Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations clandestines

 | 
Argán Aragón

Conclusion

Texte intégral

1La migration transforme le monde et les hommes se transforment par la migration, c’est là une règle des sociétés humaines et une manifestation élémentaire du vivant. La migration marque un seuil spatio-temporel pour des êtres en devenir qui agissent dans un interstice, à la fois portés par leur passé et happés par leur futur. Tout acteur social est en mutation permanente, mais les migrants le sont d’une manière plus radicale de par la distance des mondes qu’ils relient et auxquels ils doivent s’adapter. Ceux qui migrent en étant contraints de rester invisibles face à la loi sont dans une transformation plus extrême encore du fait des situations qu’ils affrontent. Les migrants clandestins sont les « artistes de la frontière », écrivait Ulrich Beck, ils sont « l’incarnation du brouillage et du mélange des frontières entre les nations, les États, les ordres législatifs et leurs contradictions ». Leur art de la frontière consiste à « la contourner, l’utiliser, la poser, la franchir », mais c’est un art de la survie, car à chaque instant, ils peuvent « dégringoler du fil où se joue leur numéro d’équilibriste » (Beck 2006 : 200). Mais les migrants sont des artistes malgré eux, poussés par une nécessité, et dont le geste consiste à assumer absolument l’impératif de leur réalité.

2Ce livre a commencé, si l’on peut dire, à la fin du premier séjour de terrain dans le village de Los Peñascos, à la frontière entre le Guatemala et le Mexique, lorsque quelques heures avant l’aube, les foyers de trois frères et de leur père s’étaient réunis pour prier ensemble avant le départ de deux des leurs vers les États-Unis. Dans un coin de la maison construite quelques années auparavant par le père de famille qui s’apprêtait à repartir, toute la famille s’était rassemblée dans la pénombre autour des lueurs de deux cierges posés devant un petit autel. Sofía, belle-fille du patriarche, dont le mari était parti pour la troisième fois, deux ans plus tôt, menait la prière d’une voix posée et chargée de larmes qui résonnait en écho dans l’immense maison vide. Ils ont d’abord récité le Notre Père, puis Sofía a formulé les intentions de prière en implorant la Vierge d’accompagner les deux migrants, de les aider à arriver, de leur permettre d’éviter les dangers au Mexique et dans le désert de l’Arizona, et de prendre soin d’eux, car Elle savait leur besoin. Tous pleuraient et seuls les enfants les plus petits semblaient étrangers à cette scène d’adieux en pleine nuit. C’est au seuil de ces départs vers l’incertain et vers l’inconnu, en accomplissant pourtant une action qui était devenue familière, qu’a débuté notre questionnement sur les contradictions entre les flux migratoires et les frontières.

3Six ans plus tard, les deux migrants en partance étaient revenus au village. L’un avait échoué lors de la traversée du Mexique, l’autre avait réussi à atteindre les États-Unis où il avait vécu pendant cinq ans, avant d’être expulsé par les agents de l’ICE. En 2011, les prières de l’aube dans le village de Los Peñascos invoquaient toujours la Vierge, mais en lui demandant simplement de les faire survivre au voyage, car les migrants y étaient tombés dans une vulnérabilité extrême que tous pressentaient.

4Dans la première partie de la traversée, le gouvernement mexicain s’est assumé comme la frontière externe des États-Unis, en tampon contre les flux migratoires et contre le trafic de drogue. Cette décision politique a eu pour effet de former des couloirs de passage en créant des marges dans la frontière, que se sont appropriées les cartels de la drogue, où les autorités corrompues exploitent leur position de force et où la délinquance commune profite de l’impunité régissant ces espaces hors la loi. Dans la seconde partie du voyage, la frontière s’est transformée en une zone de surveillance high-tech qui oblige les migrants à passer par des endroits toujours plus risqués et à dépendre d’autant plus des passeurs travaillant pour les cartels. Un changement majeur est également survenu : les polices des migrations disposent à présent des empreintes digitales biométriques et de la reconnaissance faciale des habitants d’Amérique centrale inscrits dans les registres d’état civil nationaux, et peuvent ainsi identifier très facilement la plupart des clandestins à la frontière comme à l’intérieur du territoire. Désormais, et pour les générations à venir, celui qui veut échapper à la frontière globale mise en place par les États-Unis doit naître et vivre clandestin dans son pays d’origine.

5Il est devenu banal d’entendre les migrants, au sortir de ce système frontalier, refoulés ou l’ayant traversé, décrire ce qui s’y passe. Les migrants racontent parfois avoir vu planer au-dessus d’eux un drone aérien au milieu du désert et avoir vu débarquer, peu après, la Border Patrol dans une opération aux allures militaires. Ceux qui ont tenté de fuir décrivent parfois la décharge du pistolet électrique qui les a figés et paralysés au sol. Certains expliquent que le désert est truffé de détecteurs de mouvement qui signalent immédiatement à la police des migrations le lieu de passage de clandestins. Tous décrivent l’interrogatoire, la mise des doigts sur un boîtier optique qui a révélé, la plupart du temps, leur identité civile et leur pays d’origine où ils allaient être expulsés après un séjour en centre de rétention. Les migrants parlent aussi des marges de la frontière : des Zetas, des viols, de la torture, des commandos armés de fusils d’assaut, de l’impôt payé aux cartels, des polices des migrations vendant les clandestins au crime organisé pour en faire des otages. Pour ces derniers, la ligne bleue dans le bas du dos décrivant l’hématome laissé par le coup de planche destiné à annihiler force physique et volonté finit souvent par être la matérialité de la frontière. Mais pour les migrants, ces deux visages de la frontière, celui aseptisé de la loi, et celui monstrueux du hors la loi, sont les deux faces indissociables d’une même et unique réalité à affronter, à traverser et à survivre.

Antagonismes entre flux migratoires et frontières au xxie siècle

6L’axe problématique sur lequel est partie notre réflexion interrogeait les effets du décalage entre les dynamiques d’action des migrants et les dynamiques de contrôle frontalier. Nous avons cherché à comprendre comment la frontière agissait sur les acteurs et comment les acteurs réagissaient à la frontière. Nous avons pu voir que la frontière n’empêche pas le flux et que le processus migratoire s’accomplit malgré et à travers elle par l’action en réseau de migrants qui tentent d’assumer et de s’ajuster continuellement aux coûts du voyage, en donnant aux candidats au départ toutes les ressources qu’ils ont à leur disposition. Les acteurs partent et continuent à partir parce que la migration devient une institution sociale dans leur pays d’origine, qui finit par s’ancrer au plus profond de l’imaginaire des populations locales vivant dans des contextes d’instabilité économique et environnementale.

7Pendant leur voyage vers le nord, les migrants tentent de convertir leurs ressources sociales et mobilitaires au sein des économies souterraines du passage clandestin qui se sont formées au-dedans de la frontière. Dans ces espaces, la frontière se manifeste à chacun d’une manière spécifique en fonction de son genre, de son capital social, de son capital de mobilité et du corridor migratoire où l’aura placé son réseau social. Cette frontière est relative aux acteurs, car elle a prise sur chaque personne selon ce qu’il est et ce qu’il a. Les migrants clandestins frayent leur passage entre deux réalités qu’ils considèrent comme non souhaitées : l’arrestation par les autorités et à la mort. Les ombres de ces deux fatalités se combinent et alternent pendant le voyage, et c’est pour échapper à la loi que les migrants risquent le tout pour le tout, dans l’espoir de réussir la traversée. Tant qu’elle ne l’a pas saisi, la frontière légale n’a pas prise sur le clandestin, elle ne fait que l’enfoncer dans les espaces de domination et de risque de la frontière illégale.

8La frontière vécue par les migrants, dans les espaces de la légalité comme dans ceux du hors la loi, est le résultat des mesures de contention des flux conçues par les États-Unis et par le Mexique comme un système frontalier intégré. Ce système agit à plusieurs niveaux : à l’échelle du flux, elle le détourne vers des couloirs apparus simultanément aux marges de la loi et des circulations conventionnelles et le canalise vers des territoires qui représentent un risque et qui ont souvent fini par être contrôlés par le crime organisé transnational, seul acteur disposant des moyens matériels pour forcer la frontière et s’approprier ces espaces par la violence.

9À l’échelle des migrants, la frontière crée la condition d’acteur en mobilité clandestine dans laquelle basculent les acteurs au moment de l’entrée non autorisée au Mexique. Cette situation est un processus de vulnérabilité résultant de la condition juridique irrégulière des migrants, qui les place en position de faiblesse face à des acteurs malveillants situés en position de force dans les couloirs de transit. La frontière a ainsi engendré une forme de domination par la violence, en créant une catégorie d’acteurs « dont on peut abuser à merci ». Dans la mesure où ces relations de domination arbitraires régissent la route vers le nord, les migrants doivent assimiler une condition physique et psychologique instrumentale qui les prédispose à s’adapter à l’adversité en l’assumant. Cette adaptation est une forme de subjectivation qui consiste, le plus souvent, à faire acte du rapport de force afin de pouvoir continuer la mobilité. Chaque acteur doit assumer la frontière à sa manière, en s’adaptant par la praxie à l’adversité qui se sera manifestée à lui sous la forme d’une ponction exercée sur le flux migratoire par les acteurs situés en position de domination. La possibilité d’abuser librement des clandestins en transit au Mexique et à la frontière sud des États-Unis a rendu le corps des femmes, minoritaires sur la route clandestine, vulnérable d’une manière spécifique, qui se manifeste dans un grand nombre de cas par la violation sexuelle.

10Au cours de son voyage ou d’un voyage à l’autre, le migrant clandestin incorpore de manière continue les coûts, les dangers et les exigences du passage, parce qu’il considère sa mobilité comme le résultat de la double nécessité qui l’a poussé à partir pour transformer sa vie et qui le fait s’imaginer déjà vivre dans un lieu chargé de promesses. La migration clandestine amorce ainsi d’abord la transformation de l’acteur par un saut négatif au moment du basculement dans l’irrégularité au Mexique, par lequel l’individu perd une partie de la maîtrise de son espace, de son temps et de son intégrité, réduit à devoir avancer en résistant aux événements qui s’abattent sur lui. L’intégration de cette condition de relative sujétion est dans bien des cas la condition liminaire du passage de la frontière, au terme duquel l’acteur espère amorcer sa transformation positive aux États-Unis, en reprenant le contrôle de son espace, de son temps et de sa vie dans un lieu de paix et de prospérité. Dès lors, la frontière est une longue traversée de l’adversité régie par l’incertitude et l’arbitraire, au cours de laquelle le migrant investit l’expérience d’une situation-limite qu’il assume intégralement dans l’espoir de la traverser, et dans la foi intérieure que la frontière s’ouvrira pour lui permettre de réaliser lui-même sa propre transformation.

11La frontière n’est jamais frontière hermétique, elle finit par être un filtre de capital social qui fait des migrants des ressources qui viennent se décharger dans les mailles des acteurs qui contrôlent la mobilité dans les territoires de la clandestinité. La frontière est, en ce sens, un puissant amplificateur des inégalités sociales et de genre. Mais la frontière ne dissuade pas les migrants de partir et n’est pas capable non plus de les retenir tous dans ses barrières, elle ne réduit pas le flux : tout au plus, elle le saccade en décalant certaines mobilités dans le temps. En fin de compte, la frontière n’a pas prise sur le flux, elle s’abat sur les hommes.

Les crispations de l’État-nation dans la globalisation

12Le politologue Alain Rouquié (1998) décrivait l’Amérique latine comme un miroir grossissant des processus à l’œuvre dans le monde. Parler des flux migratoires sur le continent américain c’est aussi parler des migrations entre l’Afrique, l’Europe, l’Asie ou l’Océanie. Les flux migratoires des pays du Sud vers les pays du Nord, migrations engendrées par l’économie de marché, ses déstructurations, ses besoins artificiellement créés, migrations de la violence ou encore migrations liées au réchauffement climatique concernent tous les pays de la planète. Chaque bassin migratoire a ses spécificités, ses enjeux, sa culture, ses déterminants géographiques, ses budgets de contrôle frontalier et ses dangers, mais partout, les acteurs assument la frontière en défiant la mort, car c’est à cela que les politiques migratoires actuelles les poussent.

13Le hiatus entre flux migratoires et frontières au XXIe siècle est celui entre deux échelles et entre deux réalités : entre l’échelle de l’acteur migrant qui persiste dans sa mobilité clandestine et l’échelle nationale qui tente irrémédiablement de le contenir. Hier comme aujourd’hui, l’immigrant est un acteur en transformation qui accélère les mutations de la société dans laquelle il arrive, et en cela, sa présence entre en conflit avec l’entité nationale qui tente d’être réifiée dans chaque État-nation. La globalisation dynamise les circulations à l’échelle planétaire et rapproche les altérités qui finissent par être perçues, conçues et reçues comme un affront au national, qui réagit par la frontière (Schnapper 2001 ; Beck 2006 ; Foucher 2007). La frontière-muraille est censée préserver l’identité en la protégeant de l’altérité immigrante. La frontière répond à la question du « qui sommes-nous », « qui accueillir », « qui refouler », et la réponse des États au xxie siècle a été donnée, jusqu’à présent, dans la nation posée comme référent ultime et primordial. La nation est une manière de regrouper les hommes en société qui repose sur l’idée d’avoir un destin collectif enraciné dans un passé partagé qui s’exprime, dans un présent commun sur un territoire, et fédéré autour de symboles identitaires (Boudon et al. 1998).

14Depuis les origines de l’Homme, les circulations des groupes dans l’espace ont entraîné, de manière simultanée, l’installation dans un lieu transformé en territoire et la création de formes d’organisation sociale destinées à régler et à gérer la vie communautaire et les relations avec les groupes voisins. Au fil de l’Histoire, les regroupements tribaux se sont peu à peu transformés en des modes d’organisation plus complexes. L’État-nation a pris forme au xviie siècle en Europe pour tenter de réguler les limites territoriales entre groupes rivaux et mettre fin à des siècles de guerres, de massacres et de rancœurs entre Saint-Empire, royaumes, provinces, ligues, duchés, etc., aux religions différentes et aux intérêts divergents. Cette entité abstraite était un compromis qui proposait de superposer la concentration de l’exercice du pouvoir d’une élite locale et la souveraineté sur une population, à un territoire clairement délimité par des frontières acceptées, reconnues et dûment bornées. L’idée était que, sur chaque territoire, devait exister une nation vivant sous l’autorité d’un État et étant gouvernée par un groupe souverain légitime. Tels étaient les termes des Traités de Westphalie qui marquaient la naissance de ce qui serait appelé plus tard, avec l’avènement des démocraties occidentales, l’État moderne : un mode de division des territoires et des peuples érigé en principe d’organisation des hommes et de l’espace.

15Le modèle westphalien allait tracer les frontières au sein de l’Europe des xviiie et xixe siècles, mais allait dessiner aussi, sans se l’être proposé, la carte du monde au cours des xixe et xxe siècles, au fur et à mesure que les pays colonisés par les puissances européennes aux quatre coins du globe devenaient indépendants et reprenaient, de gré ou de force, le modèle politique de leur ancienne métropole. Chaque entité nationale ainsi créée a dû se définir une identité érigée en référent commun pour établir la population légitimée à vivre ensemble sur un territoire. Les États ont été chargés de définir le national et l’étranger, les alliés et les ennemis, de garder les frontières, de se défendre s’ils se sentaient menacés, et de préserver à tout prix le destin de la nation.

16L’idée née dans les plaines de Westphalie à l’issue de tractations impossibles entre les diplomaties d’une Europe à bout de souffle était destinée à garantir la paix par le respect mutuel de la reconnaissance juridique de l’autre. Mais elle avait en fait déplacé les critères de distinction et de formation des groupes, en les fondant non plus seulement sur des critères culturels, d’apparence physique ou de langage, comme c’était le cas auparavant, mais en leur surajoutant une dimension de légitimité politique d’appartenance ou non à une collectivité. C’est ainsi qu’au xxe siècle, des États nationalistes allaient entrer en guerre avec d’autres États ou d’autres peuples au nom de la défense de la nation et de son territoire, en donnant lieu aux génocides et aux crimes de guerre les plus meurtriers de l’Histoire (Hobsbawm 1992).

17Dès son invention, la notion de nation – telle que l’on l’entend aujourd’hui – a semblé incapable d’intégrer les mouvements migratoires qui participent pourtant depuis toujours au peuplement des territoires et à l’évolution des sociétés. Au xxie siècle, l’accélération des échanges à l’échelle globale montre l’irréalité de l’État-nation, mais celui-ci répond, en faisant de l’immigrant clandestin le symbole des flux négatifs qui le transpercent de toutes parts.

  • 1 BP 2012a : 32.

18En 2013, aux États-Unis, c’est avec gravité et solennité que l’agence chargée du contrôle des frontières, la Customs and Border Protection, a annoncé dans sa devise pour le plan triennal 2013-2016 que l’immigration était, en fait, un péril pour la liberté de la nation : « Aucun homme ne peut prétendre à la bénédiction de la liberté, à moins de rester toujours vigilant pour pouvoir la préserver1. » Ces mots célèbres du général Mac Arthur, provenant d’un discours, en 1948, au peuple japonais, qui devait sceller une nouvelle ère de relations entre le Japon et les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale et les deux bombes atomiques, ont été extraits de leur contexte pour devenir la justification d’un nouveau genre de guerre. La notion de préservation de la liberté par l’exercice de la citoyenneté en démocratie à laquelle s’était référé Mac Arthur s’est vue altérée pour être réduite à une injonction de protection du territoire face à l’extérieur. Mais pour les autorités états-uniennes, le message est clair : désormais la liberté comme idéal et comme « bénédiction » est réservée à ceux qui se trouvent à l’intérieur des limites nationales et les nouveaux flux aux frontières constituent une menace pour cette liberté.

Échec des politiques migratoires et droits de l’homme au pied du mur

19Les mesures destinées à contenir ou à expulser les flux migratoires irréguliers échouent quant à leur objectif explicite. Par un curieux paradoxe, les frontières érigées comme murailles infranchissables incitent, au contraire, les migrants à imaginer d’autant plus ce qu’il y a « de l’autre côté », et les poussent à développer, coûte que coûte, les stratégies pour tenter d’atteindre un espace qu’ils savent plus prospère ou plus stable que celui où ils se trouvent. Les politiques migratoires sont un échec car elles ne tiennent pas compte de la nature des flux, elles font mine d’ignorer que la migration est un processus de population, et surtout elles sont subordonnées à des logiques et des dynamiques liées à la politique nationale (Castles 2004b ; Cornelius & Lewis 2007). On peut ajouter qu’elles échouent aussi, car elles négligent une composante élémentaire de l’être humain : l’espoir. Il est extrêmement difficile, sinon impossible, de dégrader l’espoir d’une personne habitant dans un lieu d’incertitude, de carences, de violence ou de guerre et qui veut atteindre un lieu imaginé porteur de vie.

20Un migrant salvadorien expliquait un jour que la seule chose qui pourrait le dissuader de tenter le voyage vers les États-Unis, c’est si les gouvernements déployaient l’armée à la frontière et lui demandaient de tirer sur ceux qui essayeraient d’entrer clandestinement. Certes, si les armées des pays du Nord se mettaient à mitrailler les migrants, le flux clandestin périrait et cesserait très vite, et en même temps que s’anéantirait la notion d’humanité et que des régimes totalitaires déchaîneraient, à nouveau, une tragique barbarie. Pour l’instant, les États du Nord tuent les migrants, mais de manière passive (Cornelius 2001 ; Alonso 2007 ; FIDH 2008 ; Amnesty International 2010). Pour reprendre une analyse célèbre de Michel Foucault, la modernité s’est caractérisée entre autres par le fait que l’État a cessé d’exercer le pouvoir sur la mort, comme il le faisait dans la souveraineté classique, « faisant mourir » et « laissant vivre » les hommes, pour se fonder désormais dans une gestion passive du pouvoir sur la mort, « laissant mourir » les uns et en « faisant vivre » les autres (Foucault 1975). La frontière d’État du xxie siècle « fait vivre » ceux qui peuvent transiter par les espaces légaux ou ceux qui restent chez eux et « laisse mourir » ceux qui essayent de traverser clandestinement la frontière.

21Si la tentative de traversée clandestine des frontières ne représentait aucun danger et que la frontière retenait les migrants de manière effective, le voyage de transit serait inoffensif et les clandestins entreraient vraisemblablement dans des rondes interminables de tentatives de passage et de refoulement pacifique, dont le coût financier serait encore plus grand pour les États qu’il ne l’est aujourd’hui. En ce sens, les États de destination et de transit ont intérêt à ce que la migration soit perçue comme dangereuse et à laisser la situation dégénérer d’elle-même pour favoriser le renoncement des migrants à tenter leur voyage et réduire ainsi la pression aux frontières. Pourtant, les migrants ne renoncent pas, le mouvement au contraire s’amplifie, et la réalité engendrée par les systèmes de contention de flux devient une violation flagrante aux droits de l’homme et un manquement aux engagements nationaux et internationaux signés et ratifiés par la plupart des pays d’origine et de transit des migrants (Bustamante 2002b ; Wihtol de Wenden 2014).

22Les États condamnent publiquement la mort des migrants clandestins et les violations à leurs droits élémentaires, et chaque gouvernement interpellé décrit cette situation comme non souhaitée. Pour autant, cette situation d’abus généralisés aux droits de l’homme ne suffit pas à remettre en question le « dogme du bien-fondé » de la fermeture de frontières (Wihtol de Wenden 2014 : 8). Dans les faits, la défense des frontières nationales semble avoir priorité sur les droits de l’homme, et les appels au respect des droits élémentaires des clandestins dans les pays de transit et de destination finissent par être, la plupart du temps, des déclarations de pure forme (Bigo 2009 ; Wihtol de Wenden 2014).

23Ce choix constitue une déresponsabilisation de l’action de l’État qui relègue, ou délègue, les effets de la frontière au titre de faits collatéraux qui ne sont pas de son ressort. Cette modalité d’action est une forme d’externalisation des coûts et des symboles négatifs liés au contrôle frontalier. Dans le cas de la frontière états-unienne, l’externalisation se fait non seulement vers des milieux naturels à risque, mais aussi vers le territoire du pays voisin posé comme tampon contre les flux migratoires, qui lui-même externalise une partie du contrôle vers les espaces de violence contrôlés par le crime organisé et la délinquance ordinaire. Le mode actuel de gestion des frontières des pays du Nord contribue à affaiblir progressivement l’État de droit (Bustamante 2002a ; Wihtol de Wenden 2014). Les entorses aux droits de l’homme creusent et révèlent les profondes contradictions entre l’État-nation et l’État de droit lorsqu’ils se trouvent confrontés à des dynamiques de population provenant de l’extérieur de ses frontières. Les migrants clandestins entrent – comme l’écrivait Michel Wieviorka en reprenant une formule d’Hannah Arendt – dans la catégorie d’acteurs « ayant le droit d’avoir des droits » (2011 : 58), droits qui leur sont niés pourtant de manière catégorielle.

Urgence du vivre ensemble dans la mobilité et la fluidité des frontières

  • 2 62 millions de migrants Sud-Nord, contre 61 millions de migrants Sud-Sud. Source : UNDP (2010c).

24Les projections démographiques rappellent que l’immigration est « le destin » de tout pays qui atteint un certain seuil de développement (Héran 2007). C’est un processus populationnel classique qui veut que le développement économique d’un pays engendre la baisse de sa natalité et le vieillissement rapide de sa population. Par un étrange équilibre démographique à l’échelle globale, les pays du Nord devront compter de plus en plus sur les excédents démographiques des pays du Sud pour renouveler leur population. Mais les flux migratoires engendrés par le développement n’ont pas encore véritablement commencé, car ce n’est que depuis les années 2005 que les migrations des pays du Sud vers les pays du Nord ont légèrement dépassé les migrations entre pays du Sud2. Le flux migratoire Sud-Nord ne représente encore qu’à peine moins de un pour cent de la population mondiale, l’Afrique n’a pas encore achevé sa transition démographique et l’Europe, encore soutenue par la forte natalité des dernières vagues migratoires, commence à peine à subir les effets du vieillissement de sa population. De même, le réchauffement climatique n’a pas encore déclenché d’exodes des populations habitant les régions qui seront plus exposées à la montée des eaux et à l’aggravation des phénomènes météorologiques. Pour toutes ces raisons, tout laisse à penser que les flux migratoires actuels ne sont que le début des mouvements de population qui s’annoncent pour ce siècle et qui feront partir en masse hommes, femmes et enfants (Castles & Miller 2004 ; Simon 2008 ; Wihtol de Wenden 2009c ; 2009b). Pourtant les États du Nord ne se préparent pas à recevoir ces déplacements de population, ils se préparent à s’en défendre.

  • 3 Voir The Washington Post (07/05/2013).

25Quelques efforts isolés et partiels sont faits néanmoins par les gouvernements pour tenter d’ajuster la législation migratoire à la réalité des flux et aux effets des législations trop restrictives. L’administration Obama affirme tout mettre en œuvre pour pousser le Congrès à voter, avant la fin de son mandat, une réforme migratoire qui pourrait régulariser une dizaine de millions d’immigrants clandestins, donnant ainsi lieu à la plus vaste régularisation massive du monde contemporain pour celle qui est certainement la population irrégulière la plus nombreuse de l’Histoire. Mais ces mesures ne s’adressent pas à la racine du problème qui a créé la situation d’ingouvernabilité : la fermeture de la frontière. Au contraire, la réforme irait de pair avec un renforcement technologique et humain draconien des frontières du pays. Plus encore, certains parlementaires voudraient instaurer les prélèvements d’ADN sur les migrants pour s’assurer de leur identité, au nom de la sécurité de la nation3. Le monde voulu par le gouvernement états-unien pour le xxie siècle est une planète où les populations pauvres demeureraient immobiles et où une micro-élite internationale circulerait librement dans l’espace transnational, autorisée par la biométrie. Cette « frontière intelligente » érigée en frontière globale semble profondément irréaliste et ne saurait tenir, mais elle est en train d’être mise en place.

  • 4 Voir Ley de Migración (2011).

26L’État mexicain, quant à lui, est allé plus loin pour essayer de contenir l’effritement de l’État de droit dans le pays, du fait de la situation d’abus et d’horreur que subissent les migrants centraméricains en transit entre les mains de la délinquance. Le pays a ainsi refondu sa législation migratoire qui était jugée l’une des plus restrictives et menaçantes au monde, et a dépénalisé la migration clandestine et fait du respect des droits de l’homme le principe primordial de la nouvelle Ley de Migración votée par le Sénat en 20114. Cette loi est probablement l’une des plus novatrices au monde en matière de garanties humanitaires pour des ressortissants étrangers, mais elle n’a eu à ce jour aucun impact majeur qui ait permis de désamorcer l’une des pires crises humanitaires que subissent des migrants dans un pays de transit. Pourquoi une loi aussi généreuse n’a-t-elle pas eu d’effet en matière de renforcement des droits de l’homme ?

  • 5 Sur ce point voir les propos de Président Calderón (2011).

27D’une part parce que l’État mexicain, ravagé par une corruption endémique et par l’infiltration du crime organisé, n’a pas les moyens d’appliquer la loi, pas même pour ses propres citoyens5. Mais surtout, cette loi reste lettre morte parce que l’objectif des migrants n’est pas d’être arrêtés et reconduits de manière humanitaire à la frontière, leur objectif n’est pas non plus qu’il leur soit fait justice : leur objectif est de traverser coûte que coûte le pays pour franchir la frontière états-unienne, et cela ne peut se faire que par des espaces, de facto, hors la loi. L’unique solution pour le maintien des droits de l’homme et la réduction des dynamiques de violence qui régissent le passage clandestin du Mexique oblige à aller au-delà et à autoriser la mobilité des migrants centraméricains (Calderón Chelius 2010). C’est ce rôle d’innovateur juridique, diplomatique et de promoteur des droits de l’homme que l’État mexicain peut décider de jouer en tant que pays d’origine, de transit et de destination de migrants, en tant que pays émergent en transition entre le Nord et le Sud, mais aussi en tant que premier signataire de la Convention internationale des Nations Unies sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

  • 6 Sur les nouvelles modalités de collaboration pour le contrôle de la frontière sud, voir Gaceta Parl (...)

28Pourtant, la voie choisie par le gouvernement mexicain, en ce début de siècle, est de faire jouer à la frontière sud du pays le rôle sur mesure que lui a dessiné et destiné Washington. Mexico endosse ce rôle par pragmatisme, pour soigner l’alliance avec son voisin du nord, mais aussi par crainte de voir les populations centraméricaines prises durablement dans le « sas » mexicain. Le Mexique et les États-Unis ont alors abordé un nouveau mode de gestion collaborative des frontières. En juin 2013, les autorités mexicaines ont annoncé qu’elles allaient commencer à saisir les données biométriques des clandestins interceptés à la frontière sud en utilisant les kiosques électroniques fournis par les États-Unis. Initialement, ces saisies doivent permettre d’identifier les récidivistes et les personnes recherchées au niveau national et international, mais à terme il s’agit de nourrir une base de données commune sur les serveurs unifiés de sécurité mexicains et états-uniens. Cette annone était faite peu avant l’arrivée d’agents du département de la Défense à la frontière sud du pays et l’installation d’un « Bureau d’investigation de sécurité territoriale » du DHS à Tapachula6.

  • 7 Sur les migrations d’enfants d’Amérique centrale, voir notamment le rapport du Haut-Commissariat de (...)

29Mais la propre évolution du flux migratoire vient précipiter cette cogestion des frontières et complexifier le casse-tête dans la région : le départ massif d’enfants centraméricains a donné lieu à une crise inédite aux États-Unis, qui alarme les plus hautes sphères de l’État. Entre 2009 et 2013, les autorités du CBP ont vu augmenter considérablement le nombre de saisies de mineurs migrants non accompagnés provenant du Honduras, du Guatemala et du Salvador. Pour 2014, les autorités débordées estiment qu’elles auront à faire face à l’arrivée de près de 90 000 de ces enfants d’Amérique centrale et affirment que ce flux ne fait que commencer. Ces arrivées sont extrêmement délicates, car d’un point de vue juridique, le gouvernement n’a pas la possibilité d’effectuer des reconductions massives comme il le fait pour les migrants majeurs et pour les mineurs mexicains, et quasiment tous ces enfants pourraient avoir la possibilité de rester sur le sol national. De plus, le DHS n’est pas en mesure de les identifier avec les outils biométriques, car les mineurs ne sont pas encore inscrits sur les registres nationaux de population, et toute reconduction exigerait une prise de contact directe avec les familles. Le gouvernement mexicain peut quant à lui reconduire massivement les enfants saisis à la frontière guatémaltèque vers l’espace de libre circulation centraméricain, mais la loi exige de le faire dans une procédure distincte et dans des installations adaptées. Et la crise s’aggrave parce que ce flux d’enfants essaye naturellement, comme leurs aînés, de contourner coûte que coûte les barrages, en passant par les marges de la frontière et en affrontant exactement les mêmes dangers et la même horreur que les migrants adultes, et meurent aussi au milieu du désert ou massacrés par les Zetas ou autres escadrons de la mort7.

  • 8 Voir la réponse du gouvernement Obama : The Whitehouse (20/06/2014). Celle du gouvernement Peña Nie (...)

30La réponse de long terme que propose Washington est de retenir cet exode à la frontière guatémaltèque et de réduire les niveaux d’insécurité et de pauvreté d’Amérique centrale. La réponse de court terme est de mettre en place des centres de rétention pour mineurs en procédure d’expulsion. Au moment même où le président Obama demandait au Congrès 3,7 milliards de dollars pour affronter la crise, le président mexicain Peña Nieto – félicité par un communiqué de l’ambassade états-unienne – s’empressait de lancer le tout nouveau « Programme pour la frontière sud », financé en partie par l’Initiative Mérida. Le gouvernement mexicain affirmait moderniser et sécuriser la frontière tout en protégeant les droits des enfants, en remplaçant les postes frontières stratégiques par des unités mixtes regroupant l’INM, la police fédérale, l’armée et la marine, et en renforçant toujours plus les contrôles8.

31Ce flux d’enfants était prévisible, il n’a fait que croître au cours de la dernière décennie. Ces enfants partent, les uns pour retrouver leur famille, les autres pour aider la leur à suivre, d’autres parce qu’absolument rien ne les retient chez eux dans des pays de pauvreté et de déstructuration familiale, d’autres encore, parce que les gangs urbains qui contrôlent les quartiers marginaux des villes et bourgades d’Amérique centrale les ont obligés à fuir. En somme, les uns migrent parce que la frontière est fermée et que la personne qui leur aurait jadis fait faire le voyage ne peut plus le faire, les autres parce que la vie dans leur lieu de naissance est devenue impossible.

32Mais tous partent pour une seule et même cause : parce qu’au bout d’un siècle où la société et l’économie états-uniennes ont fini par faire de la main-d’œuvre clandestine provenant de leur frontière sud le levier de la prospérité et du confort des ménages, au bout de quatre décennies qui ont fait passer le nombre de clandestins de 2,5 millions en 1980 à 12 millions en 2010, et où le nombre de Centraméricains atteint désormais 3 millions, au bout de quatre générations de migrants, quasiment tous les enfants du Guatemala, du Honduras et du Salvador ont un parent, un oncle, un grand-père, un cousin aux États-Unis, qu’ils pensent pouvoir rejoindre. Ces départs sont la réponse à la frontière fermée et sont un effet retour de l’Histoire. Ils prennent la forme d’une poussée démographique aimantée vers El Norte devenu la charpente absolue de l’imaginaire et de la réalité de centaines de milliers d’enfants d’Amérique centrale.

33La redéfinition effective de la gestion des frontières place au cœur des enjeux nationaux et internationaux la question des politiques migratoires. La difficulté tient au fait que toute gestion des flux migratoires oblige à se fonder dans une vision de long terme – vers le passé de la nation et vers son avenir – difficilement compatible avec le champ de vision de l’État national et de son électorat pris dans des logiques du court terme. Les migrations sont le résultat de processus antérieurs, qui ont des conséquences sur les générations futures qui se joindront au mouvement. Les États semblent réticents à œuvrer pour une gestion réaliste et humaine de leurs frontières, car l’immigration est une question à ce point sensible que toute législation favorable à l’immigration aura souvent tendance à être ressentie comme un dédain envers les populations natives, qui solliciteront alors la fermeture des frontières aux candidats opportunistes. De plus, il est évident que même si un gouvernement était disposé à innover en matière migratoire en facilitant la mobilité, sa seule action serait insuffisante, car il faudrait y faire participer l’ensemble des pays concernés par le flux migratoire (origine, transit, destination). Et puis, il ne faut pas oublier que la grande difficulté provient du fait qu’à l’échelle macro, les migrations Sud-Nord sont le résultat direct des inégalités sociales dans les pays d’origine qui suivent un modèle économique qui concentre la richesse au sein d’une minorité et laisse la majorité de la population livrée à son propre sort, finissant par développer une culture de la migration ou une culture de la violence qui insuffle d’autant plus d’élan à la nécessité de partir.

34Les États ont intérêt à accompagner progressivement les mouvements migratoires plutôt qu’à tenter illusoirement de les empêcher. Que ce soit par réalisme, pragmatisme ou humanité, l’unique action viable est de faciliter et de régulariser les flux migratoires en inventant un mode de gestion des frontières reposant sur un autre critère que celui de la nation : il faut fluidifier le mouvement (Pécoud & de Guchteneire 2009 ; Wihtol de Wenden 2009a ; 2014). Mais les changements à l’œuvre dans le monde contemporain ont lieu dans l’angle mort du national (Beck 2006). Aussi, d’un point de vue technique et théorique, l’une des seules solutions semble être de déléguer progressivement la gestion des frontières internationales à un échelon politique global, seul capable d’instaurer une « gouvernance mondiale des migrations » qui incorporerait les interdépendances mondiales, mais aussi l’universalité des droits de l’homme pour recréer de nouveaux modes de gestion des flux migratoires. Cette délégation pourrait se faire vers le système onusien, seule instance disposant d’un champ de vision et d’action à l’échelle globale (Badie et al. 2008 ; Wihtol de Wenden 2014).

35C’est là pourtant, dans l’ajustement à la réalité, que demeure le véritable casse-tête de la frontière de l’ère globale. Car il ne peut être question d’abattre du jour au lendemain les frontières, il faut justement les maintenir en fluidité pour les faire évoluer. En effet, si la mobilité est une constante du vivant, le tracé de la limite l’est tout autant. Claude Lévi-Strauss rappelait que la limite est au cœur même de l’activité symbolique de l’homme et que c’est par elle que les hommes structurent le monde pour le charger de sens (Lévi-Strauss 1973). Toute frontière, écrivait Marc Augé, est « une ligne de différence », « un front de guerre qui doit peu à peu devenir espace d’intégration ». Les frontières, continuait-il, « ne s’effacent jamais, elles se redessinent », à l’image du mouvement de la connaissance scientifique « qui déplace progressivement les frontières de l’inconnu ». La frontière a « toujours une dimension temporelle, c’est la forme de l’avenir et, peut-être, de l’espoir » (Augé 2009 : 15-16).

36La frontière est un processus au même titre que l’identité, et toutes deux sont des degrés ou des échelles distinctes d’un même principe qui lie profondément les hommes à l’espace, et aux autres hommes. Frédéric Barth (1999) définissait l’identité comme le processus par lequel se renforcent ou se redéfinissent les frontières entre les groupes. Dès lors, assouplir les frontières dans l’espace revient d’abord à les assouplir dans l’identité pour s’ouvrir intérieurement à l’humanité de l’autre, comme l’y invitait Ulrich Beck (2007). Comprendre le social signifie désormais comprendre l’autre, car la migration est devenue la réalité palpable dominante ou imminente dans quasiment tous les pays du globe.

37Penser cette question à l’échelle cosmopolitique est possible, agir concrètement est bien plus difficile. Les leviers d’incidence sur la politique nationale depuis l’optique cosmopolitique sont très flous, chaque échelle ayant sa propre logique et sa propre réalité : certains acteurs semblent se situer à l’échelle globale, réaliste et réelle, mais hors des sphères de décision politique, alors que d’autres se trouvent dans l’échelle nationale qui demeure pourtant réelle bien qu’irréaliste. La science sociale est une pensée libre, sans contraintes, alors que le politique est le lieu du compromis et de l’immédiat. Le défi de la démocratie en ce début du xxie siècle semble être de s’élever vers l’échelle globale et cosmopolitique, et celui des sciences sociales d’inventer les leviers pour l’accompagner.

Conscience du temps

38Celui qui observe le monde et son évolution a le luxe de la durée et peut s’extraire de l’« hypertrophie du présent » qui caractérise les sociétés contemporaines (Augé 2009). Le regard distant sur l’homme, analysant le présent à la lumière du passé, permet de dégager certaines lignes de variation dont doit prendre conscience chaque individu. Le refus d’ouverture face aux flux migratoires du xxie siècle, dans une tentative illusoire et désespérée de nier un processus démographique régulier à coup de frontières qui laissent mourir tous ceux qui tentent de les franchir, qui entassent les clandestins dans des centres de rétention et qui procèdent à des expulsions de populations entières, peut conduire à terme à un nouveau genre de crime contre l’humanité commis par les États. Le cinéma a déjà imaginé ce scénario dans deux films de science-fiction dont les intrigues semblent d’une tragique actualité : Les fils de l’homme (2006), du réalisateur Alfonso Cuarón, décrit, dans un monde d’apocalypse où les êtres humains sont devenus mystérieusement stériles, un Royaume-Uni déclinant, mais encore prospère, engagé dans une guerre d’État contre des immigrants clandestins venus trouver refuge sur l’île, parqués dans une ancienne ville côtière érigée en camp, et exécutés. Dans Elysium (2013), Neil Blomkamp s’est projeté dans un futur plus lointain, en montrant une Terre surpeuplée, totalement détruite et contaminée, où une population mondiale survit en travaillant pour une micro-élite cosmopolite partie vivre en orbite de la Terre, dans une station spatiale paradisiaque, que les populations malades tentent désespérément de rejoindre.

39Le national résiste dans un monde qui le dépasse et tente de s’agripper à des frontières devenues « des abcès de fixation » (Augé 2009 : 8) qui enferment les sociétés dans une dangereuse fuite en avant. C’est pourtant la conscience par la connaissance et l’expérience qui peut seule décrisper les frontières, non pas en les niant, mais en les ameublissant, pour leur faire lâcher prise et leur permettre de devenir à nouveau créatrices. Lévi-Strauss écrivait dans son dernier ouvrage que si la tolérance « fait intrinsèquement partie de notre humanisme, la réaction ethnocentrique aussi », obligeant l’anthropologie et l’histoire à jouer un rôle essentiel dans la construction des sociétés de demain. Cependant, l’histoire, regrettait-il, est certes « enseignée dans les écoles, parfois de manière objective, mais toujours sous la forme d’un mythe » et l’anthropologie est absente de la formation scolaire, alors que son enseignement et sa pratique, dès l’adolescence, aideraient peut-être les futurs citoyens, dès leur plus jeune âge, à s’ouvrir mutuellement à la rencontre de l’autre (Lévi-Strauss 2011).

40Alexander von Humboldt, rappelait que « l’histoire, en remontant aux époques les plus reculées, nous montre presque toutes les parties du globe occupées par des hommes qui se croient aborigènes, parce qu’ils ignorent leur filiation » (Humboldt 1816 : 20). Nulle île n’est une île est le titre d’un petit essai de l’historiographe italien Carlo Ginzburg (2005) dans lequel il montre, à partir des circulations d’écrits littéraires de quatre auteurs anglais entre le xve siècle et le xixe siècle, à quel point toutes les sociétés sont poreuses, s’imprègnent, se pétrissent et se forment les unes à partir des autres. L’ouverture à l’altérité est une prise de conscience de l’histoire, d’une histoire juste, une histoire centrée sur l’homme, une histoire jamais terminée, une histoire toujours en cours, une histoire dont nous ne sommes pas l’aboutissement, mais uniquement une transition en perpétuel devenir. Cette ouverture au monde de demain passe par la formation d’une mémoire conçue comme « la conscience du temps », comme l’écrivait Michel Wieviorka (2012).

41Ainsi, la migration, un donné inhérent à l’homme et à son histoire, invite peut-être à dépasser l’opposition binaire entre le nomade et le sédentaire, pour passer à une autre échelle de vision d’un monde infiniment fluide et mobile. Refuser cette évolution conduit à une profonde négation de la vérité de soi et de celle d’autrui. Tout est mobile et en devenir en ce monde, à l’image de chaque langue faite de multiples et incessantes mutations, cristallisations éphémères de millénaires de mélanges et d’emprunts linguistiques d’un groupe à un autre, portés par des hommes et des femmes qui se sont déplacés dans l’espace et qui ont dépassé les frontières qui cernaient leurs territoires. Les langues sont des brassages d’humanité et de peuples et c’est, peut-être, à leur image qu’il faut inventer les nouvelles frontières de ce siècle.

Notes

1 BP 2012a : 32.

2 62 millions de migrants Sud-Nord, contre 61 millions de migrants Sud-Sud. Source : UNDP (2010c).

3 Voir The Washington Post (07/05/2013).

4 Voir Ley de Migración (2011).

5 Sur ce point voir les propos de Président Calderón (2011).

6 Sur les nouvelles modalités de collaboration pour le contrôle de la frontière sud, voir Gaceta Parlamentaria (12/09/2013) ; Reforma (25/11/2013) et en particulier le reportage de Milenio (30/06/2014).

7 Sur les migrations d’enfants d’Amérique centrale, voir notamment le rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, voir UNHCR (2014) et l’article de CBS (02/06/2014).

8 Voir la réponse du gouvernement Obama : The Whitehouse (20/06/2014). Celle du gouvernement Peña Nieto : El Universal (08/07/2014).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable