Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie d’une catastrophe

 | 
Sandrine Revet

Deuxième partie. Ethnographie d’un désastre

Comment ethnographier un désastre ?

Texte intégral

  • 1 Dans la présentation du dossier consacré à l’« Ethnographie de la violence » dans la revue Etudes (...)

1Peut-on faire l’ethnographie d’un désastre ? En 1984, Gérard Lenclud, Élisabeth Claverie et Jean Jamin s’interrogeaient ainsi : « Une ethnographie de la violence estelle possible ?1 ». Ils soulignaient alors un aspect qui rejoint la difficulté constitutive de notre entreprise, à savoir l’impossibilité de travailler sur le moment de l’impact du désastre à partir de la méthode classique de l’enquête ethnographique : l’observation participante.

  • 2 Voir la présentation du Disaster Research Center sur son site Internet. Les adresses des principau (...)

2La recherche nord-américaine en sciences sociales qui s’est développée depuis l’après-guerre sur la thématique des désastres, et en particulier sa branche sociologique, a parfois pris le parti de former et d’envoyer des équipes sur les lieux touchés par des catastrophes. Le centre de recherche en sciences sociales sur les désastres de l’Université du Delaware, par exemple, qui regroupe certains des chercheurs les plus renommés sur ces thématiques, envoie ainsi régulièrement des équipes dites de « quick response » pour faire des entretiens à chaud, de l’« observation participante » et de la récolte de données sur les terrains dévastés par des catastrophes « naturelles » ou « technologiques »2. Un des fondateurs de ce centre, le sociologue Enrico Quarantelli, estimait en 1989 que ce type d’études était désormais généralisé (Quarantelli, 1989 : 13).

  • 3 Cette approche, qualifiée par Torry (1979) d’« homéostatique », se concentre sur la capacité des s (...)

3Les travaux anthropologiques qui abordent la thématique des désastres se sont, eux, majoritairement cantonnés à étudier la façon dont les sociétés s’adaptent aux menaces naturelles ou se remettent des impacts des catastrophes (Torry, 19793 ; Oliver Smith, 2002).

  • 4 Si le thème du risque est largement documenté, en revanche en France les travaux sur les catastrop (...)

4L’anthropologie et la sociologie françaises sont loin d’avoir porté un intérêt aussi développé aux situations de désastres que leurs consœurs nord-américaines4. Peut-être pour cette raison s’interrogent-elles sur la manière de procéder.

5N’ayant pas été victime des inondations de 1999, n’ayant pas vécu ces heures d’angoisse, de destruction, de mort ou de sauvetage, n’étant pas non plus pompier, militaire ou journaliste envoyée à chaud « sur le terrain », allais-je à mon tour être contrainte d’analyser uniquement les conséquences de la catastrophe, sans aborder le moment de sa survenue ? Certes, il était possible, et c’est en partie le choix fait dans cette recherche, d’envisager le désastre dans sa dimension longue. Nous avons vu que la perspective historique permettait de situer la catastrophe de 1999 dans un ensemble d’événements et de contextes. Nous allons également voir que le désastre ne se résume pas à l’événement « brut », mais qu’il est une somme de conséquences qui peuvent se percevoir bien au-delà de celui-ci.

6Pourtant, cette posture ne nous dispense pas du nécessaire traitement de l’événement. Comment dès lors aborder ce « moment » premier durant lequel la catastrophe se produit ? Jean Jamin nous fournissait déjà une piste quand il suggérait que l’ethnographe désireux de travailler sur des actes de violence devrait procéder par « reconstitution et instruction » (1984 : 20).

7Il nous faut donc partir de ce qui est raconté de l’événement a posteriori. Ce sont les récits, quelle que soit la forme qu’ils prennent – témoignages, déclarations, articles de presse, livres – qui vont nous permettre de plonger dans l’univers du désastre, et d’en tenter la « reconstitution et (l’) instruction ». Cependant, si pour Jean Jamin ces deux termes étaient à prendre par analogie au sens de l’enquête judiciaire, je ne prétends pas pour ma part partir à la recherche d’une éventuelle vérité. Je propose plutôt de regarder comment ces récits donnent à voir différentes manières de « dire ce qu’il s’est passé ».

8Il est symptomatique que les récits que j’ai récoltés de l’événement lui-même aient pour la plupart surgi de façon spontanée. Pendant toute la durée de ma présence sur le terrain, je présentais mon travail comme « une étude sur La Tragedia et sur ses conséquences ». Et cette seule introduction avait en général pour résultat de déclencher chez mes interlocuteurs une narration qui débutait presque systématiquement par le récit de la nuit du désastre. Comme s’il était nécessaire pour chacun de raconter « sa » catastrophe.

9Ces récits produisent dans un premier temps un « effet de mosaïque ». Ils sont une somme d’aventures individuelles qui viennent se broder sur un tissu collectif, recomposant ainsi, au cœur d’un drame partagé dont la trame générale est souvent gardée implicite, l’aventure personnelle de celui qui raconte. Raconter est donc un acte à la fois individuel et collectif. Raconter sa catastrophe c’est aussi se raconter dans la catastrophe. Les faits et les moments saillants de cette reconstruction – aspects dramatiques ou comiques, caractère héroïque, chaos ou capacité d’organisation – varient alors en fonction de nombreux facteurs : qui produit le discours ? Qui est l’interlocuteur ? Quelle est la fonction du récit ? À quel moment se produit-il ?

10Ainsi, l’effet de mosaïque produit par l’hétérogénéité des récits, au lieu d’être gênant pour la construction d’une vision générale de l’événement, permet au contraire de faire apparaître les contrastes en croisant les points de vue. Par ailleurs, ma présence prolongée à Vargas offre la possibilité d’une « connaissance sensible » du terrain sur lequel a eu lieu la catastrophe et celle de croiser les récits – données « émiques », issues des discours locaux – avec les données « étiques » que j’ai moi-même élaborées – plans, chronologie de l’événement, etc. Ainsi, sans chercher à produire un récit « véridique » de la catastrophe, il est tout de même possible, par cette méthode, de contrôler la véracité des récits qui me sont livrés (Olivier de Sardan, 1995).

  • 5 Ma traduction.

11Dans l’imaginaire collectif – nourri à la fois par le traitement médiatique et par d’aussi nombreux que célèbres films « catastrophes » et séries télévisées – la catastrophe donne lieu à des représentations qui mélangent mystère et fantasme. Associé à la panique, au chaos, à la déstructuration, le désastre effraie autant qu’il fascine. Les désastres seraient des moments où se révèleraient des comportements humains et sociaux « hors » normes, comme dans les fictions qui prévoient la fin du monde et imaginent une soudaine et générale dérégulation des réactions. Comme le signalait déjà Charles Fritz en 1961, l’imagerie populaire, pour parler des comportements en cas de désastre, se soucie peu de la nuance et les acteurs de la scène se partagent alors entre « « lâches » et « courageux », « héros » et « soumis », « saints » et « pécheurs », « bons » et « mauvais » » (1961 : 656-75).

  • 6 Voir Rodriguez et al. (2006) et Tierney et al. (2006).
  • 7 El Puerto, 28/01/2000.

12D’une part, les désastres seraient l’occasion de révéler « le pire » de l’humanité. Il suffit pour s’en convaincre de se souvenir de l’évocation des « réseaux de pédophiles » accusés d’enlever les enfants « orphelins » dans les hôpitaux de Thaïlande et d’Indonésie après le tsunami en 2004, des images des pillages diffusées suite au passage de l’ouragan Katrina en 2005 dans la ville de La Nouvelle-Orléans6, ou encore des « 1000 jeunes femmes violées » à Vargas dont la presse locale se fait l’écho après la catastrophe7.

13Sans chercher à faire la preuve de leur caractère réel ou fantasmatique, on peut lire dans la diffusion de ces images une vision d’une nature « sauvage » de l’homme dont la violence n’est contenue que par la force de l’« état de société ». Que cette violence soit motivée par l’envie comme le suggère Hobbes, ou par les désirs, comme l’affirme Freud, le présupposé qui fonde cette lecture du désastre est que ce « moment » correspondrait à un effacement de toutes les règles sociales capables de contenir cette violence archaïque.

14D’autre part et comme en miroir, le temps des secours ainsi que celui de l’assistance sont généralement décrits comme la bataille gagnée de l’humanité sur le chaos, comme les moments où « le meilleur » de l’être humain se révèlerait. Face à la détresse, la solidarité, la générosité et l’union seraient les valeurs qui prédomineraient. La compassion pour un Autre souffrant serait alors la victoire du « bien » sur le « mal », le retour de la règle, de la société.

15Mais ces images sont-elles aussi fondées qu’elles sont ancrées dans nos imaginaires ? Ne doit-on pas aller y regarder de plus près ? Car c’est en partie le caractère exceptionnel de ces événements qui autorise à les penser comme une parenthèse, comme un moment « à part », « hors » de toute normalité, au cours duquel se développeraient des réactions hors du commun.

16Je propose donc d’aller confronter ces images à une analyse plus approfondie de ce qui est dit du désastre. Et l’on va voir que le moment inhabituel de la catastrophe, qui va de l’impact, pendant lequel la survie est en jeu, à la prise en charge des sinistrés, révèle au contraire à quel point le besoin d’organisation s’avère fort, combien le poids des structures sociales prime sur les décisions individuelles, et combien la prise en charge tout comme la réaction sociale s’inscrivent dans le contexte social, politique, économique au lieu de s’en extraire.

17Dans cette partie, nous nous attacherons à analyser la phase de « l’urgence ». L’urgence est la phase temporelle qui caractérise la situation de crise. Une intervention particulière est requise pour y faire face. Le concept d’urgence renvoie au vocabulaire médical, désignant les secours, les soins, les traitements ou encore – au pluriel – l’espace physique du service hospitalier recevant les malades. Le terme d’urgence fait également référence à la nécessité (« être dans l’urgence » signifie être dans le besoin). En outre, l’« état d’urgence » désigne une situation exceptionnelle au cours de laquelle des pouvoirs particuliers et renforcés sont octroyés aux institutions administratives ou de contrôle.

  • 8 Mariella Pandolfi rappelle que : « L’urgence est désormais une catégorie d’action reconnue par le (...)

18Dans le cadre d’une catastrophe « naturelle », le terme d’urgence renvoie donc à trois axes principaux. Le premier est la temporalité. C’est une phase dans laquelle le temps semble manquer. Il est nécessaire d’agir vite pour sauver sa vie ou pour sauver des vies. Le second niveau concerne la nécessité d’intervention, voire le besoin d’aide : l’urgence appelle en effet une réponse particulière de la part d’abord de ceux qui y sont confrontés puis des autres acteurs de la société. Enfin, le troisième axe nous renvoie au caractère exceptionnel de la situation8. Le propos de ce chapitre est de se pencher sur ce « moment » où tout bascule, sur ce qui fait que la catastrophe est une rupture. Car si la perspective historique nous a permis dans un premier temps d’aller chercher les racines de la catastrophe, considérée dans un continuum, il est également question de reconnaître à l’événement son caractère à la fois brutal et fondateur.

  • 9 Au moment de l’évacuation des derniers refuges de Vargas, au mois de novembre 2000, environ 10 000 (...)
  • 10 En suivant en cela une définition du désastre de Charles Fritz (1961) et une définition des « fonc (...)

19Dans les situations liées aux désastres « naturels », la durée de la phase d’urgence varie en fonction de nombreux paramètres, et en particulier des caractéristiques de la société touchée et de sa capacité à « faire face ». Pour Da Cruz (2003), la fin de la phase d’urgence est marquée par la fin des sauvetages et des recherches de survivants, par une diminution importante des distributions alimentaires et des refuges et par la réhabilitation des principales voies de communication. À Vargas, cette étape correspondrait aux mois de janvier ou février de l’année 2000, la question des refuges mise à part, étant donné leur maintien pendant toute l’année 20009. Mais il faut surtout comprendre que l’urgence n’a pas la même durée pour tous les acteurs. Pour les victimes qui trouvent à se reloger dans les jours ou les semaines qui suivent l’événement, l’urgence pourra se mesurer à l’aune de ces jours ou de ces semaines-là. Mais pour le sinistré accueilli dans un refuge, l’urgence pourra s’étendre à la durée de sa présence dans ce lieu d’accueil provisoire. Le pompier en revanche définira volontiers l’urgence comme la période durant laquelle il intervient, à savoir la phase du sauvetage. L’urgence est donc une affaire de perceptions qu’il faut également considérer en fonction des différences d’échelles. Que l’on se place au niveau micro-local ou au niveau national, le temps de l’urgence n’a pas la même durée. On pourra par exemple considérer avec certains sociologues de l’École de Chicago que la phase d’urgence est terminée pour le pays, lorsque les « fonctions » telles que la production, la distribution, la consommation, les fonctions de socialisation, de contrôle, de participation sociale et d’entraide communautaire, perturbées par le désastre, ont repris leur cours10, alors qu’à l’échelle du quartier détruit, privé d’électricité et d’eau courante et sans perspective de reconstruction, la phase d’urgence semble se prolonger.

20Pour prendre en compte ces différences, je vais donc considérer ici la notion d’urgence dans une acception qui retient comme centrale la notion d’intervention. Dans cette perspective, je vais m’intéresser en particulier aux diverses modalités de la relation à l’autre qui surgissent dans le cadre de cette intervention. J’analyserai donc la phase de l’urgence en la décomposant en trois « moments ».

21Le premier moment se situe dans les premières heures de l’événement, pendant la nuit du 15 décembre et jusqu’au 16 ou au 17 décembre selon les lieux. Ce moment, que l’on peut qualifier de court, met en scène la façon dont les personnes font face au phénomène naturel et s’organisent dans l’immédiat pour y survivre. Le chapitre 4 se consacre à ce moment et, en se basant sur les récits de rescapés de la catastrophe, révèle qu’il s’articule principalement autour de la notion d’entraide.

22Le deuxième moment est également d’une temporalité courte, puisqu’il dure quelques jours. C’est celui des secours. L’opération d’évacuation de la zone en constitue l’élément central. Il fait intervenir les différents corps de métiers dont la mission est le sauvetage : pompiers, Defensa Civil, militaires. Les récits des secours, qu’ils proviennent des rescapés, des secouristes ou de la presse, font surgir des héros divers, dont nous étudierons la fonction symbolique et les usages politiques dans le chapitre 5. Le moment des secours renvoie aux notions de sauvetage, de protection et d’héroïsme.

23Le troisième moment de l’urgence, dont le temps est plus long, allant jusqu’à quelques mois, est celui de l’assistance prodiguée aux survivants. Les acteurs qui se partagent alors la scène sont les volontaires, les organisations non gouvernementales nationales et internationales, l’État et les sinistrés. Nous aborderons ce moment dans le chapitre 6 à partir des récits mais aussi de l’observation que j’ai pu en faire lors de ma participation à l’assistance humanitaire dans les refuges. Nous verrons qu’au niveau des pratiques, la charité est le ressort essentiel de cette phase, alors que les discours tentent de s’appuyer sur la notion de solidarité.

Notes

1 Dans la présentation du dossier consacré à l’« Ethnographie de la violence » dans la revue Etudes Rurales n° 95-96.

2 Voir la présentation du Disaster Research Center sur son site Internet. Les adresses des principaux sites Internet consultés se trouvent en fin de bibliographie.

3 Cette approche, qualifiée par Torry (1979) d’« homéostatique », se concentre sur la capacité des sociétés « traditionnelles » à faire face et à maintenir une stabilité durable dans un environnement rigoureux voire menaçant. Evans-Pritchard (1968) a ainsi observé les mouvements des Nuer dus aux alternances de sécheresses et d’inondations. Raymond Firth (1959) a montré que suite aux fréquents ouragans qui frappaient l’île de Tikopia dans le Pacifique, de nombreuses règles exceptionnelles étaient mises en place, réduisant l’ensemble des activités sociales afin de rééquilibrer les pertes subies. On citera encore les différents rituels destinés à écarter la menace d’un désastre et les stratégies des Uduk du Soudan décrites par Wendy James (1972) pour contrôler les aléas météorologiques.

4 Si le thème du risque est largement documenté, en revanche en France les travaux sur les catastrophes restent rares. On soulignera néanmoins l’étude de J.-F. Clément du tremblement de terre de février 1969 au Maroc (1971), la thèse soutenue par Éric Lepointe (1984) ou celle de B. de Vanssay (1979). Plus récemment, il faut signaler l’ouvrage dirigé par Alain Yacou (1999), les thèses de Claire Juillard-Macian (2005), de Julien Langumier (2006) et de Cécile Quesada (2006). Cette liste n’est pas exhaustive mais souligne la rareté de ces travaux.

5 Ma traduction.

6 Voir Rodriguez et al. (2006) et Tierney et al. (2006).

7 El Puerto, 28/01/2000.

8 Mariella Pandolfi rappelle que : « L’urgence est désormais une catégorie d’action reconnue par le droit. Définie comme une dérogation temporelle dans un contexte précis et déterminé, elle s’oppose “logiquement” à la catégorie de l’ordinaire. Paradoxalement, dans l’intervention humanitaire, l’urgence ne constitue plus une catégorie temporelle extraordinaire ou exceptionnelle ; sur les territoires de l’intervention humanitaire, elle devient néanmoins la seule modalité du nouveau contrat social. » (2002 : 43)

9 Au moment de l’évacuation des derniers refuges de Vargas, au mois de novembre 2000, environ 10 000 personnes y vivaient encore. Nous y revenons dans le chapitre 5.

10 En suivant en cela une définition du désastre de Charles Fritz (1961) et une définition des « fonctions » tirée de Warren (1963).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540