Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être espagnol

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

I - De l’Ancien régime à la modernité

Identité espagnole et modernité scientifique (1833-1868)

Catherine Sablonniere

Texte intégral

  • 1 RICŒUR, Paul, “Civilisation universelle et cultures nationales”, in Esprit, octobre 1961, pp. 439- (...)

1La fin du XVIIIe siècle en Angleterre a généré une civilisation nouvelle, basée sur le progrès des sciences. Comme le souligne Paul Ricœur, “même s’il est possible d’attribuer à telle ou telle nation, à telle ou telle culture, l’invention de l’écriture alphabétique, de l’imprimerie, de la machine à vapeur, etc., une invention appartient de droit à l’humanité. Tôt ou tard, elle crée une situation irréversible pour tous [...]. Nous sommes ainsi en face d’une universalité de fait de l’humanité1”. Ce caractère propre à la civilisation moderne entre obligatoirement en conflit avec les traditions et la vision du monde qui caractérise et individualise un groupe humain. Le problème soulevé par le progrès matériel et ses conséquences sur la pluralité des modes de vie qu’il tendrait à unifier n’est certes pas nouveau, mais c’est au XIXe siècle qu’il suscite le plus de débats, les innovations et de découvertes scientifiques se succédant à un rythme soutenu.

2C’est au cours du règne d’Isabelle II que l’Espagne s’ouvre à la modernité scientifique. Nous choisissons de privilégier la question de l’introduction des innovations techniques (machine à vapeur, chemin de fer, télégraphe, photographie, etc.) dans la péninsule, pour sa valeur exemplaire et sa capacité à englober la plupart des débats contemporains sur l’identité ibérique face à la civilisation moderne.

3Après la mort de Ferdinand VII en 1833, l’Espagne connaît une renaissance politique, culturelle et économique marquée par le conflit entre les libéraux —partisans de l’accession au trône de la fille du défunt roi, Isabelle— et les carlistes qui soutiennent la cause du frère du monarque, Carlos. Le retour des exilés pourchassés par les mesures absolutistes de Ferdinand est facilité par l’amnistie partielle de 1834. Entre 1833 et la Révolution de 1868 qui marque une nouvelle étape politique et sociale, l’Espagne est déchirée par un tragique combat interne qui met au premier plan la nécessité de construire une Nation, de définir un objectif commun pour entrer dans le concert des pays industrialisés.

4En effet, l’Espagne souffre d’un cruel retard économique contrastant avec l’essor prodigieux de la production dans les pays du Nord : l’Angleterre, la Belgique, l’Allemagne et la France. La révolution industrielle y bat le fer depuis un demi siècle déjà ; les innovations se succèdent, modifiant le paysage, les coutumes traditionnelles, le rapport à l’espace et au temps, grâce à des moyens de transport rapides : le bateau à vapeur et le chemin de fer. L’ère de la communication, de la production de masse est aussi celle des utopies socialistes défendant de nouvelles valeurs : l’accès du plus grand nombre aux biens de consommation, la fraternité universelle, la maîtrise des contingences naturelles grâce à la science, etc. L’intellectualisme des Lumières s’enrichit du dynamisme romantique ; les progressistes conçoivent une Histoire guidée par un progrès inéluctable dont la fin serait l’émancipation d’une Humanité enfin maîtresse de son destin. Cette prétention va de pair avec un certain libéralisme économique et politique. Les socialistes et les républicains élargissent le champ de leurs sympathisants : la civilisation industrielle en transformant l’espace vécu bouleverse également les débats d’idées si bien que désormais le monde ne sera jamais plus le même l’entrée dans l’âge moderne s’annonce sans retour.

5Le choc de l’ouverture de l’Espagne d’Ancien Régime à cette Europe industrielle est difficile à mesurer pour ce qui est de l’identité ibérique. La guerre civile occupe tous les esprits entre 1833 et 1840, les coups d’Etat, les gouvernements-éclairs se succèdent à un rythme effréné et l’on se demande si une pause est possible pour contempler l’avenir incarné par les pays voisins, en particulier l’Angleterre et la France, les deux modèles économiques et politiques.

6Quelle conscience ont les Espagnols de ce changement de civilisation ? Comment perçoivent-ils l’introduction de la modernité scientifique et technologique, inséparable de son cortège de courants d’idées et de révolutions, venu de l’étranger ? La lutte pour la construction d’une nation libérale peut-elle se nourrir de cette modernité, la considérer comme un outil ou un alibi, sans ternir l’indépendance du pays ? Jusqu’où la tradition se justifie et constitue le pendant de la modernité ? L’image d’un pays en route pour l’aventure technologique que souhaite imposer Isabelle II s’oppose à celle d’une Espagne romantique et littéraire en vogue dans les salons européens, l’Espagne de Gautier, de Mérimée, des paysages grandioses de montagne et de précipices, des brigands et des gitans. La résistance peut aussi venir d’au-delà des frontières. La palette de réactions face à la modernité technologique est d’une complexité telle qu’elle ne correspond que partiellement à la diversité des partis politiques et aux clivages religieux. Nous ne prétendons pas apporter de réponse définitive à ces interrogations, qui exigerait une connaissance et une maîtrise de tout l’univers mental des Espagnols de ce milieu de XIXe siècle, mais présenter des éléments d’analyse offerts par la presse vulgarisatrice et la littérature contemporaines.

7Pour tenter d’éclairer quelque peu ce panorama des attitudes face à la modernité technologique, nous proposerons enfin l’étude d’un cas précis, l’introduction du chemin de fer en Espagne ; l’installation des premières lignes est plus tardive qu’ailleurs —autour du milieu du XIXe siècle—, mais la presse y fait amplement écho, étant donné la valeur symbolique attribuée au train, et nous offre un éventail de manifestations d’adoption ou de rejet très représentatif du large débat évoqué ci-dessus.

8Le problème de l’ouverture à la civilisation industrielle s’annonce donc beaucoup plus profond qu’en France par exemple, où la révolution politique a déjà eu lieu, où la société accepte que l’Etat organise le territoire pour asseoir sa puissance et gérer les ressources de la nation pour le bien-être de chacun. Sous le règne d’Isabelle II, tout est à faire pour que l’Espagne retrouve une certaine stabilité et se modernise.

I - Une nouvelle civilisation

  • 2 Par exemple : Ayguals de Izco, Wenceslao, La Maravilla del siglo, cartas à Maria Enriqueta ό sea u (...)
  • 3 Les métiers mécaniques utilisant les énergies nouvelles sont introduits en Catalogne à partir de 1 (...)

9En dépit de la guerre carliste qui déchire le pays entre 1833 et 1840, l’ouverture de l’Espagne après un long règne obscurantiste est indéniable. Les exilés politiques, les scientifiques et intellectuels reviennent de leur séjour plus ou moins forcé en Angleterre, en France, en Allemagne, et fournissent à ceux qui sont restés les récits de leurs expériences outre-Pyrénées. Les nouvelles du monde industriel se diffusent dans les salons de la capitale, à Barcelone, dans les milieux éclairés, grâce à une presse qui profite petit à petit d’une législation plus favorable. Ces sources périodiques constituent l’essentiel des documents susceptibles d’offrir un panorama de l’activité intellectuelle contemporaine. Les récits de voyage y abondent ; le chroniqueur ne manque pas de décrire les villes traversées, la gare du chemin de fer noyée dans des vapeurs fantastiques, et ses impressions lors de son premier voyage sur le rail, la fuite des paysages, le fracas des roues, les frissons du passage dans un tunnel, etc. Au récit de l’exilé s’ajoutent ceux des correspondants que les revues ne tardent pas à envoyer à l’étranger pour rendre compte d’une Exposition universelle ou de l’ouverture d’un tronçon de voie ferrée en France2 : l’importance du genre répond sans doute à une avidité de connaissances du public bourgeois. Les machines absentes de la quasi-totalité de la péninsule3 font leur entrée en scène par la littérature, par la presse, d’où une tendance à la création et à la répétition de formules un rien pompeuses pour décrire cet univers sans précédent.

10Le monde mécanique reste ainsi une expérience de voyage, un univers distancié à la fois géographiquement et par le discours, et qui ne met pas encore en danger la culture espagnole.

11Qu’il s’agisse d’un effet de mode ou d’un réel enthousiasme pour la vapeur et la machine, et plus probablement d’une combinaison des deux, ces innovations techniques deviennent des emblèmes de la science, de la nouvelle civilisation, de ce XIXe siècle du progrès, et la clef du monde contemporain qu’elles seules peuvent rendre lisible. Aussi, quand en 1833 des Barcelonais décident de fonder un journal, le titre de la nouvelle publication s’impose-t-il : El Vapor. Notre but n’étant pas de rapporter toutes les attitudes face à la modernité scientifique en Espagne, nous nous en tiendrons à l’essentiel : dans la plupart des articles de journaux et de revues consultés, l’aspect inéluctable de l’avènement de l’âge industriel trouve son origine dans la conception providentielle de l’histoire de l’humanité. Dès lors, une contradiction surgit, car le destin semble avoir favorisé plutôt les pays protestants, les pays du nord de l’Europe que l’Espagne catholique. Si la péninsule est restée à l’écart du flux d’échanges commerciaux et d’idées, souvent comparé à un flux vital, régénérateur pour les romantiques (incarné par le développement des communications, plus que par la mécanisation de l’industrie de biens de consommation), est-ce dû à son caractère ou bien à des facteurs extérieurs, à des agents plus ou moins maléfiques et mal intentionnés cherchant à nuire à la puissance de cette nation si glorieuse par le passé ?

  • 4 “Nuestro pueblo se halla [...] atrasado en instrucción, en agricultura, en industria [...], contra (...)

12Le marasme politique dans lequel s’enlise l’Espagne entre 1833 et 1868 permet d’expliquer en grande partie le retard accumulé4. Cependant la situation ne s’améliorant guère, beaucoup se retranchent derrière des positions plus critiques pour défendre l’Espagne et la protéger des sarcasmes de ses voisins. La difficulté d’analyse de ce phénomène critique s’accentue du fait de la contemporanéité de ces réactions, dont la périodisation au cours du règne d’Isabelle II semble impossible ; les journalistes, les romanciers se contredisent parfois, les prises de position sont souvent ambiguës.

  • 5 Teatro social del siglo XIX, por Fray GERUNDIO, Imprenta de P. Mellado, Madrid, 1846, 2 tomes, pp. (...)

13Deux exemples illustrent bien l’esprit qui domine les débats sur la modernité pendant la période considérée. La description comique du XIXe siècle qu’offre Modesto Lafuente dans le Teatro social del siglo XIX5 est un exemple de la majorité des positions exprimées dans la presse et la littérature entre la fin de la guerre carliste et 1868. Le siècle s’incarne dans un homme d’une cinquantaine d’années, dont le pied droit prend la forme d’un bateau à vapeur et le gauche celle du chemin de fer. Son visage, au cours de la conversation qui s’engage avec Fray Gerundio, se couvre petit à petit de métal, puis le personnage disparaît avec la “vitesse de l’éclair”, emporté par la vapeur motrice, en laissant derrière lui une odeur désagréable de fumée de charbon, qui rappelle aux protagonistes celle des corps corrompus. Ici, les grandes lignes de la vision de la civilisation moderne apparaissent clairement. Les machines à vapeur sont la base de l’édifice, une base mouvante capable de fuir à une vitesse vertigineuse ; l’aspect le plus effrayant est cette “métallisation” de la vie : or, fer, cuivre, etc. ; la matière inerte prend possession de la matière sensible, avec ses conséquences négatives sur la capacité à s’émouvoir et à créer.

14L’autre exemple correspond au compte rendu sur l’Exposition Universelle de Londres en 1851, par Ramón de La Sagra, et met à jour la prise de conscience de la naissance d’une ère nouvelle :

  • 6 LA SAGRA, Ramón, Notes sur les produits espagnols envoyés à l’Exposition de Londres, Londres, Hipp (...)

Nous considérons l’exposition universelle des produits de l’industrie à Londres comme un repos instantané de méditation et d’étude au milieu de deux époques très caractéristiques de l’humanité ; celle des monopoles et des privilèges qui expire, celle de la liberté qui commence. Mais il ne faut pas se laisser dominer par les illusions trompeuses, sur le caractère et les conséquences immédiates de cette liberté [...] proclamée par la science, et dont l’établissement est désormais fixé comme un infaillible avenir : car cette grande révolution économique des sociétés, pour devenir un état normal, demandant d’autres conditions dans l’ordre politique et moral des peuples, aura à lutter contre tous les préjugés de l’organisation ancienne, dont l’ensemble se soutient contre les tendances modernes6.

  • 7 Sur la décadence de l’Espagne et l’attitude des libéraux, et en particulier de Larra, consulter LA (...)

15L’observation de la nature et des conséquences de la civilisation industrielle est ainsi modifiée par la distance critique émergeant peu à peu de l’enthousiasme initial. L’exposition universelle apparaît comme le lieu par excellence de la compétition des nations, où la faiblesse industrielle de l’Espagne se fait plus criante que jamais, mais l’exemple des pays industrialisés —l’Angleterre principalement— glace d’effroi les Espagnols qui découvrent la misère ouvrière, la noirceur et la saleté des villes polluées par la fumée du charbon. Le discours entretenu par les libéraux sur l’infériorité et la décadence7 de l’Espagne se nuance alors : pour la plupart, ce retard devient une bénédiction de la Providence ; modérés et conservateurs se rejoignent sur ce thème. En retenant les leçons de ses voisins, l’Espagne peut moderniser son économie sans sacrifier ses paysages et le monde ouvrier, et sans trahir la morale chrétienne :

  • 8 LA SAGRA, Ramón, Op. cit., p. 63.

Une réunion heureuse de circonstances a préservé l’Espagne de cette fièvre industrielle et anarchique qui, en poussant la production au-delà des limites rationnelles, a forcé dans d’autres pays à considérer les ouvriers comme de simples forces mécaniques. [...] L’ouvrier chez nous peut bien ne pas avoir toute l’instruction convenable pour traduire en œuvres parfaites la pensée de l’artiste ; mais, en revanche, il n’a pas l’ambition politique qui ronge le cœur et enflamme l’esprit sans nourrir le corps8.

16Les révolutions et les conflits ouvriers qui marquèrent durement l’histoire française en 1830 et 1848 servent d’argument aux détracteurs de la modernité pour convaincre que la civilisation industrielle est dangereuse pour l’ordre social et moral, et dégrade les individus. Au contraire, le travail artisanal était le garant d’une cohésion familiale et de la perpétuation d’un esprit chaleureux et solidaire. L’idée que l’Espagne est différente, qu’elle a un patrimoine, non seulement culturel, mais aussi “social” (dans le sens où la structure de la société traditionnelle serait une composante de l’identité nationale) à sauvegarder commence à acquérir une certaine publicité dans les milieux libéraux, ce qui les rapproche des conservateurs dans le débat sur la définition d’un caractère national qui justifierait l’ordre social à consolider malgré l’instabilité politique.

II - Critique et rejet de la modernité scientifique et tentative de conciliation

17Les premiers menacés par cet avènement de la modernité sont les catholiques conservateurs. Cependant, dans la plupart des textes que nous avons consultés, le danger principal ne provient pas du progrès matériel en lui-même, mais de ses conséquences imparables, les idées “sacrilèges” qui l’accompagnent. La machine rappelle la science, la rationalité, contre l’innocence des coutumes patriarcales. La presse catholique en vient à souhaiter le retour au “bon vieux temps”, car, pour elle, une société archaïque, mais moralement correcte, sera toujours supérieure à celle du confort et de l’individualisme athée. Les cibles sont claires : c’est l’esprit de la Révolution française qui est visé, la République, le protestantisme, les Romantiques. Le rejet du monde moderne, du culte du progrès matériel, sert en quelque sorte de thème fédérateur. Il n’y a plus qu’un pas à franchir pour affirmer que les bonnes coutumes espagnoles, catholiques depuis l’aube des temps, sont infectées par celles de l’étranger :

  • 9 La Regeneratión católica, Madrid, 1851, tome II, p. 498.

La agitación y el descontento de un corazón que nada puede fijarle ni satisfacerle, y por último la disipación y las ilusiones de una imaginación que quisiera verlo todo, recorrer todos los lugares y no dejar nada que no devorase, éstos son los deplorables trofeos que hallamos erigidos al genio de la ciencia, y el carácter que distingue la gran época del progreso de las luces y del esfuerzo de la inteligencia humana9.

18L’accusation se reporte donc bien contre la modernité scientifique. La science véritable est la science chrétienne, et les Espagnols échapperont à l’erreur, car ils sont par nature chrétiens :

  • 10 La Voz de la Religion, Madrid, 1837, p. 193.

Los españoles son reflexivos y sensatos ; estiman las cosas por lo que valen en sí, y no por lo que se les dice valer ; tienen crítica racional y cristiana ; tienen verdades luces en los adelantos de la humanidad, de la razón, de la verdad ; no es fácil, pues, embarcarlos tontamente con halagüeñas promesas de cosas que no existen, con teorías que se oponen á los hechos, y no pueden tener efecto, no, no pueden tener efecto. Apelamos a la esperiencia. La Religión es la que da los buenos conocimientos y las moralidades arregladas ; de otro origen partiría siempre el embuste, el engaño, el error y las acciones brutales que les son consiguientes10.

19Ces opinions conservatrices ont un écho certain dans la population, car le débat sur le progrès du siècle s’oriente vers la définition de la nature de ce progrès. Une fois effectives la conquête de l’espace naturel et la maîtrise de la production, l’intérêt se tourne vers la réalité de cet âge d’or promis par la nouvelle civilisation. Le bien-être matériel n’a pas de valeur sans progrès moral. L’impact de la Révolution de 1848 nous semble important à ce sujet, car c’est surtout après cette date que se manifestent des attitudes de rejet plus virulentes de la modernité de la part de groupes qui lui étaient plutôt favorables auparavant. L’éventail de prises de position se resserre et se referme presque sur une méfiance commune des Espagnols.

20La peur de l’aliénation par la machine trouve ses porte-parole tant dans le monde ouvrier (pour des motifs différents, qui sont rarement des réactions identitaires “nationales”) que dans la littérature, où le mouvement romantique impose ses codes et rejette cet univers prosaïque. L’Espagne, nation romantique par excellence, peut-elle se voir souillée par le métal noir des mécaniques impitoyables ?

21Dans l’épilogue de ses Recuerdos de viaje, Ramón de Mesonero Romanos n’hésite pas à renvoyer cette modernité étrangère hors de la péninsule, non sans une certaine satisfaction, celle de voir son pays résister naturellement à une industrialisation forcée. L’introduction de la modernité scientifique en Espagne se fait par l’intermédiaire de deux voyageurs ; l’un est Anglais, l’autre Français. Un dernier personnage s’intéresse à l’industrialisation de la péninsule, il s’agit d’un émigré espagnol ayant séjourné longtemps à Paris. La méconnaissance de la réalité espagnole par ces trois personnages se traduit par leur appréciation erronée du paysage qu’ils traversent en diligence. L’état d’abandon des champs n’est qu’apparent, et le narrateur s’empresse de leur signifier les bons rendements de ces terres cultivées selon des méthodes traditionnelles et leur rentabilité. L’incompréhension des étrangers devient un élément caractéristique d’une différence fondamentale de mentalité entre les ressortissants de nations modernes et les Espagnols : l’émigré retrouve ses anciennes habitudes et ne tente plus de changer la société de son pays. A l’inverse, l’Anglais et le Français avouent leur impuissance à convaincre les Madrilènes d’adopter leurs projets d’industrialisation, ils repartent tous deux avec leurs plans roulés sous le bras, enfin conscients de l’inutilité de telles entreprises en Espagne, et ce sous le regard du narrateur amusé. Les seuls voyageurs étrangers à s’adapter sont le coiffeur et la marchande de chapeaux français, qui se pavanent désormais en costumes de “majos”.

22Cette anecdote qui conclut le cycle des voyages entrepris par Mesonero Romanos en 1833-1834 comporte ainsi nombre d’épisodes propres à nous éclairer sur l’ambiguïté du sentiment de l’auteur quant au retard scientifique et industriel d’une Espagne tout juste libérée du joug de la monarchie obscurantiste de Ferdinand VII. Il apparaît aux yeux de Mesonero Romanos que la modernité scientifique est étrangère par nature à la terre espagnole et à son esprit.

23La vogue du roman feuilleton inspiré d’Eugène Sue provoque la réaction d’autres romantiques, tel Eugenio de Ochoa, qui accuse Antonio Flores, l’auteur d’une riche littérature costumbrista, de copier les modèles français et de contribuer à corrompre les coutumes espagnoles. Antonio Flores s’en défend :

  • 11 FLORES, Antonio, Fe, esperanza y caridad, Madrid, 1851, Prologue, pp. IX-XIII.

Si con hacernos la ilusión de que nuestras costumbres son hoy las que nos legaron nuestros abuelos, pudiéramos detener el curso del vapor y el pensamiento de la electricidad, tal vez sería yo el que menos contribuyera â impedir que España corra â ser un barrio de la futura ciudad europea. [...] Pero si tales ilusiones no bastan á parar el curso de la civilización; si mientras Inglaterra envíe brazos metálicos â la industría de todos los paises, los operarios alemanes y españoles habrán de parecer ingleses, cómo se ha de lograr que las costumbres nacionales conserven el carácter que tuvieron cuando todos los elementos estaban dentro de cada país? [...] Y prescidiendo de la Inglaterra [...] no está ahí Francia, cubriendo á España con un velo francés para que los extrangeros la tengan por una provincia más de su territorio?Y es posible que al que ha levantado esa gasa, para descubrir la verdadera diferencia que existe entre los hábitos morales de ambas naciones, se le acuse de haber ido á mendigar à Paris los personages de su fábula? [...] La civilización es una enfermedad social, que respetando apenas la diversidad de climas, imprime iguales síntomas â todos los pueblos por donde pasa11.

24Les réactions de ces auteurs, Mesonero Romanos, Antonio Flores, mais aussi Modesto Lafuente, qu’on ne peut soupçonner de conservatisme, laissent donc entendre un rejet fondamental, influencé par l’idéologie romantique et par les valeurs catholiques, de la nouvelle civilisation importée à travers les machines. Étrangère aux traditions espagnoles, irrespectueuse envers la diversité des coutumes, cette modernité dispose d’une puissance unificatrice qui la rend irrésistible, si bien que, finalement, la condamnation sans nuance de ce phénomène est stérile. Comment intégrer sans trop de douleur cet âge nouveau ?

25Une réponse possible voit le jour au même moment où s’expriment les réactions d’adoption, de critique ou de rejet. L’Espagne du XIXe siècle, souffrant de multiples révolutions, puise sa force et une légitimité dans son Histoire, point de repère qui semble infaillible, gardienne du patrimoine, témoin de sa grandeur... La modernité scientifique n’est pas un produit du développement technique et agricole ibérique, elle ne correspond pas à un processus, arrivé à maturation, de recherche et d’innovation, qui va de pair avec une évolution des idées, de la conception du temps. Cela explique aussi la difficulté de son exportation. La quête d’un enracinement de la civilisation contemporaine dans l’histoire espagnole se fait au mépris de la vérité, mais qu’importe : l’historien Martin Fernández de Navarrete fait ressurgir du passé une figure oubliée, Blasco de Garay, inventeur du XVIe siècle. La découverte concorde à merveille avec l’affirmation que l’histoire se construit par périodes de progrès et de décadence, le XVIe siècle relevant des siècles bénis par la Providence. Dans la Colección de los viajes y descubrimientos que hicieron por mar los espanoles desde fines del siglo XV..., dont les premiers tomes sont publiés en 1825, l’auteur se base sur un document rapportant une expérience de navigation utilisant la force motrice de la vapeur en 1543 devant Philippe II, pour prouver que Blasco de Garay est le père de l’utilisation de la force motrice de la vapeur, cette énergie symbolique du XIXe siècle. Cette affirmation que personne ou presque ne cherche à vérifier permet aux Espagnols de revendiquer une place de choix dans l’histoire du progrès et d’exiger la reconnaissance de leurs voisins qui ont su tirer un aussi grand parti de leur découverte. C’est surtout après la fin de la guerre carliste que se multiplient les références à Blasco de Garay, élevé au rang de héros, de génie exemplaire au même titre que Christophe Colomb. Des journaux comme le Semanario Pintoresco Espanol, la Ilustración, la Colmena, etc., rappellent fréquemment dans leurs colonnes cette spoliation et cette falsification de l’histoire :

  • 12 Semanario Pintoresco Español, tome XIV (1849), p. 320.

La invencion de la máquina del vapor y la idea de aplicarle á la navegación, debidas â nuestro compatriota Blasco de Garay, como es bien notorio, mal que les pese á Arago y otros estrangeros que han pretendido esta gloria para Dionisio Papin, podrían solo hacer adaptables las ruedas de paletas contando con un motor poderoso é infatigable12.

  • 13 La Antorcha, Madrid, 1850, p. 144.

26Cette appropriation s’applique à d’autres inventions, comme le télégraphe. Cependant, alors que le gouvernement cherche à promouvoir l’entreprise nationale et que le public réclame une place et de la reconnaissance pour les inventeurs espagnols, certains d’entre eux doivent se faire passer pour Anglais afin d’être crédibles et écoutés. Inversement, le rédacteur de la Antorcha (Madrid, 1850) est qualifié d’afrancesado, ce qui constitue une injure grave, pour avoir jugé peu scientifique la machine aérienne du castillan Montemayor13. La difficulté à garder un esprit critique objectif, à prendre du recul par rapport à ce retard industriel est évidente.

27Dans l’ensemble des revues et journaux consultés, correspondant à la presse non spécialisée et destinée à un public d’un certain niveau culturel, noble ou bourgeois, la question de l’attitude à tenir face au progrès scientifique et technique n’est jamais clairement définie. Nous pensons que la formation d’un corps d’ingénieurs et que l’établissement de grandes Académies scientifiques au cours du XIXe siècle ont permis de vulgariser la modernité en Espagne. A partir de la deuxième moitié du siècle, ce personnel de savants et de techniciens va permettre une meilleure acceptation de la modernité désormais présentée, installée, exploitée par des Espagnols, en particulier dans le cas du chemin de fer.

III - Identité espagnole et ingérence étrangère : le cas du chemin de fer

28La concession et l’installation des premières lignes de chemin de fer ont suscité un débat violent. Le projet initial remonte au règne de Ferdinand VII, et n’avait pas rencontré d’appui très favorable. La guerre retarde encore les décisions et les travaux. Le désordre économique et politique de l’Espagne isabéline incite les spéculateurs étrangers à investir dans le chemin de fer ibérique, d’autant plus que les conditions offertes sont alléchantes. L’argent considérable cédé à ces investisseurs plus ou moins compétents et honnêtes est bien long à rapporter des bénéfices. Le scandale des concessions de lignes éclate au milieu du siècle, entraînant une grave crise politique. Le chemin de fer, qui faisait rêver les lecteurs des récits de voyage, acquiert une mauvaise réputation. Il s’en faut de peu que se répande l’idée que le chemin de fer n’apporte que le vice et la corruption. Incapables de construire leur propre réseau ferroviaire sans l’aide des étrangers, les Espagnols sont à la merci des investisseurs plus ou moins honnêtes cherchant surtout à drainer les économies des épargnants attirés par la promesse de développement des communications et de la prospérité à venir.

29Le chemin de fer jouit cependant d’un ensemble d’images de progrès, de richesse, de fraternité, au même titre que la vapeur. Il est l’emblème par excellence de la nouvelle civilisation, supplantant les autres innovations et énergies comme le bateau à vapeur, le télégraphe, l’électricité... Les descriptions des gares rougeoyantes dans la nuit, du paysage fuyant déformé par la vitesse, des vapeurs de la locomotive imposante, très vite assimilée à une bête sauvage et puissante, ne sont pas étrangères à cette publicité favorable, car elles font écho à l’univers fantastique de certains romans en vogue, au monde romantique des ténèbres et du chaos. Le succès populaire des premières lignes de chemin de fer, entre Barcelone et Mataró en 1848, puis entre Madrid et Aranjuez en 1850, confirme cet engouement.

30Encore une fois, l’attitude des Espagnols est ambiguë. Tous ne sont pas concernés par cette nouveauté, le réseau restant très peu étendu jusqu’en 1868. La presse, la littérature s’emparent du débat.

31Les Romantiques voient dans ce moyen de transport, une fois banalisées les “émotions fortes” qu’il procure, la fin du voyage lent et riche en péripéties tellement prisé par leurs partisans, de l’exploration au pas de la mule de terres lointaines ou reculées. En défendant l’aventure des chemins, c’est aussi l’Espagne des bandits et des auberges campagnardes qu’ils souhaitent voir survivre. Modesto Lafuente avoue les bienfaits de l’agitation mercantile que ne manquerait pas de provoquer l’arrivée du chemin de fer en Espagne. Mais aussitôt il rectifie sa pensée en posant la question de l’amélioration des coutumes dans ce pays de la “poésie et du sentiment” :

  • 14 LAFUENTE, Modesto, Op. cit., tome I, p. 27.

Antiguamente [...] los españoles, en el hecho de viajar juntos, se creían con derecho y obligación de entregarse à una espansión y confianza recíproca. [...] Pues bien: estas bellas afecciones, que hacían de la España un pueblo poético y sentimental, y que ya ha entibiado bastante la moderna civilización, acabarán de desaparecer y estinguirse con los caminos de hierro. Porque ya no habrá historias, [...] ni encuentros, [...] ni amores, ni recuerdos, ni poesía. Seremos como los ingleses, que viajan un rato leyendo y otro callando; ο como los franceses, que se echan á dormir14.

32Le préjugé romantique niant la capacité des Espagnols à se moderniser et la nécessité de cette modernisation est développé également par les voyageurs étrangers qui découvrent que la “Romantique Espagne” se pare d’un chapelet de lignes de chemin de fer. Le britannique Richard Ford se prononce sur la question en 1846 :

  • 15 FORD, Richard, Las cosas de España, Edition Turner, Madrid, 1974, pp. 62, 63, 64.

En este momento se habla mucho de ferrocarriles, y se han publicado una porción de documentas [...] según los cuales [las comunicaciones] contribuirán a crear una “perfecta homogeneidad en los españoles”. [...] El español, criatura rutinaria y enemiga de innovaciones, no es aficionado a viajar [...] odia el movimiento [...]. Suponiendo [...] que la obra fuese posible y se llegase a realizar, ¿qué podría hacerse para protegerla contra la fiera acción del sol y contra la violencia de la ignorancia popular? El primer cólera que visite España será señalado como pasajero del ferrocarril por los destituidos arrieros [...]. [¿Quién llevará adelante la empresa del tren?] Seguramente no será el español, en cuyo pericráneo están sin desarrollar las protuberancias de la mecánica y la ingeniería15.

33Dans les deux exemples ci-dessus, le chemin de fer pervertit les bonnes mœurs traditionnelles, ou apparaît comme une chimère, une aberration dans un pays arriéré par nature. L’artificialité de l’entreprise du rail en Espagne est dénoncée. Le poids de ces préjugés romantiques est tel qu’ils vont s’ancrer dans les esprits pour longtemps, portant préjudice aux ingénieurs espagnols délaissés au profit des étrangers dans de nombreuses entreprises.

34Le cri d’alarme des journalistes soucieux de préserver la beauté et l’originalité de leur pays s’oppose à la volonté des gouvernements d’Isabelle II de rénover l’image archaïque de l’Espagne romantique et de se lancer dans l’aventure du chemin de fer. Afin d’apprivoiser un public méfiant au début, l’Etat organise des fêtes populaires lors de l’ouverture des voies ferrées, tout en laissant la première place à l’Eglise, chargée de sanctifier les locomotives impies : la bénédiction des machines préside à la cérémonie ; ce baptême d’entrée dans le monde catholique est évidemment le symbole de sa pénétration dans le paysage espagnol, chargé d’une histoire de reconquête et de guerres religieuses.

35Le récit de l’inauguration du chemin de fer de Tolède par Pedro Antonio de Alarcón dans la revue El Museo Universal, est exemplaire à tous les points de vue. La ville de Castille baignée par le Tage devient l’emblème de l’Espagne et de la Nature créée par Dieu. Le chemin de fer longeant les rives du Tage dessine un tableau de paix et d’alliance entre le passé et le présent, la nature et l’artifice, l’œuvre de Dieu et celle de l’homme. Il symbolise également pour l’auteur une révolution sociale, le mariage de l’aristocratie et du talent :

  • 16 El Museo Universal, tome II (1858), pp. 94-95.

Son dos gigantescos hermanos, iguales en poder y fecundidad, consagrado el uno por la historia de los tiempos, y representante el otro de toda la grandeza de la civilización [...]. Cuantos abominaban en España del movimiento del siglo XIX, creyéndolo atentador al reposo monumental de nuestros mayores, dejarán de poner la cruz al vapor y al telégrafo eléctrico, al verles bautizados con agua del venerable Tajo, - verdadero Jordan de nuestra historia16.

36L’acceptation de l’ingérence étrangère à travers la machine ne s’envisage pas sans tentative de légitimation par l’Histoire, par la religion catholique. Cette conversion nécessaire sous-entend la méfiance, dont nous avons montré la complexité plus haut, à l’égard de la civilisation matérielle “protestante” qui s’infiltre dans la péninsule ibérique.

***

37L’approche par la seule presse contemporaine de “l’identité espagnole face à la modernité scientifique (1833-1868)” ne permet finalement d’envisager qu’une partie du problème et de ne donner que des réponses ambiguës à toutes les questions que nous avions présentées en ouvrant le débat.

38Le problème d’identité est surtout posé par les Romantiques, pour qui l’antagonisme entre leurs valeurs et celles de la modernité est irréductible. L’écho de ce débat apparaît dans la littérature contemporaine, où le roman costumbrista —inspiré pourtant du roman feuilleton français, plus populaire, plus marqué par les conditions de vie citadines— trouve son inspiration dans le monde des artisans de Madrid et de Barcelone. Les ouvriers, les machines, n’ont pas de place comme véritables protagonistes de l’intrigue. Délaissé par les auteurs, l’univers mécanique ne génère pas encore une littérature nouvelle, comme le souhaitait Saint-Simon. Cela ne facilite pas la compréhension, l’appropriation de ce monde par les lecteurs.

  • 17 Nous avons trouvé des zarzuelas et des comédies dont le titre ou l’intrigue comportent une référen (...)

39Seules, les grandes cérémonies d’ouverture d’une ligne de chemin de fer et, bien que timidement, le théâtre17, per mettent au public d’accepter l’innovation et d’en faire un élément de la vie quotidienne, en enrichissant son vocabulaire de mots (daguerrotipar), ses conversations d’expériences (le voyage en train du dimanche), etc.

40L’attitude de rejet de la modernité scientifique n’est pas propre aux milieux catholiques conservateurs. L’Eglise n’est pas unanime non plus sur la question ; aux bénédictions de locomotives répondent l’encyclique Quanta Cura et le Syllabus du pape Pie IX, condamnant le monde moderne en 1864. La difficulté pour les partis politiques et l’Eglise de se situer par rapport au progrès matériel révèle bien la complexité du sentiment ibérique. L’enthousiasme pour la machine, la vapeur, est présent dans de nombreux articles, surtout quand il s’agit de décrire une innovation aux Etats-Unis, une expérience en Angleterre. Le ton change dès qu’il faut présenter les modifications amenées par le progrès dans le vie espagnole : peur d’une aliénation, de la victoire du monde matériel sur celui des sentiments et de la morale, d’une uniformisation des modes de vie, etc.

41Les sources que nous avons utilisées ne nous informent pas sur le débat politique posé par l’introduction de la modernité, et en particulier sur la question du chemin de fer installé en réseau autour de la capitale pour tisser les liens d’une nation dont l’unité commence à se fêler sous l’impulsion de la renaissance catalane. Il serait par ailleurs intéressant d’aborder la question de l’identité catalane face à l’industrialisation de la région, qui a été importante et rapide, et a permis aussi la prise de conscience des possibilités économiques locales et d’une dynamique culturelle différente de celle qui prévaut en Castille. Enfin, l’attitude des paysans et des artisans devant les innovations techniques pose un autre problème de méthode et d’investigation. Les écoles, les Conservatoires des métiers ouverts durant la période peuvent apporter des informations précieuses. La connaissance du contact avec la modernité technologique d’une frange plus populaire et rurale de la population, celle qui reproduit et conserve le plus fortement ses traditions, n’est envisageable que partiellement, au détour d’un compte rendu d’exposition agricole, d’une fête villageoise, etc. Toutefois, la machine agricole mue par la vapeur reste une exception dans les campagnes jusqu’au XXe siècle.

42Finalement, les Espagnols de ce milieu du XIXe siècle se reconnaissent peu dans la civilisation moderne qui est introduite dans la péninsule. Il ne s’agit pas uniquement d’un problème d’identité, mais aussi d’un décalage de mentalité entre l’Espagne majoritairement catholique, rurale, et ses voisins industrialisés où la bourgeoisie impose ses codes. La péninsule ibérique appartient-elle pour autant au continent africain, serait-elle réfractaire par nature à tout progrès, comme le défendent certains étrangers méprisant cette terre de “fanatiques” catholiques ? Ce cliché est repris par un journaliste, manifestant ainsi un certain sens de l’humour, dans un article du Padre Cobos (Madrid, 1854-56) :

¡Gran noticia! El ferro-carril francés ha llegado á Bayona: nosotros, que somos previsores hasta no más, hemos mandado inutilizar la carretera de Francia, y construir â toda Costa un ferro-carril en dirección á Africa, para huir mas aprisa de la civilización que se nos viene encima.

43L’introduction des innovations techniques en Espagne est contemporaine de la construction d’une nation sur des principes modernes (libéralisme en particulier). Le débat portant sur le progrès des sciences se développe aussi dans le domaine politique, économique et social, et sert de référence, d’argument pour justifier la plupart des prises de position. Ce débat devient donc un nouveau référent intellectuel. Dans un monde qui connaît un véritable changement de civilisation, dont les contemporains ont conscience, la tentative de redéfinir une identité espagnole ne peut faire l’économie du débat portant sur le progrès. Les opinions engagées qui s’expriment tout au long du règne d’Isabelle II annoncent la virulence de la polémique qui surgit au lendemain de la révolution de 1868 entre l’Eglise et les partisans d’une science positive.

Notes

1 RICŒUR, Paul, “Civilisation universelle et cultures nationales”, in Esprit, octobre 1961, pp. 439-453. Nous signalons que nous respectons l’orthographe et la syntaxe originales de toutes les citations.

2 Par exemple : Ayguals de Izco, Wenceslao, La Maravilla del siglo, cartas à Maria Enriqueta ό sea una visita á París y Londres durante la famosa exhibición de la industria universal de 1851, Madrid, 1852, tomes I et II. Lafuente Modesto, Viajes de Fray Gerundio, por Francia, Bélgica, Holanda y orillas del Rhin, Mexico, 1859, tomes I et II. Ce voyage a lieu en 1841.

3 Les métiers mécaniques utilisant les énergies nouvelles sont introduits en Catalogne à partir de 1832 dans l’industrie textile. Les bateaux à vapeur circulaient déjà, mais leur arrivée dans les ports reste un événement, qui ne concerne qu’une partie restreinte de la population. Il faudra attendre 1848 pour que soit ouverte la première ligne de chemin de fer sur le territoire espagnol, entre Barcelone et Mataró.

4 “Nuestro pueblo se halla [...] atrasado en instrucción, en agricultura, en industria [...], contrariado en todos sus deseos, por efecto de las circunstancias no sociales, sino políticas y del momento”, in Semanario Pintoresco Español, février 1838.

5 Teatro social del siglo XIX, por Fray GERUNDIO, Imprenta de P. Mellado, Madrid, 1846, 2 tomes, pp. 6-9.

6 LA SAGRA, Ramón, Notes sur les produits espagnols envoyés à l’Exposition de Londres, Londres, Hippolyte Baillière, 1851, p. 59.

7 Sur la décadence de l’Espagne et l’attitude des libéraux, et en particulier de Larra, consulter LADERO QUESADA, Miguel Ángel, “La Decadencia española, Historia de un tópico”, in Historia 16, pp. 33-50.

8 LA SAGRA, Ramón, Op. cit., p. 63.

9 La Regeneratión católica, Madrid, 1851, tome II, p. 498.

10 La Voz de la Religion, Madrid, 1837, p. 193.

11 FLORES, Antonio, Fe, esperanza y caridad, Madrid, 1851, Prologue, pp. IX-XIII.

12 Semanario Pintoresco Español, tome XIV (1849), p. 320.

13 La Antorcha, Madrid, 1850, p. 144.

14 LAFUENTE, Modesto, Op. cit., tome I, p. 27.

15 FORD, Richard, Las cosas de España, Edition Turner, Madrid, 1974, pp. 62, 63, 64.

16 El Museo Universal, tome II (1858), pp. 94-95.

17 Nous avons trouvé des zarzuelas et des comédies dont le titre ou l’intrigue comportent une référence à la vapeur, et le plus souvent au train. Par exemple, Un viaje al vapor, de José Olona et musique de C.
Oudrid, en 1856 ou Bodas por ferro-carril, et de Sánchez Garay e Inza, représentée en 1852.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540