Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie d’une catastrophe

 | 
Sandrine Revet

Première partie. Urbanisation et désastres : oubli ou modernité ?

Chapitre 2. Une histoire des désastres sur le Littoral vénézuélien

Texte intégral

1Je propose maintenant de plonger dans l’histoire des désastres qui ont secoué la région afin de répondre à plusieurs questions qui sous-tendent cette première partie. D’une part, il est nécessaire de s’interroger sur le nombre, la récurrence et la force des désastres précédents, afin de savoir si l’on peut, d’une certaine manière, parler d’une « histoire des catastrophes » pour le Littoral vénézuélien, ce qui viendrait contredire les voix qui, en 1999, s’élevaient en affirmant que la région ne possédait pas de « culture des catastrophe » pour la simple raison qu’elle n’avait pas vécu de catastrophes récurrentes. Si, comme nous allons le voir, il semble que l’on puisse constater que de nombreuses catastrophes similaires se sont déroulées sur le Littoral, ni la récurrence de ces phénomènes naturels, ni leur caractère extraordinaire n’ont permis, pour reprendre la formule titre de De Certeau (1970), de « faire de l’histoire » à partir de cette série de désastres.

2À partir de la chronologie de ces catastrophes, il sera possible d’ajouter à notre réflexion une dimension que nous nommerons « contextuelle », en désignant ainsi ce qui « entoure » les événements étudiés. Il s’agit de comprendre dans quel contexte de pensée chacun des désastres évoqués survient et comment ce contexte influe sur la façon dont l’événement est affronté, qualifié, expliqué. Nous suivrons en cela les conseils de Geertz, qui nous invite à comprendre la pensée « ethnographiquement », c’est-à-dire « en décrivant le monde où elle a un sens quelconque » (Geertz, 1986 : 190). Dans cette interaction entre les événements naturels et les interprétations qu’ils suscitent dans leur propre contexte, nous chercherons à appréhender la façon dont le rapport avec la nature est conçu. Je choisis de parler ici d’interaction dans la mesure où chaque événement est envisagé à partir des cadres de pensée – constitués par les divers outils explicatifs, significatifs et symboliques disponibles – qui dominent au moment où il se déroule, mais influe à son tour sur la forme de ces cadres.

  • 1 Il faut cependant souligner l’article de Eduardo Röhl, publié en 1949, qui s’est attaché à réalise (...)
  • 2 Le premier critère de sélection a consisté à ne retenir que les désastres qui se sont déroulés sur (...)

3À la recherche d’informations sur les désastres s’étant déroulés à Vargas avant 1999, je dus vite me rendre à l’évidence : aucun travail de compilation n’avait été réalisé spécifiquement pour cette région. J’allais donc devoir sillonner dans les rares documents qui traitaient de ces phénomènes au niveau national et les compléter à l’aide de toutes les informations récoltées par ailleurs1. De cette manière, j’ai pu réaliser une chronologie qui, bien que non exhaustive, fait état de 58 désastres naturels ayant touché le Littoral central vénézuélien entre 1641 et 19992 (Annexe 1).

  • 3 D’après le glossaire du CRED, Center for Research on the Epidemiology of Disasters, de Louvain-la- (...)

4Inondations, coulées de boue, tremblements de terre, lames de fond, mais aussi éboulements, glissements de terrain ou fortes pluies apparaissaient au fur et à mesure que je plongeais dans les documents. Une première interrogation surgit assez rapidement : était-il possible de regrouper des « événements » aussi différents sous une même dénomination ? Pour y répondre et trouver une désignation commune, j’ai pris le parti de rassembler ces 58 « événements naturels » sous le terme de « désastre » en me basant sur une définition relativement large et consensuelle qui le caractérise comme un événement dommageable, une interruption du fonctionnement d’une société, qui cause des dégâts humains et matériels3.

5Même une fois rassemblés sous cette dénomination commune, les 58 désastres recensés dans cette chronologie n’avaient pas tous le même statut, ils n’étaient pas tous documentés de façon identique et avaient eu des impacts différents sur la vie de la région. La seconde interrogation qui se présentait alors était de savoir s’ils étaient tous pertinents pour notre étude.

6Pour distinguer parmi les 58 désastres recensés dans un premier temps, ceux qui permettaient d’éclairer les questions sur l’impact qu’ils avaient produit sur la société touchée et, partant, la question de leur éventuel « oubli », j’ai choisi de m’appuyer sur un critère : le fait qu’ils aient provoqué des victimes humaines. Avant tout, rappelons qu’un phénomène naturel quel qu’il soit ne se transforme en catastrophe pour l’homme qu’à partir du moment où il cause des victimes. Rousseau, dans sa Lettre sur la Providence (1756), marquait déjà cette distinction, en écrivant à Voltaire à propos du tremblement de terre de Lisbonne :

Vous auriez voulu, et qui ne l’eût voulu ! que le tremblement se fût fait au fond d’un désert plutôt qu’à Lisbonne. Peut-on douter qu’il ne s’en forme aussi dans les déserts ? Mais nous n’en parlons point, parce qu’ils ne font aucun mal aux Messieurs des villes.

7Précisons ensuite, si nécessaire, qu’il ne s’agit pas ici de réaliser une étude géologique mais bien un travail anthropologique. Dès lors, la présence de victimes semble indispensable pour comprendre les questions que nous nous proposons d’aborder dans cette partie, car elle témoigne de la vulnérabilité de la société touchée et de sa capacité à faire face et résister à l’aléa naturel qui la frappe. Cette caractéristique extrait également l’événement de ses aspects purement techniques, géologiques ou météorologiques, pour introduire la dimension humaine et sociale. En effet, quand un désastre touche des personnes, il faut soigner les blessés, enterrer les morts, porter assistance aux sinistrés, expliquer la catastrophe et lui donner un sens, la mythifier ou l’oublier. Autant d’opérations qui constituent le cœur de notre objet.

8Il est pourtant important de mentionner que ce n’est pas la quantité de morts qui rend ces désastres pertinents pour l’étude et ce n’est pas en ce qu’ils « tuent beaucoup » que les désastres dits « naturels » nous intéressent en général. On verra par la suite que le nombre réel de morts n’est qu’un élément parmi d’autres dans le processus d’évaluation de l’importance d’un désastre. S’y ajoutent le nombre de morts déclarés – parfois différent du nombre réel de morts –, les images de cadavres diffusées par les médias ainsi que toutes les données factuelles correspondant aux bilans des dégâts matériels. Par ailleurs, est-il besoin de rappeler que les désastres dits « naturels » sont loin d’être les premières causes de mortalité dans le monde actuel et que la maladie, la faim ou les conflits violents occupent toujours la première place de ce palmarès macabre (Wisner et al., 2004) ?

9Parmi les 58 désastres recensés, huit faisaient apparaître des victimes d’après les sources consultées. Quatre sont des tremblements de terre et l’autre moitié des inondations et coulées de boue. Ils ont en commun d’être des catastrophes soudaines, à la différence par exemple des sécheresses ou des famines qui sont des désastres dont le temps est défini comme long. Certes, la symbolique d’un tremblement de terre et ses représentations diffèrent considérablement de celles d’une inondation, de même que les images utilisées pour les nommer ou les expliquer. Pourtant, malgré ces différences, pour les points qui nous intéressent, des similitudes apparaissent, en particulier dans l’organisation des secours et en ce qu’ils interpellent les options d’urbanisation de la société qu’ils frappent.

10Certes, les sources utilisées pour réaliser cette étude sont limitées, non exhaustives, et ce travail n’est pas l’œuvre d’une historienne. D’abord, en fonction du contexte historique et de la concurrence avec d’autres événements, les désastres naturels ne sont pas tous documentés de manière équivalente (Grases, Altez et Lugo, 1999). C’est ainsi par exemple que ma petite histoire des désastres naturels sur le Littoral vénézuélien commence avec le contexte colonial, étant donné que la période pré-coloniale n’est pas ou peu renseignée à ce sujet. Je disposais malgré tout d’un matériau riche : les récits qui relatent les événements désastreux qui secouent le Littoral. Mais ces écrits, essentiellement produits par les élites – administrateurs coloniaux, savants voyageurs, Église, presse –, nous donnent à lire le discours de ceux qui, au fil des siècles, ont dominé la scène publique vénézuélienne, laissant de côté le discours des classes populaires qui aurait apporté à l’analyse un relief supplémentaire. Malgré ces réserves sur la teneur de nos sources, qui nous renvoient à des questions que les historiens connaissent bien, ces récits s’inscrivent inexorablement dans leur époque et ne se limitent pas à rendre compte des événements catastrophiques, mais révèlent aussi les différentes interprétations dont ils font l’objet. Au cœur de ces représentations, on trouve donc certaines clés pour comprendre la façon dont est pensé le monde à une époque donnée.

11Nous regarderons donc comment chacun de ces huit désastres est affronté : organisation des secours, réconfort des victimes, tentatives de retour à la « normale », reconstruction, sont autant d’épisodes que j’ai choisi de rassembler sous la désignation large de « prise en charge ». Parler de « prise en charge » pour analyser les trois phases de l’après-désastre que sont les secours, la restauration et la reconstruction conduit à se placer du point de vue des acteurs institutionnels qui y répondent : Église, militaires, État, associations de charité. Au fil des siècles, et en fonction des contextes, les acteurs qui organisent la prise en charge face aux désastres qui secouent la région changent de nature. Dans le même mouvement, les victimes que produisent les catastrophes changent de qualité. Si la prise en charge est l’affaire exclusive des militaires et des religieux pendant longtemps, l’apparition progressive de nouveaux acteurs et d’institutions destinées à assumer les tâches relatives à la gestion de ces catastrophes traduit les rapides transformations qui traversent la société vénézuélienne aux XIXe et XXe siècles. En parallèle, la « victime souffrante » devient dans l’espace public un « prolétaire mal logé » puis un « sinistré ». On assiste dans le même temps au développement des mesures de « prévention des risques ».

  • 4 Ma traduction.

12Nous nous pencherons aussi sur la façon dont les désastres sont interprétés et expliqués par la société qui les subit. En analysant les récits qui en sont produits, on comprend que l’on assiste à un certain « transfert de responsabilité » de ces désastres. Dieu ou la Providence étant pendant longtemps les premiers désignés, on remarque l’apparition progressive de l’implication humaine, et d’un élément qui devient très important au cours du XXe siècle : la nature. Certains lisent dans ce « déplacement progressif de la responsabilité symbolique » – de Dieu à la Nature – une marque du « saut vers la modernité » (Altez, 2002b : 1704). On va voir cependant que les différents modes d’interprétation de la réalité ne se succèdent pas de façon rigoureuse et exclusive, chacun évacuant les précédents, mais qu’ils co-existent et co-habitent souvent, prenant en fonction des époques et des producteurs de discours des poids différents.

13Le contexte des catastrophes « naturelles » nous offrira finalement une opportunité particulièrement riche d’observer comment la nature change, elle aussi, de statut dans la société vénézuélienne au fil des siècles. En effet, les relations des hommes avec la nature sont généralement étudiées depuis la perspective du « quotidien » ou du « normal », les catastrophes étant le plus souvent perçues comme des éléments perturbateurs de ces relations (Rogel et Aguado, 2000), dont on sous-entendrait ainsi qu’elles sont « par essence » harmonieuses. Pourtant, les catastrophes sont non seulement d’excellents révélateurs de ces relations, mais elles contribuent en outre à leur construction. La crainte, la maîtrise ou la culpabilité sont autant de réactions à ces événements catastrophiques qui rappellent que ces relations ne sont pas « normalement » harmonieuses. Nous verrons donc, dans le cas vénézuélien, que la nature, crainte tant qu’elle est considérée comme la manifestation de l’œuvre divine, devient par la suite un élément que les humains peuvent maîtriser, avant d’être finalement l’objet de leur attention, nécessitant leur protection.

1641 : Tremblement de terre sur un Littoral rural

  • 5 Et mentionné dans l’ouvrage de Grases, Altez et Lugo (1999), auquel nous nous référerons dans la s (...)

14Notre historique des désastres naturels sur le Littoral débute par un tremblement de terre, survenu au mois de juin de 1641. Il est signalé par l’évêque du Venezuela, Fray Mauro de Tovar, dans une lettre au roi, en août de la même année5, dans laquelle il raconte que le tremblement de terre a causé d’importants dégâts à Santiago de Léon de Caracas et dans « son » port de La Guaira.

  • 6 « Más de 200 personas y entre estos más de 80 vecinos » (Catalogue, p. 67). À l’époque coloniale, (...)
  • 7 Catalogue, p. 67.
  • 8 Dans un article « Temblores y Terremotos » paru dans El Independiente de Caracas en mars-avril de (...)

15Selon son rapport, aucune maison n’a résisté à la destruction. Le nombre des victimes à Caracas s’élèverait d’après lui à 54 et 30 à La Guaira. D’autres écrits plus tardifs mentionnent des chiffres beaucoup plus élevés : « 200 personnes parmi lesquelles plus de 80 vecinos6 », selon Blas Jose Terrero7 en 1800, et 500 selon Alejandro Ibarra en 18628. Ces décomptes ne précisent pas s’ils prennent aussi en compte La Guaira ou uniquement Caracas. Ils ne précisent pas non plus si seuls les Espagnols sont comptés ou si les esclaves et les indigènes sont également inclus.

16Le tremblement de terre a sur Caracas des effets désastreux, les pertes matérielles sont énormes et l’architecture est considérablement affectée. La reconstruction sera longue, et neuf ans après l’événement, la ville est toujours en ruine. La possibilité de déplacer Caracas vers la plaine de Chacao est même évoquée par le cabildo (García Sanchez, 2002). Les dégâts de La Guaira sont en revanche relativement limités, ce qui s’explique par le fait que le port n’avait été fondé que 52 ans auparavant et que la construction de la jetée, des quais et des fortifications ainsi que des premières habitations ne datait que du début du XVIIe siècle. Les constructions sur l’ensemble du Littoral étaient alors majoritairement en paille (Troconis de Veracoechea, 1979).

17L’acteur principalement investi de la prise en charge de ce désastre est donc l’Église, représentée alors par l’évêque Fray Mauro de Tovar, qui fait part de la gravité de la situation au roi. Dans le contexte colonial, rendre compte d’un événement de cet ordre consiste à demander de l’aide pour la reconstruction et pour les mesures prises en conséquence. La possibilité de transférer le siège de la ville de Caracas, évoquée suite au tremblement de terre, ne constitue pas un fait exceptionnel. En effet, sur les territoires colonisés par la couronne espagnole, le déplacement des villes ravagées par une catastrophe était souvent considéré préférable à leur reconstruction. Peu peuplées et de construction encore récente, des dizaines de villes furent ainsi déplacées au cours du XVIe siècle. León, capitale de la province du Nicaragua fondée en 1524, a été déplacée à une trentaine de kilomètres après le tremblement de terre de 1609, ce fut le cas également de la ville d’Arequipa au Pérou ou encore de celle de Santiago de Guatemala détruite à de nombreuses reprises, déplacée plusieurs fois jusqu’au tremblement de terre de 1773 qui conduisit à un dernier et coûteux transfert (Musset, 1996).

  • 9 Alain Musset (1996) montre en effet que la solution du déplacement puis de la reconstruction d’une (...)

18Le déplacement de Caracas n’a cependant pas eu lieu, et l’évocation de cette éventualité pourrait passer pour un « détail ». Pourtant, elle mérite notre attention, car elle montre que la probabilité d’occurrence d’un tremblement de terre similaire à celui qui vient de se produire est alors envisagée, et que, bien que l’interprétation religieuse de ce type d’événements soit alors dominante, l’on peut déjà assister à la conception de mesures cherchant à en diminuer les impacts. Penser à la possibilité de déplacer la ville, ce qui ne constitue pas la solution la moins coûteuse en comparaison de la reconstruction sur place9, témoigne que le risque sismique est pris en compte, et que les autorités cherchent la meilleure façon de l’éviter. C’est en quelque sorte à la timide irruption de la notion de risque dans la pensée du XVIIe siècle que nous assistons. Cela confirme que parler de « prévention des risques » pour cette période ne constitue pas un anachronisme, comme l’a montré Alain Musset (1996) en se basant sur l’exemple des déplacements de villes ou sur les mesures envisagées pour les protéger.

19Le tremblement de terre du mois de juin 1641 secoue non seulement Caracas et le Littoral, mais aussi une société coloniale en train de s’établir. Caracas n’est instaurée comme capitale que depuis quatre ans. Depuis un siècle, le processus de conquête s’est organisé autour de la recherche de richesses naturelles, des perles de Cubagua à la quête de l’Eldorado (Langue, 1999). Sur le Littoral, face au manque évident de ressources minières, la colonisation s’est rabattue sur l’agriculture. La nature, alors, est considérée comme une création divine, pourvoyeuse de richesses, que le processus de conquête devait permettre de découvrir ou d’extraire afin d’enrichir la Couronne espagnole. Pourtant si cette idée d’une nature exploitable rejoint celle d’une nature à dominer, la séparation de la nature d’avec Dieu n’est pas totalement opérée. Bien que le processus historique qui est en train de conduire aux Lumières et à l’apparition d’une vision « moderne » du monde soit déjà entamé en Europe, la pensée qui prédomine est encore celle de la Renaissance. Les phénomènes naturels sont interprétés en fonction de cette vision. La nature, en tant que manifestation divine, peut bénir ou condamner. Si les phénomènes naturels ont des conséquences positives, ils sont lus comme des bénédictions divines, si ces conséquences sont négatives, il s’agit de « calamités » (Altez, 2002b).

1798 : Militaires et religieux face à la disgrâce

20Le XVIIIe siècle est ponctué dans la région par quatre désastres aux impacts relativement mineurs et qui ne provoquent pas de victimes : un tremblement de terre léger en 1703, des coulées de boue en 1740, d’autres en octobre 1780 et de grosses pluies en mars 1781 (voir Annexe 1).

  • 10 Cette communication est reprise par Röhl (1949), PNUD (2000) et López, Bello, González et al. (200 (...)
  • 11 «Extracto de los acaecimientos observados en el puerto de La Guaira desde el día 11 al 14 de Febre (...)
  • 12 Archivo General de la Nación, Sección Gobernación y Capitanía General, Tomo LXIX, año 1798, folio (...)

21En février 1798, du 11 au 14, un phénomène qui ressemble fort à celui de 1999 se produit sur le Littoral. C’est le premier pour lequel nous disposons d’une description détaillée, grâce à trois sources essentielles. La première est une communication dirigée au Tribunal de Caracas par el Oidor de la Real Audiencia de Caracas, don Juan Nepomuceno de Pedroza, qui, passant quelques jours de repos dans le port de La Guaira a été témoin direct des événements10. La seconde source est un « Extrait des événements observés dans le port de La Guaira du 11 au 14 février 179811 », daté de la même année 1798 et qui relate l’événement et les dégâts qu’il a produits12. La troisième source est le récit qu’en fait Alexander von Humboldt en passant, plus d’un an plus tard en novembre 1799, sur les lieux de la catastrophe, récit élaboré à partir de sources de seconde main (PNUD, 2000).

22Les trois textes mentionnent des pluies ininterrompues à partir du 11 février et jusqu’au 14. C’est le 13 que le fleuve (le Río Osorio), charriant des pierres, des arbres et de la terre, arrache cinq ponts, ce qui cause l’isolement des deux parties de la ville de La Guaira.

23La description très détaillée d’el Oidor Pedroza fait part de la confusion et des cris des habitants de la ville, poursuivis par le fleuve qui descendait de la montagne. Il évoque l’action héroïque d’un lieutenant colonel de l’artillerie qui eut la bonne idée d’ouvrir la porte de la ville (qui se trouvait dans la muraille ceignant La Guaira) afin de laisser passer le torrent, et celles de nombreux militaires prenant en main les opérations. Il mentionne les députés et les vecinos qui, avec le concours du Ministro Tesoro, ont distribué des provisions aux victimes. Il raconte également en détail le sauvetage des statues de la chapelle de Nuestra Señora del Carmen.

24Le nombre de morts déclarés, avoisinant les trente personnes, reste selon lui difficile à préciser. Beaucoup de victimes n’auraient pas pu être dégagées des décombres. Le chiffre total ne sera jamais vraiment connu, à cause de la quantité d’étrangers vivant dans la ville et du nombre de personnes enterrées sous la boue et sous les ruines des maisons.

  • 13 Quand cela était possible, j’ai systématiquement cherché des informations sur la ville de Macuto. (...)
  • 14 «Socorros de comidas y bebida».

25Il relate aussi les événements de ces mêmes journées dans la ville de Macuto13 où, d’après lui, la « disgrâce » fut importante également, avec la destruction de nombreuses maisons et des chapelles. Là aussi, un commandant prit la tête des opérations pour permettre à l’eau de se dégager, apportant dans le même temps « secours de nourriture et de boissons14 ».

  • 15 Dans le contexte colonial, le terme désigne à la fois une « communauté politique structurée », la (...)
  • 16 «Considero este Pueblo digno de toda compasión y acreedor a que el modo sea posible, se le consuel (...)
  • 17 «semejantes desgracias».
  • 18 «la defensa de la plaza contra los enemigos, del resguardo contra el comercio furtivo, y de la con (...)

26Le récit se termine par une invitation à apporter de l’aide sur le Littoral : « Je considère ce peuple (este Pueblo)15 digne de toute compassion et il mérite qu’on le console et qu’on le secoure16 ». Il insiste également sur la nécessité qu’il y a à éviter que de telles « disgrâces17 » se reproduisent et propose pour cela de combiner « la défense du lieu contre les ennemis, celle de la douane contre la contrebande et la protection du village contre les eaux18 ». Il conclut en soulignant le mérite de tous les militaires et députés signalés dans son récit et demande aux autorités coloniales que de l’aide soit acheminée vers le Littoral, ainsi que la mise à disposition de 1 000 ou 1 500 hommes pour des travaux d’urgence et de nettoyage. Une dernière requête spéciale est finalement adressée à l’évêque du diocèse, pour une attention spéciale aux soldats ayant été victimes de l’événement et à leurs familles.

  • 19 «La rapida violencia de las aguas no respetaban cosa artificial ni aun de las naturales»
  • 20 La toise était une unité de mesure française, crée par l’ingénieur Langlois en 1735 et mesurant 1  (...)
  • 21 «La voz comun confiesa que la causa de tan terrible daño procede de los desmontes, banqueros, pied (...)

27Dans le deuxième texte de 1798, on trouve la description de la façon dont d’énormes pierres se sont retrouvées au milieu des rues et cognèrent contre les murailles. Le récit évoque « la violence rapide des eaux (qui) ne respectaient aucune chose, artificielle ou naturelle19 ». Les habitants effrayés couraient se mettre à l’abri dans les hauteurs. Les prisonniers furent libérés pour éviter qu’ils ne se noient. Les matériaux charriés par le fleuve se jetèrent dans la mer et formèrent à une distance de 50 toises20 une nouvelle côte constituée d’énormes roches. Si le texte ne détaille que les événements de La Guaira, il précise aussi que tous les villages voisins ont subi des dommages équivalents. On trouve aussi un bilan des dégâts : 219 édifices touchés et un nombre de morts encore inconnu. L’auteur de cette chronique signale que « le bruit court que la cause de tant de dégâts vient du déboisement, des pierres arrachées […] pour ouvrir les chemins dans les hauteurs […]21 ».

  • 22 «Las aguas estancadas que infectaban los almacenes, los sótanos y los calabozos de la cárcel públi (...)

28Humboldt, quant à lui, reprend les principaux éléments consignés dans la communication del Oidor Pedroza. En bon naturaliste, il centre son texte essentiellement sur les mesures de largeur et de profondeur du fleuve. Il souligne aussi que « les eaux stagnant dans les entrepôts, les souterrains et les cachots de la prison publique répandaient sans aucun doute dans l’air des miasmes, lesquels, comme causes prédisposantes, ont pu accélérer le développement de la fièvre jaune22 ». Cette supposition lui permet d’expliquer l’épidémie de fièvre jaune qu’il rencontre en arrivant au port de La Guaira un an plus tard.

29Même si le désastre est affronté collectivement et que les récits témoignent de la prise en main des opérations d’urgence par les militaires et des secours par l’action conjointe des vecinos et des députés, ainsi que de l’intervention du Ministro Tesoro, il est important de rappeler que l’action publique n’est alors pas dissociable de celle de l’Église, c’est en ce sens que la consolation chrétienne, la justice et la charité « de Sa Majesté (le Roi) » se confondent, pour consoler les victimes qui sont jugées « digne de compassion ».

  • 23 «El terrible golpe que ha descargado la Mano poderosa sobre este desgraciado Pueblo».
  • 24 «que fue voluntad de Dios mostrar su misericordia».
  • 25 «pero a Dios gracias si haber peligrado ninguna persona».

30En ce qui concerne la façon dont le désastre est interprété, pour el Oidor Pedroza, ces coulées de boue sont avant tout « un terrible coup asséné par la Main puissante sur le malheureux peuple23 ». Il explique ainsi l’arrêt de la pluie par « la miséricorde de Dieu24 », et à Maiquetía, où aucun mort n’a été déploré, les habitants « remercient Dieu de n’avoir mis aucune personne en danger25 » en priant la Magestad et San Sebastián. Mais le deuxième récit signale, lui, que la cause du désastre pourrait être imputable au déboisement et aux pierres arrachées pour construire les chemins dans la montagne. Si le désastre est compris par les uns comme le signe de la colère divine, c’est-à-dire comme une « calamité », pour d’autres, l’homme n’en est pas uniquement la victime mais peut aussi être jugé responsable des dégâts.

31Par ailleurs, le fait que el Oidor Pedroza préconise d’adopter des mesures pour adapter le système de protection de la ville témoigne, comme en 1641, d’une pensée qui prend en compte le risque de récurrence du phénomène et envisage sa prévention. Cet appel à la construction de protections nous renseigne également sur la façon dont est perçue la nature. Cette relation est à la fois respectueuse et mâtinée de crainte, dans la mesure où, en considérant que la nouvelle muraille ne permet pas de laisser passer les eaux en cas d’inondation et qu’elle doit être repensée en lui ajoutant des ouvertures pour que la force de l’eau soit diminuée, el Oidor Pedroza n’envisage pas de « dompter » la nature mais fait le constat de sa force et propose de s’y adapter.

32Si, à la veille du XIXe siècle, le poids de l’explication divine de la catastrophe est indéniable, l’humain apparaît néanmoins comme un acteur à part entière, à la fois partiellement responsable de ce qui arrive et capable d’envisager des solutions et de prendre des mesures de « prévention ».

1812 : Entre royalistes et révolutionnaires : affrontements autour du tremblement de terre

  • 26 Altez (1999) a montré que ce que l’on avait longtemps pris pour un seul tremblement de terre entre (...)
  • 27 Catalogue, p. 112.
  • 28 Catalogue, p. 112.
  • 29 Avant de désigner les constructions précaires qui constituent la majorité des habitations des quar (...)
  • 30 Catalogue, p. 112.

33C’est le 26 mars 1812 à 16h07 qu’a lieu dans la région de Caracas un tremblement de terre d’une grande force. Ce jour-là, alors que la toute récente Première République vacille déjà sous les coups que lui infligent les royalistes (Lynch, 1976), la terre tremble, provoquant la destruction de Caracas et de très graves dégâts sur l’ensemble du Littoral. Une heure plus tard, une seconde secousse détruit la ville de Mérida, dans la région andine26. Le bilan est très lourd, le nombre de maisons détruites très important. À Macuto et Caraballeda, la majorité des constructions étant en paille et en tuiles, elles ne résistent pas27, et selon certaines sources, le village de Macuto est entièrement détruit par la secousse28. Cette fois, le nombre de victimes recensées est plus précis que lors des inondations précédentes, et l’on trouve répertoriés 10 morts à Caraballeda, 1 à El Cojo, 27 à Macuto. Il est aussi précisé qu’à ce chiffre il faut ajouter les morts dans les haciendas, évalués à 9, et ceux des « ranchos29 » de Macuto dont 2 ou 3 ont dû s’écrouler30. Pour avoir une idée de l’ampleur de ces destructions, il faut savoir qu’en 1810 Macuto totalisait 1 175 habitants. Les morts de Macuto correspondraient donc à environ 2 % de la population du village.

  • 31 Inventaire, p. 57.
  • 32 Catalogue, p. 111.
  • 33 Catalogue, p. 112.
  • 34 Catalogue, p. 112.
  • 35 Catalogue, p. 111.
  • 36 Ma traduction.

34À La Guaira, la secousse produit des vagues immenses qui brisent les murailles31. Les navires qui sont au port sont littéralement propulsés sur les rochers et mis en miettes32. Sur tout le Littoral, des parties entières de la montagne sont arrachées de la cime et se déversent sur les parties basses33. Tous les édifices publics sont détruits, de même que les églises et l’aqueduc. Il est dès lors très difficile d’organiser les secours, et le manque d’eau potable se fait sentir rapidement34. Les cadavres sont incinérés collectivement, les équipages des navires qui accostent au port après la tragédie sont mis à contribution pour participer à leur recherche35. Les morts et les disparus se compteraient par milliers. Selon Cunill Grau (1987) ils seraient entre 2 500 et 4 000, soit entre 30 % et 50 % de la population de La Guaira. Dans le port, comme à Caracas, de nombreux vols et actes de pillage ont lieu dans les maisons abandonnées et dans les temples en ruine « à tel point que l’on ne sait si c’est le tremblement de terre ou les pillages qui ont fait le plus de dégâts » (Cunill Grau, 1987 : 48636).

  • 37 Cunill Grau parle de 10 000 à 12 000 morts à Caracas (1987 : 445), se basant sur le « témoignage » (...)

35On trouve également chez Humboldt un récit de la secousse, qu’il a reconstituée à partir de divers témoignages. Humboldt évoque d’abord des milliers de morts : entre 9 000 et 10 000 à Caracas37 et entre 4 000 et 5 000 à La Guaira. Il décrit ensuite les familles errant à la recherche d’un des leurs, déambulant dans les rues méconnaissables, les blessés coincés sous les ruines et implorant de l’aide, le manque d’outils adéquats pour les sortir des décombres et l’absence de matériel médical pour soigner les blessés, enterré avec le reste sous les ruines des hôpitaux. Il mentionne aussi la nécessité de brûler rapidement les cadavres par peur des infections. Humboldt parle des pratiques religieuses que les survivants jugent adéquates pour calmer la colère divine : processions, cantiques, confessions et de nombreux mariages de couples qui vivaient jusqu’alors sans la bénédiction de l’Église, reconnaissance de fils par leur père, réconciliations de familles entières.

36Enfin, le déplacement du port de La Guaira vers la ville de Maiquetía aurait été envisagé (Cunill Grau, 1987 ; Altez, 2005). Mais le projet aurait été abandonné à cause de l’opposition des investisseurs locaux (Cunill Grau, 1987) et de la population qui « continuait à habiter dans les maisons détruites par le tremblement de terre et résistait au déplacement » (Socsal, 2004 : 13).

37Ce tremblement de terre coïncide avec un contexte politique extrêmement agité. Les luttes violentes qui opposent indépendantistes et royalistes, alors que la Première République est dans sa première année, vont conduire dans les mois qui suivent au retour des royalistes. Pour ce qui est des secours et de la prise en charge, les affrontements entre forces révolutionnaires et royalistes ne les favorisent pas. Ceux-ci sont en grande partie organisés par l’Église, alors peu encline à soutenir les indépendantistes. Mais le tremblement de terre de 1812 marque surtout l’histoire de l’action « humanitaire », puisque c’est la première fois que de l’aide internationale est envoyée pour secourir des populations (Aeberhard, 1994 ; Parizot, 2003). Le Congrès de la récente Union des États d’Amérique, souhaitant montrer son intérêt pour le nouveau gouvernement indépendantiste, lui aurait envoyé cinq navires de farine. Arrivée en plein conflit entre les troupes espagnoles anti-américaines et les indépendantistes, la cargaison de ces navires aurait été détournée par les royalistes (Larcan, 2000).

38Cette aide internationale témoigne d’un certain changement dans la façon de concevoir les victimes. Celles du tremblement de terre de 1812 ne sont plus uniquement dignes d’êtres aidées en tant que créatures de Dieu, mais au nom d’une égale condition humaine, d’une fraternité en humanité – et bien sûr aussi d’intérêts politiques et géostratégiques. Il s’agirait là de la première manifestation de la diffusion internationale du principe laïc de bienfaisance, fondé sur la fraternité ou encore l’humanité. Né de la philosophie des Lumières, ce principe se substituera progressivement au principe religieux de charité, au nom de la perfectibilité de l’humanité et de l’égalité (Rufin, 1994). Avec les bateaux de farine envoyés par l’Union des États d’Amérique, on assiste à la diffusion des idées nouvelles dont les Lumières sont les porteuses en Europe. Comme on va le voir, le principe de charité n’a pas pour autant disparu.

  • 38 «La experiencia ha enseñado y la seguridad individual conoce las ventajas de refundarla en sitio e (...)

39Après le désastre, la possibilité de déplacer la ville de La Guaira est évoquée, et une nouvelle dimension dans l’appréhension du risque et de sa prévention apparaît alors. En témoigne ce document destiné à la Diputación de La Guaira, daté du 17 août 1812, dont l’auteur évalue les avantages et les inconvénients d’un éventuel déplacement de la ville : « L’expérience a montré les avantages de la refonder dans un lieu désert, ce qui serait conforme aux exigences de la sécurité individuelle, et d’autre part, la sécurité des intérêts et du commerce exige qu’on la refonde dans ses murs38 ». Lorsqu’une société est confrontée à des risques multiples, elle se voit dans l’obligation d’en désigner certains comme majeurs et primant sur les autres. Avec l’évocation de la possibilité de déplacer le port, on constate que dans la société de ce début du XIXe siècle, on pense déjà en terme d’échelle des risques. Le fait que le port de La Guaira n’ait pas été déplacé témoigne du fait que la sécurité « individuelle » a été considérée comme moins importante que la sécurité du commerce. Cette concurrence et hiérarchisation des risques ainsi que les évaluations et les calculs d’estimation qui l’accompagnent sont au cœur des considérations probabilistes qui fondent la pensée du risque.

  • 39 Le clergé est alors en train de se battre contre la Constitution de la Première République qui abo (...)

40L’interprétation des causes possibles de ce tremblement de terre, survenu un Jeudi Saint, nourrit aussi la lutte entre royalistes et indépendantistes. Pour les premiers, parmi lesquels de nombreux membres du clergé, le désastre est un « châtiment divin » venant sanctionner la tentative de rébellion contre la Couronne espagnole39. L’archevêque de Caracas s’exprime ainsi :

  • 40 Coll y Prat (1960), cité par García Sanchez (2002 : 58).

C’est un châtiment mérité par lequel le Ciel vengea tant de délits et d’impiétés, ainsi que la profanation sacrilège du jour de 1810. […] C’est le moyen le plus rapide que la Divine Providence employa pour la dissolution des gouvernements naissants, échoués dans le tumulte et réglés par des principes pervers […] Dieu fit savoir que le pêcheur ne l’insulte jamais impunément. Quelques secondes suffirent pour faire connaître sa justice40.

41Cette interprétation ainsi que le trouble qu’elle sème au sein de l’opinion publique contribuera à la prise de possession de Caracas par Monteverde, le chef des armées espagnoles, en juillet de la même année (Hébrard, 1996). Cette explication est par ailleurs reprise hors du pays, puisque, dans la Gaceta del Gobierno de Mexico datée du 25 août 1812, un chroniqueur commente :

  • 41 « Caracas ya no existe, y casi todos os pueblos que la siguieron rebelde han pagado su nefando del (...)

Caracas n’existe plus, et pratiquement tous ceux qui suivirent la rebelle ont payé leur odieux délit. Le Dieu de la vengeance a envoyé les éléments pour nous rappeler la fureur juste avec laquelle il châtie les crimes41.

  • 42 «Si se opone la Naturaleza, lucharemos contra ella y la haremos que nos obedezca». Pour certains a (...)

42Pour les seconds, le fait d’attribuer la catastrophe à la colère de Dieu consiste à « profiter de la naïveté et de la superstition populaire » (Hébrard, 1996 : 179). Selon les révolutionnaires en effet, dont Simón Bolívar est la figure emblématique, le phénomène est d’origine naturelle. C’est en effet à Simón Bolívar, tentant de sauver des victimes sur les ruines du couvent San Jacinto à Caracas en 1812, que l’on attribue la célèbre phrase : « Si la Nature s’oppose, nous lutterons contre elle et ferons en sorte qu’elle nous obéisse42 ».

43L’apparition de cette polémique sur les causes d’une telle catastrophe en 1812 nous renvoie au débat sur l’origine du mal qui, un demi-siècle plus tôt, a été ouvert en Europe par le tremblement de terre de Lisbonne en 1755.

  • a La pensée de Pope se traduirait et se résumerait mal, selon Jean-Pierre Dupuy (2005) dans ce « tou (...)
  • b Lettre sur la Providence, 18 août 1756, citée par Dupuy (2005).

Le tremblement de terre de Lisbonne, 1755
C’est avec cet événement que l’on peut situer en Europe une sorte de « frontière » épistémologique. Le 1er novembre 1755, jour de la Toussaint, un tremblement de terre et un raz de marée ravagent Lisbonne, faisant environ 60 000 morts sur les 235 000 habitants que comptait la ville. La pensée providentialiste, encore bien présente au cours de ce siècle, se heurte dans son effort herméneutique au scandale de la mort des innocents, qui se révèle avec d’autant plus de force à Lisbonne, désastre urbain s’il en est, qu’il a tué sans distinction d’âge, de niveau social ou de sexe. En France, Voltaire est bouleversé par le drame et s’agace contre ceux qui tentent de donner un sens à la catastrophe. Quelques mois plus tard, il publie son « Poème sur le désastre de Lisbonne » : 234 alexandrins contre la nature, contre l’idée de péché originel, contre toute doctrine enseignant qu’un tel mal puisse avoir été voulu par Dieu. Voltaire s’adresse notamment à Pope (« Examen de cet axiome : tout est biena ») et à son « Essai sur l’Homme », ainsi qu’à la doctrine de l’optimisme que Leibniz proposait en 1710 avec sa Théodicée. Pour Voltaire, le mal existe, il est inexplicable, il fait partie intégrante de la nature qui n’est que chaos. Il n’a pas de sens. L’Église est furieuse, pasteurs et curés s’insurgent. Rousseau lui répondb. Pour lui, la catastrophe, mal physique, est avant tout l’œuvre de l’homme. La Providence est bienveillante, et ce sont les hommes libres qui créent leur propre malheur.
Dans cette discussion et les nombreuses qui suivirent avec le développement de la pensée des Lumières, on peut lire la remise en question de l’ordre du monde tel qu’il prévalait jusque-là. À partir de ce débat, la Divine Providence va peu à peu être reléguée au rang des hypothèses dont on peut très bien se passer (Dupuy, 2005). Le désastre de Lisbonne constitue donc une sorte de frontière dans la pensée des catastrophes. Ces calamités envoyées par la Providence deviennent des phénomènes naturels qu’il est possible d’expliquer et dont les conséquences sont aussi imputables à l’homme. Cette « révolution » dans la pensée ne s’effectue pas de façon radicale, il s’agit d’un lent processus de transformation et la pensée providentialiste aura encore de beaux jours devant elle, comme le reste de cette étude tendra à le montrer.

44Simón Bolívar, en s’insurgeant en 1812 face aux explications des religieux du couvent de San Jacinto, représenterait donc la figure « éclairée » de ce début de XIXe siècle au Venezuela. Il se confronte, ce faisant, à une société dans laquelle le poids de la religion est encore très important, puisque, selon le récit d’Humboldt, de nombreuses manifestations religieuses tentent au lendemain du tremblement de terre de « calmer la colère divine ». Parmi ces pratiques, on trouve celle de la procession. Datant du Moyen-Âge en Europe, la procession est alors la « première manifestation urbaine de la période post-sismique » (Guidoboni et Poirier, 2004 : 161). En serpentant la cité meurtrie dans des parcours ritualisés, avec la volonté « d’assurer symboliquement la défense de la ville, « attaquée » par le tremblement de terre » (161), les processions permettent à la hiérarchie religieuse et au pouvoir politique de montrer au peuple que leur autorité n’a pas été atteinte par la ruine de leurs sièges matériels, cathédrales et palais. Ce rituel a pour objet la restauration de l’ordre public.

45Au Venezuela, le tremblement de terre de 1812 représente une date frontière, qui voit se confronter l’approche providentialiste et l’interprétation des Lumières pour chercher un sens à l’événement. Il s’agit en quelque sorte du « dernier désastre colonial et du premier de la modernité » (Altez, 2006 : 96). Par ailleurs, la phrase de Bolívar rend également visible une inflexion certaine dans le rapport à la nature qui prévaut en ce début de XIXe siècle. Elle ne laisse en effet entrevoir aucune crainte face à l’élément naturel. La nature n’est plus une force invincible, puisque l’homme peut lutter contre elle et la soumettre. Il est désormais question de la dominer, si elle entrave les projets de l’homme. C’est à une conception moderne de la nature que la phrase de Bolívar se réfère.

  • 43 Environmental orientalism (ma traduction).

46En effet, la Modernité et la séparation qu’elle opère entre humain et non-humain, s’exprime dans le dualisme « nature/culture ». La domination de la nature par le biais de processus techniques en est une manifestation (Ulloa, 2001). Dans cette perspective, l’homme ne se contente pas d’exploiter la nature ou de l’observer pour la comprendre, mais il cherche à la rationaliser et à la contrôler. Pálsson a désigné ce paradigme comme celui de « l’orientalisme environnemental43 » (1996 : 67) qu’il définit comme un régime « colonial » dans lequel l’homme est maître de la nature et responsable du monde. La nature peut dès lors « être soumise à la Raison, à la Technique, à la Politique, c’est-à-dire à une volonté consciente et délibérée pouvant exercer une action effective » (Genestier et Wittner, 2004 : 83). D’où le désarroi qui s’empare de l’homme face à des phénomènes naturels destructeurs qui déstabilisent cette assurance et cette confiance en sa propre invincibilité. D’où aussi le changement d’attitude devant de tels phénomènes. La nouvelle sensibilité à laquelle la pensée moderne donne naissance s’extrait de l’attitude coupable face au malheur – la douleur étant la sanction du péché – pour « entrer dans un univers où (est) proclamé le principe d’une possible réduction des souffrances » (Genestier et Wittner, 2004 : 84).

1900 : Pensée religieuse, naturalisme et positivisme au chevet du tremblement de terre

47Le vendredi 29 octobre 1900 vers 4 heures du matin, un tremblement de terre provoque d’importants dégâts à Caracas et sur le Littoral. Cette fois, c’est la petite ville de Macuto qui est la plus touchée. Rappelons que cette petite ville est devenue, depuis la fin du XVIIIe siècle, et particulièrement sous l’influence du président Guzmán Blanco, un lieu de détente, de tourisme et de repos pour les habitants de Caracas. Lorsque survient le tremblement de terre, Macuto est donc depuis une vingtaine d’années un symbole à la fois de la douceur du bord de mer et de l’influence de la « modernité » européenne.

  • 44 Ce journal qui se présente sur sa première page comme un « quotidien humoristique illustré » est f (...)

48Nous étudierons le traitement du tremblement de terre par la presse, à travers deux journaux : le quotidien national El Tiempo et le quotidien de Caracas La Linterna Mágica44. Quelques commentaires et images proviennent également du célèbre mensuel El Cojo Ilustrado.

  • 45 «Dicen de Macuto: “Aquí todo esta en el suelo. Varias personas muertas […] El río se encuentra ent (...)
  • 46 El Tiempo, 6/11/1900, p. 3.
  • 47 El Tiempo, 6/11/1900, p. 3

49Dans El Tiempo, qui évoque la catastrophe dans son édition du jour même, les nouvelles de Macuto sont alarmantes : « On dit de Macuto : “Ici tout est par terre. De nombreuses personnes sont mortes […]. Le fleuve est sous les décombres. […] L’hôtel Familia est tombé.” Tout cela fait bien peur !45 ». À l’inverse, les villes de La Guaira et de Maiquetía semblent ne pas avoir souffert beaucoup. Dans les jours suivants, le bilan des destructions à Macuto se précise et totalise le 6 novembre 39 familles sinistrées, 92 maisons détruites et 31 légèrement détériorées. Les bains de mer sont abîmés, les bains sur la rivière également, l’église est touchée, avec une de ses tours qui penche fortement et menace de s’écrouler, et la maison de Joaquim Crespo est effondrée46. La liste des 39 familles sinistrées – dont les titres nous renseignent sur leur position sociale : le directeur du bureau des Télégraphes et Courrier, des médecins, des généraux, le juge de la parroquia, le propriétaire du magasin « El Ceibo » – est publiée dans El Tiempo du 6 novembre 190047 où l’on apprend qu’elles sont toutes accueillies dans l’ancienne maison de vacances du président Guzmán Blanco, La Guzmania.

50Dans l’édition du 3 novembre de El Tiempo, le chroniqueur se félicite du fait que :

  • 48 «No como cuando el terremoto de 1812 salieron las gentes confesándose, casándose, ni orando a grit (...)

les gens ne soient pas, comme en 1812, sortis se confesser, se marier ou prier à grands cris dans les rues et sur les places mais que, rassemblés en famille, après s’être mis en lieux sûrs et avoir recouvré leurs facultés mentales, ils aient alors élevé leurs prières vers le Ciel48.

51Outre ceux qui, dans les premiers jours, décrivent les dommages provoqués par le tremblement de terre, les articles qui parlent de la catastrophe s’organisent selon trois grands axes. Une première catégorie d’articles traite de l’organisation des secours, d’autres mettent l’accent sur la reconstruction, d’autres enfin cherchent les causes du phénomène.

  • 49 «Se suplica a los comerciantes y a todas las demás personas que deseen contribuir con su óbolo al (...)

52Voyons d’abord les articles qui décrivent l’organisation de secours. Suite au tremblement de terre, de nombreux comités de secours (Juntas de socorros) se mettent en place, aussi bien à Caracas que sur le Littoral. Leur mission première est de récolter des fonds. Ils font appel à travers la presse « aux commerçants et à toutes les autres personnes désirant contribuer par leur obole au secours des victimes du tremblement de terre49 ».

  • 50 «¡Caridad!»
  • 51 «… las alas pavorosas del ángel de la muerte».
  • 52 «La Caridad, esa hija predilecta del Cristianismo, acude presurosa a ofrecer sus consuelos a los q (...)
  • 53 El Tiempo, 6/11/1900, p. 3.
  • 54 El Tiempo, 7/11/1900, p. 3.

53Sous le titre « Charité50 ! » et avec des lignes évocatrices sur « les ailes effrayantes de l’ange de la mort51 » ayant frappé la région ainsi que sur « la Charité, fille préférée du christianisme qui accourt, empressée de consoler ceux qui geignent et qui souffrent52 », le journal La Linterna Mágica annonce qu’il versera le produit de la vente de son édition dominicale au Comité de secours53. Les donateurs sont remerciés dans les éditions des jours suivants54.

54C’est donc le principe de charité chrétienne qui motive l’ensemble des actions de secours aux victimes de ce séisme. La Croix-Rouge vénézuélienne, qui existe déjà depuis cinq ans – elle a été fondée en 1895 – n’est pas mentionnée par la presse suite au tremblement de terre. Ce n’est qu’à partir des coulées de boue de 1938 que cet organisme laïc apparaît au Venezuela comme un acteur central de l’organisation des secours post-désastres.

55Les articles qui traitent de la reconstruction nous permettent de saisir l’importance qu’acquiert alors la notion de sécurité. Ainsi, La Linterna Mágica, le 1er novembre, évoque le besoin de constructions plus sûres :

  • 55 «Allí está [el Titán], pues, despierto en sus cavernas tanteándolo todo y no debemos echarlo al ol (...)

[Le Titan] est donc là, réveillé, dans ses cavernes et il tâtonne. Nous ne devons pas le renvoyer à l’oubli, afin que nos constructions se fassent en suivant une véritable distribution et avec solidité pour ceux qui vivent sur la tête d’un ennemi aussi terrible, et il est là pour nous rappeler tout ce qui doit être réparé aujourd’hui et qui doit l’être de façon complète et non superficielle55.

56On détecte enfin une préoccupation pour le fait que, le danger une fois écarté, aucune mesure ne soit réellement prise pour y faire face :

  • 56 «Hoy es un tema obligado para todos “La construcción de edificios” porque es natural que juiciosam (...)

Aujourd’hui, un thème obligé est celui de la construction des immeubles, parce qu’il est naturel que nous nous préoccupions avec discernement de l’avenir. Mais l’absence d’un danger immédiat va-t-il éloigner également le désir d’étudier consciencieusement un thème d’une telle importance ? Il est probable que oui56.

  • 57 El Tiempo, 19/11/1900.

57Cette préoccupation s’accompagne par ailleurs d’un ressentiment vis-à-vis des générations passées qui n’auraient pas su retenir les leçons des événements précédents57. C’est ici la première fois, dans les sources que nous avons utilisées, que la notion d’oubli fait son apparition. La menace de l’oubli va alors de pair avec le souci de l’avenir, deux thèmes qui sont révélateurs de la façon dont l’idéologie du progrès occupe à cette période dans le pays une importance grandissante.

58En 1900, le thème de la reconstruction prend une ampleur encore plus grande que lors des désastres précédents et il n’est donc pas question dans la presse de déplacer les villes touchées par le tremblement de terre. En revanche, la question des mesures préventives fait son apparition. La reconstruction est évoquée comme une « nécessité » et, dès lors, ce sont ses modalités qui sont en discussion, en particulier pour ce qui concerne le choix des terrains et des matériaux susceptibles de minimiser à l’avenir les dégâts éventuels causés par d’autres phénomènes de ce type.

  • 58 «… consideramos [este fenómeno] un castigo o un aviso del cielo, por más que la ciencia divague o (...)

59On trouve enfin dans la presse de nombreux articles qui nous renseignent sur la façon dont ce tremblement de terre est expliqué. L’évocation du tremblement de terre comme un châtiment divin est encore très présente, mais il est significatif de voir que ce type d’interprétations croise de plus en plus les tentatives d’explication en termes scientifiques. Le 30 novembre, La Linterna Mágica fait du tremblement de terre sa première page, avec un éditorial dans lequel le journal affirme : « Nous considérons [ce phénomène] comme un châtiment ou un avertissement du ciel, malgré les tentatives de la science de nous l’expliquer58 ». La gravure du caricaturiste Lumet qui accompagne cette première page est à ce sujet fort éloquente, Caracas représentée comme une femme, à genoux sur les ruines, y demande « Miséricorde » (Illustration 1). Le lendemain, le dessinateur ironise encore en représentant le tremblement de terre comme un « Titan » vivant sous la terre, muni d’une massue et endormi depuis 1812 (Illustration 2).

60La représentation du tremblement de terre sous la forme d’un « Titan » prend sa source dans la mythologie grecque qui fait apparaître de nombreux géants soutenant le ciel ou l’univers, Atlas étant le plus emblématique d’entre eux. Cette image est également réutilisée par l’iconographie chrétienne dans laquelle les tremblements de terre apparaissent – particulièrement à partir de la Renaissance – sous les traits d’un géant barbu aux muscles saillants (Guidoboni et Poirier, 2004).

  • 59 «Levantemos a Macuto», El Tiempo, 10/11/1900, p. 2.
  • 60 «… pueblecito más bello, más útil y más simpático que ha tenido Venezuela».
  • 61 «… una fuerza extraña, una de esas terribles combinaciones que prepara la Tierra para sus necesida (...)

61Mais si l’explication divine est encore très présente, la nature est également désignée comme responsable du tremblement de terre de 1900. Le 10 novembre, alors que les nouvelles de la catastrophe se font moins nombreuses dans ses colonnes, El Tiempo publie une petite chronique signée du Duc de Gamboa intitulée « Remettons Macuto debout59 », dans laquelle il décline les vertus de Macuto, « petit village le plus joli, le plus utile et le plus sympathique qu’ait connu le Venezuela60 », aujourd’hui abattu par « une force étrange, une de ces terribles combinaisons que la Terre prépare pour ses besoins61 ».

62On assisterait donc avec ce désastre à une sorte de « transfert de responsabilité » de Dieu vers la Nature, qui va se confirmer dans les années suivantes. Au cours de ce transfert, la Nature est souvent traitée comme une nouvelle divinité (la majuscule en témoigne) dotée d’une volonté propre et qui doit être crainte et respectée. De la même façon que Dieu était jusque-là invoqué, c’est maintenant la Nature qui va être rendue responsable des désastres.

  • 62 «Notas técnicas sobre terremotos».
  • 63 Père de Luis Muñoz Tebar (le caricaturiste Lumet et fondateur de La Linterna Mágica), lui aussi in (...)

63Enfin, les interprétations religieuses et naturalistes coexistent en 1900 avec une pensée positiviste dont l’influence est grandissante. D’une part, les textes et les illustrations qui précèdent doivent être lus en prenant en compte le fait que le caricaturiste et directeur de La Linterna Mágica qui les publie est lui-même un ingénieur et « homme de science ». On peut donc imaginer que les propos du journaliste sont plus de l’ordre de la satire, dans le but de rendre compte de la manière dont la société vénézuélienne interprète l’événement, que relevant de son propre point de vue. En effet, le même journal publie aussi le 2 novembre en première page un article intitulé « Notes techniques sur les tremblements de terre62 » signé par « l’ingénieur et homme public Jesus Muñoz Tébar63 ». L’article fait le point sur les connaissances en matière de sismologie et son auteur reconnaît que les causes exactes des tremblements de terre sont encore inconnues, mais qu’il est indispensable d’effectuer un travail d’observation et de cartographie de ce genre d’événements pour parvenir à leur meilleure compréhension.

  • 64 «Los movimientos seísmicos y las construcciones».
  • 65 «… al progreso de la Ciencia, que es la base de la civilización», El Tiempo, 5/11/1900.

64Le 5 novembre 1900, dans El Tiempo, un article intitulé « Les mouvements sismiques et les constructions64 » s’appuie sur l’expérience d’autres pays sujets aux tremblements de terre comme le Japon, pour aborder le thème de la responsabilité des constructeurs. Le journaliste regrette en outre qu’aucun sismographe ne soit installé à Caracas, ce qui pourtant participerait selon lui « au progrès de la Science qui est la base de la civilisation65 ». Dès lors, la pensée positiviste et sa foi dans la capacité de la science à expliquer les phénomènes mais également à les prévoir et donc à en prévenir les conséquences néfastes apparaît clairement. Et la société de ce début du XXe siècle laisse entrevoir la multiplicité et la co-existence des explications qui sont données au tremblement de terre.

Illustration 1 : La Linterna Mágica, 30 octobre 1900, première page.
Légende : « Comment Caracas s’est réveillée hier matin ». Auteur : Lumet

Illustration 2 : La Linterna Mágica, 1er Novembre 1900, p. 2.
Légende : « Le Titan dormait depuis 1812… ». Auteur : Lumet

1938 : Un désastre urbain. Prolétaires, sinistrés et interventionnisme d’État

65Le 29 novembre 1938, après une semaine de pluies qui ont déjà produit des dégâts sur le Littoral et sur la route qui relie Caracas à La Guaira, le fleuve Maiquetía et de nombreuses quebradas débordent. Chargés d’énormes pierres et de boue, ils arrachent tout ce qu’ils rencontrent sur leur passage.

66Cet événement marque une nouvelle rupture par rapport à la série des désastres précédents. C’est en effet la première fois que l’on voit se tisser le lien entre le désastre et les problèmes urbains et sociaux récemment apparus sur la région du Littoral. Et pour cause. En 1812, quand le tremblement de terre a détruit Caraballeda, Macuto et El Cojo, il ne s’agissait que de villages dont les maisons en paille n’ont pas résisté à la secousse. En 1900, Macuto, la plus touchée des villes du Littoral, n’était encore que majoritairement balnéaire et très récemment urbanisée.

67Mais en 1938, les coulées de boue s’abattent sur un Littoral qui est en train de vivre un processus d’urbanisation très rapide. Comme on l’a vu, dans les années 1920, on assiste à une forte réorganisation du territoire vénézuélien. Avec l’octroi de nouvelles concessions pétrolières à des entreprises étrangères, la production de pétrole est passée de 2,2 millions de barils en 1920 à 8,7 millions en 1924, ce qui a eu des impacts sur toute l’économie du pays ainsi que sur l’organisation du territoire et l’urbanisation (Cilento et Fossi, 1998). Les zones littorales, et le Littoral Central en particulier, ont fortement bénéficié des retombées liées à la redistribution de la rente pétrolière ou à son investissement dans l’industrie, les services et les équipements (Ramousse, 1998). Dans ce contexte, la région devient un pôle particulièrement attractif. En 1936, les trois villes de La Guaira, Maiquetía et Catia la Mar totalisaient déjà 22 900 habitants (Chen et Picouet, 1979). Parallèlement, aucune planification urbaine d’envergure ne se met en place et la population rurale et majoritairement pauvre qui vient s’installer sur cette étroite bande de terre ne trouve bien souvent à le faire qu’en envahissant des terrains vagues situés sur les flancs de la montagne.

  • 66 La principale source utilisée pour le traitement de ces inondations est le quotidien national El U (...)
  • 67 Les termes de barrios et de cerros désignent tous les deux les quartiers populaires construits dan (...)
  • 68 El Universal, 30/11/1938, p. 1.
  • 69 «… prestaba sus servicios en el Aseo Urbano», El Universal, 30/11/1938, p. 1.

68Les premières victimes des inondations de ce 29 novembre sont donc issues, selon la presse qui en rend compte66, des barrios El Restaurant et El Rincón à Maiquetía, et des cerros67 La Chivera, Cerro Seco, Calle del medio, Cardonal ou Cerro Colorado68, autant de quartiers situés dans les hauteurs. Et si à Macuto en 1900, les listes de victimes égrenaient les noms de personnalités, cette fois, ce sont des habitants des quartiers pauvres qui font la « une ». Leur profession est rarement évoquée, sauf celle de cet homme de 45 ans qui vivait au Cerro Buena Vista et qui « travaillait au Service de propreté urbaine69 ».

  • 70 «El Barrio Puerto Claro de La Guaira habitado por gentes pobres amenaza caerse de manera inminente (...)
  • 71 «… a las autoridades velen por la suerte de tantas familias pobres que han quedado en la miseria y (...)

69La presse raconte que « le Barrio Puerto Claro de La Guaira, habité par des gens pauvres, menace de tomber de manière imminente, ce qui fait que la vie de nombreuses familles prolétaires se trouve actuellement en danger70 ». Il est demandé « aux autorités de veiller au sort de toutes ces familles pauvres qui ont été plongées dans la misère et l’abandon71 ».

70Le ministère de la Santé et de l’Assistance sociale envoie rapidement sur le Littoral des tentes qui seront installées par les militaires pour abriter les sinistrés (Illustration 3).

  • 72 Ministerio de Obras Públicas (MOP).
  • 73 El Universal, 30/11/1938, p. 20.
  • 74 El Universal, 1/12/1938, p. 7.
  • 75 El Universal, 2/12/1938, p. 1.
  • 76 «Por cuanto es deber de la Administración Publica asistir a la ciudadanía en los graves conflictos (...)
  • 77 «Continúan activamente las labores de salvamento y de auxilio bajo la dirección de las autoridades (...)
  • 78 «Parcialmente restablecido el trafico entre La Guaira y Naiguatá», El Universal, 2/12/1938, p. 1.
  • 79 «para que se comience a edificar las habitaciones necesarias para cobijar a las numerosas personas (...)
  • 80 «… el ciudadano Gobernador del Distrito Federal, […] recorrió los terrenos disponibles en Maiquetí (...)

71Le ministère des Infrastructures72 se charge quant à lui de dégager les voies de communication73 ou coopère à la prise en charge dans l’urgence des personnes sinistrées74. Le gouvernement national ne tarde d’ailleurs pas à annoncer la création d’un Comité de secours dans le « département Vargas », qu’il dote immédiatement d’un fond de 130 000 bolivars pour secourir les victimes de la catastrophe. Le ministère de l’Éducation fournit des couvertures pour les enfants sans abri75. La presse publie aussi le texte des deux décisions administratives annonçant les résolutions prises suite au désastre. L’une d’elles commence par : « Étant entendu qu’il est du devoir de l’administration publique d’assister les citoyens dans les problèmes graves créés par les sinistres qui les affligent…76 ». Les autorités sont partout. Selon la presse, « elles continuent les travaux de secours et de sauvetage77 », « rétablissent partiellement le trafic entre La Guaira et Naiguatá78 », le Conseil Municipal crée un fonds « pour commencer à construire les logements nécessaires pour abriter les nombreuses personnes restées sans foyer79 », pendant que « le Gouverneur du Distrito Federal […] visite les terrains disponibles pour la construction de maisons bon marché80 ».

Illustration 3 : El Universal, 1/12/1938, p. 1.
Légende : « À propos du sinistre sur le Littoral ».

  • 81 «La señora Presidenta de la Cruz Roja y un grupo de samaritanas a la vez que varias enfermeras env (...)

72L’essentiel des actions d’assistance relatées par la presse sont organisées par l’État. On trouve très rarement des encarts qui évoquent d’autres acteurs. Celui-ci est une exception : « Madame la présidente de la Croix-Rouge et un groupe de samaritaines sont venues offrir leur service avec un groupe d’infirmières envoyées par le ministère de la Santé et de la Solidarité81 ».

  • 82 «Hemos repetido que en Venezuela lo que se necesita es administración; y es llegado el momento de (...)

73En première page de El Universal, le 1er décembre, l’éditorial met l’accent sur les défis que devra affronter le gouvernement et le pays tout entier pour faire face à cette crise. Il signale que partout de nombreuses voies de communication ont été endommagées, que le secteur agricole, déjà fortement affaibli, a souffert des intempéries, que le manque de logements déjà aigu va s’accroître avec le désastre. L’article conclut ainsi : « Nous avons souvent répété que ce dont le Venezuela a besoin c’est d’administration, et le moment est venu de prouver la capacité administrative de la République, malgré – ou au-dessus de – la politique bavarde82 ».

74La rupture que l’on observe dans la façon de prendre en charge les désastres en 1938 s’explique par plusieurs facteurs. Le contexte d’un Littoral en pleine urbanisation, sur lequel une population pauvre commence à construire, dans des zones dangereuses, des logements de plus en plus précaires, correspond politiquement à une période de laïcisation de la société. L’État devient alors un acteur central de la prise en charge.

  • 83 Gaceta Oficial 19.637 du 17 juillet 1938.
  • 84 Décret 175 du 7 septembre 1943.

75Après la mort de Juan Vicente Gómez en décembre 1935, l’arrivée au pouvoir de Eleazar López Contreras est marquée par une impulsion forte à de nouvelles institutions politiques et sociales. De nouveaux cabinets ministériels voient le jour : ceux des Communications, du Travail, de la Santé et de la Solidarité. La loi établissant un système de sécurité sociale sur le modèle des États-Unis est lancée (Langue, 1999). Quelques mois avant les coulées de boue de novembre, le 17 juillet 1938, la Loi de Service national de Sécurité est promulguée. Elle donne compétence au « Servicio de Sanidad » pour coopérer avec les autorités civiles chargées des « calamités publiques »83. Si la première entité publique nationale responsable de l’assistance en cas de désastre ne sera créée qu’en 194384 avec la naissance de la Junta Nacional de Socorro, dès la seconde moitié des années 1930, la prise en charge des conséquences des catastrophes est donc institutionnalisée et devient une affaire d’État.

76L’Église, quant à elle, est quelque peu en retrait, et les « victimes souffrantes » des catastrophes précédentes laissent, dans la presse, la place à des « familles pauvres » plongées dans la misère. Les causes du drame sont considérées comme sociales avant tout. 1938 est donc le premier désastre géré laïquement et qui questionne le mode récent d’urbanisation chaotique qu’a connu le pays pendant la gestion « gomeciste ».

1948 : Enjeux politiques de l’assistance et privatisation de l’aide

  • 85 Nous disposons en outre d’une nouvelle source, qui va acquérir toute son importance dans le pays a (...)
  • 86 «300 familias sin hogar a causa de la catástrofe del Litoral», El Nacional, 4/08/1948, p. 1.

77Dix ans plus tard, en août 1948, le Littoral est le théâtre de nouvelles inondations accompagnées de coulées de boue qui provoquent encore d’importants dégâts. La façon dont la presse relate ces événements témoigne des changements survenus depuis peu dans les médias85. Les usages qui sont faits de la photographie, par exemple, ont considérablement évolué depuis les dernières coulées de boue. Certaines pratiques font leur apparition. On trouve par exemple le 4 août en première page de El Nacional sous le titre « 300 familles sans abri à cause de la catastrophe du Littoral86 », deux images qui témoignent de ces transformations (Illustration 4). À gauche, une photo qui représente le président de la République Rómulo Gallegos lors de sa visite sur les lieux du désastre, en présence d’une femme ayant souffert de la catastrophe. À droite, l’image en gros plan de deux enfants morts. Cette mise en scène de la souffrance – les enfants morts sont le symbole même de la victime « pure » – prise en main par un président concerné et proche – photographié en train de parler à une victime- est caractéristique de l’évolution que subit la presse dans ces années-là.

Illustration 4 : Première page El Nacional, 04/08/1948. « 300 Familles sans abri à cause de la catastrophe du Littoral. Les équipes continuent à creuser à la recherche de victimes enterrées »

  • 87 «más de 26 muertos y cerca de 60 heridos», El Nacional, 4/08/1948, p. 2.
  • 88 «un número desconocido de cadáveres».
  • 89 El Universal, 08/08/1948, p. 14 et El Nacional, 04/08/1948, p. 16.

78C’est le décompte des victimes qui occupe la majorité des articles le 4 août. La presse annonce « plus de 26 morts et près de 60 blessés87 » et évoque un « nombre inconnu de cadavres88 » cachés sous les décombres. La description des dégâts occasionnés par la force des eaux et de la boue ainsi que la grande quantité de terre et de pierres déposées par les fleuves et les quebradas semblent anticiper les descriptions de la catastrophe de 1999. Si les dégâts les plus importants se sont produits à Maiquetía, aux abords de la quebrada Piedra Azul, Macuto est également touchée puisque le fleuve y a débordé89.

  • 90 «las grandes palas mecánicas y los tractores del MOP despejaron parcialmente la ruta, permitiendo (...)
  • 91 Sobrevivientes de la catástrofe.
  • 92 Refugiados.
  • 93 Damnificados.
  • 94 Juntas Pro-Damnificados.
  • 95 El Nacional, 4/08/1948, p. 2.
  • 96 El Nacional, 06/08/1948, p. 20.

79L’action de l’État fait aussi assez vite l’objet d’articles et de commentaires. Dès le 4 août, on peut lire que « les pelles mécaniques et les tracteurs du ministère des Infrastructures dégagèrent partiellement la route, pour permettre l’accès des petits véhicules90 ». Les « survivants de la catastrophe91 » également désignés sous les termes de « réfugiés92 » ou de « sinistrés93 » sont recueillis dans les entrepôts de Maiquetía ou dans les locaux de la police, des Préfectures et dans les « institutions d’assistance », et très vite pris en charge par des « Comités pour les sinistrés94 » qui leur fournissent aliments et vêtements que des camions de l’armée distribuent95. Dans les jours qui suivent, des centaines de sinistrés se réfugient dans les différentes écoles du Littoral, où des soins leur sont prodigués par du personnel médical. Les autorités sanitaires de la région prennent aussi les précautions nécessaires pour éviter l’apparition d’épidémies96. L’aide aux sinistrés devient une affaire nationale, qui occupe essentiellement les autorités publiques et l’armée.

  • 97 «se declara Duelo Oficial en todas las Logias de esta Obedencia» […]«se ordena al Gran Hospital de (...)

80Mais on note aussi l’apparition de nouveaux acteurs par rapport aux désastres précédents. Par exemple, les francs-maçons annoncent dans la presse le 7 août qu’ils « déclarent un deuil officiel dans toutes les loges de cette obédience » et qu’ils mettent à disposition « les fonds du Grand Hôpital de la Grande Loge pour porter immédiatement secours aux sinistrés et aux autres personnes qui sont dans le besoin à cause du désastre97 ».

  • 98 El Nacional, 07/08/1948, p. 18.

81Parmi les acteurs de la société civile qui s’organisent pour prêter assistance, la presse signale des organisations culturelles et syndicales, des maisons commerciales ou des groupes ayant pour mission de collecter des fonds et du matériel. L’Association Vénézuélienne des Journalistes, le magasin « la Casa Idéal », l’union Liban-Syrie- Palestine, l’émission de radio « la Hora del Pueblo » font également connaître à travers les journaux leurs actions en faveur des familles touchées. La presse mentionne aussi la création d’un comité pour le logement des sinistrés98. L’ampleur de cette organisation dépasse largement les anciens comités d’aide aux sinistrés ou les groupes de charité évoqués lors des désastres précédents.

  • 99 «El Comité Gubernamental Informa Sobre Diligencias Realizadas en el Litoral», El Universal, 08/08/ (...)

82On peut dire qu’avec les coulées de boue de 1948 la « laïcisation » observée en 1938 se poursuit. L’assistance se privatise également et met en scène de nouveaux acteurs d’une société civile en pleine construction, ce qui fait évidemment écho au contexte politique et social de l’époque puisque le désastre survient pendant le court mandat de Rómulo Gallegos (février-novembre 1948), pour le compte d’Acción Démocrática (AD). Ce jeune parti réformiste, ayant accédé au pouvoir quelques années auparavant par le biais d’un coup d’État, est sur le point d’être renversé (décembre 1948) par un autre coup d’État militaire qui portera le lieutenant Marcos Pérez Jiménez au pouvoir. Pendant les quelques mois du gouvernement de Gallegos, le parti AD devra essuyer les critiques permanentes d’une partie des élites. Église, élites économiques, grands propriétaires terriens sont alarmés par les mouvements qui secouent le pays et prennent la forme de luttes syndicales, d’occupations de propriétés ou encore d’une importante grève universitaire. Il est donc de première importance pour le gouvernement de rendre des comptes sur les actions mises en œuvre pour faire face au drame. En témoigne cet article du 8 août paru dans El Universal, « Le comité gouvernemental informe sur les actions réalisées sur le Littoral99 », qui liste les différentes mesures prises par le dit comité. Cet article ne paraît pourtant qu’en page 14 du journal, ce qui s’explique sûrement par le fait que la presse est au cours de cette période en constante confrontation avec le gouvernement (Langue, 1999). Derrière le secours aux victimes des coulées de boue du mois d’août se dessinent donc des enjeux politiques importants.

  • 100 «Acuerdo de duelo nacional», El Nacional, 5/08/1948, p. 19
  • 101 «… a prestar pronta y eficaz ayuda a los damnificados de la región», El Nacional, 05/08/1948, p. 1 (...)

83Suite à ces inondations, et pour la première fois, un « accord de deuil national100 » est décrété par la chambre des députés qui demande à l’armée « d’offrir une aide rapide et efficace aux sinistrés de la région101 ». La portée symbolique de cette manifestation est forte. Il s’agit de déclarer que c’est la Nation qui est en deuil, et non plus seulement une somme d’individus qui ont souffert. Il s’agit aussi de manifester la présence de l’État aux côtés de ceux qui pâtissent des conséquences de cet événement, et de l’engager dans les réparations de cette souffrance.

84Le 6 août, l’éventualité de déplacer les habitants et de restreindre les zones constructibles apparaît dans la presse. Un petit article dans El Nacional, en page 10, reprend le récit des événements, et se termine ainsi :

  • 102 «Queda ahora como lección profunda el tratar de prevenir semejantes catástrofes, el de realizar ob (...)

La profonde leçon qui demeure est qu’il nous reste à essayer de prévenir de telles catastrophes et de réaliser des ouvrages de défense ou déplacer les gens vers des lieux où ils ne puissent pas être menacés à nouveau par la montée des eaux. […] Que la disparition tragique de ces vies et de ces foyers serve d’avertissement pour empêcher de nouvelles larmes, de nouvelles douleurs et de nouvelles lamentations102.

  • 103 «suicidios colectivos».
  • 104 «La medida no va a tropezar con ninguna simpatía. Pero habrá que tomarle si se quieren impedir más (...)

85Sur le même thème, un article du 7 août dénonce le fait que l’on construise dans les lits asséchés des quebradas ou sur les bords des rivières. L’auteur de l’article qualifie ces pratiques de « suicides collectifs103 » dans la mesure où le danger de telles constructions est connu et que de telles tragédies sont par conséquent prévisibles. Il en appelle aux autorités pour interdire ce type de constructions, « mesure [qui] ne va rencontrer aucune sympathie mais qui doit être prise si l’on veut empêcher de nouveaux deuils publics104 ».

  • 105 «sin agua, sin servicios sanitarios, sin luz, y sin calles», El Universal, 9/08/1948.
  • 106 El Universal, 9/08/1948, p. 4.

86De nombreux articles établissent aussi un lien entre les coulées de boue et la question du logement, comme cet éditorial du 9 août paru dans El Universal qui évoque les problèmes rencontrés par « 60 % de la population de Caracas » qui construit sur les collines, « sans eau, sans services sanitaires, sans électricité et sans rues105 », à cause du manque d’intervention de l’État et de l’absence de planification. Cet article conclut en insistant sur l’importance du secteur privé pour résoudre la crise du logement et répondre au problème du risque auquel sont confrontées des milliers de familles à Caracas et à La Guaira. L’auteur de l’éditorial déplore enfin les sanctions économiques qui sont selon lui imposées aux propriétaires qui louent des logements et suggère une plus grande libéralisation de ce secteur106.

1951 : Dictature militaire et retour de la charité

  • 107 Les deux sources principales utilisées pour renseigner ce désastre sont les deux quotidiens nation (...)
  • 108 «Sepultada una familia», El Universal, 17/02/1951, p. 14.
  • 109 «Dos muertos y pérdidas incalculables», El Nacional, 17/02/1951, p. 1.
  • 110 «El desastre es de proporción nacional», El Nacional, 19/02/1951, p. 1.

87On trouve dans la presse de l’époque107 les premières nouvelles des pluies catastrophiques le samedi 17 février 1951, avec un article qui signale qu’« une famille a été ensevelie108 » et un autre qui annonce que les pluies ont causé « deux morts et des pertes incalculables109 ». Ce jour-là, pourtant, l’événement reste encore très localisé et ne concerne que quelques personnes dont la presse relate les histoires particulières. L’ampleur de la catastrophe apparaît le lundi 19 lorsque El Nacional annonce en première page : « Le désastre est de proportion nationale110 ».

  • 111 «El desastre es mayor que en 1948», El Nacional, 19/02/1951, p. 22.

88Les coulées de boue de février 1951 sont, au XXe siècle, celles qui sont citées comme les plus marquantes et les plus importantes (PNUD, 2000). C’est d’ailleurs ce qu’annonce aussi la presse puisque, dès le lundi 19, El Nacional titre : « Le désastre est pire qu’en 1948111 ».

  • 112 El Universal, 25/02/1951, p. 16.
  • 113 El Nacional, 26/02/1951, p. 22.
  • 114 El Nacional, 19/02/1951, p. 23.

89Le bilan des victimes est difficile à établir, puisqu’il est au cœur de certains enjeux politiques. El Nacional annonce en effet 20 morts le 18 février, mais la Junte militaire au pouvoir signale le même jour seulement 3 morts et le bilan que fait El Universal le 25 février est de 15 victimes112. Le compte serait de toutes façons proche de celui de 1948 – Sucre Aleman (1951) l’estime à une trentaine. Par contre les blessés et les sinistrés sont cette fois plus nombreux. Le 26 février, soit après la seconde vague, 465 personnes se trouvent dans les refuges de Maiquetía113. Les dégâts matériels sont aussi plus importants qu’en 1948. Dès le 19 février, on parle de 300 maisons détruites uniquement à La Guaira114.

  • 115 Cette expression désigne le nouveau quartier urbanisé de Macuto « La Guzmania » (voir chapitre 1).
  • 116 «La violencia de la creciente en Macuto fue extraordinaria y arrastró a la playa cerca de veinte a (...)
  • 117 El Universal, 19/02/1951, p. 28.
  • 118 El Universal, 22/02/1951, p. 12 et p. 32.
  • 119 El Universal, 24/02/1951, p. 24.
  • 120 L’ensemble de ces quartiers étaient situés sur ce qui constitue aujourd’hui le quartier de La Vegu (...)
  • 121 «Todos esos lugares ocupados en su mayoría por gente de la clase obrera quedaron virtualmente dest (...)
  • 122 El Universal, 28/02/1951, p. 12.

90À Macuto, les récits des premiers jours indiquent que le fleuve a débordé et s’est dirigé vers l’« Urbanisation115 » et que la violence de la crue à Macuto a été « extraordinaire et a enlevé une vingtaine de véhicules de la plage, dont certaines automobiles luxueuses116 ». L’ancienne maison de vacances du président Guzmán Blanco a été remplie de boue, la Pension Guanchez a du être évacuée dès le samedi et la Plaza de las Palomas est ensevelie sous la terre117. Le 22 février, les journaux signalent que le Río Macuto est à nouveau sorti de son lit et qu’il a tapissé de boue les rues de la ville, paralysant les travaux de nettoyage118. Quand le bilan final commence à pouvoir être tiré, Macuto est, avec Naiguatá, l’une des villes les plus fortement touchées119. Après les pluies du 25 et du 26 février, la presse déplore des centaines de maisons détruites à Macuto et quatre nouvelles victimes. Enfin, le 28 février, El Universal signale que l’Hôtel Miramar a été partiellement détruit par cette seconde vague, de même que des maisons dans le secteur appelé « las Veguitas » ainsi qu’à Pueblo Nuevo, Cerro Seco, Curiepito et Nuevo Mundo120, « tous ces lieux, occupés majoritairement par des gens de la classe ouvrière furent détruits. Il reste peu de maisons habitables. Le cerro de La Veguita a détruit de nombreuses maisons parmi lesquelles celles de… etc.121 ». Les sinistrés sont relogés provisoirement dans l’Hôtel Colonial ainsi que dans les maisons de vacances de commerçants et de résidents de Caracas122.

91Depuis décembre 1948, le pays est dirigé par la Junta de Gobierno qui a repris le pouvoir par un coup d’État. Depuis trois ans donc, le régime militaire mène d’une main de fer les États-Unis du Venezuela, avec depuis un an Germán Suárez Flamerich comme président de la Junte, dont le rôle reste cependant protocolaire. Le nouvel homme fort du régime est Marcos Pérez Jiménez, qui contrôle, depuis le ministère de la Défense, l’ensemble de l’appareil militaire (Langue, 1999).

  • 123 El Universal, 19/02/1951, p. 14.
  • 124 El Universal, 19/02/1951, p. 28

92Ce contexte politique transparaît à la fois dans la gestion de la crise et dans son traitement par la presse. Si en 1948 on notait une certaine tendance à la privatisation de l’assistance envers les sinistrés et l’apparition d’une nouvelle « société civile », en 1951, c’est à une forte reprise en main à la fois militaire et publique que l’on assiste. Ce sont les pompiers qui sont mis les premiers à l’œuvre123, le comportement héroïque du Bataillon n° 1 de l’Infanterie de Marine, de la Guardia Nacional et du personnel militaire du Littoral est salué124, et quelques figures de militaires se distinguent par leurs actions de sauvetage.

  • 125 «que se han tomado todas las medidas necesarias, en cuanto a la asistencia de los damnificados que (...)
  • 126 «gracias a las medidas de protección que se habían tomado a raíz de la inundación del 48», El Naci (...)
  • 127 El Nacional, 20/02/1951, p. 21.
  • 128 El Universal, 21/02/1951, p. 14 et El Universal, 24/02/1951, p. 1.

93Très vite, dans la soirée du 18 février, la Junte au pouvoir considère la nécessité d’organiser une conférence de presse. Au cours de celle-ci, elle reconnaît la gravité des événements et affirme qu’elle contrôle la situation. Elle assure que le nombre de victimes ne serait que de trois personnes et que « toutes les mesures ont été prises pour venir en assistance aux sinistrés qui sont nombreux125 ». Le Gouverneur du Distrito Federal, dont le Littoral dépend alors administrativement, explique le petit nombre de victimes par « les mesures de protection prises après l’inondation de 1948126 » et précise lui aussi que toutes les mesures d’assistance aux personnes sinistrées ont été mises en œuvre : refuge, distribution de vêtement et d’aliments127. Des mesures sanitaires sont adoptées par le ministère de la Santé : vaccination des « réfugiés » et distribution d’eau potable par camions-citernes, entre autres128.

  • 129 El Universal, 19/02/1951, p. 28, El Nacional, 19/02/1951, p. 23, El Nacional, 20/02/1951, p. 22.
  • 130 El Universal, 19/02/1951, p. 27.
  • 131 «la colecta que se hará, para reunir fondos con que atender a las necesidades inmediatas de los da (...)
  • 132 El Universal, 22/02/1951, p. 1.
  • 133 El Universal, 20/02/1951, p. 1, El Nacional, 20/02/1951 p. 22, El Universal, 21/02/1951, p. 1.

94Si la Junte est sur le Littoral dès le 18 pour évaluer les dégâts et organiser l’assistance129, dans le même temps l’aide « humanitaire » se met en place par le biais du « Comité de dames de la Croix-Rouge vénézuélienne » qui convoque dès le 19 février une réunion urgente130. Ce comité, présidé par l’épouse du président de la Junte, madame Rosario Suárez Flamerich, a pour objectif la « collecte de fonds pour les sinistrés des inondations131 ». Les épouses des membres de la Junte convoquent la Croix-Rouge, les Dames Israélites, la Casa Pro-Natal, le Comité Bolivarien de Dames, l’Association Vénézuélienne de Femmes, l’Union des Dames de l’Action Catholique, la Jeunesse Catholique Féminine, l’École Catholique de Service Social, le Foyer Américain ou encore le Groupe Culturel Féminin132. On remarquera que ces associations ont en commun d’être soit de confession religieuse, soit des regroupements féminins. Ces « dames patronnesses » se répartissent le travail et collectent des fonds auprès des banques, des différents ministères, des compagnies pétrolières, des commerces et des forces armées, ainsi que des marchandises auprès des magasins d’alimentation, des fabricants de chaussures et de vêtements133.

  • 134 «La tragedia de La Guaira impresiono a todos los nativos por ser la primera vez que ve al Río Osor (...)

95On trouve aussi dans les journaux de 1951 des articles qui mettent l’accent sur le caractère nouveau et exceptionnel de l’événement : « La tragédie de La Guaira a impressionné tous les natifs par le fait que c’est la première fois que l’on voit le Río Osorio sortir de son lit pour provoquer des désastres134 », alors que cette rivière est précisément celle qui a débordé le plus souvent et causé de façon récurrente des dégâts dans le port de La Guaira depuis le XVIIe siècle.

  • 135 El Nacional, 20/02/1951, p. 21.
  • 136 El Universal, 20/02/1951, p. 14.
  • 137 El Universal, 20/02/1951, p. 24.
  • 138 El Nacional, 23/02/1951, p. 25.
  • 139 El Universal, 25/02/1951, p. 16.

96La presse raconte également comment les sinistrés ayant perdu leur maison se réfugient dans des hangars135, ou comment certains habitants de Carayaca fuient par la montagne136. Elle signale et déplore les vols et les pillages des maisons riches de Macuto abandonnées par leurs propriétaires137. On trouve aussi des articles qui signalent que des sanctions seront prises à l’encontre des commerçants peu scrupuleux qui spéculent sur les prix des produits de première nécessité. La Junte instaure pour éviter cela des « marchés libres » sur le Littoral, qui fonctionnent avec des prix contrôlés et préférentiels138. De même, on peut lire comment certains chauffeurs des compagnies de transport entre La Guaira et Caracas ont été arrêtés par la police car ils avaient profité de la situation pour pratiquer des tarifs plus élevés pour des courses entre les deux villes139.

  • 140 El Universal, 21/02/1951, p. 4.
  • 141 El Universal, 21/02/1951, p. 28.
  • 142 «conservado por mucho tiempo en la memoria de la gente y hoy completamente olvidado», El Universal (...)
  • 143 «el hábito».
  • 144 «El desalojo y traslado de la gente que se considera con derecho a vivir sin seguridad y con despr (...)
  • 145 Institution créée en 1928 comme agence financière de l’État pour « faciliter aux ouvriers pauvres (...)
  • 146 «un vasto plan de construcción masiva de viviendas», El Universal, 24/02/1951, p. 5.
  • 147 «las condiciones sanitarias exijibles [sic] y de la confortabilidad que requiere la vivienda moder (...)

97Une fois la phase des premiers secours passée, il est question du relogement des sinistrés, estimés à environ 1 000 personnes140. On commence également à déplorer dans la presse que des mesures strictes pour empêcher les constructions au bord des rivières n’aient pas été prises après les inondations de 1948141. Et la notion d’oubli réapparaît alors, pour la première fois dans nos sources depuis le tremblement de terre de 1900. Ainsi, un article du 23 février mentionne les inondations désastreuses de 1798, en signalant que ces « événements lointains conservés pendant longtemps dans la mémoire des gens [sont] aujourd’hui complètement oubliés142 ». L’auteur de cet article regrette lui aussi « l’habitude143 » qu’ont les gens de construire dans les lits des rivières et suggère que la seule réponse face à cela est « de déloger et de déplacer les gens qui considèrent qu’ils ont le droit de vivre sans sécurité et en méprisant le danger144 ». Le Banco Obrero145, chargé de reloger les sinistrés de la région, envisage la mise en place d’un « vaste plan massif de construction de logements146 » (certains pour les ouvriers et d’autres pour la classe moyenne) dans « les conditions sanitaires et de confort qu’exigent les logements modernes147 ».

  • 148 El Universal, 18/02/1951, p. 16.
  • 149 El Universal, 19/02/1951, p. 14.
  • 150 El Nacional, 19/02/1951, p. 22.
  • 151 El Universal, 26/02/1951 p. 24.

98On mesure par ailleurs à travers les récits de la presse combien le Littoral des années 1950 est entré depuis peu dans la « modernité ». En effet, les journaux racontent que les communications téléphoniques sont coupées avec La Guaira et Macuto148, que les lignes électriques sont affectées et que la société régionale Electricidad de Caracas recommande aux secteurs industriels d’économiser l’énergie autant que possible149. La route reliant Caracas à La Guaira, très affectée par les éboulements de terrain est très rapidement dégagée par le ministère des Infrastructures150. C’est encore à cette époque la seule voie de communication entre Caracas et le Littoral, puisque les travaux de l’autoroute actuelle, entamés en 1948, ne seront terminés qu’en 1953. Enfin, on comprend que le rôle touristique du Littoral s’est récemment amplifié, puisque la presse déplore les pertes importantes que le désastre provoque pour les établissements hôteliers et les pensions151.

  • 152 Ma traduction.

99La gestion de l’urgence, ainsi que le souci porté aux infrastructures et aux problèmes de la reconstruction sont le reflet de l’idéologie dominante de la Junte militaire. Le mot d’ordre de « modernisation », l’interventionnisme de l’État sur les secteurs considérés comme stratégiques – transports, communications, logement – sont censés contribuer à la diffusion de ce qui sera promu en 1953 comme le « nouvel idéal national », qui se donne pour objectif la « transformation du milieu physique et l’amélioration morale, intellectuelle et matérielle des habitants » (Cilento et Fossi, 1998 : 37152).

100Ainsi, lors de ces inondations, le mouvement de laïcisation et de diversification des acteurs de la prise en charge amorcé au cours de la première moitié du XXe siècle est quelque peu stoppé. En effet, le contexte politique de la dictature de Pérez Jiménez (1948-1958) plonge la société vénézuélienne dans un climat où le secteur public est fortement dominé par l’intervention militaire. Les secours sont alors majoritairement assurés par l’armée qui organise vaccinations massives, évacuations, refuges, distributions de vêtements et de nourriture. D’autre part, avec la présence d’organisations confessionnelles et féminines, coordonnées par le « comité de dames » présidé par l’épouse du président de la Junte, on assiste au retour de la charité.

  • 153 El Nacional, 13/08/1948.
  • 154 «destrucción de los recursos forestales en las montanas», El Universal, 20/02/1951.
  • 155 Ingénieur, naturaliste et botaniste nord-américain dont l’action de conseil sous le régime de Góme (...)
  • 156 El Nacional, 22/02/1951, El Nacional, 28/02/1951.
  • 157 «No debemos hacer responsable [de lo ocurrido en el presente] la naturaleza […] el más preciado pa (...)
  • 158 «[la necesidad] de un plan integral de conservación de bosques y suelos en escala nacional», El Un (...)
  • 159 «el descuido en la conservación de la vegetación en los cerros», El Universal, 27/02/1951.
  • 160 «velar por el desarrollo armónico de la ciudad de Caracas y evitar que ese crecimiento pueda dañar (...)
  • 161 « Les logements urbains non planifiés affectent l’intégrité des ressources naturelles » et « De no (...)

101En 1951, on observe par ailleurs l’approfondissement d’un mouvement initié avec les coulées de boue de 1948. Il s’agit d’une transformation dans le rapport à la nature. L’urbanisation intensive que connaît le pays commence en effet à avoir des conséquences sur l’environnement naturel, et à partir des coulées de boue catastrophiques de 1948 puis de 1951, la préoccupation grandit. Si jusque-là il était surtout question de renforcer les systèmes de défense face aux menaces naturelles, dans les années 1950 un virage semble s’amorcer. On en trouve, dans la presse, plusieurs signes. L’érosion y est désignée comme une « menace » grandissante153, le changement de climat devient un sujet de préoccupation et est expliqué « par la destruction des ressources forestières dans les montagnes154 ». Les références à Henri Pittier155 se multiplient pour alerter l’opinion sur l’état de destruction des « ressources naturelles » du pays156. De nouvelles formules apparaissent, telles que : « Nous ne devons pas rendre responsable [de ce qui se passe actuellement] la nature […] le patrimoine le plus précieux de la Nation157 ». Peu à peu, la nécessité « d’un plan intégral de conservation des forêts et des sols à l’échelle nationale158 » se fraie une place dans les discours et l’on déplore la « négligence dans la conservation de la végétation dans les montagnes159 ». En janvier 1951 a lieu à Caracas la Première Convention de Conservation Urbaine ayant pour objectif de « veiller au développement harmonieux de la ville de Caracas et d’éviter que cette croissance puisse endommager de façon irréparable la structure naturelle sur laquelle est fondée la ville160 ». Au cours de cette Convention, il est fait le constat de l’imbrication de la nature et de la ville et de leur interdépendance161. La déclaration de principes qui suivra est un savant mélange d’idéologie moderne – basée sur le progrès, le développement urbain planifié et « sain » – et d’une conscience nouvelle à la fois de la limitation des ressources naturelles et des menaces qu’une mauvaise utilisation de celles-ci impliquent pour l’homme.

  • 162 Gaceta Oficial de la Republica de Venezuela n°25.841, 18/12/1958, Decreto n°473.
  • 163 «Conservación de los recursos naturales renovables», Gaceta Oficial de la Republica de Venezuela n (...)
  • 164 «para el esparcimiento saludable del pueblo y la atracción turística», Gaceta Oficial de la Republ (...)

102C’est dans ce contexte que la montagne El Ávila qui sépare Caracas du Littoral est décrétée Parc National le 18 décembre 1958162. Cette décision fait suite à un ensemble de mesures internationales comme la Convention pour la Protection de la Flore, de la Faune et de la Beauté Naturelle des pays d’Amérique, signée par le Venezuela le 12 octobre 1940. La création des Parcs Naturels répond alors à trois objectifs fondamentaux : la conservation des « ressources naturelles renouvelables163 », la création de centres de recherche scientifique et celle de sites adéquats « pour le repos sain du peuple et l’attraction touristique164 ». Il est donc prévu d’exproprier les propriétés privées qui se trouvent sur le territoire du nouveau Parc National. C’est désormais l’homme et l’urbanisation qui sont désignés comme des dangers potentiels pour la nature.

  • 165 The paternalistic paradigm.
  • 166 Ma traduction. Les deux premiers étant selon lui la prédation et la réciprocité.

103Autrefois crainte et devant être dominée et soumise, la nature est donc devenue un entité belle et fragile, dont l’homme est responsable et qu’il doit protéger des attaques incessantes et de la pression que le développement moderne exerce sur elle. On retrouve ici ce que Pálsson a désigné comme le paradigme du « paternalisme » (1996 : 69 165) et ce que Descola analyse comme le troisième mode de relation des hommes avec ce qui est non-humain : la protection (1996 : 90)166. Au milieu du XXe siècle, au Venezuela, cette transformation prend corps dans la création d’institutions, de Parcs Nationaux et dans la naissance d’un discours « conservationniste ». La présence de cette nouvelle vision ne modifiera cependant pas radicalement les pratiques, qu’elles soient économiques ou sociales, et l’urbanisation du Littoral se poursuivra, sur les flancs de El Ávila.

104Parallèlement à ce mouvement, l’homme a acquis, avec les coulées de boue de 1938, 1948 et de 1951, une nouvelle place dans les récits de désastres. Il n’en est plus seulement la victime ou le héros, mais il est également de plus en plus désigné comme coupable de l’ampleur de ces catastrophes, parce qu’il a construit dans des zones dangereuses, n’a pas pris les mesures nécessaires pour les éviter ou a oublié les leçons des désastres précédents. L’homme est également jugé capable de s’en relever, avec l’aide de l’intervention publique et des institutions sociales. Il n’est pas question, dans la presse des années 1930 à 1950, de responsabilité divine ou magique, et la prière ou la foi sont peu invoquées pour soulager la souffrance des victimes. Catastrophes qualifiées de « sociales » avant tout, les inondations de ces années-là sont gérées par l’État, qui subit par ailleurs une pression de plus en plus forte pour mettre en place des actions efficaces de prévention. L’époque est marquée par l’empreinte d’un positivisme croissant et d’une laïcisation certaine.

1967 : Hôtels de luxe et célébrités. Le tremblement de terre de la prospérité

  • 167 El Universal, 30/07/1967, p. 1 et 8.

105C’est en 1967 qu’un nouveau tremblement de terre secoue Caracas et le Littoral, alors que la capitale célèbre le quatre centième anniversaire de sa fondation. Une secousse de 32 secondes, répertoriée à 6 sur l’échelle de Richter, se produit le samedi 29 juillet à 20 heures. Dès le lendemain, la presse relate en première page l’événement et ses conséquences, dont la plus marquante est le nombre de blessés qui atteindrait 3 000 à Caracas et 600 sur le Littoral. Le nombre de morts, quant à lui, serait selon les premières estimations d’une quarantaine de personnes au total167.

  • 168 El Universal, 30/07/1967, p. 1.

106La « panique » provoquée par l’événement aurait conduit les habitants de la capitale à se réfugier dans les parcs et sur les places, parfois en tenues légères ou même nus, selon les premiers reporters168. Mais la presse souligne également la retenue et l’attitude civique dont ont su faire preuve « les citoyens ».

  • 169 El Universal, 31/07/1967, p. 1.

107À travers un titre en première page de El Universal le 31 juillet, apparaît une histoire qui restera dans les mémoires, celle du « miracle de la croix ». La croix de la cathédrale de Caracas est effectivement tombée du mur sur lequel elle était accrochée, marquant le trottoir de sa trace, ce qui fut interprété par certains fidèles comme un miracle puisque selon eux la secousse s’est arrêtée immédiatement au moment où elle toucha le sol169.

  • 170 «El Ayuntamiento de Caracas confía en el espíritu de abnegación de la colectividad capitalina, el (...)

108Pour rester dans le registre du religieux, on trouve aussi cette phrase, à la fin du compte rendu de la session extraordinaire du Conseil Municipal : « La Mairie de Caracas compte sur l’esprit d’abnégation de la collectivité de la capitale, qui, uni à la Divine Providence, nous aidera à surmonter ces moments douloureux170 ».

  • 171 «El único castigo del que podría hablarse sería el originado por nuestra imprevisión al construir. (...)
  • 172 «Es simplemente pura casualidad que la cruz hubiera caído de ese modo», El Nacional, 2/08/1967, p. (...)

109L’Église, elle, prête assistance aux sinistrés à travers son organisation Caritas. Les groupes Action catholique, les Cours de chrétienté et le Mouvement familial chrétien collaborent avec la Croix-Rouge pour distribuer des aliments et fournir des logements provisoires aux familles restées sans abri. Mais l’évêque de Caracas assure aussi que l’on ne doit pas parler de châtiment divin à propos du tremblement de terre et que « le seul châtiment dont on peut parler est celui de notre imprévision dans nos constructions. N’imputons pas à Dieu ce qui est de la responsabilité exclusive des hommes171 ». Quant au « miracle de la croix », il ne s’agit selon lui que d’un « pur hasard qu’elle soit tombée de cette façon172 ».

110Avec ce tremblement de terre on voit donc réapparaître dans la presse des explications religieuses de l’événement, qui en étaient absentes au cours des inondations de 1938, 1948 et 1951. Autour du « miracle de la croix » se confrontent deux visions. L’une est celle des fidèles qui interprètent l’événement comme un « signe » ou un « miracle » puisque la chute marque selon eux la fin immédiate de la secousse. L’autre est celle des autorités religieuses qui réfutent ce genre d’interprétations et inscrivent l’événement dans le domaine social. Cette fois, c’est donc l’Église elle-même, comme institution, qui s’affirme délibérément détachée des interprétations relevant du châtiment ou du signe divin, ce en quoi elle se confronte à un discours du sens commun qui continue à trouver dans le domaine religieux des explications satisfaisantes au phénomène catastrophique.

111Écrit par un habitant d’un quartier populaire de Macuto à Vargas qui a vécu le tremblement de terre de 1967, ce poème souligne la permanence de l’interprétation religieuse des causes de l’événement.

  • 173 Poème enregistré au cours d’un entretien, Macuto, 20/11/2003.

Y comienzo por decirte que el 29 de Julio
Yo se lo agradezco a Dios por ese gran terremoto
Pero a mi no me llevó
Él entró por El Caribe en Altamira salió
Él llegó a los Palos Grandes y ahí fue donde destrozó
El terremoto llegó en forma muy sorprendente
El cielo estaba vació y Dios necesitaba gente
Fue un sábado en la noche cuando él se presentó
Que tan fuerte fue ese ruido que todo el mundo se asustó
Él destruyó El Caribe y parte de Caraballeda
Él no destruyó en Macuto porque no sabía donde era
Él destruyó casas y edificios en todo los más poblado
Él no destruyó en Macuto porque ya estaba cansado173.

112Traduction :

Et je commence par te dire que le 29 juillet
Je remercie Dieu pour ce grand tremblement de terre
Mais moi, il ne m’a pas emporté
Il est entré à El Caribe et est sorti à Altamira
Il arriva à Los Palos Grandes et c’est là qu’il fit des dégâts
Le tremblement de terre est arrivé de façon très surprenante
Le ciel était vide et Dieu avait besoin de gens
C’était un samedi soir quand il s’est présenté
Ce bruit fut tellement fort que tout le monde eut peur
Il détruisit El Caribe et une partie de Caraballeda
Il ne détruisit pas Macuto parce qu’il ne savait pas où c’était
Il détruisit maisons et immeubles, là où c’était le plus peuplé
Il ne détruisit pas Macuto, parce qu’il était fatigué.

  • 174 El Universal, 31/07/1967, p. 1.
  • 175 «Ariel Severino. Director de la T.V. entre desaparecidos del Edificio Neveri.», El Universal, 31/0 (...)
  • 176 «Suegra del Presidente de PAS entre víctimas del “Charaima”», El Universal, 31/07/1967, p. 26.

113Sur le Littoral, c’est Caraballeda qui a été la plus touchée, en particulier à cause de la destruction de la « Mansión Charaima » et de l’hôtel Macuto Sheraton, deux hauts lieux du tourisme réservés aux membres de la haute société de Caracas. La particularité de ce tremblement de terre est en effet que les dommages les plus forts se sont produits dans l’est de la capitale notamment dans le secteur de Los Palos Grandes et dans les zones de l’est de Vargas. Cette fois, les principales victimes ne sont pas les populations les plus pauvres mais les habitants des quartiers riches. Dans la presse, on déplore ainsi parmi les victimes des familles célèbres dont la liste est détaillée174. Dans les jours qui suivent l’événement et au fur et à mesure que les recherches de corps avancent, les journaux signalent par exemple que « le réalisateur de télévision et de cinéma Ariel Severino est parmi les disparus175 » ou que « la belle-mère du publiciste, président de l’organisation PAS, fait partie des victimes176 ». Cet événement nous confirme donc que l’est du Littoral est devenu en ces années 1960 une zone hautement touristique, pourvoyeuse de résidences, d’hôtels luxueux, de clubs de plage, où vient se détendre l’élite de Caracas.

  • 177 «El terremoto obliga a la reflexión. Es indispensable […] estudiar y resolver los problemas centra (...)

114Pourtant, si les quartiers pauvres ne sont pas cette fois au cœur des préoccupations, cela n’empêche pas certains de leur consacrer quelques lignes. C’est le cas de José Herrera Oropeza, célèbre avocat, journaliste et militant des droits de l’homme, qui rappelle que « le tremblement de terre oblige à la réflexion [sur] les problèmes centraux de la capitale et du pays. L’un d’entre eux est celui des ranchos où les marginaux vivent de la culture de la pauvreté, pour le dire avec les mots de Lewis. Ce secteur n’a pas souffert de conséquences majeures. Mais quelles seraient les proportions de la tragédie si cela avait été le cas ?177 ». Cette préoccupation illustre les inégalités grandissantes dont la société vénézuélienne est le théâtre au cours de ces années malgré tout prospères.

  • 178 El Universal, 31/07/1967, p. 1.
  • 179 «vacunación antitífica masiva de los hombres que actúan en labores de rescate», El Nacional, 2/08/ (...)
  • 180 «los efectos del sismo habían llegado a originar un estado de putrefacción en los cadáveres que aú (...)
  • 181 «constituye un serio peligro para la salud pública, sin llegar naturalmente a que se origine una p (...)

115Les secours immédiats sont organisés dans les hôpitaux, et les policiers, les pompiers, l’armée et la Guardia Nacional se mettent à l’œuvre pour dégager les décombres et porter secours aux blessés. Leur efficacité, tout comme celle de nombreuses entités privées telles que les radios et télévisions ayant participé à maintenir le calme, est saluée par les journaux178. Le président de la République Raúl Leoni qualifie la tragédie de « nationale » et déclare un deuil national de trois jours. La peur des épidémies apparaît dans la presse des jours suivants et l’Unité sanitaire du Littoral organise une « vaccination massive contre le typhus pour les hommes qui interviennent dans les travaux de secours179 ». Le médecin en charge explique que « les effets du séisme ont donné lieu à un état de putréfaction des cadavres qui restent encore prisonniers des décombres de certains édifices et que la viande et le poisson ont généré de par leur état de décomposition l’émanation d’odeurs nauséabondes180 », ce qui selon lui « constitue un sérieux danger pour la santé publique, sans naturellement arriver jusqu’à la peste, il est pourtant nécessaire dans ces cas-là de vacciner massivement toutes les personnes en contact avec les zones affectées et de leur fournir un masque à oxygène181 ».

  • 182 El Universal, 31/07/1967, p. 8.

116Suite au tremblement de terre, le Conseil Municipal du Distrito Federal se réunit en session extraordinaire le 30 juillet. Comme en 1951, des sanctions à l’encontre des spéculations éventuelles sur les articles de première nécessité et sur le transport public sont annoncées182. Quelques mesures de relogement pour les sinistrés sont également prévues. Elles ne sont cependant pas d’une très grande importance, comme en témoigne le peu de place qu’elles occupent dans la presse – un petit encart de quelques lignes en page 26 du numéro du 31 juillet. Nous sommes donc face à une catastrophe aux caractéristiques particulières, puisqu’elle ravage des lieux de tourisme et de prestige et touche des secteurs de la société qui ne correspondent pas à la figure « habituelle » de la victime des désastres précédents.

117En 1967, presque dix ans après la fin de la dictature, on retrouve une grande diversité d’acteurs qui interviennent dans la prise en charge du désastre. Sont signalées à la fois des entités publiques – policiers, pompiers, armée, Guardia Nacional –, des entités privées et des organisations religieuses qui collaborent avec la Croix-Rouge pour la distribution de nourriture et le relogement provisoire des sinistrés. Mais le fait que ce tremblement de terre se déroule dans les zones les plus riches du Littoral a aussi des conséquences sur la nature même de la prise en charge. La plupart des victimes a les moyens financiers de pourvoir à ses besoins et l’État intervient peu dans les solutions de relogement de ces familles souvent riches. Par contre, et de façon qui peut paraître paradoxale, la destruction des quartiers les plus riches a un impact symbolique fort sur la société vénézuélienne. Ce ne sont pas, cette fois, les constructions les plus précaires et les quartiers les plus pauvres qui sont touchés, mais les récentes urbanisations, symboles de la prospérité et de la modernité du pays.

  • 183 Décret présidentiel n° 96 du 16 juin 1969.
  • 184 Décret présidentiel n° 702 du 7 septembre 1971.
  • 185 Décret du 8 juin 1975.
  • 186 Article 322.

118On verra apparaître dans les années qui suivent de nouvelles institutions, créées pour améliorer la coordination des actions de secours et la prise en charge des désastres. En 1969, c’est le « Comando Unificado Médico Asistencial » (CUMA) puis le « Fondo de Solidaridad Social » (FUNDASOCIAL) qui voient le jour avec pour objectif de prévenir et de réparer les dégâts occasionnés par des calamités ou des catastrophes183. Par la suite, la « Commission de Défense Civile » qui naît en 1971 aura la fonction de planifier et coordonner les actions de secours et de réduction des dégâts184, assurée à partir de 1975 de l’appui des Forces Armées Nationales en cas d’urgence provoquée par des phénomènes naturels qualifiés de « calamités publiques185 ». L’organisme de la « Defensa Civil » sera finalement renommé, dans la Constitution de 1999 : « Protection Civile et Administration de Désastres186 ».

119La création de ces institutions confirme qu’à la fin du XXe siècle, c’est bien à la gestion publique qu’est confiée la prise en charge des désastres. La façon de penser la catastrophe a changé. Celle-ci n’est plus envisagée comme une calamité envoyée par un Dieu courroucé ou vengeur, mais est progressivement considérée comme un « dommage » provoqué par un « aléa » naturel se produisant sur une société « vulnérable ». Et la réduction de cette vulnérabilité incombe désormais aux diverses institutions publiques.

120Par ailleurs, la multiplication des institutions s’accompagne d’un élargissement de leurs prérogatives. Il ne s’agit plus seulement de gérer les conséquences néfastes des désastres, mais bien d’en diminuer les effets. La prévention devient alors une question centrale. Dès lors, on voit, supplantant les seuls militaires et institutions religieuses ou confessionnelles, apparaître à partir des années 1970 de nouveaux acteurs sur la scène de la prise en charge institutionnelle des catastrophes. Il s’agit d’acteurs spécialisés, tels que la Defensa Civil, dont les ressources humaines sont constituées de personnels experts : médecins ou personnel médical formé aux situations d’urgence, pompiers, spécialistes des systèmes de communication et d’alerte, ingénieurs…

  • 187 Dans le même temps, en 1972, le Club de Rome commande le célèbre rapport Meadows dont le titre fra (...)

121Ce mouvement de spécialisation s’inscrit dans un contexte international au sein duquel naît une préoccupation grandissante pour les conséquences des catastrophes « naturelles »187 et qui voit l’émergence de la notion de vulnérabilité, permettant de montrer que la sévérité des dommages dépend fortement du contexte économique et social du pays touché. L’UNDRO (United Nations Disaster Relief Organization) voit le jour en 1971, et c’est en 1979 que paraît le rapport du groupe d’experts de l’organisation qui met l’accent sur la nécessité de passer de l’assistance à des actions centrées sur la planification et la prévention (López-Pélaez, 2003).

Notes

1 Il faut cependant souligner l’article de Eduardo Röhl, publié en 1949, qui s’est attaché à réaliser un historique sur les « Déluges dans les montagnes de la cordillère de la côte » depuis 1798. Au niveau national, deux documents m’ont essentiellement servi de base : le Catalogo de Sismos Sentidos o Destructores. Venezuela 1530/1998 (Grases, Altez et Lugo, 1999) et l’Inventario Nacional de Riesgos Geologicos (Singer, Rojas et Lugo, 1983). Pour tous les désastres du XXe siècle, j’ai procédé à une revue systématique de la presse nationale de l’époque de l’événement grâce au Département des périodiques de la Bibliothèque Nationale du Venezuela à Caracas et à son service de microfiches.

2 Le premier critère de sélection a consisté à ne retenir que les désastres qui se sont déroulés sur le territoire qui est aujourd’hui celui de l’État de Vargas. On peut certes penser que des désastres survenus dans d’autres régions ont pu également marquer les habitants du Littoral, mais en se limitant à ce critère, on recentre l’étude sur une seule unité géographique, et on fait l’hypothèse que les événements locaux ont plus de chances d’avoir eu un impact sur la vie de la région.

3 D’après le glossaire du CRED, Center for Research on the Epidemiology of Disasters, de Louvain-la-Neuve, et celui de l’ISDR, International Strategy for Disaster Reduction, de l’Organisation des Nations Unies.

4 Ma traduction.

5 Et mentionné dans l’ouvrage de Grases, Altez et Lugo (1999), auquel nous nous référerons dans la suite de ce chapitre comme au Catalogue, à la page 66.

6 « Más de 200 personas y entre estos más de 80 vecinos » (Catalogue, p. 67). À l’époque coloniale, ce terme désigne les pères de familles, les paterfamilias, dont le nombre et le rôle sont essentiels pour le peuplement (García Sanchez, 2002 : 70).

7 Catalogue, p. 67.

8 Dans un article « Temblores y Terremotos » paru dans El Independiente de Caracas en mars-avril de 1862 et dans le Catalogue, p. 66.

9 Alain Musset (1996) montre en effet que la solution du déplacement puis de la reconstruction d’une ville engendrait des coûts que de nombreux habitants n’étaient pas toujours prêts à assumer.

10 Cette communication est reprise par Röhl (1949), PNUD (2000) et López, Bello, González et al. (2003).

11 «Extracto de los acaecimientos observados en el puerto de La Guaira desde el día 11 al 14 de Febrero de 1798».

12 Archivo General de la Nación, Sección Gobernación y Capitanía General, Tomo LXIX, año 1798, folio 14 et suivants, cité par Altez (2005).

13 Quand cela était possible, j’ai systématiquement cherché des informations sur la ville de Macuto. Celle-ci faisant l’objet d’une attention particulière dans ce travail puisqu’elle constitue le cœur du terrain de mes enquêtes ethnographiques, il m’a semblé intéressant de rassembler, outre les informations générales sur la région, tous les détails concernant ce secteur en particulier.

14 «Socorros de comidas y bebida».

15 Dans le contexte colonial, le terme désigne à la fois une « communauté politique structurée », la « cité » et le « peuple ». Pour les enjeux autour de cette notion au moment de l’Indépendance, voir Hébrard (1997).

16 «Considero este Pueblo digno de toda compasión y acreedor a que el modo sea posible, se le consuele y auxilie.»

17 «semejantes desgracias».

18 «la defensa de la plaza contra los enemigos, del resguardo contra el comercio furtivo, y de la conservación del pueblo contra las aguas».

19 «La rapida violencia de las aguas no respetaban cosa artificial ni aun de las naturales»

20 La toise était une unité de mesure française, crée par l’ingénieur Langlois en 1735 et mesurant 1 949 mètres.

21 «La voz comun confiesa que la causa de tan terrible daño procede de los desmontes, banqueros, piedras arrancadas y demas […] en la abertura de los caminos de las alturas».

22 «Las aguas estancadas que infectaban los almacenes, los sótanos y los calabozos de la cárcel pública esparcían sin duda miasmas en el aire, los cuales, como causas predisponentes, pueden haber acelerado el desarrollo de la fiebre amarilla».

23 «El terrible golpe que ha descargado la Mano poderosa sobre este desgraciado Pueblo».

24 «que fue voluntad de Dios mostrar su misericordia».

25 «pero a Dios gracias si haber peligrado ninguna persona».

26 Altez (1999) a montré que ce que l’on avait longtemps pris pour un seul tremblement de terre entre les Andes et Caracas était en réalité une double secousse, à une heure d’intervalle.

27 Catalogue, p. 112.

28 Catalogue, p. 112.

29 Avant de désigner les constructions précaires qui constituent la majorité des habitations des quartiers populaires du pays, le « rancho » était, pendant la période coloniale, une hutte ou une case en paille.

30 Catalogue, p. 112.

31 Inventaire, p. 57.

32 Catalogue, p. 111.

33 Catalogue, p. 112.

34 Catalogue, p. 112.

35 Catalogue, p. 111.

36 Ma traduction.

37 Cunill Grau parle de 10 000 à 12 000 morts à Caracas (1987 : 445), se basant sur le « témoignage » de l’archevêque Narcisso Coll y Prat. Caracas comptait, en 1810, 42 000 habitants (Chen et Picouet, 1979).

38 «La experiencia ha enseñado y la seguridad individual conoce las ventajas de refundarla en sitio escampado y, por otra parte, la seguridad de intereses y comercio exigen sea dentro de muros» (in Altez, 2005).

39 Le clergé est alors en train de se battre contre la Constitution de la Première République qui abolit certains de ses privilèges (Hébrard, 1996).

40 Coll y Prat (1960), cité par García Sanchez (2002 : 58).

41 « Caracas ya no existe, y casi todos os pueblos que la siguieron rebelde han pagado su nefando delito […] El Dios de la venganza ha mandado a los elementos nos recuerden el justo furor con que castiga los crímenes », cité par Altez (1999 : 116).

42 «Si se opone la Naturaleza, lucharemos contra ella y la haremos que nos obedezca». Pour certains auteurs, Bolívar n’a pas pu prononcer cette phrase, voir les discussions à ce sujet dans Altez (2006).

43 Environmental orientalism (ma traduction).

44 Ce journal qui se présente sur sa première page comme un « quotidien humoristique illustré » est fondé en janvier 1900 par Luis Muñoz Tebar. Cet ingénieur, formé à l’Université Centrale du Venezuela, se spécialise comme ingénieur hydraulique aux États-Unis. Son journal de satire et de caricatures dans lequel il dessine sous le pseudonyme de Lumet, sera interdit en février 1901 pour avoir exercé une incessante critique du président Cipriano Castro.

45 «Dicen de Macuto: “Aquí todo esta en el suelo. Varias personas muertas […] El río se encuentra entre los escombros […] El Hotel Famila cayó”. ¡Esto da pavor!», El Tiempo, 29/10/1900, p. 2.

46 El Tiempo, 6/11/1900, p. 3.

47 El Tiempo, 6/11/1900, p. 3

48 «No como cuando el terremoto de 1812 salieron las gentes confesándose, casándose, ni orando a gritos por calles y plazas; sino, recogidas por familias, luego que se creyeron en lugar seguro y recobradas sus facultades mentales, elevaron entonces sus plegarias al Cielo», El Tiempo, 3/11/1900.

49 «Se suplica a los comerciantes y a todas las demás personas que deseen contribuir con su óbolo al socorro de las victimas del terremoto […]», El Tiempo, 5/11/1900, p. 3.

50 «¡Caridad!»

51 «… las alas pavorosas del ángel de la muerte».

52 «La Caridad, esa hija predilecta del Cristianismo, acude presurosa a ofrecer sus consuelos a los que gimen y padecen», La Linterna Mágica, 4/11/1900, p. 1.

53 El Tiempo, 6/11/1900, p. 3.

54 El Tiempo, 7/11/1900, p. 3.

55 «Allí está [el Titán], pues, despierto en sus cavernas tanteándolo todo y no debemos echarlo al olvido para que nuestras construcciones se hagan con una DISTRIBUCIÓN y una SOLIDEZ propia para los que vivimos sobre la cabeza de tan terrible enemigo, y allí está para recordarnos todo lo que hoy necesita reparación, y que debe hacerse esta de manera completa y no superficialmente.»

56 «Hoy es un tema obligado para todos “La construcción de edificios” porque es natural que juiciosamente nos preocupemos del porvenir. ¿La ausencia del peligro inmediato, alejará también de nosotros el deseo de estudiar concienzudamente un tema de tanta importancia? Probablemente sí», El Tiempo, 16/11/1900.

57 El Tiempo, 19/11/1900.

58 «… consideramos [este fenómeno] un castigo o un aviso del cielo, por más que la ciencia divague o acierte en sus razonamientos para explicárnoslos».

59 «Levantemos a Macuto», El Tiempo, 10/11/1900, p. 2.

60 «… pueblecito más bello, más útil y más simpático que ha tenido Venezuela».

61 «… una fuerza extraña, una de esas terribles combinaciones que prepara la Tierra para sus necesidades», El Tiempo, 10/11/1900, p. 2.

62 «Notas técnicas sobre terremotos».

63 Père de Luis Muñoz Tebar (le caricaturiste Lumet et fondateur de La Linterna Mágica), lui aussi ingénieur et également militaire et homme politique.

64 «Los movimientos seísmicos y las construcciones».

65 «… al progreso de la Ciencia, que es la base de la civilización», El Tiempo, 5/11/1900.

66 La principale source utilisée pour le traitement de ces inondations est le quotidien national El Universal.

67 Les termes de barrios et de cerros désignent tous les deux les quartiers populaires construits dans les hauteurs qui entourent Caracas et sur les flancs nord de la montagne El Ávila, du côté du littoral. Littéralement, le premier se traduit par « quartier » et le second par « coteau » ou « colline ».

68 El Universal, 30/11/1938, p. 1.

69 «… prestaba sus servicios en el Aseo Urbano», El Universal, 30/11/1938, p. 1.

70 «El Barrio Puerto Claro de La Guaira habitado por gentes pobres amenaza caerse de manera inminente, por lo que se encuentra en peligro la vida de numerosas familias proletarias», El Universal, 30/11/1938, p. 4.

71 «… a las autoridades velen por la suerte de tantas familias pobres que han quedado en la miseria y en el desamparo», El Universal, 30/11/1938, p. 4.

72 Ministerio de Obras Públicas (MOP).

73 El Universal, 30/11/1938, p. 20.

74 El Universal, 1/12/1938, p. 7.

75 El Universal, 2/12/1938, p. 1.

76 «Por cuanto es deber de la Administración Publica asistir a la ciudadanía en los graves conflictos creados por siniestros que la aflijen [sic]», El Universal, 2/12/1938, p. 1.

77 «Continúan activamente las labores de salvamento y de auxilio bajo la dirección de las autoridades», El Universal, 2/12/1938, p. 1.

78 «Parcialmente restablecido el trafico entre La Guaira y Naiguatá», El Universal, 2/12/1938, p. 1.

79 «para que se comience a edificar las habitaciones necesarias para cobijar a las numerosas personas que quedaron sin hogar», El Universal, 3/12/1938, p. 3.

80 «… el ciudadano Gobernador del Distrito Federal, […] recorrió los terrenos disponibles en Maiquetía para la construcción de casas baratas», El Universal, 3/12/1938, p. 3.

81 «La señora Presidenta de la Cruz Roja y un grupo de samaritanas a la vez que varias enfermeras enviadas por el Ministerio de Sanidad y Asistencia Social se encuentra en el Litoral prestando sus servicios», El Universal, 3/12/1938, p. 3.

82 «Hemos repetido que en Venezuela lo que se necesita es administración; y es llegado el momento de demostrar positiva capacidad administrativa, de espaldas o por encima al mismo vocinglerio [sic] político…», El Universal, 1/12/1938, p. 1.

83 Gaceta Oficial 19.637 du 17 juillet 1938.

84 Décret 175 du 7 septembre 1943.

85 Nous disposons en outre d’une nouvelle source, qui va acquérir toute son importance dans le pays au fil des années, puisque le quotidien El Nacional a entre-temps vu le jour en 1943. Les articles utilisés pour analyser le désastre de 1948 sont uniquement recueillis dans El Nacional.

86 «300 familias sin hogar a causa de la catástrofe del Litoral», El Nacional, 4/08/1948, p. 1.

87 «más de 26 muertos y cerca de 60 heridos», El Nacional, 4/08/1948, p. 2.

88 «un número desconocido de cadáveres».

89 El Universal, 08/08/1948, p. 14 et El Nacional, 04/08/1948, p. 16.

90 «las grandes palas mecánicas y los tractores del MOP despejaron parcialmente la ruta, permitiendo el acceso de los vehículos pequeños», El Nacional, 4/08/1948, p. 2.

91 Sobrevivientes de la catástrofe.

92 Refugiados.

93 Damnificados.

94 Juntas Pro-Damnificados.

95 El Nacional, 4/08/1948, p. 2.

96 El Nacional, 06/08/1948, p. 20.

97 «se declara Duelo Oficial en todas las Logias de esta Obedencia» […]«se ordena al Gran Hospital de la Gran Logia entregar […] a cantidad existente en la caja para prestar inmediatamente todos los auxilios que sean necesarios a los damnificados y demás personas necesitadas con ocasión del desastre ocurrido», El Nacional, 07/08/1948, p. 8.

98 El Nacional, 07/08/1948, p. 18.

99 «El Comité Gubernamental Informa Sobre Diligencias Realizadas en el Litoral», El Universal, 08/08/1948, p. 14.

100 «Acuerdo de duelo nacional», El Nacional, 5/08/1948, p. 19

101 «… a prestar pronta y eficaz ayuda a los damnificados de la región», El Nacional, 05/08/1948, p. 19.

102 «Queda ahora como lección profunda el tratar de prevenir semejantes catástrofes, el de realizar obras de defensa o de traslado de las gentes hacia sitios donde no puedan ser amenazados de nuevo por la crecida de las aguas […] Que la trágica desaparición de estas vidas y de estos hogares, sirva de saludable aviso para impedir nuevas lágrimas, nuevos dolores y nuevas lamentaciones», El Nacional, 6/08/1948, p. 10.

103 «suicidios colectivos».

104 «La medida no va a tropezar con ninguna simpatía. Pero habrá que tomarle si se quieren impedir más duelos públicos», El Nacional, 07/08/1948, p. 4.

105 «sin agua, sin servicios sanitarios, sin luz, y sin calles», El Universal, 9/08/1948.

106 El Universal, 9/08/1948, p. 4.

107 Les deux sources principales utilisées pour renseigner ce désastre sont les deux quotidiens nationaux El Universal et El Nacional.

108 «Sepultada una familia», El Universal, 17/02/1951, p. 14.

109 «Dos muertos y pérdidas incalculables», El Nacional, 17/02/1951, p. 1.

110 «El desastre es de proporción nacional», El Nacional, 19/02/1951, p. 1.

111 «El desastre es mayor que en 1948», El Nacional, 19/02/1951, p. 22.

112 El Universal, 25/02/1951, p. 16.

113 El Nacional, 26/02/1951, p. 22.

114 El Nacional, 19/02/1951, p. 23.

115 Cette expression désigne le nouveau quartier urbanisé de Macuto « La Guzmania » (voir chapitre 1).

116 «La violencia de la creciente en Macuto fue extraordinaria y arrastró a la playa cerca de veinte automóviles, contándose entre ellos lujosos coches», El Universal, 19/02/1951, p. 28.

117 El Universal, 19/02/1951, p. 28.

118 El Universal, 22/02/1951, p. 12 et p. 32.

119 El Universal, 24/02/1951, p. 24.

120 L’ensemble de ces quartiers étaient situés sur ce qui constitue aujourd’hui le quartier de La Veguita, dans lequel a été menée une grande partie des enquêtes ethnographiques de cette recherche (voir chapitre 7).

121 «Todos esos lugares ocupados en su mayoría por gente de la clase obrera quedaron virtualmente destruidos. Las casas en condiciones habitables son muy pocas. El cerro de “La Veguita” destruyó varias casas, entre ellas las de… etc», El Universal, 28/02/1951.

122 El Universal, 28/02/1951, p. 12.

123 El Universal, 19/02/1951, p. 14.

124 El Universal, 19/02/1951, p. 28

125 «que se han tomado todas las medidas necesarias, en cuanto a la asistencia de los damnificados que son numerosos», El Universal, 19/02/1951, p. 14.

126 «gracias a las medidas de protección que se habían tomado a raíz de la inundación del 48», El Nacional, 20/02/1951, p. 21

127 El Nacional, 20/02/1951, p. 21.

128 El Universal, 21/02/1951, p. 14 et El Universal, 24/02/1951, p. 1.

129 El Universal, 19/02/1951, p. 28, El Nacional, 19/02/1951, p. 23, El Nacional, 20/02/1951, p. 22.

130 El Universal, 19/02/1951, p. 27.

131 «la colecta que se hará, para reunir fondos con que atender a las necesidades inmediatas de los damnificados», El Universal, 22/02/1951, p. 1.

132 El Universal, 22/02/1951, p. 1.

133 El Universal, 20/02/1951, p. 1, El Nacional, 20/02/1951 p. 22, El Universal, 21/02/1951, p. 1.

134 «La tragedia de La Guaira impresiono a todos los nativos por ser la primera vez que ve al Río Osorio salirse de su madre para ocasionar siniestros», El Universal, 19/02/1951, p. 28.

135 El Nacional, 20/02/1951, p. 21.

136 El Universal, 20/02/1951, p. 14.

137 El Universal, 20/02/1951, p. 24.

138 El Nacional, 23/02/1951, p. 25.

139 El Universal, 25/02/1951, p. 16.

140 El Universal, 21/02/1951, p. 4.

141 El Universal, 21/02/1951, p. 28.

142 «conservado por mucho tiempo en la memoria de la gente y hoy completamente olvidado», El Universal, 23/02/1951, p. 4.

143 «el hábito».

144 «El desalojo y traslado de la gente que se considera con derecho a vivir sin seguridad y con desprecio del peligro», El Universal, 23/02/1951, p. 4.

145 Institution créée en 1928 comme agence financière de l’État pour « faciliter aux ouvriers pauvres l’acquisition de maisons économiques et hygiéniques ». Il s’agit d’une institution centrale au cours des années 1940-1950 pour tout ce qui concerne les questions du logement. C’est à travers elle que Pérez Jiménez livrera à partir de 1952 la « bataille contre le rancho » qui tentera de substituer aux ranchos de Caracas et du Littoral des barres d’immeubles connues sous le nom de « superbloques » (Cilento et Fossi, 1998, ma traduction).

146 «un vasto plan de construcción masiva de viviendas», El Universal, 24/02/1951, p. 5.

147 «las condiciones sanitarias exijibles [sic] y de la confortabilidad que requiere la vivienda moderna», El Universal, 24/02/1951, p. 5.

148 El Universal, 18/02/1951, p. 16.

149 El Universal, 19/02/1951, p. 14.

150 El Nacional, 19/02/1951, p. 22.

151 El Universal, 26/02/1951 p. 24.

152 Ma traduction.

153 El Nacional, 13/08/1948.

154 «destrucción de los recursos forestales en las montanas», El Universal, 20/02/1951.

155 Ingénieur, naturaliste et botaniste nord-américain dont l’action de conseil sous le régime de Gómez a joué un rôle important dans l’implantation d’une recherche sur l’agriculture et la botanique dans le pays (Mc Cook, 2003). Le premier Parc National du Venezuela, créé en 1937, porte son nom depuis 1953.

156 El Nacional, 22/02/1951, El Nacional, 28/02/1951.

157 «No debemos hacer responsable [de lo ocurrido en el presente] la naturaleza […] el más preciado patrimonio de la Nación», El Nacional, 22/02/1951.

158 «[la necesidad] de un plan integral de conservación de bosques y suelos en escala nacional», El Universal, 25/02/1951.

159 «el descuido en la conservación de la vegetación en los cerros», El Universal, 27/02/1951.

160 «velar por el desarrollo armónico de la ciudad de Caracas y evitar que ese crecimiento pueda dañar irreparablemente la estructura natural en que se asienta la ciudad», Revista del Colegio de Ingenieros de Venezuela, n° 191, Febrero 1952, p. 1.

161 « Les logements urbains non planifiés affectent l’intégrité des ressources naturelles » et « De nombreux foyers urbains sont menacés par des fleuves et des rivières », Revista del Colegio de Ingenieros de Venezuela, n° 191, Febrero 1952, p. 4.

162 Gaceta Oficial de la Republica de Venezuela n°25.841, 18/12/1958, Decreto n°473.

163 «Conservación de los recursos naturales renovables», Gaceta Oficial de la Republica de Venezuela n° 25.841, 18/12/1958, Decreto n° 473.

164 «para el esparcimiento saludable del pueblo y la atracción turística», Gaceta Oficial de la Republica de Venezuela n° 25.841, 18/12/1958, Decreto n° 473.

165 The paternalistic paradigm.

166 Ma traduction. Les deux premiers étant selon lui la prédation et la réciprocité.

167 El Universal, 30/07/1967, p. 1 et 8.

168 El Universal, 30/07/1967, p. 1.

169 El Universal, 31/07/1967, p. 1.

170 «El Ayuntamiento de Caracas confía en el espíritu de abnegación de la colectividad capitalina, el cual unido a la protección de la Divina Providencia nos ayudará a superar estos dolorosos momentos», El Universal, 31/07/1967, p. 8.

171 «El único castigo del que podría hablarse sería el originado por nuestra imprevisión al construir. No metamos a Dios en lo que es de la exclusiva culpa de los hombres.», El Nacional, 02/08/1967, p. D-10.

172 «Es simplemente pura casualidad que la cruz hubiera caído de ese modo», El Nacional, 2/08/1967, p. D-10.

173 Poème enregistré au cours d’un entretien, Macuto, 20/11/2003.

174 El Universal, 31/07/1967, p. 1.

175 «Ariel Severino. Director de la T.V. entre desaparecidos del Edificio Neveri.», El Universal, 31/07/1967, p. 30.

176 «Suegra del Presidente de PAS entre víctimas del “Charaima”», El Universal, 31/07/1967, p. 26.

177 «El terremoto obliga a la reflexión. Es indispensable […] estudiar y resolver los problemas centrales de la Capital y del país. Uno de ellos es el de los ranchos, el de los marginados que viven en la cultura de la pobreza, para decirlo con las palabras de Lewis. Este sector no sufrió consecuencias mayores. Pero, ¿cuales serían las proporciones de la tragedia si las hubiera sufrido?», El Nacional, 3/08/1967, p. A-4.

178 El Universal, 31/07/1967, p. 1.

179 «vacunación antitífica masiva de los hombres que actúan en labores de rescate», El Nacional, 2/08/1967, p. C-13.

180 «los efectos del sismo habían llegado a originar un estado de putrefacción en los cadáveres que aún permanecían aprisionados entre los escombros de algunos edificios y los comestibles –carne, pescado, embutidos, etc.– que dieron orígenes por su estado de descomposición a la emanación de olores nauseabundos», El Nacional, 02/08/1967, p. C-13.

181 «constituye un serio peligro para la salud pública, sin llegar naturalmente a que se origine una peste, pero es conveniente en estos casos vacunar masivamente a todas aquellas personas que tengan contacto con la zona afectada y proveerlas de una máscara de oxigeno», El Nacional, 02/08/1967, p. C-13.

182 El Universal, 31/07/1967, p. 8.

183 Décret présidentiel n° 96 du 16 juin 1969.

184 Décret présidentiel n° 702 du 7 septembre 1971.

185 Décret du 8 juin 1975.

186 Article 322.

187 Dans le même temps, en 1972, le Club de Rome commande le célèbre rapport Meadows dont le titre français est « Halte à la croissance ? ». Ce rapport dénonce le modèle industriel de développement et prévoit un épuisement rapide des ressources naturelles à l’échelle de la planète si le modèle n’est pas enrayé (Rogel et Aguado, 2000 ; Genestier et Wittner, 2004).

Notes de fin

a La pensée de Pope se traduirait et se résumerait mal, selon Jean-Pierre Dupuy (2005) dans ce « tout est bien » discuté par Voltaire, mais plus largement dans un « tout mal partiel n’est qu’un bien universel ».

b Lettre sur la Providence, 18 août 1756, citée par Dupuy (2005).

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : La Linterna Mágica, 30 octobre 1900, première page.Légende : « Comment Caracas s’est réveillée hier matin ». Auteur : Lumet
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Légende Illustration 2 : La Linterna Mágica, 1er Novembre 1900, p. 2.Légende : « Le Titan dormait depuis 1812… ». Auteur : Lumet
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Illustration 3 : El Universal, 1/12/1938, p. 1.Légende : « À propos du sinistre sur le Littoral ».
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Légende Illustration 4 : Première page El Nacional, 04/08/1948. « 300 Familles sans abri à cause de la catastrophe du Littoral. Les équipes continuent à creuser à la recherche de victimes enterrées »
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 378k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540