est une culture civique, fruit du dédoublement de l'individu, qui a un engagement avec la communauté et s'identifie à elle par un geste, dans une histoire. La Franc-Maçonnerie, en soulignant l'aspect de la patrie solidaire, se pose comme exemple de fraternité et introduit, en même temps, la double identité citée plus haut. Cependant, les mécanismes qui renforcent l'uniformisation des comportements nationaux n'existent pas et cette notion de patrie proposée par la Maçonnerie est abstraite, car elle est "sociale"35. Au fur et à mesure que la crise du régime s'accentue, le discours maçonnique autour de l'identité nationale se rapproche d'une position politique qui lui est plus naturelle. La dictature est, pour le Grand Maître du Gran Oriente Español, Augusto Barcia, l'enterrement de la monarchie36.

  • 37 Sur le nationalisme républicain, J. ALVAREZ JUNCO, "La cultura republicana española a principios d (...)

33Dès lors, l'évolution est rapide. Du patriotisme abstrait et sans mécanismes politiques, on passe à une socialisation de la patrie, afin de l'enraciner dans le corps social ; ceci redessine tout le processus d'identification et, par superpositions, la société maçonnique espagnole retrouve la nation et abandonne la patrie. L'élaboration a été laborieuse, mais la fin est cohérente. D'abord, l'identité nationale pour les francs-maçons doit être unitaire, globale et centrale ; c'est l'inspiration jacobine qui lui est transmise. Ensuite, l'identité nationale est horizontale, donc pour tous ; c'est la tradition républicaine et radicale (anticléricalisme oblige). Ainsi, pour la Franc-Maçonnerie, l'identité nationale n'est pas une reformulation, ni une reconstruction de l'Espagne monarchique ; le concept vise la naissance d'un nouvel État. Si la patrie es un ensemble social et protecteur, la patrie se féminise : c'est la nation qui naît. Et la nation, c'est la République37. Voilà, en quelques traits rapides, le processus d'identification nationale d'une société qui, dès ses origines, a toujours essayé de joindre son principe d'universalité à l'idée de la nation.

Notes

1 J. P. FUSI, "Revisionismo crítico e historia nacional (a propósito de un artículo de B. de Riquer), Historia Social, 1990, 7, p. 105-134, B. de RIQUER, "La débil nacionalización española del siglo XIX", Historia Social, 1994, 20, p. 97-114; A. de BLAS GUERRERO, Sobre el nacionalismo español, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1989; X. M. NUNEZ SEIXAS (ed.), Historiographical Approaches to Nationalisms in Spain, Saarbrücken, Verlagbreiter Publishers, 1993.

2 J. BERIAIN, "La construcción de la identidad vasca", R. CRUZ et M. PÉREZ LEDESMA: Cultura y movilización en la España contemporánea, Madrid, Alianza, 1997, p.137-168; J. CANAL, "La gran familia. Estructuras e imâgenes familiares en la cultura política carlista", ibidem, p. 99-136; P. RADCLIFF, "La representación de la nación. El conflicto en torno a la identidad nacional y las prácticas simbólicas en la Segunda República", ibidem, p. 305-325.

3 B. ANDERSON, L'Imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996.

4 D. CUCHE, La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, 1996, p. 63.

5 C. COULON, "État et identités", in D.-C. MARTIN, Cartes d'identité. Comment dit-on "nous" en politique, Paris, Presse de la Fondation de Sciences Politiques, 1994.

6 M. de PAZ SANCHEZ, "Españolismo versus separatismo en la masonería puertorriqueña: la logia «Boriquen n° 81» de Mayaguez (1889-1897)", Cuadernos de Investigación Histórica (F.U.E.), 1986, 10, p. 41-56.

7 P. SANCHEZ i FERRÉ, La Maçoneria en la societat catalana del segle XX. 1900-1947, Barcelona, Edicions 62, 1993, p. 115-116.

8 M. GIRAUD, "Mythes et stratégies de la double identité", L'Homme et la société, 1987, 83, p. 59-67.

9 D. BELL, "Ethnicity and social change', N. GLAZER & D. P. MOYNIHAN (ed.), Ethnicity, Theory and Experience, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1975, p. 141-174.

10 Ces aspects sont devéloppés par F. HERNÁNDEZ-F. MERCADÉ (ed.), Estructuras sociales y cuestión nacional, Barcelona, Ariel, 1986; J. CORCUERA, "Nacionalismo y clases en la España de la Restauración", Estudios de Historia Social, (1986) 28-29, p. 249-282.

11 "Las nacionalidades", Boletín del Gran Oriente de España [BOGOE], 15 avril 1880.

12 G. GAYOT, La Franc-Maçonnerie française, Paris, Gallimard, coll. Folio "Histoire", 1991 [1980], p. 105-110.

13 P. VILAR, "État, nation, patrie en Espagne et en France. 1870-1914", Nation, Nationalismes et questions nationales. Ibérica (4) 1994, p. 135-153.

14 C. LISON TOLOSANA, "L'Espagne des Espagnols", M. SEGALEN (ed.), L'autre et le semblable, Paris, Presse du CNRS, 1989, p. 134-136. Quant au rôle de la tradition dans les sociétés industrielles, voir E. HOBSBAWM T. RANGER (ed.), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

15 Une approche nationaliste de cette question in L.P. MARTIN, "La Franc-Maçonnerie espagnole et l'indépendance de Cuba", Mélanges offerts à Paul Roche, Acta Hispanica, Université de Nantes, 1992, p. 169-179.

16 "Españolismo de la Masonería", Boletín Oficial del Gran Oriente Español, 20 septembre 1896.

17 Boletín Oficial de la Gran Logia Regional Catalano-Balear [BOGLRCB], 1901, 1, p. 1.

18 BOGOE, 23 janvier 1902, p. 10-11.

19 J. LLOVERA, "La Masonería ante la revolución", BOGOE, 23 janvier 1902, p. 26-29 ;

20 M. WEBER le formule comme "l'univocité qualitative de la croyance à la vie en commun « nationale » (Gemeinsamkeit)". Economie et sociétés, Paris, ed. Pocket, vol. 2, p. 140-143. Quant à la constrution d'une histoire en commun à l'intérieur d'un modèle de conscience nationale, voir M. ESTEBAN DE VEGA, "Historias generales de España y conciencia nacional", Revista de História das Ideas, Coimbra, 1996, 18, p. 56-61 et M. GUIBERNAU, Los nacionalismos, Barcelona, Ariel, 1996, p. 85. L'ouvrage phare sur la question, E. GELLNER, Naciones y nacionalismos, Madrid, Alianza, 1988 [1983].

21 "La Masonería y el regionalismo", BOGOE, 8 avril 1902, p. 40-42.

22 A. VAN GENNEP, Traité comparatif des nationalités, Paris, éd. CETHS, 1995, chap. 3.

23 Cette attitude de "domination" culturelle n'a pas une configuration typique de différentiation ethno-culturelle, car elle ne traite pas tous les aspects culturels de la différentiation. D'autre part, les principes maçonniques sont universels, donc intégrateurs ; pour ceux-ci, la notion de différence n'est pas politique. Cependant, le discours du Gran Oriente Español opère un passage entre "l'identité nationale" et "la réalité nationale", ce qui pose la question de la domination culturelle dans l'ensemble de l'hégémonie politique. Sur ce sujet, consulter F. BARTH, "Les groupes ethniques et leurs frontières" dans P. PONTIGNAT et J. STREIFF-FENART, Les théories de l'ethnicité, Paris, P.U.F, coll. « Le sociologue », 1995, p. 203-224. Une étude de référence est le travail de P. BOURDIEU, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

24 "La lengua castellana y las hablas regionales", BOGOE, novembre 1902 et "Más sentido y más patriotismo", BOGOE, 11 décembre 1902, 128, p. 171-173.

25 Les francs-maçons catalans déclarent : «La admitirán los entendimientos a quienes el humo de infinitas leyendas les impida ver claramente en las lecciones de sociología y de la historia imparcial; mas no pueden admitirla, ni la admiten los que, despreciando la hojarasca de mentidas glorias y fanatismos tradicionales, buscan en el pasado y en el presente de la Península Ibérica distintivos más íntimos y elocuentes que lo que una educación contrahecha nos legara», BGLRCB, avril 1903, p. 7. Ce qui accompagne les réflexions de B. de RIQUER, art. cit., 1994.

26 Sur cette question, G. GERMANI, "Secularización, modernización y desarrollo económico", dans T. CARNERO ABAD (ed.), Modernización, desarrollo político y cambio social, Madrid, Alianza, 1992, p. 71-100.

27 BOGOE, 17 juin 1905, 158, p. 96-100. Pour la première fois, un discours maçonnique rejoint l'optique de J. Costa qui pensait aussi que les classes dirigeantes ne gouvernaient pas pour la nation, ni pour le peuple. Sur cette question, J. MAURCIE et C. SERRANO, Joaquín Costa : crisis de la Restauración y populismo, Madrid, Siglo XXI, 1977. M. TUÑON DE LARA, Costa y Unamuno en la crisis de fin de siglo, Madrid, Edicusa, 1974.

28 BOGOE, 11 avril 1904 ; 23 mars 1907 et 31 juillet 1917.

29 P. VILAR, art. cit.

30 BOGOE, 22 juillet 1907.

31 BOGLRCB, août 1908.

32 BOGOE, 27 septembre 1907.

33 Boletín de la Gran Logia Española, 20 août 1923.

34 BOGOE, 30 novembre 1921.

35 Y. DELOYE, Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte, 1997, p. 76.

36 "La crisis de España. Los deberes nuestros", Boletín Oficial del Supremo Consejo del Grado 33, Madrid, noviembre 1923, p. 64-68.

37 Sur le nationalisme républicain, J. ALVAREZ JUNCO, "La cultura republicana española a principios del siglo XX", N. TOWSON (ed.), El republicanismo en España (1830-1977), Madrid, Alianza, 1994, p. 285-292.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540