Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations clandestines

 | 
Argán Aragón

Des frontières et des hommes

La frontière du xxie siècle et ses effets

Texte intégral

1La frontière est la pensée d’une division qui s’inscrit dans l’espace, une ligne imaginaire que des acteurs tentent d’imposer dans le réel. La frontière nationale est une ligne de partage des souverainetés étatiques, qui enveloppe les territoires formant le cadre d’attribution et de transmission d’une citoyenneté conçue comme le lien constitutif entre un État et sa population nationale (Foucher 2007 : 22). Une de ses fonctions primordiales est de distinguer les ressortissants nationaux des étrangers afin d’assigner à chacun un rôle et un traitement spécifique. Au xxie siècle, dans les pays du Nord et chez leurs alliés, les frontières sont aussi devenues des « membranes asymétriques » complexes et articulées « chargées de permettre les sorties et de protéger les entrées » (ibid. : 18), revenant à une fonction de contention des flux jugés menaçants par un pouvoir central. Pourtant, par sa simple présence, la frontière a créé l’espace par où des populations entières tentent de la nier en la contournant dans la clandestinité. Dans la mesure où toute frontière se matérialise dans et par la pratique des hommes qu’elle retient ou qu’elle laisse passer, l’analyse de l’antagonisme entre les flux migratoires et la frontière invite à revenir sur les logiques qui la sous-tendent pour mettre en lumière ses différents impacts.

La frontière sud des États-Unis

Une frontière du xixe siècle

2Michel Foucher écrivait que toute frontière est une « matérialisation des rapports de force » (2007 : 13). Celle-ci a lieu dans un temps passé, mais évolue au gré des relations qui s’affirment ou se redessinent entre les pays voisins. Pour comprendre les frontières qui structurent aujourd’hui l’espace par lequel transitent les migrants centraméricains, il est utile de faire un bref retour sur l’historique de leur apparition. La frontière entre le Mexique et les États-Unis a été la matérialisation de rapports de force belliqueux qui ont borné les limites entre les territoires à l’issue de campagnes militaires remportées par les États-Unis. Cette frontière a été posée et imposée par un pays devenu indépendant de l’Angleterre soixante-cinq ans auparavant, en plein essor économique et démographique et en quête de nouveaux territoires, sur son voisin mexicain devenu indépendant de l’Espagne vingt-sept ans plus tôt, ayant hérité d’un immense territoire, mais peinant à se reconstruire sur les vestiges d’une Vice-royauté de l’Empire espagnol.

3Le tracé de la frontière s’est fait en trois temps : d’abord à l’est avec la sécession du Texas en 1836, suivie de son annexion en 1845, puis à l’ouest en 1848 à l’issue de la Guerre du Mexique. L’histoire de cette frontière et bien connue :

  • 1 Grant, [1885] 2004 : 19.

Le Texas était à l’origine un État appartenant à la république du Mexique. […] Un empire dans un territoire, qui avait une infime population jusqu’à ce que des États-uniens viennent s’y établir pour le coloniser, autorisés par Mexico […] Très vite, ils ont formé un gouvernement autonome et la guerre a commencé entre le Texas et Mexico, jusqu’à ce qu’en 1836, les hostilités se terminent avec la capture de Santa Anna, le président mexicain. En peu de temps, les mêmes gens qui avec l’autorisation de Mexico avaient colonisé le Texas, instauré l’esclavage, puis fait sécession dès qu’ils se sont sentis suffisamment forts pour le faire, se sont offerts aux États-Unis, et en 1845, leur offre a été acceptée1.

4L’Armée de l’Union a d’abord occupé le territoire disputé, mais en 1846 a aussitôt pénétré au Mexique pour provoquer la guerre qui serait appelée la Guerre du Mexique. Comme l’écrira dans ses mémoires le général Ulysse S. Grant, futur 18e président des États-Unis, lieutenant pendant cette guerre, « cette guerre était une guerre de conquête, dans les intérêts d’une institution, et il est vraisemblable que les instructions secrètes aient été l’acquisition de territoires où former de nouveaux États » (Grant 2004 [1885] : 63). En 1848, une fois le pays envahi, Mexico atteint et le régime en place destitué, les États-Unis ont dû choisir entre l’annexion de tout le territoire ou un tracé unilatéral de la frontière.

5Le choix allait être le tracé d’une ligne frontière qui attribuait aux États-Unis l’immensité allant de l’ouest du Texas et du Kansas jusqu’au Pacifique, en instituant pour limite orientale le cours du Rio Grande, coulant en oblique vers le sud-est. Ce découpage dans le territoire du voisin, établi par les termes du traité de Guadalupe Hidalgo, obéissait à de minutieuses estimations de densité démographique qui assuraient aux États-uniens le plus de terres du Mexique et le moins de population mexicaine. Pour effacer l’effet d’impérialisme, et neutraliser d’éventuelles réclamations, le vainqueur a choisi de payer à l’État vaincu une somme pour les territoires dont il s’était emparé, pour faire de l’annexion une sorte de transaction foncière imposée. Les États-Unis avaient dès lors acquis l’espace où réaliser ce que certains avaient déjà commencé à appeler leur Destinée manifeste, répandant la démocratie et la civilisation vers l’ouest du pays. Mais pour l’accomplir, ils allaient devoir être en mesure de disposer d’un nombre virtuellement illimité d’hommes et de femmes afin de peupler et de travailler ces espaces : il fallait donc inventer un genre particulier de frontière.

États-Unis : des frontières entrouvertes à l’immigration

Attirer les migrants

6Pour comprendre la gestion des frontières des États-Unis, il est nécessaire de revenir sur les fondements de leur projet de construction économique. Déjà en 1791, Alexander Hamilton, père fondateur des États-Unis, bras droit de George Washington et premier Secrétaire du trésor, avait expliqué dans un célèbre discours devant la Chambre des représentants que l’industrie devait être le levier de la puissance future du pays, et que celle-ci ne pouvait se réaliser qu’en facilitant le plus possible l’immigration (Hamilton 1791). À l’époque, le pays connaissait deux modes de production dominants qui demandaient énormément de main-d’œuvre : dans les États du sud, par un héritage de la colonie britannique, les plantations de tabac et de coton reposaient sur l’importation d’esclaves d’Afrique noire fournie par la traite, et dans les États du nord, où l’esclavage avait été aboli, les manufactures recouraient à une force de travail salariée libre fournie par les vagues migratoires provenant d’Europe. Or, comme l’avait observé Alexis de Tocqueville dans son célèbre voyage de 1831, cette différence entre les modes de production engendrait une différence de richesse entre le nord du pays à l’industrie florissante et en plein essor, et le sud appauvri plongé dans un profond marasme. Tocqueville expliquait l’appauvrissement du Sud par le recours à l’esclavage – extrêmement coûteux et antinomique avec l’objectif de productivité – et la prospérité du Nord par le choix du travail salarié d’hommes libres – très rentable et gage de productivité (Tocqueville 1840).

7Hamilton avait compris que, pour soutenir l’industrialisation du pays, l’État devait mettre en œuvre les moyens nécessaires pour fournir aux entrepreneurs les millions de travailleurs dont ils avaient besoin. L’objectif était alors de drainer vers le sol états-unien les excédents démographiques d’une Europe surpeuplée, ravagée par des famines et qui, en un siècle, était en train de passer de 140 millions d’habitants en 1750 à 266 millions en 1850 (Langer 1975 : 51). Depuis la fin du xviiie siècle jusqu’au début du xxe, gouvernements et industriels allaient ainsi installer des comptoirs de recrutement dans les ports et les régions désolées d’Irlande, d’Italie ou de Pologne pour attirer les populations appauvries vers Ellis Island, où elles subiraient un premier tri avant de pouvoir entrer sur le territoire (Calavita 1994 ; Zolberg 2006 ; Scalabrini C.S. [1887] 2004).

  • 2 « L’Européen quitte sa chaumière pour aller habiter les rivages transatlantiques, et l’Américain qu (...)

8Ce drainage des vagues migratoires devait se faire de manière continue parce que, expliquait déjà Hamilton, les immigrants ne restaient qu’un temps, ou qu’une génération, dans les villes du nord-est du pays, car dès qu’ils le pouvaient, ils abandonnaient leur condition d’ouvrier pour s’aventurer au-delà des Appalaches afin de s’établir comme fermiers quelque part dans le front pionnier. Quarante ans plus tard, Tocqueville allait encore observer ce phénomène : c’était le processus de frontier2. Celui-ci a d’abord été jugé nuisible pour l’industrie dont il en détournait la main-d’œuvre, mais il s’est avéré être son meilleur promoteur dès que les États-Unis eurent démultiplié leur territoire vers les terres vierges à l’ouest et qu’allait se créer un immense réseau de nouvelles villes et de nouveaux débouchés qui allaient développer, à une vitesse fulgurante, les industries ferroviaires, minières, agricoles et pétrolières (Chaunu 1976). La frontier n’affectait pas les industriels de l’est du pays, car en même temps que les colons partaient vers l’ouest, se créait un appel d’air dans les villes qu’ils quittaient, permettant le déferlement ininterrompu des vagues migratoires pendant près de cent trente ans.

9Entre 1820 et 1920, ce sont trente-cinq millions de migrants européens qui ont ainsi traversé l’Atlantique pour atteindre les États-Unis, donnant lieu à l’un des mouvements migratoires les plus importants de l’Histoire. Entre 1800 et 1900, la ville de New York passait de 60 000 habitants à 3,5 millions, et le pays entier de 5,3 millions d’habitants occupant un million et demi d’hectares, à 76 millions d’habitants dispersés dans un territoire de près de 8 millions d’hectares (Calavita 1994 : 35).

  • 3 Un texte du Sénat de 1911 décrit explicitement ce projet : « Alors qu’ils ne sont pas facilement as (...)

10Mais les changements économiques du début du xxe siècle allaient voir l’apparition d’un nouveau type de travailleur qui allait s’intégrer d’une manière idéale dans le système de production capitaliste. Les vagues migratoires du xixe siècle avaient développé dans le sud et le nord du pays de grandes exploitations agricoles qui avaient un besoin massif, mais ponctuel, de main-d’œuvre. Celle-ci n’avait plus besoin d’être permanente et il était d’ailleurs préférable qu’elle fût saisonnière, pour éviter qu’elle ne s’établisse sur place3. Cette nouvelle force de travail immigrée n’avait plus à venir des océans, ce devait être une main-d’œuvre de proximité, une force de travail saisonnière et circulaire, capable d’arriver et de repartir d’elle-même.

L’immigrant clandestin, le meilleur ouvrier du capitalisme

11Ce nouveau flux migratoire devait être saisonnier pour répondre aux besoins ponctuels du secteur agricole. On le voulait massif et pendulaire, entrant de lui-même sur le territoire quand on en avait besoin, et repartant quand le travail était terminé. Cette main-d’œuvre serait idéale aussi car, outre sa mobilité, elle serait capable de se reproduire elle-même, saison après saison, les travailleurs entraînant leurs proches dans le mouvement migratoire.

12Et cette main-d’œuvre aurait un autre atout : elle serait majoritairement irrégulière. En effet, depuis le début du xxe siècle, les syndicats avaient commencé à gagner de l’ampleur aux États-Unis, et l’apparition de nouvelles garanties en matière de droit du travail constituait, pour les entrepreneurs, autant de limitations et de contraintes qui les poussaient à recourir de plus en plus à une main-d’œuvre immigrée clandestine, plus docile et acceptant de travailler dans des conditions d’extrême pénibilité et de moindre rémunération (Hoffman 1974). C’est ainsi que la nouvelle mutation du capitalisme allait créer son meilleur ouvrier.

13L’économie capitaliste repose sur l’objectif de l’accumulation du capital. À cette fin, son mode de fonctionnement optimal consiste à externaliser les coûts de production afin de réaliser des marges bénéficiaires en amont de la chaîne productive. Dans un État de droit, le clandestin est le travailleur idéal du système de production capitaliste, car son caractère irrégulier vis-à-vis de la législation migratoire l’exclut des cadres de la régulation générale du travail. Le travailleur clandestin s’intègre dans un secteur spécifique où l’employeur peut lui-même imposer ses conditions et décider du coût que représentera pour lui sa main-d’œuvre (Réa & Tripier 2003). En tant que travailleur non autorisé, le clandestin se trouve dans une position d’infériorité par rapport au travailleur légal qui, lui, est en position d’exiger des droits. Le clandestin doit travailler en sachant qu’il réalise une incessante et flagrante infraction au droit du travail, au droit migratoire, ainsi qu’à une multitude d’autres réglementations (règlement routier, santé, imposition, etc.). De plus, le travailleur en défaut vis-à-vis de l’État se sait dans une condition de permanente « expulsabilité » qui le prédispose à moins revendiquer ses droits et à chercher à satisfaire le plus possible son employeur pour maximiser son salaire et sa migration ou minimiser ses risques d’expulsion (De Genova 2002). Pour l’entrepreneur, la valeur de cette main-d’œuvre provient de son irrégularité qui la maintient dans une situation d’expulsion latente, tout en l’intégrant dans le système productif. Le clandestin est ainsi le dernier maillon de la chaîne sur lequel peuvent s’externaliser librement les coûts de production.

  • 4 Sur ce point, voir l’article du New York Times (20/06/1920).

14Pendant près d’un siècle, c’est le Mexique qui a fourni aux États-Unis cette main-d’œuvre très particulière qui était destinée initialement aux secteurs agricoles et industriels. Le flux migratoire a commencé à la fin du xixe siècle, puis a fortement augmenté lors de la Révolution mexicaine qui, à partir des années 1910, allait pousser des centaines de milliers de paysans à partir chercher du travail dans le pays voisin (Gamio 1929). C’est d’abord au Texas que sont arrivés les premiers Mexicains au moment des récoltes, permettant ainsi « l’essor économique de l’État qui ambitionnait de nourrir la nation états-unienne » : pour les fermiers locaux, comme l’écrirait un journaliste du New York Times en 1920, ces vagues migratoires étaient un véritable « don du ciel4 ». Cette main-d’œuvre était irrégulière, car les travailleurs évitaient l’entrée par le poste frontière qui signifiait pour eux le paiement d’une taxe de 8 dollars et le passage d’un test médical et d’alphabétisation. Ils préféraient payer un dollar aux passeurs de gué sur le Rio Grande et s’introduire dans le pays en contournant les guichets d’immigration. Jusque dans les années 1930, les autorités états-uniennes n’ont procédé que de manière exceptionnelle à l’expulsion des clandestins mexicains, et le travail de la police montée de la Border Patrol s’est longtemps cantonné à effectuer des appréhensions sporadiques en obligeant les immigrants à rentrer par le poste frontière.

  • 5 Pour une perspective historique du programme Bracero, voir Calavita (1994) ; Bustamante (1997) ; Du (...)

15La crise de 1929 allait entraîner l’expulsion de près de 500 000 Mexicains et le tarissement temporaire du flux migratoire, mais la décennie suivante, l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale allait le faire reprendre de plus belle (Hoffman 1974). En 1942, le gouvernement Roosevelt avait mis en place le programme de travail saisonnier Bracero chargé de combler la pénurie nationale de travailleurs engendrée par le départ de plus de quinze millions de soldats états-uniens tout au long du conflit, mais aussi de répondre à l’augmentation des commandes à l’industrie liées à l’effort de guerre. Du fait de son succès, Bracero allait être reconduit à l’issue de la guerre et ne serait clos que vingt ans plus tard, en 1964, après avoir fait partir près de 4,5 millions de Mexicains sur ses vingt-deux ans de fonctionnement5.

16Cependant, la fin du programme n’allait pas signifier la fin de la demande de main-d’œuvre à bas coût dans les emplois peu qualifiés aux États-Unis, bien au contraire. Bracero avait mis en place, au Mexique comme aux États-Unis, les mécanismes sociaux, économiques et culturels qui avaient créé, de manière parallèle, un flux migratoire qui s’était affranchi des régulations du programme. Le recours au travailleur clandestin allait ainsi se renforcer dans les années 1960, augmenter fortement dans les années 1970-1980 du fait des mesures de dérégulation économique impulsées sous la présidence Reagan, puis dans les années 1990 s’intensifier à un niveau sans précédent avec la formation de l’espace de libre-échange nord-américain.

L’institution du travail des migrants clandestins dans la société états-unienne

  • 6 Dans sa définition minimale, l’institution est un ensemble de valeurs, de normes, de règles et d’us (...)

17Pour mesurer l’importance du travailleur clandestin aux États-Unis, il est nécessaire de comprendre la place que celui-ci a fini par occuper dans le pays à partir des années 1960. L’emploi du clandestin, initialement destiné à l’industrie et à l’agriculture, s’est peu à peu répandu dans l’ensemble de la société pour en faire le travailleur versatile et adaptable, capable aussi bien de découper des carcasses dans les abattoirs de l’Ohio, de cueillir les oranges de Floride, de construire les gratte-ciel de New York, que de faire des travaux domestiques ou de jardinage dans les foyers de Californie. Pour quelques centaines de dollars par semaine, les entreprises et les foyers ont pu s’assurer les services de travailleurs disposés à réaliser toute tâche qui leur serait confiée sans la moindre obligation contractuelle. Pour les entrepreneurs, le clandestin a été un levier élémentaire de la production ; pour les ménages, il a constitué un élément invisible qui rendait palpable un mode de vie axé sur la consommation de biens et de services au nom du très célébré American Way of Life. L’emploi du travailleur clandestin est ainsi devenu une institution au sens sociologique du terme, aussi bien pour les employeurs que pour les travailleurs6.

  • 7 En anglais : Federal Emergency Management Agency.

18Un exemple issu de la crise engendrée à La Nouvelle-Orléans par le passage de l’ouragan Katrina en 2005 permet de saisir le rôle qui a été assigné aux clandestins. L’ouragan avait augmenté la pression des eaux du lac Pontchartrain sur des digues déjà abîmées qui protégeaient la ville lovée dans un méandre du Mississippi, aux abords du lac. Lorsque les digues ont cédé, qu’elles ont commencé à se rompre par effet de chaîne, et que les systèmes de pompage se sont endommagés, La Nouvelle-Orléans, construite dans une cuvette, s’est retrouvée inondée dans sa quasi-totalité. Les images des effets de Katrina allaient révéler au monde la misère des conditions de vie et de protection des populations noires de la ville, et montrer le décalage flagrant des réponses de l’État fédéral qui multipliait les maladresses techniques et médiatiques. Katrina exposait les habitants d’une ville emblématique du pays livrés à eux-mêmes, en colère et en désarroi. Six mois après l’évacuation de la ville et le retour progressif des habitants des quartiers les plus aisés, les commerçants du Vieux-Carré, perpétuant une coutume locale, ont commencé à vendre des tee-shirts satiriques qui ironisaient amèrement sur la situation. L’un de ces modèles exprimait, à sa manière, la réalité de la crise en détournant le logo et les sigles de la FEMA7, l’agence fédérale chargée d’assurer l’arrivée des secours et de gérer les situations de crise :

FEMA : Find Every Mexican Available [cherchez tout Mexicain disponible].

19Sur qui compter dans la catastrophe ? Non pas sur un gouvernement jugé absent, mais sur les Mexicains clandestins. Pourtant, par son faible dynamisme économique, La Nouvelle-Orléans était restée relativement à l’écart des routes des migrants clandestins et la ville n’en avait qu’une infime population comparée à celle d’autres régions du pays. Mais Katrina avait créé un immense besoin en main-d’œuvre pour les colossaux travaux de réparation, et quelques semaines à peine après l’ouragan, les clandestins ont été les premiers à affluer dans la ville déserte. C’est par centaines que sont apparus les migrants sur la rotonde de Lee Circle, attendant d’être embauchés par la multitude de contractors, ces entrepreneurs de la reconstruction, qui avaient aussi été attirés dans la ville. L’ironie, c’est que pour des raisons propres à l’évolution du processus migratoire dans les lieux d’origine des migrants, ce ne sont pas des Mexicains qui ont répondu massivement à cet appel, mais des Centraméricains.

La frontière et le clandestin

Quand la frontière crée douze millions de clandestins

  • 8 Pourcentages calculés sur l’US Census pour chaque année.

20En 2008, la population clandestine aux États-Unis était estimée autour de douze millions de personnes (Passel & Cohn 2009). Le pays est passé de quelque 300 000 clandestins à la fin des années 1960, à environ trois millions au début des années 1980, à trois millions et demi dans les années 1990, avant d’amorcer une fulgurante hausse à plus de huit millions en l’an 2000, puis à près de douze millions à la fin de la décennie suivante (figure 11). Le stock migratoire de clandestins représentait approximativement 0,3 % de la population totale du pays en 1970 ; 1,2 % en 1980 ; 1,3 % en 1990 ; 2,8 % en 2000 ; 3,8 % en 2008 et 4 % en 20128. Entre 2000 et 2005, le nombre de clandestins a augmenté d’environ 850 000 migrants par an (Passel 2006). En 2010, cette population était pour 59 % mexicaine, 11 % centraméricaine, et 30 % issue d’autres régions du monde plus éloignées (Passel & Cohn 2009).

Figure 11. Évolution du stock migratoire clandestin aux États-Unis (1969-2008)

Figure 11. Évolution du stock migratoire clandestin aux États-Unis (1969-2008)
  • 9 Sources : 1969 : Warren & Passel (1987) ; 1980-2000 : Passel (2006) ; 2008 : Passel & Cohn (2009).

Sources diverses9

21Mexicains et Centraméricains forment ensemble la population clandestine de proximité, mobile et versatile, qui fournit en travailleurs l’agriculture, l’industrie et les services du pays, et qui se masse dans les corners, ces coins de rue où se réunissent les migrants pour être recrutés. À quelques exceptions près, ces migrants arrivent par voie terrestre en franchissant de manière irrégulière la frontière sud des États-Unis.

22Comment les États-Unis ont-ils atteint un tel volume de population clandestine en quatre décennies ? La réponse qu’apportent les chercheurs en sciences sociales invoque la nature même de la frontière sud du pays. Avant de franchir la frontière, le migrant est un travailleur en puissance sitôt qu’il la franchit, il devient un clandestin qui s’insère dans les multiples secteurs de l’économie nationale. Tout au long du xxe siècle, les gouvernements fédéraux successifs ont progressivement mis en place un système de « semi-ouverture » consistant dans la non-autorisation d’entrée aux travailleurs immigrés et dans le renforcement de tronçons de la frontière, couplés cependant à une tolérance avérée de l’emploi de clandestins. L’État a ainsi procédé à une distillation fine et continue de mesures restrictives à l’immigration et à l’augmentation des contrôles frontaliers, tout en les combinant avec un laisser-faire avéré destiné à favoriser les secteurs productifs du pays (Calavita 1994 ; Cornelius et al. 1994 ; Martin 1994 ; Cornelius 2001 ; Massey et al. 2009). Aux États-Unis, être clandestin est devenu un délit réprimé, mais faire travailler un clandestin ne l’a pratiquement jamais été. Au fond, la fonction de la frontière sud des États-Unis, tout au long du xxe siècle, a été d’être une membrane productrice de travailleurs clandestins pour l’économie et la société du pays.

Fermer la frontière : calculs électoraux et nativismes

  • 10 Sur ce point voir la démonstration de Massey (2011).
  • 11 Sur ce point, pour le cas français, voir le remarquable recueil de témoignages parus dans le livre (...)

23En affirmant le caractère illégal des travailleurs, la loi a pour effet de présenter les migrants comme des transgresseurs invétérés, entretenant et réifiant une perception négative de cette population au sein de la société nationale. Or, plus les mesures contre l’immigration sont répressives, plus les migrants sont arrêtés ; plus les électeurs éprouvent alors un sentiment d’invasion par des populations étrangères et plus ils deviennent favorables à davantage de restrictions à l’immigration ; et finalement, davantage de ressources doivent être canalisées vers les agences chargées de la sécurité intérieure10. Pour les hommes politiques, là est un réel atout de cette main-d’œuvre : la société nationale approuve, à certains moments, de ne pas la laisser entrer et de l’expulser. Les réactions identitaires xénophobes ne sont ni un fait nouveau ni une particularité propre aux États-Unis : elles sont récurrentes lors de toute rencontre entre deux altérités ethniques ou culturelles. Ces réactions sont assez rares dans les périodes de prospérité, mais deviennent beaucoup plus visibles en temps de crise, lorsque les habitants en situation de déclassement ou de changement rapide de leur environnement culturel se sentent menacés par l’altérité, et finissent par développer un discours qui invoque la non-maîtrise des frontières11.

24Aux États-Unis, le terme « nativisme » désigne le sentiment d’antériorité qu’éprouvent les populations issues des vagues migratoires plus anciennes face aux nouveaux arrivants (Calavita 1994 ; De Genova 2005 ; Cohen 2012). Le nativisme résulte de la perte de repères des populations locales devant les mutations, réelles ou fantasmées, engendrées par les populations d’immigration plus récente. Samuel Huntington, ancien professeur de relations internationales à l’université de Harvard, a été l’un des détracteurs les plus célèbres du nativisme états-unien contemporain qui voyait dans l’immigration hispanique une agression à l’essence protestante, libérale, anglophone et patriote de la culture états-unienne. Pour lui, ces migrants, accusés de ne pas respecter le pays d’accueil, d’être déloyaux, d’être une charge publique, de profiter du système de solidarité, ou encore de faire s’effondrer le coût de l’immobilier, altéraient l’identité nationale et produisaient un choc des cultures qui obligeait le pays à se défendre par la frontière ou par la guerre (Huntington 2004).

  • 12 « Il y a un peu plus d’un siècle, des écriteaux qui ont été appelé les “NINA signs”, et qui voulaie (...)
  • 13 Sur la politique de contrôle frontalier du gouvernement Obama, voir Secretary Napolitano (2011).

25Les gouvernements états-uniens ont souvent été plus pragmatiques, instrumentalisant l’immigration à des fins politiques et électorales (Calavita 1994). Comme l’a reconnu elle-même la secrétaire du Département de la sécurité nationale des États-Unis – en cherchant pourtant à s’en démarquer –, les clandestins sont un bouc émissaire idéal en temps de crise12. C’est donc sans surprise qu’au cours de la décennie 2000-2010, dans un contexte de crise sécuritaire suivie d’une crise économique sans précédent, les gouvernements Bush, puis Obama, ont fait de la reprise du contrôle de la frontière le thème clé par lequel ils ont voulu montrer à leurs électeurs qu’ils œuvraient à la défense de la nation menacée. Par la même occasion, ils ont essayé de reprendre la main sur nombre d’États de la fédération qui s’étaient mis à promulguer des lois anti-immigration, en empiétant sur une matière relevant du pouvoir fédéral. L’administration Obama s’est défendue d’être nativiste, elle s’est voulue légaliste en affirmant appliquer les lois du pays avec les moyens à sa disposition fournis par le Congrès, mais en le faisant, comme l’affirmerait la secrétaire du Département de la sécurité nationale, Janet Napolitano, « de la manière la plus intelligente, la plus juste et la plus efficace possible13 ». Et quelle devait être cette manière ? Cette manière consistait à ouvrir la frontière aux flux susceptibles d’avoir un intérêt commercial ou stratégique, et à essayer de la fermer absolument aux flux considérés comme une menace pour le pays, au titre desquels se trouvait l’immigration irrégulière. Elle se disait juste, car elle proclamait le rétablissement de l’État de droit par les expulsions de clandestins, mais en se focalisant en priorité sur ceux qui avaient commis un quelconque délit administratif ou judiciaire.

Frontières spectacles et déploiement de la frontière globale

26Michel Foucher écrivait, dans son ouvrage intitulé L’obsession des frontières, que dans un monde fluide, la scène frontalière devient « spectaculaire » (2007 : 9). On peut prolonger cette idée en ajoutant qu’il s’agit d’un spectacle au sens littéral : un construit destiné à être vu et montré. Ce spectacle est orchestré au niveau de l’État et est destiné à trois auditoires. Tout d’abord sa population nationale, pour montrer que l’État œuvre à la reprise du contrôle des mutations identitaires et démographiques engendrées par les flux migratoires ; ensuite les autres États, que ce soit pour manifester la puissance et imposer sa volonté, ou pour marquer une allégeance en vue d’obtenir des bénéfices ; et enfin les immigrants clandestins identifiés comme une menace majeure pesant sur la nation.

  • 14 Le mot homeland invoque à la fois le référent spatial du territoire national et le référent symboli (...)
  • 15 Source : DHS (2012b), GPO (2011).
  • 16 Voir Président Bush G. W. (2002) ; Secretary Napolitano (2011).

27Les frontières deviennent visibles à trois niveaux : par l’allocation de fonds aux institutions chargées de leur contrôle, par la mise en œuvre des programmes effectifs, et par les efforts de communication destinés à rendre visible le contrôle. Le gouvernement du président George W. Bush a créé en 2002, en réponse aux attentats terroristes d’Al-Qaïda, le Department of Homeland Security14 (DHS) qui a pour vocation de centraliser sous un même département l’ensemble des agences chargées de la sécurité intérieure et de la sécurité aux frontières dans la sphère civile (ICE, CBP, BP, USICS, FEMA, etc.). Le Patriot Act, signé en hâte six semaines après le 11 septembre 2001, avait fourni à l’État des moyens quasi illimités pour renforcer la sécurité de la nation, et avait permis la formation de ce qui allait devenir, dix ans plus tard, le troisième département du pays en termes de personnel, avec près de 240 000 employés, et le cinquième en matière de budget, passant de 19,5 milliards de dollars au moment de sa création à 60 milliards en 201215. Une fois doté d’un budget suffisant, le DHS a pu commencer à mettre en place et à déployer ce que les autorités avaient nommé la « frontière intelligente » ou « la frontière pour le xxie siècle », ouverte au commerce et fermée au terrorisme, à l’immigration clandestine, au trafic de stupéfiants et à la contrebande16. Cette frontière intelligente a été pensée comme une frontière ouverte, mais sous contrôle total, s’appuyant sur les hautes technologies pour identifier et distinguer les flux désirés de ceux non désirés et laisser circuler librement les premiers et intercepter les seconds (Bigo 2009).

  • 17 Sur la sécurité intérieure des États-Unis, voir Benítez Manaut (2005) ; Benítez Manaut & Rodríguez (...)

28Depuis 2001, la sécurité intérieure des États-Unis a été structurée autour d’un système de périmètres de sécurité emboîtés, destinés à réduire la pression aux frontières en la repoussant en amont dans l’espace transnational17. Ces périmètres pourraient être représentés comme des dômes de différentes tailles enchâssés les uns dans les autres. Le premier dôme serait celui formé par les frontières terrestres et maritimes du pays, ainsi que par les lieux d’entrée aéroportuaires. Deux autres dômes, de plus petite taille, décriraient les territoires des pays frontaliers – le Mexique et le Canada – membres de l’espace de libre-échange nord-américain (ALENA), liés aux États-Unis par des accords bilatéraux en matière sécuritaire qui les engagent à lutter activement contre les flux irréguliers en transit vers les États-Unis, à partager des données, et à travailler en lien direct avec les agences de sécurité et avec l’armée états-uniennes. Ces deux pays fonctionneraient comme des États tampons. Depuis 2002, l’ensemble de l’espace ALENA serait sous un quatrième dôme constitué par la zone de responsabilité du NORTHCOM, le principal commandement interarmées de combat de l’armée des États-Unis, chargé du contrôle militaire des États-Unis ainsi que du Mexique et du Canada.

  • 18 WkCable Embassy Guatemala (27/12/2004).
  • 19 En novembre 2010, WikiLeaks – une organisation à but non lucratif dédiée à la diffusion des fuites (...)
  • 20 Sur l’approche du risque potentiel, risk-based approach, voir DHS (2013b).

29Un cinquième dôme se situerait à l’échelle transnationale et formerait un réseau de zones tampons – buffers, nom dont le Secrétariat d’État aurait désigné le Guatemala18 dans un câble d’ambassade19 – qui dessinerait une « frontière virtuelle » chez leurs pays alliés ayant accepté de mettre en place des protocoles sécuritaires aux circulations internationales et de transmettre des informations. Les pays n’entretenant pas de relations d’alliance en matière sécuritaire et militaire avec les États-Unis se trouveraient à l’extérieur de ce chaînage de dômes. Ce système de frontières multiples et multi-niveaux vise à faire de la biométrie le principe commun d’identification et de détection des individus dans l’espace transnational afin de mettre en place ce que l’on pourrait appeler une « frontière globale », capable de laisser circuler les uns et de retenir les autres, en fonction du risque potentiel20 que chaque personne peut représenter pour la sécurité du pays.

  • 21 Voir BP (2012b).
  • 22 Voir BP (2014).

30Pour l’électorat états-unien, le périmètre devant être contrôlé en priorité est celui formé par les frontières terrestres du pays. Customs and Border Protection (CBP) et Border Patrol (BP) se partagent la surveillance de ces frontières, la première dans les espaces de passage régulier, la seconde dans les espaces où le passage n’est pas autorisé. La BP, historiquement peu pourvue de ressources, a vu augmenter son budget de manière constante depuis les années 1990, en passant de 250 millions de dollars en 1990 à 3,5 milliards en 2012. Cette augmentation a permis une hausse des effectifs qui sont passés de 4 139 agents en 1992, à 10 045 en 2002, puis à 21 444 en 2011, étant multipliés par cinq en deux décennies21. La majeure partie des agents frontaliers sont concentrés à la frontière sud des États-Unis, et seule une minorité se trouve à la frontière avec le Canada qui ne semble pas représenter d’enjeu majeur concernant l’immigration clandestine. De manière explicite, les ressources investies à la frontière sud par la BP sont destinées à faire une « démonstration de force » visant à empêcher les tentatives d’immigration clandestine22. La frontière est devenue progressivement une zone de surveillance aux allures high-tech, où radars, caméras de vidéosurveillance, senseurs sismiques, patrouilles mobiles, appareils de vision nocturne à infrarouge, drones aériens et tour relais sont venus compléter les systèmes d’agents frontaliers, de murs et de grillages (document 2).

Document 2. Éléments du système de détection de migrants à la frontière

Document 2. Éléments du système de détection de migrants à la frontière

CBP © (BP 2012a : 14)

  • 23 Les expulsions – removals – indiquent une reconduite dans le pays d’origine après un ordre juridiqu (...)

31Le second volet du spectacle de la reprise du contrôle des frontières se rend manifeste par l’expulsion de clandestins par la Border Patrol et par l’Immigration and Customs Enforcement (ICE), l’agence chargée des investigations en matière migratoire et douanière. En vingt ans, les expulsions ont été multipliées par dix, passant de 43 000 en 1992 à plus de 420 000 en 2012 (figure 12)23.

Figure 12. Expulsions des États-Unis (événements) (1971-2011)

Figure 12. Expulsions des États-Unis (événements) (1971-2011)

Source : DHS (2013a)

32Pour que le spectacle de la reprise du contrôle soit complet, il est nécessaire que la population nationale puisse voir, dans son quotidien, l’effort humain et technologique déployé par le gouvernement. Les producteurs d’émissions de téléréalité, un genre télévisuel en vogue sur les chaînes câblées, ont ainsi compris le potentiel que représente l’exploitation du thème de la sécurité nationale, à mi-chemin entre le militaire et le policier, pour développer des partenariats avec les agences du DHS qui leur ont ouvert leurs portes. Des émissions aux titres évocateurs, tels que Homeland Security, diffusée sur ABC, To catch a smuggler – « Prendre un trafiquant » –, diffusée par le National Geographic Channel, ou encore Airport 24-7 Miami, diffusée par The Travel Channel, sont ainsi apparues pour montrer, dans une illusion du suspense, les agents de la BP, du CBP ou de l’ICE en pleine action, parvenant à déjouer les tentatives complexes et pernicieuses des migrants et des trafiquants de drogue du Mexique, d’Amérique centrale ou d’ailleurs, qui tentaient continuellement d’entrer sur le sol national.

33Mais la mise en scène de la frontière est aussi destinée à un autre État : le gouvernement mexicain tenant le sud de la deuxième sphère de sécurité des États-Unis. Depuis 1994, date d’entrée en vigueur de l’ALENA, les États-Unis ont continuellement poussé le Mexique à s’engager dans le contrôle des flux clandestins en transit vers leur territoire. C’est là où, face à son voisin, Washington a su déployer une suprématie diplomatique qui a donné lieu à un exercice d’hégémonie qui fera du Mexique un maillon intégré du système frontalier états-unien.

Le Mexique : la frontière externe des États-Unis

Mexique – États-Unis : construction d’un réseau d’intérêts réciproques

  • 24 Pour une histoire du Mexique qui insiste sur les relations complexes avec les États-Unis, cf. Aguay (...)

34Le Mexique a une longue histoire de rivalités et de dépendances vis-à-vis de son voisin du nord. Historiquement, le sentiment patriotique mexicain s’est construit – en grande partie – contre le rival états-unien, bien que, depuis le milieu du xixe siècle, son économie et son monde politique se soient retrouvés, à plusieurs reprises, dans une position de soumission vis-à-vis du puissant voisin24. En 1910, la période postrévolutionnaire allait mettre fin à quatre décennies de très forte influence états-unienne, pour mettre en place un régime corporatiste nationaliste qui allait marquer son autonomie et son non-alignement face à la grande puissance mondiale en devenir. C’est à partir des années 1980 que la crise de la dette et les réformes d’ajustement structurel imposées par les bailleurs de fonds du gouvernement ont replacé la relation avec les États-Unis au centre de la politique économique du pays et ont remis l’État mexicain dans le giron de Washington. Ce rapprochement, amorcé sous la présidence de Miguel de La Madrid (1982-1988), s’est concrétisé sous la présidence de Carlos Salinas de Gortari (1988-1994) et s’est renforcé avec les trois présidents suivants (Ernesto Zedillo, Vicente Fox, Felipe Calderón).

  • 25 Sur ce thème cf. Ai Camp (1995) ; Aragón (2011).

35Au début des années 1980, le jeune Salinas de Gortari, à l’époque ministre du Budget du président Miguel de La Madrid, avait constitué autour de lui un réseau de technocrates mexicains formés, comme lui, dans de prestigieuses universités états-uniennes (Harvard, Yale et MIT). Lorsque Salinas de Gortari a accédé à la présidence en 1988, c’est avec ce réseau restreint de hauts fonctionnaires qu’il allait mener les principales réformes destinées à déréguler les systèmes étatiques de régulation économique et sociale qui avaient été mis en place au cours de la période postrévolutionnaire. L’objectif de ces mesures était d’aligner le pays sur les exigences de Washington pour pouvoir former l’espace de libre-échange nord-américain ALENA à la fin de son mandat présidentiel. Ces hommes politiques se maintiendront habilement au pouvoir pendant trois décennies, malgré les changements de gouvernement et les alternances politiques, et sauront installer pour leur succéder une nouvelle génération de hauts fonctionnaires éduqués dans les mêmes écoles et sociabilisés dans les mêmes réseaux25.

  • 26 Voir Président Bush G. W. (2002).
  • 27 « Contrairement aux relations avec les partenaires de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALE (...)
  • 28 Le financement direct des politiques de sécurisation des frontières serait attesté par un câble de (...)

36En intégrant l’ALENA, le Mexique s’ouvrait à l’économie de marché, mais acceptait, en coulisse, de faire de l’alliance avec Washington l’axe primordial de la politique intérieure et extérieure du pays. En septembre 2001, les attentats terroristes d’Al-Qaïda allaient pousser le gouvernement mexicain à s’engager plus en avant dans la coopération en matière sécuritaire en luttant contre trois flux pouvant potentiellement utiliser le sol mexicain pour atteindre le territoire états-unien : le terrorisme, le trafic de personnes et le trafic de cocaïne. Cette participation active à la sécurité intérieure des États-Unis s’est amorcée dès 2002 avec la signature de « l’accord des frontières intelligentes » (Smart Border Agreement)26, puis avec la formation de l’éphémère Alliance pour la sécurité et la prospérité d’Amérique du nord (ASPAN) (2005-2009). Toutefois, il semble probable que le Mexique et les États-Unis aient déjà été liés par des accords secrets de collaboration en matière sécuritaire, comme pourrait l’attester, par exemple en 2004, un câble de l’ambassade états-unienne au Guatemala27. Mais, avec ou sans les attentats d’Al-Qaïda, le glissement vers une alliance sécuritaire entre le Mexique, les États-Unis et le Canada apparaissait comme un approfondissement, sur le fond, des accords noués dès 1993 dans l’ALENA (Benítez Manaut & Rodríguez 2005 ; Sandoval Palacios 2006). Finalement, le rôle assigné au gouvernement de Mexico allait être de veiller à la sécurisation du sud de l’espace de libre-échange, mais aussi du côté mexicain de la frontière avec les États-Unis. Cette tâche a été financée, à la fois par Washington et par Mexico à travers différents programmes de coopération, dont le plus important, déclenché en 2008, a été l’Initiative Mérida, un système d’accords et de protocoles en matière sécuritaire signé d’abord avec le Mexique puis avec l’Amérique centrale28.

37Quel intérêt avait le Mexique à devenir la frontière externe sud des États-Unis ? L’intérêt était économique. Les réformes menées et impulsées par Washington avaient fait se former, du jour au lendemain, à la fin des années 1990 une élite mexicaine extrêmement fortunée qui bénéficia de la privatisation de secteurs entiers de l’économie et sut tirer un réel avantage de la libéralisation des échanges agricoles, industriels, technologiques et financiers avec les États-Unis (Alba, 1996). Ces hommes d’affaires du nord et du centre du pays étaient la preuve vivante que la relation avec les États-Unis était payante et que l’économie nationale grandissait grâce à la priorisation des relations diplomatiques, commerciales et stratégiques avec le voisin états-unien. Dès lors, pour les groupes au pouvoir, soutenir l’économie du pays a signifié soutenir la relation avec Washington en se pliant à ses exigences, contrepartie nécessaire à l’ALENA. Et si ces exigences consistaient à mettre en place des mesures en matière sécuritaire et frontalière qui relevaient d’ordinaire de la souveraineté nationale, cela au fond avait peu d’importance parce que, pour les élites, la frontière des États-Unis resterait ouverte. Les élites d’ailleurs avaient déjà des visas de libre entrée aux États-Unis, elles y vivaient parfois une partie de l’année, leurs enfants y étudiaient, et souvent même y naissaient.

  • 29 Voir El Universal (11/04/2013).

38C’est donc avec une très forte valeur symbolique – et stratégique – que les agents de la CBP en poste à Mexico se sont présentés, début avril 2013, aux chambres législatives du Mexique pour offrir aux députés et aux sénateurs du pays la possibilité de s’inscrire au programme Global Entry, qui leur permettait, à eux et à leur famille, d’entrer aux États-Unis par voie express à travers les kiosques biométriques. Par ce geste finement calculé, Washington proposait à tous les parlementaires et à leurs familles de se joindre, pour 100 dollars, au groupe très sélect de 24 000 Mexicains des élites, pour qui la frontière semblait ne pas exister29. La nouvelle frontière n’était pas pour les familles les plus riches ni pour les hommes politiques au pouvoir, elle était pour les populations les plus pauvres qui voudraient immigrer.

Être considéré par les États-Unis comme un État tampon

39Le libre-échange permettait un réel dynamisme commercial entre les deux pays, mais il renforçait considérablement les inégalités entre les élites de plus en plus riches et les couches populaires de plus en plus pauvres, qui avaient en plus souvent perdu l’accès à la terre au moment des restructurations agraires de la seconde moitié des années 1990. La libéralisation de l’économie, au lieu de diminuer la migration, comme cela avait été annoncé, l’avait en fait drastiquement augmentée (Sandoval Palacios 2000 ; Zavala-Cosío 2004 ; Verduzco 2006). L’ALENA allait obliger le gouvernement états-unien à repenser sa conception de la frontière, car le Mexique se retrouvait certes à l’intérieur de l’espace de libre-échange, mais devait rester absolument à l’extérieur des frontières du pays, afin de contenir les flux de migrants clandestins provenant du Mexique et d’Amérique centrale, ainsi que les flux de stupéfiants. Pour mettre en place cette nouvelle modalité de frontière, le gouvernement états-unien a su exercer des pressions au plus haut niveau du gouvernement mexicain, comme l’illustrerait, par exemple, un câble d’ambassade de 2007 rapportant une entrevue entre le secrétaire du DHS et les hauts responsables de la sécurité intérieure du Mexique, de l’institut national des migrations et des services secrets :

  • 30 WkCable Embassy Mexico (26/02/2007).

La rencontre […] a donné lieu à de larges discussions sur la coopération bilatérale actuelle et a soulevé plusieurs propositions spécifiques pour l’élargir, par exemple : – un engagement à travailler ensemble pour élaborer et mettre en place une stratégie de contrôle à la frontière sud du Mexique ; – un engagement à renforcer et élargir le Protocole de violence à la frontière en étendant le programme tout au long de la frontière Mexique/États-Unis et en approfondissant les échanges d’intelligence tactique ; – une offre pour améliorer le programme de rapatriement intérieur en incluant les voyageurs « à risque » et les Centraméricains illégaux ; – un effort pour encourager le gouvernement mexicain à élargir le partage de données biométriques par la capture des empreintes digitales des voyageurs provenant des vols internationaux ; une offre pour échanger de l’information avec le Mexique sur la prévision d’une contingence concernant une possible migration massive des Cubains après la mort de Castro ; – une sollicitation pour que le Mexique considère la possibilité d’exiger un visa de séjour aux voyageurs vénézuéliens30.

40Dans les mois qui ont suivi, le gouvernement aurait pris acte de la plupart des requêtes de Washington en matière sécuritaire, montrant ainsi que le pays était passé du stade de partenaire commercial privilégié au statut d’allié primordial dans la mise en place d’un ordre géostratégique global. Trois ans plus tard, il apparaîtrait que l’alliance était devenue particulièrement solide :

  • 31 WkCable Embassy Mexico (28/12/2009).

La visite de l’assistant présidentiel à la sécurité a montré à quel point la relation entre les États-Unis et le Mexique a évolué sur les questions de sécurité. On a largement dépassé le stérile débat sur les risques posés à la souveraineté mexicaine par un renforcement de la coopération à travers un échange productif sur la manière de maximiser les fruits de notre effort conjoint sur les thèmes comme la lutte contre la drogue et contre le trafic d’armes. Le message que le Mexique doit adopter une architecture sécuritaire qui promeuve la coopération entre agences et l’efficacité opérationnelle a été adressé haut et fort. Notre défi présent est maintenant d’aider le Mexique à le réaliser31.

41Au début des années 2010, le gouvernement mexicain semblait avoir achevé le processus d’alignement sur Washington, promettant l’avènement d’un nouveau genre de relations internationales, comme le mentionnerait, là encore, un câble de l’ambassade de Mexico :

  • 32 WkCable Embassy Mexico (21/01/2010).

Ces questions sont extrêmement sensibles, car elles sont au cœur de la souveraineté du Mexique. […] Notre relation bilatérale n’a jamais été aussi forte ou aussi mature. La plupart des vieilles rengaines antiaméricaines sont mortes ou sont en train de mourir, et la véritable réforme politique que beaucoup prévoient dans un futur proche va balayer les vestiges du sentiment « Yankee go home ». Notre coopération en 2010 peut nous porter bien au-delà, pour créer le type de partenariat qui nous aidera en des termes régionaux et même globaux. Nous aurons besoin des ressources et d’un engagement d’expérience continu pour mettre en place notre stratégie intégrale et consolider les gains acquis jusqu’à maintenant32.

42L’économie, la politique et la société du Mexique ont fini par être profondément imbriquées avec les États-Unis, jusqu’à former un système dense d’interdépendances multiples. Ce serait donc en toute logique que, pendant sa campagne électorale, quatre ans avant son accession au pouvoir, le futur président mexicain Enrique Peña Nieto aurait pris le plus grand soin pour montrer à Washington qu’en cas de victoire, sa politique serait en totale harmonie avec la leur :

  • 33 WkCable Embassy Mexico (24/09/2009).

[Peña Nieto] est en train de polir ses cartes internationales. Son cabinet des Affaires étrangères est passé de huit à trente-cinq personnes qui sont en accord avec nous et qui savent clairement ce que le gouvernement des États-Unis souhaite entendre sur les investissements, l’immigration et les affaires sécuritaires. Le coordinateur des affaires internationales de Peña Nieto nous a relaté que le gouverneur a dit : « La Chine et l’Inde sont des opportunités. Les États-Unis sont notre réalité »33.

43Cet impératif de réalisme qu’avaient probablement éprouvé et partagé les présidents précédents consistait – entre autres – à renforcer le contrôle de la frontière sud du pays contre les flux de migrants d’Amérique centrale.

La frontière sud du Mexique : une frontière oubliée

  • 34 La Capitainerie générale du Guatemala était divisée en six entités territoriales : les provinces du (...)

44La frontière entre le Mexique et l’Amérique centrale s’était retrouvée pendant quasiment tout le xxe siècle relativement à l’écart des dynamiques industrielles qui ont développé économiquement le centre et le nord du pays. Cette frontière résulte d’un tracé du xixe siècle, établi pacifiquement, mais à partir d’un rapport de force qui a tourné à l’avantage des Mexicains. Une première frontière a été tracée en 1824, lorsque les provinces centraméricaines se sont formellement séparées du Mexique auquel elles avaient été rattachées depuis le xvie siècle34.

45Le Mexique, ancienne Vice-royauté de l’Empire espagnol, avait acquis son indépendance en 1821, et en 1822, Agustin de Iturbide avait proclamé le Premier Empire mexicain. Les provinces de la Capitainerie générale du Guatemala, qui s’étaient déclarées indépendantes en 1821, avaient initialement rejoint l’éphémère Empire mexicain, mais après l’effondrement de ce dernier en 1823, elles ont décidé – à l’exception du Chiapas – de se retirer du projet de République fédérale mexicaine pour former en 1824 la République des Provinces-Unies d’Amérique du centre, qui allait devenir la République fédérale d’Amérique centrale, qui finirait par éclater en 1839 pour se diviser finalement en cinq républiques. La province du Chiapas ayant choisi de rester rattachée au Mexique, c’est sur la limite avec la province du Guatemala qu’avait été placée de facto la frontière sud du Mexique. Quelques litiges et contentieux frontaliers allaient subsister, en particulier dans le Soconusco et le Petén, mais la frontière allait être accordée par un traité signé en 1882 à New York. La frontière mexicaine avec la petite colonie du Honduras britannique – futur Belize –, enserrée sur la côte entre le Yucatán et le Petén, allait être fixée pareillement par traité en 1893.

  • 35 Pour une analyse des relations entre le Mexique et l’Amérique centrale au cours du xxe siècle, voir (...)

46Pour l’État mexicain, la frontière sud du pays n’avait représenté un enjeu politique et économique que de manière occasionnelle, et c’est surtout dans la décennie 1980, lors de l’arrivée massive des réfugiés guatémaltèques fuyant le conflit armé, qu’elle a commencé à gagner en visibilité35. La formation de l’espace ALENA dans le courant des années 1990 allait cependant mettre cette région frontalière au cœur de la politique sécuritaire et diplomatique du pays, en l’incorporant aux agendas national, bilatéral mexicano-états-unien et régional au niveau centraméricain. Les États-Unis n’étaient pas étrangers à l’émergence soudaine de cette région dans les priorités du pays, car elle était, pour eux, une zone d’importance vitale.

Accepter de poser sa frontière sud contre l’immigration de transit

  • 36 Le NORTHCOM est en charge du territoire formé par les pays membres de l’ALENA, le SOUTHCOM de celui (...)

47La frontière sud du Mexique joue un rôle de premier plan dans l’ordre géostratégique hémisphérique voulu par Washington, car c’est le point de convergence de deux flux irréguliers à destination des États-Unis : le trafic de cocaïne et les migrants clandestins. Cette frontière, limite méridionale de l’espace ALENA, est aussi le point de jonction entre les commandements interarmées de combat de l’armée états-unienne NORTHCOM et SOUTHCOM36, qui ont fait de la lutte contre les cartels de la drogue l’un de leurs premiers objectifs. Un câble de l’ambassade états-unienne à Mexico décrirait la fermeté avec laquelle le secrétaire du DHS insistait auprès des plus hauts fonctionnaires du gouvernement mexicain sur l’importance du contrôle de cette région :

  • 37 WkCable Embassy Mexico (26/02/2007).

En même temps, remarqua le secrétaire [Chertoff] nous sommes préoccupés par les migrants illégaux provenant des pays tiers qui transitent à travers le Mexique pour se rendre aux États-Unis, et par le fait que les éléments criminels provenant de ce trafic vulnérabilisent tant les États-Unis que le Mexique. Nous voulons travailler avec Mexico pour développer des stratégies qui nous permettraient d’attaquer les trafiquants, d’atteindre leurs organisations et de cibler leur argent. Les États-Unis, a-t-il dit, veulent aider le Mexique à sécuriser sa frontière sud, et voudraient savoir comment le gouvernement mexicain compte s’y prendre37.

48Trois ans plus tard, le gouvernement mexicain se serait avoué dépassé, et aurait sollicité de l’aide pour contrôler la région, cette fois-ci à la secrétaire Napolitano, sous l’ère Obama :

  • 38 WkCable Embassy Mexico (18/02/2010).

La discussion a ensuite traité de la frontière sud du Mexique. Le président Calderón a dit que le gouvernement des États-Unis pouvait aider le Mexique à intensifier sa stratégie à la frontière sud. La secrétaire Napolitano lui a expliqué que la dense végétation à la frontière avec le Guatemala et le terrain rendaient la surveillance difficile et lui a demandé s’il y avait des espaces plus au nord où le Mexique pourrait créer un goulot d’étranglement pour les inspections. Calderón a indiqué que c’est justement ainsi que travaillaient ses équipes et le ministre de l’Intérieur Fernando Gomez Mont a expliqué que les barrages étaient placés sur la partie la plus étroite de l’isthme mexicain38.

  • 39 WkCable Embassy Mexico (24/02/2010).

49Comme l’exprimerait un câble filtré par WikiLeaks, « le progrès de la sécurisation de la frontière sud du Mexique [était] d’une importance vitale pour accomplir [les] propres objectifs de sécurité [des États-Unis]39 ». L’interdépendance nouée par l’ALENA a poussé les gouvernements mexicains à accepter et à assumer leur rôle d’État tampon contre les flux provenant du sud du continent. Ce processus a commencé sous la présidence de Salinas de Gortari, lorsque l’État a créé l’Institut national de migration (INM) en s’engageant soudainement dans la lutte contre les migrations centraméricaines en transit. En 1990, le Mexique a ainsi réalisé plus de 126 000 reconduites à la frontière, alors qu’il n’en avait effectué qu’à peine plus de 500 l’année précédente (figure 13).

50Entre 1990 et 2011, les gouvernements successifs ont cherché à appliquer une législation migratoire particulièrement nationaliste, héritée des années 1970, qui condamnait lourdement l’immigration clandestine, mais qui était restée, dans les faits, relativement tolérante à l’égard des Centraméricains en transit. Cette législation a été révisée en 2011 avec la promulgation de la Loi de Migration, qui a dépénalisé le séjour irrégulier et offert des garanties humanitaires sans précédent aux étrangers en présence irrégulière, mais qui a continué à exiger un visa d’entrée aux Centraméricains. Or, pour obtenir celui-ci, il faut disposer d’un certain niveau de revenu.

Figure 13. Expulsions du Mexique (événements) (1971-2011)

Figure 13. Expulsions du Mexique (événements) (1971-2011)
  • 40 1970-1999 : Castillo (2000) ; 2000-2011 : Casillas (2008) ; 2002-2011 : INM (2013). Les termes du r (...)

Source : divers40

51L’acceptation de faire le « sale boulot » des États-Unis en s’attaquant aux migrants centraméricains est un risque électoral majeur que les gouvernements mexicains tentent d’éviter, car l’électorat mexicain désapprouverait une coopération trop vive avec le rival historique états-unien. Du point de vue symbolique, le gouvernement mexicain tire la légitimité de sa politique sécuritaire à la fois de ses élites nationales, de Washington, mais aussi, indirectement, des autres pays de la communauté internationale ayant développé des modes similaires d’externalisation des frontières en Europe, en Afrique et en Océanie. L’année d’entrée en vigueur de l’ALENA a aussi été celle de l’entrée du Mexique dans l’OCDE, marquant formellement son accession au rang restreint des pays développés de la planète. Aussi, c’est en tant que pays émergent et en tant qu’allié primordial des États-Unis que le gouvernement mexicain a décidé de se montrer soudainement actif sur la scène frontalière.

  • 41 Il ne faut cependant pas concevoir la notion de « couloir » d’une manière hermétique ni étanche, co (...)

52L’externalisation de la frontière sud des États-Unis est, a été, en ce sens, une réelle réussite pour Washington, car les opérations de contention de migrants et de drogue ont été assumées par l’État mexicain qui a engagé ses ressources humaines et son budget, mais aussi parce que c’est au Mexique qu’allaient se manifester les effets les plus néfastes de la lutte contre les flux de migrants et de stupéfiants se dirigeant vers les États-Unis. C’est au Mexique, en effet, que le cadre sécuritaire imposé et promu par les États-Unis a créé et institué, dans le hors la loi, des couloirs de transit clandestins régis par une violence inouïe, par où doivent passer les migrants désirant traverser le pays : l’horreur engendrée par la frontière du xxie siècle se déclenche côté mexicain ; précisément dans le second périmètre de sécurité41.

Canalisation du flux par les espaces hors la loi

Pousser dans le péril des espaces

53Les contrôles frontaliers redirigent les migrants vers des lieux où il est difficile ou dangereux de se mouvoir dans la clandestinité. La stratégie adoptée par les gouvernements mexicain et états-unien est de disposer massivement des barrages aux endroits où la circulation est la plus aisée, la plus rapide et la plus sûre pour des raisons géographiques et d’infrastructure routière. La disposition des contrôles en un point de la frontière agit à la manière d’un barrage sur un cours d’eau, poussant le fleuve à se frayer un passage en d’autres points. La stratégie que choisiront les migrants consistera donc à tenter de contourner ces espaces par les lieux, et aux horaires, les moins surveillés. L’objectif sera alors de passer là où la loi n’a pas de prise immédiate ou là où ils se croient hors de sa portée.

54Cette redirection s’effectue également vers des modes de mobilité qui représentent de grands dangers. Pour les migrants voyageant agrippés aux trains de marchandises, les principaux risques sont de tomber du train en marche et de se blesser ou de mourir dans leur chute, ou encore de s’électrocuter sur les câbles haute tension. Pour ceux qui voyagent entassés ou enfermés dans un transport, le risque majeur est l’étouffement ou la probabilité de souffrir des blessures encore plus graves en cas d’accident, parfois lors de courses-poursuites avec les autorités. Pour ceux qui traversent à l’ouest d’El Paso, le risque principal est de se déplacer dans d’immenses déserts, sans préparation, sans matériel, sans connaissance du milieu et en tentant de se cacher des autorités, en alternant longues marches, courses effrénées, haltes soudaines à travers des endroits très escarpés et rocailleux.

  • 42 Sur les dangers de la traversée voir, parmi de nombreux travaux : Eschbach et al. (1999) ; Palencia (...)

55Dans ces déserts, les clandestins s’exposent aux risques de s’égarer, de se blesser, ou encore de succomber par déshydratation, anémie ou hypothermie, dans les chaleurs ou les froids extrêmes. Parfois, les migrants centraméricains se perdent aussi dans les déserts côté mexicain, bien avant la frontière, et l’issue peut être tout aussi fatale. Pour ceux qui traversent à l’est d’El Paso, le premier péril vient du risque de noyade au cours de la traversée du Rio Grande. Les populations ont souvent peu d’expérience de la nage, ne sont pas suffisamment équipées, et doivent généralement nager en maintenant à bout de bras leurs vêtements hors de l’eau. Ceux qui parviennent à traverser le fleuve peuvent se perdre dans les contrées désertiques du Texas, soumis aux étés brûlants et aux hivers rigoureux, ou bien s’écorcher sur les fils barbelés ou les arbustes pleins d’épines42.

56Les lieux vers où sont canalisés les migrants sont aussi des territoires où ont pullulé des populations désireuses de profiter de l’éloignement de la loi pour s’ériger en maîtres du hors la loi. Les assaillants peuvent être des habitants du lieu, des agents de la loi, des cliques du crime organisé, et parfois quelques populations migrantes ayant basculé dans la criminalité. Le risque lié à l’interaction avec les acteurs malveillants peut survenir en chaque point de l’espace migratoire, et se manifester en se surajoutant aux risques d’ordre naturel. Certaines routes avec un passage obligé par des no man’s land sont devenues tristement célèbres, telle la bande de 240 kilomètres allant de Tapachula à La Arrocera, à Arriaga, puis à Ixtepec où les délinquants ont trouvé un « modus vivendi » dans les assauts, les viols, les vols et les assassinats de Centraméricains. C’est aussi le cas du passage de l’isthme de Tehuantepec, s’allongeant d’Ixtepec jusqu’à Orizaba, où les cartels locaux – Zetas et Golfo – ont fait de la prise d’otages massive des clandestins une de leurs diversifications les plus rentables.

  • 43 Sur ces différents points, voir El Universal (21/03/2009) ; Los Angeles Times (12/04/2012) ; The Ne (...)

57La frontière nord, quasiment dans son ensemble, s’est aussi convertie en un lieu où chaque cartel impose sa terreur contre les migrants en transit dans le segment de bordure dont il s’est emparé, tant côté mexicain qu’états-unien, au point d’avoir fait par exemple d’Altar (Sonora) et de Phoenix (Arizona) des capitales de la prise d’otages. À ces acteurs malveillants, il faut ajouter les Minutemen, ces milices civiles d’extrême droite qui patrouillent, souvent illégalement, la frontière des États-Unis, traquant les immigrants clandestins, et qui ont déjà été condamnés pour meurtres de migrants43.

58Les clandestins passent par des espaces parallèles et dans des conditions « autres » que celles qui régissent les circulations dans la légalité. Ces lieux sont ce que Alain Tarrius appelle des territoires circulatoires : des espaces autonomes affranchis des normes sociales conventionnelles, régis par leurs propres règles et leurs hiérarchies (Tarrius 2001b). Les couloirs des circulations clandestines des migrants centraméricains sont structurés par des relations sociales dont chacune recèle la possibilité de réussite ou d’échec du passage. Le migrant avance dans la clandestinité en réalisant continuellement des transactions sociales avec des acteurs situés face à lui en position de force ou de faiblesse et qui peuvent faciliter ou compromettre son voyage. Dès leur apparition, ces territoires circulatoires ont vu se former une économie informelle pour laquelle le migrant clandestin a d’abord été un client, mais dans laquelle il est devenu rapidement une proie.

Économie souterraine : du migrant comme client au clandestin comme ressource

59Une règle élémentaire de l’effet de l’interdit dans les sociétés humaines veut que l’interdiction crée le marché où se négocie la transgression. Le terme économie souterraine désigne les espaces sociaux et spatiaux dans lesquels un bien, un service ou une pratique devenus illégaux sont convertis en une ressource à vendre ou à acquérir au sein de réseaux clandestins de contrebande, de marché noir, de trafic ou d’informalité (Tarrius 2002). L’économie souterraine de la migration s’est formée en deux temps : d’abord sont apparus des intermédiaires qui ont proposé leur savoir-faire aux migrants pour franchir clandestinement la frontière. Les services de ces guides sont souscrits de manière volontaire par les migrants qui acceptent de payer un tarif établi. Pour les passeurs, le migrant est initialement un client avec qui la relation marchande est fondée sur le paiement d’un tarif, mais celle-ci peut facilement basculer dans une relation d’abus, permise par l’isolement et le mouvement dans la clandestinité.

  • 44 Sur les aides de la société civile, voir, par exemple, le mouvement des Patronas dans le Veracruz, (...)

60Dès l’instant où le migrant est devenu illégal, il s’est converti en cible potentielle pour toute personne désireuse de tirer profit de sa volonté d’avancer clandestinement dans l’espace. C’est ainsi que des délinquants sont venus se placer sur les routes par où transitait le flux migratoire pour lui imposer un droit de passage arbitraire. Au Mexique, les agents de la loi, habilités ou non, ont été les premiers dans cette position, lorsqu’au moment de l’interpellation ils ont pu choisir d’accorder le passage en échange d’un paiement en espèces ou en nature (argent, relation sexuelle, service, etc.). Cette pratique s’est aussi développée chez les populations civiles qui se sont posées de la même manière, mais dans des lieux plus reculés, se présentant en maîtres autoproclamés du passage hors la loi. Quelques poches de paix et de gratuité subsistent, comme des îlots dans cette économie souterraine, formés par les divers refuges pour migrants en transit gérés par des religieux ou par des associations civiles, ainsi que par les différentes initiatives de solidarité développées par les populations locales44.

  • 45 Voir The New York Times (20/06/1920).

61La frontière crée le passeur. Déjà au début du siècle dernier, les passeurs de berge clandestins sur le Rio Grande se sont démultipliés dès que les autorités ont institué une taxe et un contrôle aux entrées par le poste frontière45. De passeurs de gué, ils sont devenus des guides de passage. Traditionnellement, les passeurs étaient d’anciens migrants qui avaient acquis, au fil de leurs voyages, une réelle expertise du passage clandestin grâce à leur bonne connaissance du milieu, ainsi qu’à une prodigieuse capacité d’improvisation qui leur permettait de faire traverser la frontière à d’autres. Les services des passeurs étaient destinés, à l’origine, aux populations sans expérience migratoire, mais ils ont commencé à être sollicités, de plus en plus, par l’ensemble de la population migrante à partir du moment où le passage est devenu plus difficile.

62Jusqu’aux années 1980, la traversée de la frontière a surtout consisté à suivre le passeur et à obéir à ses indications, mais les mesures de lutte contre la migration ont progressivement réduit la portée de son savoir-faire et l’ont obligé à se lier avec d’autres intermédiaires et avec des autorités corruptibles. Le passeur autodidacte et indépendant a progressivement fait place à des filières de passage clandestin regroupant rabatteurs, chauffeurs, policiers, agents de migration, cuisiniers, hébergeurs, citoyens mexicains, citoyens états-uniens, etc. Ces réseaux sont devenus très vastes, très souples, hautement spécialisés et hiérarchisés, chaque acteur disposant d’aptitudes techniques et d’une mobilité particulière dans un segment précis de l’espace migratoire. Jadis, le passeur empochait quasiment tout l’argent payé par les migrants, désormais cet argent s’écoule entre les différents maillons des filières pour payer la logistique du voyage et les commissions qui se répartissent en fonction de la position et du rôle de chaque intermédiaire.

63Mais plus les contrôles aux frontières ont été renforcés, plus le pouvoir des passeurs a été limité, et plus ces derniers ont dû se lier aux réseaux les plus puissants des économies souterraines, qui avaient d’ailleurs commencé à phagocyter leur activité. C’est ainsi que les filières de passage se sont retrouvées encastrées aux grands groupes du crime organisé qui contrôlaient les espaces des circulations clandestines et transfrontalières vers les États-Unis, jusqu’à ne plus être que des rabatteurs ou des convoyeurs. Ce rapprochement a eu lieu parce que seul le crime organisé a fini par disposer des moyens pour percer la frontière et pour corrompre les autorités, de gré ou de force.

Cartels : maîtres et seigneurs de la frontière

  • 46 La lutte contre les cartels colombiens menée par Washington à la fin des années 1980 dans les régio (...)

64La relation entre le trafic de migrants et le trafic de drogue est relativement ancienne. Migrants, passeurs et trafiquants de drogue partagent le même espace de transit, les mêmes frontières à traverser, et la même volonté de se mouvoir clandestinement dans un territoire très fortement surveillé. Les premiers trafiquants de marijuana étaient souvent d’anciens migrants clandestins rompus à la frontière ou d’anciens passeurs qui, peu à peu, ont mis leur expérience au service d’un trafic beaucoup plus lucratif. Pendant quelque quarante ans, passeurs et narcotrafiquants ont mené leurs activités de manière parallèle, en se mélangeant relativement peu et avec des intérêts distincts, mais c’est à partir du début des années 2000 qu’ils se sont rapprochés dans les lieux de transit qui s’étaient resserrés, du fait la guerre menée par les gouvernements de Washington et de Mexico contre le trafic de drogue46.

65Au Mexique, à partir de 2006, l’attaque frontale contre les cartels a redéfini le fonctionnement et la réalité du crime organisé dans le pays. Pour répondre aux assauts de l’État, les cartels se sont mis à constituer des groupes paramilitaires et à niveler leur armement sur celui de l’armée. Ils ont commencé à recruter massivement dans la population jeune et marginale de la région pour l’armer, l’entraîner et l’incorporer dans des cellules criminelles, en l’intégrant dans leur hiérarchie. L’ouverture de fronts de bataille dans les espaces disputés à l’État et aux cartels rivaux a poussé chaque groupe à exercer un contrôle total dans chaque territoire au niveau local, en instaurant un régime de peur ou de terreur. Ces territoires ont souvent dû être conquis et maîtrisés par des cliques travaillant pour un cartel au nom duquel ils contrôlaient telle route, telle activité, telle municipalité, telle région.

66Pendant ce temps, la guerre menée par l’État, en amont, contre les structures financières des cartels a eu pour effet de rendre plus autonomes certaines cellules qui, faute de fluidité des financements, ont été poussées d’elles-mêmes, ou incitées par leur hiérarchie, à diversifier leurs activités, à la fois comme un moyen d’assurer leur fonctionnement, de financer le cartel et de renforcer leur pouvoir. Les différents cartels ont ainsi commencé à prendre un contrôle total de l’économie souterraine du Mexique, en s’arrogeant le monopole des activités illégales, mais aussi, progressivement, de certaines activités légales. Selon les mots mêmes du président mexicain Felipe Calderón, les cartels sont devenus un État parallèle :

  • 47 Excélsior (17/04/2012).

Dans la vieille théorie du droit étatique, on définissait l’État par sa valeur de monopole : il avait le monopole de la loi, le monopole de l’impôt et le monopole de la force, mais maintenant ces messieurs arrivent quelque part et ils disputent le monopole de la force de l’État, mettent leurs moyens et imposent leur propre loi, et finalement ils font payer leur droit de péage qui est comme un impôt que l’État ne recevra pas ; c’est un État parallèle47.

67Et cet État parallèle s’est emparé du marché gigantesque du passage clandestin de la frontière, comme l’expliquerait Javier, un ancien passeur de Tijuana :

Avant j’emmenais des gens vers l’autre côté. Mais il y a quatre ans je me suis retiré parce que maintenant ce sont les narcos* qui contrôlent tout, et c’est à eux qu’il faut rendre des comptes. Moi j’aimais mon métier, pour les gens surtout, je les emmenais, je m’assurais qu’ils arrivent bien. Mais avec les narcos, c’est eux qui imposent leurs règles : combien de personnes, quel tarif, par où, et ils vous obligent à bouger aussi de la drogue. Et puis ils font ce qu’ils veulent avec les migrants, et là c’est plus possible. Maintenant, c’est la loi du narco.

  • 48 Le gouvernement mexicain a uniquement reconnu la version du recrutement forcé auxquels les migrants (...)

68Pour les cartels, les migrants sont devenus une marchandise comme une autre. Dans le jargon des passeurs s’est même développé le terme mover migrantes – « bouger des migrants » – comme on disait jadis mover mota, pour dire que l’on transportait de la marijuana (Alonso 2010). Mais l’expression tumbar migrantes est aussi apparue, comme on disait tumbar cocaïna, pour notifier quand un commando ravissait la cargaison d’un autre (Martínez 2010). Pour le crime organisé, les migrants sont devenus un bien pouvant être volé, échangé, vendu ou détruit. Fin août 2010, les médias du monde entier ont découvert avec terreur le récit d’un jeune Équatorien qui affirmait avoir survécu au massacre de son groupe de 74 migrants par une clique du cartel des Zetas à San Fernando, Tamaulipas. Avant de tirer sur les migrants alignés le long d’un mur, les sicaires ont proposé à celles et ceux qui voudraient survivre de rejoindre leurs rangs, mais personne ne s’étant manifesté, ils ont tiré à la mitrailleuse sur les 60 hommes et 14 femmes. Une fois les Zetas partis, l’Équatorien et un Hondurien, qui avaient été laissés pour morts, se sont relevés d’entre les cadavres, ont marché longtemps, et sont tombés par hasard sur une patrouille de militaires qui les a pris en charge48.

  • 49 Président Calderón (2011).
  • 50 La Jornada (10/05/2011).
  • 51 Voir Farah (2007) ; CNDH (2011) ; Farah (2012).

69Ce degré de violence et d’horreur a été atteint parce que le pouvoir des cartels a fini par déborder jusque dans les réseaux de la légalité et de l’autorité. Là se trouve la véritable force du crime organisé : avoir réussi à absorber des agents de la loi dans leurs organisations, car comme l’avouerait lui-même le président Calderón, le crime organisé avait « fait pourrir » certaines institutions du pays49. L’une des agences fédérales les plus touchées par ce fléau a été l’INM, dont certains agents, au lieu de placer les clandestins en procédure d’expulsion, ont commencé à les vendre aux Zetas, contre 400 dollars50. Les Zetas avaient fait de la prise d’otages de Centraméricains une diversification extrêmement rentable, en mettant les moyens du cartel, ses armes, ses réseaux, ses systèmes de télécommunication, son monde d’organisation et sa terreur au service d’une « industrie de la prise d’otages de clandestins » qui s’élèverait, depuis 2009, d’après l’organisme national des droits de l’homme du Mexique, à plus de 20 000 victimes par an, dont une partie est assassinée51.

70Dans la prise d’otage, le crime organisé utilise la relation d’engagement entre l’otage et ses proches se trouvant aux États-Unis pour tirer la ressource économique maximale du capital social, par la torture et la mise à mort. Ces prises d’otage collectives assurent des revenus colossaux aux cartels qui, en une rafle, peuvent s’emparer de plus d’une centaine de migrants, pour exiger une rançon de 2 000 à 5 000 dollars par tête et recevoir ainsi, en deux ou trois jours, plus de 400 000 dollars qui arriveront par les canaux habituels de transfert express d’argent.

  • 52 Voir Frontline/World (2008) ; The New York Times (27/05/2008) ; La Jornada (17/05/2012).
  • 53 Dans une vidéo sordide postée sur YouTube par un cartel rival, les membres d’une cellule opérant le (...)

71Le pouvoir des cartels a aussi pénétré les agences locales et fédérales aux États-Unis, parvenant à infiltrer les structures migratoires, douanières et policières pour s’ouvrir la frontière à leur manière. En 2005, 31 agents de la Customs and Border Protection ont été arrêtés pour complicité avec le crime organisé, mais trois ans plus tard, ils étaient 71. Au total, entre 2004 et 2011, 138 agents de la CBP ont été écroués, accusés de travailler pour les cartels ou pour des filières de passeurs52. Le crime organisé a ainsi formé une immense économie souterraine dont les tentacules débordent dans la légalité tout en contrôlant d’une main de fer l’illégalité, et où les migrants en transit sont devenus le butin le plus facile et le plus rentable, exploité d’une manière extrêmement méthodique53.

La déshumanisation du passage clandestin

Déclin du capital culturel de la migration

72La frontière du xxie siècle a déclenché le processus qui a rendu caduc ou inefficace le pouvoir de ceux qui savaient migrer de manière autonome, en même temps qu’elle a rendu plus nécessaire le recours aux intermédiaires du passage clandestin et qu’elle a poussé ces derniers à s’intégrer aux réseaux du crime organisé. Au fond, les mesures de lutte contre la migration ont érodé ce que l’anthropologue Guillermo Alonso désigne comme le capital culturel du flux migratoire (Alonso 2006). La frontière est devenue de plus en plus difficile à traverser, la connaissance des passeurs est devenue très localisée, et de toutes les manières, les espaces ont fini par tomber sous l’emprise totale des cartels. Les migrants de jadis, vivant entre leur pays d’origine et leur pays de destination, accumulant à chaque voyage l’expérience par laquelle ils apprenaient à traverser la frontière et partageaient leur savoir-faire au sein de leur réseau, ont commencé à disparaître.

73La semi-ouverture de la frontière états-unienne pendant les années 1960-2000 avait permis que se constitue un capital culturel de la traversée de la frontière sud des États-Unis, et c’est dans celui-ci qu’ont puisé trois générations de migrants. Pendant près de quatre décennies, les immigrants avaient fini par développer des techniques pour contourner la frontière en transformant le capital culturel en un capital de mobilité qui allait se diffusant progressivement, depuis le nord du Mexique jusqu’au Nicaragua, au fil du hasard des rencontres entre migrants. Pendant toute cette période, les migrants savaient souvent qu’il est préférable de prendre avec soi de l’eau de source pour traverser le désert, plutot que de l’eau purifiée – beaucoup plus faible en minéraux de réhydratation (Alonso 2006). Ils connaissaient mieux les directions, et savaient l’importance de se repérer dans l’espace, de choisir la bonne saison pour le voyage, d’investir dans de bonnes bottes pour les longues marches, en les assouplissant avant le départ, pour éviter les ampoules qui ne manqueraient pas de devenir des blessures purulentes et handicapantes.

74Les migrants centraméricains avaient aussi développé un capital culturel particulier pour traverser le Mexique : ils avaient appris à trouver les meilleures routes vers le nord, à identifier les transports adéquats, à comprendre la circulation des trains de marchandises, à se lier avec les autorités corruptibles et à négocier avec elles, et surtout, à essayer de se faire passer pour des Mexicains en imitant l’accent ou les usages stéréotypés du pays. Mais avec le renforcement de la frontière, le capital culturel du passage clandestin a peu à peu perdu son sens et son efficacité.

75Depuis le milieu des années 2000, les migrants qui veulent maximiser leurs chances de réussite doivent déléguer leur mobilité à des filières de passage de clandestins qui font circuler les informations par téléphone portable et radios haute fréquence. Les passeurs ont cessé d’être le réceptacle de l’expérience directe et dynamique de la frontière, pour devenir des maillons de réseaux du crime organisé transnational. Jusqu’alors, le capital culturel de la migration permettait aux migrants de prévoir et d’anticiper pendant leur traversée, mais la frontière du xxie siècle a rendu inefficace et futile toute prévision. En fait, lorsque l’obstacle à contourner était un être humain investi par la loi, la stratégie de passage restait à échelle humaine ; lorsque l’obstacle est devenu un immense système high-tech secondé par d’importants moyens en personnel, le passage clandestin a aussi dû changer d’échelle pour former des structures transnationales en réseau de manière à accumuler les moyens économiques, techniques et psychologiques permettant de forcer cette frontière. Pour les migrants, le passage s’est alors joué, de plus en plus, sur la possession de capital social et de capital de mobilité, mais aussi sur la disposition d’une nécessaire résistance physique et psychologique face aux événements et face à l’imprévisible.

Déclin de l’efficacité du lien social anti-utilitaire pendant la traversée

  • 54 Voir CIDE (2011).

76Avant le renforcement actuel des frontières du Mexique et des États-Unis, il était encore possible, et relativement banal, que les migrants réussissent à traverser grâce aux multiples liens gratuits qu’ils nouaient et dénouaient pendant leur voyage, et qui leur fournissaient les informations ou les ressources dont ils avaient besoin dans leur mobilité. Mais, avec la complexification de la frontière, ces liens sont devenus inefficaces. En premier lieu, les comportements solidaires spontanés avec les migrants en transit sont devenus plus rares de la part des populations locales qui ont souvent été dissuadées par les autorités ou par les délinquants. De plus, en réprouvant publiquement la migration centraméricaine en transit, l’État mexicain a contribué à construire l’image d’immigrants délinquants, exacerbant les sentiments xénophobes et la stigmatisation à leur encontre54. Les initiatives comme les Casas del Migrante ou le mouvement des Patronas ont vu la portée de leur action se concentrer à un niveau strictement local, en devant, dans bien des cas, affronter au quotidien la grogne des habitants du lieu, qui ont parfois tenté de lyncher des migrants en transit, accusés arbitrairement de quelque crime. Les Grupos Beta, ces équipes à la chemise orange mises en place par l’INM dans les années 1990 pour venir en aide aux migrants nationaux et étrangers dans les zones à risque, sont aussi devenus impuissants face aux cartels ou à leurs collègues véreux de l’INM.

77Le développement de la délinquance et du crime organisé dans l’espace de passage a aussi eu pour effet de faire diminuer la fréquence et l’intensité des comportements solidaires entre migrants. L’industrie de la prise d’otages des clandestins a favorisé une méfiance généralisée, minimisant la prise de risque et l’engagement pour autrui, a fortiori un inconnu. Plus encore, le pouvoir des agresseurs est devenu tel que tout geste de soutien à un migrant agressé est devenu susceptible d’être réprimé dans le sang. À quoi s’expose un migrant venu en défense d’un autre migrant agressé par des paysans avec une machette ? À subir le même sort que lui, car dans la plupart des cas les délinquants sont beaucoup plus puissants. Que peut faire aujourd’hui un migrant ou un villageois local lorsqu’il voit une clique des Zetas rafler un groupe de Centraméricains ? La moindre réaction signifierait la mise à mort rapide du témoin.

78L’espace du passage est devenu de plus en plus le lieu du non-engagement. Jadis, partir avec des proches était une stratégie pour parer aux mauvaises rencontres, mais à partir de 2008, les migrants ont commencé, de plus en plus, à vouloir partir seuls, en préférant voyager avec des migrants rencontrés sur la route avec qui ils seraient liés faiblement et qu’ils pourraient quitter à tout moment. C’est ce qu’explique Alfredo au refuge pour migrants à Ciudad Guatemala :

Si tu es avec ta sœur ou ton fils et qu’il se fait prendre par la Migra ou par des Zetas, tu ne pourras rien faire. C’est pour ça que maintenant c’est mieux de voyager seul, parce que si tu es tout seul, tu peux même te cacher derrière un poteau.

79Hier comme aujourd’hui, les migrants clandestins traversent grâce aux liens sociaux noués avant et pendant la mobilité, mais la différence tient au fait qu’auparavant, les liens d’engagement et à forte réciprocité étaient les plus efficaces. Désormais, leur efficacité est moindre dans un espace structuré autour de relations de domination et de liens marchands dans une immense économie souterraine contrôlée et saturée par la violence et la délinquance. Et dans cette surenchère de risques et de dangers, les tarifs du passage clandestin, eux aussi, n’ont cessé d’augmenter.

Explosion des tarifs du passage clandestin et renforcement des inégalités

80Les tarifs du passage s’ajustent de manière régulière aux risques du voyage : plus les passeurs sont exposés à des risques pénaux, plus ils augmentent leurs tarifs ; et plus la frontière est difficile et complexe à traverser, plus ils font payer les migrants. L’emprise du marché de passage de clandestins par les cartels a aussi eu un effet démultiplicateur sur le prix de la traversée, car si le crime organisé était habitué à brasser des millions de dollars avec le trafic de cocaïne, il comptait pouvoir en brasser autant avec celui des migrants. La frontière du xxie siècle a ainsi permis d’obtenir des centaines de millions de dollars par an – sinon des milliards – aux groupes criminels contrôlant la traversée clandestine de la frontière.

81La nécessité des intermédiaires et leur incorporation à des réseaux plus larges ont engendré un alignement général du prix du passage en fonction des lieux de traversée et du pays d’origine des clandestins. En 2005, un passeur de La Mesilla expliquait que, s’il avait de la chance, sur les 5 000 dollars que lui donnait chaque migrant centraméricain, il en garderait 700, et que s’il avait moins de chance, il en garderait 300. Le reste de l’argent partait dans les paiements aux agents de l’INM et à la police, et dans la logistique. La part qui lui revenait oscillait ainsi entre 6 et 14 %, mais il assurait que dix ans plus tôt, il gardait généralement la moitié de l’argent que payaient les migrants. En 2010, le tarif était passé à 7 000 dollars, et sa marge avait certainement continué à diminuer.

82Si auparavant, la somme payée était surtout destinée au passeur, aux frais du voyage et à quelques dessous-de-table, les nouveaux tarifs ont dû couvrir désormais la multitude d’acteurs appartenant au réseau de passage (agents de l’autorité, autres passeurs, personnel logistique, paiement de l’impôt au cartel, etc.). Cette complexification de la traversée a déclenché une inflation du prix du passage, représentée sur la figure 14, mais de manière non exhaustive et sans ajustement à l’inflation ni aux dévaluations.

83L’augmentation des tarifs de passage a fini par se trouver dans un complet décalage avec la réalité économique des lieux d’origine des migrants. En 2010, le prix intégral d’un voyage avec passeur pour un migrant guatémaltèque représentait l’équivalent de huit cent cinquante journées de travail d’un journalier agricole payé au salaire minimum. L’envol des prix des passeurs a créé une profonde fracture au sein de la population migrante, entre ceux qui peuvent obtenir les moyens requis pour payer l’intégralité du tarif, ceux qui ne peuvent en assumer qu’une partie, et ceux qui ne peuvent pas les assumer. La frontière cristallise et exacerbe les inégalités entre migrants : la partie du flux disposant de niveaux élevés de capital social peut passer par les lieux a priori plus sûrs et le reste du flux doit traverser par des endroits a priori synonymes de davantage de dangers et d’incertitudes.

Figure 14. Évolution du prix du voyage clandestin avec passeurs (1960-2010)

Figure 14. Évolution du prix du voyage clandestin avec passeurs (1960-2010)
  • 55 Sources : années 1960 : Bustamante 1997 ; 1974 : Besserer 1999 ; 1978 : Cornelius 1978 ; 1986 : Lop (...)

Source : divers55

84À cette inégalité économique et sociale s’ajoute celle liée à la différence de tarif exigé en fonction du pays d’origine du migrant et par laquelle les Centraméricains doivent payer davantage que les Mexicains. En juillet 2009, la traversée par Altar-Arizona coûtait 2 500 dollars à un Centraméricain contre 1 500 à un Mexicain. L’explication de la différence de 1 000 dollars pour le même trajet doit se chercher dans les conséquences de l’appréhension du migrant par la Border Patrol : le Mexicain est renvoyé à la frontière et pourra retenter la traversée le lendemain, tandis que le Centraméricain est renvoyé dans son pays d’origine et doit refaire le voyage depuis le début. Une règle demeure implacable dans les économies souterraines : plus le migrant risque de perdre, plus il doit payer.

85La frontière a eu un autre effet : à partir du moment où un tarif du passage clandestin a été fixé, les délinquants contrôlant ces territoires ont considéré que ce tarif était le prix réglementaire pouvant – et devant – être exigé à tout migrant clandestin en transit. Et si le migrant n’avait pas pu payer ce tarif avant son voyage, les cliques du crime organisé allaient se charger de le faire payer quand même, par l’agression, le vol, la prise d’otage, la torture et éventuellement la mort. Si le crime organisé n’avait pas pu faire payer les proches du migrant avant le voyage, il allait essayer de se payer sur lui pendant le voyage, et moins le migrant aurait de capital social pour payer sa rançon, plus il serait torturé ou tué, car si le migrant ne pouvait pas payer, il payerait quand même d’une quelconque manière.

Capital social et réseau social dans le voyage clandestin

86Celui qui peut assumer le tarif de passage maximise, en principe, ses chances de réussite et s’expose, a priori, à moins de risques pendant la traversée, car son réseau social aura payé à l’avance. Celui qui n’a pas pu assumer les tarifs des passeurs doit s’ouvrir la route par lui-même en payant les multiples « droits de passage » qui s’imposeront à lui au fur et à mesure qu’il avance. Mais le capital social et l’action en réseau ont leurs limites. Les économies souterraines de la frontière sont régies par d’incessantes luttes de pouvoir et par un arbitraire absolu qui peut s’imposer à chacun. Au risque de tautologie, on peut dire que, dans les marges de la frontière, le capital social protège « tant qu’il protège », mais quand l’arbitraire survient, ou que le rapport de force s’altère, le migrant se retrouve entre les mains d’autres acteurs. Les uns placeront en procédure d’expulsion, les autres le laisseront passer après un paiement en espèces ou en nature, les autres assouviront sur lui, dans le sang, leurs pulsions de vie ou de mort.

87La surdétermination du capital social agit dans l’espace en plaçant les acteurs dans des sortes de chenaux du passage clandestin sur lesquels les réseaux migratoires n’ont plus tellement prise au moment du voyage. Le migrant peut éventuellement avoir une certaine marge pour choisir un passeur, mais il n’a pratiquement aucun moyen de savoir quelle est la qualité des relations de celui-ci avec les cartels ou avec les autorités : les migrants passent par la route que leurs ressources leur auront ouverte. Riches ou pauvres, les migrants ne choisissent plus leur itinéraire, ils ne choisissent pas plus d’entrer par Altar que par Reynosa ou Tijuana, pas plus qu’ils ne choisissent de traverser le Mexique sur un train ou dans un immense container. Les migrants passent par où leur réseau social les a placés avant le départ, et où ils seront confrontés à des réseaux de passeurs, de délinquants ou de solidarité. Le migrant clandestin ne choisit pas son voyage, c’est son voyage qui se déroule sous ses pas en même temps qu’il se manifeste à lui.

88Et l’arbitraire agit à un autre niveau encore. Les cartels étant devenus maîtres du passage clandestin de la frontière, ils s’en considèrent les propriétaires et le gèrent selon leurs intérêts. Or, pour eux, il sera toujours bien plus lucratif, et beaucoup moins voyant, de faire entrer aux États-Unis une importante cargaison de drogue qu’un groupe de clandestins. La migration reste pour les cartels une diversification de complément. Dans ce réalisme pragmatique, la priorité ira toujours à la rentabilité économique et aux impératifs stratégiques. C’est pour cela que les cartels, contrôlant à la fois trafic de clandestins et trafic de drogue, ont tendance, dès que leurs intérêts l’exigent, à utiliser les clandestins comme appât pour concentrer les autorités sur un tronçon de la frontière, afin de faire entrer les chargements de drogue par un segment qu’ils savent être resté sans surveillance.

Les grandes illusions du contrôle des flux migratoires

L’illusion de la prise directe sur le flux

  • 56 Sur la persistance des flux migratoires à travers les frontières, cf. parmi de nombreux travaux Cal (...)

89L’objectif affirmé du système de frontière mexicano-états-unien est de stopper les flux de migrants clandestins, de drogue, et le terrorisme. Les États engagés dans ce contrôle s’efforcent de donner l’image d’une frontière hermétique et hygiénique, mais, comme nous l’avons vu aux chapitres précédents, et comme toutes les études scientifiques sur la migration le démontrent, les hommes en société créent systématiquement des dispositifs sociaux, économiques et matériels pour essayer de contourner chaque obstacle à leur mobilité56. Si les migrants ne peuvent pas circuler par les espaces réguliers, ils tenteront de traverser par les espaces irréguliers. Or, toute muraille finit par permettre le passage à un certain moment et à un certain endroit ; c’est en quelque sorte une règle propre au vivant, et jusqu’à présent, aucune étude sérieuse n’a encore pu démontrer que le renforcement draconien des frontières empêche réellement l’entrée des migrants dans un territoire.

  • 57 Pour un résumé de l’évolution des différents programmes et phases pilotes de contrôle de la frontiè (...)
  • 58 Sur ces points, voir (INM 2005 ; WkCable Embassy Mexico (28/01/2008).

90Depuis les années 1990, la frontière entre le Mexique et les États-Unis a connu une multitude d’opérations d’envergure qui ont visé à contrôler et à sécuriser des tronçons spécifiques de la frontière. Certaines mesures étaient des phases pilotes aux noms évocateurs tels que Hold the line, « Respectez la ligne », à El Paso en 1993, ou Gatekeeper, « Gardien du portail », en 1994 à San Diego. Dans les années 2000, deux initiatives ont été développées sur l’ensemble de la frontière : le Secure Fence Act, l’« Acte de sécurisation de la clôture », de 2006 et la Secure Border Initiative, l’« Initiative de la frontière sûre », en 200757. Au Mexique, les programmes gouvernementaux de lutte contre la migration clandestine ont véritablement commencé à partir des années 2000, d’abord avec le Plan Sur, « le Plan sud », mis en place en 2001 dans l’isthme de Tehuantepec, qui s’est complété, à partir de 2003, avec le renforcement des délégations régionales de l’INM, avant d’être incorporés en 2008 à l’Initiative Mérida58.

91La petite localité de Los Peñascos décrite dans la première partie de ce livre est un clair exemple, à l’échelle locale, de la manière dont se comporte le flux migratoire face aux renforcements du système frontalier. Le flux migratoire s’est maintenu malgré la frontière, car les migrants ont développé des stratégies en réseau permettant de traverser la frontière, en recourant, dans leur cas, aux passeurs. D’après le dernier recensement de Los Peñascos, jusqu’en janvier 2011, sur la trentaine de migrants du village qui auraient tenté le voyage, aucun n’avait encore été arrêté de manière définitive par la frontière sud des États-Unis, et huit migrants seulement avaient choisi de renoncer à leur voyage à force d’être interceptés au Mexique.

L’illusion de la dissuasion ou de la prise indirecte sur le flux

  • 59 Voir (INS 2000 : 7) ; BP (2014).

92Un autre objectif de ce système de frontière est de dissuader les candidats au départ d’effectuer leur voyage ou d’avancer plus avant dans la frontière. Cette dimension clé de la lutte contre la migration irrégulière peut se lire dans la volonté des gouvernements de présenter la traversée comme impossible, extrêmement difficile ou trop dangereuse, de manière à inciter les migrants à renoncer d’eux-mêmes à leur projet migratoire. À la frontière états-unienne, la Border Patrol a concentré des agents et des moyens technologiques en des endroits spécifiques du passage pour créer une « démonstration de force destinée à dissuader les passages clandestins », pour montrer – ou faire croire – aux migrants que toute tentative de passage serait « futile »59. Une partie de l’ambition avouée des contrôles frontaliers est donc de construire l’image d’une muraille infranchissable et périlleuse, en partant du principe que tout acteur rationnel aura tendance à abandonner son projet de migration s’il estime que les risques liés au voyage sont trop grands et que les possibilités de réussite sont infimes.

93La frontière posée comme espace de contention redirige le flux vers les espaces hors la loi où ont dégénéré des dynamiques de violence qui ciblent les migrants clandestins en transit. La frontière légale a engendré des espaces de passage illégal dans des milieux à risque où ont afflué délinquants ordinaires, autorités corrompues et crime organisé. Les candidats à la migration ont ainsi devant eux l’image d’une frontière légale fortement gardée par des agents de la loi, et celle d’une frontière perméable mais truffée de dangers. Tels sont les deux visages de la frontière pour les migrants : une frontière positive ou légale et une frontière négative ou illégale.

94D’après plusieurs câbles d’ambassade filtrés par WikiLeaks, les gouvernements mexicain et états-unien auraient une connaissance très précise de la situation d’horreur qui a fini par régir les marges de la frontière :

  • 60 WkCable Embassy Mexico (18/02/2010).

Calderón a manifesté sa préoccupation concernant les criminels qui emmènent les Guatémaltèques jusqu’à la frontière nord [du Mexique]. Ces trafiquants extorquent de l’argent aux migrants ayant des proches aux États-Unis, et tuent ceux qui n’en ont pas60.

95Les migrants ont eux aussi fini par connaître les dangers et la situation concrète de la route, comme le dit le père Pellizari, directeur du refuge pour migrants de Ciudad Guatemala et ancien responsable de ceux de Ciudad Juárez (Chihuahua) et de Nuevo Laredo (Tamaulipas) :

Au point où nous en sommes, je crois que [la majorité des migrants sont conscients des risques de la traversée]. Il se peut qu’ils se trompent sur les distances ou sur la faisabilité, mais il est indéniable qu’il y a dix ans le flux migratoire était beaucoup plus ignorant qu’il ne l’est aujourd’hui quant aux dangers. Maintenant, chaque migrant sait par où il passe, parce qu’il y en a beaucoup qui sont expulsés et cela a servi considérablement à ce que le réseau d’information des migrants devienne très efficace.

96Les migrants savent qu’en devenant clandestins au Mexique, ils s’exposent à d’innombrables périls, mais cela ne les fait pas renoncer à tenter leur traversée. Même ceux qui abandonnent en cours de route ne sont que rarement dissuadés de manière définitive, et tout retour volontaire porte souvent en germe la remise à plus tard d’un nouveau départ, dès que la route sera considérée faisable.

  • 61 Sur l’explication du gouvernement, voir Excélsior (27/07/2011) ; sur le massacre de San Fernando, v (...)

97Entre 2007 et 2011, le Mexique a vu s’effondrer le volume du flux migratoire centraméricain en transit de près de 70 %. Les autorités ont officiellement attribué cette baisse à trois causes : la situation de violence dont étaient victimes les migrants, la crise économique aux États-Unis et une plus grande efficacité des contrôles migratoires. Pourtant, en mai 2012, soit moins de deux ans après le massacre de 72 migrants par les Zetas à vingt kilomètres de la frontière du Texas à San Fernando (Tamaulipas), et quelques mois après la découverte d’un nouveau charnier de 193 corps anonymes dans le Tamaulipas, le journal La Jornada décrivait dans un long reportage un train de marchandises qui transportait plus de mille Centraméricains partant vers les États-Unis61. Ces migrants savaient – ou confirmeraient très vite – qu’ils traverseraient par le territoire des Zetas. Cet exemple, parmi des centaines d’autres, prouve à quel point la migration est un flux soumis à sa propre temporalité, assimilant la variable de la situation à la frontière, mais non de manière mécanique ou rationnelle : la frontière a prise sur l’espace, pas sur le temps. Les migrants dissuadés à un moment donné inscrivent leur expérience dans une temporalité plus large : à l’impossibilité du passage au présent, ils répondent par une possibilité de passage au futur.

L’enrayage de la circularité du flux

  • 62 Cf. pour le cas mexicain la démonstration de Massey et al. (2009).

98Le système de frontières ne stoppe pas le flux migratoire, il l’enraye. De nombreux travaux montrent que l’effet immédiat de la frontière n’est pas d’empêcher les migrants d’arriver sur le lieu de destination, mais de repartir dans leur pays d’origine62. La frontière crée des contingents d’immigrés clandestins qui remettent régulièrement à plus tard leur retour et qui finissent par s’établir dans le pays d’immigration. Leur logique résulte d’un calcul simple : si les coûts et les risques de la traversée des frontières sont élevés, toute migration pendulaire devient impensable, et le projet migratoire doit alors se réduire à tenter de tirer le profit maximal du séjour en cours, quitte à décaler sans cesse la date d’un retour. Les immigrants ont tendance à ajourner leur retour au pays, redoutant que la frontière ne se ferme derrière eux, et que leur séjour présent ne soit le dernier.

99Dans les années 1970, les migrants mexicains du nord-ouest du pays partaient généralement pour une durée de six mois avant de revenir chez eux (Bustamante 1997). Dans les années 2000, dans les régions plus au sud, comme le Veracruz, où la pratique migratoire vers les États-Unis est plus récente, les migrants pensaient partir initialement, en moyenne, pour deux ans (Del Rey & Quesnel 2004). Au milieu des années 2000, la plupart des migrants d’Amérique centrale disaient d’emblée partir pour quelque trois années. Au début des années 2010, les migrants centraméricains annonçaient souvent revenir cinq ans plus tard. Il existe une corrélation immédiate entre les coûts et les risques du voyage, la durée prévue du séjour, et la prédisposition à son allongement. Or, plus les migrants restent longtemps dans le pays d’immigration, plus ils s’habituent à y vivre et, par une logique humaine élémentaire, finissent par choisir de s’y établir durablement et d’y fonder une famille. La frontière accélère le processus migratoire en provoquant l’installation durable des migrants qui étaient mobiles (Wihtol de Wenden 1999) ; elle ne dissuade ni d’aller ni d’entrer aux États-Unis, elle dissuade d’en sortir.

L’économie et la démographie, « origine et fin » de la migration de travail

  • 63 La Jornada (23/09/2012).

100La frontière n’a pas une prise réelle sur les flux migratoires, pour la simple raison que ceux-ci résultent de la conjonction des deux variables fondamentales qui régissent l’évolution de tout groupe humain : l’économie et la démographie. Pour reprendre un éditorial du sociologue Jorge Durand dans le journal La Jornada, où il écrivait que « la crise est l’origine et la fin de la migration63 », on peut dire que l’économie et la démographie le sont à une autre échelle. La crise a prise sur une population donnée aux caractéristiques démographiques particulières, et s’abat de différentes manières selon le niveau de richesse, les classes d’âge et les secteurs d’activité. Toute crise, qu’elle soit financière, politique, sociale ou environnementale, a une dimension économique où se jouent la survie et la reproduction d’un groupe, qui réagit par la migration.

101Quand on demande aux migrants centraméricains pourquoi ils partent aux États-Unis, la plupart répondent à un moment donné : « parce que là-bas il y a du travail ». Cette assertion suppose que – comme partout dans le monde – il existe une population active volatile insuffisamment intégrée dans une économie locale et qui est disposée à partir travailler dans une économie au marché de l’emploi jugé plus prometteur. Ce facteur d’expulsion a aussi sa réciproque, puisque sitôt que le lieu de promesses cesse d’en offrir, les migrants repartent ailleurs ou s’en retournent dans leur pays d’origine.

102Si, entre 2007 et 2010, les trains de marchandises du Tabasco n’ont plus porté des milliers de migrants centraméricains, si les auberges d’Altar sont devenues désertes et si les saisies de migrants par la BP et l’INM ont baissé, c’est surtout parce que des files impressionnantes de clandestins journaliers mexicains et centraméricains désœuvrés avaient commencé à se former dans les corners des États-Unis : il n’y avait plus de travail pour les migrants. L’économie s’était effondrée, les effets de la crise de la bulle immobilière avaient ravagé le pays et l’avaient plongé dans un cercle vicieux de crise de la consommation et de crise de la production qui avait raréfié le travail dans l’industrie, dans l’agriculture et chez les particuliers. S’est alors activée l’une des raisons d’être de l’institution du travailleur clandestin, « fusible » de l’économie états-unienne (De Genova, 2005), et les migrants ont été les premiers à être mis massivement au chômage.

103À La Nouvelle-Orléans, l’une des villes ayant probablement attiré le plus de migrants centraméricains entre 2005 et 2008, les travailleurs ont commencé à former de vastes groupements à l’extérieur des grandes enseignes de la construction, attendant, sans trop d’espoir, la venue d’un recruteur. La plupart n’avaient pas travaillé un seul jour depuis trois, voire six mois, et pour eux, vivre sans travail signifiait des dépenses pour l’entretien et la subsistance sans la moindre rentrée d’argent. Pour beaucoup, les dettes sont devenues vertigineuses, et un grand nombre a commencé à puiser dans les économies envoyées dans leur pays d’origine pendant les années travaillées.

104En juin 2008, le propriétaire de la principale agence de la Western Union, dans la ville frontalière de Camojá au Guatemala, expliquait que sa boutique avait commencé à envoyer plus d’argent aux États-Unis qu’elle n’en recevait : les dollars retournaient aux États-Unis. Et lorsque les migrants considéraient que la situation était devenue insoutenable, ils repartaient en Amérique centrale où ils avaient au moins – le plus souvent – couvert et logement assurés, et où la plupart avaient déjà amassé un pécule. Les réseaux migratoires ont très vite fait circuler l’information quant à la réalité de la situation aux États-Unis, et ceux qui pensaient partir ont renoncé à leur voyage. À quoi bon se risquer dans une traversée à ce point périlleuse, coûteuse et difficile s’il n’y avait pas un travail de l’autre côté qui permettrait de rembourser les frais engagés et de rétribuer les sacrifices accomplis ? Sans travail, il n’y avait aucun sens à aller ni à rester aux États-Unis. C’est pour cela que le flux a diminué pendant ces années-là.

105Le flux migratoire s’aligne sur l’économie, non pas de manière immédiate, mais avec un laps de temps d’ajustement. Les saisies à la frontière sont un témoin primordial pour mesurer l’évolution des flux à partir de la pression aux frontières. Un exercice formel, et sans prétention d’analyse économétrique, peut consister à superposer la courbe des appréhensions réalisées par la BP et la courbe du taux de croissance du PIB des États-Unis (figure 15). Cet exercice, qui compare deux éléments sans relation a priori, permet de voir que le flux migratoire est subordonné à l’économie. Si l’on place les deux courbes sur la même échelle temporelle, on remarque la correspondance entre l’évolution des appréhensions à la frontière et l’évolution de la croissance du PIB à partir des années 1970. Quand l’économie est en croissance, les saisies à la frontière augmentent, quand l’économie est en décroissance, les saisies à la frontière diminuent. Cette correspondance entre les creux et les pics indique que, dès que les réseaux migratoires sont suffisamment structurés, la croissance engendre une augmentation de la pression aux frontières, et que la décroissance entraîne sa diminution. C’est au fond une question élémentaire : la croissance de l’économie appelle, requiert et attire des travailleurs faiblement qualifiés.

Figure 15. Pression à la frontière et croissance économique

Figure 15. Pression à la frontière et croissance économique

Source : BP (2011) ; BM (2014a)

106Mais toute crise est une perception relative. Quand elle survient, elle fait s’effondrer le flux migratoire, mais au fur et à mesure que les effets de la crise se résorbent et que la croissance reprend, le flux recommence. Or, dans les représentations des migrants, les États-Unis resteront encore, et pour longtemps, un lieu capable de leur donner un meilleur niveau de vie que celui auquel ils savent pouvoir aspirer en restant dans les économies fébriles d’Amérique centrale. En fait, les États-Unis ne cessent jamais d’attirer les migrants centraméricains, et la principale raison tient au lien migratoire avec le lieu d’origine, qui fait qu’avec ou sans crise, les migrants continuent à envoyer des milliards de dollars dans les foyers au pays.

  • 64 Seul le Nicaragua fait figure d’exception, recevant la moitié des remises de migrants depuis le Cos (...)

107Depuis les trois dernières décennies, les transferts d’argent de migrants – la majorité provenant des États-Unis – ont augmenté d’une manière constante (figure 16)64. En 1980, le montant total des transferts monétaires dans les quatre pays d’Amérique centrale a été de 77 millions de dollars ; il atteignait 548 millions en 1990, 3 milliards en l’an 2000, et 11 milliards en 2010. Ces transferts représentaient en moyenne 0,4 % du PIB des quatre pays en 1980, 2,8 % en 1990, 7,9 % en l’an 2000 et 14,1 % en 2010. C’est cette manne économique injectée, en continu, dans les régions appauvries d’Amérique centrale qui explique et permet le maintien du flux migratoire.

Figure 16. Évolution des transferts monétaires de migrants en Amérique centrale

Figure 16. Évolution des transferts monétaires de migrants en Amérique centrale

Source : BM (2014a)

108La crise qui s’est déclarée en 2007 a certes infléchi une réduction dans la croissance fulgurante des transferts d’argent qui restait constante depuis une décennie, mais n’a en aucune manière tari les envois réalisés par les millions de migrants travaillant dans des secteurs ayant été touchés de manière moins brutale par la crise. En fait, avec ou sans crise, l’économie états-unienne continue de compter sur ses millions de clandestins pour réaliser une infinité d’activités nécessaires à la subsistance, à la productivité et à la vie quotidienne de la première puissance mondiale et de ses plus de 315 millions d’habitants.

  • 65 Estimation de la BM (2014a).

109Quand s’arrêtera la migration clandestine d’Amérique centrale vers les États-Unis ? Dès que les pays d’Amérique centrale auront achevé leur transition démographique, que leur taux de natalité aura fortement diminué et que les jeunes actifs seront suffisamment intégrés dans les économies nationales. En somme, le flux se tarira dès que l’économie et la démographie ne feront plus partir la population. Mais à court terme, rien ne permet d’annoncer une diminution du flux migratoire, au contraire, tout indique qu’il augmentera. Par exemple, le Guatemala, avec 3,9 enfants par femme en 201365, a l’indice de fertilité le plus élevé du continent américain, et l’entrée en nuptialité parmi les plus précoces. Cette situation va engendrer une forte croissance de la population guatémaltèque au cours de la décennie à venir, le pays passant de 14 à 20 millions d’habitants d’ici 2025, dont une très grande partie n’aura, dans son imaginaire, qu’une seule possibilité d’avenir : le départ vers les États-Unis.

110La frontière qui se manifeste au migrant et qui est posée en barrage contre sa mobilité est une frontière de l’implacable. Deux logiques se font face : celle de la frontière et celle des acteurs migrants. Celles-ci coexistent d’une manière indépendante, relevant de réalités, de perceptions et d’imaginaires distincts. Mais ni la frontière intelligente, ni la frontière globale ne sont des membranes qui stoppent le mouvement migratoire, elles ne sont qu’un espace-temps dans lequel basculent les migrants et à partir duquel ils voient s’abattre sur eux une multitude de situations par lesquelles une force anonyme cherchera à tirer d’eux un profit ou à les expulser, et qu’eux tenteront de traverser.

111Sur quoi a prise cette frontière ? Elle a prise sur une condition d’acceptation de l’arbitraire par un acteur qui se sait en défaut vis-à-vis de la loi du pays qu’il traverse. La loi, pour l’acteur migrant, est synonyme d’échec du projet migratoire ; l’illégalité est synonyme de possibilité de sa réussite. C’est pour cela que le passage clandestin de la frontière est conçu, pensé et vécu par les migrants comme une phase temporaire et instrumentale. Cette persévérance dans la frontière a lieu parce qu’elle porte une promesse : la promesse d’atteindre l’espace de vie et de travail situé au-delà et dans lequel l’acteur pense amorcer sa propre transformation, car c’est là l’objectif fondamental de toute migration.

Notes

1 Grant, [1885] 2004 : 19.

2 « L’Européen quitte sa chaumière pour aller habiter les rivages transatlantiques, et l’Américain qui est né sur ces mêmes bords s’enfonce à son tour dans les solitudes de l’Amérique [du centre]. Ce double mouvement d’émigration ne s’arrête jamais : il commence au fond de l’Europe, il se continue sur le grand Océan, il se suit à travers les solitudes du Nouveau-Monde. Des millions d’hommes marchent à la fois vers le même point de l’horizon : leur langue, leur religion, leurs mœurs diffèrent, leur but est commun. On leur a dit que la fortune se trouvait quelque part vers l’ouest, et ils se rendent en hâte au-devant d’elle. » (Tocqueville 1840 : 187)

3 Un texte du Sénat de 1911 décrit explicitement ce projet : « Alors qu’ils ne sont pas facilement assimilés, cela n’a pas trop d’importance car la plupart d’entre eux retournent dans leur pays. Dans le cas du Mexicain, il est moins souhaitable en tant que citoyen qu’en tant que travailleur. » (Cité in Calavita 1994 : 58)

4 Sur ce point, voir l’article du New York Times (20/06/1920).

5 Pour une perspective historique du programme Bracero, voir Calavita (1994) ; Bustamante (1997) ; Durand & Massey (2003).

6 Dans sa définition minimale, l’institution est un ensemble de valeurs, de normes, de règles et d’usages partagés et respectés par un certain nombre d’individus. Voir Boudon et al. (1998).

7 En anglais : Federal Emergency Management Agency.

8 Pourcentages calculés sur l’US Census pour chaque année.

9 Sources : 1969 : Warren & Passel (1987) ; 1980-2000 : Passel (2006) ; 2008 : Passel & Cohn (2009).

10 Sur ce point voir la démonstration de Massey (2011).

11 Sur ce point, pour le cas français, voir le remarquable recueil de témoignages parus dans le livre La misère du monde dirigé par Pierre Bourdieu (1993).

12 « Il y a un peu plus d’un siècle, des écriteaux qui ont été appelé les “NINA signs”, et qui voulaient dire “Recrute : Irlandais s’abstenir” [No Irish Need Apply], n’étaient pas rares dans le pays. Allemands, Polonais, Italiens, Juifs, Chinois, Japonais, Mexicains et d’autres migrants ont dû faire face à la même discrimination à différents moments de notre histoire. Et quand les temps ont été difficiles, il a été bien trop facile, comme l’a dit le président Clinton, “d’en accuser l’immigrant”. » (Secretary Napolitano 2011)

13 Sur la politique de contrôle frontalier du gouvernement Obama, voir Secretary Napolitano (2011).

14 Le mot homeland invoque à la fois le référent spatial du territoire national et le référent symbolique de « la mère patrie ». Dans sa traduction officielle en espagnol, le DHS ne retient que la dimension nationale : Departamento de Seguridad Nacional.

15 Source : DHS (2012b), GPO (2011).

16 Voir Président Bush G. W. (2002) ; Secretary Napolitano (2011).

17 Sur la sécurité intérieure des États-Unis, voir Benítez Manaut (2005) ; Benítez Manaut & Rodríguez (2005) ; Koslowski (2005) ; Bigo et al. (2008) ; Hernández Joseph (2008) ; Bigo (2009).

18 WkCable Embassy Guatemala (27/12/2004).

19 En novembre 2010, WikiLeaks – une organisation à but non lucratif dédiée à la diffusion des fuites d’information et des lancements d’alertes au nom de la défense des libertés civiles – a commencé à filtrer plus de deux cents cinquante mille câbles d’ambassade provenant des services diplomatiques états-uniens. Ces câbles avaient été filtrés à WikiLeaks par un soldat de l’armée états-unienne, analyste en intelligence en poste en Irak, qui les avait soustraits des réseaux internet secrets du département de la Défense et du Secrétariat d’État, donnant lieu à l’affaire du Cablegate. Le soldat a été condamné en cour martiale à trente-cinq ans de réclusion pour différentes charges criminelles. Le gouvernement a tenté de limiter le séisme diplomatique produit par cette fuite massive sur les thèmes les plus sensibles de la politique extérieure des États-Unis, mais n’a pas démenti l’authenticité des câbles. La non-réfutation du gouvernement nous conduit à les considérer comme authentiques, mais nous utiliserons cependant le conditionnel pour les invoquer comme références, puisqu’ils proviennent tous d’une source indirecte en la matière du site internet de WikiLeaks : https://wikileaks.org/cablegate.html

20 Sur l’approche du risque potentiel, risk-based approach, voir DHS (2013b).

21 Voir BP (2012b).

22 Voir BP (2014).

23 Les expulsions – removals – indiquent une reconduite dans le pays d’origine après un ordre juridique d’expulsion. Ces chiffres n’incluent pas les returns qui consistent dans les retours volontaires des clandestins, qui ont atteint près de 230 000 événements en 2012.

24 Pour une histoire du Mexique qui insiste sur les relations complexes avec les États-Unis, cf. Aguayo (1998) ; Ayala Anguiano (2005) ; Wobeser (von) (2010) ; Zavala (2010).

25 Sur ce thème cf. Ai Camp (1995) ; Aragón (2011).

26 Voir Président Bush G. W. (2002).

27 « Contrairement aux relations avec les partenaires de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), il n’existe pas de protocoles formels en matière sécuritaire avec les nations d’Amérique centrale. » (WkCable Embassy Guatemala 27/12/2004).

28 Le financement direct des politiques de sécurisation des frontières serait attesté par un câble de l’ambassade à Mexico, dès 2008 : « Le coordinateur des relations internationales de l’INM a expliqué que l’Initiative Mérida allait allouer 31 millions de dollars au renforcement des contrôles migratoires. Jointe à l’augmentation de budget accordé par le gouvernement mexicain, cela représente une augmentation de 103 % du budget total de l’INM, avec un ciblage particulier sur la frontière sud du Mexique. » (WkCable Embassy Mexico 28/01/2008).

29 Voir El Universal (11/04/2013).

30 WkCable Embassy Mexico (26/02/2007).

31 WkCable Embassy Mexico (28/12/2009).

32 WkCable Embassy Mexico (21/01/2010).

33 WkCable Embassy Mexico (24/09/2009).

34 La Capitainerie générale du Guatemala était divisée en six entités territoriales : les provinces du Guatemala et du Costa Rica, et les intendances du Chiapas, du Salvador, du Comayagua (futur Honduras) et du León (futur Nicaragua).

35 Pour une analyse des relations entre le Mexique et l’Amérique centrale au cours du xxe siècle, voir Benítez Manaut & Fernández de Castro (2001). Pour un panorama historique des enjeux politiques et diplomatiques de la frontière sud du Mexique, voir Aguayo (1987) ; Castillo (1990) ; Bovin (1997) ; Monteforte Toledo (1997) ; Castillo et al. (2006) ; Ángeles Cruz (2010).

36 Le NORTHCOM est en charge du territoire formé par les pays membres de l’ALENA, le SOUTHCOM de celui couvrant l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud.

37 WkCable Embassy Mexico (26/02/2007).

38 WkCable Embassy Mexico (18/02/2010).

39 WkCable Embassy Mexico (24/02/2010).

40 1970-1999 : Castillo (2000) ; 2000-2011 : Casillas (2008) ; 2002-2011 : INM (2013). Les termes du registre des expulsions ont évolué au cours des décennies. Pour 1970-1999, on compte les deportaciones, expulsiones, devoluciones et rechazos de extranjeros no autorizados, pour 2000, les devoluciones et rechazos, et pour 2001-2011, les devoluciones.

41 Il ne faut cependant pas concevoir la notion de « couloir » d’une manière hermétique ni étanche, coupée de la réalité sociale du pays que traversent les migrants. Ces couloirs décrivent des axes de circulation à travers des régions qui sont la plupart du temps en proie à des niveaux d’insécurité et de violence extrêmement élevés, et où les populations locales sont fréquemment victimes de délinquants et d’autorités véreuses. Mais les assauts « fréquents » commis dans des espaces de régularité deviendront « systématiques » dans des couloirs de passage clandestin où les agresseurs attirés dans ces zones de non-droit auront une bien plus grande marge de manœuvre.

42 Sur les dangers de la traversée voir, parmi de nombreux travaux : Eschbach et al. (1999) ; Palencia & Kobrak (2000) ; Cornelius (2001) ; Ruiz (2001b, 2001a) ; Alonso (2006) ; Martínez (2010).

43 Sur ces différents points, voir El Universal (21/03/2009) ; Los Angeles Times (12/04/2012) ; The New York Times (22/06/2012).

44 Sur les aides de la société civile, voir, par exemple, le mouvement des Patronas dans le Veracruz, qui offrent de la nourriture aux migrants voyageant sur le train. Sur les refuges pour migrants, voir la liste fournie par l’ONG Sin Fronteras (2014).

45 Voir The New York Times (20/06/1920).

46 La lutte contre les cartels colombiens menée par Washington à la fin des années 1980 dans les régions de production de cocaïne a reconfiguré le pouvoir des cartels, et a déplacé l’enjeu du trafic et la marge bénéficiaire vers les cartels transitaires et distributeurs. Les cartels mexicains contrôlant la zone frontière et disposant des réseaux pour distribuer la cocaïne dans tout le territoire états-unien ont ainsi acquis rapidement une position de force dans le trafic mondial de stupéfiants.

47 Excélsior (17/04/2012).

48 Le gouvernement mexicain a uniquement reconnu la version du recrutement forcé auxquels les migrants se seraient refusés. Le lieutenant des Zetas de San Fernando arrêté par les autorités a déclaré pour sa part qu’ils ont assassiné le groupe parce qu’ils étaient des recrues du cartel rival. Cependant, d’après un passeur de La Mesilla, les Zetas ont massacré les migrants pour adresser un message aux passeurs qui voudraient faire traverser leur convoi par leur territoire sans payer l’impôt de passage exigé pour chaque migrant, ou en étant liés à des cartels rivaux.

49 Président Calderón (2011).

50 La Jornada (10/05/2011).

51 Voir Farah (2007) ; CNDH (2011) ; Farah (2012).

52 Voir Frontline/World (2008) ; The New York Times (27/05/2008) ; La Jornada (17/05/2012).

53 Dans une vidéo sordide postée sur YouTube par un cartel rival, les membres d’une cellule opérant le trafic de clandestins pour les Zetas à Cancún font des aveux, probablement avant leur mise à mort, en détaillant comment se répartit l’argent payé aux passeurs. Extraits : « Je suis agent de la police fédérale en poste à l’île de Cozumel, ma fonction est de vérifier tout le mouvement maritime. […] C’est moi qui m’occupe de recevoir les paiements pour chaque passeur qui entre : c’est 2 400 dollars pour chaque Cubain, et s’il y en a d’une autre nationalité c’est 800 dollars de plus. […] Pour les Chinois c’est 6 500 dollars. Je réunis l’argent et je le donne au Tío, on fait le bilan, et en fonction de ça on paye l’INM, la Police fédérale et les Zetas. »

54 Voir CIDE (2011).

55 Sources : années 1960 : Bustamante 1997 ; 1974 : Besserer 1999 ; 1978 : Cornelius 1978 ; 1986 : Lopez Castro 1986 ; 1991, 2009, 2012 : Enquêtes de terrain AA ; 1993, 1995, 1999, 2000, 2001 : Cornelius 2001 ; Migrantes. Revista de los misioneros de San Carlos, 1997.

56 Sur la persistance des flux migratoires à travers les frontières, cf. parmi de nombreux travaux Calavita (1994) ; Castles (2004a) ; Cornelius & Lewis (2007) ; Aragón (2008) ; Bennafla & Perraldi (2008) ; Bigo (2009) ; Massey et al. (2009) ; Tarrius (2010) ; Wihtol de Wenden (2014).

57 Pour un résumé de l’évolution des différents programmes et phases pilotes de contrôle de la frontière sud des États-Unis, voir Immigration Forum (2010).

58 Sur ces points, voir (INM 2005 ; WkCable Embassy Mexico (28/01/2008).

59 Voir (INS 2000 : 7) ; BP (2014).

60 WkCable Embassy Mexico (18/02/2010).

61 Sur l’explication du gouvernement, voir Excélsior (27/07/2011) ; sur le massacre de San Fernando, voir El Universal (25/08/2010), sur le charnier, voir El Universal (07/06/2011), pour un reportage sur ces train, voir La Jornada (12/05/2012).

62 Cf. pour le cas mexicain la démonstration de Massey et al. (2009).

63 La Jornada (23/09/2012).

64 Seul le Nicaragua fait figure d’exception, recevant la moitié des remises de migrants depuis le Costa Rica, l’autre moitié depuis les États-Unis. Voir BM (2014b).

65 Estimation de la BM (2014a).

Table des illustrations

Titre Figure 11. Évolution du stock migratoire clandestin aux États-Unis (1969-2008)
Crédits Sources diverses9
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Document 2. Éléments du système de détection de migrants à la frontière
Crédits CBP © (BP 2012a : 14)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 12. Expulsions des États-Unis (événements) (1971-2011)
Crédits Source : DHS (2013a)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 13. Expulsions du Mexique (événements) (1971-2011)
Crédits Source : divers40
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/125/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 14. Évolution du prix du voyage clandestin avec passeurs (1960-2010)
Crédits Source : divers55
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/125/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 15. Pression à la frontière et croissance économique
Crédits Source : BP (2011) ; BM (2014a)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/125/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 16. Évolution des transferts monétaires de migrants en Amérique centrale
Crédits Source : BM (2014a)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/125/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable