Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mot juste

 | 
Johan Faerber
, 
Mathilde Barraband
, 
Aurélien Pigeat

La page noire ou le mot juste comme lendemain de la parole

Murmurats en tout genre : les récits minuscules

Sabrinelle Bedrane

Texte intégral

  • 1 « Fred Zenfl aurait dû jouir d’un certain prestige dans son entourage, d’abord parce qu’il avait s (...)
  • 2 Nous reprenons la distinction de Jean-Marie Schaeffer entre noms endogènes, donnés par les auteurs (...)
  • 3 Éric Chevillard, Scalps, Fontfroide-le-Haut, Fata Morgana, 2004.
  • 4 Christian Garcin, Vidas, Paris, Gallimard, « L’un et l’Autre », 1993.
  • 5 Régis Jauffret, Les Jeux de plage, fictions, Paris, Verticales, 2001.
  • 6 Jude Stéfan, Vie de saint, variations, Seyssel, Champ Vallon, 1998.
  • 7 Régis Jauffret, Fragments de la vie des gens, romans, Paris, Éditions Verticales/Le Seuil, 2000.

1Des « murmurats »1 aux mots mûris par les auteurs pour désigner de nouvelles formes hybrides, les noms de genres endogènes2 sont de nos jours autant d’invites à questionner leur pertinence, voire à approcher, via les néologismes formels, leur signification. Ces index paratextuels ostentatoires, pour reprendre Jean-Marie Schaeffer, provoquent en effet par leur étrangeté (les « narrats », les « scalps »3 ou encore les « vidas »4, ces dernières affichant un décalage temporel perturbant) ou leur généralité moqueuse (les « fictions5 », les « récits », les « variations »6 ou les « romans »7) si l’on considère les titres ou sous-titres des recueils de récits brefs de l’extrême contemporain (tournant du millénaire), le propre des titres de recueils, selon Gérard Genette dans Seuils, étant précisément d’être paragénériques.

  • 8 Giorgio Agamben, Stanze. Parole et fantasme dans la culture occidentale [1981], Paris, Payot et Ri (...)

2Nous nous proposons par conséquent d’examiner les indications paragénériques des recueils de récits à l’hybridité double, celle des textes eux-mêmes et celle du recueil-ensemble, qui va du mélange construit au simple agrégat formel. Nous voudrions surtout appréhender et dépasser la radicale étrangeté de tous ces mots qui, loin d’être justes, sont approximatifs, pour désigner des récits injustement dits « justes » au sens de « courts » en nous demandant si ces prétendus noms de genre, ou du moins glosés comme tels pour la plupart, ne seraient pas des métaphores de genre au sens de Giorgio Agamben dans Stanze8.

L’enfance du genre9

  • 9 « La Shagga, le romance, les entrevoutes, la féérie, […], et les sous-genres tels que le récitat, (...)
  • 10 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987, p. 93.

3Selon Gérard Genette, « un autre trait caractéristique de notre époque est l’innovation, non pas tant en fait de genre (pour cela il faut s’appeler Dante, Cervantès, ou peut-être Proust) qu’en fait d’appellation générique. »10

4A-t-on affaire à de nouveaux genres expérimentaux, autrement dit à des sortes de « pré-genres » ou ne sommes-nous que, si l’on peut dire, face à de nouveaux noms ?

5Nous trouvons-nous, avec les narrats, dans une enfance du genre ?

  • 11 Des Anges mineurs, op. cit., p. 201.

6Ces formes brèves d’Antoine Volodine sont emblématiques, selon nous, des innovations actuelles concernant les recueils de récits courts. Le néologisme « narrat » est abondamment défini par les narrateurs volodiniens au sein des Anges mineurs mais aussi dans ce traité de poétique décalé qu’est le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze si bien qu’il fonctionne comme un nom de genre, d’ailleurs déjà repris (Stéphane Chaudier a pu parler en mai 2005 lors d’un colloque sur la nouvelle à Lille 3 des « narrats » de Quignard). Les narrats, « séquences poétiques », comme le précise la préface, sont des textes à dominante narrative – « moments de prose », « instantanés romanesques » –, le dernier couple oxymorique entérinant d’emblée l’ambiguïté générique de ces formes au statut double puisque chaque narrat peut-être vu comme une narration et un récit empêché mais aussi comme une forme autonome et, en même temps, l’une des quarante-neuf pièces d’un puzzle : « Pour ajouter à la confusion, je ne voyais pas ce qui s’ouvrirait derrière le titre : un romance étrange ou simplement une liasse de quarante-neuf narrats étranges »11.

  • 12 Jean-Marie Gustave Le Clézio, Cœur brûle et autres romances, Paris, Gallimard, 2000.
  • 13 Jusque là, c’était « saison » : Printemps et autres saisons ; « fait divers » : La ronde et autres (...)
  • 14 Il s’agit d’une citation de Louisa May Alcott, Mrs Podger’s teapot, et le terme est souligné par J (...)

7Certains de ces néologismes sont sémantiques, à l’instar des « romances » de Jean-Marie Gustave Le Clézio12 qui tiennent du fait divers actuel, sordide, noir. Le mot est inédit chez Jean-Marie Gustave Le Clézio13 et se présente ainsi, par analogie avec les titres antérieurs, comme un nom de genre singulier invitant à une parenté thématique, le terme étant explicité en quatrième de couverture : « la moitié de tout ce qui dans le monde est vraie beauté, vertu ou romance a été mise au cœur des gens simples, cachée dans les corps ordinaires »14.

  • 15 Philippe Lane, La Périphérie du texte, Paris, Nathan, 1992. Philippe Lane distingue péritexte auct (...)
  • 16 André Suarès, cité par Pierre Michon en exergue des Vies minuscules, Paris, Gallimard, 1984.
  • 17 Dominique Viart, « Les Biographies (ré)inventées » in L’Éclatement des genres, Marc Dambre et Moni (...)

8Cet élément du péritexte auctorial15 invite à considérer le texte comme une chaîne syntagmatico-sémantique et à envisager une relation analogique avec d’autres formes brèves participant de cette isotopie, « anges mineurs » ou « vies minuscules » : « Par malheur, il croit que les petites gens sont plus réels que les autres »16. Les vies, de leur côté, sont revisitées à l’aune d’un métissage original entre, d’une part, des formes classiques (vies illustres, nouvelles, contes, chroniques) et des écritures croisées empruntant aussi bien à la poésie qu’au souvenir, exaltant des corps ordinaires et, d’autre part, un récit englobant et unique contre des vies plurielles sans lien entre elles. Que ce soit en effet chez Pierre Michon ou chez Christian Garcin, les « vies » dessinent les contours mouvants de formes classiques ou du moins puisant à des sources classiques et mêlant, dans le cas de Pierre Michon (ou de Gérard Macé), récit autobiographique et biographies (ré)inventées17. Comme dans la plupart des cas, une glose définitionnelle figure en exergue des Vidas :

  • 18 Vidas, op. cit. La citation en exergue est de Jacques Roubaud, La Fleur inverse.

Les « vidas » des troubadours qui sont des nouvelles avant la lettre […] sont nées au moment où font irruption, d’une part, la grande prose de roman, et surtout « l’histoire » […]. En fait, les troubadours ont créé là une forme brève en prose qui n’est ni biographie au sens postérieur, ni non plus nouvelle telle qu’elle se développera plus tard par le Décaméron par exemple. On pourrait l’appeler la « vie brève ».18

  • 19 Frank Venaille, Le Tribunal des chevaux, romanesques, Paris, Gallimard, 2000.
  • 20 Jean-Marie Gleize, Néon, actes et légendes, Paris, Seuil, 2004. Nous avons bien conscience que les (...)

9Apparaissent enfin des termes « détournés » ou décalés, en ce qu’ils sont simplement vidés de leur sens premier, à l’instar des « romanesques » du Tribunal des chevaux de Frank Venaille19 et des « actes et légendes » de Néon de Jean-Marie Gleize20.

10D’une façon générale, l’hybridité grammaticale des termes reflète la mixité de ces textes : adjectif et nom pour « romanesques », verbe et nom pour « narrats ». Ces sous-titres paragénériques classent moins qu’ils ne clament l’originalité d’une hybridation inédite.

  • 21 Antoine Volodine, Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, op. cit., p. 27.

11Une tension apparaît dès lors entre la radicale singularité de ces formes et ces nouveaux genres existant immédiatement même sous forme expérimentale : « Des genres littéraires nouveaux existent immédiatement sous un aspect qui n’a rien d’expérimental, un aspect viable, qui ne changera plus par la suite, sinon sur des détails. »21

  • 22 Éric Chevillard, op. cit., 2004.
  • 23 Patrick Kéchichian, Les Origines de l’alpinisme, exercices spirituels, Paris, Seuil, 2000 et Arnau (...)
  • 24 Régis Jauffret, Jeux de plage, op. cit. et Sylvie Weil, Jeux, Aigues-Vives, HB Éditions, 2000.

12Le pluriel est privilégié en large part, en titre comme en sous-titre, donnant à voir, dans le cadre restreint d’une généricité auctoriale, une série de narrats, de scalps22, de romances, de mythologies, de fragments, de vies, d’exercices (spirituels, de deuil23) ou de jeux24. L’on tend cependant vers une certaine unité, ne serait-ce que par l’homogénéité affichée des textes rassemblés :

  • 25 Scalps, op. cit., préface. Nous soulignons.

Les textes réunis dans ce volume consignent les réactions épidermiques d’un sujet aux prises avec l’angoisse, laquelle s’incarne en des personnages suffisants ou bornés dont l’aplomb le renvoie sans cesse à ses propres défaillances, à son hésitation, à son naufrage.25

  • 26 Erik Orsenna, Histoire du monde en 9 guitares, Paris, Fayard, 1996 et Pierre Bergounioux, Un peu d (...)
  • 27 Jean-Philippe Toussaint, Autoportrait (à l’étranger), Paris, Minuit, 2000, p. 39-40.

13L’unité (mais cela est rare) se lit dans certains titres, tels l’Histoire du monde en 9 guitares ou Un peu de bleu dans le paysage26 qui donne d’emblée le ton dominant d’une mosaïque, sinon construite, du moins prise dans une dynamique d’unité ou enfin Autoportrait (à l’étranger), autobiographie rejouée avec désinvolture par Jean-Philippe Toussaint à travers non plus des vies mais des villes. Apparaît en filigrane la silhouette de l’auteur, « un peu voûtée par le poids des années et un brin de morgue tiède dû à l’exercice quotidien de l’ironie. »27

  • 28 Anne Besson, D’Asimov à Tolkien. Cycles et séries dans la littérature de genre, Paris, CNRS-Éditio (...)

14Anne Besson, dans son ouvrage sur les cycles et les séries28, montre que la question du dernier volume du cycle se complique du fait de la reprise possible de l’œuvre par un successeur (cas d’Isaac Asimov). De la même façon, ces récits minuscules reproduits sous forme de musiques sérielles sont présentés comme reproductibles et par conséquent comme des formules génériques possibles. Bien plus, ces recueils hybrides fonctionneraient comme des métaphores de genres, non pas seulement au sens de genres décalés, légèrement déplacés (en donnant à « métaphore » le sens large d’Aristote) mais véritablement dans le sens original développé par Giorgio Agamben dans Stanze au sujet de la logique de l’impropre : la tension radicale singularité/ généralité du genre serait emblématisée par ces recueils présentant à chaque fois un narrat unique et une classe abstraite potentielle (femme ou poire, comme on veut – ! –, si l’on reprend Gérard Genette dans Figures V) ou plutôt individu singulier ET poire, catégorie générale, si l’on reprend le langage emblématique selon Giorgio Agamben :

  • 29 Giorgio Agamben, Stanze, op. cit., p. 249.

[…] la réussite exemplaire de la célèbre « poire » de Philippon, qui représentait le roi Louis-Philippe comme une poire ou inversement, tient précisément au fait que cette caricature ne nous met en présence ni d’une poire ni de Louis-Philippe, mais de la tension emblématique produite par leur confusion-différence.29

15Peut-être sommes-nous en effet avec ces titres ou sous-titres dans une logique de l’incongruité et sans doute pouvons-nous appliquer à ces intitulations étranges ce que Giorgio Agamben souligne au sujet des emblèmes ou des caricatures : la réussite de ces indications paragénériques, qui représentent des textes précis comme un genre ou inversement, tient au fait qu’ils ne nous mettent en présence ni d’un genre, ni d’un texte unique, mais de la tension emblématique produite par leur confusion-différence.

16Cependant, si le nom de baptême « narrat » devient, de fait, nom d’usage (au sein de l’œuvre volodienne, voire dans le discours critique en général), les narrats ne renvoient guère qu’à eux-mêmes, c’est-à-dire qu’ils ne prétendent pas désigner d’autres formes que celles qui sont quelquefois empruntées par les narrateurs post-exotiques. Ces noms de genres, ou présentés comme tels, disent la volonté d’être compris, au double sens du terme, dans le cadre du post-exotisme.

  • 30 Jean-Marc Huitorel, préface des Passants immobiles de Pierre Michon, Nantes, éditions Joca seria, (...)
  • 31 Christian Garcin, Rien, récits, Seyssel, Champ Vallon, 2000.
  • 32 Jacques Réda, Accidents de la circulation, récits, Paris, Gallimard, 2001.
  • 33 Pierre Autin-Grenier, L’Éternité est inutile, récits, Paris, Gallimard, « L’Arpenteur », 2002.
  • 34 Philippe Delerm, La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, récits, Paris, Gallima (...)

17En substance, tous ces termes ne sont pas des indications génériques, des genres potentiels. Parmi ces noms auctoriaux, on observe des mots sinon très précis, du moins détaillés avec précision et glosés avec force, qui côtoient des termes généraux comme « romanesques », « fictions », « romans » ou encore « variations », ces dernières caractérisant aussi bien les récits brefs de Jude Stéfan que ceux de Pierre Michon30. « Récits » est enfin un sous-titre fréquent pour Christian Garcin31, Jacques Réda32 ou encore Pierre Autin-Grenier33 et Philippe Delerm34.

18Ainsi bon nombre de ces noms, loin d’être des mots justes, semblent soit approximatifs lorsqu’ils sont exagérément généralisateurs, soit absurdes dès lors qu’ils tendent à parodier un système critique inadéquat.

Les mots justes de moi comme étranges s’enfuient

19De tels index ostentatoires font figure de repoussoirs et fonctionnent à l’égard du critique comme autant d’avertissements pour désigner des formes erratiques. Dans cette optique, les narrats sont résolument « étranges », résistant à tout essai définitoire, l’adjectif se faisant épithète de nature au gré des syntagmes « narrat étrange » qui envahissent progressivement Des Anges mineurs.

  • 35 Des Anges mineurs, op. cit., p. 96.
  • 36 Ibid., p. 9.

20Or « l’étrange est la forme que prend le beau quand le beau est sans espérance »35. Encore faut-il trouver la forme qui ne soit pas étrangère au lecteur. Ainsi, un auteur de récits brefs, dans les narrats, « ne réussissait pas à trouver la forme littéraire qui lui eût permis d’entrer véritablement en communication avec ses lecteurs éventuels et ses lectrices »36.

  • 37 Citation de Jean-Marie Gustave Le Clézio sur les corps ordinaires précités.

21À une forme exotique correspond un nom étrange, dans un cratylisme qui n’est naïf qu’en apparence, nom insolite décliné dans une langue étrangère, comme l’allemand pour les « lieder », les sept chants de l’ange mineur Fred Zenfl ou encore l’anglais pour la « romance » de Jean-Marie Gustave Le Clézio. Le commentaire de l’auteur37 est énigmatique, brouillant les pistes davantage qu’il n’éclaire le terme, et donc le texte qui s’ouvre sur un proverbe mis en exergue, donné en créole mauricien sans traduction, aphorisme qui dit l’invisible aux yeux du plus grand nombre.

  • 38 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 93.

22Ces textes aux noms étranges sont censés rester, pour une bonne part, étrangers au lecteur qui observe, médusé, le jeu déployé par chacun de ces auteurs oscillant entre ostentation et déni génériques, jeu de masques qui n’est pas sans rappeler là encore l’image perverse de Giorgio Agamben tant ces titres dont la forme emblématique rend tout signifiant étranger à son signifié révèlent et masquent en même temps certaines innovations génériques. « Certaines de ces innovations sont masquées par ces titres paragénériques évoqués plus haut, Méditations, Divagations, Moralités légendaires, etc. »38, affirme Gérard Genette dans Seuils.

  • 39 « La suite est scabreuse et romanesque », Abbés, Lagrasse, Verdier, 2002, p. 50.
  • 40 Samedi 20 mars 2004. Pierre Michon n’a jamais caché qu’il a lu « en diagonale » les résumés, en fr (...)

23Dans le cas de Pierre Michon, ce jeu de cache-cache ou plutôt de dévoilement/ évitement consiste, dans Abbés, à proclamer dès l’incipit et de façon répétée que le narrateur s’inspire de la chronique de Pierre de Maillezais, narrateur qui rejette avec véhémence les scories du romanesque alors que, d’une part, des péripéties qualifiées de « romanesques »39 sont exhibées, racontées en détails, et que, d’autre part, ce même narrateur indécidable et hésitant s’inspire on ne peut plus librement desdites chroniques… que Pierre Michon a découvertes avec beaucoup d’intérêt lors de la journée d’étude qui lui était consacrée en Sorbonne sur les rapports qu’entretiennent ses textes/ chroniques avec l’Histoire40.

  • 41 Des Anges mineurs, op. cit., p. 29.

24L’aversion des auteurs pour les étiquettes les pousse non seulement à jouer avec les codes mais surtout à placer des pièges dans leur paratexte comme au sein de leur texte. À ce titre, dans les narrats, un auteur de petits textes d’une noirceur palpable « défendait l’intégrité de ses espaces oniriques en y plaçant des pièges destinés aux indésirables, des glus métaphysiques, des nasses »41. Or l’indésirable, c’est le lecteur et, plus spécifiquement, le critique, si l’on en croit ce narrateur du Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, lors d’une longue introduction à une liste de « vocables spécifiques » :

Nous savons tous qu’il est hasardeux d’analyser la production post-exotique quand on emploie les termes que la critique littéraire officielle a conçus pour autopsier les cadavres textuels dont elle peuple ses morgues. L’exercice est possible, mais au prix de contorsions mentales qui font du post-exotisme un lieu de rendez-vous pour élites schizo phrènes et hautaines, perversement amoureuses d’une musique de l’illisible.

  • 42 Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, op. cit., p. 59. Nous soulignons.

Le passage au crible de la critique traditionnelle a cet effet : il déçoit, mais surtout, il rend hideux et il tue. Des instruments non adaptés lacèrent le texte et ils l’écrasent, ils ne réussissent pas à en démonter les rouages, ils s’appuient sur les domaines de réflexion que nous n’avons fait qu’effleurer, par exemple le statut esthétique du narrateur ou de la narratrice, et ils négligent ce qui pour nous est essentiel, comme le degré de dégradation de la voix qui parle…42

25Mieux vaut, d’après ce « surnarrateur », faire fi des termes employés par la critique traditionnelle, ou bien en créer de nouveaux et ces métaphores de genre sont autant de termes-épouvantails destinés à faire fuir les taxinomistes, renvoyant lecteurs et critiques à l’insuffisance des mots.

26La faillite du langage, sa radicale étrangeté sont dites à travers des figures de muets qui hantent tous ces récits et suggèrent l’impossible communication, la non-transmission, en particulier de l’auteur vers le lecteur.

  • 43 Le « verset de l’Ecclésiaste où il est question de paroles et de vent » est cité p. 70 et 71.

27Dans le dernier récit d’Abbés, la dent de saint Jean est fausse. Ce n’est pas celle de saint Jean Bouche d’or (l’idée étant que les paroles sont vaines, que la bouche d’or est de vent)43. Les mots ne peuvent circuler. Une seule solution : se taire. Dans l’ultime romance, « Trésor », la gardienne des lieux où tout a commencé est muette. Celle qui détient les clefs de l’histoire de tout genre (au sens étymologique « d’origine »), et en particulier du genre humain ne peut plus léguer l’héritage historique commun. La chaîne est rompue.

28Le dernier récit éponyme d’Un peu de bleu dans le paysage montre un personnage à jamais énigmatique à qui il est rendu hommage et qui n’a point de descendance. De manière générale, dans ce recueil, les personnages sont mutiques, ombres qui n’ont pas les mots pour transmettre leur histoire et vont s’éteindre, en silence, sans enfants.

  • 44 Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, op. cit., p. 18.

29Impossible de léguer le moindre héritage, de délivrer le moindre message pour les anges mineurs qui portent donc bien mal leur nom. Une telle absence de communication, avec le lecteur en particulier, abolit toute idée de sirupeuse complicité : « Dans de telles œuvres, l’idée de la connivence avec le lecteur, si huileuse et si généreusement épandue sur les rouages de la littérature officielle, a été négligée jusqu’au moindre détail »44.

  • 45 Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, cité par Gilles Deleuze.

30Cette impossible transmission tient en partie à l’étrangeté de ces formes choisies sans nul doute pour leur aspect d’écriture du secret, mais elle est également révélatrice d’une vision de la littérature : « Les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère. Sous chaque mot, chacun de nous met son sens ou du moins son image qui est souvent un contresens. Mais dans les beaux livres, tous les contresens qu’on fait sont beaux »45.

  • 46 Pierre Bergounioux, La Ligne, Lagrasse, Verdier, 1997.

31Le lecteur demeure résolument extérieur à moins que les auteurs n’aient recours aux images qui rencontreront, peut-être, celles que chaque lecteur met sous chaque terme. Si les mots sont justes au sens d’inappropriés, d’autres voies viennent canaliser cette communication souterraine. Ainsi Pierre Bergounioux donne-t-il à voir des dessins stylisés rappelant les croquis de Pierre Alechinsky qui illustrent La Ligne46.

32Pour Antoine Volodine, la communication avec le lecteur passe par un échange d’images. Les anges sont des messagers de l’âme qui apportent des visions, visions indissociables d’une musicalité certaine :

  • 47 Des Anges mineurs, op. cit., p. 154.

Il avait été établi que les narrats étranges qui s’échappaient de la bouche de Scheidmann colmataient les brèches dans les mémoires ; même si, plutôt que des souvenirs concrets, ils remuaient des rêves ou des cauchemars qu’elles avaient fait, cela aidait les vieilles à fixer leurs visions affadies […]. Les narrats intervenaient sous leur conscience de façon musicale, par analogie, par polychronie, par magie. Ainsi, ils agissaient.47

  • 48 Richard Millet, Le Sentiment de la langue, Seyssel Champ Vallon, 1986, p. 84.
  • 49 Donné à la fin du Sentiment de la langue, op. cit., p. 123. Richard Millet reprend en l’élargissan (...)
  • 50 Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, op. cit., p. 60.

33Il y aurait juste des images (mais pertinentes, efficaces). Il n’y aurait de mots justes que musicaux. « La musique n’est pas tragique comme le langage de la littérature : elle ne nous ferme pas le monde ; elle pacifie le silence ; elle fait taire les langues »48. Les vidas étaient des vies chantées. La musique s’exprime non seulement à travers les narrats des Anges mineurs, l’adjectif du titre renvoyant avant tout au mode, mais aussi à travers les romances ou encore les neuf guitares. Pour Pierre Bergounioux, Pierre Michon, Jean- Marie Gustave Le Clézio ou Antoine Volodine, se multiplient et résonnent les expériences de bruissements de la langue, au sens de Roland Barthes mais aussi de Richard Millet49. Le surnarrateur volodinien insiste : tout ce qui importe, c’est « le degré de dégradation de la voix qui parle »50. Toutefois si ces auteurs ont recours à d’autres voies, c’est aussi que le rêve demeure, prégnant chez tous, de l’absence de mots devenus superflus.

34Les mots justes, en définitive ? Le silence, lorsque les mots deviennent superflus.

  • 51 Derniers mots de « Corps de bois » in Corps du roi, Lagrasse, Verdier, 2002.
  • 52 Sabrinelle Bédrane, « De la langue de bois à la langue du bois » in L’Écrivain et sa langue : roma (...)

35« Le monde se passe de prose »51. Tel est le rêve de Flaubert décrit par Pierre Michon : un rare moment de paix où l’on jouit enfin des choses. Dans l’enfance, pour Pierre Bergounioux, régnait une harmonie rêvée nous/mots/choses, une véritable osmose que l’on retrouve, dans une logique hégélienne chère à l’auteur, à la fin, sur Millevaches, quand vient l’heure d’être fixé : le sensible y est intelligible52.

  • 53 Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, célèbre exclamation souvent citée par Pierre Berg (...)

36« Être la matière ! »53

Des mots précis pour des récits concis

37Il est légitime de se demander, in fine, quels mots conviendraient pour qualifier ces récits brefs.

  • 54 Auteurs interrogés en Sorbonne, pour Pierre Bergounioux, dans le cadre du séminaire de recherche d (...)
  • 55 Georges Bafaro, L’Épopée, Paris, Ellipses, « Thèmes & études », 1997, p. 3.

38Un premier élément de réponse consiste à reprendre les termes des auteurs interrogés, noms qui renvoient aux grands genres. Pierre Bergounioux et Pierre Michon ont avancé respectivement « petit récit » et « petite épopée »54. Il y a chez Pierre Bergounioux la volonté de s’inscrire dans ce qu’il nomme « Le grand récit » des auteurs diminués, des infirmes privés de vue ou de voix. Pour Pierre Michon, la stratégie auctoriale est, certes, également, de légitimation mais le terme général permet une ouverture et s’avère singulièrement juste puisque « le mot épopée désigne d’abord un genre littéraire défini, un long poème déclamé devant des auditeurs », surtout si l’on considère que « par son écriture, elle fait se rejoindre les forces humaines et les forces divines »55.

39On note ainsi un recours quasi obligatoire aux termes de la critique traditionnelle et nous ne croyons pas qu’il faille s’interdire de reprendre ces catégories dès lors que l’on donne les critères définitoires retenus.

40Florence Playe cite, dans Le Roman français au tournant du XXIe siècle, Pierre Michon, libre « d’écrire dans une forme qui n’a pas de nom » et déclare :

  • 56 Florence Playe, « Les Proses de Pierre Michon : “autobiographie du genre humain” ? Ambiguïté génér (...)

Dès lors, dire que ces récits, par leur structure nette, linéaire, concentrée autour d’un épisode et d’un personnage rappellent la nouvelle, mais que l’importance de la tradition orale et du narrateur ainsi que la valeur symbolique contenue les rattachent au conte, est hors de propos.56

41Nous pensons que cela est, au contraire, tout à fait juste et pertinent dès lors que l’on accepte d’être dans « l’entre-trois », voire « l’entre-quatre », en rajoutant la chronique et le poème en prose, par exemple, et en donnant, à chaque fois, les critères définitionnels retenus car rien n’est posé une fois pour toutes.

  • 57 Jean-Marie Schaeffer, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, op. cit., p. 118.

42En outre, force est d’interpréter tous ces noms endogènes afin de les rendre lisibles, à l’instar de ce que préconise Jean-Marie Schaeffer pour les noms indigènes57.

43Or il y a obligation, pour ce faire, comme le remarque Jean-Marie Schaeffer, de recourir aux genres dits traditionnels. C’est au reste la pratique d’Antoine Volodine ou de Jacques Roubaud dans leurs gloses.

  • 58 Bruno Blanckeman, Les Fictions singulières, Paris, Prétexte, 2002.

44Cela n’empêche aucunement de considérer conjointement les nouveaux outils proposés par les critiques de l’extrême contemporain tels que l’autoscription de Bruno Blanckeman58 pour les textes de Pierre Michon et de Pierre Bergounioux. Ces outils ont l’avantage d’être, au-delà des mots, des façons de voir nouvelles, en l’occurrence, pour l’autoscription, une autre manière d’envisager et de fonder le rapport à la langue.

  • 59 Dominique Viart, « Les Biographies (ré)inventées » in L’Éclatement des genres, op. cit., respectiv (...)
  • 60 Ibid., p. 338.

45Dans le cas des « vies », Dominique Viart note que « ces vingt dernières années ont vu paraître de nombreux textes génériquement indécidables dont la particularité commune est de se donner comme des “tentatives de restitution” de vies singulières, distinctes de la biographie de l’auteur lui-même ». Aussi conclut-il un peu plus loin : « Dans ces vies, les genres à la fois résistent et se rénovent, se brouillent et se diluent »59. Il convient de parler, selon lui, d’espace transgénérique approché de la sorte : « L’espace transgénérique ainsi circonscrit tient – si l’on me permet la métaphore géométrique – du pentaèdre : un espace dont la poésie, la fiction, l’essai, la biographie et l’autobiographie fourniraient les cinq sommets »60.

46Ces sommets posent problème quant aux catégories avancées qui semblent confondre, une fois de plus, fiction et genre narratif mais surtout eu égard au nombre fini de ces sommets, même si l’on ne voit pas bien comment, concrètement, il pourrait en être autrement.

47Les côtés de ce pentaèdre, même si les œuvres y sont des points mouvants, même si cet espace transgénérique est à trois dimensions, participent, selon nous, d’une image forcément limitative puisque ces côtés sont, en réalité, définitivement fuyants, à l’instar des « côtés » de l’autobiographie pour Jean-Christophe Bailly :

  • 61 Jean-Christophe Bailly, Tuiles détachées, Paris, Mercure de France, 2004, p. 29. Nous soulignons.

Chaque côté n’est pas la surface d’un volume dont nous serions la somme, non, les côtés nous échappent et s’en vont, plus que des surfaces, ce sont des objets fractals, et l’on pourrait les comparer, plus qu’à l’eau ou aux pierres plates qu’on y lance, aux ricochets eux-mêmes, c’est-à-dire à des bonds, des sauts, à des intensités démultipliées et en même temps faiblissantes, et qui se croisent : car il va de soi aussi que les côtés ne font pas entre eux frontière, qu’ils se touchent, se frôlent, s’écartent, se creusent.61

48Nous sommes confrontés à la même difficulté qu’avec le rhizome, anti-méthode plutôt que méthode car comment, concrètement, l’appliquer ?

49Néanmoins, ce pentaèdre nous semble comporter un avantage important pour notre objet : Dominique Viart parle en effet de points mouvants, d’un point de vue générique, non pas seulement en fonction des œuvres mais aussi en fonction des chapitres, et donc des récits en recueils, voire des pages.

50Cette vision du texte comme une suite de points (stigmé dirait Aristote pour le temps), points mouvants dans un espace transgénérique, nous paraît autrement plus intéressante pour décrire le procédé de l’hybridation qu’une inflation taxinomiste.

51Au sujet, notamment, des nouvelles écritures autobiographiques, force est de constater une fièvre du mot juste, phénomène que déplore Alexandre Gefen dans « Le Genre des noms : la biofiction dans la littérature française contemporaine » :

  • 62 Alexandre Gefen, « Le Genre des noms : la biofiction dans la littérature française contemporaine » (...)

Je ne crois pas néanmoins qu’il soit pertinent de subsumer sous la catégorie de l’autofiction toutes les formes d’écriture de la mémoire et de parler d’auto-hétérobiographie ou encore d’allo-autobiographie pour dépeindre ce phénomène somme toute assez banal qu’est la projection autobiographique du narrateur dans son récit.62

52Béatrice Bloch parle en effet dans le même volume d’allo-autobiographie (en justifiant le terme et au sujet des ateliers d’écriture) et Olivier Rolin de renchérir avec humour dans la préface de Suite à l’hôtel Crystal en nommant ses récits brefs des « notices topautobiographiques. »

  • 63 Sabrinelle Bédrane, « À la recherche du premier mot », Premiers romans 1945-2003, Marie-Odile Andr (...)

53Pour désigner une forme inouïe d’autobiographie proposée, selon nous, par Pierre Bergounioux, nous avons suggéré l’ethnobiographie63. Nous aurions aussi bien pu parler d’ethnautobiographie.

54Il ne faut pas oublier que le nom est comme le sceau du genre qui nous fait faire le saut d’une forme singulière à un modèle générique. Or ce franchissement est-il bien légitime, pour les textes de l’auteur de Ce pas et le suivant ?

55Il eut été plus juste de dire que l’on est, avec Pierre Bergounioux, dans l’entre-deux des catégories de Käte Hamburger (entre le sujet d’énonciation historique et le sujet d’énonciation théorique) et dans la non fiction par rapport aux critères de Dorrit Cohn. Même si cette description est négative, elle est plus exacte que celle esquissée par un néologisme car ainsi la nouveauté n’est pas surjouée tandis que la particularité de ces formes autobiographiques est examinée. En exhibant trop rapidement un nom, on érige un modèle générique là où il y a peut-être simplement forme sinon nouvelle du moins singulière, adaptée, pour une réalité jusque là non représentée.

56À la difficulté de désigner de nouvelles formes métissées s’ajoute l’impuissance taxinomique qui frappe le critique de récits brefs en général, nouveaux ou non.

  • 64 Catherine Grall, Le Sens de la brièveté, Paris, Champion, 2003, p. 12.
  • 65 Nouvelles Nouvelles, février 1988.

57Les récits brefs sont en effet déconsidérés par le lectorat français, comme le rappelle Catherine Grall dans Le sens de la brièveté64. Les textes courts sont souvent assimilés à des moments d’apnée, ce qui est juste, à notre avis, dans une perspective lectoriale mais péjoratif et réducteur dans une perspective auctoriale où l’on sous-entend souvent avec humour que l’on manque de souffle, que l’on est incapable d’écrire un récit plus long, voire que l’on est asthmatique. La nouvelle serait ainsi, selon Christiane Baroche, un genre pour asthmatiques65 et, le narrat, un murmure qui doit s’interrompre lorsque l’on est à bout de souffle :

  • 66 Des Anges mineurs, op. cit., p. 200.

Comme son public ne réagissait plus et comme tout était défunt jusqu’à l’horizon et au-delà, il lui arrivait de ne pas articuler l’anecdote jusqu’au bout ou de n’en souffler qu’une ébauche, mais, bon an mal an, il formulait quotidiennement quelque chose de nouveau. Il disposait ses narrats en tas de quarante-neuf unités. À ce monceau il donnait un numéro ou un titre.66

  • 67 Sylvie Weil, Jeux, op. cit., et Régis Jauffret, Les Jeux de plage, op. cit.
  • 68 Patrick Kéchichian, Les Origines de l’alpinisme, exercices spirituels, op. cit.
  • 69 Michel Tournier, Célébrations, Paris, Mercure de France, 1999 et 2000. Le terme est employé au déb (...)

58Cette tendance à diminuer, si l’on peut dire, les récits brefs, à les considérer comme des embryons de romans, est donc souvent relayée par les auteurs eux-mêmes, qui présentent leurs textes comme des tentatives peu sérieuses : « jeux » revient en titre67, « exercices spirituels » en sous-titre68, sans parler des « texticules » de Michel Tournier69.

  • 70 Lors de la séance du vendredi 20 juin 2003, dans le cadre du Séminaire de l’ITEM-CNRS, Pierre Mich (...)

59Or à l’ébauche s’oppose le temps fort, comme l’affirme Pierre Michon70, voire la synthèse aboutie. À ce titre, les « petits récits » de Pierre Bergounioux reprennent, pour nombre d’entre eux, des récits plus longs écrits précédemment et en sont, pour « Millevaches » en particulier, la quintessence. Cependant, il convient de sortir de cette comparaison implicite avec le roman pour considérer l’aspect spécifique de ce type de texte. Les adjectifs « concis » ou « brefs » seraient plus justes que « courts » ou « petits », péjoratifs (« avoir le souffle court »), limités à la taille et ignorant l’économie de cette écriture de la redondance :

  • 71 Catherine Grall, Le Sens de la brièveté, op. cit., p. 26.

Il semble plus prudent, pour théoriser la question littéraire de la brièveté, de réserver l’application de ce caractère à la forme des textes : c’est-à-dire, de désigner par là leur obstination à ne pas se construire par accumulation de significations successives, mais plutôt par un retour et des variations perpétuelles sur la même idée de base.71

Le tâtonnement et le harem ou l’empire de l’empirique72

  • 72 « Comment puis-je trouver le mot “juste” ? Comment puis-je choisir parmi les mots ? Sans doute par (...)

60Sans doute ne faut-il pas chercher le mot juste pour qualifier les récits hybrides de l’immédiat contemporain.

61Plutôt que des noms trop vite prononcés qui réduisent la spécificité des formes ou au contraire l’exacerbent en l’érigeant en modèle générique, mieux vaut tâtonner en s’aidant des catégories critiques dites traditionnelles, quitte à ce que ce la formulation soit maladroite et bancale (avec tel texte de Pierre Michon, nous sommes entre le conte, la chronique, avec tel autre de Pierre Bergounioux, ce serait plutôt entre l’essai et la chronique, avec tel narrat entre la nouvelle-instant fantastique, le conte, le poème en prose, etc.).

62Certains outils critiques, nouveaux, sont appréciables dans la mesure ou ils ne sont pas tant des mots, justement, que d’autres façons de penser face à une hybridité plus prononcée (voir le fameux pentaèdre de Dominique Viart, quitte à affiner cet outil mais on pourrait aussi reprendre l’autoscription de Bruno Blanckeman pour les textes de Pierre Michon ou de Pierre Bergounioux, catégorie riche qui repense les étiquettes traditionnelles à l’aune de la seule langue).

63Une autre solution (à conjuguer) consisterait à reprendre les termes des auteurs qui sont expérimentaux et souvent d’une grande aide, même dans la parodie.

64La véritable réussite de ces titres ou sous-titres paragénériques vient du fait que nous ne sommes en présence ni d’un texte singulier, ni d’un genre mais de la tension entre les deux et ce, à travers un ensemble spécifique que Gérard Genette qualifie d’empirique puisque l’on part de textes précis, reproduits dans leur formule générique appliquée.

65C’est le harem dont il est question dans Figures V comme classe intermédiaire, collection finie d’individus singuliers, entre la femme aimée, unique, et la femme en général (mais curieusement, lorsqu’il aborde les catégories abstraites, Gérard Genette préfère parler des poires).

66Certaines formes expérimentales en recueils ont, par le passé, connu une grande fortune si l’on songe aux « essais ». Attendons donc d’être sorti de l’immédiat contemporain pour voir si le nom de baptême deviendra nom d’usage, si le complément du nom, par exemple, pour les narrats, changera, voire tombera : les narrats d’Antoine Volodine, les narrats de Pascal Quignard, puis les narrats…

  • 73 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 93.

67Si « un autre trait caractéristique de notre époque est l’innovation, non pas tant en fait de genre (pour cela il faut s’appeler Dante, Cervantès, ou peutêtre Proust) qu’en fait d’appellation générique »73, ajoutons :

68Peut-être faut-il s’appeler Michon, Quignard ou Volodine…

Notes

1 « Fred Zenfl aurait dû jouir d’un certain prestige dans son entourage, d’abord parce qu’il avait survécu aux camps, et ensuite parce qu’il écrivait de la prose. Or d’une part, il n’avait plus d’entourage, d’autre part ses livres ne méritaient guère le nom de livres, si l’on excepte Die Sieben Letzte Lieder, qui furent copiés en plusieurs exemplaires et même dotés d’une couverture avec un titre, ce qui leur donne un statut spécial dans son œuvre. » « Fred Zenfl […] le décrivit dans un petit ouvrage intitulé Les sept derniers Lieder, un livre comprenant sept murmurats assez décevants, à l’évidence un de ses plus mauvais livres. » Antoine Volodine, Des Anges mineurs, narrats, Paris, © Seuil, « Points », 2001, respectivement, p. 9 et p. 206. Nous soulignons. Toutes nos citations seront tirées de cette édition.

2 Nous reprenons la distinction de Jean-Marie Schaeffer entre noms endogènes, donnés par les auteurs et/ou le public et les noms exogènes donnés par la critique et nous restreindrons les noms endogènes, en fait, aux noms génériques auctoriaux.

3 Éric Chevillard, Scalps, Fontfroide-le-Haut, Fata Morgana, 2004.

4 Christian Garcin, Vidas, Paris, Gallimard, « L’un et l’Autre », 1993.

5 Régis Jauffret, Les Jeux de plage, fictions, Paris, Verticales, 2001.

6 Jude Stéfan, Vie de saint, variations, Seyssel, Champ Vallon, 1998.

7 Régis Jauffret, Fragments de la vie des gens, romans, Paris, Éditions Verticales/Le Seuil, 2000.

8 Giorgio Agamben, Stanze. Parole et fantasme dans la culture occidentale [1981], Paris, Payot et Rivages, « Rivages poche-Petite Bibliothèque », 1998.

9 « La Shagga, le romance, les entrevoutes, la féérie, […], et les sous-genres tels que le récitat, la leçon et le narrat, sont présents dès les premières manifestations lyriques des écrivains de la première génération. […] Des genres littéraires nouveaux existent immédiatement sous un aspect qui n’a rien d’expérimental, un aspect viable, qui ne changera plus par la suite, sinon sur des détails », Antoine Volodine, Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, Paris, © Gallimard, 1998, p. 27.

10 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987, p. 93.

11 Des Anges mineurs, op. cit., p. 201.

12 Jean-Marie Gustave Le Clézio, Cœur brûle et autres romances, Paris, Gallimard, 2000.

13 Jusque là, c’était « saison » : Printemps et autres saisons ; « fait divers » : La ronde et autres faits divers ; et « histoire » : Mondo et autres histoires.

14 Il s’agit d’une citation de Louisa May Alcott, Mrs Podger’s teapot, et le terme est souligné par Jean-Marie Gustave Le Clézio.

15 Philippe Lane, La Périphérie du texte, Paris, Nathan, 1992. Philippe Lane distingue péritexte auctorial et péritexte éditorial.

16 André Suarès, cité par Pierre Michon en exergue des Vies minuscules, Paris, Gallimard, 1984.

17 Dominique Viart, « Les Biographies (ré)inventées » in L’Éclatement des genres, Marc Dambre et Monique Gosselin-Noat (dir.), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2001.

18 Vidas, op. cit. La citation en exergue est de Jacques Roubaud, La Fleur inverse.

19 Frank Venaille, Le Tribunal des chevaux, romanesques, Paris, Gallimard, 2000.

20 Jean-Marie Gleize, Néon, actes et légendes, Paris, Seuil, 2004. Nous avons bien conscience que les termes « récits brefs », pour cette œuvre, sont problématiques. Comme il est dit p. 23, « Ceci n’est pas un livre commence le livre comme une poignée d’œillets-fleurs est jetée dans le trou ». Il faudrait, ici, parler de rhizome.

21 Antoine Volodine, Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, op. cit., p. 27.

22 Éric Chevillard, op. cit., 2004.

23 Patrick Kéchichian, Les Origines de l’alpinisme, exercices spirituels, Paris, Seuil, 2000 et Arnaud Cathrine, Exercices de deuil, Paris, Verticales, 2004.

24 Régis Jauffret, Jeux de plage, op. cit. et Sylvie Weil, Jeux, Aigues-Vives, HB Éditions, 2000.

25 Scalps, op. cit., préface. Nous soulignons.

26 Erik Orsenna, Histoire du monde en 9 guitares, Paris, Fayard, 1996 et Pierre Bergounioux, Un peu de bleu dans le paysage, Lagrasse, Verdier, 2001.

27 Jean-Philippe Toussaint, Autoportrait (à l’étranger), Paris, Minuit, 2000, p. 39-40.

28 Anne Besson, D’Asimov à Tolkien. Cycles et séries dans la littérature de genre, Paris, CNRS-Éditions, 2004.

29 Giorgio Agamben, Stanze, op. cit., p. 249.

30 Jean-Marc Huitorel, préface des Passants immobiles de Pierre Michon, Nantes, éditions Joca seria, Frac des Pays de la Loire, ouvrage comprenant des photographies et Abbés. La préface est de sep tembre 2000 alors que l’ouvrage paraît début 2001.

31 Christian Garcin, Rien, récits, Seyssel, Champ Vallon, 2000.

32 Jacques Réda, Accidents de la circulation, récits, Paris, Gallimard, 2001.

33 Pierre Autin-Grenier, L’Éternité est inutile, récits, Paris, Gallimard, « L’Arpenteur », 2002.

34 Philippe Delerm, La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, récits, Paris, Gallimard, « L’Arpenteur », 1997.

35 Des Anges mineurs, op. cit., p. 96.

36 Ibid., p. 9.

37 Citation de Jean-Marie Gustave Le Clézio sur les corps ordinaires précités.

38 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 93.

39 « La suite est scabreuse et romanesque », Abbés, Lagrasse, Verdier, 2002, p. 50.

40 Samedi 20 mars 2004. Pierre Michon n’a jamais caché qu’il a lu « en diagonale » les résumés, en français moderne, de ces chroniques, résumés datant du XIXe siècle. C’est avec ravissement qu’il a découvert la véritable chronique amenée par un historien (Alain Boureau, EHESS).

41 Des Anges mineurs, op. cit., p. 29.

42 Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, op. cit., p. 59. Nous soulignons.

43 Le « verset de l’Ecclésiaste où il est question de paroles et de vent » est cité p. 70 et 71.

44 Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, op. cit., p. 18.

45 Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, cité par Gilles Deleuze.

46 Pierre Bergounioux, La Ligne, Lagrasse, Verdier, 1997.

47 Des Anges mineurs, op. cit., p. 154.

48 Richard Millet, Le Sentiment de la langue, Seyssel Champ Vallon, 1986, p. 84.

49 Donné à la fin du Sentiment de la langue, op. cit., p. 123. Richard Millet reprend en l’élargissant l’acception de Barthes.

50 Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, op. cit., p. 60.

51 Derniers mots de « Corps de bois » in Corps du roi, Lagrasse, Verdier, 2002.

52 Sabrinelle Bédrane, « De la langue de bois à la langue du bois » in L’Écrivain et sa langue : romans d’amour de Marcel Proust à Richard Millet, Sylviane Coyault-Dublanchet (dir.), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2005.

53 Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, célèbre exclamation souvent citée par Pierre Bergounioux.

54 Auteurs interrogés en Sorbonne, pour Pierre Bergounioux, dans le cadre du séminaire de recherche de Marc Dambre en mai 2002 et pour Pierre Michon dans le cadre de la journée d’étude du 20 mars 2004.

55 Georges Bafaro, L’Épopée, Paris, Ellipses, « Thèmes & études », 1997, p. 3.

56 Florence Playe, « Les Proses de Pierre Michon : “autobiographie du genre humain” ? Ambiguïté générique et statut du narrateur » in Le Roman français au tournant du XXIe siècle, Bruno Blanckeman, Aline Mura-Brunel et Marc Dambre (dir.), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 224.

57 Jean-Marie Schaeffer, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, op. cit., p. 118.

58 Bruno Blanckeman, Les Fictions singulières, Paris, Prétexte, 2002.

59 Dominique Viart, « Les Biographies (ré)inventées » in L’Éclatement des genres, op. cit., respectivement p. 331 et p. 339.

60 Ibid., p. 338.

61 Jean-Christophe Bailly, Tuiles détachées, Paris, Mercure de France, 2004, p. 29. Nous soulignons.

62 Alexandre Gefen, « Le Genre des noms : la biofiction dans la littérature française contemporaine » in Le Roman français au tournant du XXIe siècle, op. cit., p. 312.

63 Sabrinelle Bédrane, « À la recherche du premier mot », Premiers romans 1945-2003, Marie-Odile André et Johan Faerber (dir.), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2005.

64 Catherine Grall, Le Sens de la brièveté, Paris, Champion, 2003, p. 12.

65 Nouvelles Nouvelles, février 1988.

66 Des Anges mineurs, op. cit., p. 200.

67 Sylvie Weil, Jeux, op. cit., et Régis Jauffret, Les Jeux de plage, op. cit.

68 Patrick Kéchichian, Les Origines de l’alpinisme, exercices spirituels, op. cit.

69 Michel Tournier, Célébrations, Paris, Mercure de France, 1999 et 2000. Le terme est employé au début de sa préface.

70 Lors de la séance du vendredi 20 juin 2003, dans le cadre du Séminaire de l’ITEM-CNRS, Pierre Michon a dit préférer les récits brefs car il n’y a pas de temps faible, contrairement aux romans qui comportent des temps forts et des temps faibles.

71 Catherine Grall, Le Sens de la brièveté, op. cit., p. 26.

72 « Comment puis-je trouver le mot “juste” ? Comment puis-je choisir parmi les mots ? Sans doute parfois en les comparant suivant de subtiles différences d’odeur : Cela est trop…, cela est trop…, voilà ce qui convient. Mais je n’aurai pas toujours à porter des jugements, à donner des explications ; souvent il m’arrivera de dire : ce n’est pas encore ça. Je ne suis pas satisfait, continue de chercher. À la fin un mot se présente : “c’est cela !” Parfois je peux dire pourquoi. Telle est cette quête, telle est cette découverte. » Ludwig Wittgenstein, « Investigations philosophiques » in Tractatus logico-philosophicus [1961], Paris, Gallimard, « Tel », 1986, p. 351.

73 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 93.

Auteur

PRAG à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, Sabrinelle Bédrane prépare une thèse sur la poétique des formes brèves dans le récit contemporain depuis 1998. Ses articles s’intéressent à la poétique du discontinu, à la problématique du recueil et aux questions de genre bref au travers d’auteurs comme Pierre Bergounioux, Jean-Marie Gustave Le Clézio, Pierre Michon et Antoine Volodine

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540