Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être espagnol

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

I - De l’Ancien régime à la modernité

L'identité espagnole au secours de la contre-Révolution française : les provinces basques et la Navarre pendant la première guerre carliste dans la presse légitimiste française

Laetitia Rubio

Texte intégral

  • 1 Il faut savoir que le roi Philippe V d'Espagne, duc d'Anjou, petit-fils de Louis XIV, avait promul (...)
  • 2 Appelés aussi cristinos du nom de la reine mère, la régente Marie-Christine, ou isabelinos du nom (...)

1La première guerre carliste commence par une querelle dynastique qui intéresse au plus haut point la presse légitimiste française de l'époque. En effet, les deux prétendants au trône représentent deux systèmes politiques différents qui luttent pour la couronne d'Espagne1. En 1833, à la mort de Ferdinand VII, les libéraux2 soutiennent la fille du Roi défunt, Isabelle, tandis que les carlistes sont les partisans du frère du Roi, don Carlos. Les journaux légitimistes français ne tardent pas à faire le rapprochement entre l'avènement de Louis-Philippe, le roi-citoyen, au détriment de Charles X, après les journées de juillet 1830, et de celui d'Isabelle II qui écarte du pouvoir le malheureux don Carlos (Charles V pour ses partisans). Pendant ces sept années de guerre civile (de 1833 à 1839), ils soutiennent sans faiblir la cause du Prétendant lésé, mettant à nouveau tous leurs espoirs dans un conflit dont ils espèrent qu'il les vengera, en quelque sorte, de l'affront qu'ils subissent chaque jour dans leur propre pays.

2Le conflit en Espagne a heu entre deux systèmes politiques tous deux porteurs d'une conception de la société. Ces deux conceptions opposées reposent sur une interprétation divergente de l'idée d'identité. Les provinces basques et la Navarre luttent contre la nouvelle identité espagnole proposée par le régime qui se met en place. Elles dénoncent la modernisation que veut leur imposer Madrid et souhaitent le maintien d'une société traditionnelle régie par des lois qui remontent au Moyen Age. Le nouveau gouvernement affiche des idées clairement centralisatrices, qui sont perçues par les provinces périphériques telles que le Pays basque ou la Navarre comme une volonté d'uniformisation du pays, et donc de destruction des identités locales. De surcroît, cette politique apparaît comme importée de France, pays qui, au cours des années précédentes, a répandu des idées universalistes. Tout cela conduit donc à la constitution d'une identité basque, qui se fait en contradiction avec celle qui est proposée par la capitale.

  • 3 Les Basques et les Navarrais étaient parvenus à conserver un système de gouvernement autonome priv (...)

3Les légitimistes français, afin de rallier leur lectorat à la cause carliste, doivent donc présenter les partisans de don Carlos comme les défenseurs de la véritable identité basque, attaquée par le gouvernement centralisateur de la Régente. Pour que les lecteurs se sentent davantage concernés par le conflit, ces provinces en danger sont même présentées comme les détentrices de la véritable identité de l'Espagne, voire de tous les peuples européens. Préservées jusque-là de toute influence extérieure grâce à leur position géographique et à leurs fueros3, elles apparaissent comme un des derniers bastions de la religion et de la monarchie d'Ancien Régime en Europe.

4La presse légitimiste française emploie tous les moyens dont elle dispose afin de donner à ses lecteurs une vision de ces provinces du Nord davantage conforme à ses opinions qu'à la réalité. Cette volonté de convaincre à tout prix un public aussi large que possible débouche sur des amalgames et des contradictions qui privent cette identité basque de toute consistance.

I - Les contre-révolutionnaires français trouvent dans la situation espagnole une occasion d'exprimer leurs idées identitaires

  • 4 L'Europe, le 5-6 mai 1837.
  • 5 La Gazette de France, le 7 septembre 1839.

5Dès le début de la guerre carliste, les légitimistes français portent une attention extrême à tout ce qui touche les partisans de don Carlos. Dans des articles passionnés, ils célèbrent les Basques et les Navarrais, car ces deux peuples sont les ardents défenseurs d'un régime politique propre à sauvegarder le type de société qu'ils souhaitent pour la France et l'Europe en général. Le gouvernement de Marie-Christine est perçu comme un des représentants de l'idéologie libérale des Lumières. A travers la critique de la nouvelle classe dirigeante espagnole, les légitimistes s'insurgent contre le principe de la centralisation administrative, héritage du jacobinisme révolutionnaire et du despotisme napoléonien. Selon eux, "c'est à la manie de centralisation importée de France par les hommes d'état de la régente qu'il faut attribuer la première cause de cette guerre4". En revanche, ils appuient la cause des Basques qui défendent leurs libertés locales, les fueros, puisqu'eux-mêmes sont attachés à la restauration des anciennes libertés provinciales françaises. Voici d'ailleurs ce qu'en dit l'un des organes les plus puissants de la presse légitimiste française : "L'affaire des fueros ramène les esprits sur la question des libertés provinciales détruites en France par le niveau de la Constituante et la hache de la Convention et que l'Espagne réclame les armes à la main"5. Tout est en place pour que le débat sur la question espagnole prenne une place plus importante que prévu et c'est dans une presse en plein essor qu'il a lieu.

Quelques mots sur la presse légitimiste française de l'époque

  • 6 Ici, les partisans de Charles X. Il est intéressant de noter l'homonymie.
  • 7 Les lois de septembre 1835 réduisirent l'usage des libertés politiques en aggravant notamment la r (...)

6Un des premiers effets de la révolution de 1830 a été d'amener à la presse (qui a présidé à la chute du régime précédent) une fraction importante de l'opinion publique, ce qui lui a permis d'étendre sa clientèle et d'augmenter fortement ses tirages. Louis-Philippe et ses gouvernements successifs sont, pendant toute la durée du règne, aux prises avec l'hostilité d'une double opposition : celle des partisans de la légitimité et celle des adeptes d'une révolution politique et sociale. Ce nouveau régime a ainsi pour adversaires à la fois ceux dont il a pris la place et ceux qui vont lui reprocher de les trahir. Ces journaux d'opposition, républicains ou carlistes6, se dépensent sans compter. Ils ne laissent passer aucun événement de politique intérieure ou étrangère sans le mettre à profit. Bref, tout se résume pour eux en déceptions, bassesses, infortunes, catastrophes, inepties, indignation ou dégoût. En 1833, les journaux légitimistes se sont résignés aux conséquences des journées de Juillet (même s'ils espèrent que le sort de la monarchie absolutiste n'est pas définitivement réglé), mais leur parti a été douloureusement blessé dans ses intérêts par la révolution de 1830 et ils n'hésitent pas à prendre position contre la politique du gouvernement en place. Ils usent de la force politique du journalisme pour entretenir la flamme du légitimisme. Mais très vite, de nouvelles lois sur la presse7 rendent la polémique plus ardue sur la France et font que l'on se tourne de plus en plus vers les nouvelles de l'étranger. En outre, dans un siècle que les historiens ont consacré comme celui de l'éveil des nationalités, la politique étrangère reste au cœur des préoccupations.

7Les nouvelles du dehors occupent d'ordinaire les premières colonnes des quotidiens. Il s'agit assez souvent de "dépêches", c'est-à-dire de nouvelles brèves qui cherchent avant tout à informer les lecteurs, qu'elles proviennent de confrères mieux renseignés sur la question (français ou étrangers) ou de correspondants sur place. Mais il existe aussi des articles de fond qui expriment de façon plus subjective les tendances politiques du journal. Dans ces articles, les journalistes cherchent à apprécier plus ou moins exactement les parallélismes qui existeraient entre la situation de la France et celle de l'Espagne, car ils pensent pouvoir en tirer des leçons. C'est surtout à travers ces analyses qu'il est possible de mettre en évidence certaines considérations au sujet de l'Espagne carliste et en particulier des provinces basques et de la Navarre.

8La presse légitimiste s'enflamme pour cette cause étrangère si favorable à sa vision des choses et à son parti. Les déceptions de la politique intérieure disparaissent alors pour faire place à un enthousiasme exagéré dès le début des événements. Cet intérêt très vif pour le parti carliste est perceptible de manière immédiate et concrète par la quantité d'articles concernant l'Espagne qui paraissent dès le début du conflit et qui sont destinés à des lecteurs peu avertis sur la question. Ces articles se trouvent, la plupart du temps, en première page (ce qui montre l'attention primordiale que l'on porte à cette question d'actualité) et ils peuvent quelquefois aller jusqu'à remplir la moitié des colonnes de ces journaux. Les protestations d'impartialité qui paraissent de temps à autre n'empêchent pas le parti pris.

Les attaques du libéralisme centralisateur : l'identité espagnole en danger

L'Espagne constitutionnelle ne peut subsister longtemps, telle qu'elle s'est organisée à la hâte et sous l'impression d'exemples voisins.
L'Europe monarchique, le 3 août 1839)

9La presse légitimiste dénigre constamment les pires ennemis de la cause qu'elle a en commun avec les peuples basques et navarrais : les libéraux (ou révolutionnaires, puisque les deux sont souvent assimilés). Elle leur reproche tout d'abord d'aller chercher dans un pays révolutionnaire comme la France de nouvelles institutions qui devraient au contraire provenir d'un "vœu national" :

  • 8 Le Rénovateur, le 11 octobre 1833.

Exécuteurs testamentaires des constituants et des conventionnels, les libéraux espagnols trouvèrent leur symbole politique tout fait dans la constitution de 91 et dans celle de l'an III, et, portant une main sacrilège sur tout ce qu'il y avait de plus vivant dans la nation la plus primitive de l'Europe, ils s'avisèrent de la tailler sur le patron d'un parchemin constitutif. Sous prétexte de décharger l'Espagne de ses vieilles chaînes, on la chargeait de dettes et d'impôts que, malgré tout son respect pour le pouvoir royal, elle n'aurait jamais acceptés de la main même de ses rois8.

  • 9 L'Europe, le 20 janvier 1837.
  • 10 Charte octroyée par Marie-Christine le 10 avril 1834, qui essaie de conjuguer l'ordre ancien avec (...)

10Les journaux légitimistes ne cessent de rappeler que l'imitation est forcément désastreuse pour un pays tel que l'Espagne, qu'elle ne peut être qu'une entrave à son bon développement. Son ancienne organisation politique est censée suffire à sa félicité : "Une nation vit-elle sous les lois prospères de l'ancien ordre monarchique ? vite, qu'on lui importe une loi organique nouvelle ; comme si la défroque constitutionnelle d'un peuple allait à un autre9". Ils citent comme exemple d'emprunt à un modèle étranger son nouveau système représentatif : "ces cortès et ces procérès, parodie de nos députés et de nos pairs de France". A l'entreprise rationnelle et volontaire des hommes pour modifier les institutions, la pensée contrerévolutionnaire des légitimistes oppose toujours la nécessité que les choses se fassent selon leur cours naturel. Dans une telle perspective, l'idée même d'une constitution (en l'occurrence, celle de 1812) ou d'un texte (comme celui de l'Estatuto Real10) qui fixeraient la nature et les modalités des institutions apparaît comme totalement absurde. Les légitimistes n'admettent pas que les mêmes principes soient applicables à tous les gouvernements sans distinction. Ils considèrent cela comme un défi à l'expérience des siècles et à l'autorité de Dieu. Aux rêves universalistes des libéraux, ils opposent les leçons du passé et la sagesse divine. L'Histoire et la foi catholique deviennent les seuls principes d'explication et de justification politique.

11Ainsi, lorsque l'Espagne est qualifiée de "nation primitive", ce n'est pas pour la critiquer, mais pour l'opposer aux pays dits "civilisés" comme la France ou l'Angleterre. En effet, le terme de "civilisation" a, chez les légitimistes, une connotation nettement péjorative, puisqu'ils estiment que c'est une "maladie" qui n'a pas pour l'instant atteint la nation espagnole ni ses mœurs qui ne sont pas encore saturées par le luxe corrupteur de la civilisation ni l'égoïsme du bien-être matériel qu'elle procure. Selon eux, c'est l'essence même du peuple espagnol qui rend impossible l'implantation de l'esprit révolutionnaire en Espagne. Cela leur permet d'affirmer que, puisque l'implantation de la Constitution de 1812 a échoué, l'usurpation échouera de même :

  • 11 La France, le 23 juillet 1836.

L'Espagne n'est pas encore un peuple mûr pour l'usurpation sociale, cette maladie des grands Etats qui naît de l'excès de la civilisation même, et qui constate la vieillesse des nations et la décrépitude des peuples. En Espagne, il y a encore trop de sentiment religieux, trop de sève publique, trop d'abnégation privée, trop de passions nationales et trop d'orgueil commun pour que l'esprit révolutionnaire ait entièrement prise sur le caractère et les mœurs de l'Espagnol11.

12La notion de civilisation est ici intimement liée à celle de décadence ; cette réflexion se révèle donc être aussi une méditation sur la décadence des sociétés libérales qui ne parviennent pas à maintenir intact un patrimoine ni à en assurer la survie. Les nations libérales sont considérées comme les responsables de la perte ou du nivellement des coutumes, à cause de leurs régimes abstraits et arbitraires qui ne tiennent pas compte des particularismes du terroir. L'Espagne est, au contraire, une nation proche de sa terre et de ses lois naturelles. Jusqu'à présent, ses institutions ont été modelées par son histoire et ses traditions séculaires. Cette forte identité nationale que l'on agresse représente l'ordre ancien et il est donc important pour les partisans de l'ancien régime de la protéger et de la défendre, car il y a un risque de contagion qui a déjà atteint la capitale :

  • 12 L'Europe, le 28 janvier 1839.

Les partis sont très bien dessinés dans la Péninsule. Les partisans de Christine sont les hommes les plus antinationaux. L'amour de la patrie ne fut jamais leur premier, leur unique mobile : l'intérêt, la cupidité, le besoin incessant de satisfaire aux exigences d'une vie de luxe et d'aventures, les rendent indifférents à leur cause et les jettent en esclaves sous la main de l'étranger. C'est un parti sans foi, sans dévouement, sans la moindre étincelle de patriotisme ; l'or est le seul dieu auquel il sacrifie ; l'Espagne une vaste exploitation abandonnée à l'industrie du vice et de la trahison, pour servir les passions individuelles12.

L'attachement aux libertés locales en opposition à la "tyrannie de la raison" : un retour à l'Histoire

  • 13 Le peuple basque est porteur d'un héritage historique qui est le fondement de la Nation telle que (...)

13Les légitimistes français, comme les Basques combattant aux côtés de don Carlos, sont favorables à la décentralisation administrative et nostalgiques de l'Ancien Régime. Pour eux, la seule politique valable pour une nation telle qu'ils la conçoivent est celle qui s'appuie sur son histoire et sur ses traditions séculaires. Cette politique est dite "naturelle" en ce qu'elle est conforme aux lois de la Nature et, surtout, en ce qu'elle ne procède pas de l'intervention abstraite de la Raison. Selon les légitimistes, l'expérience historique doit être ainsi privilégiée face aux méfaits de la raison et de l'abstraction. En effet, il est dangereux de vouloir légiférer ou établir des constitutions écrites sans avoir, au préalable, pris en compte cette constitution véritable qui fait le tempérament particulier, le génie propre et l'Histoire nationale de chaque pays. Leur doctrine s'en prend autant à l'universalisme qu'à l'abstraction révolutionnaire, au nom du droit à la diversité des peuples : la Révolution française comme la Constitution de Cadix ont été, selon eux, des parenthèses dans l'histoire de la France et de l'Espagne, après quoi le cours naturel des événements a repris le dessus. C'est donc la preuve que toute transformation soudaine et globale, opérée délibérément par l'action de l'homme, ne peut réussir durablement, contrairement à une évolution lente et graduelle qui se développe spontanément et conformément aux lois naturelles13.

14L'existence des fueros, ces privilèges collectifs anciens qui donnent à ces provinces une certaine autonomie politique et administrative ainsi qu'une identité bien particulière, est incompatible avec la volonté de centralisation des libéraux. Les chefs carlistes l'ont bien compris et, pour s'attirer les faveurs et obtenir l'appui des secteurs populaires anti-centralistes, ils n'hésitent pas à se faire les champions attitrés de la conservation des fueros dès le début du conflit. La lutte pour le maintien des fueros est ainsi transformée tout naturellement en une lutte pour les plus anciennes traditions espagnoles et pour la religion.

15En fait, les légitimistes français vont, par tous les moyens, tenter de démontrer que les fueros sont inhérents au style de gouvernement et de société que défendent les carlistes et que l'un ne va pas sans l'autre. Si les libéraux soutiennent que les provinces basques et la Navarre ne se sont révoltées que pour la conservation de leurs privilèges, la presse légitimiste affirme au contraire qu'elles "combattent pour la légitimité et la civilisation contre l'usurpation et la barbarie révolutionnaire" et que, par conséquent, "les intérêts matériels de ces provinces les occupent secondairement". Le problème se pose surtout lorsque surgit l'idée d'une transaction vers la fin de la guerre. A ce moment-là, le pays était épuisé, les Basques et les Navarrais étaient las de combattre sans résultat et des agents de la reine essayaient de parvenir à une paix blanche avec le programme de Paz y Fueros. C'est pour cela que paraissent dans la presse des articles tels que celui-ci, proclamant la fidélité des Basques et des Navarrais à la cause du Prétendant :

  • 14 La Gazette de France, le 6 juillet 1838.

Les fueros de la Biscaye, de l'Alava et du Guipuzcoa sont aussi anciens que ceux de la Navarre, et, comme ces derniers, ils ont toujours été maintenus par les rois d'Espagne, quand ces différentes provinces se trouvèrent annexées à la couronne de Castille. Le gouvernement constitutionnel seul essaya toujours de les priver de leurs privilèges, et il s'est mal trouvé de ses tentatives. Par esprit de conservation, les provinces basques se sont constamment montrées très dévouées à la légitimité, qui, elle, a toujours religieusement respecté leurs fueros. Monarchie légitime et privilèges sont deux choses inséparables, aussi les Basques, en se déclarant pour Charles V, en 1833, ne parlèrent point de leurs fueros dans leurs proclamations, parce que la reconnaissance des droits du nouveau roi impliquait nécessairement celle des leurs, attendu qu'un droit en assure un autre. Mais l'usurpation ne peut garantir, maintenir des privilèges accordés par des souverains légitimes14.

16En réalité, dans la crainte de perdre leur ancienne indépendance et les avantages qui allaient avec, ces provinces étaient toujours prêtes à s'attacher à n'importe quel parti luttant contre la centralisation. Elles ne s'intéressaient pas aux buts du chef sous le drapeau duquel elles combattaient, mais plutôt à l'assurance qu'il leur donnait de conserver leur indépendance ancestrale. Pour résumer et simplifier, on peut affirmer que, de par leur organisation politique, les provinces basques étaient plutôt démocrates, mais dans leur esprit la cause de don Carlos (pourtant peu enclin aux idées démocratiques) s'identifiait avec celle de leurs libertés locales, menacées par l'unité constitutionnelle de l'Espagne. Ainsi, les provinces basques luttaient pour leurs fueros et leur indépendance tout en résistant comme absolutistes, et c'est de là que provient cette identification entre les deux partis.

La nostalgie de la Vendée et le spectre de la Révolution

  • 15 La France, le 7 juin 1835.

17Le soulèvement des populations dans les provinces basques et la Navarre est une nouvelle occasion pour les légitimistes français de rêver à une nouvelle Vendée dont le souvenir, dans les années 1830, est encore très vif. Cette insurection contre-révolutionnaire, qui avait pris naissance en 1793 dans la population paysanne soutenue et dirigée par des nobles et de nombreux prêtres réfractaires, avait menacé de réapparaître en 1832 sous la houlette de la duchesse de Berry, mère du duc de Bordeaux, dernier prétendant légitimiste au trône (sous le nom d'Henri V) depuis l'abdication de Charles X. L'échec cuisant de cette dernière tentative n'empêcha pas les rapprochements flatteurs entre Basques, Navarrais et Vendéens. Tout d'abord, la guerre de Vendée avait été une sorte de guérilla favorisée par les haies et les chemins creux du bocage, comme les Basques l'étaient par la connaissance leur région montagneuse. Elle aussi avait été dirigée par des généraux autochtones dont certains étaient issus du peuple (ainsi que l'armée de soldats-paysans qui la composaient). Le prestigieux général espagnol, Tomás Zumalacárregui, que l'on qualifie volontiers dans la presse de "Vendéen Navarrois" mais aussi de "Cid de Navarre"15, incarne bien le type du héros vendéen. Dans certains articles, on insiste surtout sur l'esprit de sacrifice et de dévouement des Navarrais et l'appellation de Vendéens pour les désigner fait référence à cette qualité commune à ces deux peuples :

  • 16 La France, le 13 janvier 1838.

L'enthousiasme actuel des Navarrais est toujours le même ; ils donnent à cette noble cause leur or, leur sang et leurs fils. Quand un de ces braves et nouveaux Vendéens est tombé au champ d'honneur, la famille se rassemble, le père se lève et dit : "Qu'un autre meure pour Dieu et le Roi !" et le plus âgé part, joyeux et résolu ; il arrive et comble le vide laissé par la mort de son frère16.

18Cette même idée, empreinte de romantisme, est développée par un autre journal qui nous donne une vision encore plus spectaculaire et exaltée de l'héroïsme navarrais et suggère que ces qualités qui existaient dans le passé chez les Vendéens existent encore aujourd'hui chez les Basques. Ce sont des qualités qui méritent d'être sauvegardées pendant qu'il en est encore temps, c'est-à-dire avant qu'on ne détruise aussi cette identité nationale par une volonté de nivellement :

  • 17 La Gazette de France, le 11 octobre 1833.

En Espagne, l'ordre naît de la plus grande perturbation. Les juntes s'organisent, les pouvoirs généraux et locaux se forment sans efforts ; s'il faut une tête à mille bras armés, on la trouve dans un couvent, dans un château, dans une boutique ou une chaumière, et on obéit parce que le dévouement à la patrie est le premier titre au commandement. C'est l'esprit vendéen si mal compris par nos hommes d'état à courte vue ; esprit d'égalité, parce que c'est là une des bases du christianisme, esprit d'abnégation et de sacrifice, qui a valu à cette nation le titre d'Héroïque17.

  • 18 Les moderados étant favorables à la politique du gouvernement de Marie-Christine et les exaltados,(...)

19Un autre souvenir refait souvent surface dans certains articles : celui de la Révolution française. Il est difficile de savoir si les légitimistes français ont réellement cru à un possible retour de cette époque pour eux maudite, mais, dans tous les cas, le ton de leurs articles est très souvent alarmiste à ce sujet. Ils craignent surtout une propagation de l'esprit révolutionnaire en France. Les légitimistes français sont intéressés à ce que la révolution ne soit pas victorieuse en Espagne, car ce serait un exemple dangereux et un immense encouragement pour tous les partisans de cette forme de gouvernement en Europe. Ce qu'ils entendent par révolution est en fait l'établissement de tout régime qui ne soit pas une monarchie absolue. C'est ainsi que l'on retrouve très souvent confondues république, monarchie constitutionnelle sous toutes ses formes ("moderados" et "exaltados" en Espagne, par exemple18) et toute autre forme de gouvernement apparu après 1789. Les révolutionnaires sont les véritables ennemis de la monarchie et les seuls qui, autant par leur nombre que par leur fanatisme, lui donnent des craintes sérieuses. Même si le journaliste, auteur des lignes suivantes, cherche tout d'abord à disculper l'identité profonde du peuple espagnol, c'est la peur de l'influence néfaste qu'aurait une insurrection révolutionnaire dans ce pays qui transparaît :

  • 19 La France, le 6 septembre 1836.

Les masses populaires ne sont pas en Espagne aussi disposées à une révolution que l'étaient en 1789 les masses populaires en France ; les principes religieux ont encore conservé un grand empire sur le peuple espagnol. Ces principes seront un obstacle aux succès durables de la révolution ; mais le danger véritable et réel pour les monarchies de l'Europe est que l'exemple donné par la révolution espagnole ne soit une excitation à des révolutions dans d'autres états tels que l'Italie et la France, où les masses populaires sont depuis longtemps travaillées par les doctrines républicaines, et par l'espoir d'une nouvelle répartition de la propriété ; et que de ces révolutions il naisse des désordres et des malheurs semblables à ceux qui ont souillé en France le gouvernement révolutionnaire de 1793, ou même plus grands encore19.

20Ici, l'histoire est encore mise à contribution ; cette fois, ce n'est pas pour enthousiasmer ou bien rassurer les lecteurs, mais plutôt pour les effrayer et les avertir du danger qui les attend. La presse légitimiste n'hésite pas à dresser l'épouvantail de la révolution, même s'il est difficile de faire la distinction entre la volonté de polémique ou l'effet de style et la crainte réelle d'une répétition de l'Histoire.

II - L'agression contre l'identité basque devient une agression contre celle de tous les peuples européens

Dans le pays de Don Quichotte, le juste-milieu trouvera autre chose à combattre que des moulins à vent.
La Mode, le 9 décembre 1833)

Les Basques et les Navarrais gardiens de la tradition espagnole

21Les journaux légitimistes s'attachent à souligner et à vanter les qualités qui font des Basques et des Navarrais des Espagnols exemplaires. Il s'agit pour eux de démontrer, selon un procédé de rhétorique bien connu, que, puisque les Basques sont parés de toutes les qualités, la cause qu'ils défendent ne peut être que la bonne. Le procédé est d'autant plus nécessaire que les journaux légitimistes sont persuadés de la valeur de la cause, bien plus que de celle des défenseurs. Ils nous donnent donc une image idéalisée et romantique de ce peuple courageux et fier à la fois, gardien des traditions et respectueux des croyances et qui vit en parfait accord avec lui-même. Le peuple basque mérite des éloges de la part des légitimistes français uniquement parce qu'il semble s'accorder à leur vision du monde.

22Tout d'abord, c'est un peuple qui est habitué depuis toujours à faire la guerre et à défendre ses droits contre l'envahisseur étranger. Il est le porteur de tout un héritage historique de lutte pour sa propre indépendance. Depuis les Romains jusqu'à l'invasion napoléonienne, rien n'a changé ; les Basques et les Navarrais ont toujours été indomptables et leur passé glorieux justifie leurs actions présentes :

  • 20 La Gazette de France, le 10 octobre 1833.

La voilà encore sur la scène du monde, cette Espagne mâle et fière qui, après avoir lutté contre la domination romaine, chassé les Mores (sic), défendu son sol contre le protestantisme, vaincu la tyrannie de Napoléon, se présente à un nouveau combat contre le principe révolutionnaire et l'usurpation20.

23D'après la presse légitimiste, le courage et l'adresse militaire font réellement partie de la nature profonde du peuple basque. Comme nous pouvons le constater dans ces quelques lignes, les Basques sont nés pour faire la guerre et habitués à vivre dans un environnement auquel ils se sont parfaitement adaptés et qu'ils connaissent dans ses moindres détails :

  • 21 .La Gazette de France, le 6 juillet 1838.

... ces Basques sont patients, laborieux, obstinés, probes, agiles, grands marcheurs, forts adroits à tous les exercices du corps ; connaissant les moindres sentiers de leurs montagnes, ils deviennent des partisans fort dangereux pour une armée d'occupation, lorsque, se lassant de sa présence, ils se déterminent à former des guérillas21.

24Il est intéressant de noter que ces caractéristiques sont, le plus souvent, présentées comme ayant un caractère permanent chez eux. Les thèmes de la continuité et de l'expérience se retrouvent dans toutes les descriptions qui concernent les Basques. De plus, ils ont une autre qualité essentielle pour des héros espagnols : la noblesse. Mais ils ne possèdent pas seulement ce que l'on appelle communément de la noblesse de caractère ; ces gens simples sont tous des hidalgos de par leurs origines et leur passé glorieux. Il est souvent rappelé au lecteur que, dans ces contrées, les écussons armoriés placés sur la cabane du pauvre paysan comme sur la maison du riche seigneur témoignent de la gloire et des hauts faits des ancêtres de ce peuple courageux, dont les titres de noblesse furent conquis à la pointe de l'épée et leur valurent de nombreux privilèges. Cela leur confère une grandeur supplémentaire à laquelle la plupart des légitimistes sont particulièrement sensibles.

La fusion de l'identité basque et de l'identité espagnole. Les Basques : des Espagnols exemplaires

  • 22 L'Europe, le 7 avril 1837.

25Les journalistes tendent à étendre la vision positive et flatteuse qu'ils ont du peuple basque au peuple espagnol tout entier. De la même façon qu'il existe un peuple basque vertueux par opposition à un mauvais peuple madrilène, la presse va construire pour ses lecteurs l'image du bon Espagnol, défenseur de l'Autel et du Trône, qui répond à celle du mauvais Espagnol soutenant Marie-Christine et son gouvernement libéral. Cette assimilation repose aussi sur l'assertion fausse, mais souvent répétée et invérifiable pour les lecteurs de l'époque, que la majorité nationale est carliste, quoique très mal représentée à Madrid : "Ce n'est donc pas le peuple espagnol qui s'oppose à l'établissement de Charles V au trône de ses pères, mais seulement un petit nombre de révolutionnaires22."

26La défense de la religion est par conséquent la raison de presque tous leurs combats. Les journaux légitimistes nous donnent la vision d'une nouvelle Croisade qui a été entreprise par un peuple poussé par des prêtres qui n'hésitent pas à prendre les armes. Lorsqu'à la violence des guérillas des provinces basques répond la violence anticléricale du peuple madrilène contre des moines accusés d'être les responsables de l'épidémie de choléra qui faisait des ravages en 1834, voici les commentaires que ces événements inspirent :

  • 23 La France, le 26 septembre 1835.

La guerre de Navarre est une lutte des principes religieux et monarchiques avec l'athéisme le plus stupide et l'anarchie la plus barbare. C'est le combat livré par l'Espagnol ami de l'ordre contre l'Espagnol vandale qui dévaste les asiles des ministères de la religion, égorge ceux qui ne peuvent pas échapper à sa férocité, réduit en cendres les monuments sacrés de la piété des autres siècles, et, dans sa fureur frénétique, méconnaît ou brave la voix de ceux qui le guident dans la carrière de la révolution23.

  • 24 Elle ne fut abolie que sous le règne de Ferdinand VII, en mars 1820, au début du trienio liberal.

27Le "peuple espagnol" qui lutte pour don Carlos doit lui aussi être revalorisé auprès des Français de l'époque qui ont une vision plutôt négative de l'Espagne qui était, il n'y a pas si longtemps encore, le pays de l'Inquisition24. Alors, au lieu d'insister sur son esprit religieux que les journaux des autres tendances n'hésitent pas à qualifier péjorativement de "fanatisme" ou de "superstition", ils mettent l'accent sur son indépendance et son instinct de liberté dont les fueros sont le symbole :

  • 25 La Quotidienne, le 7 janvier 1837.

On s'est plu à représenter le peuple espagnol comme soumis à une idiote religiosité, à une sorte de servage politique, et c'est là encore un des préjugés de nos réformateurs ; aucun peuple, en Europe, n'est plus fier, plus intelligent, plus réellement indépendant ; et ce caractère intelligent et libre se manifeste dans les campagnes plus encore que dans les villes, où l'instinct des mauvaises passions corrompt la nature du peuple et le transforme en une ardente populace25.

  • 26 La bataille d'Oriamendi (mars 1837).
  • 27 Par ce traité du 22 avril 1834, l'Espagne obtient l'appui des puissances libérales (France, Portug (...)

28La défense du trône est présentée comme le deuxième motif de lutte contre la propagation des idées libérales. La victoire de l'armée de don Carlos sur les troupes de la Légion étrangère anglaise26, présentes sur le territoire espagnol suite au traité de la Quadruple Alliance27, est un prétexte pour présenter don Carlos, non comme un Prétendant écarté du trône qui lutterait pour son intérêt personnel en vue de le récupérer, mais plutôt comme un homme qui défend les intérêts de son pays. En effet, le vrai défenseur de la Nation est celui qui suit sa volonté éternelle (la voie de la tradition) et non celle du moment (la voie de la révolution). Don Carlos représente pour les légitimistes le véritable parti national ou plutôt la nation toute entière. C'est, en quelque sorte, une mise au point sur ses motivations réelles que l'on trouve ici :

  • 28 La Mode, janvier 1837.

Qu'on y fasse attention, ce n'est point ici seulement une victoire de parti, c'est une victoire nationale ; ce n'est point seulement une victoire carliste, comme ils disent, c'est une victoire espagnole. Le dernier succès de don Carlos n'a pas seulement une importance militaire, mais une importance politique. S'il y a une partie de ses sujets pour lesquels il n'est pas encore légitime, il est maintenant national pour tout le monde. Si aux yeux de ceux qui respectent les droits sacrés de l'hérédité et de la transmission monarchique, il est roi d'Espagne par droit de naissance ; aux yeux de ceux qui sont moins frappés de la valeur imprescriptible de ces titres, il apparaît comme le vengeur de l'honneur du pays offensé, comme l'homme de la nationalité espagnole, comme le libérateur du territoire28.

  • 29 Cette phrase est tirée de l'Histoire politique de l'Espagne moderne (Paris, 1841) de Manuel de Mar (...)

29Don Carlos est érigé en défenseur des valeurs et des intérêts nationaux. Il est le porteur des revendications d'un peuple assujetti aspirant à l'indépendance. En acceptant la présence de légions étrangères sur le territoire espagnol, Marie-Christine est coupable d'avoir sacrifié l'intérêt de la nation et de l'avoir livrée à des puissances étrangères qui pourraient profiter de sa faiblesse pour s'immiscer dans des affaires qui ne les regardent pas. A ce sujet, le Rénovateur du 28 mai 1835 cite une phrase d'un livre de Manuel de Marliani, consul d'Espagne à Paris, qui illustre bien l'opinion de ses rédacteurs sur l'intervention des nations européennes en Espagne : "Toute intervention étrangère frappe de mort l'indépendance nationale"29.

La défense d'une certaine idée de l'Europe passe par le combat que mènent ces provinces

30Le second glissement identitaire qui se produit repose sur le précédent. De la même manière que le carliste basque est présenté comme l'Espagnol par excellence, l'Espagnol (dont on ne retient que le partisan carliste) est vu comme le modèle universel de tous les peuples. Aussi, les journaux légitimistes vont jusqu'à envisager la forme de société qui est censée être défendue et préconisée par les provinces basques comme un modèle, non seulement pour l'Espagne, mais pour l'Europe toute entière.

31L'antagonisme des puissances absolutistes et libérales donne à cette guerre civile une dimension européenne. Ce qui se passe en Espagne doit être un enseignement pour les autres monarchies européennes. Un rédacteur de la revue légitimiste La Mode déclare dans le numéro de juillet 1837 : "Le peuple espagnol est le modèle des peuples, comme le roi Charles V est le modèle des rois". La Quotidienne va encore plus loin. Pour ce journal, ce qui se joue en Espagne concerne l'Europe toute entière et l'issue de cette guerre civile pourrait avoir un impact hors de ses frontières :

... car ces hommes qui combattent et qui meurent en Espagne, combattent et meurent pour le principe qui est la base de toutes les monarchies européennes. Leurs efforts profitent à tous les trônes. Dans la personne de Charles V, ils maintiennent le droit de tous les rois légitimes.

  • 30 La Gazette de France, le 11 octobre 1833.

32L'éventuelle victoire de don Carlos sera donc une victoire contre le libéralisme européen et surtout contre le juste-milieu français, ainsi "il fera reculer et trembler cette politique égoïste et cruelle, parée d'un masque hypocrite, et qui, sous le nom de libéralisme, n'est qu'une dure tyrannie et une triviale usurpation30 ". Cette même idée est envisagée sous un autre angle bien plus alarmant pour les légitimistes français, celui d'une victoire des "cristinos" qui profiterait automatiquement aux idées libérales. On peut lire dans le même article la maxime suivante : "Toute usurpation sert l'usurpation" et encore : "Il faut que l'Espagne soit révolutionnée pour que la révolution de juillet ait quelques jours de vie". Il ne faut donc pas être surpris qu'un gouvernement d'origine libérale favorise, partout où l'occasion s'en présente, l'usurpation de la couronne et l'abolition des anciennes lois. Or, selon les journaux légitimistes, l'Espagne veut rester une monarchie libre, mais pas libérale, et il faut bien prendre garde à cette distinction. Si libérale signifie pour eux usurpatrice et révolutionnaire, libre équivaut en revanche à libre de conserver sa foi religieuse et ses institutions politiques anciennes sans subir l'influence néfaste de l'extérieur. Ici, ils opposent la liberté formelle, vite réputée abstraite et mensongère, aux libertés réelles, enracinées dans la tradition et confirmées par l'histoire. De plus, les légitimistes sont persuadés que tous les peuples européens sont profondément monarchistes, mais que certains seulement ont la forme de gouvernement qu'ils souhaitent, ou du moins la possibilité de l'obtenir (comme c'est le cas pour l'Espagne carliste), alors que dans d'autres pays, comme c'est le cas en France, les libéraux semblent durablement installés au pouvoir. Selon eux, l'Espagne est un pays dont les vieilles institutions et la religion n'ont jamais été altérées, car elles ont toujours été plus puissantes que les Maures, Luther, Napoléon ou l'esprit révolutionnaire en général. Il faut donc, une fois de plus, empêcher la soumission des provinces du Nord de l'Espagne (encore vierges d'une quelconque influence étrangère) au régime niveleur de Madrid, c'est-à-dire s'opposer à l'établissement du gouvernement modèle que les libéraux aspirent à fonder partout en Europe. Le seul modèle de gouvernement qui puisse convenir pour l'Espagne doit obligatoirement venir du peuple espagnol lui-même et ce peuple n'est ni libéral, ni révolutionnaire, il est profondément monarchiste :

  • 31 Le Rénovateur, le 20 octobre 1833.

L'Espagne réalise par sa noble conduite le système de politique que nous ne cessons d'expliquer, et elle montre la différence qu'il faut faire entre la liberté et le libéralisme, la liberté fidèle aux rois, et le libéralisme ennemi des peuples, la liberté venue de Dieu, et le libéralisme rebelle à la religion ; ainsi l'instinct d'un peuple qui n'a que son bon sens, fort de leçons, a l'habileté raffinée de tant d'hommes d'état à qui la civilisation même ôte la raison : ce peuple a la liberté toute trouvée. Il n'a pas besoin de la chercher dans des chartes inventées par le caprice du libéralisme, et qui ne sont après tout qu'un passage au despotisme ou à l'anarchie. Cet exemple de sagesse dans une immense nation fait voir assez ce que le christianisme donne de droiture aux masses populaires et ce qu'il y a de grand dans la constitution morale d'un pays qui ne sait être que fidèle à Dieu. C'est après cela un spectacle bien digne de pitié que celui de notre libéralisme affranchisseur des peuples, qui veut à toute force affranchir aussi ce peuple espagnol, c'est-à-dire apparemment l'affranchir de ses vœux, de ses pensées, de sa foi, de lui-même enfin, ce qui serait en d'autres termes l'exterminer31.

33Selon la presse légitimiste, la religion doit absolument rester le pilier des nations européennes de la même façon qu'elle a présidé depuis des siècles à l'unité du peuple espagnol, qui est le modèle des peuples restés fidèles à la foi catholique.

III - L'absence totale d'une quelconque connaissance de l'identité basque

34La situation en Espagne est celle d'un conflit ouvert qui permet à la presse de faire appel aux sentiments du public et de dramatiser des revendications existantes mais peu mobilisatrices pour la grande majorité du peuple français. De plus, l'éloignement autorise les pronostics les plus fous et une très grande déformation des faits. On peut tout dire et son contraire pourvu que cela cadre suffisamment avec les idées que l'on défend en France. Les Basques ne sont que des instruments de polémique, des outils auxquels on s'intéresse uniquement pour l'utilité qu'ils peuvent avoir afin de construire une image attachante et attrayante d'un peuple qui représente un idéal plutôt qu'une réalité. Au lieu d'enrichir la vision de l'identité basque de leurs lecteurs, les journaux se servent d'idées toutes faites, déjà présentes chez la majorité d'entre eux. C'est ainsi que le peuple basque devient interchangeable avec d'autres peuples qui défendent leur identité (et le fait de les comparer à des Vendéens le prouve). A travers les Basques, c'est tout l'ordre ancien que l'on agresse. Aussi, l'image qu'on en donne dans la presse est très souvent réductrice et peu nuancée. La plupart des articles s'appuient sur des idées largement admises. Le plus souvent, les journalistes n'ont qu'une culture livresque et partielle dont ils ne se servent que pour assouvir leur soif de romantisme. C'est donc une vision des Basques souvent caricaturale ou inexacte qui va servir de base à la création d'une identité conforme aux opinions ou aux idéaux de ceux qui écrivent des articles à leur sujet.

La déformation des faits

35Un des procédés employés le plus fréquemment dans la presse est la diffusion d'informations soit incomplètes, soit partiellement ou totalement erronées et reposant, de toute manière, sur des informations impossibles à vérifier. C'est ainsi que la Quotidienne, dès le 5 octobre 1833, à l'annonce de la mort du roi Ferdinand VII, s'empresse de proclamer don Carlos, alors en exil au Portugal, nouveau roi d'Espagne :

... Il y a tout lieu de présumer que le nouveau roi se mettra immédiatement en route pour se rendre au milieu de son peuple qui le recevra avec enthousiasme.
D'après la connaissance assez exacte que nous croyons avoir de la situation particulière de l'Espagne et de la situation générale de l'Europe, nous ne craignons pas d'avancer que cette succession royale s'accomplira dans la personne de l'héritier légitime sans difficulté sérieuse à l'intérieur, et sans aucune difficulté provenant du dehors. Le droit est positivement pour don Carlos, et le vœu de la nation espagnole, comme celui de l'Europe, sont d'accord avec le droit du nouveau roi Charles V.

  • 32 Le 17 juillet 1834.

36Lorsque l'on confronte ces affirmations avec la réalité —c'est-à-dire la reconnaissance immédiate d'Isabelle comme reine d'Espagne par les gouvernements français et anglais— des "difficultés" intérieures qui dureront tout de même sept ans et l'entrée de don Carlos en Espagne une année seulement après le début de la guerre civile32, on se rend compte que seuls la précipitation et un optimisme exagéré ont pu dicter de telles affirmations.

  • 33 En opposition avec le parti de l'usurpation.

37Dès que les hostilités commencent, il leur paraît évident que ce sont les carlistes qui prennent l'avantage aussi bien militairement que dans le cœur de la population espagnole, alors que seules les provinces basques et navarraises se sont soulevées. Selon ce même journal, la situation est favorable à don Carlos dans toutes les provinces insurgées et elle est en progrès constants dans le camp royaliste33. Dans son numéro du 14 octobre 1833, il fait d'ailleurs le point sur l'identité de ceux qui appuient la cause carliste : "Le clergé, la noblesse et les populations des campagnes exclusivement, celles des villes de l'intérieur en presque totalité, et des villes de commerce en partie, appartiennent au parti royaliste, dont le chef est don Carlos, roi légitime". Ce désir de montrer que l'immense majorité du peuple espagnol unanime et en armes s'est levée pour soutenir la cause du Prétendant apparaît à peu près dans les mêmes termes dans les colonnes de tous les journaux :

  • 34 Le Rénovateur, le 17 octobre 1833.

Les villes et les campagnes sont partout animées du même esprit, et Vive Charles V est un long cri qui retentit d'un bout de l'Espagne à l'autre. L'armée, dont plusieurs corps ont déjà fraternisé avec les volontaires royaux, ne tardera pas à se ranger sous le drapeau de son roi, et d'abandonner les fausses voies où voudraient l'engager les Espagnols ennemis de leur patrie34.

  • 35 L'Europe, le 7 avril 1837.

38En fait, il s'agit de démontrer que la popularité de la cause carliste est sans limites et d'élaborer le mythe d'une Espagne dominée par une minorité de libéraux anticléricaux dont la population toute entière aspire à être délivrée par le nouveau roi Charles V. Pour ce faire, les journaux n'hésitent pas à recourir très souvent à l'utilisation du futur de certitude pour annoncer des événements favorables mais totalement imaginaires. L'imminence d'un fait suffit pour prétendre à son existence : "L'armée [...] ne tardera pas à se ranger sous le drapeau de son roi" ou, un peu plus loin : "Le trône sera donc purifié de toutes ces utopies constitutionnelles"35. Même les défaites prennent l'allure de victoires grâce à la présence dans les rangs carlistes de ce fameux peuple espagnol qui est —est-il encore nécessaire de le remarquer ?— toujours pris dans son ensemble, bien que les faits rapportés ne concernent, la plupart du temps, que le peuple basque. En décembre 1833, alors même que l'armée d'Isabelle a réussi pour un temps à contenir l'insurrection, ce journal insiste encore sur la qualité de ces hommes qui luttent pour leur indépendance et qui, comme en 1808, utilisent une tactique qui a déjà fait ses preuves, celle de la guérilla :

  • 36 Le Rénovateur, le 2 décembre 1833.

Ainsi les insurgés sont dispersés mais non pas détruits. Et pour ceux qui connaissent la Péninsule, un échec n'est pas une défaite. Si l'insurrection était isolée au milieu de la population, la cause de don Carlos serait gravement compromise, mais ce sont des populations entières qui ont pris les armes pour la défense des droits nationaux et de leurs antiques franchises. Une armée formée de pareils éléments peut lâcher pied devant les soldats aguerris et disciplinés, mais ils reviennent à la charge et prennent ensuite leur revanche dans cent petits combats36.

Les contradictions internes de l'argumentaire des légitimistes : l'exemple de la défense de la loi salique

  • 37 Loi française de succession par ordre de primogéniture masculine adoptée par le roi d'Espagne Phil (...)

39Les articles qui font l'éloge de la loi salique37 fleurissent dans tous les journaux légitimistes. Cette fois, il n'est plus question de loi importée et par conséquent inadaptée à la réalité. Il s'agit pour eux de démontrer que la loi salique n'est pas contraire à l'intérêt de la nation espagnole, même si c'est une loi d'origine étrangère, incompatible avec la tradition historique et résultant d'une décision empirique et arbitraire. De plus, la loi salique a toujours été favorable aux intérêts des deux pays, à la lignée des Bourbons, ainsi qu'à la concorde entre les deux peuples :

  • 38 La Quotidienne, le 6 octobre 1833.

Et au fait, est-ce la France qui est intéressée à imposer à l'Espagne une loi contraire à sa loi fondamentale, donnant l'exclusion à une race française, ouvrant le trône à des compétiteurs étrangers dans un avenir plus ou moins prochain et, dans le présent, annihilant la monarchie espagnole en mettant en face de la nation un gouvernement qui lui est incompatible ? Non, évidemment. Car il est de l'intérêt de la France que l'Espagne soit tranquille, unie, gouvernée suivant ses croyances et ses mœurs, soumise à la loi politique qui aplanit les Pyrénées ; la France est l'amie naturelle de l'Espagne, mais le gouvernement actuel et la révolution sont naturellement ses ennemis38.

40Une fois de plus, l'histoire est l'unique pourvoyeuse d'arguments en ce qui concerne l'épineuse question de la loi salique. Le premier argument avancé par les légitimistes pour justifier son maintien est qu'à l'époque le roi Philippe V n'avait fait que renforcer le régime en place grâce à cette loi nouvelle. Son adoption n'avait donc suscité aucun changement dans le cours naturel des événements ; elle s'inscrivait dans une certaine continuité de l'histoire espagnole. La validité de loi salique est par conséquent garantie par le sens de l'Histoire une première fois, puisqu'elle a résisté aux atteintes du Temps. Le deuxième argument avancé est une légitimation historique a posteriori, c'est-à-dire que cette loi a permis à l'Espagne de devenir une monarchie parfaite qui correspond maintenant à la volonté du peuple espagnol. Elle convient donc admirablement à l'Espagne, car l'expérience ne lui a infligé aucun démenti :

  • 39 Le Rénovateur, le 11 octobre 1833.

Lorsque Philippe V établissait la loi salique en Espagne, il modifiait en apparence une loi fondamentale de l'état, mais, en réalité, il ne faisait que donner une base plus large et plus solide à la royauté. C'était un progrès de l'Espagne dans la voie de la monarchie pure, où elle marchait depuis deux siècles, c'était une barrière insurmontable opposée aux intrigues intérieures et extérieures, dont l'avènement d'une femme au pouvoir est partout et toujours la cause obligée. L'Espagne consentit.
Abolir aujourd'hui la loi salique, ce serait détruire la barrière élevée par Philippe V ; ce serait la détruire à une époque où la nation espagnole s'est montrée plus jalouse que jamais de son indépendance, plus impatiente que jamais de toute influence étrangère, de toute intrigue, de toute usurpation intérieures39.

41En défendant la loi salique, la presse légitimiste française livre en fait un nouveau combat contre l'usurpation. Son but n'est pas seulement d'essayer de faire respecter les droits du Prétendant. En demandant la couronne d'Espagne pour don Carlos, c'est à un autre prétendant qu'elle pense, elle pense au "malheureux" Henri V qui a été écarté du trône par l'arrivée au pouvoir de Louis-Philippe en 1830, au mépris de la loi salique en vigueur jusque-là. Elle ne pardonne pas à un duc appartenant à la famille d'Orléans d'avoir détrôné un véritable Bourbon. Le principe même de la légitimité dynastique et de la transmission héréditaire en ligne directe se trouve bafoué par l'usurpation de la branche cadette. Il ne faut pas oublier que le légitimisme est avant tout le parti de la fidélité à la personne du roi légitime. Derrière certaines plumes justicières se cache souvent un intérêt plus égoïste qu'il n'y paraît.

Un retournement de la rhétorique révolutionnaire contre les libéraux : des "identités basques" multiples et contradictoires

  • 40 Rappelons que les partisans de la monarchie absolue n'ont jamais repris le pouvoir après 1830.

42L'intérêt manifesté par les journaux légitimistes pour la cause carliste apparaît à une époque où le parti de la contrerévolution, naguère tout puissant, est pris dans l'engrenage d'un déclin irrémédiable, qui n'échappe pas à la vigilance de ses membres40. Il semble de moins en moins capable de constituer une opposition efficace face à un libéralisme à son apogée. Dans la même période, les républicains commencent à constituer une opposition crédible (qui triomphera en 1848) et qui dispose d'une assise populaire sans cesse croissante. Cette situation conduit, vers la fin des années 1830, à une tentative de rapprochement assez surprenante : les légitimistes essaient de démontrer qu'avec les républicains ils ont en commun de privilégier l'idéal politique par rapport au règne du profit personnel qui caractérise le régime de Louis-Philippe. Cependant, l'évidente incompatibilité de leurs idées respectives brisera cette tentative qui ne rencontre aucun écho du côté républicain.

43Certains articles consacrés à la guerre en Espagne reflètent ces velléités de rapprochement avec les républicains, ou du moins de séduction de leurs partisans, si contradictoires que soient leurs vues et leurs espérances. L'identité basque reste au centre de ces articles qui utilisent une rhétorique révolutionnaire, patriote et même républicaine : on y trouve les mots de "liberté", de "patrie" ou de "droit", habituellement absents du registre contre-révolutionnaire :

  • 41 L'Europe, le 31 juillet 1839.

Ainsi, la distance qui sépare de nous les républicains n'est pas aussi grande qu'on se l'imagine. Qu'ils acceptent le triomphe d'un principe, et de ce principe découleront les droits, les franchises, les libertés et l'indépendance qu'ils désirent. Ce qui doit surtout nous réunir dans un commun sentiment c'est l'amour, le bonheur de la patrie ; c'est le désir d'éteindre le feu des discordes civiles, de proscrire le crime et la trahison, de rétablir le règne des lois, de sauver la nationalité espagnole, de replacer enfin la monarchie de Charles III au rang des monarchies largement et noblement organisées41.

44Cette volonté de récupération et de détournement de certaines idées progressistes est donc purement tactique. Sans doute les organes de droite avaient-ils senti, après les événements de Juillet, la nécessité de concilier la monarchie avec le principe de liberté. Ils pensaient que, pour attaquer le nouveau pouvoir, il n'était plus possible de se placer avec avantage sur le terrain du principe d'autorité, récemment renversé. Il importait donc que leurs vues soient plus larges encore que celles adoptées par le gouvernement libéral. Ce fut l'intuition de cette vérité qui conduisit la Gazette de France à chercher dans le passé de l'histoire espagnole (et française) le système du suffrage universel pour l'opposer au suffrage restreint. C'était évidemment une tactique d'un parti en perdition plutôt que le fait d'une conviction profonde, mais plusieurs journaux se laissèrent entraîner par l'ardeur de la polémique. On voit même poindre dans certains articles l'espérance d'une réconciliation (souhaitée uniquement par les légitimistes) qui pourrait aboutir à un retour à la Restauration :

  • 42 L'Europe, le 28 janvier 1839.

Les hommes qui se rapprochent le plus des carlistes, ce sont les républicains sincères. Il y a en eux tout ce qui manque aux christinos ; nous seuls pouvons leur donner l'autorité du droit, et le jour n'est pas éloigné où, trouvant sous le sceptre de Charles V les libertés pour lesquelles ils se passionnent si généreusement, ils viendront fraternellement nous serrer la main. Ne voient-ils pas que tout ce qu'ils rêvent est chez nous réalité ! Comme nous, ils aiment la gloire, la liberté ; comme nous, ils verseraient jusqu'à la dernière goutte de leur sang pour la défense du territoire et de notre (sic) nationalité ! Peut-être se sentent-ils quelque éloignement pour les institutions catholiques ; mais notre Dieu est le leur, ses ministres sont les nôtres et, comme eux, nous détestons les excès du fanatisme42.

  • 43 La devise qui caractérise la Monarchie de Juillet est celle de Guizot qui a donné à tous les Franç (...)

45Une fois encore, comme avec les Vendéens, ils utilisent le procédé d'assimilation avec un modèle connu de tous les Français, celui du révolutionnaire qui s'est sacrifié pour la Patrie et qui a défendu son pays contre les menaces extérieures. C'est en créant la confusion par l'amalgame qu'ils espèrent convaincre leurs adversaires. En effet, les légitimistes se sont heurtés bien plus souvent et avec beaucoup plus d'acharnement aux libéraux, à cause de leur absence flagrante d'élévation43, qu'aux républicains qui partagent avec eux un certain idéal de désintéressement et d'intransigeance. Ils veulent réconcilier la monarchie avec le peuple pour régénérer leur parti et c'est donc au nom du patriotisme et du principe libéral du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes que la presse légitimiste en appelle aux soldats républicains afin de renverser un régime incapable d'assurer la dignité nationale :

  • 44 La France, le 12 septembre 1836.

Quels sont en effet les instruments de don Carlos ? Sont-ce des militaires de profession, acquis à leur chef par une longue communauté de peines et de triomphes ? tant s'en faut, ce sont des volontaires Navarrais et Biscayens, des soldats à la manière des premiers défenseurs de nos frontières en 92, enfin des patriotes beaucoup plus près des idées républicaines que des idées de souveraineté absolue, et dont le patriotisme est principalement local44.

46La presse légitimiste française attribue au peuple espagnol des qualités dignes du peuple le plus éclairé et le plus révolutionnaire et, pour ce faire, elle reprend à son compte le vocabulaire qu'emploient ses ennemis dans l'unique but de les contredire. Les partisans de don Carlos, si souvent dénigrés par la presse libérale, ne sont pas les ignorants que l'on croit et ce ne sont ni le fanatisme ni la superstition qui les poussent à faire la guerre, mais leur immense patriotisme :

  • 45 La Quotidienne, le 7 janvier 1837.

On s'est plu à représenter le peuple espagnol comme soumis à une idiote religiosité, à une sorte de servage politique, et c'est là encore un des préjugés de nos réformateurs ; aucun peuple, en Europe, n'est plus fier, plus intelligent, plus réellement indépendant [...].
Ce n'est point en aveugle qu'il [le peuple espagnol] se dévoue, il raisonne avant d'agir, il raisonne encore en agissant : s'il combat pour Charles V, c'est parce que dans son opinion il est roi, et que le roi en Espagne est la vivante image de la patrie45.

47C'est avec ce même procédé qui tient du paradoxe que les partisans de l'absolutisme essaient de faire passer les libéraux pour des tyrans et des despotes. Ils leur dénient une véritable volonté de libérer le peuple espagnol. D'un côté, ils présentent, comme nous l'avons déjà montré, le peuple espagnol comme un peuple ultra-conservateur, régi par ses traditions et sa religion, et de l'autre, ils exaltent son indépendance car ils refusent de considérer que cette soumission à un monarque absolu puisse être asservissante ; elle serait plutôt un signe de liberté. Selon eux, dans la monarchie espagnole, le roi est absolu et le peuple est libre et indépendant. Sous prétexte de vouloir sauvegarder ce qui compose la substance de leur Nation, les Espagnols sont vus à la fois comme des amoureux de l'ordre et de l'autorité et comme des adeptes de la liberté. La révolution ne peut avoir des bases sérieuses, car ce peuple se sent libre par la monarchie. Et on retrouve ici, par un détour singulier, un des grands thèmes de la contre-révolution, celui de la défense de l'Autel et du Trône :

  • 46 Le Rénovateur, le 17 octobre 1833.

... la liberté espagnole consiste dans l'exercice des devoirs de la religion et des cérémonies du culte, dans les conséquences des vieilles mœurs du pays, le respect aux traditions anciennes, et dans des franchises qui varient selon les localités. Toute mesure, qui tendrait à renverser ces bases fondamentales de l'ordre social en Espagne, serait oppressive, et par conséquent hostile au pays. La liberté, dans le sens du dictionnaire du libéralisme, ne pourrait donc y pénétrer qu'avec le secours d'une force coercitive, et c'est une singulière liberté que celle du despotisme46.

48Dans cette dernière citation transparaissent les contradictions d'un discours contre-révolutionnaire à tel point marqué d'idéalisme qu'il déforme tout ce qu'il touche : ici, la liberté est "despotique", et les devoirs de toute nature (religion, respect des coutumes...) sont seuls susceptibles de rendre les Espagnols vraiment libres. Ce type de procédé, largement répandu dans les articles de la presse légitimiste et particulièrement apparent dans cette citation, ne contribue guère à enrichir le contenu du discours identitaire, même s'il peut le rendre temporairement plus percutant.

***

49Si la presse légitimiste française s'est penchée avec tant d'intérêt sur la cause des Basques pendant la première guerre carliste, c'est que la défense de l'identité est une des notions pilier du nationalisme contre-révolutionnaire européen. Les Basques sont en fait les héros de cette fameuse "nationalité" qu'il faut à tout prix préserver contre toute tentative de nivellement par un Etat centralisateur. En effet, ces Espagnols exemplaires, ces "êtres d'exception", n'ont pas encore été contaminés par cette nouvelle maladie qui s'est emparée de nombreux pays d'Europe, le libéralisme. Comme les légitimistes, ils refusent la pénétration de deux doctrines qui datent du XVIIIe siècle : la philosophie anti-religieuse et le système administratif unitaire et centralisateur, car toutes deux menacent la véritable identité de tous les peuples européens soumis à l'influence croissante du libéralisme. Cette identité se constitue donc en réaction contre tout ce qui provient de l'extérieur et tout ce qui est nouveau en Espagne et en Europe. En fait, les Basques livrent un combat qui devrait être celui de toute l'Europe "bien pensante" en luttant courageusement contre la "tyrannie de la raison".

50Or, comme nous l'avons vu, l'identité basque décrite par la presse légitimiste française est interchangeable : elle est faite d'un assemblage des caractéristiques que les légitimistes souhaiteraient trouver chez tous les peuples européens. Elle n'est constituée que d'idées reçues, de clichés, de banalités et de lieux communs, ce qui est en contradiction avec l'image d'un peuple dont l'identité devrait être fondée sur des particularismes irréductibles. A la décharge des légitimistes, il convient toutefois de souligner qu'ils ne sont pas les seuls à donner une idée inexacte de l'identité basque. Leurs rivaux politiques, quels qu'ils soient, n'hésitent pas à utiliser cette identité dans le sens qui leur convient. Plus largement, il apparaît que tous les types d'écrits de cette époque (revues littéraires et scientifiques, récits de voyages, rapports administratifs ou militaires...) ont eux aussi une vision schématique et faussée de l'identité basque.

Bibliographie

Bibliographie

BELLANGER, GODECHOT et alii, Histoire générale de la presse française, Paris, PUF, 1969, t II, 465 p.

HATIN Eugène, Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, Paris, Editions Anthropos, 1965 (1ère éd. 1860), 660 p.

LEDRE Charles, La Presse à l'assaut de la monarchie : 1815-1848, Paris, Colin, 1960, 270 p.

RÉMOND René, Les droites en France, Paris, Aubier, 1982, 544 p.

TOUCHARD Jean, Histoires des idées politiques (Vol. 2 : Du XVIIIe siècle à nos jours) Paris, PUF, 1989 (1ére éd. 1958), 870 p.

Liste des journaux légitimistes français consultés :

L'Echo français (10-I-1829 à 06-II-1847) : Journal universel, politique, littéraire, du commerce, des arts, sciences, théâtres, modes, etc.

L'Europe (15-I-1837 à 14-VIII-l839) : Journal des intérêts monarchiques et populaires.

La France (01-XII-1834 à ?-II-1847) : Journal des Intérêts Monarchiques et Religieux de l'Europe.

La Gazette de France (19-XII-1797 à 24-VIII-1848)

La Mode (01-X-1829 à 15-IX-l854) : Revue des modes, galerie de mœurs, album des salons ou revue du monde élégant.

La Quotidienne (18-IX-1815 à ?-II-1847) : La religion, le roi et les lois.

Le Rénovateur (01-II-1831 à 31-XII-1835) : Courrier de l'Europe.

Notes

1 Il faut savoir que le roi Philippe V d'Espagne, duc d'Anjou, petit-fils de Louis XIV, avait promulgué en 1713, comme loi de succession au trône, la loi salique qui donnait la priorité à la lignée mâle. En 1789, Charles IV, petit-fils de Philippe V, fit secrètement abroger la loi salique par les Cortès, mais cette décision ne fut jamais promulguée. Ferdinand VII lui succéda en 1814. Sans descendance malgré trois mariages successifs, il épousa en quatrièmes noces Marie-Christine de Naples dont il eut une fille, Isabelle, le 10 octobre 1830. Dès le 29 mars 1830, sous l'influence de la reine Marie-Christine, il avait ordonné que soit rendue publique l'abrogation de la loi salique. En conséquence, son frère cadet, Carlos Maria Isidro, qui aurait dû lui succéder, était écarté du trône au profit d'Isabelle II.

2 Appelés aussi cristinos du nom de la reine mère, la régente Marie-Christine, ou isabelinos du nom de la future reine d'Espagne Isabelle II.

3 Les Basques et les Navarrais étaient parvenus à conserver un système de gouvernement autonome privilégié.

4 L'Europe, le 5-6 mai 1837.

5 La Gazette de France, le 7 septembre 1839.

6 Ici, les partisans de Charles X. Il est intéressant de noter l'homonymie.

7 Les lois de septembre 1835 réduisirent l'usage des libertés politiques en aggravant notamment la répression visant les délits de presse.

8 Le Rénovateur, le 11 octobre 1833.

9 L'Europe, le 20 janvier 1837.

10 Charte octroyée par Marie-Christine le 10 avril 1834, qui essaie de conjuguer l'ordre ancien avec le nouveau en introduisant une série d'innovations dans les institutions politiques.

11 La France, le 23 juillet 1836.

12 L'Europe, le 28 janvier 1839.

13 Le peuple basque est porteur d'un héritage historique qui est le fondement de la Nation telle que l'entendent les partisans de l'absolutisme.

14 La Gazette de France, le 6 juillet 1838.

15 La France, le 7 juin 1835.

16 La France, le 13 janvier 1838.

17 La Gazette de France, le 11 octobre 1833.

18 Les moderados étant favorables à la politique du gouvernement de Marie-Christine et les exaltados, partisans du rétablissement de la constitution de 1812 et de la mise en place de réformes libérales plus radicales (les premiers étant souvent présentés comme les otages des seconds).

19 La France, le 6 septembre 1836.

20 La Gazette de France, le 10 octobre 1833.

21 .La Gazette de France, le 6 juillet 1838.

22 L'Europe, le 7 avril 1837.

23 La France, le 26 septembre 1835.

24 Elle ne fut abolie que sous le règne de Ferdinand VII, en mars 1820, au début du trienio liberal.

25 La Quotidienne, le 7 janvier 1837.

26 La bataille d'Oriamendi (mars 1837).

27 Par ce traité du 22 avril 1834, l'Espagne obtient l'appui des puissances libérales (France, Portugal et Angleterre) contre les carlistes. Elle reçoit ainsi une aide diplomatique et financière, ainsi que des hommes et du matériel de guerre.

28 La Mode, janvier 1837.

29 Cette phrase est tirée de l'Histoire politique de l'Espagne moderne (Paris, 1841) de Manuel de Marliani, consul d'Espagne à Paris.

30 La Gazette de France, le 11 octobre 1833.

31 Le Rénovateur, le 20 octobre 1833.

32 Le 17 juillet 1834.

33 En opposition avec le parti de l'usurpation.

34 Le Rénovateur, le 17 octobre 1833.

35 L'Europe, le 7 avril 1837.

36 Le Rénovateur, le 2 décembre 1833.

37 Loi française de succession par ordre de primogéniture masculine adoptée par le roi d'Espagne Philippe V, petit-fils de Louis XIV, en 1713.

38 La Quotidienne, le 6 octobre 1833.

39 Le Rénovateur, le 11 octobre 1833.

40 Rappelons que les partisans de la monarchie absolue n'ont jamais repris le pouvoir après 1830.

41 L'Europe, le 31 juillet 1839.

42 L'Europe, le 28 janvier 1839.

43 La devise qui caractérise la Monarchie de Juillet est celle de Guizot qui a donné à tous les Français le conseil suivant : "Enrichissez-vous". Selon les légitimistes français, l'orléanisme est l'expression triomphante de la médiocrité bourgeoise.

44 La France, le 12 septembre 1836.

45 La Quotidienne, le 7 janvier 1837.

46 Le Rénovateur, le 17 octobre 1833.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540