Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie d’une catastrophe

 | 
Sandrine Revet

Deuxième partie. Ethnographie d’un désastre

Chapitre 4. La survie

Texte intégral

1La sociologie des désastres, telle qu’elle s’est majoritairement développée aux États-Unis, s’est longtemps penchée sur la phase de l’urgence pour y étudier les comportements des populations soumises aux situations de crise. Les travaux de chercheurs issus de l’École de Chicago notamment (Quarantelli, 1954 ; Fritz, 1961) ont montré à partir d’importantes données empiriques que la panique, les pillages ou encore la passivité n’étaient pas les comportements les plus répandus en cas de désastre, mais que les survivants parvenaient au contraire souvent à maintenir une attitude contrôlée et active pendant la phase d’urgence. Dans un article devenu célèbre, Charles Fritz (1961) reconnaît même aux désastres des vertus unificatrices et « thérapeutiques », dans la mesure où ils auraient selon lui tendance à générer une forte cohésion et à faire disparaître les inégalités sociales et les discriminations.

  • 1 J’utilise la notion de « compétences » en me basant que l’usage qu’en fait Erving Goffman et qui r (...)
  • 2 L’expression désignant des groupes sociaux de petites tailles où les relations de face à face sont (...)

2À partir de l’étude de ce qui s’est passé à Vargas, nous allons voir en effet que le moment de l’urgence met moins en scène la panique, la passivité ou l’incapacité à réagir que des réactions fortement structurées. Face à la pression inattendue de l’événement, un besoin important de règles et de leadership se fait sentir. La famille, tout comme le groupe de voisins, constituent dans ce sens des unités adéquates, les compétences1 de chacun y sont activées, fortement influencées par les rôles sociaux. Au sein de ces unités restreintes où les rôles se trouvent clairement distribués, et dans le moment précis de la catastrophe, il apparaît qu’une forme élémentaire de solidarité parvient à se mettre en place. C. Fritz parle d’une « primary group2 solidarity » (1961 : 689). Je la désignerai pour ma part comme une solidarité de l’entre soi, une forme d’« entraide », dans la mesure où ce n’est pas tant la taille du groupe qui semble importer que la connaissance que chacun a des autres membres du groupe.

  • 3 Therapeutic community.

3Pourtant, et pour nuancer quelque peu l’enthousiasme dont Fritz et à sa suite Allen Barton (1970) et Russel Dynes (1970) font preuve en la qualifiant de « communauté thérapeutique3 », cette forme de « cohésion » ne s’étend pas sans limite, dans le cas vénézuélien, aux autres phases de l’urgence. À Vargas, nous verrons que dès lors que la survie n’est plus en jeu, les inégalités et les structures sociales reprennent leur place.

  • 4 Entretiens n° 3-4-13-15-17-19-20-22-25-27-29-30-31 (voir Annexe 2).

4Les récits sur lesquels je me base dans ce chapitre proviennent tous d’habitants de la ville de Macuto. Parmi les entretiens, j’en ai retenu 134 dans lesquels les récits de la catastrophe étaient suffisamment longs et détaillés pour être utiles à l’analyse. Ces 13 personnes se caractérisent ainsi : 8 sont des femmes et 5 des hommes, 3 ont moins de 30 ans, 4 entre 30 et 50 ans, 6 plus de 50 ans. Enfin, 6 d’entre elles évoquent un rôle social actif avant la catastrophe (leader reconnu dans leur quartier, pompier, responsable institutionnel local), alors que les 7 autres se caractérisent avant tout par leur rôle familial. Enfin, 7 de ces personnes proviennent du quartier populaire de La Veguita, 3 de La Guzmania, 2 de Alamo et 1 de Punta Brisas, trois quartiers dits de « classe moyenne » ou « aisée ».

Faire face en famille

5Dans la majorité des récits que les rescapés m’ont livrés de ces premières heures de la catastrophe, la famille apparaît comme l’unité de base au sein de laquelle les premières décisions ont été prises. Les personnes qui se trouvaient hors de leur maison familiale dans la soirée du 15 décembre, aux alentours de 21 heures, lorsque les fleuves de Macuto se sont mis à déborder, ont généralement eu pour préoccupation principale de rejoindre cette maison, et d’y réunir le reste de la famille. Dans les cas où celle-ci était dispersée et où la communication était impossible, cette situation s’est transformée en obsession pour ceux qui la vivaient, qui n’ont eu de cesse, pendant les 24 ou 48 heures suivantes, de rejoindre leur groupe familial.

6Sebastian a 35 ans au moment de la catastrophe, et deux fils de 12 et 14 ans dont il a la charge depuis qu’il est séparé de sa femme. Ses parents ne vivent pas au Venezuela. Son groupe familial se résume donc à ce moment-là à ses deux fils et à sa sœur. Il raconte comment une voisine de sa sœur l’appelle dans son appartement de Punta Brisas vers une heure du matin dans la nuit du 15 au 16 décembre pour lui annoncer qu’un arbre est tombé sur la maison de sa sœur à Caraballeda. Celle-ci est à l’abri chez une autre voisine avec un des fils de Sebastian – le second fils est avec Sebastian. Ce n’est que 36 heures plus tard et après trois tentatives qui échouent à cause du torrent de boue qui se déverse de la quebrada Camuri Chico et sépare Macuto de Caraballeda, que Sebastian parviendra à rejoindre la maison de sa sœur. Le récit qu’il fait de ces heures est entièrement tendu vers le fait de retrouver sa sœur et son fils. Chaque fois que la pluie semble diminuer, il tente de traverser, sans y parvenir. Devant son impuissance, une de ses obsessions est de maintenir le contact téléphonique avec sa famille. Il y parvient grâce à un système de messages et de téléphones portables, jusqu’à ce que le téléphone se retrouve à court de batterie.

  • 5 «Cuando llegamos al río, el río estaba muy fuerte. El río de Camuri Chico. Entonces claro mi amigo (...)

Quand il s’arrête de pleuvoir, à l’aube du 17 décembre, Sebastian parvient à traverser la quebrada à pied : Quand on est arrivés au fleuve, il était très violent. Le fleuve de Camuri Chico. Alors bien sûr, mon ami et moi on va par là et les gens eux, ils venaient par ici, on était les seuls à aller en sens contraire. Et alors ils étaient tous de l’autre côté, arrêtés sur la rive du fleuve. Je sais pas, 10 ou 12 personnes qui n’osaient pas passer, des femmes, des enfants, etc. et moi j’allais avec la détermination « je dois arriver ». Alors, sans hésiter, je traverse le fleuve et je m’arrête au milieu, je cale mes pieds contre des pierres et je commence à faire passer les gens. À moitié pour les aider et aussi pour les enlever du chemin. Alors, je les fais passer, je les fais passer, je les fais passer « merci beaucoup » et je ne sais quoi… et j’ai continué5.

7Pendant ces 36 heures, Sebastian fait de son rôle de frère et de père le moteur de ses décisions, ce qui lui permet de faire face à l’extrême angoisse qui l’envahit. Il organise l’ensemble de ses actions autour de sa priorité familiale. Tous ses actes œuvrent dans ce sens. Pour un observateur extérieur, le fait d’aller à contresens pourrait passer pour un acte irrationnel, provoqué par la panique, mais son récit le replace dans une succession d’actes qui le rendent rationnel. Dans son urgence personnelle, il va aussi prendre le temps d’aider d’autres personnes, dont il signale la vulnérabilité (« des femmes, des enfants… »). Mais cet acte s’articule aussi autour de son projet de traverser la quebrada. Il lui faut les « enlever du chemin ». Cette rationalité dans l’urgence et l’importance de la cellule familiale ne sont pas exceptionnelles. On les retrouvera dans d’autres récits.

  • 6 Ma traduction. Parmi les entretiens qu’il analyse, Quarantelli cite par exemple celui d’une femme (...)

8Dans les quartiers construits au bord des fleuves, la réaction la plus généralisée lorsque l’imminence du danger est identifiée et reconnue est la fuite. Il ne s’agit pourtant pas d’une fuite motivée par la panique. Dans les cas de panique en effet, la fuite est majoritairement individuelle, sans consultation ou coopération avec l’entourage. C’est ce que Quarantelli désigne comme « l’antithèse du comportement de groupe organisé » (1954 : 270)6. Dans les récits que nous avons récoltés, la fuite est au contraire très organisée. Elle commence généralement au moment où le fleuve produit en débordant la première vague de boue. La décision de partir est prise au sein du groupe familial par une personne bénéficiant d’une certaine autorité. Ce peut être un homme (un des fils par exemple) qui ordonne aux femmes de prendre les enfants et de se sauver. Souvent aussi, la décision peut être prise par une femme – la mère –, celle-ci jouant un rôle central dans l’organisation familiale vénézuélienne.

9Iris a 21 ans et une petite fille de 2 ans au moment de la catastrophe. Le soir du 15 décembre 1999, elle est dans la maison maternelle dans le quartier de La Veguita, avec un petit groupe de personnes. C’est sa mère qui décide d’évacuer et lui dit qu’il leur faut monter « dans la partie haute et chercher la maison la plus haute ». Elles décident d’aller chez leur cousine qui vit dans le même quartier, au quatrième étage. Elles ne partent pas seules et convainquent le groupe de personnes qui est avec elles de les suivre. De la maison de la cousine à celle d’un voisin dans la montagne, le récit d’Iris est ponctué par les décisions prises par sa mère. Je lui demande où était son mari à ce moment-là. Elle me raconte qu’il a vécu la catastrophe dans la maison de sa propre mère, après avoir déposé Iris et leur bébé chez la sienne.

  • 7 Ma traduction.

10La situation dans laquelle s’est retrouvé le mari d’Iris peut-être rapprochée de ce que Killian (1952) a désigné sous le terme de « conflit de rôles », en signalant que ces situations étaient fréquentes pendant les désastres. Si Killian a souligné que dans la majorité des cas, les rôles familiaux étaient prioritaires sur l’ensemble des autres rôles sociaux, le cas d’Iris nous montre que ce qui a primé est conforme à l’un des fonctionnements centraux de la structure familiale vénézuélienne, à savoir la « matrifocalité » (Hurtado, 19987). Au cœur de ce système, la mère ou la grand-mère s’avèrent centrales dans la prise de décision, les hommes agissant comme « exécuteurs » ou « gérants » de leurs décisions. Le devoir des hommes est certes de prendre soin de leur femme et de leurs enfants, mais il est soumis à une condition première : pouvoir être aux côtés de leur propre mère. Ainsi, dans l’urgence, les hommes ont-ils eu tendance à confier leur femme et leurs enfants à leur belle-mère et à retourner veiller sur leur propre maison maternelle.

Groupes, leaders et compétences

11La fuite conduit les habitants vers la montagne ou sur les toits des immeubles les plus éloignés des fleuves. Au cours de cette étape, l’unité au sein de laquelle se déroule l’action n’est souvent plus la seule famille, mais un groupe élargi, constitué de voisins ou de personnes qui se connaissent. L’autorité au sein de ces groupes est assez vite captée par des leaders qui puisent leur légitimité soit dans leur bonne connaissance du terrain, soit dans leur fonction sociale, soit encore dans une autorité ou un charisme qui parfois se révèlent au moment de l’urgence. Leur capacité à prendre les choses en main est renforcée par le comportement des personnes qui les entourent et s’en remettent à eux.

  • 8 « Creo que porque era bombero. », Entretien, 14/12/2003.

12Dans le quartier de La Guzmania, la maison de Julio (55 ans) a ainsi servi de refuge à 38 personnes qui s’y sont regroupées spontanément. Quand il raconte cela, Julio me dit qu’il ne sait pas pourquoi. Sa femme intervient : « Je crois que c’est parce qu’il était pompier8 ». Effectivement, Julio était alors le Commandant des Pompiers de l’État de Vargas, ce qui a probablement contribué à inciter les gens à se réfugier chez lui. L’expérience liée à son rôle social et l’expertise qui lui est reconnue de ce fait ont rassuré les voisins qui sont venus chercher dans sa maison la sécurité que sa fonction inspirait.

  • 9 « Venia de ser presidente, me conocían y empezaron a salir », Entretien, 04/12/2003.

13Luis (55 ans) a, lui, été longtemps président de l’association des habitants du quartier aisé de Alamo. Quand il voit que la quebrada à côté de sa maison est en train de déborder, il prend l’initiative de réveiller tous ses voisins et de leur faire évacuer leur domicile. Il les regroupe dans un immeuble éloigné de la quebrada et du fleuve. Il raconte : « J’avais été président (de l’association de quartier) et ils me connaissaient et ils ont commencé à sortir9 ».

14L’action de Luis est rendue possible par cette légitimité qu’il puise dans son rôle social antérieur au désastre. Luis est ensuite parti avec un groupe de jeunes gens chercher les habitants coincés sur les toits et dans les maisons d’Alamo :

  • 10 «Dije “muchachos estamos listos yo tengo esta linterna”, una sola linterna había, la mía. “Vamos a (...)

J’ai dit : « les enfants, nous sommes prêts, j’ai cette lanterne », il n’y avait qu’une seule lanterne, la mienne. « On va descendre et commencer à chercher les gens qui sont dans la station service, qui sont isolés ». Et les garçons, impressionnés : « oui, oui, on y va, c’est vous qui dites ». Mais on y va par le milieu, et c’est comme ça qu’on a fait, avec une corde que j’avais on y est allés en marchant au milieu. Pourquoi le milieu ? Parce que même s’il n’y avait plus d’électricité on ne savait pas si un câble n’était pas tombé, des choses encore électrifiées et un de ces jeunes qui pouvait s’électrocuter. Alors avec de l’eau jusque-là on est arrivés dans toutes ces rues, les gens étaient montés très haut, la majorité est venue avec nous, mais quelques-uns sont restés en disant : « non, on reste ici, où est-ce qu’on va aller ? »10.

15L’autorité dont Luis fait usage dans l’urgence se base donc à la fois sur son rôle de leader local et sur son âge face à des jeunes gens qui sont « impressionnés » et lui obéissent. Mais c’est aussi dans ses compétences propres qu’il puise sa légitimité. Le choix du milieu du chemin pour éviter les électrocutions, tout comme le fait qu’il ait emporté avec lui une lanterne et de la corde prouvent qu’il a la tête froide et a pensé à tout. Sa capacité à diriger les opérations s’ancre donc dans l’organisation sociale ordinaire et se trouve renforcée par la rationalité de son comportement dans cette situation exceptionnelle.

  • 11 «y váyanse ustedes porque yo ya no tengo nada que perder, tengo 81 años, sálvense ustedes y despué (...)

16Mathilde (55 ans) rassemble, quant à elle, plusieurs des qualités nécessaires à ce leadership dans l’urgence. Ancienne présidente de l’association des habitants de La Guzmania, elle a grandi dans ce quartier et connaît bien la montagne. Elle prend, pendant la fuite, la tête des opérations quand elle se retrouve, accompagnée de son mari, de sa fille et de sa mère, avec une trentaine de personnes fuyant elles aussi le fleuve en furie. Elle raconte que son mari, « originaire de la plaine », n’avait aucun repère dans la montagne, c’est donc elle qui a dû guider le groupe. Mathilde ne prend cependant pas toutes les décisions et se repose aussi sur l’autorité de son mari quand, le terrain devenant trop glissant, il faut décider quoi faire des personnes âgées qui ne parviennent pas à suivre. La mère de Mathilde suggère qu’on la laisse là : « Allez-y, parce que je n’ai rien à perdre, j’ai 81 ans, sauvez-vous et ensuite, si vous pouvez vous viendrez me rechercher11 », leur dit-elle. C’est le mari de Mathilde qui va assumer la décision de la laisser, ainsi que les autres personnes âgées, et qui, une fois sa fille et sa femme en lieu sûr dans la montagne, reviendra les chercher. Dans la configuration familiale de « matrifocalité » évoquée plus haut, la décision de laisser la mère n’aurait pas pu être prise par la fille elle-même, de la même façon que le mari n’aurait probablement pas pris cette décision s’il s’était agi de sa propre mère.

17Une fois en sécurité, les groupes de personnes ont activé diverses compétences pour organiser la nuit dans le refuge improvisé. Là encore, les rôles associés au genre marquent fortement cette étape. Les femmes racontent généralement la façon dont elles ont réussi à préparer une boisson chaude ou à cuire un repas.

18Lidia (35 ans), s’est ainsi retrouvée réfugiée dans la cabane de son oncle dans la montagne au-dessus du quartier de la Veguita avec 89 personnes dont une majorité d’enfants. Elle raconte qu’elle n’avait pas l’habitude d’organiser les choses, mais que devant la panique de certaines jeunes femmes, elle a dû réagir.

  • 12 Petite boule à base de farine de maïs bouillie.
  • 13 «Pero yo tuve que… Mira ¿que paso? […] tuve que calmarles, y decirles “hay muchos niños aquí, vale (...)

Mais j’ai bien dû le faire… regarde, qu’est-ce qui s’est passé […] j’ai dû les calmer et leur dire : « Il y a plein d’enfants ici, allez, calme toi, tu les rends nerveux ». Des jeunes filles, des jeunes femmes apeurées… Je disais : « Nous avons des enfants petits, il faut leur donner des forces ». Et je leur disais : « Écoute, les coqs commencent à chanter, demain le jour va se lever et on va voir le soleil ». Je disais ça aux enfants parce que les enfants, écoute, c’était horrible. Ils vomissaient, pleuraient, c’était horrible je te dis. Tu voyais leur tête, ils étaient comme morts-vivants, oui. Ils attendaient, ils ne dormaient pas, ne mangeaient pas. Le matin, comme ils avaient faim, on a fait des bollitos12. Ce sont des hommes qui sont arrivés et qui ont allumé le feu. Mon oncle, sur son terrain, il a une petite cabane où il met le charbon, c’est tout en haut, alors la pluie n’y est pas entrée, et c’est là qu’on a fait un feu et les bollitos13.

19Le récit de Lidia met en relief son besoin de remettre de l’ordre devant le désarroi des enfants et des jeunes femmes. Lidia y parvient parce qu’elle est un peu plus âgée que les toutes jeunes femmes qui l’accompagnent. Elle fait appel à des compétences qui lui servent à redonner à la situation extraordinaire un aspect quelque peu ordinaire : faire du feu, préparer à manger, évoquer le chant des coqs et le lever du soleil. En s’appuyant sur ces actes quotidiens, Lidia parvient à contrôler la situation et à calmer l’angoisse. Elle endosse le rôle de la mère de famille qui organise, nourrit et rassure.

20Dans un autre refuge improvisé dans une des écoles de Macuto, c’est un garçon qui fait habituellement du théâtre avec des enfants qui parvient à calmer les gens. Un de ses amis raconte :

  • 14 «El dice “bueno vamos a organizar los rezos”, y empieza por salón de clase, en cada salón de clase (...)

Il a dit : « Bon, on va organiser les prières » et il a commencé à aller de salle en salle, dans chaque salle il y avait des gens […]. Et alors les gens ont commencé à prier, à prier, et à rester comme ça. C’est une chose qui lui est passée par la tête : « On va organiser », et ça a maintenu les gens tranquilles. C’est-à-dire qu’au milieu de toute cette angoisse, ça a maintenu les gens dans le calme14.

21Ici, les prières sont parvenues à restaurer une certaine tranquillité au sein du groupe. Les prières, apprises par cœur depuis l’enfance, constituent un rituel rassurant. Il est révélateur que le jeune homme qui prend cette initiative ait l’habitude de travailler avec des enfants. Face à des adultes qui se retrouvent en situation de fragilité, ce garçon a l’idée d’aller chercher ce qui pourra les apaiser. En leur faisant réciter des prières, il leur permet en outre de se dégager de leur propre survie, ils s’en remettent avec confiance à la décision divine, ce qui semble les calmer.

22Dans l’urgence, chacun fait donc appel à ses propres compétences acquises hors du contexte de la catastrophe, et les rôles se trouvent puissamment activés. Ainsi, les hommes ont-ils souvent contribué à rassembler le matériel nécessaire pour organiser la survie dans les premières heures, comme le raconte Luis :

  • 15 «Y, montamos cocina, buscamos bombonas que estaban por ahí nadando, sacamos los acumuladores, pusi (...)

Et on a installé une cuisine, on a ramené des bombonnes (de gaz) qui flottaient par là, on a sorti les batteries, on a mis la lumière, on a commencé à préparer du café avec quelques lampes et les choses se sont organisées15.

23Leur tâche a aussi consisté à aider à évacuer des personnes coincées pour leur permettre de rejoindre les refuges qui s’improvisaient. José (30 ans) raconte comment il est parvenu, avec quelques hommes, à évacuer une jeune femme qui était en train d’accoucher dans la maternité dans laquelle il était réfugié :

  • 16 «Lo que hicimos fue que la sentamos en una silla y entre 6 hombres se amaro la silla y la pasaron (...)

Ce qu’on a fait c’est qu’on l’a assise sur une chaise et avec six hommes on a attaché la chaise et on l’a passée comme ça de l’autre côté, parce que c’était très difficile de passer. Ca a été… mais les gens ont été supers16.

24Ce sont aussi les hommes qui se sont risqués à sortir les premiers, dans la journée du 16 décembre, pour voir s’il était possible de passer ou de descendre de la montagne, et eux qui ont guidé les groupes vers l’aéroport ou les hélicoptères au moment de l’évacuation.

25Antonio, dont la maison de deux étages dans la partie haute de La Veguita a servi de refuge pour les habitants du quartier, est ainsi envoyé en émissaire :

  • 17 «El 17, me tocó a mi bajar para ver como estaba el camino, y de verdad que me dio bastante miedo p (...)

Le 17, c’est moi qui ai dû descendre pour voir comment était le chemin, et c’est vrai que j’ai eu relativement peur parce que je ne savais pas ce que j’allais trouver, parce qu’on était pratiquement séquestré ici [dans la maison]. Alors, je suis descendu en tâtonnant et ensuite on est sortis vers la plage. Et on a sorti une caravane de gens, parce qu’on a évacué tout le monde : les uns en chaise roulante, les autres sur nos épaules, celui qui ne pouvait pas marcher on le portait. Et c’est comme ça qu’on est arrivés à sortir tout un tas de gens17.

26Comme le montrent ces récits, dans les premières heures de l’urgence, l’organisation sociale n’est pas démantelée mais bel et bien renforcée. Le désastre, s’il provoque un « chaos » physique, crée dans le même temps un besoin fort d’organisation. Ce besoin provient notamment des individus les moins enclins à prendre les choses en main et qui, dans l’urgence, s’en remettent à ceux que leurs compétences ou leur rôle social avant la catastrophe désignent pour prendre les décisions, organiser l’action et agir. La famille, le groupe de voisins sont des unités qui, parce qu’elles régissent habituellement l’espace du proche, permettent cette organisation rapide. En leur sein, les rôles sociaux sont activés, les compétences et les savoirs octroient le pouvoir nécessaire au leadership.

La communauté de survie

27La façon dont est affronté le moment de l’urgence peut être rapprochée de ce qui est observé dans les sociétés soumises à des conditions environnementales extrêmes qui placent les problèmes de survie (recherche de nourriture, d’abri, de sécurité physique…) au cœur de l’attention de leurs membres. Robert Nisbet fait ce constat :

  • 18 Ma traduction.

La mobilisation même des énergies humaines provoquée par un environnement physique rude ou la menace d’une catastrophe possède un effet tonique sur les relations humaines. Il s’institue alors un consensus moral plus fort de même qu’un système social plus intégré. (1961 : 518)

28Ce moment, au cours duquel l’interdépendance entre les différents membres du groupe prime, donne lieu à une forme de relation à l’autre que nous appelons ici entraide, afin d’en souligner le caractère « interne ». C’est au sein du groupe, c’est entre soi que l’entraide opère, elle n’est pas prodiguée par un autre : sauveteur, médecin, pompier, ou « humanitaire ». Contrairement aux formes plus durables et indirectes de solidarité, d’assistance ou de charité, l’entraide telle que nous la saisissons dans ce moment n’est motivée ni par le devoir, ni par la morale ou les valeurs. C’est une entraide qui naît de la nécessité vitale et qui s’appuie sur les règles sociales et culturelles en vigueur au sein du groupe pour s’activer.

29Il s’opère alors une forme de symbiose éphémère qui fait que la survie de chacun dépend de la cohésion du groupe. Chacun a besoin du groupe pour survivre, et le groupe a besoin de chacun dans son rôle. Alors, le groupe devient soi. Il n’y a pour un temps qu’un « tout » composé de la communauté qui s’est créée dans la nécessité. Nous appellerons la communauté qui se forme alors communauté de survie, dans la mesure où la situation qui lui donne naissance est une situation dans laquelle la vie est menacée et produit un moment au cours duquel la réciprocité entre le « tout » et le « soi » peut exister.

30Il est tentant, dès lors, de lire la façon dont cette « communauté » se produit à la lumière de la tradition ethnographique. Evans-Pritchard, par exemple, dans ses travaux sur les Nuer, précise que les pénuries fréquentes provoquées par les périodes de sécheresse conduisent les différents groupes familiaux à une « assistance mutuelle » et à une « consommation en commun ». Il analyse ce partage des provisions ainsi :

L’habitude de partager se comprend facilement dans une communauté où tout un chacun peut se trouver en difficulté de temps à autre, tant il est vrai que c’est la disette et non point l’abondance qui rend les gens généreux et les conduit par là à prendre une assurance sur la faim : le besogneux d’aujourd’hui reçoit son secours du besogneux de demain. (Evans-Pritchard, 1968 : 104)

  • 19 Kwanim Pa. The making of the Uduk people. An Ethnographic Study of Survival in the Sudan-Ethiopian (...)
  • 20 On pourrait sans doute discuter de la pertinence de l’usage de cette notion par Wendy James. Les U (...)

31On retrouve cette notion d’« assurance » chez Wendy James (1979) quand il décrit le système de solidarité collective (corporate solidarity) qui régit la « survie » des Uduk du Soudan. Il est d’ailleurs notable que le terme de « survie » apparaisse dans le titre de James19. On retrouve l’idée du maintien de la vie dans un environnement ou dans une situation susceptible de provoquer la mort20. Dans le contexte de la catastrophe aussi, le « moment de survie » est caractérisé par le fait que l’ensemble des décisions et des actions soit orienté vers le maintien de la vie.

32Comme dans les situations extrêmes décrites par ces ethnologues, la réciprocité que l’on observe au sein de la communauté de survie ne doit pas être comprise comme une subordination de l’intérêt personnel à l’intérêt collectif, mais comme la nécessité pour l’individu de s’en remettre au groupe pour parvenir à survivre. L’intérêt personnel ne perd pas de sa force mais se retrouve, par nécessité vitale, lié à celui du groupe. La communauté de survie qui se forme alors est éminemment situationnelle et ne fait donc référence à aucune communauté primordiale ou « naturelle ». Elle active en revanche les cadres normatifs et sociaux préexistants : les leaders dirigent, les femmes cuisinent, les plus vulnérables suivent et sont pris en charge. Cette communauté de survie qui se forme fait donc appel aux cadres « ordinaires » de la vie sociale, dans lesquels les différents acteurs puisent leurs compétences, mais elle contribue également à « niveler » les hiérarchies de rôles qui œuvrent ordinairement. Comme le signale José, employé de la Gobernación :

  • 21 La Costa : la partie est de l’État de Vargas.
  • 22 Première dame : femme du gouverneur.
  • 23 «Todo el mundo era aislado. Alfredo Laya era metido por la Costa, atrapado. La primera dama estaba (...)

Tout le monde était isolé. Alfredo Laya [le gouverneur régional] était coincé vers la Côte21, la « Primera dama22 » était vers Naiguatá, untel était à Caraballeda, celui de la Defensa Civil était coincé… Tout le monde était coincé, toute l’organisation de l’État était paralysée […] Ce jour-là, on ne distinguait pas qui était fonctionnaire public, tout le monde était dans le même sac23.

33Dès lors, on le comprend, les rôles qui sont activés sont ceux qui sont centrés sur le maintien de la vie – décider, organiser, faire à manger, sauver –, et ce au détriment des rôles sociaux qui opèrent une « distinction » en temps normal – gouverneur, « primera dama », fonctionnaire public.

34La communauté de survie existe donc dans la situation particulière de l’urgence, elle se forme dans la nécessité et avec la perspective du maintien de la vie. Elle fait appel aux compétences et aux rôles de chacun. Néanmoins, seuls les rôles qui servent l’objectif de la survie y trouvent leur place, les autres rôles étant pour un temps inutiles, ils semblent provisoirement désactivés.

35Éric Lepointe désigne ce moment d’unité comme un « état de grâce » (1991 : 169). On doit également remarquer que le moment créé par le désastre est aussi un moment « total » : il n’y a plus qu’un seul temps (l’urgence), qu’un seul espace (le refuge improvisé, le toit d’immeuble, la montagne), qu’une seule réalité (la catastrophe). À Vargas, ce moment est relativement éphémère, et l’entraide qui le caractérise perd considérablement de sa force dès lors que la survie immédiate n’est plus en jeu. C’est également quand le groupe n’est plus « entre soi » et que des acteurs extérieurs surgissent pour le secourir que l’on note un affaiblissement certain de cette entraide.

36À la jonction entre ce premier moment et celui des secours, un thème surgit dans certains récits. Il n’appartient plus complètement au moment du « tout », au cours duquel l’entraide s’impose. Mais il intervient pourtant dans la configuration de l’entre soi. Il se situe au point de rencontre entre le moment de la survie immédiate et celui des secours. Il s’agit des « pillages ».

Les pillages

  • 24 On citera notamment Fritz (1961) et Quarantelli et Dynes (1970) en signalant néanmoins un biais im (...)

37Je vais utiliser ici le terme de « pillages » tel qu’il apparaît dans les récits qui vont suivre, pour désigner les actes qui ont consisté à mettre à sac certains lieux et à s’approprier les biens qu’ils contenaient. Pourtant, je l’utiliserai avec toute la circonspection nécessaire et le placerai entre guillemets, non pour nier la réalité des faits mais pour signaler qu’il s’agit bien d’une construction sociale avec laquelle il est nécessaire de garder une certaine distance. En effet, bien qu’ils ne soient ni systématiques ni généralisés comme l’ont montré de nombreuses recherches24, les « pillages » sont des actes « attendus » (Fischer, 1998) ou plus exactement « redoutés » en cas de catastrophe. Les médias participent en général de façon active à la diffusion du « mythe » du pillage généralisé et contribuent ce faisant à la justification d’un recours à la force militaire pour restaurer l’ordre sur le terrain (Tierney et al., 2006).

  • 25 Je ne parle pas ici des travaux scientifiques mais du discours de la presse et de celui communémen (...)

38Mon intention ici peut se résumer ainsi. Les « pillages » qui se sont déroulés à Vargas pendant et après la catastrophe de 1999 ont été majoritairement présentés comme des actes « barbares », « sauvages », « inhumains »25. Or, en les plaçant en dehors de la palette des comportements sociaux et en utilisant des qualificatifs qui se placent du point de vue de la morale, il semble que l’on diminue la compréhension que l’on peut avoir de ces actes. En analysant leur déroulement d’un point de vue strictement empirique en revanche, nous allons voir d’une part qu’il n’existe pas un seul mais bien plusieurs types de « pillages » et d’autre part qu’avec leur diversité de formes et de significations, les « pillages » nous révèlent – plutôt qu’ils ne la contredisent – la complexité de la société vénézuélienne. Je propose donc des les analyser en suivant l’hypothèse de continuité développée par Michel Dobry (1986), c’est-à-dire en les considérant à la fois comme la continuité des situations sociales ordinaires et en tentant de saisir les dynamiques qui leur sont propres (Dobry, 1995).

  • 26 Quarantelli est par ailleurs revenu ultérieurement sur cette distinction, suite à son analyse des (...)

39Les « pillages » forment d’une certaine manière un événement dans l’événement. En effet, un débat a longtemps partagé les chercheurs qui travaillent sur les désastres, qui consiste à se demander si l’on peut considérer certaines crises sociales violentes (émeutes, attaques terroristes, actes de sabotage ou guerres) comme des désastres. Pour certains (Quarantelli et Dynes 1970, Lepointe 1991), une différence s’impose. Les désastres « naturels » – disent ces derniers – parce que la menace est d’origine externe, provoqueraient le consensus sur la façon d’agir et auraient tendance à niveler les différences sociales. Alors qu’à l’inverse, les crises sociales auraient tendance à aggraver les conflits, à susciter des comportements déviants et donneraient fréquemment lieu à un désaccord sur les moyens de réduire la crise. Les désastres « naturels » seraient en quelque sorte des événements « consensuels », alors que les crises sociales généreraient au contraire des dissensions26. Mais à Vargas, comme on va le voir, certains « pillages » s’apparentent aux crises sociales violentes et s’invitent sur la scène du désastre.

40À Vargas, après les coulées de boue de 1999, les « pillages » ont commencé dès l’aube du 16 décembre et se sont poursuivis dans les jours suivants. Les formes prises par ces « pillages » ont été nombreuses. Dans certains cas ce sont des magasins qui ont été pris d’assaut, d’autres fois, des appartements et des villas dans les quartiers les plus aisés qui ont été pillés et parfois dévastés. Si l’on en croit la presse, les « pillages » auraient duré des mois après la catastrophe elle-même, alors que les quartiers étaient vidés de leurs habitants. Les plus spectaculaires – dans le double sens de ce qui frappe l’imagination et de ce qui est mis en spectacle – ont certainement été les scènes de « pillages » des containers du port de La Guaira, filmées depuis les hélicoptères et diffusées sur toutes les chaînes de télévision en parallèle des scènes dramatiques de mort ou de sauvetage (Photo 2 et Photo 3).

41Je propose ici d’analyser les « pillages » depuis une double perspective. Nous nous pencherons dans un premier temps sur la façon dont ils sont racontés par des acteurs y ayant participé. Nous regarderons ensuite comment la presse a traité ces « pillages » et a participé à la construction d’un certain discours à ce sujet. En cherchant à comprendre de quoi les « pillages » sont faits (Dobry, 1995), comment ils déroulent et comment ils se racontent, il s’agit de tenter de saisir ces actes dans toute la complexité de leurs enjeux sociaux et symboliques.

Les « pillages » racontés par leurs acteurs

42Les deux récits qui vont nous permettre d’entamer notre analyse des « pillages » proviennent de deux hommes, issus de la classe moyenne, ayant fait des études supérieures et qui ont joué pendant la catastrophe un rôle de leader. Ces caractéristiques leur permettent d’opérer une certaine distanciation avec ce qui s’est alors passé. C’est d’ailleurs probablement aussi leur position sociale qui autorise ces deux hommes à me rendre compte ainsi de ces actes. Ce sont en effet les deux seuls récits de pilleurs que j’ai obtenus. Cette précision est importante.

Photo 2 : Photo aérienne des « pillages » des containers du port de La Guaira, décembre 1999. Photo extraite du CD « Vargas », compilé par des habitants de la ville de Macuto

Photo 3 : Photo du « pillage » d’un container dans le port de La Guaira, décembre 1999. Extraite de l’ouvrage Y el Ávila bajó al mar (El Nacional, 2000 : 82). Cette photo apparaît au chapitre intitulé « L’anarchie »

  • 27 Paul Ricœur évoque ainsi cette inégalité : « lorsque l’impuissance à dire résulte d’une exclusion (...)

43Elle permet d’abord de comprendre que, même des années après les événements, tout n’est pas « dicible » par tout le monde. Nous allons voir que les « pillages » ont suscité dans l’opinion publique des réactions virulentes, voire violentes. Le silence des groupes sociaux les plus défavorisés au sujet des « pillages » est donc à interpréter dans ce contexte. Ce silence témoigne en premier lieu de la peur d’être jugé, inquiété voire puni pour ces actes, ce que nos deux interlocuteurs semblent ne pas craindre du fait de leur position sociale. Mais ces deux témoignages soulignent aussi que dans l’acte de la prise de parole lui-même, les inégalités sont lisibles. Ces deux hommes élaborent en effet un espace du récit qui les situe à la fois comme acteurs et comme témoins de la scène qu’ils décrivent. Ce faisant, ils délimitent les frontières de l’acceptable et parviennent à se situer dans une distance qui relativise le jugement que pourrait formuler l’interlocuteur. Cette élaboration du récit relève d’une capacité narrative qui ne va pas de soi (Ricœur, 2001)27.

44Finalement, le peu de récits des actes de pillages récoltés et l’appartenance de leurs auteurs à des sphères sociales restreintes conduit à relativiser la capacité pour l’ethnologue de récolter des récits de pratiques illégitimes dans des situations « limites »

45Le premier récit est celui de Sebastian, 35 ans, habitant du quartier de classe moyenne de Punta Brisas, qui raconte ainsi les événements du 16 décembre au matin :

  • 28 Quartier populaire de Macuto.
  • 29 Quartier populaire voisin.
  • 30 «La gente decide ir al automercado que había a la esquina para saquearlo, efectivamente, vamos, y (...)

Les gens décident d’aller au supermarché qui était au coin pour le piller, et effectivement, on y va et on fait un trou dans le mur pour pouvoir entrer au supermarché et le piller. Alors, je me rappelle l’image du trou et de toutes les choses qui flottent à l’intérieur, impressionnant, c’est-à-dire que presque à la hauteur du toit il y avait un espace comme ça et les choses qui flottaient. Alors à ce moment quand on finit de l’ouvrir, ce fut une scène de la jungle, parce que 5 ou 6 voyous du Teleférico28 surgissent, avec des sacs en guise d’imperméables et tous armés. Alors les mecs sont arrivés et en effet, sans rien dire… la première chose que j’ai pensé c’est qu’ils allaient prendre toute la nourriture, mais ce qu’ils ont pris c’est toutes les bouteilles d’alcool qu’il y avait et quelques produits laitiers. Nous on a pu sortir pas mal de nourriture. Et alors il y a eu une scène qui est typique de la misère des gens, parce que l’immeuble était soi-disant de la classe moyenne, non ? Alors les gens pendant la scène du pillage, les femmes restaient derrière et les hommes attrapaient la nourriture, et quelques femmes plus courageuses ou plus enthousiastes, mais en général les femmes restaient derrière avec quelques enfants, et stockaient ce qu’on apportait mais… qu’est-ce qui s’est passé ? certaines personnes, mais surtout des gens des immeubles ont décidé d’aller à l’hôtel pour le piller, l’hôtel qui était déjà en train d’être pillé par les gens du barrio29. Alors c’est stupide parce qu’ils volaient par exemple les climatiseurs, ou une voisine à moi qui s’est rapporté un service de verres en cristal… C’est absurde30.

46Le second récit est celui de José, 26 ans, un employé de la Gobernación qui s’est réfugié dans un lycée de Macuto avec de nombreuses personnes :

  • 31 Il s’agit d’un autre hôtel que dans le récit précédent.
  • 32 Que José a fait évacuer alors qu’elle était sur le point d’accoucher.
  • 33 Petite galette à base de farine de maïs, base de l’alimentation quotidienne.
  • 34 «Y en el día inventamos… bueno se organizo un poco mas la cosa. Al lado del materno infantil había (...)

Le jour suivant on a inventé… les choses se sont un peu organisées. À côté de la maternité il y avait un hôtel31. On a pillé cet hôtel. On a pillé les draps, les couvertures, les choses, les matelas et on les a passés dans le lycée. Après, tous les voyous étaient là, par exemple le mari de cette fille32, au début il était… tranquille mais je me suis rendu compte que c’était un grand voyou, mais un de ceux qui attaquent les quartiers, de làbas de Maiquetía. Et lui, il me dit « c’est vous qui dites ». Alors moi « Ah bon ? c’est moi qui dis ? bon » (rire) « Bon alors tu vas aller dans tel magasin et… » et on a organisé un groupe d’hommes et ils vont piller ce magasin et ils rapportent de la nourriture. Bien sûr qu’est-ce que tu voulais qu’on fasse ? On avait là 500 personnes, des enfants et tout… et alors les voyous « allons y, on va piller » et au début j’allais avec eux et après quand ils avaient appris le truc… et bon, ils ont réussi à rapporter une bombonne de gaz, dans l’école il y avait une cuisine, alors on a mis la cuisine en route et on a préparé du lait pour les enfants, des arepas33, des choses… Après les gens ont commencé à piller les magasins d’alcool et à partir de là on n’a plus rien contrôlé, après ils ont commencé à voler…34

47Dans ces deux récits, il est frappant de constater que les « pillages » sont d’abord présentés comme légitimes. Dans la situation exceptionnelle créée par la catastrophe, des hommes qui ne sont pas des « voyous » ou des délinquants prennent l’initiative d’aller « piller ». Pour l’un comme pour l’autre, cette décision est légitimée par le besoin collectif. José le traduit par cette question : « bien sûr, qu’est-ce que tu voulais qu’on fasse ? on avait là 500 personnes, des enfants ».

  • 35 «Eso que mande la llave para abrir la puerta del negocio para ayudar con la comida porque estábamo (...)

48Très vite cependant, les narrateurs font surgir une distinction entre le pillage « légitime » et le vol « illégitime ». Aussi bien José que Sebastian distinguent en effet un premier temps pendant lequel ce sont des produits nécessaires qui sont emportés (de la nourriture, des matelas, des bombonnes de gaz) et un deuxième temps – auquel ni l’un ni l’autre ne dit s’être associé – pendant lequel ce sont des choses qu’ils jugent superflues : l’alcool, les climatiseurs, les verres en cristal. Pour Sebastian ce passage de l’un à l’autre est « absurde » ; quant à José, il avoue, dans ce deuxième temps, avoir perdu le contrôle. Car au cours du premier moment, José associe le pillage à l’organisation (« les choses se sont un peu organisées… on a pillé l’hôtel »). Et il exprime le passage du « pillage nécessaire » ou justifié à la perte de contrôle en utilisant le terme de « vol ». On retrouve ce mécanisme dans d’autres récits. Comme celui d’Antonio, l’épicier du quartier de La Veguita qui raconte qu’au moment d’évacuer le quartier : « J’ai envoyé les clefs pour ouvrir les portes du magasin pour aider avec la nourriture parce qu’on était en décembre. Mais ils ont tout pris, ils ont volé…35 ».

49Antonio parle de « vol » pour signifier qu’il n’a pas contrôlé ce qui lui a été pris. C’est le « trop » qui vient, tout comme le « superflu », marquer la limite entre l’appropriation légitime, nécessaire, autorisée et ce qui devient illégitime, illégal, répréhensible, voire immoral.

50Ensuite, dans les deux récits, le terme de « voyou » apparaît, pour désigner des personnes qui se distinguent, hors du contexte de la catastrophe, par leurs activités illégales (« un de ceux qui attaquent les quartiers », « tous armés ») et par leur provenance sociale ancrée dans un lieu (El Teleférico et Maiquetía sont emblématiques des quartiers populaires du Littoral et réputés dangereux). Si nos deux interlocuteurs les distinguent par ce terme, ils soulignent également d’une part que ce qu’ils considèrent comme du « vol » n’est pas du seul ressort de ces « voyous », et d’autre part que ces derniers ont également participé à des « pillages » qu’ils jugent légitimes ou nécessaires. Aucun des deux n’opère donc, dans le contexte de la catastrophe, d’association claire entre les « voyous » et le « vol ».

51Si l’on regarde maintenant la façon dont les pillages se déroulent, tels que Sebastian et José nous les racontent, on doit souligner qu’ils sont l’occasion pour les acteurs d’activer leurs rôles sociaux.

52Par exemple, dans le récit de Sebastian, les rôles sociaux associés au genre tiennent une place importante : les hommes pillent et les femmes restent en arrière pour récupérer et stocker le butin. Et les « voyous » ne prennent pas uniquement des bouteilles d’alcool – qui possèdent une valeur marchande élevée – mais également des produits laitiers. On peut facilement imaginer que ces produits, généralement assez chers, aient été rapportés dans les familles des « voyous » pour leurs femmes et leurs enfants. Car les « voyous » sont aussi des pères de familles et des maris, comme le montre encore l’exemple de José. Le « voyou » dont José a permis d’évacuer la femme enceinte se met en effet aux ordres de celui-ci. En tant que père et mari, il lui est redevable de ce sauvetage, ce qu’il souligne par l’usage du « vous » (Usted) qui marque son respect. José utilise alors cette dette morale et les compétences de son interlocuteur pour le bénéfice de la collectivité, en l’envoyant « piller » des biens utiles à tous. Par ce moyen, il canalise aussi pendant un certain temps la conduite de ce personnage dont il craint le comportement.

53La description de ces « pillages » ne nous laisse pas entrevoir des individus isolés agissant pour leur propre compte, mais bien des individus rattachés à des collectifs (familles, bandes, immeubles, etc.) agissant avec la rationalité que leur dicte cette appartenance, aussi éphémère soit le lien de causalité entre le pillage et cette appartenance.

54Cette succession de décisions et de faits reflète-t-elle réellement le chaos, l’anarchie ou l’irrationalité ? N’observe-t-on pas plutôt un déplacement des normes et un glissement au cours duquel l’ordre établi par la loi est bousculé ? Ce moment, qui appartient encore au cadre de la communauté de survie, génère, au moins dans les récits qui en sont produits, un « [bouleversement de] la hiérarchie traditionnelle des valeurs […] au profit d’une action d’entraide communautaire » (Lepointe, 1991 : 169). Autrement dit, la loi interdit le vol mais, au nom du bien collectif et lorsque la vie est mise en danger, le vol a la possibilité – sous certaines conditions – de devenir légitime. Il existe dès lors, dans la situation exceptionnelle créée par la catastrophe, un nouvel espace normatif au sein duquel prime, au nom de la survie, l’intérêt de la « communauté » et qui autorise des actes considérés habituellement comme illégaux.

55Les conditions qui déterminent la légitimité du « pillage » sont lisibles à travers la distinction opérée par nos deux interlocuteurs entre les « pillages légitimes » qui ont pour objet le « nécessaire », c’est-à-dire tout ce qui doit permettre au collectif de survivre, et le « vol illégitime » qui concerne le « superflu », soit tous les biens qui sont appropriés pour le compte d’individus et n’ont pas pour objectif le maintien de la vie. Dès lors que les « pillages » ne viennent pas répondre à des besoins collectifs et vitaux, ils deviennent impossibles à légitimer et sont présentés par ceux qui les racontent comme des actes répréhensibles.

Les « pillages » racontés par la presse

  • 36 Je me base ici sur une sélection d’articles parus dans le quotidien El Universal entre le 17/12/99 (...)
  • 37 «Conatos de saqueos», El Universal, 17/12/99.
  • 38 «Controlar las situaciones de saqueos», El Universal, 19/12/99.
  • 39 «La hampa aprovecha tragedia de Vargas», El Universal, 22/12/99.
  • 40 «las pocas casas y edificios que quedaron en pie», El Universal, 22/12/99

56La presse36 signale dès le 17 décembre que le président Chávez a évoqué des « tentatives de pillages37 » à Vargas au lendemain des coulées de boue. Le 18 décembre, on trouve une description des « pillages » des containers du port de La Guaira et de la tentative des militaires d’y mettre de l’ordre non en les stoppant mais en les organisant. Le 19 décembre, El Universal signale le « pillage » des restaurants de Macuto par les sinistrés et, dans un autre article, commente le déploiement militaire pour « contrôler les situations de pillage38 ». Le 22 décembre, dans un article intitulé « La pègre profite de la tragédie de Vargas39 », El Universal décrit le « pillage » du « peu de maisons et d’immeubles qui sont encore debout40 » :

  • 41 «Los apartamentos de este edificio de lujo fueron saqueados desde el primer piso hasta el penthous (...)

Les appartements de cet immeuble de luxe ont été pillés du premier étage jusqu’au dernier par les mêmes hordes de délinquants, qui ont ouvert des trous à coups de masse dans les murs lorsqu’ils n’arrivaient pas à forcer les grilles41.

57L’article se poursuit avec l’interview d’un sergent de l’armée de l’air envoyé dans la zone pour les opérations de sauvetage :

  • 42 «El botín favorito: joyas y electrodomésticos pequeños, porque antes la imposibilidad de llevarse (...)

Le butin favori : les bijoux et le petit électroménager, parce que face à l’impossibilité d’emporter les télés grand écran, ils les brisaient sur le sol42.

58Cet autre type de « pillages », organisés après la catastrophe par des personnes revenues sur les lieux de résidence abandonnés par leurs habitants, est celui dont la presse se fait le plus l’écho dans les jours et les semaines suivantes. C’est, dans ce cas, le point de vue des victimes qui est privilégié, comme dans cet article du 3 janvier 2000 qui reproduit le témoignage d’habitants du quartier aisé de Los Corales :

  • 43 «No se llevaron comida ni ropa [pero] se llevaron artefactos eléctricos y en muchos casos los deja (...)

Ils [les délinquants] n’ont pris ni nourriture ni vêtements […] mais ils ont pris des appareils électriques et souvent ils les ont laissés cassés, devant les portes des appartements. Là, ce n’est ni la faim, ni le besoin, c’est de la méchanceté. […] Ça nous paraît honteux, et un manque d’humanité et de sensibilité qu’au cours d’une pareille tragédie, il y ait des personnes qui ne pensent qu’à piller et à abîmer ce qui a coûté travail et efforts43.

59Un autre article, daté du 9 février 2000, est écrit à partir des récits de personnes qui ont subi les « pillages » dans leur maison. L’une d’elles est une jeune femme qui dit comprendre :

  • 44 «que gente con sed y con hambre hubiesen violado su hogar en busca de agua y alimento, también el (...)

que des gens qui ont soif et faim aient forcé sa maison à la recherche d’eau et de nourriture, et aussi qu’on lui ait volé les vêtements, mais qu’elle ne pouvait pas comprendre qu’ils aient détruit ce qu’ils ne pouvaient pas emporter et que le plus précieux pour elle ait été réduit en morceaux, les photos de toute sa vie, et celles de sa famille, qu’elle gardait comme un bien précieux, sans aucune valeur pour d’autres44.

  • 45 Le 27 février 1989, après l’adoption par le président Carlos Andrés Pérez de mesures économiques d (...)
  • 46 Dans les études sociologiques, les pillages apparaissent généralement comme des actes qui se dérou (...)

60Ce dernier type de « pillages » renvoie, sous certains aspects, à ceux qui se sont déroulés lors du Caracazo en 198945. Pour analyser ces situations au cours desquelles des individus ou des groupes de personnes s’emparent violemment de biens et détruisent les lieux qui les renferment, il peut être utile de revenir aux analyses des situations d’émeutes. Bien que sur bien des points les « pillages » se distinguent des émeutes46 – et en premier lieu par le fait que les pillages peuvent être des actes individuels, à la différence des émeutes qui sont toujours collectives –, on peut s’appuyer sur les analyses sociologiques des émeutes et chercher leur source dans une combinaison de facteurs : l’impuissance liée à la faiblesse du niveau de vie, l’absence de perspective personnelle liée à l’exclusion (Lapeyronnie, 2006).

  • 47 Merton utilise le terme de « normal » en l’opposant à celui de « pathologique », puisque son trava (...)

61On peut également comprendre les pillages à partir d’une analyse de la violence structurelle de la société vénézuélienne. Dans ce sens, Robert Merton (1965) a montré que certains comportements qu’il nomme « déviants » – face aux comportements « conformistes » – naissaient de la frustration provoquée par l’impossibilité à répondre aux aspirations définies par la société en employant des moyens légitimes. Dans cette perspective, les « pillages » des containers du port, des articles d’électroménager ou encore des verres en cristal de l’hôtel, peuvent être analysés comme des réponses « normales47 » d’individus qui ont accepté les buts définis par la société (dans ce cas posséder plus de biens matériels) et qui, dans un moment exceptionnel où le crime a de fortes chances de ne pas être sanctionné, décident d’avoir recours à des pratiques illégales pour les atteindre.

62Lorsque la frustration est importante et que le sentiment d’impuissance augmente, le ressentiment peut faire son apparition. Selon Max Scheller (1970), le ressentiment conduit souvent à la rancune puis à la vengeance. C’est peut-être dans cette direction que l’on peut chercher un sens aux saccages des maisons des quartiers aisés du Littoral. Dans la violence symbolique de la destruction des photos ou d’autres objets intimes, on peut certainement lire une manifestation de ce ressentiment. Quand les appareils électriques sont cassés et laissés devant les portes des maisons, c’est peut-être parce qu’ils ont coûté effort et travail comme le dit l’habitante de Los Corales, qu’ils sont brisés. Peut-être révèlent-ils les inégalités d’une société qui ne récompense pas de la même façon le travail et l’effort selon que l’on appartient à une classe sociale ou à une autre, et que pour cette raison ils sont pris pour cibles par ceux qui malgré leur travail et leurs efforts ne les possèdent pas ?

63Ce qui peut-être analysé ici est le traitement que les journaux réservent à ces « pillages ». La perspective choisie y est celle des victimes, ce qui induit que l’indignation et l’incompréhension prédominent. En outre, la presse associe très souvent les « pillages » à d’autres actes de violence tels que les règlements de comptes, les meurtres ou les viols, bien que le lien entre ces différents actes ne soit en rien évident :

  • 48 «Lo negativo fue espantoso, los saqueos y las violaciones de mujeres indefensas comenzaron el mism (...)

Le côté négatif fut effrayant, les pillages et les viols de femmes sans défense commencèrent dès le 16 (décembre)48.

  • 49 «los tantos saqueadores, violadores y asesinos que aparecieron en escena durante la catástrofe de (...)

[…] les pilleurs, les violeurs et les assassins qui sont apparus pendant la catastrophe de Vargas49.

  • 50 «los violadores, saqueadores y malandros que se cebaron con los sobrevivientes al primer desastre, (...)

[…] les violeurs, les pilleurs et les voyous qui se sont acharnés sur les survivants du premier désastre, celui de la nature50.

64Situer tous ces actes au même niveau contribue à les associer à un comportement « pathologique » qui se libérerait en quelque sorte avec la catastrophe. Dans cette perspective, les « pillages » révéleraient en quelque sorte le caractère « inhumain » de ceux qui les commettent :

  • 51 «estos compatriotas después de vivir este horror [las furiosas aguas], fueron víctimas de violador (...)

Ces compatriotes, après avoir vécu cette horreur [la furie des eaux], ont été victimes des violeurs, des pilleurs et de nombreuses autres aberrations réalisées par des sujets qui apparemment n’ont ni cœur ni âme51.

  • 52 «Cuando a la violencia destructora de la naturaleza se sumó la violencia irracional, inhumana, de (...)

Quand à la violence destructrice de la nature s’est ajoutée la violence irrationnelle, inhumaine des pillages qui provoquèrent plus de dégâts matériels que la nature elle-même52.

  • 53 Rappelons à ce sujet que suite au passage de l’ouragan Katrina à La Nouvelle-Orléans en août 2005, (...)
  • 54 PROVEA, Informe preliminar sobre la situación de los derechos humanos en las zonas afectadas del e (...)
  • 55 El Universal, 16/01/2000.

65C’est cette « inhumanité » qui permet d’ailleurs de justifier la mise en œuvre d’actions exceptionnelles pour répondre aux « pillages ». À Vargas, comme c’est souvent le cas dans les situations similaires, les pilleurs sont soumis à des châtiments immédiats et directs tels que l’exécution sommaire53. L’organisation de défense des droits de l’homme PROVEA, dans un rapport daté du 31 décembre 1999, publie cinq témoignages qui évoquent des exécutions sommaires ou des actes de violence commis par des fonctionnaires (de la police ou de l’armée) à l’encontre de « pilleurs » ou de « pilleurs supposés »54. La population elle-même organise, pour faire face aux « pillages », des « commandos » armés, sortes de milices locales qui ont pour objectif de défendre les propriétés privées55. Ces réponses aux actes de « pillages », dans certains cas particulièrement fortes, ne sont pourtant pas jugées démesurées par une opinion publique qui regrette même parfois qu’elles n’aient pas été plus radicales. La presse se fait en particulier l’écho du questionnement sur le bien-fondé de la défense des droits de l’homme des pilleurs présumés qui ont été exécutés dans ce cadre :

  • 56 «El respeto a los derechos humanos ¿cuáles y de quienes? Impidió medidas extraordinarias apropiada (...)

Le respect des droits de l’homme – lesquels et de qui ? – a empêché que des mesures exceptionnelles appropriées (ne soient prises)56.

  • 57 «pues no se habla de los Derechos Humanos […] de los que sufren atropellados, violaciones y hasta (...)

[…] mais on ne parle pas des Droits de l’Homme […] de ceux qui souffrent des outrages, des violations et même de la mort causés par la pègre et les délinquants, ceux-là, les organisations qui s’occupent de ça ne s’en soucient pas et ne les défendent pas57.

  • 58 «¿Los derechos humanos son de las víctimas o de los agresores?», Courrier des lecteurs, El Univers (...)

Les droits de l’homme sont-ils ceux des victimes ou bien ceux des agresseurs ?58

  • 59 «El fascista que llevamos dentro», El Universal, 21/02/2000.
  • 60 «una apología del delito», El Universal, 1/03/2000.
  • 61 «con la escasa acción preventiva y represiva de nuestros cuerpos policiales […] no nos queda otra (...)

66De rares voix s’élèvent pour mettre en garde contre les dérives que cette façon de penser peut entraîner, comme le journaliste Javier Brassesco qui écrit un article intitulé « Le fasciste qui se cache en nous59 ». Mais quelques jours après la parution de cet article, un lecteur accuse Brassesco de faire « l’apologie du crime60 » et conclut que devant « le manque d’actions préventives et répressives du corps policier, il ne reste qu’à appliquer la lugubre formule mathématique : un criminel de moins, une opportunité de plus de survivre61 ».

  • 62 «el inesperado dividendo de promover iniciativas comunitarias, porque en una zona devastada, presa (...)

67La mise en place des milices locales armées « jusqu’aux dents » est même analysée comme « le bénéfice inattendu [des inondations] qui ont conduit à des initiatives communautaires, puisque dans la zone dévastée, qui fut la proie de la panique et de l’anarchie, la nécessité d’organisation de la population s’est imposée62. »

68On retrouve donc, dans le traitement qu’en fait la presse, la même distinction que dans les récits des acteurs des « pillages », entre des « pillages » qui auraient pu être légitimés – s’ils avaient pris pour cible des biens liés à la survie- et des « pillages » illégitimes – qui s’emparent du superflu. Pourtant, en choisissant d’adopter le seul point de vue des victimes et de ne traiter que d’un type particulier de « pillages », la presse contribue à la production d’un discours moral sur ces actes mais n’éclaire en rien la compréhension des situations. En outre, elle participe à la polarisation déjà en œuvre au sein de la société vénézuélienne.

69À travers les deux perspectives présentées ici – celle des acteurs et celle de la presse- nous pouvons signaler l’existence de trois types de « pillages » différents. On peut les distinguer en fonction du moment dans lequel ils se produisent et du type de biens qu’ils visent.

70Les premiers, liés au moment premier de l’urgence, celui de la communauté de survie, sont organisés collectivement pour répondre aux besoins vitaux du groupe -nourriture, soins, refuge. Pour cette raison ils sont « légitimés » par ceux qui les commettent. Ils sont également peu traités par la presse.

71Les deuxièmes s’inscrivent dans le mouvement des premiers. Leurs auteurs profitent en quelque sorte du consensus qui entoure les « pillages de survie » pour les déborder en s’emparant de produits et de biens qui ne sont plus liés à la survie, sans que le groupe n’ait les moyens matériels et moraux de les empêcher.

  • 63 Sur le processus de construction du stigmate associé à la condition de sinistré (damnificado), voi (...)

72Les troisièmes enfin s’inscrivent dans le plus long terme – dans les semaines voire les mois qui suivent la catastrophe – et se déroulent hors du contexte de survie. Ils surviennent alors que la vie n’est plus en danger et sont condamnés de façon quasi unanime. La presse traite majoritairement de ce troisième type de « pillages ». Ce faisant, elle contribue à diffuser une image d’une situation totalement chaotique et dangereuse et permet de justifier les mesures de militarisation de la zone et les interventions exceptionnelles (règlements de comptes, organisation de milices) qui voient le jour. Ce traitement par la presse est fréquent dans les situations de catastrophes (Rodriguez et al., 2006). Au Venezuela en 1999, il contribue à la construction progressive d’un stigmate autour de la population sinistrée de Vargas, stigmate puissant qui aura des répercussions sur le traitement qui lui est réservé pendant la phase de l’assistance et au cours du « déplacement » dont elle fera l’objet63.

Notes

1 J’utilise la notion de « compétences » en me basant que l’usage qu’en fait Erving Goffman et qui renvoie à « la capacité à focaliser l’événement, à mobiliser les savoirs d’arrière-plan ou à interpréter le cours de l’action » (Joseph, 1998 : 103). Grâce à leurs compétences, les individus parviennent à se repérer dans le contexte et à évaluer les ressources dont ils disposent en faisant appel aux expériences vécues (Cunin, 2000).

2 L’expression désignant des groupes sociaux de petites tailles où les relations de face à face sont majoritaires.

3 Therapeutic community.

4 Entretiens n° 3-4-13-15-17-19-20-22-25-27-29-30-31 (voir Annexe 2).

5 «Cuando llegamos al río, el río estaba muy fuerte. El río de Camuri Chico. Entonces claro mi amigo y yo estamos yendo allá y la gente venía, éramos los únicos que estábamos yendo en dirección contraria. Y entonces, estaban del otro lado parados, en la orilla del río ¿que sé yo? 10, 12 personas que no se atrevían a pasar, mujeres, niños, etc. y uno iba con la determinación “tengo que llegar”. Entonces, sin detenerme, paso el río y me paro en el medio, calzo los pies en las piedras y empiezo a pasar a la gente. Casi que entre ayudarlos y quitárselo del medio. Entonces los paso, los paso, los paso, “muchas gracias” y no sé que mas … y seguí.», Entretien, 27/12/2004.

6 Ma traduction. Parmi les entretiens qu’il analyse, Quarantelli cite par exemple celui d’une femme ayant fui sa maison en y laissant son bébé. Nous n’avons collecté aucun récit de ce type après les inondations de Vargas.

7 Ma traduction.

8 « Creo que porque era bombero. », Entretien, 14/12/2003.

9 « Venia de ser presidente, me conocían y empezaron a salir », Entretien, 04/12/2003.

10 «Dije “muchachos estamos listos yo tengo esta linterna”, una sola linterna había, la mía. “Vamos a bajar a empezar a buscar la gente que esta en la estación de servicio, están aislados”. Y los muchachos emocionados, lo que estaban era emocionados: “si, si, ¡vamos! Usted nos dice”. Pero “vámonos por el medio”, y así lo hicimos, con un mecate que yo tenia nos fuimos caminando por el medio. Por que por el medio? Porque si bien se había ido la electricidad no sabia si había algún cable que había caído, algunas cosas energizado y se electrocutaba un muchacho de estos. Entonces con el agua hasta aquí llegamos a todas esas calles, la gente estaba montada alta, la mayoría se vino con nosotros pero se quedaron algunos que decían que no aquí nos quedamos, para donde nos vamos a ir?», Entretien, 4/12/2003.

11 «y váyanse ustedes porque yo ya no tengo nada que perder, tengo 81 años, sálvense ustedes y después si ustedes pueden me vienen a buscar», Entretien, 12/11/2003.

12 Petite boule à base de farine de maïs bouillie.

13 «Pero yo tuve que… Mira ¿que paso? […] tuve que calmarles, y decirles “hay muchos niños aquí, vale cálmate, estas poniendo los niños nerviosos”, muchachas o mujeres que, asustadas… Yo decía “que tenemos niños pequeños, hay que darles fortaleza a esos niños”. Y yo les decía “mira, están cantando los gallos, ya mañana, el día va a amanecer y vamos a ver el sol”. Yo les decía eso a los niños, porque los niños estaban, mira, llorando, horrible, vomitando ¡hay que horrible! te digo. Tu veías la cara de los niños, eran como muertos en vida, si. Esperando, no dormían, no comían. En la mañana, como esos niños tenían hambre, hicimos unos bollitos, hubo unos señores que llegaron, encendieron el fuego. Mi tío tiene, en el conuco, así como algo aparte, un ranchito donde tiene la leña, y la tiene alto. Eso no lo toco para nada la lluvia, y allí hicimos su fogón, unos bollitos.», Entretien, 17/12/2003.

14 «El dice “bueno vamos a organizar los rezos”, y empieza por salón de clase, en cada salón de clase habían damnificado […] Entonces… y empieza la gente a rezar a rezar y quedar así […] Una cosa que se le ocurrió a Wilmer allí que “vamos a organizar” y eso mantuvo a la gente tranquila, sea en el medio de la angustia y la cosa, y eso mantuvo a la gente allí tranquila.», Entretien, 22/08/2005.

15 «Y, montamos cocina, buscamos bombonas que estaban por ahí nadando, sacamos los acumuladores, pusimos luz con esos acumuladores y empezamos a preparar café con unas lámparas y se organizo la cuestión.», Entretien, 4/12/2003.

16 «Lo que hicimos fue que la sentamos en una silla y entre 6 hombres se amaro la silla y la pasaron así por el otro lado porque era muy difícil pasar… Fue un…, pero la gente bien de pinga.», Entretien, 22/08/2005.

17 «El 17, me tocó a mi bajar para ver como estaba el camino, y de verdad que me dio bastante miedo porque no sabia que me iba a encontrar porque estábamos aquí secuestrados prácticamente, entonces baje como tanteando tanteando después fue que salimos hacia la playa. Bueno salimos una caravana de gente, eso sacamos todas las personas: en silla de ruedas, otros cargados, el que no podía caminar lo cargábamos. Y así, bueno, así logramos sacar a un gentío.», Entretien, 11/12/2003.

18 Ma traduction.

19 Kwanim Pa. The making of the Uduk people. An Ethnographic Study of Survival in the Sudan-Ethiopian Borderlands, Clarendon Press, Oxford, 1979.

20 On pourrait sans doute discuter de la pertinence de l’usage de cette notion par Wendy James. Les Uduk ne parleraient peut-être pas de leur « survie » mais de leur « vie » et sans doute la perception qu’a pu avoir l’ethnologue de cet environnement particulièrement hostile a-t-elle contribué à qualifier la vie des Uduk d’« extrême ».

21 La Costa : la partie est de l’État de Vargas.

22 Première dame : femme du gouverneur.

23 «Todo el mundo era aislado. Alfredo Laya era metido por la Costa, atrapado. La primera dama estaba por Naiguatá, fulano estaba en Caraballeda, el de Defensa Civil estaba atrapado… Todo el mundo estaba atrapado, toda la organización del Estado estaba… […] Ya en el día no se distinguía quien era funcionario público, todo el mundo estaba metido», Entretien, 22/08/2005.

24 On citera notamment Fritz (1961) et Quarantelli et Dynes (1970) en signalant néanmoins un biais important de ces travaux qui ne se basent que sur des études de cas réalisées dans des villes des États- Unis, et sur des données relativement anciennes. Très récemment le travail de Tierney et al. (2006) sur le traitement médiatique de l’ouragan Katrina souligne le manque de données empiriques sérieuses sur les « pillages » de La Nouvelle-Orléans, leur étendue, leurs acteurs, leurs motivations et leurs conséquences.

25 Je ne parle pas ici des travaux scientifiques mais du discours de la presse et de celui communément entendu sur place. En effet, les travaux qui se sont penchés sur ces actes de « pillages » sont à ma connaissance quasiment inexistants. On retiendra néanmoins Fassin et Vasquez (2005 ).

26 Quarantelli est par ailleurs revenu ultérieurement sur cette distinction, suite à son analyse des actes de « pillages » déclenchés après le passage de l’ouragan Hugo sur l’Île de Sainte Croix en 1989. Voir à ce sujet Tierney et al., 2006.

27 Paul Ricœur évoque ainsi cette inégalité : « lorsque l’impuissance à dire résulte d’une exclusion effective hors de la sphère langagière » (2001 : 90). Dans cette perspective, il est nécessaire, en suivant la proposition de Michel Agier, d’envisager une « anthropologie des prises de parole » qui suppose que « le rapport à la vérité se permute en un rapport au pouvoir, et en particulier au pouvoir de prendre la parole » (2006a : 153).

28 Quartier populaire de Macuto.

29 Quartier populaire voisin.

30 «La gente decide ir al automercado que había a la esquina para saquearlo, efectivamente, vamos, y se hizo un boquete en la pared, para poder entrar al automercado y saquearlo. Entonces, recuerdo la imagen del boquete, y de todas las cosas flotando adentro, impresionante, es decir casi a la altura del techo quedaba un espacio así, y las cosas flotando. Entonces, en este momento cuando terminamos de abrirlo, fue una escena de la selva, porque aparecen como 5 o 6 malandros del Teleférico con bolsas como impermeables y todos armados. Entonces los tipos llegaron y bueno efectivamente, sin dialogo, lo primero que pensé fue que se iban a llevar toda la comida y se llevaron fue las botellas de todo el licor que había y unas cosas de leche etc. Nosotros pudimos sacar bastante comida. Y en ese momento hubo una escena típica de la miseria de la gente, porque el edificio era, se supone, clase media etc ¿no? Entonces la gente en la escena del saqueo las mujeres estaban retiradas, los hombres agarrando la comida, algunas mujeres sí mas valientes o sea mas entusiastas, las mujeres estaban retiradas con algunos niños, acopiaban lo que uno traía, pero ¿qué paso? Que alguna de la gente pero especialmente la gente de los edificios decidió ir al hotel a saquear el hotel, que estaba siendo saqueado también por la gente del barrio. Entonces, es estúpido, porque se estaba robando por ejemplo los aires acondicionados ¿no? O, como una vecina mía que se trajo un juego de copas de cristal. Es absurdo», Entretien, 27/12/2004.

31 Il s’agit d’un autre hôtel que dans le récit précédent.

32 Que José a fait évacuer alors qu’elle était sur le point d’accoucher.

33 Petite galette à base de farine de maïs, base de l’alimentation quotidienne.

34 «Y en el día inventamos… bueno se organizo un poco mas la cosa. Al lado del materno infantil había un hotel. Ese hotel lo saqueamos. Saqueamos las sabanas, los cobijas, las cosas y los colchones, y los pasamos por el liceo. Después todos los malandros estaban allí, por cierto el esposo de esa muchacha, al principio era… tranquilo pero me enteré que era un tremendo malandro pero balandro de azote de barrrios por allá en un barrio de Maiquetía. Y dijo “No, lo que Usted diga” “Ah bueno, lo que yo diga, bueno” (rire) “Bueno tu vas a ir para tal abasto y…” y organizamos un grupo de gente hombre, y van a saquear esa vaina y traen comida. Claro, ¿qué íbamos a hacer? teníamos allí 500 personas niños, cosas y luego;… bueno los malandros “¡vamonos! vamos a saquear” y al principio iba yo con ellos y después que aprendieron toda la vaina… y bueno lograron traer una bombona de gas, allí en la escuela había una cocina, entonces pusimos a funcionar la cocina y bueno se preparaba la leche de los niños, arepas, cosas… Después la gente empezó a saquear las licorerías, y de allí no hubo control de mas nada, después se empezó a robar….», Entretien, 22/08/2005.

35 «Eso que mande la llave para abrir la puerta del negocio para ayudar con la comida porque estábamos en diciembre. Pero se tomaron todo, robaron…», Entretien, 11/12/2003.

36 Je me base ici sur une sélection d’articles parus dans le quotidien El Universal entre le 17/12/99 et le 16/12/2000.

37 «Conatos de saqueos», El Universal, 17/12/99.

38 «Controlar las situaciones de saqueos», El Universal, 19/12/99.

39 «La hampa aprovecha tragedia de Vargas», El Universal, 22/12/99.

40 «las pocas casas y edificios que quedaron en pie», El Universal, 22/12/99

41 «Los apartamentos de este edificio de lujo fueron saqueados desde el primer piso hasta el penthouse por las mismas hordas de delincuentes, quienes abrieron boquetes con mandarrias en las paredes cuando no lograron violar las rejas», El Universal, 22/12/99.

42 «El botín favorito: joyas y electrodomésticos pequeños, porque antes la imposibilidad de llevarse los televisores de 19 pulgadas, los estrellaban contra el piso», El Universal, 22/12/1999.

43 «No se llevaron comida ni ropa [pero] se llevaron artefactos eléctricos y en muchos casos los dejaron rotos, frente a las puertas de los apartamentos. Eso no es hambre ni necesidad, eso es maldad. […] Nos parece bochornoso y falta de humanidad y sensibilidad que en una tragedia como esta haya personas que sólo piensen en saquear y dañar lo que ha costado trabajo y esfuerzo», El Universal, 3/01/2000.

44 «que gente con sed y con hambre hubiesen violado su hogar en busca de agua y alimento, también el despojo de ropa y de abrigo, pero que no podía comprender la razón para destruir todo lo que no podían llevarse y que lo más valioso para ella, vueltas pedazos, las fotografías de toda su vida y de la de su familia, que atesoraba como un bien precioso, sin ningún valor para otros», El Universal, 9/02/2000.

45 Le 27 février 1989, après l’adoption par le président Carlos Andrés Pérez de mesures économiques d’ajustement en accord avec le FMI ayant conduit à l’augmentation du prix de l’essence et des transports, des centaines de milliers d’habitants descendent protester dans les rues de toutes les villes du pays. S’en suivent des actes de « pillages » dans les commerces, qui seront réprimés dans une violence policière et militaire sans précédent, provoquant un nombre de morts toujours indéterminé.

46 Dans les études sociologiques, les pillages apparaissent généralement comme des actes qui se déroulent au cours des émeutes, mais ce sont le plus souvent les émeutes qui sont analysées. Michel Kokoreff (2006) souligne les principales caractéristiques des émeutes : leur déclenchement suite à des affrontements avec la police, le fait qu’elles représentent une forme d’action collective et leur dimension locale.

47 Merton utilise le terme de « normal » en l’opposant à celui de « pathologique », puisque son travail cherche à prendre le contre-pieds des explications psychologiques ou sociologiques qui associent déviance et « anormalité psychologique » (1965 : 168).

48 «Lo negativo fue espantoso, los saqueos y las violaciones de mujeres indefensas comenzaron el mismo día 16», El Universal, 27/01/2000.

49 «los tantos saqueadores, violadores y asesinos que aparecieron en escena durante la catástrofe de Vargas», El Universal, 1/03/2000.

50 «los violadores, saqueadores y malandros que se cebaron con los sobrevivientes al primer desastre, el de la naturaleza», El Universal, 16/12/2000.

51 «estos compatriotas después de vivir este horror [las furiosas aguas], fueron víctimas de violadores, saqueadores, y tantas otras aberraciones realizadas por sujetos que al parecer no tienen corazón ni alma», El Universal, 17/02/2000.

52 «Cuando a la violencia destructora de la naturaleza se sumó la violencia irracional, inhumana, de los saqueos que causaron más daños materiales que los provocados por la misma naturaleza», El Universal, 27/03/2000

53 Rappelons à ce sujet que suite au passage de l’ouragan Katrina à La Nouvelle-Orléans en août 2005, la gouverneure de l’État de Louisiane, Kathleen Blanco, avait annoncé : « Nous avons 300 soldats de la Garde nationale de l’Arkansas qui sont arrivés dans La Nouvelle-Orléans, ils sont de retour d’Irak, bien entraînés, aguerris, et sous mes ordres pour reprendre le contrôle sécuritaire des rues. Ils ont des [fusils d’assaut] M-16, chargés. Ils savent comment tirer et tuer et sont plus que volontaires pour le faire si nécessaire et j’espère qu’ils le feront ». Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Civil_disturbances_and_military_action_in_New_Orleans_after_Hurricane_Katrina.(date de consultation : 24/07/06).

54 PROVEA, Informe preliminar sobre la situación de los derechos humanos en las zonas afectadas del estado Vargas (31.12.99), disponible sur : http://www.analitica.com/bitblioteca/provea/vargas.asp (date de consultation : 24/07/06).

55 El Universal, 16/01/2000.

56 «El respeto a los derechos humanos ¿cuáles y de quienes? Impidió medidas extraordinarias apropiadas», Alfredo Schael, écrivain et journaliste, El Universal, 29/12/1999.

57 «pues no se habla de los Derechos Humanos […] de los que sufren atropellados, violaciones y hasta la muerte por hampones y delincuentes, aquellos que nunca son recordados ni defendidos por las organizaciones que de eso se ocupan», Armando Scannone, célèbre chef cuisinier et chroniqueur, El Universal, 09/02/2000.

58 «¿Los derechos humanos son de las víctimas o de los agresores?», Courrier des lecteurs, El Universal, 17/02/2000.

59 «El fascista que llevamos dentro», El Universal, 21/02/2000.

60 «una apología del delito», El Universal, 1/03/2000.

61 «con la escasa acción preventiva y represiva de nuestros cuerpos policiales […] no nos queda otra que aplicar una lúgubre fórmula matemática: a un criminal menos, una oportunidad más de sobrevivir», Courrier des lecteurs, El Universal, 1/03/2000.

62 «el inesperado dividendo de promover iniciativas comunitarias, porque en una zona devastada, presa del pánico y la anarquía […] se impuso la necesidad de organización de la población», El Universal, 16/01/2000.

63 Sur le processus de construction du stigmate associé à la condition de sinistré (damnificado), voir Revet (2002a et b).

Table des illustrations

Légende Photo 2 : Photo aérienne des « pillages » des containers du port de La Guaira, décembre 1999. Photo extraite du CD « Vargas », compilé par des habitants de la ville de Macuto
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Photo 3 : Photo du « pillage » d’un container dans le port de La Guaira, décembre 1999. Extraite de l’ouvrage Y el Ávila bajó al mar (El Nacional, 2000 : 82). Cette photo apparaît au chapitre intitulé « L’anarchie »
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540