Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les avant-gardes en Catalogne (1916-1930)

 | 
Serge Salaün
, 
Elisée Trenc

L'avant-garde plastique à Barcelone, le vibracionisme, Barradas et Torres-García (1916-1920)

Elisée Trenc Ballester

Texte intégral

I. Torres-García et Barradas avant l'Avant-garde

  • 1 TORRES GARCIA, Joaquim : Conferencia a Can Dalmau, La Veu de Catalunya, Barcelone, 19-III-1917 : ( (...)

1Torres-García et Barradas sont deux peintres uruguayens, tous deux nés à Montevideo, qui, curieusement, ont été les introducteurs de l'avant-garde picturale en Catalogne. Mais, auparavant, ils sont passés par une étape de formation beaucoup plus classique. Le plus âgé, Joaquim Torres-García est né à Montevideo en 1874. Son père, Catalan, était natif de Mataré et sa mère était Uruguayenne. En 1891 la famille revint en Catalogne, à Mataré, Torres-García avait alors dix-sept ans. Il va donc arriver en Catalogne au moment même de l'éclosion du Modernisme qui va l'influencer fortement. Il va débuter son activité artistique par une première étape de dessinateur pour de petites revues littéraires ou humoristiques comme Barcelona Còmica, La Saeta, Hispania, La Vida Literaria, cette dernière de Madrid, dessins où l'on note l'influence de Ramón Casas et de Steinlen dont les dessins apparaissaient dans L'Assiette au Beurre et Gil Blas. Torres-García se catalanise très rapidement et écrira une partie de ses premiers textes de théorie esthétique en catalan. Vers 1900, il commence à être influencé par la peinture symboliste, il peint des jardins et des paysages peuplés de figures féminines mélancoliques. Il évolue peu après vers le classicisme qui s'impose en Catalogne entre 1906 et 1911 sous la férule d'Eugeni d'Ors. En 1907, à l’occasion de la Ve Exposition Internationale des Beaux Arts de Barcelone, une place importante avait été réservée à Puvis de Chavannes, dont la peinture décorative enthousiasma Torres-García. Vers 1908, ce dernier s’oriente lui-aussi vers l’art décoratif. Il peint six grandes toiles pour l’église Saint Augustin de Barcelone et un plafond sur la vie de Saint François d’Assise pour le couvent de la Divina Pastora. En 1910, il décore le pavillon de l’Uruguay pour l’Exposition Universelle de Bruxelles et cela lui donne l’occasion de connaître la capitale belge et Paris. A son retour, il s’installe à Vilasar de Mar, sur la côte catalane et son art s’incline vers un archaïsme d’inspiration méditerranéenne prôné par le mouvement Noucentiste. En 1911, qui est l’année de l’apogée de ce mouvement culturel, Torres-García présente à la VIème Exposition Internationale des Beaux Arts de Barcelone, dans la même salle où Josep Clarà montre ses sculptures hellénisantes, sa grande composition classique Pallas introduisant la Philosophie comme dixième Muse dans l’Helicon. Cette même année 1911, Joaquim Sunyer présente une grande exposition de ses tableaux noucentistes dans la galerie du Faianç Català. Toujours en 1911, le président de la Mancomunitat, Prat de la Riba, commande à Torres-García la décoration à la fresque du salon d’apparat du Palais de la Généralité, le Salò de Sant Jordi. Il réalise un voyage en Italie pour y étudier la technique de la fresque en 1912 et peint en 1913 sa première fresque, La Catalunya eterna. La simplification, le schématisme de l’art de Torres-García, l’influence du primitivisme choquent les artistes catalans les plus conservateurs et provoquent des polémiques dans la presse. La même année, il publie Notes sobre art où il prend parti pour un art idéaliste et rejette le réalisme. Il continue la décoration du Saló de Sant Jordi et finit deux autres panneaux en 1915. Mais, à partir de 1916, son art évolue, on note un abandon du classicisme, Torres-García renonce à la prétention de ressembler aux artistes de l’Antiquité ; dans la revue Vell i Nou, il affirme qu’il a compris qu’on ne peut être classique qu’en étant actuel. Lors d’une conférence aux galeries Dalmau, le 22 février 1917, dont des fragments sont publiés dans La Veu de Catalunya, il affirme1 :

Sols lo actual és alguna cosa. Oblidem el passat i no pensem en l’avenir. Cal viure justament l’hora que passa. Allò que reaiment existeix, és cada breu moment. Per què viure en el passat ?

2Il commence alors à peindre des scènes de la vie quotidienne. La dernière fresque du Saló de Sant Jordi du palais de La Généralité tranche avec les autres par son sujet contemporain : des ouvriers et des bourgeois (financiers, hommes politiques) au premier plan avec, au fond, une locomotive et, dans la partie supérieure de la composition, un avion. Ce panneau marque le divorce entre Torres-García et le Noucentisme, qui connaît une crise en 1917, avec la mort du président Prat de la Riba (remplacé par l’architecte Josep Puig i Cadafalch qui paralyse la décoration du Saló de Sant Jordi sous le prétexte habituel du manque d’argent), et avec la forte présence de l’Avant-Garde française artistique à Barcelone. Les rapports entre le pape du Noucentisme, le philosophe Eugeni d’Ors et Torres-García se dégradent à la même époque et tous ces facteurs encouragent notre peintre à abandonner le Noucentisme pour s’adonner pendant les trois ans qui lui restent à vivre en Catalogne à un art d’avant-garde, le premier réalisé en Catalogne, simultanément à celui de Barradas. Il faut noter qu’alors, Torres-García est un homme mûr, il a 43 ans en 1917, et qu’il s’agit donc pour lui d’une décision réfléchie et logique qui va dans le sens de cette simplification et schématisation caractéristiques de son œuvre. En 1920, isolé, sans appuis, Torres-García quitte Barcelone pour New York.

3Barradas, lui, est né en 1890 à Montevideo, fils d’émigrés espagnols, son père venant d’Estrémadoure et sa mère d’Andalousie. Son père meurt en 1899, et il se retrouve dans une situation très difficile, obligé de travailler très jeune. En 1907 il commence à fréquenter les cafés et les tertulias littéraires de Montevideo, l’« Ateneo del Plata » où l’on discute beaucoup au sujet des idées anarchistes vehiculées par les immigrés italiens. Barradas ne fréquente pas l’Ecole des Beaux Arts et il apparaît comme un autodidacte. En 1908-1909, il commence à publier ses dessins et ses caricatures dans la presse de la capitale uruguayenne ; en 1910, il fait un voyage rapide à Buenos Aires et réalise sa première exposition à Montevideo. A partir de 1911-1912, on note dans son œuvre, qu’il expose dans la capitale uruguayenne, une influence du Modernisme catalan. Son tableau, Los emigrantes, de 1912, ressemble à l’œuvre des Catalans Casas, Nonell, alors que dans d’autres peintures, la pâte épaisse et les couleurs vives le rapprochent d’un autre artiste catalan, très célèbre à l’époque, Hermen Anglada Camarasa. Il commence aussi à collaborer comme dessinateur dans des revues ; en 1913 il fonde le journal satirique El Monigote, mais en août il s’embarque pour l’Europe avec son ami, le ténor Alfredo Medici, qui a obtenu une bourse d’études pour l’Italie et accepte de la partager avec lui. Ils débarquent à Gênes et se rendent à Milan, puis à Paris. Barradas revient à Milan où il se trouve encore en 1914. Il reste peu de tableaux de ces années 1913-1914. Une partie de son œuvre est postimpressionniste et doit beaucoup à Manet et à Vuillard, tandis que l’autre (seulement trois compositions nous sont connues) est le premier témoignage de son activité d’avant-garde et de son contact avec le futurisme italien. Deux scènes de café sont très influencées par le futurisme de Severini, surtout le tableau intitulé Danse du Pan-Pan, alors que la troisième œuvre, le portrait du sculpteur uruguayen Bernabé Michelena, qui vivait à Paris en 1913 et 1914, ressemble beaucoup au style de Juan Gris par le synthétisme du dessin et a quelque chose de fauve dans la violence du coloris. En avril ou en mai 1914, Barradas part pour Barcelone puisque son premier dessin publié paraît dans le numéro du 19 juin 1914 de la revue satirique catalane L’Esquella de la Torratxa. Il s’agit d’un dessin futuriste à la fois ironique et cinétique intitulé Bailarina. Barradas reste à Barcelone jusqu’en décembre, moment où il décide d’aller à pied à Madrid. Il tombe malade en Aragon, est recueilli par une bergère, Pilar Laínez y Saz qu’il épouse en avril 1915, à Saragosse. Après un voyage de noces de deux mois en Aragon et Catalogne, le jeune couple s’installe à Saragosse en octobre 1915. Barradas collabore à la revue Paraninfo, mais n’arrive pas à vivre de son art et il repart à la fin février 1916 à Barcelone. Barradas a 26 ans, il est donc beaucoup plus jeune que Torres-García, mais il va être avec son compatriote, pendant les deux ans et demi qu’il va vivre à Barcelone, le fer de lance d’une première avant-garde picturale en Catalogne. Dès l’année 1916 il se lie d’amitié avec les autres artistes d’avant-garde vivant à Barcelone, le Castillan Celso Lagar, qui arrive de Montparnasse, Torres-García et le poète Salvat-Papasseit. Comme Torres-García, Barradas subsiste et nourrit sa famille en fabriquant des jouets artisanaux. En avril 1917, il participe à une exposition collective en hommage aux artistes français qui avaient exposé à l’importante exposition française de Barcelone. En décembre, on le retrouve avec Torres-García aux Galerias Dalmau, le centre de l’avant-garde à Barcelone. C’est en 1917 qu’il rencontre également Sonia et Robert Delaunay et les autres membres de l’avant-garde émigrés à Barcelone : Albert Gleizes, Marie Laurencin, Jean Metzinger, Otho Lloyd et sa femme Olga Sacharoff, Serge Charchoune, Hélène Grunhoff, Francis Picabia et Arthur Cravan. En mars 1918, Rafael Barradas expose ses œuvres vibrationnistes aux Galerias Laietanes et en mai, comme membre de l’Agrupació Courbet, il participe à l’Exposition Municipale de Printemps. Ses dessins apparaissent dans les revues avant-gardistes de Salvat-Papasseit, Un enemic del poble et Arc Voltaic. En mai 1918, Barradas quitte Barcelone pour Madrid où il va vivre jusqu’en 1926. Néanmoins, on le retrouve à Barcelone en 1920, avec la compagnie théâtrale Martínez Sierra. Il expose des portraits de l’actrice Catalina Bárcena au théâtre Goya et, en avril, il présente des œuvres influencées par l’esthétique cubiste aux Galerias Dalmau.

II. Historique du vibrationisme

4C’est donc sur une période très courte de cinq ans, entre 1915 et 1920, qu’apparaît la première avant-garde artistique en Catalogne, grâce à deux peintres uruguayens, Torres-García et Barradas. Mais on ne doit pas oublier un troisième peintre qui joua lui-aussi un rôle important dans cette première avant-garde barcelonaise, le castillan Celso Lagar. Né à Ciudad Rodrigo (province de Salamanque) en 1891, il fit ses études artistiques à Barcelone. Il s’installa à Paris en 1911, mais fut obligé de revenir à Barcelone en 1914, avec sa compagne, Hortensia Begué, sculpteur, à cause de la première guerre mondiale. En 1915 il expose ses œuvres « planistes » aux Galerias Dalmau et chez l’antiquaire La Cantonada. En 1916, il expose à la Sala Athenea de Gérone et aux Galeries Laietanes. Il publie des dessins dans les revues Trossos et Un enemic del poble. En 1918 a lieu sa dernière exposition à Barcelone, aux Galerias Laietanes, avant son retour définitif à Paris. A Barcelone, Celso Lagar, qui avait subi l’influence du cubisme pendant son premier séjour parisien, fut un des moteurs de l’avant-garde. Il fut même le créateur du premier « isme » avant-gardiste de la péninsule avec le « Planisme », mélange de principes cubistes, futuristes avec l’influence du primitivisme et du cézannisme, esthétique proche du Vibracionisme de Barradas qu’il rencontra certainement en 1916. En 1915, Lagar publie un article dans la revue Cultura de Gérone intitulé « El renacimiento del arte después del cubismo », dédié à Xenius (Eugeni d’Ors). Les principes fondamentaux de cet art nouveau qu’il propose sont le cézannisme, le primitivisme, la méfiance envers l’éducation académique, la valorisation de l’auto-apprentissage et la prépondérance de la sensibilité opposée à la pensée rationnelle.

  • 2 SALVAT-PAPASSEIT, Joan : La nostra gent,, Un enemic del poble, N° 7, nov. 1917 : « Je serai mainte (...)

5Il me semble également indispensable de mentionner le quatrième personnage fondamental de cette première avant-garde plastique et littéraire à Barcelone, le poète Salvat-Papasseit, né en 1894 et donc le plus jeune puisqu’en 1916 il n’a que 22 ans. Nuria Oliver lui consacrant une étude dans ce même ouvrage, je ne m’étendrai pas sur son rôle, me contentant de souligner les nombreux points communs entre Salvat et Barradas. Tous deux sont issus de milieux très modestes, ils sont très jeunes orphelins de père, Salvat à 7 ans, Barradas à 9 ans, tous deux sont atteints de tuberculose et mourront jeunes, Salvat en 1924 à 30 ans, Barradas en 1929 à 39 ans. Mais, surtout, ce sont tous deux des rebelles, des autodidactes qui connaîtront une étape de bohême misérable. Salvat, après une période de lutte politique et sociale où il sera influencé par Gorki (d’où son pseudonyme, Gorkiano), évoluera vers un individualisme de type nietzschéen et vaguement anarchiste qui le rapprochera de Barradas2 :

Seré ara glosador de la divina Acràcia, de l’Acràcia impossible en la vida dels homes que no senten desig d’una Era millor.

  • 3 CARMONA, Eugenio : Rafael Barradas y el arte nuevo en España (1917-1925), Catalogue de l'expositio (...)

6L’amitié de Salvat avec Barradas date certainement de 1916 et c’est à travers Salvat que Barradas rencontrera Torres-García, en 1916 ou 1917. Comme le dit Eugenio Carmona3 :

Salvat, Torres y Barradas se reconocieron en un similar impulso creador, en parecidos momentos personales, y en un ambiente sacudido por eficaces destellos vanguardistas.

7Cette période 1916-1917 est effectivement cruciale pour l’implantation de l’avant-garde artistique à Barcelone, à cause, comme nous l’avons déjà vu, de la présence de nombreux artistes modernes fuyant la première guerre mondiale et réfugiés en Catalogne. Il faut y ajouter l’impact de la très riche Exposition d’Art Français de 1917 à Barcelone, exposition de propagande alliadophile où, à côté d’artistes académiques, figuraient des œuvres de Bonnard, Valloton, Vuillard, Marquet, La Fresnaye et Matisse. Même si cette activité de l’avant-garde parisienne est marginale et passe assez inaperçue, le fait qu’elle soit soutenue et montrée par le grand promoteur Rafael Dalmau dans sa galerie la fait connaître par le petit groupe d’artistes catalans qui se réclament de la nouvelle esthétique. En 1917, Torres-García commence une campagne de promotion de l’art d’avant-garde : conférence en février 1917 aux Galerías Dalmau, à l’occasion d’une exposition de ses dernières œuvres, publication d’une série de programmes d’action, trois expositions simultanées (une centaine d’œuvres avant-gardistes) en décembre 1917, dans le salon du journal La Publicidad, aux Galerías Laietanes et aux Galerías Dalmau où il expose conjointement avec Rafael Barradas. Cette prise de position de Torres-García est très importante parce que c’est un artiste et un théoricien connu en Catalogne et qu’il y a de sa part une volonté de pédagogie et d’implication de différents secteurs de la société catalane. C’est la grande différence avec la colonie d’artistes étrangers réfugiés de la guerre de 14-18 qui, en général, n’établiront pas de liens avec le milieu artistique catalan. D’autre part l’œuvre de Torres-García et celle de Barradas n’ont pas un caractère d’importation. C’est le point de rencontre d’éléments provenant de sources et d’influences très diverses, réélaborés dans la dynamique de l’art catalan. Il s’agit dans les deux cas d’un apport original et personnel à Γ Avant-garde internationale qui se crée en fonction d’une trajectoire artistique précédente et d’un contexte spécifique. Pendant cette période, Torres-García développe une intense activité d’écrivain et de théoricien de l’esprit d’avant-garde. Son manifeste Art-Evolució, publié fin 1917, peut être lu comme anti-noucentiste. Il est évident qu’il oppose aux crédos noucentistes de conscience civique collective, de nationalisme et d’« arcadisme » intemporel, les valeurs contraires d’individualisme, d’internationalisme et de presentisme (art du présent). On pourrait résumer son esthétique en quelques points de doctrine :

  1. Opposition à l’Académie et à toute école ; la subjectivité comme valeur de création.
  2. Recherche constante soumise à un processus dynamique en constant renouvellement (evolucionisme).
  3. Opposition aux principes de rationnalité et primauté de l’instinct et du primitif.
  4. L’universel prime sur le particulier et le national.
  5. Opposition à la tradition ; l’art doit être intégré dans la vie et le contemporain.
  6. Autonomie de la peinture par rapport à la réalité.
  7. Idéalisme comme esthétique artistique.

8Bien que tout ceci soit, d’une certaine façon, lié à sa rencontre avec Salvat-Papasseit, Barradas et le Futurisme et à son éloignement des secteurs noucentistes, il faut également reconnaître que la recherche d’un art antinaturaliste et idéaliste est implicite tout au long de la trajectoire picturale de Torres-García et qu’il y a une continuité dans sa pensée et sa pratique artistiques.

III. Définition de l’avant-garde plastique : le vibracionisme

a. L’esthétique

9J’entends par le terme de Vibracionisme, l’art que pratiquèrent Barradas et Torres-García entre 1916 et 1919. Il existe une définition du Vibracionisme par Torres-García datant de 1939 et un autre de ses textes y fait allusion en 1944, mais ces textes tardifs ne nous donnent pas une idée exacte de cet art d’avant-garde fait 20 ans avant. Torres parle de correspondance entre les sensations, de degrés d’harmonie des couleurs, d’objets fragmentés ou géométrisés à peine indiqués que l’œil du spectateur reconstitue, ce qui provoque ainsi une vision plus réelle que celle de la réalité. Le terme de « vibration » apparaît dès le début dans les manifestes futuristes et est continuellement repris par la suite. Mais, en espagnol, le verbe vibrar est polysémique. C’est aussi bien le tremblement du corps que l’émotion de l’âme. Torres déclare dans sa définition que la vibration plastique de Barradas arrive à donner au spectateur la sensation de quelque chose de vivant. En cela, le Vibracionisme est moins Futuriste que plus proprement de Barradas. Pour ce dernier le Vibracionisme est une façon de capter le rapport continuel entre le sujet et l’objet, entre la conscience et le monde qui l’entoure. En ce sens, il pourrait être proche de l’Orphisme de Delaunay, mais Barradas n’est pas un peintre métaphysique, son Vibracionisme est la représentation du mouvement, du monde toujours inachevé et toujours en train de se faire.

  • 4 TORRES GARCIA, Joaquim : Art-evolució, Un enemic del Poble, N° 8, nov. 1917 : « Le moi, vivant, il (...)

10Son Vibracionisme est une sorte de vitalisme esthétique et ainsi on voit combien il est proche de la poésie vitaliste de Salvat-Papasseit. Torres-García, dans ses textes evolucionistes de 1917, est très proche de ce vitalisme de Barradas. Par exemple dans son manifeste Art-Evolució il écrit4 :

El jo, viu, es l’unic interessant. No’s deu pintar ni parlar sinó de sí mateix.

11Au bas de la page de titre de la revue Arc Voltaic, un énoncé de quatre définitions synthétise l’esthétique du premier groupe d’avant-garde catalan. Poemes en ondes hetzianes fait allusion à Salvat. Vibracionisme de idees s’applique à Barradas. Formes en emoció i evolució se réfère à Torres-García et la première Plasticitat del vertic peut s’appliquer à tous les trois, avec une claire référence au Futurisme. L’inclusion sur la même page d’une illustration de Joan Miró est à la fois une reconnaissance pour le jeune artiste et une invitation afin qu’il s’engage dans cette nouvelle esthétique.

b. L’iconographie

12La thématique de cette peinture vibracionista est urbaine parce que la ville est le symbole de la modernité. Elle est beaucoup plus machiniste chez Torres-García que chez Barradas. En ce sens, le premier apparaît, du point de vue des thèmes, plus futuriste que Barradas, il se complaît dans les vues de gares et de locomotives et a une prédilection toute particulière pour les ports et les bateaux qui durera toute sa vie (au moins trois tableaux du port de Barcelone datent de cette période). Dans ses scènes de mes, le tranway est omniprésent et on note l’apparition d’automobiles, encore rares à l’époque mais symboles de modernité. La thématique de Barradas, bien qu’urbaine, est beaucoup moins machiniste que celle de Torres-García parce qu’il est très éloigné de l’attitude arrogante des artistes futuristes italiens, de leur modernidolatrie et de leur prédilection pour le machinisme. On trouve dans son œuvre beaucoup de scènes de café (joueurs de carte, discussions entre amis), des portraits (Torres-García, Salvat-Papasseit), des objets humbles, quelques collages, un monde plus intimiste que celui de Torres-García. Il y a chez Barradas une identification avec le monde des êtres simples et des objets quotidiens dans lesquels l’artiste se reconnaît. Il n’y a que dans les scènes de me que les deux peintres uruguayens sont proches par une même vision où domine le dynamisme et l’extraordinaire densité des éléments iconographiques qui se superposent et s’enchevêtrent à la manière cubiste, surtout chez Barradas. De même les dessins publiés par les deux artistes dans les revues de Salvat-Papasseit sont de la même veine, ceux de Barradas étant plus libérés de l’imitation de la réalité référentielle, donnant une vision plus subjective que ceux de Torres-García. La présence de nombreuses horloges, de textes onomatopéiques ou non, de caractères d’écriture, de chiffres est à rapprocher à la fois du futurisme et du cubisme.

c. La forme

  • 5 TORRES GARCIA, Joaquim : Idem note 1.

13C’est là que réside l’originalité et l’avant-gardisme du Vibracionisme. Comme pour toute l’avant-garde du début du XXe siècle il s’agit d’un art anti-imitatif, anti-naturaliste, d’une création autonome par rapport au réel et à la nature, d’une construction par conséquent libérée de toute contrainte imitative et c’est en cela que le Vibracionisme dérive du cubisme. Néanmoins, en dehors d’une certaine géométrisation des formes qui le rapproche du post-cubisme d’après 1912 (ce qu’on appelle le cubisme synthétique), on est assez loin du vrai cubisme. Il y a fort peu de collages, les éléments figuratifs sont plus reconnaissables bien qu’il n’y ait plus de distinction entre premier plan et fond, que tout apparaisse sur un même plan en deux dimensions (le planisme de Celso Lagar), mais il n’y pas cette vision simultanée depuis des points de vue différents d’un même objet qui caractérise le cubisme analytique. Par rapport au Futurisme, le Vibracionisme de Barradas et Torres-García est beaucoup moins dynamique, il n’y a presque pas d’exemples de décomposition du mouvement comme chez Balla ou Carra, par contre il y a, comme dans le Futurisme, une accumulation de notations colorées, de rythmes de formes et de lignes abstraites aux couleurs vives qui destabilisent la vision du spectateur et donnent cette impression de vie et de fourmillement de la ville et du monde moderne vus dans une optique vitaliste. Torres-García décrivait ainsi le dynamisme de la vie urbaine5 :

A dos passos d’aquí un carrer ; un formigueig de gent que es creua en oposada direcció, i es perd en mil carrers que enllacen amb altres mil. I a cada carrer, milers de cases i milers de forats, on aquests milers d’individus habiten. Això és la nostra ciutat.

(A deux pas d’ici une rue ; une fourmilière de gents qui se croisent en sens contraire et qui se perdent dans un millier de rues qui sont reliées à d’autres milliers. Et dans chaque rue, des milliers de maisons et des milliers de trous où ces milliers d’individus habitent. C’est notre ville)

14La typographie joue un rôle primordial dans cette tentative de rendre les sons, les bruits comme dans le dessin vibracionista Bonanitingui (Bonne nuit), où Barradas joue avec les différents types de lettres, la composition centrifuge du texte, les formes divergentes pour donner une impression de stridence et de cacophonie.

  • 6 APOLLINAIRE : Apollinaire critique d'art, Catalogue Paris 1993, p. 135.

15Les œuvres vibracionistas, sont conçues à partir des couleurs primaires (rouge, bleu, jaune), très vives, ce qui les apparente plus au Futurisme qu’au cubisme. Mais il ne faut pas oublier que parallèlement au Futurisme l’avant-garde parisienne évoluait. En 1913, Apollinaire, au Salon des Indépendants, louait l’orphisme de Robert Delaunay6 où :

chaque ton appelle et laisse s’illuminer toutes les autres couleurs du prisme. C’est la simultanéité.

16Il finissait sa chronique en écrivant :

On ne peut plus dire maintenant que le cubisme c’est de la peinture triste, peinture de gala plutôt, noblesse, mesure et audace.

17Les cercles colorés et concentriques de Robert et Sonia Delaunay se retrouvent dans certains tableaux de Barradas (La tassa de cafè, Paisatge vibracionista, tous deux de 1918). De même, Jean Metzinger (composition très colorée de L’oiseau bleu, 1913), Albert Gleizes (La ballerine de Barcelone, 1916) participent de cette évolution vers la liberté et l’incandescence de la couleur du cubisme et nos deux artistes uruguayens pourront voir leurs œuvres à Barcelone et s’en inspireront.

18En définitive, cette peinture vibracionista de Torres-García et Barradas, entre 1916 et 1920, pourrait se définir ainsi : des couleurs vives, en applats, saturées jusqu’à aboutir parfois, à l’anamorphisme d’une mosaïque, des formes géométriques ensemblées au moyen de mécanismes rythmiques parfois orthogonaux, parfois obliques ou parfois oscillants comme dans un pendule, des automobiles, des tranways, des locomotives, des grues, des bateaux à vapeur, des annonces commerciales, des vitrines, des horloges, des roues, des calendriers, des onomatopées, des objets du microcosme du café, des collages de journaux, lettres, cartes à jouer, boîte d’allumettes, toute une iconographie et une syntaxe conjuguées pour tracer une image allégorique d’une modernité palpable et extravertie qui était celle que transmettait l’Avant-garde artistique du début du XXe siècle dans laquelle le Vibracionisme, né à Barcelone grâce à deux artistes uruguayens, trop longtemps méconnu au niveau international, occupe une place modeste mais originale.

Annexes

LAGAR, Troços n°3, novembre 1917, p. 6

TORRES-GARCIÁ, Trossos n°5, avril 1918, p. 3

BARRADAS, « Portrait de Torres-Garcia »

BARRADAS, « El tranvía 56 », Un enemic del poble n°7, octobre 1917

BARRADAS, « Dessin à la plume », Un enemic del poble n°8, novembre 1917

BARRADAS, « Dibuix vibracionista », Arc-Voltaic n°1, février 1918, p. 5

TORRES-GARCIÁ, « Dessin à la plume », Un enemic del poble n°3, juin 1917

TORRES-GARCIÁ, « Dessin pour la couverture de Poemes en ondes hertzianes », 1919

Notes

1 TORRES GARCIA, Joaquim : Conferencia a Can Dalmau, La Veu de Catalunya, Barcelone, 19-III-1917 : (Seul le présent existe. Oublions le passé et ne pensons pas à l'avenir. Il faut précisément vivre l'heure qui passe. Ce qui existe réellement, c'est chaque bref instant. Pourquoi vivre dans le passé ?

2 SALVAT-PAPASSEIT, Joan : La nostra gent,, Un enemic del poble, N° 7, nov. 1917 : « Je serai maintenant le glosateur de la divine Anarchie, de l'Anarchie impossible dans la vie des hommes qui ne désirent pas une Ere meilleure. »

3 CARMONA, Eugenio : Rafael Barradas y el arte nuevo en España (1917-1925), Catalogue de l'exposition Barradas, Saragosse, 1992, p. 116 : « Salvat, Torres et Barradas se reconnurent en un élan créateur similaire, à une époque de leur vie semblable et dans une atmosphère secouée par d'efficaces signes avant-gardistes.»

4 TORRES GARCIA, Joaquim : Art-evolució, Un enemic del Poble, N° 8, nov. 1917 : « Le moi, vivant, il n'y a que ça d'intéressant. L'on ne doit peindre que soi-même et ne parler que de soi. »

5 TORRES GARCIA, Joaquim : Idem note 1.

6 APOLLINAIRE : Apollinaire critique d'art, Catalogue Paris 1993, p. 135.

Table des illustrations

Légende LAGAR, Troços n°3, novembre 1917, p. 6
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende TORRES-GARCIÁ, Trossos n°5, avril 1918, p. 3
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende BARRADAS, « Portrait de Torres-Garcia »
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende BARRADAS, « El tranvía 56 », Un enemic del poble n°7, octobre 1917
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende BARRADAS, « Dessin à la plume », Un enemic del poble n°8, novembre 1917
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende BARRADAS, « Dibuix vibracionista », Arc-Voltaic n°1, février 1918, p. 5
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende TORRES-GARCIÁ, « Dessin à la plume », Un enemic del poble n°3, juin 1917
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende TORRES-GARCIÁ, « Dessin pour la couverture de Poemes en ondes hertzianes », 1919
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1252/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 306k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540