Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les poètes latino-américains et la guerre d’Espagne

 | 
Claude Fell

II. Articles

Cohérence thématique de España : poema en cuatro angustias y una esperanza, de Nicolas Guillén

Jean Lamore

Texte intégral

  • 1 Angel AUGIER, Nicolás Guillén, La Havane, UNEAC, 1971, p. 185 et 186.

1Angel Augier a bien montré que, contrairement à ce qui s'est produit chez certains autres auteurs, l'apparition du thème de la guerre d'Espagne ne fut pas un accident singulier dans l'oeuvre poétique de Nicolas Guillén, mais, bien au contraire, constitue une sorte d'aboutissement naturel qui le mène à l'"universalité". Pour Augier, "de lo particular negro de Motivos de son, llega (Guillén) a lo general cubano de Sóngoro Cosongo, para seguir en seguida a la dimensión antillana de West Indies Ltd, y alcanzar luego la americana de Cantos para Soldados y Sones para Turistas. Pero, inmediatament después, cuando aun resonaban los ecos de esta última hazaña de continentalidad poética, logra Guillén su pleno sentido universal con España, poema en cuatro angustias y una esperanza, que constituye la culminación de una limpia actitud humana y de una henchida plenitud lírica."1

2En effet, avec la publication de España..., ce qui frappe, c'est la cohérence, l'absence totale de rupture ; et cela s'explique par plusieurs facteurs que nous rappellerons brièvement :

  • la poésie de Guillén va en élargissant son champ en cercles concentriques jusqu'à arriver à l'Espagne ;
  • se tourner vers l'Espagne ne constitue pas une rupture pour le Cubain qu'est Guillén car les relations entre Cuba et l'Espagne sont un phénomène tout à fait singulier dans l'histoire du monde hispanique ;
  • les principaux "thèmes" de España... préexistent dans l'oeuvre antérieure de Guillén ;
  • le poème España... n'est pas le fruit d'une découverte de la guerre d'Espagne, d'un choc consécutif à une vision traumatisante : il est écrit avant le voyage de l'auteur en Espagne. Guillén n'a pas eu besoin de voir pour l'écrire. Son oeuvre antérieure et l'évolution de sa pensée lui fournissaient en 1937 tous les éléments d'une expression révolutionnaire immédiatement "applicable" à l'Espagne.

3Ces considérations se trouvent amplement vérifiées par le fait que Guillén fut non seulement un poète, mais également un puissant journaliste. Et ces deux "fonctions" sont parfaitement complémentaires. Le poète Guillén dans España... ne "témoigne" pas sur la guerre d'Espagne qu'il n'a pas encore vue, mais c'est, quelques mois plus tard, le journaliste Guillén qui va témoigner. Or, il est clair que si les principaux thèmes de España... étaient présents, nous l'avons dit, dans les poèmes antérieurs, il est non moins manifeste qu'ils sont également présents dans l'oeuvre journalistique postérieure. Ainsi la cohérence thématique est-elle encore renforcée par l'examen de ces articles de journaux. Nous allons prendre trois exemples essentiels de cette cohérence.

"En Cuba, España se quedó..."

4Se tourner vers l'Espagne était naturel pour Guillén dans la mesure où Cuba, de ce point de vue, représente un cas tout à fait spécial. On sait que José Martí, organisateur de la guerre contre l'Espagne colonialiste, n'a jamais éprouvé de haine pour le peuple espagnol, car l'Espagne est partie intrinsèque de "lo cubano". Cette inhérence est un thème récurrent de la poésie guillénienne où l'affirmation de l'élément africain se fait toujours sans détriment de l'affirmation hispanique. Pour le Cubain Guillén, écrire España... n'implique aucune contradiction, et ne heurte aucune résistance intellectuelle ou affective.

  • 2 Hombres de la España leal, La Habana, Editorial Facetas, 1938, signé Juan Marinello et Nicolás Gui (...)

5En 1937 et 1938, Guillén, en Espagne, réalise des interviews et rédige des articles et chroniques pour le journal de La Havane Mediodía. En 1938, plusieurs des entretiens de Guillén avec des personnalités de l'Espagne républicaine sont rassemblés dans un volume intitule Hombres de la España leal2. Dans ce volume, figurent aussi des chroniques d'un autre journaliste hors du commun, le grand Juan Marinello. Les principaux personnages rencontrés par Guillén dans différentes villes d'Espagne sont bien connus : le chanteur noir Paul Robeson (rencontré à Barcelone en février 1938), Lister "el gallego antifascista" (rencontré à Valence en août 1937), "El Campesino", Chef de la 46° division de l'Armée Populaire espagnole (rencontré à Alcalá de Henares en septembre 1937), Miguel Hernández, "poeta en espardeñas" (Valence, juillet 1937), José Bergamín, le grand écrivain catholique (rencontré à Paris lors du Congrès des Ecrivains en 1937), et Marcelino Domingo (rencontré à Barcelone en 1938). Ces articles peu connus offrent un très grand intérêt, car ils montrent les préoccupations de Guillén au coeur de la guerre.

  • 3 "Marcelino Domingo, apóstol de la República", in Hombres de la España leal, p. 124 et 125.

6C'est sûrement Marcelino Domingo qui, au cours de son entretien avec Guillén, aborde le plus profondément la question des rapports privilégiés entre Cuba et l'Espagne. Notons que Guillén l'avait connu dès le Mexique, à la clôture du 1° Congrès de la L.E.A.R. (janvier 1937), c'est-à-dire avant d'écrire Espana... Quand il le retrouve à Barcelone, M. Domingo s'etonne de l'accueil chaleureux qu'il a connu à La Havane. Nicolas Guillén lui explique : "Se explica por razones históricas y sociales. Cuba es acaso el país americano más cerca de España en su genio, en sus costumbres,...", et Marcellino Domingo poursuit sur le même thème : "Un español recibe en La Habana la sensación sedante y consoladora de encontrarse en una ciudad española sin guerra. La arquitectura, el tono de la vida, las preferencias espirituales nos descubren la españolidad de La Habana. Otras ciudades de América nos dicen que España pasó por ellas ; La Habana nos dice, en todo, que España quedó..."3.

No Cortès, ni Pizarro/Mejor sus hombres rudos...

7De même que José Martí rejetait le colonialisme espagnol et se sentait frère du peuple d'Espagne, Guillén rejette une certaine Espagne, celle de l'impérialisme, symbolisé ici par Cortès et Pizarro. Il rejette "el viejo metal imperialista" pour affirmer a contrario le peuple et ses soldats anonymes, "remotos milicianos", "soldado, obrero, artista...". Cette dichotomie qui constitue l'épine dorsale du poème, on la retrouve exprimée avec force chez le Guillén journaliste, plongé quelques mois plus tard dans la tragédie de la guerre d'Espagne.

  • 4 Leyendo la prensa de Franco, par Nicolás Guillén, in Mediodía, n°49, janvier 1938.

8C'est ainsi qu'au début de 1938, la revue Mediodía4 publie un long article de Nicolas Guillén intitulé Leyendo la prensa de Franco dont l'intérêt n'est plus à démontrer. A propos de José María Pemán, "el poetastro", "consejero de Falanje", Guillén reprend le thème de l'Empire espagnol, évoquant là encore "los Corteses y los Pizarros...", en une récurrence fort significative. Il écrit : "Pemán vuelve los ojos al pasado... y suena con la España del quinientos, como si fuera posible llevar hacia atrás a la Espana de hoy, para la que no es lastre su gran saldo de gloria, pero que aspira a una gloria distinta : la de salvar con su ejemplo la libertad de los pueblos, entre los cuales figuran los mismos que ella conquisto... Si el siglo XVI la encontro a la cabeza de los estados conquistadores, colonizadores, sembrando con su lengua la tierra de todos los océanos, el siglo XX la halla también en el primer puesto de la lucha - la lucha de su siglo - por la democracia y la paz. El imperio de Espana es eterno también. Jamas se ha derrumbado, como quiere Peman. Y nunca estuvo Espana mas viva, mas fuerte, mas entranablement metida en los pueblos de América que ahora, cuando no dominan alla los "espadones" a lo Franco y a lo Queipo de Llano, y los hombres que sufren en cualquier distrito minero de Bolivia ou de Mexico les tienden la mano fraternalmente a los que sufren en Asturias ο en Andalucia."

9Là aussi, on le voit par ce passage particulièrement éclairant, la cohérence guillénienne est totale, du poète de El son entero et de Espana... au journaliste de Valence ou de Madrid.

Le thème du soldat

10On sait que le père de Nicolas Guillén fut assassiné par des soldats et que cette tragédie a profondément marqué le poète. Malgré cela, Guillén, dans les Cantos para soldados... s'adresse aux soldats sans aucune espèce de haine. Il y a là encore une étonnante unité avec España... : il suffit de comparer les "Soldado, aprende a tirar", "el soldado fue tornero, el policía, zapatero..." par lesquels Guillén évoquait le soldat enrôlé à Cuba et lancé contre le peuple, c'est-à-dire contre ses frères, et les miliciens espagnols, anciens tourneurs et anciens cordonniers, eux aussi. Il convient de lire le chant aux miliciens de "La voz esperanzada en pensant aux Cantos para soldados" pour voir une fois de plus la cohérence et la permanence de la dialectique révolutionnaire de Guillén.

11Ce thème reviendra lui aussi dans les écrits journalistiques de Guillén quand sera venu le moment de témoigner. Il suffit de se reporter à son entretien avec Modesto "Jefe del Quinto Cuerpo del Ejército Popular Español" (Madrid, novembre 1937), ou encore aux propos de Marcelino Domingo, au cours de l'entretien cité plus haut et que rapporte Guillén : "La república ha sabido formar hombres que cumplen sus deberes de soldados, y soldados que no pierden nunca su condición de hombres…". Guillén, pour sa part, a toujours vu l'homme derrière l'uniforme du soldat, et c'est ce qui lui permet, dans Cantos para soldados et dans España... de faire la preuve qu'à cette époque (9136-1937), son humanisme a fait place à une pleine conscience révolutionnaire. C'est aussi ce qui explique que Guillén ait pu écrire España sans avoir vu la guerre : c'est un poème révolutionnaire dont le témoignage a posteriori n'a fait que réaffirmer la thématique et la signification.

Notes

1 Angel AUGIER, Nicolás Guillén, La Havane, UNEAC, 1971, p. 185 et 186.

2 Hombres de la España leal, La Habana, Editorial Facetas, 1938, signé Juan Marinello et Nicolás Guillén.

3 "Marcelino Domingo, apóstol de la República", in Hombres de la España leal, p. 124 et 125.

4 Leyendo la prensa de Franco, par Nicolás Guillén, in Mediodía, n°49, janvier 1938.

Auteur

Université de Bordeaux III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540