Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations clandestines

 | 
Argán Aragón

Flux

Le lien migratoire

Texte intégral

1Si la migration fonctionne, persiste et se réalise, c’est parce qu’elle repose sur un ensemble de liens qui la supportent et qui la rendent nécessaire et légitime aux yeux des acteurs. Les relations entre individus forment le tissu même du social et sont douées d’une dynamique qui noue, renforce et distend les liens entre les membres d’un collectif, au gré des événements et de la socialisation. La spécificité de la migration irrégulière tient au fait que les individus dépendent, plus qu’en d’autres situations, de leurs liens sociaux, car en tant que travailleurs clandestins, ils ne peuvent compter sur les cadres, les règles et les normes qui régissent la vie dans la légalité. Ce sont donc leurs liens qui leur procurent les ressources pour agir au quotidien et pour se déplacer clandestinement. Ces liens forment des « territoires de la mobilité », comme les appelait Laurent Faret (2003), et fonctionnent sur le mode du réseau. Le réseau, rappelait-il, en citant Jean Bonnemaison, « ancre les hommes dans un lieu tout autant qu’il les projette au-delà, donnant ainsi à chaque groupe, à chaque clan, une territorialité faite de mobilité et de stabilité » (ibid. : 275). Ces réseaux de liens traversent les frontières par un processus de transnationalisation par lequel les migrants forgent et entretiennent des relations sociales qui relient leur lieu d’origine et leur lieu de résidence (Basch et al. 1994). À Los Peñascos, les réseaux de migrants sont formés par une multitude de micro-réseaux reliés entre eux en des points névralgiques, permettant aux acteurs de circuler entre le Guatemala et les États-Unis pour accomplir ainsi le processus migratoire.

Mobilité et stabilité des réseaux migratoires

Au cœur historique du réseau dans le Tennessee

2Le principal point d’ancrage des différents réseaux de Los Peñascos aux États-Unis se trouve dans le Tennessee, dans deux petites villes où se sont établis les premiers travailleurs ayant quitté la plantation, et où ils ont fondé une sorte de point fixe des réseaux migratoires de la vallée. Dalton et sa voisine Cleveland sont devenues le moteur de la dynamique migratoire, car c’est là que se sont accumulés les dollars qui ont permis de payer les passeurs pour les nouveaux migrants puis d’héberger les arrivants au fur et à mesure, avant de les rediriger vers d’autres localités. La stabilité des uns a ainsi permis la mobilité des autres. En janvier 2011, une quarantaine de migrants originaires de la vallée de Los Peñascos habitait à Dalton et une cinquantaine à Cleveland.

  • 1 Cette entreprise, tout comme la ville de Dalton, apparaît ici sous un nom fictif.

3Dalton est une petite ville industrielle d’un peu plus de 7 000 habitants qui se trouve au pied des Appalaches. Cette bourgade vit au rythme de l’usine ZBL1, une importante compagnie de confection de canapés aux États-Unis, principal employeur du comté, où travaillent aussi les migrants du village. Les réseaux migratoires ont été judicieusement mis à profit par l’entreprise, car les migrants forment d’eux-mêmes leurs équipes de travail, et les régissent par un autocontrôle très strict qui les pousse à produire le plus et le mieux possible pour être dans les meilleurs termes avec leur employeur et gagner le plus d’argent possible. En 2009, les salaires étaient en moyenne de 95 dollars par jour, auxquels pouvaient s’ajouter des heures supplémentaires et des primes à la productivité. Certains gagnaient 130 dollars par jour, et ceux qui travaillaient la nuit, de 23 heures à 7 heures, pouvaient même obtenir jusqu’à 165 dollars en une nuitée. La compagnie et les migrants y trouvaient leur compte, les premiers à hauteur de 2,4 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2011, les seconds à hauteur de quelque 2 500 dollars par mois en moyenne.

4Pour travailler dans ce type d’usine, les migrants doivent pouvoir fournir un numéro de sécurité sociale valide accompagné de son petit carton justificatif, en plus d’une photocopie d’une Greencard, le document officiel de résidence pour les étrangers. Par chance pour les migrants de Los Peñascos, le système de visas de travail H-2B a inscrit plus d’un millier de travailleurs de la vallée à la Social Security en les dotant chacun du document officiel. Ces véritables sésames ont souvent fini par être prêtés à un proche ou vendus à un tiers qui travaille sous l’identité d’un autre. Fournir la photocopie d’une Greencard ne présente pas de difficulté majeure, car il suffira de s’être fait faire un faux titre de séjour auprès des réseaux de faussaires, et d’en présenter uniquement la copie. Le travail dans cette usine est une aubaine pour les migrants, car l’argent gagné est proportionnel au volume horaire travaillé et parce que les conditions de travail en intérieur affranchissent la production des aléas climatiques et assurent un plus grand confort aux employés.

5Ces bonnes conditions de travail ont autorisé un mode de vie sédentaire, facilitant l’établissement dans un lieu et la mise en commun de certaines dépenses pour réduire les frais de la vie quotidienne (loyer, nourriture, entretien, câble de télévision). Comme l’a montré Alejandra Aquino (2010), le comportement des migrants clandestins peut être fixé sur deux temporalités distinctes : la recherche d’une « satisfaction différée » dans le lieu d’origine, ou celle d’une « satisfaction immédiate » dans le lieu d’immigration. Ceux qui recherchent la satisfaction différée vivent dans une vie quasi monacale centrée sur le travail, comme l’expliquait Aarón, 40 ans :

Je travaillais de 6 heures à 14 heures à l’usine et de 15 heures à minuit dans le restaurant. Je revenais dans mon appartement juste après minuit, et me relevais à 5 heures et quart pour être à 6 heures à l’usine. C’est un rythme de travail très dur, mais il faut s’y adapter et moi je m’y suis habitué.

6Aux États-Unis, loin des contraintes et des normes sociales qui régissent la vie communautaire dans les lieux d’origine, les migrants sont relativement libres de choisir l’une ou l’autre temporalité. Ceux qui développent des comportements plus dépensiers justifient souvent leurs pratiques par la lourdeur du travail pendant la semaine qui les pousse à se distraire ou à se défouler la fin de semaine. Certains considèrent aussi que l’argent dépensé se regagne très vite, comme l’exprimerait, à sa manière, El Viejo, un jeune migrant de 18 ans : « Ici la bière coûte 10 dollars le double-six-pack. Douze bières ? Une demi-heure de travail ! La télé plasma de 40 pouces ? Une semaine de travail ! Une voiture qui plaît aux filles ? Deux mois de travail ! »

7Certes, les comportements ne sont pas aussi schématiques, et beaucoup de migrants ayant déjà envoyé d’importantes sommes d’argent à leur ménage s’accorderont parfois des dépenses de divertissement ou d’apparat pendant quelque temps. À l’échelle de vie des migrants, la gestion des dollars de la migration résulte le plus souvent d’une prise de conscience, par expérience ou transmission, des dérives et des écueils de la satisfaction immédiate. Certains aînés tentent ainsi de rappeler constamment à leurs cadets le sens et la finalité de leur présence aux États-Unis, comme le faisait, par exemple Medardo, 24 ans, à ses frères plus jeunes, qui ne l’écoutaient pas : « Ici le Diable est lâché dans la nature : argent, femmes, alcool, voitures. Vous devez faire attention à ce que vous faites et à quoi vous dépensez votre argent, car ici tout peut partir en fumée. Souvenez-vous que notre objectif, c’est de ramener l’argent là-bas. »

8Les bonnes conditions de vie et de travail ont permis à un certain nombre de migrants de nouer des relations amoureuses avec les femmes locales voire, pour certains, de former un foyer. Abdón a été le premier du village à s’établir, lorsqu’à 46 ans et après quatre années à Dalton, il a rencontré une Guatémaltèque avec qui il a eu un enfant, avant d’abandonner sa femme et ses quatre enfants à Los Peñascos et d’acheter une maison à Cleveland. Le deuxième a été Froedel, 36 ans, arrivé en l’an 2000 et qui a rencontré à Dalton une voisine de la vallée, avec qui il a eu une fille en 2005. Ángel a été le troisième, en épousant à 27 ans une jeune États-unienne de Dalton qui avait déjà eu un enfant d’un autre migrant de la vallée.

Photo 4. À Dalton, un dimanche matin

Photo 4. À Dalton, un dimanche matin

Cliché AA (2009)

9Mais ces conditions de vie ne peuvent exister que tant que la demande de canapés chez ZBL se maintient. Lorsqu’elle s’effondre, comme ce fut le cas en 2009 après la crise financière de 2007, les travailleurs clandestins ont été les premiers à être mis au chômage. Or, tant qu’il y a du travail, les travailleurs restent, et quand il n’y en a plus, ils repartent. À Dalton, le nombre de mères élevant seules leurs enfants est le signe austère de la succession des vagues de travailleurs hispaniques chez ZBL. Car pour les migrants de Los Peñascos, tout comme pour les Salvadoriens et les Mexicains qui les ont précédés, Dalton reste un lieu de passage qui n’a de sens que si les dollars s’y gagnent, et quand ils cessent de s’y gagner, ou que le projet migratoire est terminé, les migrants repartent.

Tampa, Floride, nœud des réseaux migratoires

10C’est à la frontière entre la Géorgie et le Tennessee qu’un jeune Guatémaltèque avait rencontré un contractor roumain qui lui proposait d’enfouir la tubulure en plastique destinée à contenir, sous le sol, les câbles haute technologie de Verizon, la principale compagnie de télécommunication du pays. Une fois le travail terminé, l’employeur a proposé au migrant de le suivre en Floride où il avait obtenu de nouveaux contrats. C’est ainsi qu’allait se créer ce qui allait devenir l’une des principales niches migratoires des réseaux de la vallée, par laquelle transiteraient plus d’une centaine de migrants pendant près d’une décennie. Les migrants étaient le dernier maillon d’une triple sous-traitance, enfouissant un tube pour un contractor qui était payé pour installer cette gaine par une compagnie d’infrastructure électronique chargée d’installer le câblage pour Verizon.

11Les journées de travail commencent à 7 heures du matin et se terminent généralement, si la météo le permet, vers 5 ou 6 heures de l’après-midi. Sur le chantier, une première équipe de migrants est chargée de creuser un fossé d’une coudée de profondeur, jalonné d’espaces plus larges destinés à contenir des caissons de connexions. Derrière elle, une autre équipe se charge de dérouler le tuyau pour le raccorder aux caissons. Ensuite, la première équipe revient sur ses pas pour combler le fossé en tassant minutieusement la terre et, s’il a été retiré, en remettant le gazon. Lorsque des espaces cimentés recouvrent la surface, une équipe spécialisée fore sous le sol au moyen d’un missile pneumatique pour percer l’orifice dans lequel sera glissé le tuyau. Les équipes travaillent avec le souci permanent de ne pas toucher à la multitude de câbles et de tuyaux qui se partagent ces galeries souterraines (gaz naturel, eau, électricité, téléphone, fibre optique, etc.). Initialement, les chantiers se trouvaient surtout à Tampa, mais ils se sont progressivement éloignés pour couvrir l’ensemble de la région de Sarasota, Bradenton, Clearwater, St Petersburg, etc.

12Les travailleurs sont logés par leur employeur dans un grand parc de mobile-homes situé à la sortie vers Sarasota, le trailer-park, où vivent essentiellement des clandestins d’Amérique centrale et du Mexique ainsi que des États-uniens des couches les plus populaires. Entre six et dix migrants partagent de grandes roulottes, où ils dorment souvent sur des matelas qu’ils enroulent ou empilent au petit matin. En fin de semaine, les migrants se réunissent autour de la télévision hispanique, de la musique, des jeux de cartes, des matchs de football, de virées à la supérette ou aux marchés aux puces. Du fait de leurs conditions de vie et de travail, les migrants demeurent surtout dans des espaces de sociabilité en vase clos, et les relations avec les populations états-uniennes sont restées relativement rares.

Photo 5. Journée de travail à Tampa

Photo 5. Journée de travail à Tampa

Cliché AA (2005)

13Contrairement à Dalton, les travailleurs n’ont pas tellement l’opportunité de se lier avec les jeunes femmes locales, et depuis dix ans qu’existe la filière tampaise, personne de la vallée n’a encore décidé de s’y installer. Tampa reste un lieu de passage qui draine les migrants vers d’autres endroits aux États-Unis ou sur le chemin du retour au village ; c’est en quelque sorte un espace partagé où les migrants de différents réseaux vivent ensemble un temps avant de se séparer à nouveau. Mais il existe des niches migratoires plus exclusives qui ne constituent pas de chaîne migratoire à proprement parler et qui fonctionnent de manière autonome. C’est le cas, par exemple, d’une fratrie de Los Peñascos qui n’est jamais passée par les grands nœuds des réseaux, et qui a travaillé avec un contractor de Floride jusqu’à ce que les dégâts de l’ouragan Katrina la conduisent à La Nouvelle-Orléans.

La Nouvelle-Orléans, Louisiane : en bout de réseau

14La situation de Mateo et Artemio est particulière, mais elle montre comment un petit réseau peut fonctionner d’une manière très efficace, avec une certaine autonomie vis-à-vis des autres migrants, tout en y étant connectés. Pourquoi ces deux jeunes frères ne se sont-ils pas retrouvés avec les autres migrants avec qui ils sont pourtant arrivés lors des visas H-2B ? La raison se trouve dans des logiques communautaires qui tracent les lignes de division et de formation des groupes. Ils sont les deux fils aînés du pasteur évangéliste du village, et depuis leur plus jeune âge, leur famille s’est maintenue relativement à l’écart des autres ménages dans un village à majorité catholique.

15Les deux jeunes frères ont décidé, en 2003, lors de leur deuxième saison de plantation, de rester en clandestins aux États-Unis et ont rejoint, dans un premier temps, un de leurs oncles maternels en Floride. Ils ont trouvé du travail dans le goudronnage de route, puis ils ont rencontré un contractor dans la maçonnerie avec qui ils ont travaillé pendant plusieurs années en Floride, avant de rejoindre La Nouvelle-Orléans où ils sont restés jusqu’à leur retour à Los Peñascos en 2009.

16En sept années aux États-Unis, les deux frères ont beaucoup travaillé et très peu dépensé, envoyant régulièrement une partie de leur paye à leur père qui la mettait sur un compte en banque à leur nom. Ils disaient – et leurs cousins de Tampa le confirmaient – avoir mené une vie austère, relativement à l’écart des autres migrants, restant certes en contact avec eux, mais sans avoir eu besoin, au cours de ces sept années, de recourir aux ressources qu’auraient pu leur fournir d’autres segments de leurs réseaux migratoires. Pour leur père, l’efficacité de leur migration avait tenu justement dans leur mise à distance volontaire des engouements collectifs des autres jeunes, qui leur a permis de maintenir d’autant plus ferme un contrôle mutuel entre frères dont la migration participait, de bout en bout, à un projet commun.

17Par une situation extrêmement rare dans la migration clandestine, ces deux frères ne se sont jamais séparés pendant leur course migratoire, vivant et travaillant ensemble, partageant les frais, les réduisant, et se rappelant sans doute, l’un à l’autre, les conseils du père qu’ils avaient intériorisés : « cette migration était une bénédiction concédée par Dieu », et ils devaient en prendre soin. Dans la prière du jour de leur départ en 2003, leur père leur avait dit : « Vous partez ensemble, et vous reviendrez ensemble », et c’est ce qu’ils ont fait. Avec l’argent de leur migration, ils ont acheté des parcelles de café, deux voitures, construit leur maison autour de la maison familiale, restauré le temple protestant, et payé l’éducation secondaire de leurs deux sœurs et de leurs deux frères plus jeunes.

Los Peñascos : le centre lointain des réseaux migratoires

18Pour les familles restées au village, la vie quotidienne à Los Peñascos est rythmée par les départs, l’attente et les retours. Ceux qui sont restés guettent les signes de ceux dont ils imaginent le quotidien dans les confins de l’espace, et chaque ménage procède à une gestion différenciée de l’absence en fonction de son histoire et de sa structure générationnelle (Del Rey & Quesnel 2004). Dans la plupart des foyers, le départ des hommes implique celui de la principale main-d’œuvre du foyer, que ne pourra pas toujours combler l’argent envoyé par les migrants. La migration a ainsi engendré une pénurie de main-d’œuvre dans le village, car « tous les hommes sont là-bas, et ceux qui sont revenus ne veulent plus travailler les terres des autres », explique Lidia, 39 ans. Certains migrants essayent de compenser leur absence par des dépenses onéreuses offertes à leurs proches, tel le fils aîné de Lidia qui a construit pour elle une somptueuse terraza, avec jardinet et arcades. Mais seuls dans ces grandes bâtisses, ceux qui sont restés au village commencent parfois à craindre que ceux qui sont partis ne reviennent plus.

19Le fils de Lidia appelle chaque semaine pour prendre des nouvelles de sa mère et de ses sœurs, et pour lui raconter les anecdotes de sa découverte du nouveau pays. Elle avoue parler très peu au cours de ces échanges, car pour elle, la vie à Los Peñascos n’a fait que « se vider » avec la migration. Son mari l’a quittée pour fonder une nouvelle famille dans le Tennessee, ensuite son fils aîné a fait venir sa fiancée, et son cadet puis ses deux filles sont partis poursuivre leurs études dans le bas de la vallée – payées par leur aîné. Seule dans sa grande maison, comme beaucoup d’autres femmes de la vallée, Lidia commence à devenir ce qu’Irene Palma (2004) appelle des « veuves blanches », attendant le lointain et incertain retour de ceux qui sont partis.

20À Los Peñascos, les migrants s’en vont généralement pour trois à cinq années, mais bien souvent, les séjours s’allongent indéfiniment. Dans certaines familles, les absences ont engendré des situations d’implosion qui nourrissent les ragots du village, telle femme de migrant partie avec un homme en vidant le compte en banque, tel père apprenant, à son retour, que sa fille, à peine adolescente, est tombée enceinte d’un voisin du village et est partie avec lui. Des événements similaires ont lieu partout dans le monde, avec ou sans migration, mais les départs de longue durée inscrivent les événements dans un temps distendu dans lequel chacun finit par rendre coupable l’absence des uns, ou la longue attente des autres. Pourtant, pour tous les migrants, Los Peñascos reste le référent identitaire et symbolique vers lequel ils seront toujours attirés, même de loin.

Partir et revenir : les forces de gravité de la migration de travail

La circularité migratoire

21Si la migration est une réaction en chaîne, c’est parce que ceux s’en vont finissent presque toujours par revenir, puis par repartir au bout d’un moment. Ces mouvements de départs et de retours ont pour effet de pousser les autres habitants à vouloir prendre part, à leur tour, à cette expérience collective. Comme l’ont abondement étudié nombre de travaux, la migration déclenche des processus de transformation en cascade qui agissent sur les dynamiques sociales, culturelles, économiques et identitaires des groupes, et qui contribuent à donner encore plus d’élan à la dynamique migratoire (Lopez Castro 1986 ; Massey 1986 ; Durand 1990 ; Faret 2003 ; Guilmoto & Sandron 2003).

22Toute migration de travail commence par un mouvement pendulaire entre l’origine et la destination, qui prend la forme d’un mouvement cyclique entre deux espaces, entre deux modes de vie, entre deux réalités. Jorge Bustamante appelle « circularité migratoire » le mouvement d’expulsion et d’attraction qui régit tout flux migratoire : les acteurs partent parce qu’une force les libère du lieu d’origine, et que déjà une autre les attire, et ils s’en retournent parce qu’une force les déprend du lieu d’immigration en même temps qu’une autre les rappelle vers leur lieu d’origine. Ces forces qui soutiennent et entretiennent la mobilité agissent comme « des forces de gravité », tant à l’échelle de vie des migrants qu’à l’échelle du flux (Bustamante 1997 : 325). La circularité est une dynamique de pompage qui insuffle le rythme et la cadence au flux migratoire : les personnes migrantes partent poussées par un projet migratoire, et reviennent attirées par leur famille ou leur village, ou encore – et c’est là un phénomène artificiel – expulsées par les autorités du pays de destination.

23L’évolution du solde migratoire – la différence entre les départs et les retours – est un indicateur majeur de la circularité du flux. À Los Peñascos, ce solde a été négatif en 1991 avec le premier départ, puis est revenu à zéro dans les deux années suivantes pour descendre à -2, avant de revenir à +1 en 1996. Entre 1998 et 2003, avec le programme de visas H-2B, le solde allait fortement diminuer et se maintenir entre -4 et -7, pour baisser drastiquement en 2004 à -16, avant d’infléchir une remontée à -3 l’année suivante, puis à +3 en 2006, après une décennie de solde négatif. Le solde atteindrait -2 en 2007, remontrait à 0 en 2008 (avec 4 départs pour 4 retours), atteindrait +5 en 2009, avant de revenir à 0 en 2010 (avec 6 départs pour 6 retours) (figure 4).

Figure 4. Évolution du solde migratoire de Los Peñascos

Figure 4. Évolution du solde migratoire de Los Peñascos

Source : CLP 2011

24Cependant, dans ces retours, on compte les expulsions de migrants par l’Immigration and Customs Enforcement (ICE), surreprésentées à Los Peñascos, qui a connu au total neuf expulsés depuis 1991, pour quatre-vingt-seize migrants clandestins, soit 9 % de la population clandestine. Sans ces expulsions – en supposant que les migrants seraient restés aux États-Unis –, le solde migratoire en 2009 aurait été de +1, au lieu de +5. Mais ces expulsions ne signifient pas la sortie de la circularité migratoire, car sur les neuf expulsés, deux sont repartis en clandestins peu après.

Repartir : comme une addiction

25Les allers-retours peuvent cacher une dimension qui apparaît souvent dans la migration : l’obsession de repartir. Une règle quasi générale veut que qui ont vécu ailleurs pendant de longues années demeurent quelque temps comme en suspens entre les pôles de l’espace migratoire, car pour celui qui a vécu aux États-Unis un quotidien construit autour du travail et du salaire, le retour à Los Peñascos devient rapidement un temps de sensation d’impuissance face aux dépenses. Le fastueux niveau de vie des migrants à leur retour s’épuise d’ordinaire en une ou deux années. Leur propre corps est parfois à l’image de cette évolution ; revenant au village avec un fort embonpoint du fait des habitudes alimentaires acquises aux États-Unis, mais le reperdant au fil des mois dans le village avec le retour à une alimentation classique, faible en graisses. Tout retour au village fait naître la crainte du lendemain, comme l’analyse Romaido, 36 ans :

C’est-à-dire qu’avec l’économie qu’il y a ici, on ne pourra jamais dire : « J’ai dépensé 1 000 quetzals, demain je les restitue ». Ici, ce qui est dépensé est dépensé, et l’argent ne revient plus. En revanche, là-bas je sais que j’ai dépensé 500 dollars dans quelque chose, mais la semaine suivante on récupère 300 et la semaine d’après 200, et très vite on récupère les 500 dollars.

26Pourtant, la justification du départ pour gagner de l’argent dissimule souvent, d’une manière plus inconsciente, l’expérience d’un certain malaise face à l’écoulement du temps à Los Peñascos et à la trop forte pression communautaire. Pour décrire ce sentiment, les habitants du village reprennent une expression populaire consacrée : ya no se halla aquí, « il ne retrouve plus sa place ici ». Ces migrants partis et qui repartent encore sont pris au piège identitaire de la circularité migratoire qui leur donne envie d’aller à Los Peñascos quand ils sont aux États-Unis, et aux États-Unis quand ils sont à Los Peñascos, perdus dans la « double absence » de l’émigré-immigré que décrivait le sociologue algérien Abdelmalek Sayad (1999). Quelques-uns basculent même dans une sorte d’errance et deviennent, aux yeux du village, l’expression la plus crue de « ceux qui tombent dans le vice de la migration », comme dirait Doña Dolores, 82 ans, à propos des soûleries de son fils célibataire de 35 ans, qui était déjà parti à cinq reprises, avait construit sa maison et acheté une voiture au village et vivait imbibé d’alcool, ne parlant que du Kentucky. Dans le village, quatre autres migrants se trouvaient dans une situation similaire.

Allongement des durées en migration

27Au dire des habitants, si le voyage aller ne présentait aucun risque et si la frontière était facile à traverser, tous les migrants, en âge et en disposition de partir vivraient dans une mobilité pendulaire entre Los Peñascos et les États-Unis. Cependant, les coûts liés au voyage clandestin rendent impossible cette pratique, car les tarifs des passeurs, en constante augmentation, représentent, en 2012, l’équivalent du bénéfice de deux années d’un producteur de café moyen du village (7 000 dollars), et n’offrent aucune garantie quant à la réussite du passage. À ces frais s’ajoutent les dangers du voyage provenant de la nuée de délinquants qui sévissent sur la route, ou des milieux naturels très périlleux par lesquels il faut traverser.

28Par un calcul très simple, les migrants considèrent que plus les coûts d’entrée en migration sont élevés, plus ils décideront de rester longtemps aux États-Unis, d’abord pour rembourser les frais des passeurs, puis pour gagner le plus d’argent possible en un seul séjour – par crainte ne plus avoir la possibilité de traverser la frontière à l’avenir. Dans les années 2000, la majorité des migrants de Los Peñascos pensait initialement partir pour trois ans, mais les durées de séjour se sont systématiquement allongées, établissant la durée moyenne du premier séjour à quatre ans, et celle du deuxième à quatre ans et demi. Parmi les migrants qui se trouvaient aux États-Unis en janvier 2011, 17 % y étaient depuis moins de deux ans, 25 % depuis trois à cinq ans, 34 % depuis six à huit ans, 12 % depuis neuf à onze ans, et 12 % depuis plus de douze ans. Ceux qui étaient aux États-Unis depuis plus de huit ans étaient tous des migrants partis avant l’âge de 25 ans et qui avaient construit chacun leur terraza à Los Peñascos. Pourtant, beaucoup au village pensaient qu’ils ne reviendraient plus. En fait, l’allongement des séjours a un effet déterminant : il accélère la dynamique migratoire, les longs séjours des uns permettant les capitalisations suffisantes pour permettre les voyages des autres.

L’avenir passe désormais par l’ailleurs

Le processus migratoire

  • 2 Pour une analyse des communautés d’origine pour le cas mexicain, voir en particulier Alarcón (1992) (...)

29La migration est un processus social et identitaire qui a prise sur un contexte démographique particulier et qui déclenche une réaction en chaîne qui fait évoluer la composition et le volume du flux migratoire. La trame de ce processus a été décrite, en détail, principalement à partir de travaux effectués dans des localités rurales dans le Nord-Ouest mexicain2. Ce processus veut que les premiers à migrer soient généralement des jeunes hommes de la classe d’âge 18-25 ans, suivis par d’autres membres de la population active masculine. Au bout d’un moment, une fois qu’un nombre suffisant de migrants hommes est établi dans le lieu de destination, les femmes commencent à entrer à leur tour dans la mobilité puis, quelque temps plus tard, font venir leurs enfants. Au fil des années, tous ceux qui le pouvaient finissent par partir, et ne restent plus dans les villages d’origine que les populations les plus âgées. Un flux migratoire commence, augmente, se maintient, décline puis se tarit.

30Ce processus se manifeste également à l’échelle des ménages en s’inscrivant dans un cycle familial : lorsque c’est le père qui part en premier, il entraînera d’ordinaire ses fils et ses neveux, et si c’est un fils qui part, il entraînera ses frères et ses cousins puis ses sœurs. Le retour au village des jeunes migrants entraîne la fondation de nouveaux ménages et de nouvelles naissances, mais simultanément, les migrants qui ne sont pas encore revenus commencent à se lier avec les populations locales du lieu d’immigration, ont des enfants avec elles, et songent peu à peu à s’installer dans le pays.

31Aux échelles locales des milieux ruraux, la migration commence généralement par les ménages à niveau de revenu intermédiaire ou élevé qui disposent des ressources à engager et à risquer dans le projet. Les premiers départs sont d’ordinaire conçus par les migrants comme une aventure, mais ils deviennent rapidement une norme familiale puis sociale. Peu à peu, les coûts relatifs de la migration diminuent fortement et finissent par devenir accessibles à l’ensemble de la population. Dans ses dernières phases, le flux finit par être composé des populations plus pauvres qui entrent dans la mobilité sur le tard, avant que le flux ne commence à décroître, ayant finalement déplacé la population active de la localité et leur descendance dans le lieu de destination.

  • 3 La formalisation du processus migratoire tel qu’on le présente ici provient des travaux qui s’inscr (...)

32Telle est la trame du processus migratoire qui a été observée dans un grand nombre de régions en développement. Cependant, malgré ces grandes lignes, il est certain que cette dynamique se déroule à un moment historique particulier qui lui donne une forme spécifique. Migrer aujourd’hui de Los Peñascos vers les États-Unis n’a ni les mêmes implications, ni les mêmes coûts qu’une génération plus tôt, ou que cela a de le faire depuis le Mexique. Migrer aujourd’hui c’est migrer dans une ère d’accélération des échanges et de renforcement radical des frontières des pays d’immigration et de transit. Or, les étapes du processus migratoire ont été formalisées principalement à partir de l’observation de flux migratoires ruraux au xxe siècle initiés par la recherche d’emploi, et il est certain que celui-ci présentera de grandes variantes dans les milieux urbains, dans les migrations lointaines à haut risque ainsi que dans les départs provoqués par la violence ou par les changements climatiques3. Le processus migratoire n’est pas un modèle systématique, il est une dynamique évolutive qui se décline en fonction des réalités locales et de la facilité ou de la difficulté de la mobilité dans l’espace.

La trame de la migration à Los Peñascos

33Le degré de féminisation du flux migratoire est un indicateur clé de l’évolution du processus migratoire. À Los Peñascos, la prépondérance des migrations masculines (97 %) indique que le processus en est encore à ses débuts, mais le départ en clandestin de trois femmes depuis 2002 – c’est-à-dire quatre ans après les départs massifs des hommes – semble montrer que le processus entre dans une nouvelle phase. L’entrée des femmes dans la migration a commencé très rapidement si on la compare, par exemple, à la situation observée dans le Nord-Ouest mexicain, il y a trois générations, où les femmes avaient commencé à migrer en nombre, vingt ans après les hommes (Massey et al. 1994 : 1512). La différence entre ces périodes peut sans doute s’expliquer par l’effet combiné de l’accélération des échanges portée par la globalisation, mais aussi par l’histoire très particulière de la migration vers les États-Unis dans cette vallée du Huehuetenango.

34La figure 5 montre le déroulement du processus migratoire dans le village entre 1991 et 2010. Les migrations pionnières du début des années 1990 (pics de l’Immigration avec passeur avant 1996) ont déclenché le mouvement, mais c’est lorsqu’est apparue la possibilité d’immigrer clandestinement à bas coût avec les visas H-2B que les départs sont devenus beaucoup plus importants (pics 1998, 2000, 2003, 2004 de l’Immigration avec visas H-2B). L’Immigration avec passeur a recommencé en 2000 pour atteindre des sommets en 2002 et 2004. Après 2005, il a été plus difficile d’utiliser les visas H-2B pour rester en clandestins, et l’Immigration avec passeur est redevenue majoritaire. Les retours sont restés relativement faibles jusqu’en 2004, année où ils ont fortement augmenté avec les Retours volontaires, auxquels se sont ajoutés, en 2009, les retours forcés à l’issue de procédures d’expulsion (Expulsés).

Figure 5. Évolution du processus migratoire à Los Peñascos (1991-2010)

Figure 5. Évolution du processus migratoire à Los Peñascos (1991-2010)

Source : CLP 2011

35Sur cette figure, on remarque que les pics de l’Immigration avec visas H-2B, apparaissent deux ans avant les pics de l’Immigration avec passeur. Cette antériorité indique la période où les migrants clandestins H-2B ont accumulé les moyens nécessaires pour faire partir les migrants avec les passeurs, le temps de s’installer et d’épargner un minimum. En d’autres termes : les pics d’Immigration avec visas H-2B ont directement engendré les pics de l’Immigration avec passeur.

36La migration a fini par devenir une pratique banale à Los Peñascos. Le processus migratoire se diffuse dans les représentations des habitants à travers un ensemble de pratiques, de normes et de valeurs partagées qui perpétuent la mobilité. Comme l’ont développé Christophe Sandron et Frédéric Guilmoto (2000), la migration, portée par les réseaux migratoires, est douée d’une dynamique institutionnelle au sens sociologique du terme, instaurant des manières de faire, de sentir et de penser au sein d’un groupe social.

Le lien migratoire

Capital social et réseau

37Les liens sociaux qui forment un réseau de liens entre personnes vivant dans des lieux séparés peuvent permettre aux uns et aux autres de partir, rester, revenir ou repartir, ou de faire partir, faire rester, faire revenir ou faire repartir : la migration est une action collective par laquelle se créent, se recréent et se convertissent les ressources qui permettent de faire circuler un groupe social dans l’espace migratoire. La première de ces ressources est le capital social. Pour Pierre Bourdieu (1980), le capital social désigne les ressources que peuvent procurer – ou non – les relations sociales,

  • 4 Bourdieu & Wacquant 1992 : 95.

c’est la somme des ressources actuelles ou virtuelles, qui reviennent à un individu ou à un groupe du fait qu’il possède un réseau durable de relations, c’est-à-dire la somme des capitaux et des pouvoirs qu’un tel réseau permet de mobiliser4.

38La notion de capital social permet de comprendre et d’analyser les effets des relations sociales et la dynamique du lien social dans l’action. Les liens entre les membres d’un collectif génèrent le capital social qui peut être mobilisé et entretenu au sein d’un groupe. Chaque acteur accède à certaines ressources et à certains niveaux de ressources en fonction de sa sociabilité, de ses réseaux, et de la position qu’il occupe dans ces derniers. Le fonctionnement en réseau rend possible la mobilité par-delà des frontières et des contextes économiques et sociaux distincts, en inscrivant l’action à une échelle transnationale qui lie des espaces locaux (Portes 1995). La pratique migratoire est rendue possible parce qu’elle accumule le capital social au sein des réseaux, permettant ainsi que se développe et se diversifie la mobilité. Ce processus est ce qui a été décrit comme la causalité accumulative du capital social qui veut que l’action réalisée à un moment donné par un migrant ait des répercussions majeures sur le déroulement ultérieur des migrations, dans la sélectivité des personnes et dans l’évolution du flux (Massey 1990 ; Massey et al. 2009).

39Dans la migration, l’action en réseau consiste dans la mise en commun de certaines ressources entre des acteurs liés par des liens de réciprocité. La réciprocité entre individus membres d’un réseau fonde la cohésion d’un groupe, rend performant le capital social et donne sens à l’action collective (Bévort & Lallement 2006 ; Caillé 2006). Cette réciprocité entre migrants consiste dans le respect de certaines règles qui ont été condensées dans la formule « le contrat migratoire », par lequel ceux qui réussissent leur voyage s’engagent tacitement à envoyer de l’argent vers leur ménage d’origine et à aider les candidats à la migration à hauteur de leurs moyens. Celui qui décide de ne pas respecter ces règles sera progressivement exclu des réseaux et les membres du groupe cesseront de le soutenir ou de veiller sur ses intérêts. La grande majorité des migrants choisit cependant de respecter ces règles simples, et pour eux, le réseau devient un « complexe, silencieux et efficace système de soutiens » qui permet et accompagne leur migration (Durand 1986 : 86).

40Le contrat migratoire est un engagement de réciprocité, et en aucun cas une injonction morale à se comporter avec probité. Les migrants adoptant un mode de vie dépensier, souvent jugé excessif ou immoral au village, ou ceux, plus circonspects, qui vivent dans un certain retrait par rapport aux autres migrants, ne sont en aucune manière exclus des réseaux tant qu’ils envoient de l’argent et soutiennent d’autres migrants pour partir. Quand la réciprocité est respectée, le réseau migratoire dessine alors

  • 5 Durand 1995 : 18.

une chaîne de solidarités sociales inscrites dans une structure spatiale en réseau. Elle s’ouvre, se dessine et s’installe autour des trajectoires et des points d’ancrage des pionniers. Derrière ces têtes de pont, les filières s’activent et se stabilisent grâce aux liens de parenté et de solidarité, hérités ou reconstruits. Les regroupements familiaux les épaississent et les renforcent5.

41Don Epifanio, père, beau-père et grand-père de migrants de Los Peñascos, décrivait la migration comme « une chaîne », et c’est une chaîne humaine générationnelle horizontale – les migrants faisant partir les personnes de leur génération – et verticale – les aînés faisant partir les plus jeunes lorsqu’ils ont atteint l’âge de migrer.

Révéler le réseau dans l’action

42Pour prendre la mesure de l’efficacité de l’action en réseau et du capital social, il faut observer la dynamique des liens sociaux qui soudent l’unité et la densité d’un groupe (Mercklé 2004). L’approche néostructurale, ou analyse des réseaux complets, invite à formaliser a posteriori un collectif pour voir comment, et sous quelles modalités, circule le capital social entre membres d’un réseau dans une action concrète. Précisons que la notion de « réseau complet » ne se réfère pas à une illusoire complétude des réseaux – qui par définition n’ont pas de limites – mais à la modélisation d’un groupe qui se forme dans le cadre d’une activité donnée (Lazega 2006 ; 2007).

  • 6 Sur l’importance de la famille dans les sociétés, voir Zonabend (1986).

43Le réseau migratoire est la réponse à une double question : « Qui peut m’aider et qui puis-je aider ? » L’enquête ethnographique permet de montrer, à l’échelle des acteurs, quels sont les liens qu’ils mobilisent ou non. Dans les sociétés modernes, la famille en général et le ménage en particulier sont la première ressource à disposition des individus6. Aussi, c’est au niveau de la parentèle qu’il faut se placer pour observer la circulation et les effets du capital social au sein d’un groupe. Voici, par exemple, la parentèle de Don Perfecto, père et grand-père de migrants de Los Peñascos, qui est une des plus expérimentées du village du point de vue de la migration vers les États-Unis (figure 6).

Figure 6. Conversion du capital social dans la parentèle de Don Perfecto

Figure 6. Conversion du capital social dans la parentèle de Don Perfecto

Élaboration de l’auteur à partir des enquêtes de terrain (2011)

44Le premier migrant à être parti dans la parentèle, mais aussi dans le village, est Jacinto, le benjamin de Don Perfecto, situé en haut à droite du graphique. Pour partir, en 1991, Jacinto a bénéficié d’un premier soutien économique de son père, mais comme celui-ci n’était pas suffisant, il a dû s’engager – une fois le voyage réussi – à travailler pour son passeur, en semi-captivité, pour le rembourser. Dans les années 2000, lorsque la migration s’est généralisée à Los Peñascos, Jacinto est devenu un point névralgique des réseaux migratoires de la vallée, aidant un grand nombre de candidats au départ à réussir leur projet migratoire (paiement de passeurs, hébergement de migrants à l’arrivée, orientation pour obtenir un emploi, etc.).

45Dans le ménage d’Anastasio, le fils aîné de Don Perfecto (celui situé à gauche), les ressources économiques pour partir ont toujours été obtenues à l’intérieur du foyer. Le départ du deuxième fils – parti en premier – a été rendu possible par la mise en gage des terres, qui a permis de voyager avec le programme de visas H-2B. Resté en clandestin, ce fils a payé l’année suivante le voyage avec passeur de son frère aîné, puis, quelques mois plus tard, de son frère cadet, pour 5 000 dollars chacun. Au moment de son arrivée, le frère arrivé en premier a rejoint son oncle Jacinto dans le Tennessee, avant d’aller en Floride où il allait recevoir son frère aîné parti en deuxième. En arrivant, le troisième frère allait rejoindre directement le frère aîné qui s’était établi à Philadelphie.

46Cette figure dessine également la segmentation des réseaux au sein de la parentèle. On remarque le relatif isolement du ménage du second fils de Don Perfecto, Hortensio. Celui-ci peut s’expliquer par des histoires de famille et des différends religieux. Ce ménage est celui du pasteur évangélique du village dont l’expérience migratoire de deux des fils a été décrite plus haut dans ce chapitre, et qui ont fait le choix de rester à l’écart des autres migrants de la vallée. Pour faire partir ses fils, le père a mis en gage ses terres de manière à les inscrire au programme H-2B, et une fois établis clandestinement aux États-Unis, les deux frères ont rejoint des relations issues de la branche maternelle et des réseaux évangéliques.

47Les liens entre membres d’un réseau s’activent par la simple parole, ou par un geste. Josefo, par exemple, troisième fils de Don Perfecto, voulant partir en 2005 pour un deuxième séjour, a obtenu au détour d’une conversation la promesse de ses neveux – les fils d’Anastasio – de lui payer les 5 000 dollars que coûtait le voyage avec les passeurs.

Ma femme ne voudra pas que je prenne l’argent de nos économies ni que je mette nos terres en gage. Mais moi je ne me défile pas. Je vais voir comment je vais faire, mais je vais partir.
– Demande à [ton frère] Jacinto [qui est aux États-Unis].
– Je vais lui demander. Mais s’il ne peut pas, est-ce que tes frères pourraient m’aider ?
– Oui. On va voir.

48Cinq heures plus tard, le neveu téléphone à son frère dans le Tennessee, et c’est en fin de conversation qu’il lui fait part de la requête de leur oncle :

– Appelle Jacinto pour qu’il envoie l’argent à Josefo.
– Entendu, mais si Jacinto ne peut pas, prenez-le de mes économies.

49Ce qui surprend dans ces dialogues, c’est la concision et l’économie des mots. La parole semble venir habiller une évidence implicite partagée par les acteurs : la norme c’est d’aider le proche à partir, tant que l’on est dans une position qui le permet. Comme Jacinto était en fin de séjour et revenait deux mois plus tard au village, c’est le neveu William, en début de migration et qui venait de payer les voyages de ses deux frères, qui s’est engagé pour payer celui de son oncle.

50Si le départ et l’arrivée sont des étapes déterminantes, c’est l’obtention d’un emploi qui permet le maintien de la dynamique migratoire. Un dimanche après-midi à Tampa, en décembre 2005, Merlín, l’aîné des enfants d’Anastasio, a reconstitué dans un dessin la chaîne humaine et le type de lien qui ont porté les travailleurs jusqu’au contractor (figure 7).

Figure 7. La chaîne migratoire : Qui a fait venir qui auprès du contractor ?

Figure 7. La chaîne migratoire : Qui a fait venir qui auprès du contractor ?

Reconstitution d’un dessin de Merlín (2005)

51Certains des migrants représentés dans le diagramme ne se trouvaient plus à Tampa depuis longtemps, certains étaient retournés au Guatemala, d’autres étaient partis travailler ailleurs. Merlín et son frère sont arrivés à Tampa parce qu’ils ont été recommandés par leur beau-frère Walter, qui avait lui-même été recommandé par un lien d’amitié avec un migrant d’une vallée voisine, qui lui-même était venu grâce à un beau-frère originaire de Jalapa, lui-même invité par un ami de son village qui avait rencontré le contractor sur un corner dans l’est des États-Unis. En d’autres termes, l’employeur avait recruté, dans la rue, un travailleur de Jalapa, et depuis, par effet de chaîne, ce dernier avait fait venir des proches qui allaient faire venir à leur tour d’autres proches, déroulant dans l’espace la dynamique migratoire du lien social de famille ou d’amitié. La migration est un mélange incessant d’aléatoire et d’inertie : un migrant provoque la rencontre avec un employeur et, à partir de cet instant, met en place les conditions et la structure pour qu’aient lieu des migrations ultérieures. Ce qui semblait absolument le fait du hasard – se trouver à un certain endroit à un certain moment – aura un effet structurant pour toutes les personnes qui auront été attirées ou happées vers un lieu où se sera formée une niche migratoire.

Sens partagé et réciprocité

52Le lien social est le fil conducteur de la migration, car il la rend possible et lui donne tout son sens. Mais ce lien est un lien particulier, c’est un lien qui permet aux acteurs de s’engager à aider leurs proches à réussir leur projet migratoire à leur tour. C’est un lien d’engagement envers autrui par lequel quelqu’un accepte de prendre en charge une partie de l’incertitude liée à la migration clandestine (risques du voyage, chômage, comportement en migration, etc.). Ces liens de soutien préexistants à la mobilité sont les liens à plus forte concentration en capital social. À Los Peñascos, les circulations d’argent au sein des réseaux migratoires ne sont pas des prêts à proprement parler, et il n’est nulle part fait mention d’intérêts financiers, de contrat écrit ou de mise en gage, pour les départs aidés par les proches. Ces prêts sont des engagements qui impliquent d’abord une réciproque symbolique.

53Reprenons l’exemple de Wiliam et de son oncle Josefo présenté plus haut, par lequel un neveu acceptait de payer 5 000 dollars pour le voyage de son oncle. Le soir venu, l’oncle a téléphoné à son neveu pour le remercier, mais ses mots n’ont été ni une promesse de rendre l’argent – c’était tacite qu’il le ferait sitôt trouvé un travail aux États-Unis –, ni la recherche d’un arrangement pour voir ce qu’il adviendrait de la dette en cas d’échec du voyage. Les mots de Jacinto ont inscrit ce soutien dans une relation d’entraide familiale générationnelle, antérieure à la mobilité, et antérieure aussi à William :

Merci Wiliam. Tu sais que depuis que vous êtes tout petits, moi je vous ai toujours aidés, peut-être pas avec des centimes, mais avec du travail. Moi j’ai beaucoup travaillé pour vous et pour votre père. Et comme tu es d’accord [pour me prêter l’argent], je ne vais plus chercher ailleurs.

54Josefo n’a pas réussi à traverser le Mexique, ayant été intercepté par trois fois par les autorités mexicaines. Or, William avait payé 1 800 dollars d’un premier versement aux passeurs. Trois ans plus tard, William était revenu au village, et lorsqu’on lui demandait s’il attendait un retour de cette dette, il répondait simplement : « Jacinto m’aidera quand il pourra, avec ce qu’il a ». L’année suivante, Josefo, qui s’était converti en maçon spécialisé dans les maisons des migrants, a construit la terraza de son neveu. Cette logique n’était pas une logique de paiement, c’était une logique de réciprocité.

55Dans la pratique des migrants de la vallée, la mobilité vers les États-Unis repose sur un ensemble limité de liens à forte réciprocité, par lesquels les uns s’engagent pour les autres. Ce noyau de liens forts donne aux acteurs les ressources nécessaires pour assumer les coûts élevés de la mobilité clandestine et pour se lier aux réseaux de liens à faible réciprocité dans les économies souterraines de la migration (passeurs, autres migrants, employeurs, etc.). L’action en réseau de liens forts fonde l’unité et l’efficacité d’un collectif en nouant un type de relation que l’on peut condenser dans la formule « le lien migratoire » : un lien de confiance antérieur à la mobilité, qui génère l’action sociale en réseau, permettant aux acteurs de se mouvoir, de vivre et de travailler clandestinement dans l’espace migratoire (Aragón 2008).

56La confiance est au fondement de l’action en réseau de migrants. La migration clandestine invite ainsi à retourner la célèbre formule de Mark Granovetter (1973) qui célébrait « la force des liens faibles ». Il est vrai que les liens faibles entre acteurs peuvent avoir des effets pratiques, déterminants et efficaces, mais la véritable performance du lien social, celle qui lui permet de se maintenir et de se mouvoir entre différents contextes, différents espaces et différentes temporalités, est exclusivement la « force des liens forts » au sein d’un collectif (Nelson 1989 ; Tarrius 2001a ; 2001b ; Lazega 2006 ; Aragón 2008). Si la situation de clandestinité est synonyme de vulnérabilité, de distension, d’incertitude et de risques, la relation entre membres d’un même réseau doit être synonyme de soutien mutuel, de certitude et d’engagement. Le lien migratoire assume les coûts de la mobilité, à la hauteur des moyens du réseau, pour permettre aux migrants de faire le voyage vers le pays d’immigration, de vivre et de travailler dans la clandestinité.

Traverser la frontière : du réseau à l’acteur

57Los Peñascos, ce petit village guatémaltèque de 752 habitants, niché dans les montagnes du Huehuetenango, est à la fois identique et différent de bien d’autres villages d’Amérique centrale. C’est un village où, sitôt apparue, la migration vers les États-Unis s’est ancrée au plus profond des représentations et de la réalité concrète des populations locales. Par la dynamique du lien social en réseau, les acteurs ont pu mettre en place les structures et les stratégies de traversée de la frontière pour offrir aux habitants la possibilité de partir. Cependant, l’évolution historique a fait que le voyage est devenu la véritable difficulté pour chacun, car devant chaque migrant se dresse désormais une frontière épaisse, complexe et multiforme.

58Les membres d’un réseau migratoire assument la mobilité de leurs proches et soutiennent leur migration. Au Mexique, tant que le passage de la frontière avec les États-Unis est resté relativement facile, jusque dans la moitié des années 1990, c’étaient principalement des liens de famille ou de communauté qui permettaient de faire traverser clandestinement la frontière aux nouveaux migrants, les plus expérimentés guidant ceux qui avaient moins d’expérience (Rionda Rojas 1992 ; Bustamante 1997 ; Besserer 1999). Mais le renforcement des contrôles frontaliers commencé dans la seconde moitié des années 1990, a fait que les réseaux migratoires n’ont plus eu les moyens de réaliser eux-mêmes l’étape liminaire et élémentaire de la migration – le voyage clandestin – et ont dû la sous-traiter, de plus en plus, à des intermédiaires tarifés.

59Désormais, le réseau migratoire oriente les candidats au départ vers une filière et un couloir géographique, et espère les récupérer de l’autre côté de la frontière. Mais pendant le voyage clandestin, c’est à chaque acteur de gérer lui-même sa propre mobilité pour que s’ouvre à lui la frontière. Ainsi, pour saisir les effets du décalage entre les frontières des pays du Nord et les flux migratoires des pays du Sud, après avoir montré les forces qui sous-tendent un flux migratoire, il convient maintenant de quitter l’échelle de la vallée, pour descendre sur la route migratoire et porter le regard sur la population migrante dans son ensemble : se placer à l’échelle des acteurs pour voir comment agit la frontière sur ceux qui en sont ses cibles désignées.

Notes

1 Cette entreprise, tout comme la ville de Dalton, apparaît ici sous un nom fictif.

2 Pour une analyse des communautés d’origine pour le cas mexicain, voir en particulier Alarcón (1992) ; Massey & Durand (1992) ; Massey et al. (1994) ; Mestries (2002).

3 La formalisation du processus migratoire tel qu’on le présente ici provient des travaux qui s’inscrivent dans la lignée des nouvelles économies de la migration de travail. Le faible nombre d’études sur les migrations à haut risque et leur ciblage sur d’autres problématiques n’ont pas encore permis de proposer un modèle comparable décrivant l’évolution d’un flux migratoire.

4 Bourdieu & Wacquant 1992 : 95.

5 Durand 1995 : 18.

6 Sur l’importance de la famille dans les sociétés, voir Zonabend (1986).

Table des illustrations

Titre Photo 4. À Dalton, un dimanche matin
Légende Cliché AA (2009)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 5. Journée de travail à Tampa
Crédits Cliché AA (2005)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 4. Évolution du solde migratoire de Los Peñascos
Crédits Source : CLP 2011
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 5. Évolution du processus migratoire à Los Peñascos (1991-2010)
Crédits Source : CLP 2011
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 6. Conversion du capital social dans la parentèle de Don Perfecto
Légende Élaboration de l’auteur à partir des enquêtes de terrain (2011)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/120/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 7. La chaîne migratoire : Qui a fait venir qui auprès du contractor ?
Légende Reconstitution d’un dessin de Merlín (2005)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/120/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable