Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie d’une catastrophe

 | 
Sandrine Revet

Deuxième partie. Ethnographie d’un désastre

Postface à la deuxième partie. De 2000 à 2003 : déplacements et retours

Texte intégral

  • 1 Chiffres du FUS.
  • 2 Chiffres OCEI-INE, nous revenons sur le détail de ces chiffres au chapitre 9.

1Avec l’évacuation des derniers refuges de Vargas en décembre 2000, 10 000 personnes supplémentaires sont relogées hors de Vargas. Suite à la catastrophe de 1999, 16 000 familles auraient ainsi été déplacées et distribuées dans 18 des 23 États que compte le pays1, et au total, entre 50 000 et 80 000 personnes auraient quitté Vargas après la catastrophe2.

2Ces départs et ces déplacements donnent lieu à des situations complexes qui diffèrent en fonction du statut social des personnes, du fait que le départ a été choisi ou imposé, ou encore que le lieu de réinstallation est plus ou moins proche de Vargas. Ainsi, si la majorité des personnes appartenant aux couches sociales moyennes et élevées ont trouvé à se reloger dans un périmètre proche de Caracas ou à Vargas même, en louant un nouveau logement, par exemple, la plupart des familles issues des classes populaires, après avoir été prises en charge dans les refuges, ont été « déplacées » puis relogées par le gouvernement.

  • 3 Voir Revet (2002a).

3Certains de ces « déplacés », parce que leur localisation le leur permettait, ont commencé très rapidement à faire des va-et-vient entre leur nouveau lieu de vie et Vargas et à nettoyer ou reconstruire leur maison tout en habitant dans un refuge. D’autres, déplacés vers des régions plus éloignées de Vargas, se sont organisés différemment. Dans l’État de Zulia, par exemple3, situé à la frontière avec la Colombie, soit à 700 kilomètres de Caracas, où 1 700 familles ont été relogées, l’éloignement de Vargas a donné lieu à différentes réponses. Une minorité de familles se sont implantées sur place, mais une majorité de personnes a mis en place des stratégies permettant d’organiser des allers et retours entre le nouveau lieu de vie et Vargas.

4En effet, la politique de déplacement engagée par le gouvernement suite à la catastrophe de 1999 s’est heurtée à trois grandes difficultés. Tout d’abord, ce déplacement s’est effectué sans coordination avec les régions d’accueil qui ont été incapables d’absorber – en termes d’éducation, de santé ou d’emploi – la population déplacée.

5Ensuite, les caractéristiques sociales des groupes déplacés et notamment leur insertion professionnelle majoritaire dans le secteur informel ont rendu leur reconversion difficile. Ce secteur étant fortement lié aux réseaux sociaux mobilisables par les personnes à la recherche d’un emploi, le contexte de déplacement et de rupture avec les réseaux préexistants est fortement préjudiciable à une possible réinsertion professionnelle. Les chefs de famille ont alors été chercher à Vargas le travail qu’ils ne parvenaient pas à trouver dans les régions d’accueil. Ces situations ont généralement abouti à un retour à Vargas au bout de quelques mois de l’ensemble du groupe familial, après avoir fait le constat que la vie sur le Littoral reprenait progressivement son cours.

6Enfin, les personnes sinistrées puis déplacées ont eu à faire face à la construction d’un stigmate lié à leur double condition de personne « assistée » et d’étranger. Ce processus de stigmatisation dans lequel la presse a joué un rôle essentiel prend racine à la fois dans la catastrophe elle-même et dans l’identification qui fait de Vargas un État « noir », mettant en œuvre le racisme « honteux » ou « inavoué » que nous avons évoqué.

7Ainsi, à la fin de l’année 2001, environ 70 % des personnes déplacées avaient quitté les nouveaux lieux de vie, en majorité pour revenir à Vargas (Marín et Pérez, 2001 ; Revet, 2002a ; Rengifo et Yáñez, 2003 ; Socsal, 2004). Ces « retours » pourtant n’ont pas été pris en charge voire organisés par des institutions nationales ou internationales, comme dans le cas des réfugiés Guatémaltèques au Mexique ou du retour des déplacés internes au Pérou par exemple (Stepputat, 2002). À Vargas les « retours » se sont faits de façon silencieuse, individuelle et progressive et n’étaient pas prévus par les institutions.

  • 4 Marcano et Barrios (2001).

8Par exemple, dans une étude qu’ils ont menée conjointement en novembre 2001 et qui trace les grandes lignes des projets pour la reconstruction de Vargas, l’Institut d’Urbanisme de l’Université Centrale du Venezuela et le CENDES4 basent toutes leurs recommandations sur une diminution de la population de Vargas d’environ 50 000 habitants. Les retours n’y sont donc pas envisagés. De même, alors que la plupart des retours s’est effectuée entre 2000 et 2001, je constatai en avril 2003 que ni le gouvernement régional de l’État de Vargas (Gobernación), ni le gouvernement municipal (Alcaldía), ni le Fondo Único Social (FUS) de Vargas, trois institutions fortement impliquées dans la gestion de l’urgence, n’avaient mis en place un service ou un bureau qui se chargerait de gérer le problème spécifique des retours et de la réinstallation des personnes sinistrées.

9C’est d’ailleurs parce qu’ils n’étaient pas prévus que les retours posent problème aux institutions locales et nationales. Lorsque je rencontre la responsable de l’aide sociale au sein de CorpoVargas en avril 2003, celle-ci me confie qu’il va être nécessaire d’évaluer l’ampleur de ces « retours » dans la mesure où ils ne peuvent pas, selon elle, continuer à se produire. « Vargas ne peut pas voir sa population augmenter de la sorte », me dit-elle alors, en évoquant la persistance « des risques » sur le Littoral malgré les ouvrages destinés à les diminuer.

  • 5 «No nos adaptamos al sistema», Entretien, 8/12/2004.

10Retours non prévus donc, et que les institutions mettent du temps à prendre en compte, alors même qu’ils alimentaient les conversations de tout le Littoral. Tout le monde à Vargas avait en effet un cousin, un frère, une sœur ou une grand-mère qui venaient de rentrer et qui racontaient leur expérience « négative » dans une quelconque région du pays dans laquelle ils n’avaient pas trouvé de travail, dans laquelle ils s’étaient sentis rejetés, dans laquelle, comme le résume finalement très simplement Iris, ils ne s’étaient « pas adaptés au système5 ».

Notes

1 Chiffres du FUS.

2 Chiffres OCEI-INE, nous revenons sur le détail de ces chiffres au chapitre 9.

3 Voir Revet (2002a).

4 Marcano et Barrios (2001).

5 «No nos adaptamos al sistema», Entretien, 8/12/2004.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540