Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mot juste

 | 
Johan Faerber
, 
Mathilde Barraband
, 
Aurélien Pigeat

Mettre un terme ou vers une histoire du mot juste

La disparition : enquête sur la « féminisation » des termes auteur et écrivain

Audrey Lasserre

Texte intégral

  • 1 Georges Perec, La Disparition [1969], Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1998, p. 39.

« Sur son tapis, assaillant à tout instant son imagination, l’intuition d’un tabou, la vision d’un mal obscur, d’un quoi vacant, d’un non-dit : la vision, l’avision d’un oubli commandant tout, où s’abolissait la raison : tout avait l’air normal mais…
Mais quoi ? Il y paumait son latin. »
Georges Perec, La Disparition1

1L’allusion au roman de Georges Perec mérite, il nous semble, une explication. Menant une recherche en histoire littéraire sur les récits fictionnels de femmes des années soixante-dix à nos jours, la langue que nous employions, ou plus exactement que nous nous devions d’employer, nous est apparue comme un lipogramme. Étrangement une lettre nous était ponctuellement interdite – en fait plus d’une mais regardons ce petit e comme le symbole du genre grammatical féminin dans son entier. Il nous fallait, en certaines occasions, ruser pour cacher, omettre, faire disparaître la marque du féminin et avec elle, nous avions la désagréable sensation d’effacer les femmes dont nous tentions de faire l’histoire, et même, parfois, la spécificité de certaines de leurs œuvres. Tout cela nous paraissait bien curieux. La rupture épistémique grondait. Loin de commettre l’erreur de certains critiques lors de la parution de La Disparition qui avaient conclu que le roman était raté, mal ficelé, bizarrement rédigé, nous nous sommes dit que la langue, comme Perec, avait du génie, que tout cela devait avoir une explication logique. Pourquoi pouvait-on dire d’une femme qu’elle était actrice, directrice d’école ou éducatrice, mais pas autrice, qu’elle était souveraine, châtelaine, mais pas écrivaine ? Nous avons donc décidé de mener l’enquête, une investigation sur le féminin absent, omis, ou disparu, quoiqu’il en soit prohibé, de certains noms d’agent dans le domaine qui est le nôtre, les professions littéraires. Nous venons en quelque sorte, vous nous pardonnerez l’expression, au rapport. Toute désignation, ou absence de désignation, étant une prise de position – qu’elle soit critique, idéologique, éthique ou politique – nous nous sommes penchée sur l’histoire de cette querelle terminologique, entre agrément et récusation, depuis le XIXe siècle afin de mieux comprendre les débats qui ont agité la fin du XXe siècle et l’enjeu actuel de la féminisation des noms de professions littéraires. Ce panorama nous a permis d’expliciter, à travers la synthèse des recherches menées en linguistique depuis une trentaine d’années, notre propre quête du mot juste, entre justesse d’une désignation et justice rendue aux créatrices.

Du XIXe au XXe siècle : de la querelle à l’oubli

  • 2 « Écrivain » in Dictionnaire historique de la langue française, sous la dir. d’Alain Rey, Paris, D (...)
  • 3 Émile Deschamps, « Philosophie grammaticale appliquée à l’étude des arts chez les femmes » in Le J (...)

2La question de la féminisation n’est certes pas neuve au XIXe siècle mais elle prend à cette époque une ampleur inégalée suite à la promotion de la grammaire scolaire. Dès le début du XIXe siècle, linguistes et grammairiens tentent de théoriser l’absence de féminin de certains noms de profession – absence toute relative, écrivaine, étant par exemple relevé dès le XIVe siècle (escripvaine et 1639 : écrivaine)2. Émile Deschamps consacre ainsi en 1833, dans Le Journal des jeunes personnes, un article à la « Philosophie grammaticale appliquée à l’étude des arts chez les femmes ». Se plaçant sous l’égide du génie de la langue, il y explique que : « Les mots qui manquent […] sont en général des réticences d’une raison et d’une justesse exquises, dont notre langue surtout a le secret, des exemples de sage économie et non des marques de pauvreté […]. L’absence du mot enseigne l’inanité ou l’absurdité de la chose »3. Si auteur, écrivain, littérateur, poète, peintre, compositeur, ou bien encore sculpteur ne connaissent pas de féminin à l’époque (ou si ces termes sont objet de dérision), c’est tout simplement, selon Émile Deschamps, parce qu’une femme n’est pas une créatrice :

  • 4 Ibid.

[…] c’est précisément lorsqu’il s’agit d’exprimer une femme qui compose de la musique, de la peinture, de l’architecture, de la poésie, de la sculpture ou de la littérature, que la langue est tout à coup frappée de mutisme et d’impuissance !… Ce n’est point un hasard, mais un fait-exprès de la grammaire française, la plus judicieuse, la plus intellectuelle, la plus philosophiques des grammaires.4

  • 5 Ce que confirme, selon Émile Deschamps, l’existence des termes chanteuse, cantatrice, danseuse, tr (...)
  • 6 Christine Planté, La Petite sœur de Balzac : essai sur la femme auteur, Paris, Seuil, « Libre à el (...)
  • 7 Jules Barbey d’Aurévilly, Les Bas bleus, Genève, Slatkine reprints, 1878 et Albert Cim, Bas-bleus, (...)

3Le silence de la langue semble dire l’absence de don et de capacités, le commentaire du penseur traduisant l’idéologie d’une époque, légitimant une répartition des rôles jugée « naturelle » où l’homme crée, invente et agence, alors que la femme exécute5. Cette vision sera celle du XIXe siècle tout entier au cours duquel il semblera impossible de trouver un substantif pour désigner la femme qui écrit, si ce n’est pour la railler (le terme bas bleu de l’anglais blue stocking avait cette fonction). « Si un nom n’existe pas dans la langue, c’est qu’il n’y a pas de place dans l’ordre du monde – ni dans celui de la société – pour ce qu’il désigne », commente Christine Planté dans La petite sœur de Balzac : essai sur la femme auteur6 au XIXe siècle. Les exemples sont légion pour rendre compte du ridicule, de l’anormalité, voire de la monstruosité hermaphrodite de celles qui prétendent exercer des métiers d’hommes. Il suffit pour en établir un florilège de consulter De la pornocratie de Proudhon, Les Bas-bleus de Jules Barbey d’Aurévilly ou Bas-bleus d’Albert Cim7.

  • 8 Les documents originaux de l’affaire Gagneur n’étant plus consultables à la Bibliothèque Nationale (...)
  • 9 « Masculin et féminin. Une question soumise à l’Académie française », Le Matin, 26 juillet 1891 (v (...)
  • 10 Ibid., p. 42.
  • 11 « Masculin et féminin. Une réponse de Mme Gagneur aux objections des académiciens », Le Matin, 13 (...)

4Si le XIXe siècle connaît de farouches opposants à la féminisation, il laisse également voix à ceux et celles qui défendent la cause des femmes. À la fin du siècle, deux requêtes sont adressées à l’Académie française en ce sens. Marie-Louise Gagneur, romancière, est la première à réclamer la féminisation des noms de métiers en 1891, notamment celle d’auteur et d’écrivain, afin de répondre à l’entrée des femmes dans des sphères professionnelles auparavant masculines, parmi lesquelles « toutes les branches de l’activité intellectuelle »8. Sa lettre à « Monsieur Jules Claretie, chancelier de l’Académie française », publiée dans Le Figaro et lue en séance le 23 juillet 1891, suscite la réponse de deux académiciens, Charles de Mazade et Leconte de Lisle9. Si le premier, dans la droite ligne d’Émile Deschamps, récuse la féminisation d’écrivain car « la carrière d’écrivain n’est pas celle de la femme », le second y consent en proposant uniquement la féminisation de l’article. Quant à autrice ou auteuse, ils appartiennent à la catégorie des féminins qui « déchirent absolument les oreilles »10. Alors que Leconte de Lisle oriente le débat vers l’euphonie, c’est-à-dire vers l’esthétique, Charles de Mazade confirme, bien malgré lui, que féminiser les professions littéraires revient à légitimer la pratique de l’écriture par les femmes. Malgré les réticences de son éminent camarade, Leconte de Lisle promet – le Collège devant se réunir pour rédiger l’article « auteur » du dictionnaire dans un avenir proche – d’examiner la féminisation du terme, oubliant – fait étrange – que la séance a déjà eu lieu quelques mois auparavant. La requête de Marie-Louise Gagneur reste ainsi lettre morte même après la réponse qu’elle adresse aux académiciens et dans laquelle elle établit une adéquation entre féminisation et quête du mot juste : « Je suis partie de ce principe que la première qualité de la langue est d’être claire, précise, concise ; que, par conséquent, tous les mots pouvant donner lieu à une obscurité, une équivoque, un embarras de l’expression de la pensée doivent être modifiés »11. La même année, Aristophana, pseudonyme d’une autrice inconnue, sollicite dans L’Esprit de la femme « la féminisation des mots », rappelant que le refus d’entériner le féminin est motivé non par des intérêts linguistiques mais par la volonté de préserver la conformation d’une société patriarcale et phallocrate :

  • 12 Aristophana, « La féminisation des mots », L’Esprit de la femme no 21, 20 septembre 1891 (Claudie (...)

Il y a des mots qui n’ont pas de féminin dans notre belle langue, et naturellement, ce sont ceux qui sont les plus élevés dans la hiérarchie intellectuelle, comme auteur, écrivain, sculpteur, peintre et autres, dont le féminin ne se laisse pas aussi facilement tirer des côtes qu’il serait désirable pour nos justes orgueils et intérêts.12

5Sept ans plus tard, Hubertine Auclert, militant pour l’obtention du droit de vote, reprend les mêmes arguments. Dans la rubrique intitulée « Le féminisme » qu’elle publie régulièrement dans le quotidien Le Radical, elle s’attaque ouvertement à l’Académie en avril 1898 et en août 1900, demandant la création de termes féminins pour répondre à l’évolution de la société et des mœurs. « Il est urgent de féminiser la langue », écrit-elle, car :

  • 13 Hubertine Auclert, « Féminisez la langue », Le Radical, 12 août 1900, p. 2. Voir, pour un article (...)

Lorsque la femme laissait ignorer son existence, il était encore compréhensible qu’on l’annulât, mais aujourd’hui qu’une force ascensionnelle la pousse à rejoindre son devancier l’homme, il n’est pas permis au dictionnaire de l’oublier. La nouvelle ère qui commence pour la femme oblige à inventer des expressions s’adaptant à sa condition nouvelle. […] Alors qu’il y a de nombreuses femmes écrivains, auteurs, […], pourquoi l’Académie laisse-t-elle ces termes sans féminins ?13

  • 14 Ibid.
  • 15 Hubertine Auclert, « L’Académie et la langue », Le Radical, 18 avril 1898, p. 2.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.
  • 18 Hubertine Auclert, « Requête à l’Académie », Le Radical, 24 août 1900, p. 2.
  • 19 Sexuisemblance : analogie des substantifs animés avec la bipartition des sexes.

6Comme Aristophana et Marie-Louise Gagneur, Hubertine Auclert souligne la portée négative de l’absence de féminin en matière de légitimité sociale et d’égalité entre les sexes et rapproche la féminisation de la quête du mot juste en demandant à l’Académie d’indiquer « le mot exact à prononcer pour n’altérer, ni dans sa forme, ni dans son expression, la langue […] »14. Pour ce faire, elle proposait déjà en 1898 la création d’une assemblée mixte qui aurait pour tâche de « féminiser les mots de notre langue, rectifier et compléter le dictionnaire »15, d’une « association d’individus qui féminiseraient le langage et substituerait à l’artifice, à la duplicité, au mensonge, la vérité dans les mots, base de la vérité dans les conditions humaines […] »16. « Rien n’empêcherait », ajoutait-elle, « cette assemblée de se nommer Académie féministe »17. Un siècle plus tard, la voix d’Hubertine Auclert sera entendue : ce collège aura pour nom « commission de terminologie et de néologie chargée d’étudier la féminisation ». Mais à l’époque, sa requête à l’Académie18, synthèse des deux articles évoqués, reste sans réponse tout comme ces lignes des grammairiens Jacques Damourette et Édouard Pichon, qui sont les premiers au début du XXe siècle à proposer le concept de « sexuisemblance »19, liant ainsi le morphologique au sémantique et s’opposant, de fait, aux arguments convoqués par Charles de Mazade et Leconte de Lisle dix ans plus tôt :

  • 20 Jacques Damourette et Édouard Pichon, Des mots à la pensée : essai de grammaire de la langue franç (...)

[…] la facilité avec laquelle le français, soit par le procédé flexionnel, soit par le procédé suffixal, sait former des féminins différenciés, devrait vraiment détourner les femmes adoptant des professions jusqu’à ces derniers temps masculines, de ridiculiser leurs efforts méritoires par des dénominations écoeurantes et grotesques, aussi attentatoire au génie de la langue qu’aux instincts les plus élémentaires. Le bon sens populaire a jusqu’ici résisté à cette extraordinaire entreprise : on dit couramment une avocate, une doctoresse ; mais il est à craindre que la ténacité des intéressés n’emporte le morceau […]. Ne se rendent-elles pas compte [qu’en ayant recours au masculin] elles ne font que se proclamer elles-mêmes des monstruosités ?20

  • 21 « Un journal discourait naguère sur authoresse, et, le proscrivant avec raison, le voulait exprime (...)
  • 22 Ibid., p. 37.

7Autrice, auteuresse, aut(h)oresse, auteure, écrivaine sont ainsi proposés, parfois utilisés, au XIXe siècle mais ne parviennent pas à entrer dans l’usage. Rémy de Gourmont a beau, dans L’Esthétique de la langue, s’insurger contre l’emploi du masculin auteur pour désigner la femme de lettres, recommander le féminin autrice21, Damourette et Pichon réitérer vingt ans plus tard, rien n’y fait. On le devine : les débats qui ont agité la fin du XIXe et le début du XXe siècle sont d’une étrange actualité. D’un siècle à l’autre, le constat est identique mais les arguments ont évolué de l’exclusion revendiquée à la forclusion assumée. Sous couvert d’un masculin prétendument « neutre » – faut-il rappeler que le neutre, étymologiquement ni masculin ni féminin, n’existe en français que pour certains pronoms ? – les femmes qui écrivent au XXe siècle n’ont toujours pas de nom ; leur travail, qui est à la fois un métier et une pratique sociale, n’a aucune réalité, car « l’auteur détient une autorité qui ne se concède pas à n’importe qui »22. Alors que boulangère, agricultrice ou vendeuse ne semblent poser aucun problème à l’usage, les dictionnaires résistent encore à la féminisation des noms de profession liés soit à l’exercice d’un pouvoir quelconque, soit à un prestige social.

  • 23 Appellation liée à une mouvance littéraire : « l’écriture féminine ». Notons pour mémoire la prése (...)

8C’est dans cette configuration que renaissent les débats sur la féminisation des noms de métier, grade et fonction à partir des années 1980. Yvette Roudy, alors ministre des droits de la femme, demande en février 1984 la création d’une commission de terminologie et de néologie chargée d’étudier la féminisation suite à la loi sur la parité professionnelle de 1983. Quelques années auparavant, des femmes, féministes, demandaient avec insistance qu’on les désigne sous le nom d’écrivaine23. Benoîte Groult, présidente de la Commission, en faisait partie. Voici une de ses déclarations sur la féminisation de son métier lors de la création de la Commission en avril 1984 :

  • 24 Benoîte Groult, « Je suis une écrivaine », Médias et langage no 19-20, avril 1984, p. 20

Comme on est mal dans sa peau, on peut se sentir mal dans ses mots. Je me suis aperçue que j’hésitais toujours sur la façon de me nommer. Fallait- il dire : je suis une femme-écrivain ou écrivain-femme ? Ou je suis UN écrivain ? Cette mention obligatoire de mon sexe en même temps que de mon métier me gênait. Comme si, du fait de ce sexe qu’il fallait signaler, je n’étais plus un écrivain tout court, un écrivain normal. La normalité étant masculine bien entendu. C’est un peu comme de dire : la musique militaire. On suggère que ce n’est pas tout à fait de la musique. En disant écrivain-femme, j’accréditais l’idée que je ne faisais pas tout à fait de la littérature. […] je suis gênée aux entournures par le fait de me désigner comme UN écrivain ou UN auteur. […] Pour reprendre ma comparaison vestimentaire, tout se passe comme si on avait fini par autoriser les femmes à exercer des métiers d’homme, mais à condition qu’elles adoptent l’uniforme des hommes et ne le mettent pas à leur mesure. Qu’elles portent en somme le signe du masculin, comme une défroque trop grande pour elles, comme le symbole visible de leur transgression.24

  • 25 L’antéposition de l’un ou l’autre terme marque une prévalence de l’une ou l’autre sphère. L’emploi (...)
  • 26 Benoîte Groult, Compte-rendu final des travaux de la commission de féminisation des noms de métier (...)
  • 27 Déclaration de l’Académie française faite en séance, le 14 juin 1984. Archives du Service des droi (...)
  • 28 Ibid. Affirmation modulée quelques lignes plus loin mais qui témoigne d’une vision erronée du proc (...)

9Témoignant de son expérience personnelle, Benoîte Groult évalue les choix qui s’offrent à la femme qui écrit pour désigner son activité professionnelle : l’usage du masculin ou l’adjonction du terme « femme ». La comparaison avec la « musique militaire » montre que le recours à la périphrase provoque, de par le redoublement des substantifs, une joute sémantique entre deux réalités qui semblent se disqualifier mutuellement par leur incompatibilité : l’activité professionnelle et la sphère personnelle25. La justesse d’une dénomination ne peut passer par l’emploi d’une expression double et duelle. Dans le cas du recours au masculin, la correspondance sémiologique entre le vêtement et le terme employé est tout aussi éclairante. L’emploi du masculin est perçu tout à la fois comme un garant de légitimité et comme un emprunt, un détournement, voire une usurpation, de cette légitimité. Le mot, comme le vêtement, n’est pas juste parce qu’il est sensé être porté par un autre que soi ; il n’est pas réellement créé à l’usage de celle qui l’endosse, tel un signe extérieur d’étrangeté, d’incapacité, et d’infraction à l’ordre établi. User du masculin pour définir son activité revient donc à se travestir en homme de façon symbolique par le moyen du langage. Benoîte Groult présente ainsi la féminisation comme le droit de porter un nom en accord avec ce que l’on est. Dans la même logique, les hommes entrant dans la profession de sage-femme avaient demandé quelques années auparavant – et obtenu – la création de l’hellénisant « maïeuticien ». Si l’on masculinise les professions traditionnellement dévolues aux femmes, l’inverse devrait donc être possible. Comme Hubertine Auclert un siècle plus tôt, Benoîte Groult affirme que : « Toute langue doit […] savoir s’adapter aux réalités nouvelles. L’accession de femmes de plus en plus nombreuses à des fonctions de plus en plus diverses est une de ses réalités, qui doit donc trouver sa traduction dans le vocabulaire »26. Rien de bien surprenant puisque la quinzaine de Commissions de terminologie et de néologie créées en France depuis 1973 poursuivent le même objectif pour ce qui est du vocabulaire technique et médiatique. Mais la langue lipogrammatique n’a pas dit son dernier mot. Une querelle entre anciens et modernes s’engage alors dans la presse, opposant membres de la commission et académiciens. Nous nous concentrerons sur cette première controverse plus que sur la seconde qui a eu lieu en 1998, d’une part parce que la question de la fonction qui est au cœur de celle-ci (Madame le ou la ministre) intéresse moins l’objet de la présente contribution et d’autre part parce qu’elle n’en est que la pâle copie du point de vue des motifs linguistiques invoqués. La première polémique est engagée en 1984 par Claude Lévi-Strauss et Georges Dumézil, auteurs d’une Déclaration de l’Académie française, faite en séance le 14 juin et publiée dans la presse quelques jours plus tard. Réagissant à la constitution de la Commission de terminologie chargée d’étudier la féminisation, les deux académiciens s’y inquiètent du « contresens […] opéré sur la notion de genre grammatical »27. Alors qu’au XIXe siècle, opposants à et partisans de la féminisation s’accordaient sur la sexuisemblance formulée par Damourette et Pichon, Claude Lévi-Strauss et Georges Dumézil n’ont pas peur de « rappeler qu’en français comme dans les autres langues indo-européennes, aucun rapport d’équivalence n’existe entre le genre grammatical et le genre naturel »28. Or toute grammaire précise que pour les substantifs référant à des animés, le genre grammatical est, le plus souvent, un reflet du sexe social. Citons par exemple l’article « Genre » de La Grammaire d’aujourd’hui sous la direction de Michel Arrivé, Françoise Gadet et Michel Galmiche qui semble répondre à la déclaration des deux académiciens :

  • 29 « Genre » in La Grammaire d’aujourd’hui, sous la dir. de Michel Arrivé, Françoise Gadet et Michel (...)

En français comme dans les autres langues indo-européennes, la catégorie linguistique du genre est en relation avec la catégorie naturelle du sexe. […] Pour les êtres animés, les individus de sexe masculin sont généralement désignés par des noms masculins, les individus féminins par des noms féminins […].29

  • 30 « Le français connaît deux genres, traditionnellement dénommés masculin et féminin. Ces vocables h (...)

10D’ailleurs les académiciens eux-mêmes ne s’y sont pas trompés lorsque, épris de contradiction, ils écrivent quelques lignes plus bas que : « À la différence du genre non marqué [le masculin], le genre marqué [le féminin], appliqué aux êtres animés, institue entre les sexes une ségrégation ». S’il n’existe « aucun rapport d’équivalence […] entre le genre grammatical et le genre naturel », on conçoit mal comment le recours au genre féminin instituerait une « ségrégation » entre les sexes, fût-il question d’une simple distinction. Plus encore, selon les deux Immortels, le masculin serait le genre non marqué ou extensif et le féminin le genre marqué ou intensif30 : argument fort séduisant mais qui n’est malheureusement que le reflet émoussé du vrai linguistique. En effet, outre le glissement spécieux d’emploi spécifique à emploi générique, Dumézil et Lévi-Strauss procèdent – volontairement ? – à un contresens de la terminologie grammaticale de l’École de Prague. Comme l’a parfaitement démontré Edwige Khaznadar dans « Métalangage du genre : un flou artistique » en 2002, le masculin comme le féminin sont des genres marqués, seuls les bivalents (c’est-à-dire les termes qui acceptent l’un et l’autre genre grammaticalement et sémantiquement – du type enfant ou élève) sont des non-marqués :

  • 31 Edwige Khaznadar, « Métalangage du genre : un flou artistique » in Extension du féminin : les ince (...)

La reconnaissance mécanique d’une forme comme masculine suppose que cette forme comporte un signe déclencheur qui la fait reconnaître parce qu’elle s’oppose – mais je préfère dire « parce qu’elle correspond » – à une autre forme comportant un autre signe déclencheur qui appelle le la. […] Le principe selon lequel « le féminin est le cas marqué » est un « principe » faux en tout cas morphologiquement. […] Le masculin est l’un des deux éléments de la flexion. Le féminin seul « fléchi » est une manifestation du fantasme de la soumission du féminin.31

  • 32 « Il convient enfin de rappeler qu’en français la marque du féminin ne sert qu’accessoirement à re (...)

11Fantasme de la soumission du féminin ou complexe d’Adam dont souffraient déjà au XVIe siècle nos premiers grammairiens, Pelsgrave et Vaugelas, affirmant qu’on formait effectivement le féminin sur le masculin, comme de la côte d’Adam Ève était née. Au détournement des enjeux de la féminisation et à la manipulation intellectuelle, il faudrait encore ajouter le ridicule d’une crainte, celle de la perturbation généralisée de l’attribution du genre en français : recommander l’usage d’écrivaine ou d’autrice risquerait de conduire les écoliers et écolières françaises à composer des sentences hérétiques telles que, par exemple, la soleil brille aujourd’hui32. L’usage, « seul maître en la matière », est bien évidemment le dernier argument invoqué dans ce plaidoyer – Georges Dumézil et Claude Lévi-Strauss feignant ainsi d’oublier que le français est une langue dont les sujets parlants sont particulièrement soumis (depuis la création de l’Académie française ?) à ce qu’Anne-Marie Houdebine-Gravaud a formulé sous l’expression d’« insécurité linguistique », dont le premier symptôme est cette phrase que nous avons tous et toutes entendu ou prononcé : « je ne l’emploie pas car ce n’est pas dans le dictionnaire ». La boucle est bouclée, le cercle est vicieux car le dictionnaire a pour fonction d’enregistrer l’usage alors qu’il est perçu comme un outil prescriptif. Comme le rappelle Marina Yaguello :

  • 33 Marina Yaguello, Les Mots et les femmes : essai d’approche sociolinguistique de la condition fémin (...)

Le dictionnaire est une création idéologique. Il reflète la société et l’idéologie dominante. En tant qu’autorité indiscutable, en tant qu’outil culturel, le dictionnaire joue un rôle de fixation et de conservation, non seulement de la langue mais aussi des mentalités et de l’idéologie. Toute révolution devrait s’accompagner d’une réforme du dictionnaire, comme le disait Hugo [ : « Je mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire »].33

12Malheureusement les Immortels portent le bicorne vert.

  • 34 Alain Gillot-Pétré, Rubrique Monsieur Météo, « Delirium épais », Libération, 3 décembre 1985, nous (...)
  • 35 Alain Gillot-Pétré, Rubrique Monsieur Météo, « Météo-tapisserie », Libération, 13 décembre 1985, n (...)

13Notons enfin pour mémoire, afin de souligner non seulement la qualité des immixtions qui suivirent, tant dans la presse qu’à l’Assemblée nationale, mais aussi la résistance à la féminisation, l’intervention d’un météorologue linguiste, dont la pure quintessence du sexisme laisse rêveuse ou rêveur : « Dans un autre domaine, Benoîte Groult a gagné sa croisade pour devenir écrivaine. Je pose la question : quel est le masculin de l’expression « enculer des mouches à merde » ?34, écrit l’amateur de muscidés scatophiles en 1985. Ce parfait cas d’école a le démérite d’associer inanité de la quête du mot juste pour une femme, glissement analogique au vocabulaire sexuel, et stigmatisation sémantique du féminin. Suite à la réponse de Benoîte Groult, Alain Gillot-Pétré notera avec justesse que : « Chacun a l’évolution qu’il peut. Certains veulent être hommes d’affaires, dentistes, écrivaines, accessoirement écrivains. »35 On l’avait compris : être écrivaine, ce n’est pas être écrivain.

  • 36 Circulaire du 6 mars 1998 relative à la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, (...)

14En janvier 1986, la Commission transmet son rapport qui donne lieu à une circulaire (du 11 mars 1986) relative à la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre. Celle-ci reste sans effet. Écrivaine et autrice y étaient recommandés, à défaut une auteure ou auteur. Dix ans plus tard, en janvier 1998, l’Académie française, en les personnes de Hector Branciotti, Hélène Carrère d’Encausse et Maurice Druon en appellent à la protection du chef de l’état face à ces ministres rebelles qui souhaitent qu’on féminise leur fonction. Une commission est réunie, un rapport est rendu, une nouvelle circulaire est envoyée36, mais rien n’y fait : le dictionnaire de l’Académie, comme les autres d’ailleurs, n’entérine ni écrivaine, ni autrice, ni aucune autre forme. À ce stade de l’enquête et face à la caducité des arguments convoqués, nous sommes restée perplexe et nous sommes donc tournée vers la linguistique, parfois vers la sociolinguistique et la psycholinguistique pour résoudre l’énigme.

La réponse linguistique

  • 37 Nous ne pouvons citer ici l’ensemble de ces études. Elles sont cependant aisément consultables en (...)

15Il paraît impossible d’envisager l’aspect (socio-)linguistique de l’utilisation du féminin sans rendre compte de la richesse des recherches menées sur ce sujet depuis une trentaine d’années. Parmi la cinquantaine d’études publiées dans ce domaine, nous avons notamment tiré grand profit, tout en nous inquiétant de leur absence de diffusion dans le milieu littéraire, de celles de Verena Aebischer, Claudie Bodino, Valérie Brunetière, Anne-Marie Houdebine-Gravaud, Luce Irigaray, Edwige Khaznadar, Marie-Jo Mathieu, Patricia Niedzwieki et Marina Yaguello37. À partir de celles-ci, nous avons tenté de répertorier les véritables causes de l’emploi du masculin (et, de fait, du rejet du féminin), en opérant une distinction entre usage spécifique et usage générique. Afin de mieux saisir l’alternative qui s’offre au sujet parlant et écrivant, nous avons tout d’abord circonscrit une terminologie à adopter en cas d’usage du féminin.

  • 38 Nous écartons ainsi écrivine sur le modèle de sacristine et lui préférons le modèle adjectival.
  • 39 On trouve cependant des exceptions à la règle telles que : éditrice (éditer), exécutrice (exécuter (...)

16Une seule forme semble répondre à écrivain, celle d’écrivaine, sur le modèle de châtelaine ou de souveraine38. Auteur aurait quant à lui pour contrepartie autoresse, auteuse, auteure ou autrice, si l’on écarte authoresse dérivée de l’anglais. Pour trancher, il suffit de recourir à l’analogie. Lorsque le nom masculin se termine en -teur, il a pour pendant une forme terminée par -teuse39 s’il existe un verbe correspondant qui comporte un t dans sa terminaison (par exemple : acheter > acheteur/acheteuse, rapporter > rapporteur/rapporteuse, chanter > chanteur/chanteuse) et une forme terminée par -trice lorsqu’il n’existe pas de verbe correspondant ou lorsque le verbe ne comporte pas de t dans sa terminaison (par exemple : éduquer > éducateur/éducatrice ou recteur/rectrice, orateur/oratrice). Même si auteure, par l’adjonction d’un -e muet à l’oral mais visible à l’écrit, permet d’user du féminin tout en préservant l’autorité du terme et de celui ou de celle qui le prononce, autrice est la forme la plus adéquate par sa suffixation régulière. Voici donc le lexique des professions littéraires auquel nous parvenons : autrice/auteur, écrivaine/ écrivain, romancière/romancier, nouvelliste, (auto)biographe, poétesse/poète, dramaturge, metteuse en scène/metteur en scène et essayiste.

  • 40 Hubertine Auclert, « L’Académie et la langue », art. cit.

17Revenant alors à la distinction annoncée entre emploi spécifique et emploi générique, comment peut-on comprendre et expliciter le refus d’employer un substantif au féminin lorsque le référent est lui-même de genre féminin ? L’euphonie, c’est-à-dire l’invocation de critères esthétiques, constitue le premier pôle de résistance, et ce quelque soit l’usage. Écrivaine et autrice seraient laids à l’oreille, le premier évoquerait la vanité de l’écriture. Étrangement personne ne s’est avisé de la vanité de l’écri-vain. Preuve s’il en était besoin que le néologisme n’est dissonant que lorsque la réalité à laquelle il réfère est dérangeante, ce dont avait déjà conscience Hubertine Auclert lorsqu’elle écrivait en avril 1898 que « ce n’est qu’à force de prononcer certains mots que l’on finit par en accepter le sens qui tout d’abord heurtait »40. Qui se souvient par exemple que sexisme a été forgé sur racisme dans les années soixante-dix ?

18Au-delà de l’euphonie, les résistances actuelles sont dues, en cas d’emploi spécifique, au lien pérenne entre métier de prestige et métier d’hommes, car longtemps occupés par eux seuls. Si l’on grossit le trait, le grand écrivain, c’est Balzac, ce n’est pas Sand, qui refusait d’ailleurs la féminisation. De ce premier point découle la dépréciation des activités féminisées. En voici une manifestation exemplaire parue dans les Cahiers Ferdinand de Saussure :

  • 41 Henri Morier, « Ah ! la belle professeure ! Où nous mène le désir d’une sexuisemblance généralisée (...)

[…] vouloir, contre l’usage général, marquer du féminin celle qui pratique cette profession [médecine ou professorat], paraît mesquin : c’est faire intervenir le sexe dans des domaines où le cerveau joue un rôle essentiel – j’espère qu’on en conviendra. Et plus le rôle du sexe est négligeable, et plus la profession a de chance d’être désignée par un neutre, c’est-à-dire par son représentant, qui est le masculin apparent. [Les féminins manquants] concernent surtout des professions dans lesquelles c’est la tête qui fait le travail et sa qualité – que cette tête appartienne à l’un ou l’autre sexe. C’est la tête qui fait l’ingénieur, le médecin, le docteur en science, l’écrivain, l’auteur, et le professeur.41

19Les boulangères, secrétaires et romancières se le tiendront pour dit. On comprend aisément que certaines femmes préfèrent employer les termes masculins en usage pour éviter toute dérive sémantique de l’activité. Notons qu’écrivaine est également associée à une pratique scripturale datée, celle des années soixante-dix, dans laquelle ne se reconnaît pas la nouvelle génération de femmes qui écrivent. Pour ces deux premiers points, c’est en utilisant les féminins que le prestige sera également associé à la dénomination féminine et que la dérive sémantique s’atténuera : c’est une question de visibilité.

Emploi spécifique singulier :
Marguerite Duras est un auteur ou écrivain français. (Usage autorisé)
Marguerite Duras est une auteure française.
Marguerite Duras est une autrice / écrivaine française.
(Usage préconisé, féminisation du terme conforme au génie de la langue)

20En cas d’emploi spécifique pluriel comprenant deux féminins, les motifs sont identiques, l’emploi du féminin paraît donc tout aussi logique. Plus complexe est l’emploi spécifique comprenant un féminin et un masculin. Déjà dans les cours d’école, la règle de Vaugelas – « le masculin l’emporte sur le féminin » – fait loi, convention que celui-ci justifiait par la plus grande noblesse de l’homme. On semble ainsi avoir oublié qu’au XVIe siècle (et jusqu’au XVIIIe) on appliquait la règle de proximité pour l’accord des adjectifs, convention que nous appliquons dans la présente contribution. Recourir au masculin dans ce type d’emploi revient à perpétuer une pratique sexiste de la langue qui permet facilement de gommer la présence de femmes dans l’activité littéraire. Il nous paraît possible de contourner cette difficulté en utilisant la forme verbale correspondant au substantif. Pour ceux et celles qui seraient à court d’idée, nous conseillons la lecture de Sphynx d’Anne Garréta. En voici déjà un exemple :

Emploi spécifique pluriel (deux référents féminins) :

Marguerite Duras et Marguerite Yourcenar sont des auteurs de talent.
(Usage autorisé)
Marguerite Duras et Marguerite Yourcenar sont des autrices de talent.
(Usage préconisé, féminisation du terme conforme au génie de la langue)

Emploi spécifique pluriel
(un référent masculin et un référent féminin) :

Marguerite Duras et Claude Simon sont des auteurs de talent.
(Usage autorisé)
Marguerite Duras et Claude Simon écrivent avec talent.
(Usage préconisé, recours à la forme verbale)

  • 42 Voir notamment Elmar Shafroth, « Gender in French : structural properties, incongruences and asymm (...)

21Reste l’emploi générique42 qui pose à nos contemporains et contemporaines tant de soucis. Au singulier comme au pluriel, les mobiles sont les mêmes. Le masculin est, tout d’abord, perçu comme neutralisant. Or il suffit pour cesser d’être dupe de faire quelques expériences assez simples :

  1. Épreuve de langue : Tentez de définir les termes génération ou population et voyez si vous pouvez utiliser le terme Homme à cette fin. C’est impossible.
  2. Test cognitif : Prononcez la phrase suivante « L’écrivain jouit d’un prestige social », sans tricher, dites que l’image mentale que vous y avez associée n’est pas celle d’un homme. Cognitivement, le masculin générique appelle une image masculine.
  3. Épreuve d’histoire : Projetez-vous en mars 1848, lorsqu’un décret du gouvernement provisoire rétablit le suffrage universel (sic) affirmant que « Sont électeurs tous les français âgés de 21 ans ». Imaginez que vous êtes une femme, pouvez-vous voter ? De Gaulle ne s’y est pas trompé lorsqu’il a choisi de s’adresser aux français et françaises.
  • 43 André Martinet, Grammaire fonctionnelle du français, Paris, Didier, 1979.

22En 1979, André Martinet écrivait déjà dans sa Grammaire fonctionnelle du français que « le neutre [était] un fantôme auquel on [avait] voulu croire »43, les Immortels ayant encore de nos jours un goût prononcé pour l’occulte. L’utilisation du masculin permet enfin de souscrire au principe d’économie linguistique chère à la langue de Voltaire. La lisibilité et l’intelligibilité du texte sont prédominantes en français, on ne saurait en disconvenir. Pourtant, il est tout aussi évident que l’emploi générique (en compréhension comme en extension) concourt à l’effacement des femmes et de leurs pratiques. Entre la succession de termes dont la proximité phonétique ou graphique peut parfois confiner à la redondance et la légitimation d’une vision androcentrée, excluant de fait la moitié des êtres humains, il faut effectivement faire un choix :

Emploi générique singulier ou emploi générique en compréhension :
L’auteur jouit d’un prestige social. (Usage autorisé)
Auteurs et autrices (ou autrices et auteurs) jouissent d’un prestige social.
(Usage préconisé, utilisation du pluriel)

Emploi générique pluriel ou emploi générique en extension :
Une nouvelle génération d’auteurs est née. (Usage autorisé)
Une nouvelle génération d’auteurs et d’autrices est née.
(Usage préconisé, utilisation du pluriel)

  • 44 Voir sur ce point Claude Hagège, « Voies et destins de l’action humaine sur les langues » in Langu (...)
  • 45 Marina Yaguello, Les Mots et les femmes, op. cit., p. 85.

23Du point de vue strictement linguistique, rien ne semble s’opposer à l’utilisation des féminins autrice et écrivaine. Les résistances à la « féminisation » sont, nous l’avons vu, d’ordre sociale et psychologique. Déjà employés à travers les siècles, mais n’ayant pu se maintenir à cause des réticences idéologiques à légitimer la pratique de l’écriture par des femmes, ces termes permettent, de surcroît, de rendre compte d’une réalité dont il s’agit de faire l’histoire. Nous espérons avoir démontré l’importance de cette prise de position, face à ceux et celles qui en nient l’utilité et l’urgence. C’est tout autant notre responsabilité de chercheuse et de chercheur que celle d’enseignant-e qui est engagée ici. Car s’il nous faut, en tant que citoyen-ne, refuser de proroger l’exclusion, lutter contre le sexisme et la discrimination dans le langage par une modernisation du lexique44, notre devoir est avant tout de ne pas perpétuer une tache aveugle, de ne pas faire le jeu de l’impensé. C’est là le sens premier de notre travail de recherche : des mots pour dire et surtout pour penser. Nous parions ainsi, comme des générations l’ont fait avant nous, qu’il suffit pour instaurer un usage légitime du mot juste de « cultiver la marginalité jusqu’à ce que la marge occupe la moitié de la page »45.

Notes

1 Georges Perec, La Disparition [1969], Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1998, p. 39.

2 « Écrivain » in Dictionnaire historique de la langue française, sous la dir. d’Alain Rey, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1995, p. 659.

3 Émile Deschamps, « Philosophie grammaticale appliquée à l’étude des arts chez les femmes » in Le Journal des jeunes personnes, vol. 2, 1833, p. 101-106. Voir, pour une analyse plus détaillée de cet article, Jacques-Philippe Saint-Gérand, « Dans un Littré classique, les genres sont-ils la propriété qu’ont les noms de représenter en langue les sexes et – dans certaines – leur absence ? » in Masculin/Féminin dans la poésie et les poétiques du XIXe siècle, sous la dir. de Christine Planté, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, « Littérature et idéologie », 2002, p. 17-38.

4 Ibid.

5 Ce que confirme, selon Émile Deschamps, l’existence des termes chanteuse, cantatrice, danseuse, tragédienne, comédienne et actrice (Ibid.).

6 Christine Planté, La Petite sœur de Balzac : essai sur la femme auteur, Paris, Seuil, « Libre à elles », 1989, p. 24. Voir l’ensemble du chapitre I « Comment appeler une pareille créature ? », p. 21-38. L’autrice y analyse les discours qui font de la femme auteur un monstre qui n’appartient pas à la « race humaine » car elle n’est ni homme (un écrivain ne ressemble pas à une femme), ni femme (une femme n’écrit pas, ou plus exactement n’est pas écrivaine). Ce dernier point semble avoir disparu des discours de la fin du XXe siècle.

7 Jules Barbey d’Aurévilly, Les Bas bleus, Genève, Slatkine reprints, 1878 et Albert Cim, Bas-bleus, Paris, A. Savigne, 1891.

8 Les documents originaux de l’affaire Gagneur n’étant plus consultables à la Bibliothèque Nationale de France, nous nous référons pour les citations qui suivent à la retranscription qu’en a faite Claudie Bodino dans Politique de la langue et différence sexuelle : la politisation du genre des noms de métier / publ. par l’Institut de linguistique française, Paris ; Budapest ; Torino, L’Harmattan, « Logiques politiques », 2001, p. 37-50. Pour la présente citation, ibid., p. 40. Voir également « Subvertir le langage » in L’Égalité en marche : le féminisme sous la Troisième République, sous la dir. de Laurence Klejman et Florence Rochefort, préf. de Michelle Perrot, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Des Femmes Antoinette Fouque, 1989, p. 313-317.

9 « Masculin et féminin. Une question soumise à l’Académie française », Le Matin, 26 juillet 1891 (voir Claudie Bodino, ibid.).

10 Ibid., p. 42.

11 « Masculin et féminin. Une réponse de Mme Gagneur aux objections des académiciens », Le Matin, 13 août 1891 (voir Claudie Bodino, ibid., p. 45).

12 Aristophana, « La féminisation des mots », L’Esprit de la femme no 21, 20 septembre 1891 (Claudie Bodino, ibid. p. 40).

13 Hubertine Auclert, « Féminisez la langue », Le Radical, 12 août 1900, p. 2. Voir, pour un article de synthèse sur cette question, Christine Klein-Lataud, « Personnes du sexe et sexe de la personne au XIXe siècle » in « Elle signe », Protée : théorie et pratique sémiotiques, Chicoutimi (Québec), Département des sciences humaines de l’Université du Québec, vol. 20, no 3, automne 1992, p. 9-16.

14 Ibid.

15 Hubertine Auclert, « L’Académie et la langue », Le Radical, 18 avril 1898, p. 2.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Hubertine Auclert, « Requête à l’Académie », Le Radical, 24 août 1900, p. 2.

19 Sexuisemblance : analogie des substantifs animés avec la bipartition des sexes.

20 Jacques Damourette et Édouard Pichon, Des mots à la pensée : essai de grammaire de la langue française, 1911-1927, Paris, D’Artrey, 1968, § 277.

21 « Un journal discourait naguère sur authoresse, et, le proscrivant avec raison, le voulait exprimer par auteur. Pourquoi cette réserve, cette peur d’user des forces linguistiques ? Nous avons fait actrice, cantatrice bienfaitrice, et nous reculons devant autrice, et nous allons chercher le même mot latin grossièrement anglicisé et orné, comme d’un anneau dans le nez, d’un grotesque th. Autant avouer que nous ne savons plus nous servir de notre langue et qu’à force d’apprendre celle des autres peuples nous avons laissé la nôtre vieillir et se dessécher » (Rémy de Gourmont, Esthétique de la langue française, 1899, cité par Marina Yaguello, Le sexe des mots, Paris, Belfond, 1995, p. 31-33).

22 Ibid., p. 37.

23 Appellation liée à une mouvance littéraire : « l’écriture féminine ». Notons pour mémoire la présence d’Hélène Cixous et d’Annie Leclerc parmi les membres de la Commission.

24 Benoîte Groult, « Je suis une écrivaine », Médias et langage no 19-20, avril 1984, p. 20

25 L’antéposition de l’un ou l’autre terme marque une prévalence de l’une ou l’autre sphère. L’emploi de femme-écrivain sera perçu comme la volonté de se définir d’abord par son genre (sexe social) et ensuite par son activité professionnelle (ce qui peut être interprété comme une marque de dilettantisme) alors que celui d’écrivain-femme sera compris comme la volonté de s’inscrire dans une activité professionnelle « comme une femme » (interprétation dépréciative du destinataire allant de la différence à l’incapacité).

26 Benoîte Groult, Compte-rendu final des travaux de la commission de féminisation des noms de métier et fonction, p. 1. Passage repris dans la circulaire du 11 mars 1986 relative à la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, Journal Officiel : « Lois et décrets » ; no 64 du 16 mars 1986, p. 4267.

27 Déclaration de l’Académie française faite en séance, le 14 juin 1984. Archives du Service des droits des femmes, Paris XVe, dossier « Langage – Terminologie – Législation (1976) ».

28 Ibid. Affirmation modulée quelques lignes plus loin mais qui témoigne d’une vision erronée du processus flexionnel du genre en français : « Il convient enfin de rappeler qu’en français la marque du féminin ne sert qu’accessoirement à rendre la distinction entre mâle et femelle. »

29 « Genre » in La Grammaire d’aujourd’hui, sous la dir. de Michel Arrivé, Françoise Gadet et Michel Galmiche, Paris, Flammarion, 1986, p. 282.

30 « Le français connaît deux genres, traditionnellement dénommés masculin et féminin. Ces vocables hérités de l’ancienne grammaire sont impropres. Le seul moyen satisfaisant de définir les genres en français eu égard à leur fonctionnement réel consiste à les distinguer en genres respectivement marqué et non marqué. Le genre dit couramment masculin est le genre non marqué, qu’on peut appeler aussi extensif en ce sens qu’il a la capacité à représenter à lui seul les éléments relevant de l’un et l’autre genre. […] le genre non marqué désigne indifféremment des hommes ou des femmes. Son emploi signifie que, dans le cas considéré, l’opposition des sexes n’est pas pertinente et qu’on peut donc les confondre. En revanche, le genre dit couramment féminin est le genre marqué, ou intensif. Or, la marque est privative. Elle affecte le terme marqué d’une limitation dont l’autre seul est exempt. À la différence du genre non marqué, le genre marqué, appliqué aux êtres animés, institue entre les sexes une ségrégation. » Déclaration de l’Académie française, op. cit.

31 Edwige Khaznadar, « Métalangage du genre : un flou artistique » in Extension du féminin : les incertitudes de la langue, sous la dir. de Marie-Jo Mathieu, Paris, Champion, 2002, p. 35-37.

32 « Il convient enfin de rappeler qu’en français la marque du féminin ne sert qu’accessoirement à rendre la distinction entre mâle et femelle. La distribution des substantifs en deux genres institue dans la totalité du lexique un principe de classification […]. Tous ces emplois du genre grammatical constituent un réseau complexe où la désignation contrastée des sexes ne joue qu’un rôle mineur. Des changements, faits de propos délibéré dans un secteur, peuvent avoir sur les autres des répercussions insoupçonnées. Ils risquent de mettre la confusion et le désordre dans un équilibre subtil né de l’usage […]. » Déclaration de l’Académie française, op. cit.

33 Marina Yaguello, Les Mots et les femmes : essai d’approche sociolinguistique de la condition féminine [1978], Paris, Payot, « Petite bibliothèque Payot », 2002, p. 209-210. La citation de Victor Hugo à laquelle il est fait référence est extraite de « Réponse à un acte d’accusation », Les Contemplations, 1856 : « Et sur l’Académie, aïeule et douairière, […] / Je fis souffler un vent révolutionnaire. / Je mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire. »

34 Alain Gillot-Pétré, Rubrique Monsieur Météo, « Delirium épais », Libération, 3 décembre 1985, nous soulignons.

35 Alain Gillot-Pétré, Rubrique Monsieur Météo, « Météo-tapisserie », Libération, 13 décembre 1985, nous soulignons.

36 Circulaire du 6 mars 1998 relative à la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, parue au Journal Officiel du 8 mars 1998. Notons également la Recommandation R (90) 4 adoptée par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe le 21 février 1990 sur l’élimination du sexisme dans le langage.

37 Nous ne pouvons citer ici l’ensemble de ces études. Elles sont cependant aisément consultables en France. Nous indiquons simplement les numéros de revues et les rapports qui nécessitent plus de recherche pour un-e néophyte : Médias et langage no 19-20, avril 1984 ; « Le sexe linguistique », Langages, Didier, Larousse, no 85, mars 1987 ; Protée : théorie et pratique sémiotiques, Chicoutimi (Québec), Département des sciences humaines de l’Université du Québec, vol. 20, no 3, automne 1992 ; « Femmes & Langage », Cahier des femmes d’Europe no 40, août 1993 ; CNRS, INALF, Femme, j’écris ton nom : guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions, La Documentation française, 1999.

38 Nous écartons ainsi écrivine sur le modèle de sacristine et lui préférons le modèle adjectival.

39 On trouve cependant des exceptions à la règle telles que : éditrice (éditer), exécutrice (exécuter) et inspectrice (inspecter), par exemple.

40 Hubertine Auclert, « L’Académie et la langue », art. cit.

41 Henri Morier, « Ah ! la belle professeure ! Où nous mène le désir d’une sexuisemblance généralisée », Cahiers Ferdinand de Saussure no 47, Genève, Georg 1993, p. 86-90.

42 Voir notamment Elmar Shafroth, « Gender in French : structural properties, incongruences and asymmetries » in Gender across languages : the linguistic representation of women and men, sous la dir. de Marlis Hellinger et al., Amsterdam ; Philadelphia (Pa), J. Benjamins, volume 3, « Impact : studies in language and society ; 11 », 2001, p. 101.

43 André Martinet, Grammaire fonctionnelle du français, Paris, Didier, 1979.

44 Voir sur ce point Claude Hagège, « Voies et destins de l’action humaine sur les langues » in Language reform, vol. 1 : History and future, sous la dir. de Istvàn Fodor et Claude Hagège, intro. de A. Fishman, Hamburg, H. Buske, 1983, p. 11-68.

45 Marina Yaguello, Les Mots et les femmes, op. cit., p. 85.

Auteur

Directrice de l’Institut Supérieur de Formation au Journalisme, chargée de cours à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et Middlebury College, Audrey Lasserre termine une thèse d’histoire littéraire sur l’écriture du corps dans les récits fictionnels de femmes des années soixante-dix à nos jours. Dans cette perspective, vont ou viennent de paraître : « Mauvais genres : une nouvelle tendance littéraire pour une nouvelle génération de romancières » (in Premiers romans 1945-2003, sous la dir. de Marie-Odile André et Johan Faerber, PSN, 2005) et « Mon corps est à toi : écriture(s) du corps dans les romans de femmes de la fin du 20e siècle » (in Émancipation sexuelle ou contrainte des corps, sous la dir. de G. Sellier et E. Viennot, L’Harmattan, à paraître en 2006)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540