Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie d’une catastrophe

 | 
Sandrine Revet

Troisième partie. Pratiques et symboliques de la reconstruction

Pratiques et symboliques de la reconstruction

Texte intégral

  • 1 García Marquez (1995 : 348-349)

« Les survivants de la catastrophe, les mêmes qui étaient déjà à Macondo avant que le village ne fût secoué par l’ouragan […] paraissaient satisfaits d’avoir retrouvé le village où ils étaient nés. La rue aux Turcs était redevenue celle d’autrefois […] les Arabes de la troisième génération restaient assis à la même place […] sans être atteints ni par le temps ni par le désastre. »
« Petra Cotes […] avait assisté à la destruction finale de ses étables et de ses écuries emportées par la tourmente, mais elle avait fait en sorte que la maison restât debout. […] Alors elle avait raclé le fond de son cœur pour y puiser le reste d’énergie qui lui permettrait de survivre à la catastrophe, et elle en avait ramené une rage lucide et juste qui la fit jurer de restaurer cette fortune dilapidée par son amant et que le déluge achevait d’anéantir. »1

1À la fin de « Cent ans de solitude », Gabriel Garcia Marquez raconte comment le village de Macondo est ravagé par une pluie qui dure quatre ans, onze mois et deux jours. Lorsque le déluge cesse, éberlués par cet interminable désastre, les habitants de la bourgade en ruine cherchent à retrouver leur vie « d’avant ». Ce retour à la normale mâtiné de destruction s’accompagne chez certains, comme Petra Cotes, du déploiement de forces jusque-là insoupçonnées. C’est ce que montrent aussi à leur manière les habitants de Vargas. L’urgence passée, il s’agit d’imaginer comment vivre après le désastre.

  • 2 Pour une revue détaillée de cette littérature, essentiellement nord-américaine, on pourra se repor (...)

2Historiquement, les sciences sociales qui ont fait des catastrophes leur objet d’étude ont abordé l’après-désastre en se posant la question des « changements » produits par l’événement. Aux États-Unis en particulier, cette question s’est formulée autour de la notion de « social change », à partir notamment du travail pionnier de Samuel Prince (Catastrophe and social change, 1920) sur l’explosion d’un chargement de munitions dans le port d’Halifax puis de celui de Pitrim Sorokin (Man and society in Calamity, 1942) qui étudia les effets de différents types de catastrophes sur le comportement humain et l’organisation sociale. L’idée qui prédominait alors était que les catastrophes étaient susceptibles de provoquer des changement significatifs dans les sociétés qu’elles touchaient. Au cours des décennies suivantes, la discussion s’est poursuivie entre les chercheurs qui détectaient des transformations ou au moins l’accélération de tendances sous-jacentes avant l’événement (Bates, 1982) et ceux qui signalaient l’absence d’effets significatifs des désastres sur l’organisation sociale (Rossi et al., 1983)2. Plus récemment et dans une perspective anthropologique, Susanna Hoffman et Anthony Oliver-Smith défendaient quant à eux l’idée que de véritables « transformations culturelles » pouvaient être provoquées par les désastres « naturels », évoquant par exemple les changements destinés à adapter la société face à des catastrophes récurrentes, les transformations de la vision du monde mais aussi celles qui interviennent dans les structures sociales ou dans les structures symboliques (Hoffman et Oliver-Smith, 2002 : 9).

3Les interrogations sur les impacts des catastrophes en sous-tendent deux autres. D’une part, il est question d’étudier ou de mesurer la capacité de la société touchée à se remettre de l’impact, à en absorber les effets, ce qui dépend de multiples facteurs tels que la vulnérabilité antérieure, la nature du désastre ou encore les moyens investis dans la restauration (Lepointe, 1991). D’autre part, on remarque une préoccupation récurrente pour le fait de savoir si la société touchée a « appris » de la catastrophe, ce qui conduit certains auteurs à chercher les traces d’une « sous-culture de désastre » (disaster subculture) qui engloberait « l’ensemble des connaissances, des règles et des valeurs, des mesures prises à tous les niveaux de l’organisation sociale, qui déterminent dans un espace donné un degré plus ou moins élevé de préparation en raison d’une expérience du désastre » (Lepointe, 1991 : 166).

4Dernièrement les auteurs qui travaillent sur le sujet des désastres et de leurs impacts ont en général adopté une posture qui fait l’unanimité : les désastres sont « construits socialement ». On entend par là le fait que ce sont les sociétés qui, à travers leurs choix de développement économique, mais aussi urbain et social, contribuent à créer, en creux, les conditions de vulnérabilité qui font que les phénomènes naturels génèrent des situations catastrophiques et dévastatrices. Dès lors, pour de nombreux chercheurs, il apparaît clairement que l’après-désastre doit être envisagé comme une opportunité pour transformer ces conditions de vulnérabilité et que la reconstruction qui prévoit un « retour à la normale » est une posture jugée dangereuse. Da Cruz (2003) invite par exemple les chercheurs qui travaillent sur les désastres à se concentrer sur « l’étude de la normalité » pour y détecter les problèmes, Rodriguez et Lavell (2002) proposent d’étudier la relation entre catastrophes et développement, Wisner et al. (2004) suggèrent de se concentrer sur la notion de « vulnérabilité », comme le font également Thouret et d’Ercole (1996). Toutes ces approches invitent les chercheurs à participer à la construction d’une analyse des désastres qui doit permettre, au-delà de la seule posture de recherche, de contribuer à la diminution de leurs impacts. En d’autres termes, toutes ces études se proposent, d’une manière ou d’une autre, de concourir à la mise en œuvre de politiques, d’outils ou de mesures de prévention permettant aux sociétés de mieux faire face à de tels événements catastrophiques.

5L’écueil d’une telle posture – aussi louable et justifiée soit-elle – est de ramener sans cesse le chercheur vers une incontournable dichotomie. D’un côté, il distingue le monde des profanes, celui des « populations » qui subissent le drame et dont la compréhension, l’approche ou les réponses ne lui paraissent compréhensibles qu’à travers un prisme d’interprétation « culturaliste », isolant dans l’analyse « leurs valeurs », « leurs coutumes » ou « leurs cosmologies ». S’il parvient – parfois difficilement – à éviter le piège qui consiste à classer « leurs façons de faire » au rang des « irrationalités », il lui est pourtant difficile de ne pas déplorer le « fatalisme » dont ces « populations » font preuve (Wilches-Chaux, 1993 ; Lavell, 1993).

6De l’autre côté, le chercheur connaît et dialogue avec le monde des « experts », dont il lui est bien souvent difficile de se démarquer complètement, que ce soit pour des raisons de modes de financement des recherches – le chercheur étant invité par les experts à éclairer la part des comportements qui leur demeure incompréhensible – ou pour des raisons de proximité sociale. S’il parvient à nuancer par ses travaux la posture trop rigide qui consiste à considérer le facteur humain comme un frein à des décisions raisonnables (Wisner et al., 2004), il admet difficilement que son travail puisse ne pas avoir un impact direct sur la diminution de la souffrance que les catastrophes provoquent (Hoffman et Oliver-Smith, 2002).

7Je ne prétends pas pour ma part m’extraire totalement de cette dichotomie. Le terrain s’est chargé à de nombreuses reprises de me rappeler d’une part que ces deux mondes ne sont pas de pures constructions idéologiques et d’autre part ma proximité avec la sphère des « experts ». Je souhaite pourtant tenter de me dégager autant que possible de mes propres schémas de compréhension pour transformer cette dichotomie aux qualités heuristiques trop réduites en une tension qui m’apparaît plus féconde.

8Je ne chercherai dons pas à évaluer, à l’aune d’une connaissance technique que je ne possède pas et que je ne prétends pas acquérir, si la société vénézuélienne possède cette fameuse « sous-culture de désastre » suite à la catastrophe de Vargas ou encore si la catastrophe est la preuve de sa bonne capacité de « restauration ». Je propose en revanche d’analyser comment les habitants, les urbanistes, les religieux, les bailleurs de fonds, les journalistes, les hommes politiques, les institutions, interagissent sur la scène de l’après-catastrophe. J’aborderai ces différents ensembles d’acteurs en les considérant non pas en opposition mais dans leurs relations les uns aux autres, faisant référence à la proposition de principe de symétrie évoquée par Bruno Latour :

On peut considérer les sauvages, les malheureux exclus, le bon peuple et les savants dans les mêmes termes. Non pas du tout pour confondre ce qu’ils font, mais pour étudier, au contraire, les ressources qu’ils utilisent pour faire la différence entre ce qu’ils disent et ce que les autres disent […]. Le principe de symétrie, ce n’est pas confondre les scientifiques et les autres [mais c’est] tarer ou calibrer la balance au début [pour] identifier les ressources qui produisent une asymétrie. (1994 : 14-15)

9Je vais poser, dans le contexte de l’après-désastre, deux questions simples : « Qu’est-ce qui se passe ? » et « Qu’est-ce qui se dit ? ». La première permettra de regarder comment la reconstruction se met en œuvre après la catastrophe (chapitre 8). La deuxième nous conduira à analyser comment est pensé le désastre, quel sens lui est attribué et à quelles tentatives d’explication il donne lieu (chapitre 9). En observant les opérations, concrètes et symboliques, qui consistent à réintroduire de l’ordre dans le désordre généré par la catastrophe – la reconstruction et la signification de l’événement – nous détecterons la présence de plusieurs logiques différentes et de pratiques distinctes. Le fait d’analyser ces logiques dans leurs relations les unes aux autres permettra de montrer la perméabilité des discours et la plasticité des pratiques. Cette circulation des modes de pensée et cette porosité entre des mondes classiquement présentés comme deux sphères opposées, le monde « expert » et le monde « profane », ouvre la possibilité d’une compréhension complexe et dynamique de la catastrophe et du contexte dans lequel elle survient.

10Ces deux grandes opérations de remise en ordre ont pu être observées à partir d’un ancrage local. C’est à la description ethnographique de ce « terrain » qu’est consacré le premier chapitre de cette dernière partie (chapitre 7).

Notes

1 García Marquez (1995 : 348-349)

2 Pour une revue détaillée de cette littérature, essentiellement nord-américaine, on pourra se reporter à Quarantelli et Wenger (1985) et à Nigg et Tierney (1993).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540