Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie d’une catastrophe

 | 
Sandrine Revet

Deuxième partie. Ethnographie d’un désastre

Conclusion. Les tensions de l’urgence

Texte intégral

1La période de l’urgence, qui va du moment de l’impact de la catastrophe à la fin de l’assistance prodiguée aux sinistrés, est un temps qui, bien que marqué par des caractéristiques extra-ordinaires, révèle des pratiques fortement ancrées dans le fonctionnement ordinaire de la société vénézuélienne. Le recours à l’unité familiale, la force des réseaux de proximité, le renforcement des rôles sociaux qui sont mis en lumière au cours du premier moment de l’urgence témoignent de cet aspect. Même les épisodes exceptionnels tels que les pillages ou les actes héroïques sont les révélateurs des structures sociales du pays, à la fois fortement inégalitaires et articulées autour de la figure mythique du sauveur. Dans le même temps, le désastre est aussi un événement exceptionnel et fondateur. Il provoque, notamment autour des interventions de secours ou d’assistance, des situations gérées à partir de la pensée de l’urgence qui fait de la référence à la situation d’exception son régime d’action. Face à cette pensée de l’urgence qui entre en action, des espaces de protestation et de résistance voient le jour, permettant à des sujets de se manifester.

2Le premier moment, celui de l’entraide, fait surgir ce que nous avons appelé la communauté de survie. Une communauté qui se forme dans la situation exceptionnelle de la catastrophe autour de la nécessité du maintien de la vie, et dans laquelle les intérêts du groupe et les intérêts individuels se rejoignent pour un temps. Au sein de cette communauté, les rôles – sociaux, familiaux – se trouvent puissamment activés et les décisions prises dans l’espace de l’entre soi ne sont pas discutées. Cette communauté est le « tout » sur lequel les acteurs du sauvetage puis ceux de l’assistance fondent par la suite la « fiction » qui sous-tend leurs actions.

3Dès le deuxième moment pourtant, celui des secours, le « tout » est remis en question. Les sinistrés rétablissent dès ce moment-là des pratiques socialement différenciées en activant leurs réseaux et leur capital social. Très vite également, la catastrophe révèle les profondes inégalités qui traversent la société vénézuélienne, malgré le discours de « solidarité nationale » qui est produit et véhiculé par une partie de la population.

4Une tension apparaît alors, qui se confirme dans le troisième moment, celui de l’assistance, entre le discours des acteurs de l’aide et leurs pratiques. Les discours s’élaborent en effet autour de la notion de solidarité. Or, la solidarité fait appel à une égalité qui provient de l’appartenance à une même communauté, que celle-ci soit humaine ou sociale. C’est l’interdépendance qui justifie la solidarité. En effet, un acte de solidarité n’est pas à proprement dit « gratuit » dans la mesure où il attend un possible retour, en se basant sur la conscience de cette dépendance mutuelle. La solidarité se caractérise par la reconnaissance de la capacité de la personne aidée à rendre la pareille, donc à son existence comme sujet et à son égalité avec soi.

  • 1 Dans ce sens, la notion de charité renvoie à celle de vulnérabilité, dans la mesure où l’assistanc (...)

5À l’inverse, l’acte de charité est fondé sur les différences de condition et les inégalités. Cet acte, qui puise son origine dans la doctrine religieuse, constitue, tout comme l’aumône, un don à Dieu. Elle implique donc l’anonymat et n’attend pas de retour de la part de la personne secourue, mais un rachat des péchés et une compensation des mauvaises actions par Dieu. Cette « gratuité » de l’acte est donc associée à la non-reconnaissance de la victime en tant que personne ou comme sujet1. La charité crée des « bénéficiaires » dont on déplorera par la suite la « dépendance ». Cette dépendance est à l’origine du caractère « disqualifiant » (Paugam, 2005) de la situation créée par l’acte de l’assistance, dans la mesure où la prise en charge peut être vécue par ceux qui en bénéficient comme un signe de leur dévalorisation sociale, de leur inutilité. C’est donc le principe de la charité qui caractérise l’ensemble des actions d’assistance envers les sinistrés.

Considéré sous cet angle, l’humanitaire est une activité antisociale puisqu’il réfute l’idée même d’un échange : ce que je donne à un réfugié, en soins, en nourriture, en sollicitude, n’attend de sa part aucune contrepartie. Plus largement, on ne peut fonder un modèle de relations sociales sur l’assistance, ce qui me fait dire que la gratuité de l’humanitaire est « antisociale ». Une société qui se fonderait sur le modèle humanitaire ne pourrait être que totalitaire, au sens d’Arendt pour qui ce système se construisait sur une « masse d’ayants droit » (Brauman, 2006 : 215).

6Face à l’idéal égalitaire d’une assistance prodiguée au nom d’une égale humanité, l’ensemble des acteurs de l’aide, qu’ils soient volontaires, fonctionnaires du FUS ou acteurs d’ONG internationales, se heurtent à la difficulté de reconnaître aux victimes leur statut d’égal. Au plan symbolique, la figure du sauveur se construit par rapport à la figure d’une victime démunie. C’est parce qu’elle ne peut s’en sortir seule que cette victime provoque l’élan compassionnel qui joue une part importante dans la motivation des acteurs de l’aide. Il est indispensable alors de lui conserver cette caractéristique pour pouvoir lui répondre en déployant la figure du héros. Au niveau pratique, la nécessité de sauver la vie conduit les acteurs des secours à mettre en place des pratiques normatives parfois caractérisées par leur violence. Le traitement des cadavres ou la gestion des évacuations massives en sont des illustrations.

7La pensée de l’urgence organise une gestion des secours et de l’assistance profondément a-politique. Le consensus qui naît autour de la nécessité de sauver des vies, de protéger, de venir en aide et de mettre de l’ordre génère un dispositif au sein duquel le politique n’a plus de place propre. Dans l’urgence, ce dispositif lui substitue la gestion. Gestion des évacuations massives, gestion des cadavres, gestion des distributions de nourriture, gestion des refuges.

8Face à la « communauté des victimes », elle tente d’imposer la « communauté des experts ». Militaires, pompiers, agents humanitaires, les membres de cette « communauté » partagent la même vision d’une gestion efficace de l’urgence. Ils ont en commun de mettre en place un ensemble de pratiques normatives, qui vont du fait de décider de ceux qui seront transportés en hélicoptère (« les femmes et les enfants d’abord »), à la définition des « zones à risque » qui seront évacuées, en passant par les règles qui organisent les distributions de nourriture ou les horaires de fermeture des refuges. En renvoyant dos à dos l’expert et le profane, le sauveur et la victime, le pouvoir et la vie nue, la pensée de l’urgence véhicule une image de la gestion parfaite de la crise, du comportement idéal de la victime, du rôle de chacun des acteurs. Toute dérive est ensuite considérée comme une « déviance », à l’image des sinistrés du Poliedro qui détériorent les sièges, des adolescents qui refusent de participer aux activités qui leur sont proposées, ou des familles qui se refusent à partir vers d’autres régions.

9Pourtant, dans l’espace même où leur existence est rendue difficile par la pensée de l’urgence, des « sujets » naissent parmi les sinistrés. Les actes individuels et collectifs de résistance à leur traitement comme de pures victimes – du « désordre » dans les files de distribution aux manifestations organisées par l’ASODAM en passant par la détérioration des espaces « psychosociaux » réservés aux enfants dans les refuges – sont autant de moments plus ou moins formels et éphémères au cours desquels la friction, le désaccord, la confrontation se manifestent et rétablissent les sinistrés dans leur condition de sujet.

10C’est au cœur de cette tension entre les pratiques humanitaires qui sont caractérisées par un traitement à la fois bio-politique et charitable et une rhétorique qui ne mentionne pas ce traitement et cherche même à s’en distinguer que se situe l’ensemble des actions d’assistance consécutives à la catastrophe de 1999. C’est ce que j’ai voulu montrer en faisant le récit de ma propre expérience d’intervention humanitaire et des tensions que celle-ci générait.

11C’est donc la force de l’unanimité, l’efficacité de la gestion, l’ampleur du besoin, l’intensité de la peur, la vigueur de la menace qui caractérisent le moment de l’urgence. Pourtant, dès lors que du politique se réintroduit – par le biais des manifestations de sinistrés, par exemple – le consensus est discuté et soumis à la pression d’intérêts contradictoires et les « victimes » ont la possibilité de redevenir des interlocuteurs.

Notes

1 Dans ce sens, la notion de charité renvoie à celle de vulnérabilité, dans la mesure où l’assistance qu’elle contribue à prodiguer crée des situations de « saisie asymétrique des êtres » dont « certains se trouvent privés des attributs du sujet » (Doidy, 2002 : 20).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540