Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie d’une catastrophe

 | 
Sandrine Revet

Troisième partie. Pratiques et symboliques de la reconstruction

Chapitre 8. Reconstruire

Texte intégral

  • 1 Le terme de catastrophe est emprunté au grec « Katastrofè » (de kata : « vers le bas » et strephei (...)

1La catastrophe est un événement transformateur. Elle détruit, renverse, bouleverse l’ordre qui la précède1. À Vargas, les coulées de boue ont non seulement pour effet d’emporter toutes les constructions qui se trouvent sur leur trajet, mais, en déposant sur le Littoral des tonnes de sédiments, de pierres, d’arbres et de matériaux arrachés sur leur passage, elles transforment aussi la topographie des lieux. Après l’événement, et comme cela a toujours été le cas à chaque fois que la région a subi la violence de phénomènes naturels, la première préoccupation est de reconstruire.

2La reconstruction n’est pas une simple opération qui consisterait à « construire à nouveau », à relever ce qui est à terre. La notion même de reconstruction suppose aussi le fait de restructurer, de réorganiser, de donner une nouvelle forme. Aussi, la transformation amorcée par la catastrophe va-t-elle se poursuivre au cours de l’opération de reconstruction. À Vargas, la reconstruction prend des modalités différentes en fonction des acteurs. J’analyserai ces modalités en fonction des deux grandes logiques qui les animent.

3La première logique est celle du « vivre avec ». Elle conduit à intégrer les traces de la catastrophe, à s’adapter aux transformations que celle-ci a opérées et, dans une dynamique de continuité, à rétablir des cadres physiques permettant aux cadres sociaux et symboliques de se remettre en place. C’est la logique que suivent la majorité des habitants qui reviennent vivre à Vargas après la catastrophe. Nous l’analyserons en nous centrant plus particulièrement sur le cas de La Veguita.

4La deuxième logique est celle qui établit d’abord le diagnostic des défaillances ayant conduit à la catastrophe et qui, dans une dynamique de rupture, envisage de bâtir de nouveaux cadres physiques et de rompre avec certains cadres sociaux et symboliques existant pour en introduire de nouveaux. Cette logique de la rupture, conforme à celle qui est véhiculée par les bailleurs de fonds internationaux, est caractéristique des institutions qui planifient la reconstruction et de nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) qui œuvrent sur le terrain de la reconstruction.

5Si ces deux logiques sont représentatives des pratiques d’acteurs différents – les « habitants » d’une part, les « institutions » d’autre part –, elles opèrent pourtant sur les mêmes espaces. Nous analyserons donc comment elles se rencontrent et se confrontent.

Vivre avec, ou transformer dans la continuité

À La Veguita

6Les barrios, quartiers populaires et auto-construits qui ont été fortement touchés par les coulées de boue, ont souvent été, dans un premier temps au moins, remis en état par leurs habitants eux-mêmes. C’est le cas à La Veguita où ceux qui reviennent dès le mois de janvier s’organisent, de façon très précaire au début. Les premiers reviennent d’abord pour chercher quelques affaires, faire le bilan des dégâts dans leur maison, puis pour dégager un véhicule ou vider une pièce de la boue et, finalement, certains décident de se réinstaller.

  • 2 «Como la casa había quedado entera prácticamente y no me la tumbó, no me la derrumbó, no me le hiz (...)

Comme la maison était restée pratiquement entière et [que la catastrophe] ne me l’avait pas faite tomber, ne me l’avait pas abattue, rien de tout ça, ne me l’avait pas cassée, … alors je suis revenu au bout d’environ deux mois et j’ai commencé à sortir la terre, tiens ! À sortir la terre et tout, et à nettoyer et çà et là et alors quand j’ai vu que je pouvais sauver la maison, alors je l’ai nettoyée et je l’ai arrangée, je l’ai peinte, le sol, le truc, bon et puis je l’ai de nouveau habitée !2 (Juan)

7C’est un petit groupe d’habitants qui remet le quartier « en service » dans les premiers mois de 2000. Quand ils se remémorent cette période, ces téméraires utilisent des termes guerriers. Ils parlent de « lutte », d’« odyssée », de « chemin de croix ». Ils évoquent aussi – parfois non sans une certaine nostalgie – l’« organisation », l’« union » et la force de la « communauté ». Deux faits « héroïques » sont très souvent relatés : la réinstallation de l’eau et le branchement de l’électricité. L’eau a été ramenée par les hommes du quartier grâce à un système de captage installé dans la rivière à plusieurs kilomètres en amont. Alors que sur l’ensemble du Littoral, la distribution de l’eau s’est faite pendant presque toute l’année 2000 à l’aide des camions-citernes de l’aide humanitaire, les habitants de La Veguita, eux, la recevaient « au robinet » grâce à leur système. Quant à l’électricité, ils ont été la chercher en se « branchant » sur le poteau électrique le plus proche du quartier dès que celle-ci a été rétablie par la compagnie d’électricité. Ils ont tiré un câble depuis le bâtiment de la Préfecture situé à quelques 500 mètres de là, et ont éclairé La Veguita.

8Avec l’eau et l’électricité, le quartier redevenait habitable pour d’autres familles qui commencèrent à revenir dès les mois de février et mars 2000. La boue avait surélevé le niveau du sol de quelques mètres et transformé la configuration spatiale de toute la partie basse de La Veguita. Les petites ruelles avaient disparu, la terre et les pierres avaient tout envahi, et l’on voyait parfois sortir du sol des tiges de métal attestant que l’on marchait sur les ruines d’une maison aujourd’hui enterrée. Pourtant, les familles qui revenaient s’installèrent aux premiers étages des maisons dont le rez-de-chaussée était rempli de boue, bricolant des escaliers et des portes pour s’adapter aux nouvelles formes du quartier. Elles ont ainsi reconstruit sur les ruines et ont réoccupé La Veguita.

9On reconnaît là des aptitudes et des savoirs-faire propres aux habitants des quartiers auto-construits. En effet, les barrios, bâtis sur des terrains envahis et non pourvus des services de base, sont équipés petit à petit en faisant appel à ce type de pratiques, avant que, des années plus tard et selon le niveau d’organisation et de capacité de revendication des habitants, l’État ne vienne éventuellement les « consolider » en apportant les services qui jusque-là étaient captés de façon détournée (Bolívar, 1995). Reconstruire après la catastrophe revient donc ici, pour les habitants de La Veguita, à faire appel à des compétences acquises hors du contexte d’urgence et à les mobiliser pour permettre la vie sur place. La re-construction met donc avant tout en jeu dans ces quartiers la capacité des acteurs à construire. Et cette construction révèle des formes « débrouillardes » de faire de la ville, des formes dites « marginales » ou « informelles » et qui, dans ce contexte, prennent une valeur particulière puisqu’elles permettent de s’organiser au milieu du chaos provoqué par la catastrophe, en sollicitant assez peu les acteurs institutionnels.

10Par ailleurs, cette capacité d’organisation et la réussite de ces actions concrètes que sont la remise en marche de deux services de base, l’électricité et l’eau, font apparaître, au moins dans les récits des habitants, la conformation ou la confirmation de l’existence d’une « communauté ». Hector, le président de l’association des habitants du quartier, en tire une impression de succès et d’union qu’il traduit dans ces termes :

  • 3 «Mira después de La Tragedia parece que eso nos enseñó a nosotros que teníamos que luchar unidos y (...)

Tu vois, après La Tragedia, on dirait que ça nous a appris à nous qu’on devait lutter tous unis et que le combat de l’un c’est le combat de tous […] et ça a été une des réussites les plus importantes, et ceux qui habitaient ici ont compris que si on n’atteignait pas cet objectif d’être unis avec cette tragédie, on allait avoir beaucoup de mal […] et si on va nettoyer les chemins, on doit le faire tous, on va mettre le tuyau, on doit le mettre tous ensemble, si on va remettre l’électricité, on doit le faire tous […] et ces objectifs ont été atteints sans l’aide du gouvernement3.

11La difficulté affrontée et surmontée ensemble est donc vécue comme un périple mythique, qui vient alimenter la construction d’une histoire commune et héroïque et permet, pendant un temps, de s’appuyer sur un sentiment d’unité et de communauté partagé.

Les « invasores »

  • 4 La proportion des dégâts couverts par des compagnies d’assurance au titre de la catastrophe de Var (...)

12Dans d’autres quartiers de Vargas, des familles se sont installées après la catastrophe dans les maisons ou les appartements des quartiers aisés détruits ou touchés par les coulées de boue, et qui sont couramment désignées par le terme d’« invasores ». En effet, la plupart des propriétaires de maison ou d’appartement dans les secteurs aisés de Caraballeda tels que Los Corales ou Tanaguarena, réalisant que même si leur maison n’avait été que partiellement touchée, le quartier lui-même avait perdu l’ensemble des caractéristiques qui en faisaient un lieu de villégiature, de détente ou tout simplement habitable selon leurs propres critères, et que le temps de la récupération des infrastructures serait long, abandonnèrent leur maison après la catastrophe4.

13Ces maisons ou ces appartements, parce qu’ils sont spacieux, dotés de plusieurs chambres et d’autant de salles de bains, sont caractéristiques d’un statut social élevé. Situés dans les quartiers « bas », ils permettent en outre une plus grande mobilité et l’accès aux services et infrastructures qui se remettent peu à peu en marche. Tous ces facteurs contribuent à les convertir en options attrayantes pour certains habitants des quartiers plus pauvres de Vargas, de Caracas ou même d’autres régions du pays, malgré leur état de destruction ou d’endommagement. Ainsi, les maisons « abandonnées » se sont peu à peu peuplées de nouvelles familles. Marta raconte comment elle a procédé, avec son mari :

  • 5 «Ya habían pasado dos años de la tragedia y no habían venido a reclamar esto, no se veía moviendo (...)

Ça faisait déjà deux ans que la catastrophe était passée et personne n’était venu réclamer cette maison, et on ne voyait personne qui venait pour nettoyer ou réparer ou quoi que ce soit. On est entrés et on a vu que c’était… plein de terre et de déchets, dans ces conditions donc, alors on a commencé par la nettoyer, ça nous a pris environ dix jours de sortir toutes les saletés qu’il y avait ici : les bouts de bois, la terre, les ordures, tout ce qu’on a sorti… Et l’étage d’au-dessus était plus propre. On s’est rendu compte qu’il y avait deux étages et pas un seul comme on pensait au début et on est venus et on s’est tous mis là5.

14Ces installations donnent lieu à des « bricolages » de toutes sortes, dont les plus emblématiques se trouvent dans le quartier de Los Corales à Caraballeda (Photo 17) :

Photo 17 : Un immeuble de Los Corales dont la partie gauche a été détruite par une avalanche de pierres lors des coulées de boue de 1999. Cet immeuble a été peu à peu réhabité. Toutes les parties en briques rouges ont été construites a posteriori. Décembre 2004. (Photo : S. Revet)

15Ces occupations de logements détruits par la catastrophe sont couramment désignées, dans la presse et dans les conversations quotidiennes, par le terme d’« invasions ». La figure de l’invasor (envahisseur) n’est pas nouvelle dans le pays puisque c’est par ce mécanisme d’appropriation de terrains qu’une grande partie des quartiers urbains populaires se sont développés au cours du XXe siècle. Elle n’est pourtant pas admise comme une pratique légitime et suscite généralement des réactions de réprobation. Dans le contexte post-catastrophe, les « invasions » sont également associées à l’insécurité, au danger, à la menace. On trouve dans la presse des commentaires qui témoignent de cette perception négative :

  • 6 «[…] mientras invasores aprovechan para desvalijar las pocas casas que quedaron paradas […] esta s (...)

[…] alors que les invasores en profitent pour dévaliser le peu de maisons qui sont restées debout […] cette situation dévalue la zone […] le quartier qui a été un jour un des plus beaux de l’est [de Vargas] se convertit en un repaire de délinquants6.

16Les invasores sont aussi fréquemment rapprochés des « pilleurs » :

  • 7 «Zona invadida e insegura […] “Pero lo peor no fue el deslave sino lo que vino después. Saqueos, i (...)

Zone envahie et dangereuse. […] « Mais le pire n’a pas été la catastrophe, mais ce qui est arrivé après. Pillages, invasions.7 »

17Les « invasions » qui se déroulent à Vargas dans le sillage de la catastrophe sont en outre présentées comme le fait de « profiter » de la situation :

  • 8 «Planes de recuperación beneficiarán a invasores de ruinas […]. En ese mismo plan serán incorporad (...)

Les plans de récupération bénéficieront aussi aux invasores des ruines. […] Dans ce même plan seront intégrées les familles qui ont occupé illégalement les immeubles de Carmen de Uria, même s’ils n’ont pas tous été victimes des coulées de boue8.

18Les invasores, que le discours médiatique met en lien avec la pauvreté, la délinquance ou la prostitution, auraient donc, en s’installant dans des zones qui ne leur étaient pas réservées, entaché ces quartiers de tous ces attributs négatifs. Cette opération bien connue qui consiste à associer pauvreté et délinquance est présente dans la façon dont Mathilde parle des invasores :

  • 9 «Yo creo que el solo simple hecho de invadir sin autorización ya eso tiene un significado mal, por (...)

Je crois que le simple fait d’envahir sans autorisation, déjà, c’est pas bien. Parce que l’invasion… c’est-à-dire que je peux te dire : « mets-toi dans la maison et après on voit comment on fait », mais forcer une maison pour s’y mettre, déjà ça n’augure rien de bon, alors Vargas, c’est ce que je sens, maintenant c’est devenu l’urinoir du pays9.

19À partir des premières « invasions », on a aussi assisté à Vargas à l’apparition d’un marché parallèle de l’immobilier. Un des nouveaux habitants de Tanaguarena, une zone où vivaient avant la catastrophe les classes moyennes et élevées, raconte comment il est parvenu à habiter dans un immeuble de ce quartier. S’étant renseigné et apprenant qu’« apparemment (l’immeuble) n’appartenait à personne », il a offert 2 millions de bolivars aux invasores qui occupaient l’appartement pour qu’ils le lui cèdent :

  • 10 «Las familias como la mía, a las que les gusta vivir bien, pagaron para colocar dos bombas hidrául (...)

Les familles comme la mienne, qui aiment les bonnes conditions de vie, on a payé pour remettre deux pompes hydrauliques, du carrelage au sol, pour réparer le rez-de-chaussée et mettre des grilles. On a aussi le courant électrique qu’on prend au poteau. Avant de venir avec ma famille par ici, je vivais dans la maison de ma mère à Caracas, sur la Cote 905, mais j’ai vu l’opportunité de devenir indépendant et je suis maintenant ici, luttant pour qu’on nous reconnaisse nos droits et pour que le propriétaire de l’immeuble nous appelle pour négocier. Nous sommes disposés à terminer de les réparer et à les payer parce que nous souhaitons vivre tranquilles10.

  • 11 De 236 à 1 014 euros environ.
  • 12 De 1 014 à 1 690 euros environ. El Nacional, 17/12/2004, p. B-16

20Les invasores de Vargas ne proviennent donc pas tous des classes les plus pauvres, puisque le prix du « droit d’invasion » moyen d’un appartement de Los Corales ou de Tanaguarena (Caraballeda) a considérablement augmenté dans les dernières années, passant d’une moyenne allant de 700 000 à 3 millions de bolivars11 à des prix oscillant en 2004 entre 3 et 5 millions de bolivars12. Cette augmentation accompagne le retour lent mais progressif de Vargas à la « normale », avec un nombre croissant de commerces qui ont réouvert, la réactivation des services de transports et le retour année après année des touristes sur les plages du Littoral. Cette remise en route des dynamiques économiques et quotidiennes entraîne dans son sillage des mouvements de populations qui n’appartiennent pas seulement aux couches les plus défavorisées.

Nouveaux propriétaires

21Dans d’autres cas, des familles sont venues s’installer à Vargas après la catastrophe, non pas dans des immeubles détruits ou des quartiers dévastés mais dans des secteurs relativement épargnés par le désastre. Ces quartiers ont, comme le reste de Vargas, connu une importante dévaluation immobilière dans les mois qui ont suivi la catastrophe, ce qui les a rendus particulièrement attrayants pour les classes moyennes en leur ouvrant la possibilité d’accéder à la propriété. Isabel est l’une d’entre elle. À environ 40 ans, séparée de son mari, elle est venue s’installer fin 2002 à Macuto dans un secteur touché par les inondations, le quartier de Las Quince Letras, dans un immeuble dont seule la piscine et le rez-de-chaussée avaient été affectés par les coulées de boue. Elle y a acheté un appartement avec les économies qu’elle avait, alors que jusque-là, elle avait toujours été locataire. C’est pour elle un progrès important et inattendu, même s’il demande des aménagements conséquents dans sa vie. Sa fille de 13 ans a par exemple dû rester à Caracas chez sa grand-mère pour ne pas avoir à changer de collège et vient lui rendre visite le week-end. Isabel a beaucoup d’espoirs de parvenir à mobiliser l’association des habitants de son immeuble pour faire réparer la piscine, qu’elle considère comme un attribut essentiel de son appartement « à la mer ». Même si son immeuble n’est pas à proprement parler détruit, Isabel vit pourtant avec les traces de la catastrophe. La vue de sa fenêtre témoigne en effet de la destruction provoquée par l’événement (Photo 18).

22Deux ans après la catastrophe, Vargas est donc à nouveau habité, par des anciens habitants et par des nouveaux venus, invasores ou nouveaux propriétaires. La transformation dont la catastrophe a marqué le point de départ s’est poursuivie, donnant lieu à une reconstruction bricolée, non planifiée et qui paraissait parfois improbable à l’observatrice que j’étais, mais une reconstruction qui contribue à redonner vie à cet espace détruit. C’est dans la continuité que s’organise la vie après le désastre. La forme de reconstruction qui s’inscrit dans la logique du « vivre avec » conduit à adapter ses pratiques aux transformations survenues après la catastrophe, comme les enfants de Macuto qui jouent le soir au base-ball sur les terrains de sédiments que le fleuve a déversés en 1999, provoquant une avancée sur la mer. La conversion de ces « traces » en lieux de vie caractérise la posture du « vivre avec ».

Transformer dans la rupture

  • 13 Je place ici l’expression de « perception du risque » entre guillemets dans la mesure où elle renv (...)

23Au cours de ces deux années, une autre forme de reconstruction a été envisagée. Celle-ci est pensée par les institutions de planification et considère la situation antérieure à la catastrophe comme problématique. Il s’agit alors de rompre avec les cadres préexistants et de reconstruire « autrement ». Le discours qui accompagne cette logique de la rupture est proche du registre médical. Vargas est présenté comme un corps malade que la reconstruction doit permettre de soigner. D’une part les structures physiques doivent être transformées, sécurisées ou « assainies », et c’est ce dont se chargent les institutions. D’autre part, il faut agir sur les « comportements » de la population, jugés inadéquats – notamment en ce qui concerne la « perception du risque13 », le respect de l’environnement et l’occupation de l’espace. Ce domaine est confié aux ONG qui doivent à la fois « éduquer » et « soigner » les habitants de Vargas.

Photo 18 : Vue depuis l’appartement d’Isabel, quartier de Las Quince Letras, Macuto, décembre 2003.
Le fleuve El Cojo a débordé en décembre 1999 et arraché tout ce qui se trouvait sur son passage. À gauche, la ruine de l’ancien musée Armando Reverón. (Photo : S. Revet)

Les institutions

  • 14 Rehabilitación de El Litoral Central, Venezuela, Universidad Metropolitana, sous la direction d’Os (...)
  • 15 Le POTEV a en effet été soumis à la consultation publique en 2004 avant que le décret d’applicatio (...)

24Deux documents centraux pour la planification de la reconstruction vont nous servir de base pour appréhender cette logique. Le premier est un ouvrage qui rassemble la plupart des contributions d’universitaires nationaux et internationaux qui ont travaillé à élaborer des projets pour Vargas pendant toute l’année 2000, édité par l’Université Métropolitaine en 2001 : « Réhabilitation du Littoral Central, Venezuela14 ». Le deuxième est le Plan d’Organisation du Territoire de Vargas (POTEV), dont nous utilisons ici la version de 200315. Ce plan naît de deux projets financés par la Banque Mondiale : le premier a consisté à mettre en place les études nécessaire pour élaborer le Plan d’Organisation du Territoire « en incluant la variable risque » et le second concerne la « préparation des cartes d’aléas à l’échelle adéquate pour l’organisation du territoire » (AUAEV, 2003b : 3).

25L’étude de l’Université Métropolitaine de 2001 débute par un état des lieux du Littoral avant la catastrophe de décembre 1999 :

  • 16 «Situación previa a la tragedia: severo congestionamiento vehicular, presencia de barrios informal (...)

Situation antérieure à la catastrophe : graves problèmes de circulation, présence de barrios informels et un niveau élevé d’insécurité, occupation illégale du Parc National El Ávila, niveau élevé de pollution des fleuves et des plages, ensembles urbains anarchiques, centres historiques détériorés, base juridique d’organisation du territoire faible16.

26Pour répondre à l’ensemble de ces problèmes détectés, l’étude propose de baser la reconstruction sur des « critères » qui sont encadrés par des outils juridiques nationaux – notamment la Loi d’Organisation Urbaine de 1987 – et des instruments internationaux comme le Programme Habitat des Nations Unies ou la Déclaration d’Istanbul sur les établissement humains de 1996. Parmi ces « critères », on retiendra en particulier les notions de développement durable, de sécurité, de prospérité, de salubrité et d’équité. C’est donc à partir d’un point de vue qualifié d’« intégral » que la reconstruction doit être envisagée dans cette perspective.

  • 17 «Se requiere generar espacios para el asentamiento seguro o menos peligroso de la población», POTE (...)
  • 18 «El régimen de protección adoptado para los recursos naturales y el ambiente, debe ser garantizado (...)
  • 19 «Garantizar la sustentabilidad ambiental y económica», POTEV p. 265
  • 20 «Participación local y social en la gestión», POTEV p. 265

27On retrouve cette vision « intégrale » dans le POTEV. Parmi les dix critères que le plan a pris en compte pour établir ses propositions pour la reconstruction de Vargas, on soulignera par exemple : « la nécessité de créer des espaces de vie sûrs ou moins dangereux pour la population17 », le besoin de redéfinir le « régime de protection adopté pour les ressources naturelles et l’environnement [qui doit] être garanti et entretenu18 », l’exigence de « garantir la durabilité environnementale et économique19 », tout en s’assurant de la « participation locale et sociale dans la gestion20 ».

  • 21 Ce terme, qui signifie « atténuation », est employé dans l’ensemble des productions internationale (...)

28Le POTEV présente également la « notion de risque » comme une variable « transversale » c’est-à-dire qui ne doit pas être considérée comme un domaine isolé mais en « [prenant] en compte les aspects de menace et de vulnérabilité » dans les interventions de chaque acteur social (323). Dans les objectifs du plan, la gestion des risques est définie comme la « [prise] en compte [des] menaces d’origine naturelle et technologique auxquelles sont exposées la population et ses activités productives » et la « (réduction) des conditions de vulnérabilité actuelles ». Un autre des objectifs de ce plan est de « localiser la population dans des lieux plus sûrs » (40). Les actions qui sont proposées sont de trois types : préventives d’abord pour « empêcher ou éviter que les phénomènes naturels ne créent des catastrophes », en intervenant au niveau de l’occupation du sol par exemple ; des actions de « mitigation21 » ensuite, qui prévoient la construction d’ouvrages (barrages, canaux…) ; et enfin des actions de préparation qui consistent à réduire les pertes matérielle et humaines en organisant mieux la réponse de la société (324).

  • 22 Thouret (2003) signale, pour l’Amérique latine en particulier, la succession de trois « paradigmes (...)

29Ces trois types de réponses – prévention, mitigation, préparation – sont celles qui sont instaurées au niveau international dans la gestion dite « intégrale » du risque qui s’est imposée au cours de la Décennie Internationale de Réduction des Risques Naturels (DIRDN) impulsée par l’ONU entre 1990 et 199922. Les instances internationales telles que la Banque Interaméricaine de Développement, la Banque Mondiale, la Comisión Andina de Fomento ou la Commission Européenne, qui sont les principaux bailleurs de fonds internationaux des projets de reconstruction à Vargas, sont à l’origine de l’élaboration de cette rhétorique commune qui conduit à l’élaboration de la vision « intégrale » de ce que doit être la reconstruction de Vargas.

30Les plans qui accompagnent les projets pour Vargas illustrent la tentative de prise en compte de l’ensemble de ces critères. Par exemple, l’étude de l’Université Métropolitaine propose de faire de Macuto une « cité balnéaire ». Des rues piétonnes doivent permettre aux habitants et aux visiteurs de s’y déplacer en toute tranquillité, pendant que l’avenue Alamo sera agrandie pour faciliter la circulation des véhicules qui transitent par la petite ville. Des canaux associés à des ouvrages de maîtrise des fleuves seront creusés, au bord desquels des aménagements paysagers sont prévus pour accueillir restaurants et espaces publics. Le Paseo sera élargi grâce aux terrains composés de sédiments déposés pendant la catastrophe, et sur lesquels seront construits des ensembles résidentiels. Dans le centre historique dont les principaux bâtiments seront restaurés, des installations culturelles sont prévues. Le barrio El Cojo, une fois réhabilité, accueillera de nouvelles constructions pour loger les habitants des barrios de La Veguita, Bella Vista et Montezuma qui seront détruits pour laisser la place à un terminal d’autobus, à des installations sportives et à un jardin (Grauer, 2001 : 59-73).

31Hector, le président de l’association des habitants de La Veguita me montre lors de notre première rencontre en avril 2003 un brouillon de ce plan qui lui a été remis par un des experts de CorpoVargas au cours d’une réunion en août 2000. Quelques images de synthèse illustrent le plan, parmi lesquelles celle du Paseo restauré. Hector commente : « Je ne sais pas où ils vont faire ça, ça ressemble à quelque chose d’un autre monde ». Cette réflexion met en lumière la distance qui existe entre la vision des habitants qui ont reconstruit Vargas en suivant la logique du « vivre avec », et celle qu’élaborent les institutions.

Organisations non gouvernementales

  • 23 Leadership et vision.
  • 24 « Un rêve pour le Venezuela ».
  • 25 « Vargas, un rêve partagé ».

32La vision d’une reconstruction en rupture avec ce qui existait auparavant est également véhiculée par des acteurs non-gouvernementaux. Je me baserai ici sur deux exemples d’associations d’envergure nationale. Celui d’abord de l’association Socsal qui a commencé à travailler à Vargas pendant le courant de l’année 2000 autour de projets à caractère « psychosocial » et qui s’est progressivement ancrée à Macuto pendant les années 2001 à 2004 pour y mener de nombreux projets autour de la reconstruction. Autre exemple, celui de l’association Liderazgo y Visión23 et son projet « Un Sueño para Venezuela24 » qui a créé à Vargas, suite à la catastrophe, un programme dénommé « Vargas, un sueño compartido25 », dont l’un des leaders fut un acteur central de la catastrophe de 1999 : Angel Rangel, alors directeur national de la Defensa Civil et futur candidat aux élections régionales de 2004.

Socsal

  • 26 Les termes entre guillemets dans la suite du paragraphe signalent des citations des membres de l’é (...)

33Dans le cas de Socsal, son intervention sur le terrain de l’après-désastre se situe à la jonction de l’intervention « psychosociale » et de la reconstruction. Financé au départ par la compagnie pétrolière British Petroleum (BP) qui souhaitait faire de « l’investissement social26 » au Venezuela après la catastrophe, le projet était de « réactiver certains circuits économiques » en « se centrant sur l’individu ». En travaillant à Macuto avec un réseau de petits entrepreneurs et de leaders locaux – patrons d’hôtels, de restaurants, de laverie, pharmacienne, gestionnaire de la cantine municipale – et en renforçant leur « sentiment de capacité individuelle » (par le biais des méthodes « psychosociales » notamment), Socsal avait pour objectif de « faire émerger une vision commune, celle d’un Macuto touristique ».

  • 27 Les données qui suivent proviennent de mes notes d’observation prises au cours de la réunion du 21 (...)

34Ce programme, qui a duré trois ans et a bénéficié de nombreux autres financements privés et publics, a eu un impact indéniable sur les pratiques et les discours des entrepreneurs et leaders locaux y participant. En novembre 2003, j’assistai à une rencontre qui rassemblait une trentaine de ces participants, dans la ville de Macuto27. Ana, qui gère la cantine municipale de Macuto (el comedor) et qui m’avait étonnée lors de notre première rencontre par son vocabulaire très adapté au langage des ONG, est une des participantes qui se distingue par sa grande capacité à prendre la parole. Elle présente alors les résultats de son groupe de travail et parle de Macuto comme d’une « parroquia touristique qui doit permettre l’investissement en générant de la richesse de manière efficiente, efficace et effective avec de la justice sociale ». Elle propose de créer un tourisme « en harmonie avec l’environnement », d’« éduquer l’habitant pour qu’il devienne un citoyen » et parle d’« amélioration et de transformation de la qualité de vie ». Elle poursuit sa présentation en soulignant que pour parvenir à renforcer la participation des habitants et leur prise de conscience, des changements doivent avoir lieu à Vargas, notamment en matière de respect de l’environnement et d’occupation de l’espace. Il serait pour cela selon elle nécessaire de « renforcer les programmes d’appui psychosocial ».

35Le langage d’Ana est, dans ce contexte, parfaitement adapté au discours des bailleurs de fonds internationaux. La vision de la reconstruction qui apparaît s’inscrit dans la logique de la rupture. C’est aussi dans cette perspective que travaille l’association Liderazgo y Visión.

Liderazgo y Visión

  • 28 Site Internet de Liderzago y Visión.
  • 29 Cet économiste, conseiller « privatisations » à la Banque Mondiale, appartient également au FMI et (...)
  • 30 Les termes entre guillemets dans la suite du paragraphe proviennent de la présentation faite par A (...)

36Cette association est fondée en 1995 avec comme objectif la « formation des Vénézuéliens autour de thèmes qui permettent le développement de valeurs démocratiques et citoyennes, tout comme la promotion d’un leadership visionnaire, constructif et responsable28 ». Le projet s’articule autour d’un programme de « pédagogie sociale » intitulé « Un rêve pour le Venezuela ». Ancrée dans les valeurs néolibérales qui prônent le retrait de l’État et la supériorité de la propriété privée sur tous les autres droits, cette association compte dans son « board » certains des personnages qui incarnent cette vision au Venezuela, tels que Gerver Torres29. Angel Rangel fait partie du Comité de Direction de « Un Sueño para Venezuela » depuis sa fondation en 1995, il a été formé par le programme « Liderazgo y Visión » et il est à l’initiative du lancement du programme « Un Sueño para Vargas » après la catastrophe. Sa vision pour Vargas se situe sur la même ligne que celle de Socsal. Faisant le bilan que « avant le désastre c’était déjà un désastre30 », il prône pour Vargas un avenir « touristique, moderne, assurant la sécurité des visiteurs ». Pour lui, la « gouvernabilité » doit être construite à partir de la citoyenneté. « Être un habitant, ça ne suffit pas – me dit-il – il faut être un citoyen » et pour cela il envisage un « grand programme éducatif » à partir duquel on pourra « transformer les mentalités ».

37Ces deux exemples nous permettent de confirmer plusieurs points. Le fait que la logique de la reconstruction basée sur la rupture ne soit pas uniquement véhiculée par les institutions planificatrices mais par d’autres vecteurs tels que les ONG nous permet de mesurer l’impact des bailleurs de fonds sur la diffusion de cette vision. Ensuite, les deux associations construisent un discours qui met l’accent sur les « comportements » ainsi que sur les responsabilités individuelles. Dans le premier cas, les attitudes jugées problématiques sont renvoyées au domaine du pathologique, l’intervention psychosociale devant permettre de les réguler. Dans le second cas, c’est sur l’éducation que repose toute l’idée de transformation. Il est à chaque fois question de transformer l’habitant jugé irrationnel et passif qui a contribué à rendre la catastrophe possible en un citoyen raisonnable et actif. Enfin, le discours de ces deux associations fait référence, comme les plans des institutions planificatrices, aux trois pôles que sont la sécurité des personnes, la protection de l’environnement et la participation sociale.

38Plus largement, les notions ou les critères que mettent en avant ces acteurs nous renvoient à une même rhétorique, globale et contemporaine : le développement durable, la sécurité, la salubrité, la participation, l’efficacité, la gouvernabilité ou la citoyenneté. Autant de notions qui acquièrent dans le contexte de l’après-désastre le statut de « valeurs » pour les acteurs qui voient dans le reconstruction une opportunité de rupture.

Des logiques qui se confrontent

39Entre la logique qui consiste à reconstruire sur les traces de la catastrophe et celle qui défend l’idée d’une reconstruction en rupture, il existe non seulement un écart important, mais surtout un décalage non négligeable des temporalités. Car pendant que les urbanistes, les planificateurs, les experts étudiaient, cartographiaient, mesuraient, consultaient, pour parvenir à articuler un ensemble de propositions pour la reconstruction, les habitants de La Veguita se réinstallaient, les invasores de Los Corales emménageaient et les nouveaux propriétaires s’implantaient. Quand ils ont levé le nez de leurs plans, les « experts » ont vu la population de Vargas qui les regardait depuis les terrasses de leurs maisons bricolées. Le temps n’était pas passé à la même vitesse pour les uns et pour les autres.

40Pour ceux qui envisagent la reconstruction comme une rupture, l’ensemble des pratiques consistant à vivre avec le risque et sur les traces de la catastrophe sont perçues comme des freins à la mise en œuvre de la reconstruction. Les retours, les bricolages comme ceux de La Veguita, les installations dans les immeubles détruits, ou encore le marché immobilier parallèle ne font aux yeux des planificateurs que rajouter du désordre au désordre généré par la catastrophe et cristalliser des situations qu’ils auraient préféré voir rester fluides. Chaque famille installée dans un immeuble à détruire devient en effet une famille à expulser puis à reloger, chaque maison reconstruite sur le tracé d’un futur canal devient un logement à détruire et à indemniser. Les temporalités distinctes des uns et des autres jouent en ce sens contre les acteurs institutionnels. Forcés de faire face à ces pratiques, ceux-ci vont trouver dans la notion de risque une ressource particulièrement utile.

La notion de risque

41En parlant de « notion de risque » et non de « risque », je veux rappeler que le succès de cette notion est à resituer dans un contexte global qui accompagne son développement depuis la fin des années 1980 jusqu’à en faire un concept central de la compréhension du monde contemporain. Cette notion est aussi un indéniable outil d’influence (Duclos, 2002), dans la mesure où elle cherche à activer chez les individus la peur du danger – et non seulement du danger connu mais aussi du danger potentiel – et a la possibilité d’agir comme un formidable instrument de pouvoir. Le risque est l’objet de nombreuses définitions en fonction des contextes et des disciplines qui s’en saisissent. Notion statistique, le risque permet d’évaluer la probabilité d’occurrence d’un événement dommageable. Pour les sciences sociales, il est entendu comme la rencontre d’un aléa et de la vulnérabilité de la société qu’il touche (Wilches-Chaux, 1993). La vulnérabilité étant désormais reconnue comme le produit des options de développement prises par les sociétés, il en découle une vision du risque comme une « construction sociale » entendue comme « le produit des actions conscientes ou inconscientes d’acteurs sociaux, organisationnels, institutionnels ou individuels » (Rodriguez et Lavell, 2002 : 69).

42À Vargas après le désastre, la notion de risque va être concrètement et en premier lieu convoquée par les acteurs institutionnels chargés de la reconstruction dès lors que l’objectif général « d’amélioration de la qualité de vie » va se heurter aux difficultés de sa mise en place. À La Veguita par exemple, élargir le cours du fleuve pour construire le canal destiné à améliorer la sécurité des habitants et leur « qualité de vie » a pour conséquence la démolition d’une vingtaine de maisons que la catastrophe a affectées mais pas détruites. Comment expliquer aux propriétaires de ces maisons que leur qualité de vie sera améliorée par la destruction de la maison qu’ils ont eux-mêmes restaurée depuis quelques années ?

  • 31 Cette instance légale, prévue par la Loi d’Ordonnance du Territoire pour faire face aussi bien aux (...)

43La directrice de l’Autoridad Unica de Area del Estado Vargas31 (AUAEV) chargée de cordonner la reconstruction m’explique en juillet 2004 :

  • 32 «En las juntas parroquiales, con las asociaciones de vecinos, hubo 4 consultas formales donde se l (...)

Dans les comités de quartier ( juntas parroquiales), dans les associations d’habitants, il y a eu quatre consultations formelles au cours desquelles on a expliqué [aux habitants] que toute la planification est basée sur la variable risque. Il faut qu’ils comprennent que quand on dit que dans un secteur précis, il ne doit pas y avoir de nouvelles maisons, c’est parce que nous sommes en train de penser à la variable risque32.

  • 33 « Dans l’usage social ordinaire, une expression comme “Vous m’avez compris ?” est une fausse inter (...)

44La notion de risque est donc mobilisée dans un premier temps comme un concept-ressource par les acteurs institutionnels qui doivent faire face à la complexité des enjeux de la reconstruction. Ils attendent de ce critère qui a les apparences d’un savoir purement « technique » qu’il opère en réduisant la capacité des autres acteurs à intervenir sur les choix de la reconstruction. Mais en affirmant la nécessité pour les habitants de « comprendre », la responsable de l’institution gestionnaire sous-entend autre chose. Elle dit que ce qu’il y a à comprendre – le risque, sa localisation, sa mesure, sa probabilité – est une affaire de spécialistes, trop complexe pour être comprise, justement. Et que, par conséquent, les habitants doivent s’en remettre à l’avis de ces spécialistes33.

45Mais la notion de risque donne malgré tout lieu à des transactions multiples et à des usages de la part d’autres acteurs que les seuls experts. Dès lors, sur des scènes présentées comme purement techniques et consensuelles, de la politique – en tant qu’espace où s’exprime la dissension – est réintroduite. C’est ce que nous allons observer à La Veguita, en regardant comment s’affrontent les différentes visions de la reconstruction.

Les immeubles

46Le cas de La Veguita est particulièrement éclairant, dans la mesure où, dans le plan déjà cité de l’Université Métropolitaine (2001), le quartier apparaît comme une « zone de protection et de récréation ». Aucun logement ne devait y être reconstruit, le secteur ayant été jugé trop dangereux. Pourtant, aujourd’hui, trois nouveaux immeubles ont été édifiés dans la partie basse du quartier, et la partie haute est en cours de réhabilitation (Photo 19). Que s’est-il passé depuis les premiers plans ? Le risque auquel La Veguita était soumis en 2000 aurait-il à ce point diminué voire disparu, que la reconstruction du quartier puisse être officiellement envisagée ? Ou bien la notion de risque a-t-elle entre temps changé de signification ?

47Rappelons en premier lieu que la catastrophe de 1999 met en lumière l’un des problèmes majeurs auquel le Venezuela actuel est confronté : celui du logement. Avec un déficit d’un million de logements et près de deux millions de logements nécessitant une intervention pour être viables, le pays totalise un déficit quantitatif et qualitatif estimé à près de trois millions de logements (INE, 2001). À Vargas, la catastrophe de 1999 a contribué à aggraver la situation en touchant environ 64 000 logements dont 25 000 auraient été totalement détruits (PNUD, 2000).

Photo 19 : Les immeubles construits à La Veguita, mai 2006. (Photo : Rogelio Altez)

48Les retours et les reconstructions par les habitants dans les secteurs touchés par la catastrophe placent donc les autorités devant un problème à double entrée. D’une part, beaucoup de ces familles se réinstallent dans des zones qui sont déclarées « zones à risque » et le rôle des institutions chargées de la reconstruction est d’empêcher ces réinstallations, au nom du « risque » et de sa prévention. D’autre part, ces mêmes institutions sont incapables de répondre à la demande de logement qui transparaît à travers ces pratiques. La difficile conciliation de tous les objectifs contenus dans la vision de la reconstruction conduit donc à la négociation de certains aspects.

49Après la catastrophe, La Veguita a été habitée à nouveau par environ 200 familles, dont les situations sont diverses. Parmi elles, certaines ont pour objectif de rester dans le quartier et ont reconstruit leur ancienne maison endommagée. Pour d’autres, qui ont perdu totalement leur maison, il a d’abord été question de se réinstaller dans le quartier, soit en louant un logement dans une maison restée sur pieds, soit en aménagement une structure abandonnée par ses anciens propriétaires. Certains étaient propriétaires du terrain sur lequel était construite leur maison et peuvent prétendre à une indemnisation de la part du gouvernement, alors que d’autres – nombreux – n’étaient soit propriétaires que des murs, soit locataires, et ne sont pas indemnisés. D’autres enfin ont perdu leur maison et ont trouvé à se reloger ailleurs à Vargas en louant un logement, mais gardent l’espoir de revenir vivre dans leur ancien quartier.

50À la Veguita, une association a vu le jour en 2003. Il s’agit de l’Organización Comunitaria de Vivienda (OCV), dont les fondateurs (parmi lesquels Hector est une des figures actives) sont des personnes qui vivaient à La Veguita avant la catastrophe, qui ont perdu la maison qu’ils y possédaient et souhaitent redevenir propriétaires d’un logement dans le quartier. L’objectif annoncé dans les statuts de l’association qu’ils ont eux-mêmes élaborés est de faire construire sur la partie plane du quartier un ensemble de trois immeubles totalisant 96 logements pour reloger 96 familles dans cette même situation.

51Ce projet a conduit l’association à entreprendre des démarches auprès de plusieurs institutions. Il a fallu obtenir que le terrain soit enregistré au cadastre, faire réaliser les plans des immeubles par un architecte, contacter les institutions chargées du problème du logement et les impliquer dans le projet. Mais le nœud du problème résidait dans le statut de la zone. Les plans initiaux ayant décrété l’ensemble du quartier inconstructible, il fallait pour que le projet puisse voir le jour obtenir de CorpoVargas la transformation de l’usage de « zone de protection et récréation » en un usage apte à la construction de logements.

  • 34 Informe técnico. Evaluación de la UA-6- La Veguita Macuto. Programa de habilitación física integra (...)

52En juin 2004, un rapport technique de CorpoVargas entérine la modification du statut de la zone34. Dans ce rapport, le quartier de La Veguita est divisé en trois types de secteurs : les « zones utilisables pour des logements », les « zones utilisables pour des services » et les « zones non utilisables ». Avec cette nouvelle carte de La Veguita, les techniciens de CorpoVargas acceptent implicitement que l’absence de risque n’existe pas et que le quartier est soumis à un ensemble de menaces que l’on ne peut éradiquer totalement. Il est alors question de définir quels sont les seuils de risque que le quartier, ses habitants et l’institution qui en assumera la responsabilité sont prêts à accepter.

53C’est à partir de la fin de l’année 2004 que la présence de CorpoVargas se concrétise dans le quartier. Car une fois le rapport émis, la phase suivante consiste à expliquer aux habitants les étapes de la reconstruction et les aménagements que l’introduction de la « variable risque » induit. Il s’agit surtout de définir qui habitera dans les nouveaux immeubles qui seront construits, qui restera à la Veguita et qui devra en partir. Une fois encore, les différents enjeux qui découlent de la diversité des situations des habitants du quartier rend la négociation difficile pour l’institution.

  • 35 Techniproject, présentation des objectifs sur le site Internet de la société.

54Pour mener à bien cette opération, CorpoVargas passe contrat avec Techniproject, une société spécialisée dans l’« assistance technique et la formation en projets technico-participatifs35 ». La responsable de ce projet, Daniela, accompagnée de ses assistants, se présente dans le quartier comme faisant partie de CorpoVargas. Elle poursuit plusieurs objectifs. Sa première mission est de parvenir à faire accepter dans le quartier le plan de reconstruction et ses contraintes. Elle doit ensuite établir un pont entre l’institution et les habitants, et prouver que ces derniers ont été impliqués dans le projet. Elle doit finalement justifier auprès des bailleurs de fonds que la reconstruction intègre la prévention, outil privilégié de la logique qui fait de « la variable risque une variable transversale », comme cela est stipulé dans les plans.

55Au cours de mon dernier séjour sur le terrain, en novembre et décembre 2004, Daniela était devenue une actrice centrale et incontournable dans le quartier. Elle était à la fois porteuse de tous les espoirs des habitants en tant que détentrice du projet de reconstruction et objet de toutes les craintes en tant qu’« experte » susceptible de décider de la destruction d’une maison ou d’une partie du quartier.

56Lors de la première réunion qu’elle organise devant le Club Social de La Veguita en novembre 2004 et à laquelle tous les habitants sont convoqués, Daniela arrive accompagnée de l’architecte qui a dessiné le plan de réhabilitation de La Veguita. L’architecte prévient d’emblée que l’« on ne pourra pas réduire le risque à zéro, mais uniquement le diminuer ». Daniela, elle, explique aux habitants que son rôle est de les « aider à s’organiser ». Au cours de cette première présentation, il s’agit pour Daniela de souligner le différentiel de savoirs qui sépare les habitants des experts dont elle fait partie. Tout concourt à mettre en scène cette différence. Daniela et l’architecte sont debout, elles ont installé une table devant elles, sur laquelle elles ont posé la maquette du projet de reconstruction. Sur le mur derrière elles, elles ont collé les plans d’un projet qui n’est plus exactement l’actuel, ce qui contribue à semer la confusion. Les habitants, eux, sont assis en cercle devant elles et la parole circule de façon verticale entre Daniela et l’architecte qui « expliquent » et les habitants qui doivent lever la main pour poser des questions. La configuration qui est reproduite est celle d’une salle de classe, Daniela et l’architecte jouant le rôle des professeurs, les habitants ceux des élèves.

57Mais Daniela doit, dans le même temps, gagner la confiance des habitants. L’architecte est alors utilisée pour jouer le rôle de l’experte, de la technicienne et Daniela celui de la figure « sociale » qui prend en compte le point de vue des habitants. Dans les semaines suivantes, l’architecte ne réapparaîtra plus à La Veguita, mais Daniela y fera allusion dès qu’elle aura besoin de se défausser pour maintenir sa posture d’alliée des habitants (« je dois consulter l’architecte, je ne suis pas spécialiste de ces questions » ou « l’architecte a dû faire une erreur, vous avez raison »).

58Par la suite, les stratégies utilisées par Daniela sont nombreuses. Elle va par exemple travailler à approfondir les divisions entre les habitants du quartier et au sein des organisations locales. Elle organise ainsi un recensement maison par maison de toutes les familles vivant dans le quartier, qui sera suivi par des « réunions » publiques au cours desquelles chaque famille recensée doit se présenter devant le reste du quartier afin de vérifier les informations qu’elle a données. Ce qui est en jeu dans ce recensement – et les habitants l’ont bien compris malgré les tentatives de Daniela de les rassurer – est la possibilité d’obtenir l’assurance d’un logement dans le nouveau projet. Quand, avant d’enregistrer une famille et le nombre d’enfants dont elle est composée, Daniela interpelle les autres habitants présents par un « vous les connaissez tous ? », elle introduit le soupçon et la méfiance. La question des « vrais habitants » et des « faux sinistrés » commence alors à se propager dans le quartier, rouvrant de vieilles jalousies et cristallisant les conflits. Cette procédure donne également lieu à des tensions au sein des familles, comme ce vieux monsieur qui s’approche pour signer et à qui Daniela explique que sa belle-fille l’a déjà fait à sa place et qui s’en va, fou de rage : « Mais c’est moi le capitaine du bateau ! »

59Daniela met aussi en place des réunions avec les différentes associations du quartier, mais de façon séparée. Elle y tient un discours légèrement différent selon les interlocuteurs, ce qui peut laisser croire à chacun des leaders qu’il détient des informations que les autres n’ont pas et qu’il est en cela privilégié. Pour aggraver les tensions que ces réunions ne manquent pas de créer, étant donné que certains acteurs circulent d’une association à l’autre, Daniela organise des réunions le soir, dans la maison de l’un ou de l’autre, sans que les autres leaders en soient informés, ce qui contribue à renforcer le soupçon entre tous.

  • 36 Malgré mes tentatives et demandes répétées, Daniela ne m’accordera pas d’entretien ; sans pour aut (...)

60Daniela tente de m’impliquer dans sa stratégie, en particulier lorsque l’on nous présente officiellement l’une à l’autre pour la première fois en décembre 2004, lors de sa deuxième visite dans le quartier. Lidia, une habitante, me présente alors à elle comme une « psychologue » qui travaille depuis des années à La Veguita. Daniela interrompt alors toute discussion pour parler avec moi, me prend à part et me dit que mon appui va être primordial, pour « expliquer aux habitants ce qui va se passer » parce qu’elle voit déjà d’un mauvais œil « que certains résistent fortement au changement ». Je précise alors les modalités de ma présence et de mon travail dans le quartier, accepte d’assister aux réunions, mais en tant que témoin et non comme la « psychologue » que je ne suis pas. Devant ce désistement, Daniela aura plutôt par la suite une attitude d’évitement à mon égard et, si j’assiste à toutes les réunions dans le quartier, c’est à l’invitation des seuls habitants, Daniela « oubliant » soigneusement de m’en informer36.

  • 37 Estudio « Percepción de riesgo », nov-décembre 2004, Techni-Project/CorpoVargas.
  • 38 Trois membres de l’OCV, le président et la vice-présidente de l’association des habitants, un memb (...)
  • 39 Estudio « Percepción de riesgo », nov-décembre 2004, Techni-Project/CorpoVargas, p. 27.
  • 40 Estudio « Percepción de riesgo », nov-décembre 2004, Techni-Project/CorpoVargas, p. 30.

61Dernier pilier de son ouvrage, Daniela organise aussi une étude dans le quartier sur « la perception du risque à La Veguita37 », qui articule des données quantitatives recueillies par questionnaire et des données qualitatives obtenues à partir du travail avec un « focus group » qui réunit sept habitants sélectionnés en fonction du rôle qu’ils jouent dans le quartier38. Cette étude permettra de conclure entre autres que malgré une « perception du risque » par les habitants qualifiée de « fataliste »39, ce qui serait dû au fait d’avoir « vécu le traumatisme de la catastrophe », « toutes les conditions sont réunies pour développer une culture de prévention des risques dans la zone de Macuto »40.

62Les habitants de leur côté sont à la fois conscients de la stratégie de Daniela et pris dans les mailles de son filet. Ils sont sensibles au fait qu’il leur faut rester « unis face à CorpoVargas », mais pris chacun et individuellement au jeu d’obtenir les meilleures conditions de relogement. Leur capacité d’action collective est nettement affaiblie par les interventions de Daniela. Ils tentent néanmoins pendant toutes ces phases de « négociation » de rétablir le rapport de force en leur faveur et de se rassembler autour de points qui font l’unanimité.

63Daniela explique par exemple que la partie haute du quartier, Bella Vista, va devenir le « balcon de La Veguita », où il est prévu d’asseoir la « base économique » : des logements mais surtout des restaurants, du tourisme, une zone d’emploi. Elle dit aussi que pour qu’un maximum de gens puissent rester dans le secteur malgré la pente très forte, il va être nécessaire de stabiliser le talus, d’élargir la quebrada qui descend le long de l’escalier et de reloger les personnes âgées dans le quartier voisin d’Alamo, dans des maisons qui seront construites spécialement pour elles.

64Agustin, un ingénieur informatique qui habite à La Veguita, me demande dès la première réunion de photographier les plans du projet. Il les transfère dans son ordinateur et corrige les « erreurs » qu’ils comportent (certaines maisons manquent, d’autres sont rajoutées, les proportions ne sont pas toujours respectées…). Il fait ensuite le tour du quartier pour montrer ces erreurs, ce qui contribue à ôter à CorpoVargas le monopole de la connaissance « technique ». Il considère que les habitants connaissent mieux le secteur que ces « soi-disant spécialistes » et qu’ils ont des propositions à faire. Comme d’autres, il me commente : « Nous on ne veut pas de restaurant ou de zone touristique – pour quoi faire ? – mais on veut un centre médical ». Il n’est pas non plus d’accord pour que les personnes âgées soient relogées à Alamo : « Nous on a beaucoup de vieux, seuls, qui ont l’habitude de boire pas mal et en bas [à Alamo], ils ne vont pas les supporter et en un mois ils vont les chasser à coup de pétition. Mais nous, ces vieux-là, on les aide, on les connaît, qu’est-ce qu’ils vont devenir tous seuls là-bas ? ».

65Au niveau individuel ou collectif, j’ai pu observer d’autres façons de faire qui attestent de la tentative des habitants de « résister » ou de renverser le rapport de force face à CorpoVargas, incarné par Daniela. Ce sont par exemple les propriétaires de terrains qui argumentent que l’institution n’aura pas le droit d’agir sur leurs propriétés s’ils ne donnent pas leur accord, ou l’association des habitants qui refuse de fournir le recensement qu’elle vient de réaliser par peur que les gens qui ne vivent pas en ce moment à La Veguita ne soient pas pris en compte dans le projet.

66Une autre stratégie que les habitants utilisent au cours de ces mois de contact et de confrontation avec l’institution est celle qui consiste à intégrer la terminologie des experts, et notamment toute celle en relation avec la notion de risque. J’ai notamment pu l’observer clairement pendant le travail avec le « focus group » pour l’étude de « perception du risque ». Au cours de cette réunion, il est d’abord demandé aux participants de définir les variables « risque » et « menace », avant d’aborder ensuite les notions de « sécurité » et de « prévention ». Le risque est défini par les habitants qui participent à l’exercice comme la présence d’un danger ainsi énoncé : « que la maison s’écroule », « tout ce qui cause de la peur », « l’insécurité » ou encore « un pompier qui risque sa vie pour éteindre un feu ». À plusieurs reprises, certains précisent que le risque fait partie de la vie, qu’il est partout et que « sans risque on ne peut pas vivre ».

67La « menace », elle, est définie par les participants comme quelque chose qui avertit du risque. Cela peut être par exemple le brouillard qui annonce la pluie. Mais la menace est également définie comme une action humaine : quand une personne en menace une autre avant de l’attaquer, par exemple, ou les menaces de mort. La « sécurité », renvoie quant à elle à l’absence de délinquance qui caractérise leur quartier. Certaines zones et maisons de la Veguita sont également signalées comme des zones sûres, pour avoir servi d’abri pendant les inondations.

  • 41 Il est à cet égard intéressant de faire le parallèle avec la façon dont les consommateurs de drogu (...)

68Avec cette étude sur la « perception du risque », il est question pour Daniela – et plus largement pour CorpoVargas – de tenter de saisir si les habitants sont « conscients » des risques que l’institution a définis comme les plus importants : coulées de boue, risque sismique, inondations… Or, les habitants de La Veguita montrent au cours de cette réunion que, pour eux, le risque unique, central et paralysant n’existe pas. Il est en revanche diversifié et appréhendé de façon plus large. Le risque de voir sa maison emportée une nouvelle fois par le fleuve est à resituer sur une échelle qui prend en compte d’autres menaces dont la probabilité est perçue comme plus importante, ce que Rodriguez et Lavell (2002 : 71) appellent des « risques quotidiens » – se référant aux risques de maladie, de violence, de chômage ou d’accident. D’Ercole (1996 : 451) évoque pour rendre compte de ce phénomène la « concurrence des autres risques sociaux ». Dans cette perspective, vivre et reconstruire à La Veguita n’est donc pas ressenti comme dangereux « en soi ». Le risque est ailleurs, il réside justement dans la possibilité de ne plus pouvoir vivre là41.

69Cette « perception » n’est compréhensible pour les experts que comme un « manque », comme une faille qu’il va falloir combler, par le biais de la « prévention » notamment. La prévention que Hector, membre de l’OCV – et par conséquent mobilisé en faveur du projet de construction des immeubles – aborde ainsi au cours de la réunion :

  • 42 «También podemos estar en sitios de riesgo y al minimizar la situación, lo podemos evitar, porque (...)

On peut aussi être en situation de risque et en minimisant la situation, on peut l’éviter, parce que je vois d’autres pays du monde en situation de risque, même pire que ce qu’on a vécu, ils vivent avec la nature. Maintenant, je crois que sachant que le risque existe, la prévention peut aussi exister, et la prévention est importante pour le contrôler42.

70Les expressions « situation de risque », « minimiser », « le risque existe » et « prévention » sont clairement issues du vocabulaire que les habitants de La Veguita entendent depuis la catastrophe de 1999. Ces termes apparaissent dans chaque rapport technique, dans chaque réunion avec un architecte ou un ingénieur, ils sont dans la bouche de tous les experts qui visitent le quartier depuis cinq ans. Poursuivant son objectif, qui est de faire construire les immeubles, et parlant au nom des membres de l’OCV, Hector montre qu’il sait intégrer cette rhétorique et la manier. La référence à la « prévention » lui sert de sésame pour faire ouvrir les portes de son projet de construction d’immeubles.

  • 43 «Se están dando las condiciones para fomentar una cultura de prevención de riesgos en la zona de M (...)

71Cette stratégie fonctionne parfaitement puisque, dans son rapport, Techniproject analyse cette phrase en signalant que « toutes les conditions sont réunies pour développer une culture de prévention des risques dans la zone de Macuto43 ». Pourtant, la « réappropriation » de cette rhétorique est moins le signe de la diffusion de la « culture de prévention » auprès des habitants, qui ferait d’eux de nouveaux « convertis », que la preuve de l’écart entre deux représentations du risque distinctes. Et l’utilisation de la rhétorique du risque par Hector doit plutôt être comprise comme une adaptation aux ressources de l’« adversaire » dans le but de répondre en priorité aux menaces dont la probabilité semble la plus élevée et la plus imminente, en l’occurrence celle de la destruction du quartier.

72Même si Hector, et l’ensemble des habitants qui utilisent dans les discussions avec l’institution chargée de la reconstruction la terminologie associée au risque, participent à l’élaboration d’une fiction commune, en faisant « comme si » il existait une entente autour de ce que « le risque » désigne, les stratégies des habitants et celles de l’institution s’inscrivent bien dans des logiques différentes.

Le « mur »

  • 44 Les gabions sont des blocs de construction pour les ouvrages hydrauliques réalisés à partir de tre (...)

73L’exemple du barrage construit sur le fleuve Macuto va finalement nous permettre de comprendre qu’un ouvrage bâti pour diminuer « le risque » dans le quartier peut cristalliser de nombreux autres enjeux. L’ouvrage dont il est question est une construction en gabions44 qui canalise le lit du fleuve et œuvre comme un barrage de rétention des sédiments. Il est communément désigné par les habitants du quartier comme « le mur ».

74À La Veguita, en 2003 et 2004, la construction du « mur » et la canalisation du fleuve alimentent de nombreuses conversations. Cet ouvrage est-il capable de protéger les habitants du quartier ? Est-il fiable ? Doit-il être nettoyé ? Les avis divergent.

75Fabiola par exemple est inquiète parce qu’elle a remarqué que des petits bouts du mur sont déjà tombés, et pour elle « si une Tragedia comme celle de 1999 réapparaissait, elle emporterait ce genre de mur ». Hector, quant à lui, pense que le mur est très efficace pour protéger le quartier, ce qui, en tant que membre de l’OCV, lui permet d’envisager la construction des immeubles sur la partie plane de La Veguita.

76Il est malgré tout fréquent que les habitants se retranchent sur leur propre manque de maîtrise des critères techniques, comme Antonio qui m’explique :

  • 45 «Yo no quisiera… yo no opino mucho sobre eso porque no soy ingeniero. La gente dice que eso no sir (...)

Je ne voudrais pas… je n’ai pas vraiment d’avis parce que je ne suis pas ingénieur. Les gens disent que ça ne sert à rien et d’autres disent que c’est le mieux. Je n’ai pas la capacité technique de dire qui a raison. Je crois, de ce que je peux en voir, qu’un mur de gabions, ce n’est pas… comment dire… le plus efficace pour que les eaux descendent facilement, parce que ça crée de la friction, et c’est ce que je dis, aujourd’hui. Et aussi je l’ai remarqué. Mais en tous les cas, je suis satisfait qu’ils aient élargi le cours du fleuve, que maintenant il n’y ait plus ces maisons dans le fleuve, alors moi ça me rassure, en tant qu’habitant d’ici parce que je crois que s’il y avait eu moins d’obstacles dans le fleuve, ça aurait causé moins de dégâts45.

77Finalement, d’autres encore admettent avec difficulté le discours des techniciens qui avouent leur impuissance à garantir une sécurité totale, comme Mathilde qui se demande :

  • 46 «¿Hasta donde nosotros estamos seguros? Nosotros le preguntamos a los ingenieros… “Nosotros no pod (...)

Jusqu’à quel point sommes-nous en sécurité ? C’est ce qu’on a demandé aux ingénieurs. « Nous ne pouvons pas vous offrir la sécurité » [ont-ils répondu], c’est-à-dire que (le mur) c’est pour prévenir et nous donner le temps d’évacuer d’ici, c’est ce qu’a donné la conversation avec les ingénieurs46.

  • 47 «Vargas Hoy. ¡Hacia un gran futuro!», Gobernación de Vargas, 2003.

78Sans que personne dans le quartier n’ait de certitude sur la façon dont les gabions se comporteront en cas d’inondation, chacun construit donc sa propre relation au « mur », faite de confiance ou de crainte. Cette digue, ce mur de contention, est un ouvrage de taille, « le plus large d’Amérique latine » selon le Général Volta, président de CorpoVargas47, qui se retrouve au cœur d’une polémique aux accents politiques qui accompagne la reconstruction de Vargas.

  • 48 Informe Dirigido a la Asamblea Legislativa del Estado Vargas, Carlos Genatios, 2003.

79C’est Carlos Genatios, ancien ministre des Sciences et de la Technologie dans le premier gouvernement du président Chávez, qui ouvre dans le courant de l’année 2003 le débat public sur l’adéquation de cette technique de barrages ouverts réalisés en gabions pour contrôler les fleuves. C’est en sa qualité de jeune ministre qu’il avait été nommé président de l’Autorité Unique pour la reconstruction de l’État de Vargas (AUAEV) le 6 janvier 2000, juste après les inondations dramatiques. Il est à l’origine de la coordination des premiers plans et des premiers travaux de la reconstruction. Dans le courant de l’année 2003, Carlos Genatios, sorti alors du ministère, de l’AUAEV et ayant démissionné du conseil de direction de CorpoVargas, met en question la teneur des travaux de protection des fleuves qui sont en train d’être menés à Vargas dans un rapport dirigé à l’Assemblée législative de Vargas. Selon lui, ces travaux ne sont pas ceux prévus dans le plan initial, et des ouvrages non adaptés sont en train d’être réalisés, dans le but de faire des économies, avec un risque important de malversation des fonds publics48. Dans la liste des ouvrages qu’il incrimine, se trouve le barrage sur le Río Macuto, celui que les habitants de La Veguita nomment « le mur ».

  • 49 Últimas Noticias, 10/12/2003 ; El Nacional, 15/12/2003 ; El Universal, 18/12/2003.

80La polémique, reprise par la presse à la fin de l’année 200349, alors que les tensions politiques entre le camp du gouvernement et celui de l’opposition sont particulièrement aiguës, et au moment crucial qui correspond à la fois au retour annuel des pluies et à l’approche de l’anniversaire de l’événement de 1999, se convertit alors en un instrument du conflit politique.

81Localement pourtant, le « mur » gagne, au fil des mois, la confiance des habitants. Il est notamment devenu – avec la hauteur du fleuve, la couleur de l’eau, le débit de la chute du Río Escondido dans la montagne – l’un des indicateurs que les habitants utilisent pour évaluer le danger en cas de fortes pluies. Quand le niveau du fleuve se met à monter, qu’il pleut de façon continue ou avec une intensité inquiétante, les habitants du quartier – les hommes en particulier – s’approchent du « mur » et observent « son comportement ».

  • 50 La presse se fait le relais de cette controverse, par exemple le quotidien national Últimas Notici (...)

82C’est finalement avec les nouvelles pluies catastrophiques de février 2005 que la relation au « mur » se stabilise – provisoirement ? – du côté de la confiance. Du 8 au 10 février 2005 en effet, de fortes pluies s’abattent sur tout le nord du pays et frappent notamment le Littoral central, provoquant de nouveaux et importants dégâts matériels. Au niveau national, la polémique sur la pertinence des travaux de protection de Vargas reprend alors de la vigueur, puisque la majorité des ouvrages réalisés sur les fleuves de Vargas par CorpoVargas s’avèrent incapables de réduire les dégâts50. Mais à La Veguita, il en va autrement. Le fleuve n’a en effet pas débordé, pas causé de dégâts supplémentaires. Lors de mon passage en mars 2005, les habitants me racontent ces derniers événements et m’expliquent que « le barrage a fonctionné », qu’« il a joué son rôle ». De nombreux « experts » seraient d’ailleurs venus visiter le lieu après les pluies, la presse se serait beaucoup déplacée pour filmer cet ouvrage, le seul à Vargas ayant rempli sa fonction protectrice. Dès lors, le « mur » est unanimement perçu comme fiable et utile par les habitants du quartier.

  • 51 Soupe à base de poulet et de légumes qui mijote longuement sur un feu de bois et qui réunit les fa (...)

83Mais suite à ces nouvelles pluies, le « mur » s’est également converti en un élément capable d’attirer dans le quartier des visiteurs extérieurs. Outre les experts et la presse, La Veguita a en effet vu défiler, dans les mois qui ont suivi, des habitants d’autres quartiers de Vargas qui, privés d’eau à cause de la rupture des canalisations, venaient la chercher dans le fleuve Macuto et y faire leur lessive. La réactivation de cette fonction « traditionnelle » de la rivière, qui accueille le week-end des familles, associant tâches ménagères et activités récréatives – baignade, grillages, sancocho51, etc. – est symboliquement aussi importante pour les habitants que la fonction protectrice du « mur ». Les habitants de La Veguita se sont adaptés à ces transformations de la vie du quartier survenues grâce au « mur ». Ils ont par exemple mis en place une barrière afin de contrôler les entrées de véhicules dans le quartier, et installé de nouveaux petits commerces (de boissons, de glaces, de friandises, de cigarettes…) le long du fleuve pour répondre à la demande des nouveaux visiteurs.

84Dans le quartier, après cet événement, la polémique a donc pris fin. Le « mur » est désormais unanimement reconnu comme profitable, et ce à plus d’un titre. Tout d’abord comme ouvrage capable de protéger le quartier, ce qui a été particulièrement utile au moment précis où se sont déroulées ces pluies, alors que le quartier était en pleine négociation avec CorpoVargas à propos du projet de reconstruction. Il était alors indispensable – à la fois pour les habitants et pour CorpoVargas – de « prouver » que la partie plane de La Veguita, sur laquelle doivent être construits les immeubles, était devenue une zone « sûre ».

85Ensuite le « mur » est devenu un élément capable de susciter l’intérêt de personnes étrangères au quartier, ce qui contribue à l’élaboration d’un sentiment de fierté local, à la construction d’une vision positive du quartier, ce qui a rarement été le cas depuis 1999, puisque La Veguita était jusque-là apparue – dans la presse en particulier – de façon systématique comme un exemple de la non- – ou de la mauvaise – réhabilitation de Vargas suite à la catastrophe.

86Enfin, le « mur » a révélé sa capacité à drainer des visiteurs, donc à créer de nouvelles activités économiques et à générer un certain bénéfice financier.

87L’exemple du « mur » met en évidence que les tensions qui se manifestent à travers la thématique de la « gestion du risque » débordent amplement cette seule question. Si le « mur » fait l’unanimité dans le quartier, c’est d’une part parce que sa fonction protectrice a été expérimentée et non uniquement déclarée – la question de la confiance dans les institutions de gestion du risque apparaît clairement à travers cet exemple –, mais également parce que les habitants de La Veguita lui reconnaissent aujourd’hui des fonctions (pratiques, économiques, symboliques) qui dépassent le seul cadre de la gestion du risque.

Les nouvelles fondations de La Veguita

88La reconstruction de Vargas offre donc une scène de confrontations riche en enseignements. L’analyse a permis de montrer l’émergence de deux grandes logiques de reconstruction qui œuvrent à travers des acteurs différents mais qui se croisent sur les mêmes espaces : la logique du « vivre avec » et celle de la « rupture ». Au cours de la confrontation de ces deux logiques autour de la reconstruction de La Veguita, le quartier établit finalement de nouvelles fondations. Simple barrio dont les plans prévoyaient la destruction, La Veguita a vécu au cours de ce processus de destruction- reconstruction une véritable transformation. Cette transformation est d’abord matérielle avec d’importantes constructions nouvelles (immeubles, centre communautaire, barrage), elle est également sociale, puisque le quartier se renforce pour ses habitants comme lieu d’identification, à l’extérieur comme lieu de référence et auprès des autorités qui, en la reconstruisant, lui octroient un statut de quartier légitime.

89Le combat mené par les habitants pour redonner vie au quartier, puis la confrontation avec la vision institutionnelle s’inscrivent désormais dans le récit mythique d’une « odyssée » vécue ensemble et ayant permis à La Veguita de renforcer son existence comme lieu d’une communauté. L’union, la solidarité, la ténacité dont il a fallu faire preuve au cours de toutes ces étapes sont aujourd’hui les bases d’une communauté renforcée par l’épreuve.

90En outre, La Veguita existe aujourd’hui plus largement que dans les seules frontières du quartier. Elle existe comme lieu d’un retour désiré chez tous ses anciens habitants obligés de la quitter. Elle a aussi acquis une existence pour les habitants d’autres quartiers de Vargas qui viennent visiter « son » mur ou profiter de « son » fleuve.

91Enfin, la construction des immeubles et celle du « mur » octroient au quartier une véritable légitimité qu’il ne possédait pas jusque-là. En finançant ces ouvrages, les autorités reconnaissent aux habitants la possibilité de rester à La Veguita. Mieux, ils attestent que le quartier est un lieu « sûr ». La Veguita n’est donc plus un simple barrio construit clandestinement et dans les failles du système de gestion publique. La Veguita reconstruite est désormais un quartier officiellement reconnu, ayant acquis, après la catastrophe, une plus grande visibilité auprès des autorités et auprès du reste de Vargas.

Notes

1 Le terme de catastrophe est emprunté au grec « Katastrofè » (de kata : « vers le bas » et strephein « tourner » : renversement, bouleversement et fin, dénouement). Il devient catastrofa en latin : « coup de théâtre ». En français, il est attesté au sens de « dénouement » (d’une tragédie, d’une comédie) depuis le IVe siècle. Au XVIIIe siècle il prend son sens moderne de « grand malheur pour l’espèce » (O’Dea, 2005).

2 «Como la casa había quedado entera prácticamente y no me la tumbó, no me la derrumbó, no me le hizo nada, no me la rompió, no… entonces regresé como a los dos meses y me puse a sacarle tierra ¡pues! A sacar la tierra y eso y a limpiarla y pa’llá que pa’cá y entonces como vi que la casa se podía salvar, entonces yo la limpié y la acomodé, la pinté, la, el piso, lo esto, lo, bueno ¡pues! Y la habité otra vez», Entretien, 20/11/2003.

3 «Mira después de La Tragedia parece que eso nos enseñó a nosotros que teníamos que luchar unidos y que la lucha de uno es la lucha de todos […] y ese fue uno de esos logros más importantes y comprendió los que aquí habitamos que si no lográbamos este objetivo de estar unidos con esa tragedia las íbamos a pasar muy mal […] y si vamos a limpiar los caminos, tenemos que hacerlo todos, si vamos a poner la manguera, tenemos que ponerla todos, si vamos a poner la electricidad, tenemos que ponerla todos […].Y esos objetivos se lograron sin la ayuda del gobierno.», Entretien, 20/11/2003.

4 La proportion des dégâts couverts par des compagnies d’assurance au titre de la catastrophe de Vargas était de seulement 4 % alors que – à titre de comparaison – les dégâts provoqués par les inondations survenues la même années en Autriche, Allemagne et en Suisse l’étaient à 42,5 % (Da Cruz, 2003 : 70).

5 «Ya habían pasado dos años de la tragedia y no habían venido a reclamar esto, no se veía moviendo de que iban a limpiar esto, acomodarlo ni nada. Nos metimos y vimos, que esto estaba… estaba con tierra, con basura, en estas condiciones entonces, empezamos a limpiarla, entre diez días empezamos a sacar los peroles que habían aquí, palo lo que había, tierra, basura, todo lo que se saco, y el piso de allá arriba quedo más limpio, nos dimos cuenta que eran dos pisos, no uno, como uno pensaba, y nos vinimos, nos metimos todos aquí», Entretien, 29/11/2003.

6 «[…] mientras invasores aprovechan para desvalijar las pocas casas que quedaron paradas […] esta situación devalúa la zona […] la urbanización que fuera una de las más bellas del este, se convierte en una guarida de delincuentes», La Verdad, 17/02/2003.

7 «Zona invadida e insegura […] “Pero lo peor no fue el deslave sino lo que vino después. Saqueos, invasiones”», El Universal, 14/12/2004.

8 «Planes de recuperación beneficiarán a invasores de ruinas […]. En ese mismo plan serán incorporadas las familias que han ocupado ilegalmente los inmuebles de Carmen de Uria, aunque no todos hayan sido víctimas de los deslaves», El Nacional, 10/12/2003.

9 «Yo creo que el solo simple hecho de invadir sin autorización ya eso tiene un significado mal, porque invasión,… es que yo te puedo decir “metete en la casa que yo luego vemos como hacemos” pero que yo romper una casa para meterme ya eso no es indicador bueno, entonces Vargas, yo lo siento ahora como que es el urinario de todo el Estado», Entretien, 12/11/2003.

10 «Las familias como la mía, a las que les gusta vivir bien, pagaron para colocar dos bombas hidráulicas, cerámica en los pisos, acondicionar la planta baja y poner rejas. Además, tenemos corriente eléctrica porque la agarramos del poste. Antes de venirme con mi familia para acá yo vivía en casa de mi mamá, en Caracas, en la Cota 905, pero vi la oportunidad de independizarme y aquí estoy luchando para que se nos reconozcan nuestros derechos, y para que el propietario del inmueble nos llame para negociar. Estamos dispuestos a terminar de acondicionarlos y pagarlos porque queremos vivir tranquilos», El Nacional, 17/12/2004, p. B-16

11 De 236 à 1 014 euros environ.

12 De 1 014 à 1 690 euros environ. El Nacional, 17/12/2004, p. B-16

13 Je place ici l’expression de « perception du risque » entre guillemets dans la mesure où elle renvoie à une conception du risque comme une réalité tangible qu’une attitude « normale » conduirait à « ressentir » ou à « percevoir ». Comme le souligne Peretti-Watel, l’expression perception sociale du risque renvoie en outre à « un lieu commun des études sur le risque qui opposent les points de vue de l’expert, du politique et du citoyen, les perceptions de ce dernier s’avérant un obstacle aux actions concertées des deux premiers parce qu’elles sont sociales, c’est-à-dire inadéquates, instables, truffées de croyances irrationnelles » (2003 : 199). Pour tenter de dépasser cette opposition qui s’inscrit dans la perspective dichotomique évoquée en introduction de la troisième partie, je parlerai pour ma part des représentations du risque (Chateauraynaud, 1996 ; Coanus et al., 2004) que les différents acteurs construisent et des usages qu’ils font de cette notion.

14 Rehabilitación de El Litoral Central, Venezuela, Universidad Metropolitana, sous la direction d’Oscar Grauer, 2001.

15 Le POTEV a en effet été soumis à la consultation publique en 2004 avant que le décret d’application ne soit soumis au vote, autant d’étapes qui ont pu produire des modifications ultérieures dans le texte.

16 «Situación previa a la tragedia: severo congestionamiento vehicular, presencia de barrios informales y alto índice de inseguridad, ocupación ilegal del Parque Nacional El Ávila, alto nivel de contaminación de ríos y playas, desarrollos urbanos desordenados, cascos históricos deteriorados, ordenanzas de zonificación caducas y débil base legal.» (p. 34)

17 «Se requiere generar espacios para el asentamiento seguro o menos peligroso de la población», POTEV p. 265

18 «El régimen de protección adoptado para los recursos naturales y el ambiente, debe ser garantizado y sustentado, por ello conviene su redefinición y cogestión», POTEV p. 265

19 «Garantizar la sustentabilidad ambiental y económica», POTEV p. 265

20 «Participación local y social en la gestión», POTEV p. 265

21 Ce terme, qui signifie « atténuation », est employé dans l’ensemble des productions internationales sur la prévention des risques. Il désigne les actions qui visent à réduire l’intensité de certains aléas et la vulnérabilité physique d’un lieu pour rendre les dommages liés à la survenue de phénomènes naturels supportables par la société qui les subit.

22 Thouret (2003) signale, pour l’Amérique latine en particulier, la succession de trois « paradigmes » dans le domaine de la prévention et de la gestion des risques : la primauté technologique, la réponse sociale (amélioration des capacités de réponse), le développement durable (maîtrise des effets de l’urbanisation). Voir la critique qu’il propose de chacun de ces paradigmes et leurs limites.

23 Leadership et vision.

24 « Un rêve pour le Venezuela ».

25 « Vargas, un rêve partagé ».

26 Les termes entre guillemets dans la suite du paragraphe signalent des citations des membres de l’équipe de Socsal, interviewés en groupe le 2/12/2003 dans les locaux de l’ONG à Caracas.

27 Les données qui suivent proviennent de mes notes d’observation prises au cours de la réunion du 21/11/2003, organisée par Socsal, Hotel de las Quince Letras, Macuto.

28 Site Internet de Liderzago y Visión.

29 Cet économiste, conseiller « privatisations » à la Banque Mondiale, appartient également au FMI et est membre au Venezuela d’un certain nombre de sociétés telles que « Futuro Venezuela » où il siège aux côté de nombreux membres de Fedecamara, le principal syndicat patronal du pays. Parmi les sources de financement de l’association Liderazgo y Visión, on signalera la très célèbre association nord-américaine National Endowment for Democracy (NED), fondée dans les années 1980 par le président Reagan pour « promouvoir la démocratie dans le monde ». La NED finance des organisations vénézuéliennes depuis 1993 mais estime que les problèmes liés à la démocratie se sont accentués au Venezuela depuis 2003, ce qui explique certainement l’augmentation du nombre d’associations qui ont reçu depuis cette année-là des financements de la part de cette association. Les fonds alloués à Liderazgo y Vision en 2003 ont été de 42 207 dollars et de 56 000 dollars en 2004, selon les informations diffusées par la NED sur son site Internet.

30 Les termes entre guillemets dans la suite du paragraphe proviennent de la présentation faite par Angel Rangel du projet « Vargas, un sueño compartido » à Macuto, le 11/12/2003 ainsi que d’un entretien qu’il m’a accordé le 24/06/2004.

31 Cette instance légale, prévue par la Loi d’Ordonnance du Territoire pour faire face aussi bien aux désastres naturels qu’à des situations d’administration territoriale particulières (nécessitant une attention ou une protection spéciale), avait pour rôle essentiel de définir les projets de reconstruction et d’établir les cartes d’aléas. La création de cette entité permettait également d’instaurer à Vargas une autorité gestionnaire à caractère national, venant chapeauter les instances régionales et municipales dont on a déjà souligné la naissance récente et les affrontements politiques au moment de la catastrophe (Partie 1). Entretien avec Carlos Genatios, ancien directeur de l’Autorité Unique de Vargas, 08/07/2004.

32 «En las juntas parroquiales, con las asociaciones de vecinos, hubo 4 consultas formales donde se les presento el plan y donde se les explico que toda la planificación estaba basada en la variable riesgo. Que ellos entendieran que cuando nosotros decíamos que en un determinado sector, no debería haber mas unidades … viviendas, era porque estábamos pensado en la variable riesgo.», Entretien, 06/07/2004.

33 « Dans l’usage social ordinaire, une expression comme “Vous m’avez compris ?” est une fausse interrogation dont le contenu affirmatif est celui-ci : “Vous n’avez rien à comprendre, vous n’avez pas besoin de comprendre. Vous n’avez qu’à obéir”. Ainsi, “Vous m’avez compris” est une expression qui nous dit que précisément “comprendre” veut dire deux choses différentes sinon opposées : comprendre un problème et comprendre un ordre » (Rancière, 1995 : 73).

34 Informe técnico. Evaluación de la UA-6- La Veguita Macuto. Programa de habilitación física integral de barrios, sector la Veguita, Montesuma y El Infiernito.

35 Techniproject, présentation des objectifs sur le site Internet de la société.

36 Malgré mes tentatives et demandes répétées, Daniela ne m’accordera pas d’entretien ; sans pour autant le refuser clairement, elle évitera systématiquement l’exercice.

37 Estudio « Percepción de riesgo », nov-décembre 2004, Techni-Project/CorpoVargas.

38 Trois membres de l’OCV, le président et la vice-présidente de l’association des habitants, un membre de la Junta Parroquial et un membre de l’association Renace Nuestra Esperanza.

39 Estudio « Percepción de riesgo », nov-décembre 2004, Techni-Project/CorpoVargas, p. 27.

40 Estudio « Percepción de riesgo », nov-décembre 2004, Techni-Project/CorpoVargas, p. 30.

41 Il est à cet égard intéressant de faire le parallèle avec la façon dont les consommateurs de drogues appréhendent les aléas liés à leurs pratiques (voir Lalande, 2007).

42 «También podemos estar en sitios de riesgo y al minimizar la situación, lo podemos evitar, porque yo veo que otros países del mundo que en situaciones de riesgo, peores aun que la que nosotros hemos pasado, conviven con la naturaleza. Ahora, yo creo que el riesgo a sabiendas de que existe, puede existir la prevención, y la prevención es importante para controlarlo», Rapport Techniproject, p. 29.

43 «Se están dando las condiciones para fomentar una cultura de prevención de riesgos en la zona de Macuto», Rapport Techniproject, p. 30

44 Les gabions sont des blocs de construction pour les ouvrages hydrauliques réalisés à partir de treillis en fil d’acier remplis de pierres.

45 «Yo no quisiera… yo no opino mucho sobre eso porque no soy ingeniero. La gente dice que eso no sirve y hay otros que dicen que eso es lo mejor. Yo no tengo la capacidad técnica para decir quien tiene razón. Yo creo, por lo que yo puedo ver, que un muro de gavión, no es… este… efectivo para que las aguas bajen con facilidad porque crea mucha fricción, y eso es lo que digo hoy. Y también lo he visto. Pero por lo menos me satisface que hayan hecho una ampliación del cauce del río, que ya no hay esas casas dentro del río, entonces eso me tranquiliza a mí, como habitante también de aquí porque yo creo que si ha habido menos obstáculos en el río, menos daños hubiera causado.», Entretien, 14/12/2003.

46 «¿Hasta donde nosotros estamos seguros? Nosotros le preguntamos a los ingenieros… “Nosotros no podemos darle seguridad”, o sea eso es para prevenir y que nos dé tiempo a nosotros de evacuar de aquí, eso fue la conversación con los ingenieros», Entretien, 12/11/2003.

47 «Vargas Hoy. ¡Hacia un gran futuro!», Gobernación de Vargas, 2003.

48 Informe Dirigido a la Asamblea Legislativa del Estado Vargas, Carlos Genatios, 2003.

49 Últimas Noticias, 10/12/2003 ; El Nacional, 15/12/2003 ; El Universal, 18/12/2003.

50 La presse se fait le relais de cette controverse, par exemple le quotidien national Últimas Noticias daté du 6 mars 2005 fait s’affronter les principaux acteurs de la polémique : Carlos Genatios, Alejandro Volta (le général à la tête de CorpoVargas), Angel Rangel (ancien responsable de Defensa Civil) et Pedro Castillo (député pour Vargas à l’Assemblée nationale).

51 Soupe à base de poulet et de légumes qui mijote longuement sur un feu de bois et qui réunit les familles au cours des week-ends. Ce plat populaire est notamment utilisé comme moyen d’échange quand on convoque des voisins ou amis à participer à des travaux de construction dans les barrios. Il est fréquent d’entendre dire que les barrios au Venezuela se sont construits « à coup de sancocho ».

Table des illustrations

Légende Photo 17 : Un immeuble de Los Corales dont la partie gauche a été détruite par une avalanche de pierres lors des coulées de boue de 1999. Cet immeuble a été peu à peu réhabité. Toutes les parties en briques rouges ont été construites a posteriori. Décembre 2004. (Photo : S. Revet)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Photo 18 : Vue depuis l’appartement d’Isabel, quartier de Las Quince Letras, Macuto, décembre 2003.Le fleuve El Cojo a débordé en décembre 1999 et arraché tout ce qui se trouvait sur son passage. À gauche, la ruine de l’ancien musée Armando Reverón. (Photo : S. Revet)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Photo 19 : Les immeubles construits à La Veguita, mai 2006. (Photo : Rogelio Altez)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540