Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie d’une catastrophe

 | 
Sandrine Revet

Première partie. Urbanisation et désastres : oubli ou modernité ?

Chapitre 1. De l’Hacienda au Club de Plage : peuplement et urbanisation de Vargas

Texte intégral

1L’hypothèse qui consiste à penser que les désastres qui ont frappé le Littoral depuis le XVIIe siècle ont été oubliés nous invite à comprendre ce qui s’avère problématique dans cet « oubli ». Ces événements posent problème à la société vénézuélienne parce qu’ils provoquent des victimes et des dégâts, mais aussi – et la nuance est importante – en ce qu’ils mettent en danger une quantité de personnes de plus en plus grande, qui augmente avec l’urbanisation de la zone.

2Dans la rencontre entre la question urbaine et celle de l’oubli, c’est donc le rapport au risque que l’on voit progressivement se dessiner. On s’attachera ici à comprendre les logiques qui ont accompagné le peuplement puis l’urbanisation du Littoral depuis l’époque coloniale. Il s’agit avant tout de dresser le portrait de la région et d’ajouter à la dimension historique une épaisseur spatiale. Car si les désastres que nous allons évoquer se sont abattus sur des sociétés qui se transformaient en fonction des époques – avec ce que cela implique en termes de réactions, de prise en charge, de construction de sens –, ils se sont aussi déroulés dans des contextes spatiaux différents.

  • 1 Voir infra l’encadré sur cette notion.

3Les caractéristiques géographiques du Littoral doivent avant tout être signalées, dans la mesure où elles contribuent à rendre ce territoire particulièrement « vulnérable1 ». En effet, cette étroite bande de terre est située au pied de la montagne El Ávila, dont le sommet le plus haut atteint 2 765 mètres avec une distance horizontale à la mer qui n’est parfois que de huit kilomètres. Les 120 kilomètres de côte qui vont du Río Maya à l’ouest au Río Chuspa à l’est sont caractérisés par de fortes pentes que parcourent 22 fleuves et 30 quebradas.

  • 2 Ma traduction.

4Le Littoral, ayant acquis avec l’histoire et en particulier avec la « modernisation » du pays un intérêt stratégique et économique croissant, est au moment des inondations de 1999 un lieu de peuplement intense. L’urbanisation accélérée de la zone à partir de la seconde moitié du XXe siècle et le modèle de développement pour lequel la région a opté constituent sans aucun doute deux causes essentielles de l’ampleur de la catastrophe de 1999. Ils font partie de ce que José da Cruz appelle « les agents générateurs de catastrophe » (2003 : 362). Il est nécessaire, pour en comprendre la logique, de resituer ces « agents » dans une perspective historique plus large qui commence avec la colonisation de la région. L’histoire du peuplement de l’actuel État de Vargas est, à partir de la colonisation, indissociable de celle de Caracas. C’est une histoire qui, d’abord rurale, deviendra urbaine et qui raconte comment les impératifs commerciaux de l’entreprise coloniale ont façonné les modes d’installation sur ce Littoral.

5Le Littoral central et le port de La Guaira ont joué, depuis la colonisation – et plus précisément à partir de la fin du XVIe siècle – un rôle stratégique de défense de la zone et de la capitale, Caracas se situant à une vingtaine de kilomètres de l’autre côté de la montagne. Son peuplement est lent jusqu’au XIXe siècle. En 1816, on y recense 6 181 habitants dont la moitié vivent à La Guaira (Cunill Grau, 1987). Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les haciendas puis les encomiendas constituent, avec le port, l’essentiel des activités économiques de la région. À la fin du XIXe siècle, et plus précisément avec l’arrivée au pouvoir de Guzmán Blanco en 1870, le Littoral acquiert un nouveau rôle qui devient central au cours du XXe siècle : le bord de mer se convertit en effet à partir de ces années-là en un lieu de détente et de divertissement pour les riches habitants de la capitale. Ce développement de la fonction balnéaire de la région va alors de pair avec l’amélioration des infrastructures et des moyens de transport qui en facilitent l’accès. Ce n’est pourtant qu’au cours du XXe siècle que le peuplement massif de Vargas s’effectue. Dès les années 1930, la redistribution de la rente pétrolière, en forte augmentation depuis l’octroi de nouvelles concessions aux compagnies étrangères, va sérieusement marquer la réorganisation de l’espace vénézuélien. À la fin des années 1930, le début des travaux de construction de l’aéroport international de Maiquetía contribue à ces transformations, celui-ci devenant l’une des principales sources de revenus et d’activités de la région. C’est à partir des décennies suivantes que la vocation touristique et récréative de la région se développe pleinement, avec la construction de nombreuses zones destinées à accueillir la population de vacanciers occasionnels ou réguliers venant de Caracas ou d’autres zones du pays. Dès la fin des années 1930, la population de la région subit un mouvement de croissance fort qui fera passer le nombre d’habitants de 46 000 en 1936 à 86 000 en 1950, puis à 200 000 en 1971 et 300 000 en 2001. C’est à partir des années 1970 que l’on commence à évoquer la « saturation de l’espace », étant données les contraintes physiques de cette bande de terre étroite située le long de la montagne, avec très peu de terrains plats disponibles pour la construction.

Peuplement à l’époque coloniale

6Avant l’arrivée des Espagnols au milieu du XVIe siècle, une population indigène occupait de façon dispersée le Littoral central de ce qui est aujourd’hui le Venezuela. Regroupés en tribus indépendantes les unes des autres, vivant essentiellement de la pêche, de la chasse, de la collecte des produits marins, de l’agriculture et de l’exploitation du sel, les différentes « communautés indigènes », rassemblées sous la dénomination de « Caraca », parmi lesquelles les Caribes représentaient le groupe le plus important (Altez et Rivas, 2002), étaient installées dans des villages tout le long du Littoral. La plupart de ces villages se situaient sur les parties basses et relativement planes de la côte, sur les cônes de déjection formés par l’apport par les fleuves aux cours des âges de matériaux et de sédiments modelant de petits deltas au contact de la mer. Selon l’archéologue Pedro Rivas, on a aussi retrouvé des traces de certains établissements humains dans les hauteurs de la montagne plutôt que dans les zones basses, malgré les pentes fortes de ces terrains. On peut se demander avec lui s’il est possible d’expliquer ce choix par le fait que les indigènes qui vivaient dans la région aient expérimenté les débordements successifs de certains fleuves (Altez et Rivas, 2002).

  • 3 Conseil municipal.
  • 4 Bénéficiaires d’une encomienda. Institution coloniale qui donnait à un vecino espagnol la concessi (...)

7La conquête du Venezuela ne se fait pas au départ par la région littorale centrale, en partie à cause du rôle de barrière que joue la cordillère côtière. Ce n’est qu’en 1557-1558 que Francisco Fajardo, un métis, arrive dans les environs de Chuspa en compagnie de sa mère, la cacique Guaiqueri Isabel, de onze Espagnols et d’une centaine d’Indiens (Langue, 1999). En 1560, Francisco Fajardo fonde El Collado, y installe un cabildo3 et crée ainsi le premier port du Littoral. Mais il a du mal à consolider ses acquis face au soulèvement indigène sous le commandement du cacique Guacaipuro. Il doit abandonner le site de El Collado. Diego de Losada y installera Nuestra Señora de Caraballeda en 1569. Entre-temps, Caracas a été fondée (1567). Grâce à son climat plus frais et à sa proximité avec les mines d’or de Los Teques, Caracas concurrence vite Caraballeda. En 1574, Caracas comptait déjà 40 vecinos espagnols et encomenderos4 ainsi que 100 soldats espagnols, alors que la population de Caraballeda ne dépassait pas les 12 vecinos. Les deux villes s’unissent pour attaquer les caciques indigènes qui résistent à la colonisation. La fondation des premières encomiendas débute après la soumission de tous les caciques de la région (Langue, 1999).

8La conquête du territoire par les Espagnols au XVIe siècle se réalise en suivant une logique de peuplement et de développement. L’agriculture est le moyen le plus évident de parvenir à cet objectif, étant donné le peu de ressources minières trouvées dans la région au départ. Dès lors, les villages sont fondés sur les terrains fertiles, dans les vallées et près des rivières (Altez, 2000). Par la suite, les conflits pour les terres sur l’ensemble du Littoral entre colons et indigènes prouvent que les meilleures terres étaient situées dans les zones les plus basses, celles où l’irrigation se faisait naturellement grâce à la proximité des fleuves (Troconis de Veracoechea, 1979).

  • 5 Localités.

9En 1580, la Gobernación de Venezuela compte 9 poblaciones5 parmi lesquelles Caracas et Caraballeda. Caracas devient la capitale en 1637 pour des raisons économiques, climatiques et stratégiques – grâce au rôle protecteur joué par la cordillère littorale face aux nombreuses attaques des pirates et des corsaires. Ceux-ci dévastent d’ailleurs en 1586 la ville de Caraballeda, provoquant la migration de la plupart des vecinos vers Caracas. Caraballeda abandonnée, c’est alors La Guaira qui devient le port de Caracas, fondé en 1589 par le Gouverneur don Diego de Osorio. C’est par ce port que transitent le blé, le tabac et plus tard le cacao.

  • 6 Agglomérations.
  • 7 Regroupements de population opérés dans un but de christianisation (Cunill Grau, 1991).

10Les autres centros poblados6 du Littoral sont fondés au cours de la fin du XVIe siècle et de tout le XVIIe siècle, en fonction d’une logique d’expansion utilitariste. Maiquetía est ainsi établie en 1582 par les Franciscains qui fondent aussi le « pueblo de doctrina7 » de Santa Ana del Cojo en 1672. En 1690 c’est Carayaca, dont la vocation agricole perdure encore aujourd’hui, qui est installée à l’ouest et dans l’intérieur des terres. Quant à Macuto, elle apparaît en 1740 sur le site du village indigène du cacique Guaicamacuto, où, dès 1567, on a les traces d’une première encomienda avec l’attribution à Agustin de Ancona de terres appartenant aux Indiens (Troconis de Veracoechea, 1979).

11La relation du Littoral avec Caracas devient très vite une question stratégique qui conduit à la construction de voies de communication entre ces deux espaces. Dès 1575, on trouve des traces du premier chemin entre Caraballeda et Caracas par lequel les marchandises entrent peu à peu dans le pays (Troconis de Veracoechea, 1979). C’est grâce au développement de ces communications que le commerce avec Santo Domingo et Margarita peut s’intensifier.

12On voit donc apparaître très tôt deux caractéristiques de la région : son rôle productif et sa vocation commerciale.

13Tout au long du XVIe siècle, la population indigène est décimée par diverses épidémies, auxquelles s’ajoutent les mauvais traitements des encomenderos. Les invasions de sauterelles et de nombreuses attaques de pirates contribuent aussi à l’hécatombe. Certains tentent de fuir vers l’intérieur du pays et nombreux sont ceux qui meurent dans cette entreprise. Pour poursuivre leur projet, les Espagnols commencent à faire venir des esclaves d’Afrique et substituent à l’organisation de l’encomienda celle de l’hacienda qui devient, à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, la forme de propriété de la terre qui prédomine sur le Littoral. Les haciendas comme Camuri Grande et ses voisines El Cojo et Macuto ont une fonction de défense, à cause de leur situation géographique à l’endroit où accostent les navires ennemis, mais jouent également un rôle économique car l’importance du cacao commence à se dessiner (Troconis de Veracoechea, 1979). En même temps que le commerce augmente, la contrebande apparaît, la production de cacao étant parfois directement envoyée vers les ports où les Hollandais l’échangent contre des marchandises diverses.

14Dans les premières décennies du XVIIIe siècle, l’économie florissante du cacao sur le Littoral attire l’attention de la Couronne qui cherche à en contrôler le commerce, en créant en 1728 la Real Compañia Guipuzcoana qui institue le monopole sur ce « premier or noir » (Langue, 1999 : 64).

15Malgré le rôle que joue La Guaira dans la production agricole et le commerce et son importance pour la protection de Caracas, la ville n’acquiert pas, au cours du XVIIIe siècle, un poids démographique qui lui permette de rivaliser avec les autres villes de la Province (Tableau 2). En effet, une grande partie des commerçants de La Guaira continuent de résider à Caracas, d’où ils gèrent leurs affaires. La Guaira est pourtant la seule ville d’importance du Littoral, puisqu’en décembre 1772, lors de sa visite pastorale sur le Littoral, l’évêque Marti recense les populations suivantes (Tableau 1) :

  • 8 Le décompte de l’Obispo Marti prend en compte les « Espagnols », les « Indiens » et les « Noirs bo (...)

Tableau 1 : Population des villes du Littoral vénézuélien, 17728

Ville, village

Nombre de maisons

Nombre de familles

Total d’habitants

La Guaira

597

543

3 463

Maiquetía

174

172

1 027

Carayaca

86

93

768

Tarmas

27

28

322

Caruao

38

38

650

Naiguatá

58

100

735

Macuto

29

29

282

El Cojo

28

28

186

Caraballeda

51

93

681

Total

1 088

1 124

8 114

Source : Troconis de Veracoechea (1979)

Tableau 2 : Population des villes du Venezuela colonial 1759 – 1810

Villes

Population 1759 – 1772

Population 1771 – 1784

Population 1800 – 1810

Caracas

18 986

18 669

37 937

La Victoria

5 740

5 310

8 100

Valencia

6 500

7 237

8 022

Turmero

6 894

6 918

7 766

Puerto Cabello

3 000

3 282

7 500

Maracay

4 652

5 558

7 345

Cagua

4 682

4 496

5 506

Guacara

2 800

3 080

4 926

Villa del Cura

3 400

4 453

4 892

Ocumare

2 434

2 141

4 692

La Guaira

3 425

3 463

4 643

El Consejo

2 000

2 115

2 471

Güigüe

2 200

2 432

2 655

La Vega et Antímano

1 850

1 417

2 221

Chacao

1 438

1 461

2 155

Total

185 926

204 760

354 536

Source : Brito Figueroa (1978)

  • 9 Place qu’il gardera pendant deux siècles et demie, malgré les réorganisations dans l’économie liée (...)

16À la fin du XVIIIe siècle, la culture du cacao a durablement consolidé le poids économique de la région. Devenue « monoculture » au cours du XVIIe siècle et principale source d’exportation (78,5 % des exportations en 1650 [Langue, 1999]9), le cacao a totalement réorganisé la société vénézuélienne. Socialement tout d’abord, en la polarisant entre producteurs de cacao, propriétaires d’haciendas et petits agriculteurs exploitant de petites parcelles. Géographiquement ensuite, puisque 40 % de la population de la province se concentre alors sur la cordillère côtière entre Valencia et Puerto Cabello (Langue, 1999).

Indépendance et urbanisation

17Le début du XIXe siècle est marqué par une rupture que l’Indépendance incarne politiquement. La naissance de la Première République en 1811 fait suite – sans y mettre totalement fin – à un long processus de révoltes des Noirs, des pardos (métis) et des Blancs pauvres, dues en grande partie aux inégalités produites par la société coloniale (Lynch, 1976). La longue guerre civile qui ne prend fin qu’en 1821 donne lieu à la réorganisation politique, sociale et commerciale du pays. Les conséquences sur le développement des villes du Littoral sont nombreuses.

18Elles sont démographiques tout d’abord, puisque la « guerre de libération » se solde par un nombre de morts très élevé dans le pays : 134 487 morts selon Lynch (1976), 140 000 selon Chen et Picouet (1979) et jusqu’à 241 748 selon Brito Figueroa (1970). Par ailleurs, de nombreux habitants fuient la région pendant cette période, les plus riches se réfugiant à l’étranger. À cela s’ajoutent les effets du tremblement de terre de 1812, qui augmentent le désarroi des habitants et les mouvements de population.

19Les conséquences sont aussi économiques, avec la fin du monopole commercial de la péninsule ibérique et l’ouverture de nouveaux marchés avec les États-Unis, la France, l’Allemagne ou l’Angleterre. Ces nouvelles relations économiques ont un impact également sur l’ouverture à de nouvelles influences, parmi lesquelles l’influence architecturale et urbanistique n’est pas des moindres.

20Dans les années qui suivent l’indépendance, le développement des activités commerciales du port de La Guaira rend nécessaire l’amélioration des infrastructures pour faciliter les échanges entre les lieux de production, de distribution et de consommation. L’ouverture de la route entre Caracas et La Guaira en 1845 marque ainsi une avancée significative dans ce sens et participe à la transformation des relations entre la capitale et « son » Littoral. Cette évolution se poursuit pendant toute la seconde moitié du XIXe siècle, période qui donne lieu à un développement constant des infrastructures sur le Littoral : la ligne de télégraphe date de 1856, la route entre La Guaira et Macuto de 1875, la ligne de train entre Caracas et La Guaira de 1883.

21Le Littoral acquiert dans le même temps un nouveau statut administratif et, au moment de l’organisation du premier Distrito Federal en 1864, Vargas devient un Département, statut qu’il garde jusqu’en 1986 quand il se transforme en municipe avant d’acquérir en 1998 le statut d’État.

Fin du XIXe siècle : le Littoral devient balnéaire

22Le XIXe siècle se termine sous l’influence du caudillo dictateur Guzmán Blanco dont les trois mandats – 1870-1877, 1879-1884 et 1886-1888 – marquent considérablement le pays. L’époque est accompagnée par un renforcement du pouvoir civil et une réduction sensible du rôle jusque-là dévolu à l’Église.

  • 10 Littéralement : changer d’air.

23En matière d’urbanisme, apparaissent des parcs, des boulevards, des cimetières et des fontaines dans les grands centres urbains qui s’inspirent du modèle parisien (Langue, 1999). Les habitants des villes s’y retrouvent et ces nouveaux aménagements remplacent peu à peu les Églises, qui étaient jusque-là les uniques lieux de rencontre (Silva Contreras, 1999). Comme dans les cités industrielles européennes à la même époque, en parallèle ou en complément du processus de modernisation, apparaissent en Amérique latine des « lieux de repos ». Brighton, Aix-les-Bains, Biarritz ou Nice ont désormais leur pendant avec Mar del Plata en Argentine ou Chorillos près de Lima. Au Venezuela, c’est la petite ville de Macuto qui, élue, prise en main et transformée par Guzmán Blanco, joue ce rôle et permet aux bourgeois de la capitale de « changer d’air ». La notion de temperar10 illustre ce phénomène. La bourgeoisie de Caracas, à la fin du XIXe siècle, vient donc se reposer dans les villas qu’elle fait construire à Macuto et se baigner dans les établissements de bains de mer inaugurés en 1877. C’est à Macuto que la première urbanisation planifiée du Littoral voit le jour, projet dirigé et mené à bien par le même Guzmán Blanco.

24La période des gouvernements de Guzmán Blanco est marquée également par une forte vague d’immigration européenne, le président en faisant un point essentiel de sa politique de « modernisation ». On estime ainsi le nombre d’immigrants arrivés entre 1874 et 1888 à 26 090, dont 20 000 Espagnols et Canariens, 2 764 Italiens et 1 806 Français (Langue, 1999).

XXe siècle : Industrialisation, tourisme et urbanisation

25C’est au XXe siècle que surviennent les transformations les plus importantes et les plus rapides sur le Littoral. Ce siècle se déroule dans tout le pays sous le signe du pétrole. L’exploitation de l’or noir qui s’intensifie à partir des années 1920, sous le régime militaire et dictatorial de Juan Vicente Gómez (1908-1935), va dès les années 1930 permettre que les bénéfices qui en sont tirés soient réinvestis. C’est le processus que l’historien Uslar Pietri résumera par l’expression « Sembrar petróleo » (« semer le pétrole ») dans un éditorial devenu célèbre du quotidien Ahora (Arenas, 2004).

26À partir des années 1930, sur tout le territoire vénézuélien, on assiste à une importante réorganisation de l’espace. Pendant la fin du régime de Gómez, la manne pétrolière commence à être réinvestie dans des travaux d’urbanisme et de création de services ou d’usines. Bien que n’étant pas des régions productrices, les zones littorales urbanisées sont – avec la capitale – celles qui ont le plus bénéficié des retombées liées à la redistribution de la rente. En 1936 débutent les opérations de construction du futur Aéroport International de Maiquetía qui vient renforcer les caractéristiques de La Guaira depuis sa fondation comme port, à savoir son rôle fondamental dans les échanges commerciaux et le transport de personnes. Important pourvoyeur d’emplois, l’aéroport constitue au fil du XXe siècle un facteur d’attraction indéniable pour la main-d’œuvre. Mais sa construction et surtout son agrandissement dans les années 1970 ont aussi conduit à la destruction d’importantes zones de logement, ce qui a favorisé la prolifération de quartiers de ranchos sur les flancs de la montagne.

27Parallèlement au processus de modernisation du Littoral et à l’attraction que constituent des pôles d’activités tels que le port, l’aéroport et le tourisme, ou encore la proximité de Caracas, aucune planification urbaine n’est véritablement envisagée et, sur le Littoral, les importants besoins de logement d’une population dont la croissance est très rapide voient leur solution dans une urbanisation non planifiée – quartiers de ranchos auto-construits et quartiers résidentiels (Tableau 3).

Tableau 3 : Évolution de la population 1950-1990, Vargas et détail de six parroquias

Tableau 3 : Évolution de la population 1950-1990, Vargas et détail de six parroquias
  • 11 Pour 1990, les chiffres sont ceux du recensement (INE, 2001) de 1990 et non ceux des projections p (...)
  • 12 Le compte inclut la récente parroquia Raúl Leoni.

Source : Tableau repris de AUAEV (2003b : 105) élaboré à partir des informations OCEI VIII, IX, X, XI et XII Censos Generales de Población y Vivienda. Estimaciones y Proyecciones de Población 1950-2035
Note 1111
Note 1212

  • 13 Phénomène qui s’étend à toutes les villes du pays et qui s’accentue dans la seconde moitié du XXe (...)

28Les caractéristiques géographiques du Littoral et le manque de terrains plats susceptibles d’accueillir les constructions, conduisent à des installations de plus en plus nombreuses sur les flancs de la montagne El Ávila et dans les lits des rivières considérées comme asséchées, les quebradas. Des barrios apparaissent peu à peu tout le long du Littoral13. Face à cette pression croissante de l’urbanisation et dans un souci grandissant de protection de la nature, El Ávila est décrétée Parc National en 1958. Les barrios ne sont cependant pas les seuls quartiers à s’édifier dans des zones dangereuses. La ville de Carmen de Uria en est une illustration éclairante.

29Cette ville est en effet née dans les années 1950 d’un grand projet urbain confié par le dictateur Pérez Jiménez à l’architecte italien Felipe Galliardi sur les anciennes terres de l’hacienda de Uria. Les plans de la ville ont été édifiés sur l’ancien lit de la rivière qui a été détourné à cette occasion. En 1951, après les fortes coulées de boue provoquées par la tempête du mois de février, un barrage de contrôle des sédiments a été construit pour protéger la ville (Lopez et al., 2003). Même si le projet fut abandonné à la mort de Pérez Jiménez en 1958, les maisons et villas de vacanciers se sont multipliées, donnant à Carmen de Uria l’ampleur d’une petite ville. C’est donc parfois la planification elle-même qui induit les installations dans des zones dangereuses.

  • 14 Ciudad Vacacional.

30Par ailleurs, la transformation des anciennes haciendas en clubs de plages et en quartiers de villégiature se généralise à partir de la seconde moitié du XXe siècle sur l’ensemble du Littoral. C’est le cas par exemple, à Naiguatá, des clubs Playa Azul et Puerto Azul, à Caraballeda où un élégant terrain de golf est installé sur les vestiges de l’hacienda Juan Diaz, et à Los Caracas où Pérez Jiménez fait construire la Cité de Vacances14.

Le Littoral à la veille de La Tragedia

  • 15 Littéralement : paroisses. Division administrative qui puise son origine dans l’époque coloniale. (...)

31Dans les années 1990, à la veille des coulées de boue qui vont le transformer durablement, l’État de Vargas se présente comme un espace de vie dans lequel se jouxtent et se côtoient espaces de villégiature, habitat populaire et zones de travail. Divisée en 11 parroquias15, la bande littorale bordée par les plages de la mer Caraïbe est confrontée, malgré ses atouts incontestables, à de véritables difficultés. S’appuyant sur des activités économiques fortes telles que le tourisme, l’industrie ou le commerce, elle doit aussi affronter les problèmes engendrés par la densité urbaine, la saturation de son système de transports et les inégalités criantes entre les différents secteurs sociaux qui l’habitent. En 1990, sa population, majoritairement jeune (49,1 % a moins de 24 ans), est également faiblement éduquée (43 % des jeunes de 15 à 24 ans possèdent seulement un niveau d’éducation primaire), et 51 % des foyers touchent des revenus inférieurs au salaire minimum (Rengifo et Yáñez, 2003).

Source : Élaboration et conception cartographique, Julien Rebotier. Sources données SIG Vargas INE 2003
Carte 5 : Vargas, configuration socio-spatiale avant la catastrophe

  • 16 Comme en témoignent les difficultés consécutives, en janvier 2006, à la fermeture de cette autorou (...)

32Les liens qui unissent Vargas à Caracas sont anciens et œuvrent dans les deux sens. Ainsi, nombreux sont les habitants de Vargas qui travaillent ou étudient à Caracas. À cet égard, le trafic routier entre les deux entités est constant, d’où l’importance primordiale de l’axe autoroutier qui les relie16.

  • 17 Habitants de Caracas.

33Les caraqueños17, quant à eux, considèrent « El Litoral » avant tout comme une extension de Caracas, comme « leur » espace de plaisir et de détente. Ils viennent le week-end et pendant les vacances, après des heures d’embouteillages, profiter de toutes les stations balnéaires qui s’étendent de Catia la Mar à Los Caracas et des structures qui y sont associées : restaurants, clubs privés, bars et dancings. Les plus aisés y possèdent un appartement ou une maison secondaire.

  • 18 Pour l’histoire de Caruao, on se reportera à Altez et Rivas, 2002.
  • 19 AUAEV (2003a).
  • 20 Ma traduction.
  • 21 Briceño-León (1992) a parlé pour désigner ce processus de « racisme honteux » (ma traduction) et P (...)
  • 22 Comme j’ai tenté de le montrer en analysant les raisons du stigmate associé aux victimes de la cat (...)

34Ceux qui s’aventurent plus loin vers l’est, vers la parroquia de Caruao, essentiellement habitée par des familles issues de l’esclavage, sont moins nombreux18. Cette parroquia pauvre et rurale, dont les activités principales sont l’agriculture et la pêche artisanale, possède le taux de chômage le plus élevé de Vargas (21,3 % pour une moyenne en 1990 de 13,2 %19) et n’est alors reliée au reste de Vargas que par une route de terre. Caruao est la parroquia de Vargas qui compte le moins de structures scolaires (7 en 1999) (INE, 2001). L’éloignement et l’abandon relatif dans lequel se trouve Caruao contribuent à accentuer la discrimination de sa population majoritairement « noire », discrimination qui œuvre à tous les niveaux de la société. Cette forme de racisme est mal reconnue dans le pays, ce qui s’explique par la force acquise par le discours de la démocratie raciale et du métissage harmonieux – ce que certains auteurs ont appelé « le mythe du métissage » (Amodio, 199920) ou encore le « piège du métissage » (Charier, 2000) – véhiculé par de nombreux historiens, repris par l’ensemble de la société et intériorisé même par ceux qui subissent ces discriminations21. Si Caruao est emblématique de ces formes de discrimination, Vargas dans sa totalité est, à certains égards, également concerné. Sans que ses habitants eux-mêmes ne le désigne comme un État « noir », l’association des habitants de Vargas avec une population « noire » est souvent opérante dans le reste du pays22.

  • 23 Le terme de « población flotante » est utilisé par les organismes officiels et il est d’un usage a (...)

35Les caraqueños qui visitent Vargas vont aussi en famille profiter des températures plus fraîches des villages situés dans les hauteurs. Ils visitent Tarma dans la parroquia rurale de Carayaca, célèbre pour son artisanat et ses maisons de style colonial, ou Galipán dans la parroquia de Macuto, dont la production de fleurs inonde quotidiennement les marchés de Caracas. Ces caraqueños constituent ce qu’à Vargas on désigne comme la population « flottante » du Littoral – qui ne vient y passer que les vacances ou les week-ends23. L’importance démographique de ce phénomène est de taille, puisque selon les périodes le nombre de visiteurs peut atteindre 250 000 personnes (AUAEV, 2003a), ce qui représente l’équivalent d’environ 85 % de la population qui vit habituellement à Vargas. Leur répartition sur le Littoral fait également écho à celle qui prévaut à Caracas où une division ouest/est marque la ville. Ainsi, les plages situées à l’ouest de Vargas (Catia La Mar) sont plus fréquentées par les classes populaires de Caracas. Inversement, les plages situées à l’est (Camuri Chico, Caraballeda, Camuri Grande), plus éloignées et moins bien desservies par les transports en commun, sont traditionnellement fréquentées par les gens plus aisés.

36Hormis Carayaca et Caruao, qui l’encadrent à l’ouest et à l’est, Vargas n’est pas une région rurale. Et « El Litoral » n’est pas seulement un espace de détente. Pour les habitants de Vargas, le cœur de l’État se situe entre les trois villes de Catia La Mar, Maiquetía et La Guaira. Concentrant une importante part des 280 439 habitants recensés en 1990 (Tableau 4), ces trois villes rassemblent également l’ensemble des activités qui génèrent des emplois formels : le port, l’aéroport international, la production d’énergie et le secteur tertiaire.

Tableau 4 : Population des trois premières villes de Vargas en 1990

Ville

Nombre d'habitants (1990)

Part de la pop. de Vargas

Catia La Mar

103 247

36,8 %

Maiquetía

63 123

22,6 %

La Guaira

23 831

8,5 %

Total des 3 parroquias

190 201

67,9 %

Source : INE 2001

37Catia La Mar, densément peuplée (1 354,9 habitants au km2 en 1990), est considérée comme la « parroquia industrielle » de Vargas avec la présence d’une usine de produits dérivés du pétrole et d’un terminal pétrolier qui fournit toute la région de l’Aire Métropolitaine de Caracas, avec la centrale électrique de Tacoa et d’importantes industries alimentaires, textiles et de construction (Marcano et Barrios, 2001). L’extension de la ville s’est faite, à partir des années 1950, par la construction de nombreux immeubles résidentiels et d’appartements de plage sur tout le front de mer et par l’édification de quartiers populaires et « informels » sur les flancs de la montagne. Catia La Mar fut jusque dans les années 1950-1960 un haut lieu du développement du tourisme. En 1990, la capacité d’accueil de ses plages est la plus élevée du Littoral : 29 153 personnes contre 12 301 pour Caraballeda ou 15 250 pour Naiguatá (Marcano et Barrios, 2001). Par la densité de sa population et le nombre croissant de quartiers informels qui se développent à Catia la Mar, la parroquia a la réputation d’être une zone dangereuse et violente, image que les comptes rendus des journaux à la fin de chaque week-end viennent renforcer.

  • 24 Les barrios ont été largement étudiés au Venezuela, et en particulier ceux de Caracas. On citera e (...)

38La parroquia la plus urbaine du Littoral se caractérise surtout par les grandes différences sociales et économiques qui distinguent ses habitants. D’une part, les habitants des barrios qui s’étendent verticalement à partir des flancs de la montagne El Ávila vivent dans des conditions de logement et d’emploi ancrées dans une précarité et une informalité caractéristiques des quartiers populaires du pays24. D’autre part, les habitants des quartiers situés dans les parties basses, qui sont essentiellement construits de villas et d’immeubles, bénéficient de conditions de logement et d’emploi nettement plus confortables. Finalement, les visiteurs qui viennent de Caracas, occupent le temps d’un week-end ou des vacances la majorité des quartiers balnéaires composés essentiellement d’immeubles situés sur le front de mer et dont les équipements collectifs – piscines, clubs, terrains de tennis – témoignent à la fois de leur vocation et du niveau économique de leurs occupants.

39Même si les échanges se maintiennent entre les barrios et les quartiers de la ville formelle et que de nombreux habitants des quartiers populaires sont amenés à travailler ou à circuler dans les quartiers « bas » et même jusqu’à Caracas, qui se rejoint en environ trente minutes en transports en commun, force est de constater la forte hétérogénéité sociale qui prévaut et incite à parler, tout comme dans la capitale voisine, à la fois de ségrégation socio-spatiale et d’une « fragmentation urbaine » croissante (Prévôt-Schapira 1999, Baby-Collin 2001, Baby-Collin et Zapata 2006).

  • 25 Selon le recensement de 1990, l’aéroport fournissait 5,7 % du total des emplois de Vargas, avec 14 (...)
  • 26 Cette « bataille contre le rancho », dont Cilento et Fossi (1998) signalent qu’elle a conduit à de (...)

40Maiquetía, parroquia voisine de Catia La Mar, accueille quant à elle le siège de l’Aéroport International Simón Bolívar. L’essentiel de ses activités économiques se concentre autour des transports, des communications et de l’administration publique que l’aéroport génère25. Avec 2 697,6 habitants au km2, c’est en 1990 la parroquia la plus densément peuplée (Marcano et Barrios 2001). Les caraqueños ne s’arrêtent pas à Maiquetía, sauf lorsqu’ils vont prendre l’avion, mais pour les habitants du Littoral, c’est un lieu central, puisqu’il s’agit de la ville commerçante. Le samedi, Maiquetía est le point de rencontre des habitants de toute la région, son marché et les boutiques qui l’entourent leur procurent la majorité des marchandises dont ils ont besoin. Le grand centre commercial ainsi que les vendeurs de rue (buhoneros) installés sur les trottoirs participent à cet approvisionnement et, du matin jusqu’au soir, une activité fourmillante et incessante se déroule au milieu de la musique et des klaxons. Comme à Catia La Mar, les quartiers populaires de ranchos qui s’étalent à partir du centre de la ville jusque sur les flancs de la montagne fournissent la majorité des solutions de logement pour Maiquetía. Les grands ensembles (les superbloques) – dont celui emblématique du 10 de Marzo –, construits entre 1953 et 1958 pendant la dictature de Pérez Jiménez au cours de la « bataille contre le rancho » pour loger les familles pauvres récemment arrivées sur le Littoral (Cilento et Fossi, 1998), complètent le paysage26.

41La Guaira, ville-port, joue à elle seule plusieurs rôles d’importance dans la région. Capitale administrative, elle abrite aussi le second port du pays, la douane maritime et un port de pêche à la flotte importante. Sans avoir de plages, la ville draine à la fin des années 1990 un petit nombre de touristes, qui visitent les vestiges de son passé colonial : son quartier historique, la cathédrale San Pedro Apóstol, la maison de la compagnie Guipuzcoana ou les deux forts d’El Vigía et de la Pólvora qui la surplombent. Ce n’est pourtant pas une ville qui compte beaucoup de maisons secondaires ou d’infrastructures destinées à accueillir les touristes de passage. La population de la ville, dont la densité est la seconde de Vargas (1 985,9 hab./km2 en 1990), a quant à elle trouvé à s’installer sur les pentes de la montagne derrière le quartier historique, dans des quartiers populaires plus ou moins dotés de services (« consolidés ») en fonction de leur ancienneté (Photo 1).

  • 27 Habitants de Vargas.

42Pour les habitants de Vargas, La Guaira est le passage obligé pour se faire soigner, puisqu’elle abrite l’Hôpital José Maria Vargas et le centre de sécurité sociale. La ville-port est également le centre des démarches administratives des Vargenses27, puisqu’on y trouve l’assemblée municipale, la préfecture et le bureau de poste. La limite est de la parroquia de La Guaira se situe après le marché populaire de Punta de Mulatos. Une route qui longe la montagne sépare alors l’agglomération constituée par les trois principales villes de Catia La Mar, Maiquetía et La Guaira du reste du Littoral.

43Peu peuplée relativement à celles qui précèdent – 14 628 habitants en 1990 et une densité de 332,9 habitants par km2 (Marcano et Barrios, 2001) – Macuto est la première parroquia en venant de l’ouest dans laquelle les visiteurs de Caracas aiment à s’arrêter. Ses trois plages du centre ville, son boulevard (le Paseo) et la station balnéaire de Camuri Chico constituent des attraits pour ceux qui cherchent la détente. Macuto est aussi un symbole historique qui, bien qu’ayant perdu quelque peu de sa superbe au cours du XXe siècle, reste un lieu privilégié de villégiature. On pouvait jusqu’en 1999 y visiter le musée Armando Reverón, situé dans l’ancienne maison du peintre ou l’hôtel Miramar, premier « hôtel de plage » du pays construit par le général Gómez. Au niveau économique, la parroquia compte sur son importante activité de pêche artisanale et sur l’horticulture qui se développe dans la montagne à Galipán et offre, en outre, quelques établissements touristiques de tous types. Pour les habitants de Vargas, Macuto ne constitue pas une ville incontournable pour leur quotidien : elle ne possède ni supermarché ni administration où ils aient à se rendre. Mais Macuto est un lieu agréable de promenade familiale, où les Vargenses viennent volontiers à la plage ou prendre la brise au soir tombant. C’est donc une parroquia relativement épargnée par l’importante urbanisation de la région, mais dans laquelle néanmoins d’importants barrios populaires se sont construits au fil du temps, sur les flancs de la montagne, autour des fleuves El Cojo et Macuto. Ces barrios jouxtent des quartiers destinés aux classes plus aisées, comme Las Quince Letras ou Punta Brisas dans les immeubles desquels certains caraqueños possèdent des appartements et, comme la Guzmania ou Alamo, des secteurs résidentiels dont les rues sont parsemées de maisons individuelles.

Photo 1 : Le Littoral central est avant tout une région urbaine.
Ici, La Guaira en mars 2000, soit trois mois après les coulées de boue.
À droite, les installations du port, à gauche, les barrios de ranchos installés sur les flancs de la montagne. Au fond, les superbloques de la ville de Maiquetía. (Photo : S. Revet)

44En continuant vers l’est, après Macuto, se trouve la parroquia de Caraballeda, principal centre touristique de la région. Avec 30 000 habitants en 1990, Caraballeda est une parroquia relativement peu peuplée et dont la croissance rapide dans les années 1960 (la population de la ville passe de 7 334 habitants en 1961 à 20 725 en 1971) est clairement attribuable à la construction de structures destinées à la villégiature. Elle abrite toutes les infrastructures nécessaires à l’accueil d’un tourisme aisé : clubs de plage, terrain de golf, yacht club, grands hôtels. Le boulevard Caribe qui traverse la ville est parsemé de boutiques et de restaurants. Caraballeda est le prototype de la station balnéaire. Tournée vers la mer, elle possède la plus faible proportion de quartiers de ranchos par rapport aux quartiers résidentiels de l’ensemble de Vargas. C’est une des destinations préférées des caraqueños le week-end, mais aussi des habitants de Vargas qui viennent se promener au centre commercial et manger au Mac Donald ou au Wendy.

45Environ 10 kilomètres d’une route qui se glisse entre la mer et les pentes abruptes de El Ávila séparent Caraballeda de Naiguatá. Cette parroquia s’étend en superficie mais possède une population peu importante : 16 105 habitants en 1999 qui se répartissent entre les villes de Naiguatá (9 446 habitants), Carmen de Uria (2 688 habitants), Camuri Grande et Anare. Avec une densité de 52,9 habitants au km2, elle rejoint le palmarès des parroquias les moins densément peuplées avec Carayaca (34,8 hab./km2) et Caruao (13,1 hab./km2). Naiguatá partage ses activités entre les services liés à l’accueil des touristes, la construction, la pêche artisanale et un petit secteur agricole. Les clubs privés de Puerto Azul et de Camuri Grande ont vocation à recevoir un tourisme aisé, alors que la Cité de Vacances de Los Caracas, construite sous Pérez Jiménez, a toujours été destinée aux classes plus populaires, malgré la distance à parcourir pour y parvenir. À Camuri Grande par ailleurs, se trouvait jusqu’en 1999 l’annexe « littorale » de l’Université Simón Bolívar. Les barrios représentent à Naiguatá une part relativement peu importante de l’habitat, par rapport aux quartiers résidentiels et aux structures de tourisme. À Carmen de Uria par exemple – ville entièrement détruite par les inondations de 1999 –, où la majorité des habitations étaient constituées de maisons individuelles, les barrios ne sont apparus qu’au cours des années 1990. Les habitants de Vargas ont peu d’occasions d’aller jusqu’à Naiguatá, dont l’éloignement d’avec le centre des activités à Vargas est notable. Pourtant, la parroquia reste l’une de celles qui attirent le plus grand nombre de visiteurs pour des fêtes traditionnelles. C’est le cas par exemple de « l’enterrement de la sardine » qui se célèbre le mercredi des Cendres et marque le début du Carême. C’est aussi à Naiguatá que se célèbre la procession des Diables Dansants de Naiguatá qui se rendent jusqu’au centre du village au son des tambours. Ces fêtes attirent des visiteurs de la capitale et du reste de Vargas. D’une façon générale, les habitants de Vargas ont tendance, pour célébrer les fêtes traditionnelles de San Juan Batista (24 juin) ou de la Cruz de Mayo (3 mai), à se rapprocher des parroquias situées les plus à l’est (Caraballeda, Naiguatá et Caruao) qui sont le théâtre des manifestations les plus animées, où les tambours rythment la danse.

Vargas, vulnérabilité urbaine et hétérogénéité sociale

46Le regard que nous venons de porter sur la façon dont la zone littorale centrale s’est peuplée puis urbanisée nous a permis de décrire le cadre spatial sur lequel s’est déroulée la catastrophe de 1999. Selon une perspective géographique, c’est sur un espace urbain particulièrement vulnérable que les coulées de boue de décembre 1999 se produisent, et c’est cette vulnérabilité urbaine qui contribue à l’ampleur de la catastrophe.

  • 1 Pour un état des lieux de cette question en sociologie on se reportera à Cohen (2003).
  • 2 Voir Encyclopédie thématique sur l’inaptitude : http://www.agora.qc.ca/thematiques/inaptitude.nsf/ (...)

La vulnérabilité, une notion problématique
Au sein de la nébuleuse de concepts qui gravitent autour de la notion de risque – danger, menace, aléa, enjeu, résilience –, une notion occupe un espace particulièrement important, celle de « vulnérabilité ». Depuis la fin des années 1980, avec la succession des grandes catastrophes technologiques (Three Miles Island, Seveso, Bhopal, mais surtout Tchernobyl en 1986), les sociétés modernes ont découvert leurs failles. Une attention croissante a été portée à leurs faiblesses, mettant en lumière les nombreuses situations de menace qui caractérisent le monde contemporain. Ces faiblesses sont souvent désignées comme des « vulnérabilités ». Dans les années 1990, et plus particulièrement dans le domaine de la gestion des risques dits « naturels » – c’est-à-dire dont l’aléa, pour reprendre le vocabulaire géographique, est d’origine naturelle (tsunami, séisme, irruption volcanique, fortes pluies, ouragan, tempête, cyclone etc.) – l’utilisation de la notion de vulnérabilité s’est généralisée et amplement diffusée au cours de la Décennie Internationale de Réduction des Risques Naturels (DIRDN) lancée par l’ONU en 1990.
En France c’est à l’ouvrage collectif dirigé par Jean Louis Fabiani et Jacques Theys (1987) que l’on doit la notion de « société vulnérable », faisant écho à l’ouvrage de référence (traduit en 2001 en France) d’Ulrich Beck, La société du risque (1986). Pourtant, et comme le soulignait déjà en 1987 Jacques Theys, ce que la notion de vulnérabilité recouvre reste assez floue : « Le mot lui-même souffre d’un trop plein sémantique puisqu’il évoque aussi bien la dépendance ou la fragilité que l’insécurité, la centralité, la complexité, l’absence de régulations efficaces ou la faible résilience – et ce ne sont là que quelques exemples » (Theys, 1987 : 21).
La notion de vulnérabilité est aujourd’hui couramment utilisée pour désigner un état de fragilité, une propension à subir des dommages. Elle désigne aussi bien des situations individuelles que collectives, des fragilités matérielles que morales, des personnes que des choses ou encore des territoires. La vulnérabilité est étroitement liée à la notion de risque (la blessure n’est pas avérée mais potentielle) et, en termes juridiques, à la notion de victime. En effet, dans le système juridique, une personne vulnérable est une victime potentielle (Fiechter-Boulvard, 2000). Si l’on revient à l’étymologie du terme, vulnérabilité vient du latin vulnerare (blesser) et vulnerabilis (qui peut être blessé). Dans la mythologie grecque, la figure qui renvoie à cette notion est celle d’Achille, que sa mère Thetis tente de rendre invulnérable en le plongeant dans le fleuve Styx, mais qui le fait en le tenant par le talon, ce qui a pour conséquence de maintenir le héros dans sa condition de mortel.
Ce qui intéresse l’anthropologue, c’est d’interroger ce que sous-tend la qualification de populations, de situations ou de territoires « vulnérables », mais aussi d’analyser la façon dont cette notion se diffuse depuis quelques années et de comprendre ce qu’elle induit en termes d’appréhension des questions publiques. Il serait ainsi fort instructif de tenter de réaliser une chronologie de l’entrée en force concomitante de cette notion dans deux champs : celui de l’analyse et de la gestion des risques de catastrophes (naturelles ou technologiques, par exemple) d’une part et celui de l’analyse et de la prise en charge de situations humaines et sociales (maladie, précarité sociale entre autres) d’autre part. Assez peu de travaux se sont donné pour tâche de proposer une analyse critique des usages de cette notion, dont l’utilisation s’est avérée suffisamment pratique et consensuelle pour que l’on ne s’engage pas dans une telle remise en question.
La notion de vulnérabilité, qui provient du vocabulaire de la gestion des risques, et non de celui des sciences sociales, apparaît avant tout comme une catégorie pratique et non comme une catégorie d’analyse. Il est ainsi significatif qu’elle ne figure pas dans la plupart des dictionnaires de sociologie ou d’anthropologie.
Il faut rappeler ici l’équation bien connue qui signale que le risque est le résultat de la rencontre entre un aléa et les conditions de vulnérabilité de la société dans laquelle il survient. En distinguant les aléas (sur lesquels l’homme a peu de prise, en particulier lorsqu’ils sont naturels) de la vulnérabilité, il devient possible de définir différents facteurs de vulnérabilité (Theys, 1987 ; Wilches Chaux, 1993 ; Thouret et d’Ercole, 1996) et par conséquent d’agir sur ces facteurs. Ces facteurs multiples – sociaux, culturels, physiques, institutionnels, politiques, géographiques – témoignent de la préparation de la société pour réagir à la crise et de ses capacités à y faire face.
En sociologie, nombreux sont les auteurs qui ont fait usage de cette notion pour analyser des situations sociales mettant en scène la fragilité des individus ou des groupes analysés. On a vu en effet apparaître la notion de vulnérabilité sociale – tout comme celles de précarité ou de marginalité – pour tenter d’affiner la description et la compréhension de situations sociales d’« exclusion » ou de « pauvreté ». Elle a donné lieu à des déclinaisons, mettant en lumière les différentes dimensions de cette vulnérabilité sociale, certains auteurs annonçant le retour d’une « vulnérabilité de masse » dont on croyait qu’elle appartenait au passé, une « vulnérabilité d’après les protections » (Castel, 1995 : 461). Pour certains, la source de la vulnérabilité est avant tout un état de privation de ressources, matérielles, sociales ou normatives (Dobré in Dupont, 2003 : 413), pour d’autres, elle est à mettre en lien avec la rupture des différentes formes de liens sociaux (Paugam, 2005), ou encore avec l’affaiblissement des protections sociales dans les sociétés actuelles (Castel, 1995)1.
Dans les nombreuses tentatives de définitions des « personnes vulnérables » ou des « situations vulnérables » que produisent les organisations qui les prennent en charge (Union Européenne, Croix-Rouge, Organisation Mondiale de la Santé), la vulnérabilité renvoie à la fois à des caractéristiques physiques et à des situations sociales (enfants, femmes enceintes, personnes âgées, personnes sans abri, personnes déplacées, personnes souffrant d’un handicap, illettrés…2). On retrouve également ces caractéristiques à la fois sociales et physiques dans la définition des catégories de la vulnérabilité que propose le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) dans les camps qu’il gère (Agier, 2004c).
Selon cette perspective, toutes ces caractéristiques physiques et situations sociales appellent, en contrepartie, un devoir d’assistance, de protection, de prise en charge. C’est d’ailleurs de ce fait que la notion de vulnérabilité devient une catégorie de l’action, que celle-ci soit publique par le biais de politiques ou privée par le biais des organisations à caractère « humanitaire ». C’est aussi ce qui établit un parallèle possible entre les usages de la notion dans les différents champs mentionnés. De la même façon que la vulnérabilité – d’une population ou d’un groupe – est ce qui légitime l’intervention « humanitaire » (Agier, 2004c), la vulnérabilité d’un territoire n’est-elle pas ce qui légitime la mise en place d’actions visant à « réduire le risque » ? La vulnérabilité est dans ce sens une notion qui participe de ce que je désigne plus loin dans cet ouvrage comme une pensée de l’urgence.

47Vargas est avant tout rendu vulnérable par les caractéristiques géographiques de cette étroite bande de terre située au pied de la montagne El Ávila. Mais la vulnérabilité du Littoral est aussi produite socialement par les modes d’urbanisation et d’occupation du territoire, comme c’est le cas dans de nombreux pays d’Amérique latine (Thouret, 2003).

48D’une part, on trouve à Vargas des barrios, construits de façon précaire par les habitants les plus pauvres sur des pentes fortes et dans les quebradas elles-mêmes. Le fait que cette urbanisation non planifiée ait pu se développer a été expliqué par Negron (2000) comme une « non-politique » de la part des différents gouvernements qui, depuis les années 1960, ont cru que le fait de ne pas équiper ces quartiers des infrastructures minimales aurait pour résultat d’empêcher les migrants ruraux de continuer à s’y installer. Pour d’autres, la tolérance pour ces constructions a été analysée comme un moyen d’exercer un certain « prosélytisme politique » et de récolter les voix de leurs habitants (Bolívar, 1995). Plus généralement, les barrios sont considérés comme le reflet de « l’incapacité de l’État à gérer la croissance urbaine » (Baby-Collin, 2001).

49D’autre part, les nombreuses rivières qui se jettent dans la mer ont donné naissance à des cônes de déjection qui ont permis le développement des meilleures plages de la région. Sur ces amas de sédiments, parfois élargis par de précédents désastres, ont été progressivement construits des ensembles résidentiels et des aires de loisirs. La vulnérabilité a donc parfois été accentuée non par le caractère informel et précaire des constructions, mais par la planification urbaine elle-même, comme dans le cas de Carmen de Uria, exemple emblématique de cette vulnérabilité planifiée (Lopez et al., 2003).

50La vulnérabilité de Vargas est donc le produit d’un ensemble de facteurs historiques, géographiques, sociaux et politiques, ce qui n’en fait pas un cas exceptionnel, mais vient corroborer ce qu’ont déjà souligné de nombreux auteurs en se basant sur d’autres études de cas (Wilches-Chaux, 1993 ; Thouret et d’Ercole, 1996 ; Rodriguez et Lavell, 2002 ; Wisner et al., 2004).

51Par ailleurs, l’importante hétérogénéité sociale qui caractérise Vargas à la veille de la catastrophe de 1999 témoigne des importantes inégalités qui traversent la société vénézuélienne. La cohabitation à Vargas de populations issues des classes les plus aisées et de groupes – majoritaires – socialement défavorisés, qui se traduit par le voisinage de quartiers de villégiature et de barrios auto-construits est à la fois emblématique de la polarisation sociale plus générale que l’on rencontre dans le pays et génératrice de tensions. Ces tensions se traduisent d’une part par des pratiques violentes (homicides, cambriolages, attaques à main armée) et d’autre part par la mise en place de réponses sécuritaires (fermeture de certains quartiers aisés, grillages et barbelés autour des villas, privatisation des services de sécurité), la violence de ces inégalités conduisant en effet tous les acteurs à « radicaliser » leurs actes (Pedrazzini, 2001). Vargas, en tant qu’espace urbain « débordant » celui de la voisine Caracas, rassemble à certains égards les caractéristiques des métropoles latino-américaines composées d’espaces fragmentés, hétéroclites, éclatés, dissemblables, qui posent la question de ce qui les rassemble. On est tenté de se demander avec Yves Pedrazzini si « ce qui unit les territoires pauvres et riches de ces métropoles (ce n’est pas) tout simplement qu’ils partagent un même destin, les mêmes troubles, et qu’ils n’échapperont ni à leur destinée – qu’elle soit tragique ou non – ni l’un à l’autre ? » (Pedrazzini, 2001 : 3). À Vargas, cette « destinée tragique » prend tout son sens dans la catastrophe de 1999.

52L’hétérogénéité sociale qui caractérise Vargas aura, au moment de la catastrophe, un impact important. D’une part l’identification des habitants de Caracas à cet espace balnéaire et à ce lieu de détente jouera, comme on va le voir, un rôle indéniable sur le déclenchement de la solidarité nationale. D’autre part et dans un second temps, la présence de nombreux quartiers dits « informels » participera à la construction d’une image négative des sinistrés qui recevront assistance dans les refuges. De la même manière, les différences sociales entre les habitants des différents quartiers de Vargas joueront un rôle sur les différentes façons d’envisager le départ ou le déplacement vers d’autres lieux de vie, les retours et la reconstruction. Cette hétérogénéité est donc un facteur important à prendre en compte pour comprendre la complexité des enjeux qui surgissent autour de la catastrophe, sa signification, sa prise en charge et son dénouement.

Notes

1 Voir infra l’encadré sur cette notion.

2 Ma traduction.

3 Conseil municipal.

4 Bénéficiaires d’une encomienda. Institution coloniale qui donnait à un vecino espagnol la concession de groupes d’indigènes. Ceux-ci travaillaient pour lui et lui payaient un impôt. L’encomendero était chargé d’évangéliser les groupes indigènes placés sous son contrôle.

5 Localités.

6 Agglomérations.

7 Regroupements de population opérés dans un but de christianisation (Cunill Grau, 1991).

8 Le décompte de l’Obispo Marti prend en compte les « Espagnols », les « Indiens » et les « Noirs bozales » (nés en Afrique), qui sont comptabilisés avec les familles espagnoles, « au même titre que les enfants » (Troconis de Veracoechea, 1979 : 82-83).

9 Place qu’il gardera pendant deux siècles et demie, malgré les réorganisations dans l’économie liées notamment à l’Indépendance, puisqu’en 1910 le café et la cacao réunis représentent encore 78 % des exportations, ce qui ne sera concurrencé qu’à partir des années 1930 par le pétrole et ses dérivés (Brito Figueroa, 1970).

10 Littéralement : changer d’air.

11 Pour 1990, les chiffres sont ceux du recensement (INE, 2001) de 1990 et non ceux des projections pour 1990 utilisés par le POTEV.

12 Le compte inclut la récente parroquia Raúl Leoni.

13 Phénomène qui s’étend à toutes les villes du pays et qui s’accentue dans la seconde moitié du XXe siècle. En 1960, 22 % de la population du pays vit dans des barrios, en 1977, cette proportion est passée à 47 %, et en 1997 elle dépasse les 50 % (Cilento et Fossi, 1998). Le troisième Inventario Nacional de Barrios de l’OCEI en 1993 signale que pour l’Aire Métropolitaine de Caracas (dont Vargas fait alors encore partie), 41,25 % de la population vit dans des barrios (Cilento, 1995).

14 Ciudad Vacacional.

15 Littéralement : paroisses. Division administrative qui puise son origine dans l’époque coloniale. L’entité ainsi délimitée s’organisait autour d’une église.

16 Comme en témoignent les difficultés consécutives, en janvier 2006, à la fermeture de cette autoroute à cause des dégâts occasionnés par des mouvements de terrains et de fortes pluies sur la base du viaduc. Cette fermeture a mis au grand jour une fois de plus l’importance des liens entre les deux régions. Les marchandises arrivant au port de La Guaira ont pendant un temps dues êtres acheminées vers celui de Puerto Cabello, les vols internationaux ont été détournés vers l’aéroport de Valencia, et certains habitants de Vargas ont emménagé provisoirement à Caracas pour pouvoir y continuer leur activité journalière.

17 Habitants de Caracas.

18 Pour l’histoire de Caruao, on se reportera à Altez et Rivas, 2002.

19 AUAEV (2003a).

20 Ma traduction.

21 Briceño-León (1992) a parlé pour désigner ce processus de « racisme honteux » (ma traduction) et Pollak-Eltz (1993) de « racisme inavoué » (ma traduction).

22 Comme j’ai tenté de le montrer en analysant les raisons du stigmate associé aux victimes de la catastrophe de 1999 lorsqu’elles ont été « déplacées » dans d’autres régions du pays (Revet, 2002a).

23 Le terme de « población flotante » est utilisé par les organismes officiels et il est d’un usage assez courant. C’est une expression qui désigne, au Venezuela, plusieurs réalités. Elle s’applique d’abord au contingent d’enfants et de jeunes qui n’ont pas accès à l’éducation ou aux migrants ruraux qui viennent travailler dans les villes (dans le cas de Maracaíbo, par exemple), ce en quoi elle rejoint des définitions plus répandues qui se servent du terme pour parler des flux de population qui se déplacent en fonction des opportunités économiques. Dans le cas de Vargas, la « población flotante » est celle qui vit dans la région par intermittence, au cours de périodes données comme les vacances. Deux expressions définissent le contraire de « flottante » : la population « résidente » (residente) et la population « fixe » (fija).

24 Les barrios ont été largement étudiés au Venezuela, et en particulier ceux de Caracas. On citera en particulier les nombreux travaux de Teolinda Bolívar (1995, 1996, 1998) et de son « école » au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de la Universidad Central de Caracas – notamment T. Ontiveros (1989). Ces recherches ont permis de comprendre les dynamiques urbaines, sociales et politiques à l’œuvre dans ces quartiers, ainsi que les limites et les dangers de leur développement incontrôlé. Par ailleurs, Baldó et Villanueva (1995, 1998) ont élaboré des propositions pour insérer les barrios dans la ville et résoudre leurs carences en termes d’urbanisation. Pourtant, dans toutes ces études, les spécificités des barrios de Vargas sont peu étudiées. Vargas, qui faisait partie jusqu’en 1998 de l’Aire Métropolitaine de Caracas, est longtemps resté en marge des programmes et des projets urbains de la capitale.

25 Selon le recensement de 1990, l’aéroport fournissait 5,7 % du total des emplois de Vargas, avec 14 929 travailleurs.

26 Cette « bataille contre le rancho », dont Cilento et Fossi (1998) signalent qu’elle a conduit à de très nombreux délogements, y compris de personnes vivant dans des logements adéquats mais situés sur les terrains sur lesquels allaient être construits les grands immeubles (superbloques), est une opération de très grande envergure menée conjointement à Caracas et Maiquetía. 19 580 appartements ont alors été construits pour loger 180 000 personnes. Les problèmes sociaux auxquels ces constructions ont donné lieu ont conduit par la suite à éviter ce type de programmes.

27 Habitants de Vargas.

Notes de fin

1 Pour un état des lieux de cette question en sociologie on se reportera à Cohen (2003).

2 Voir Encyclopédie thématique sur l’inaptitude : http://www.agora.qc.ca/thematiques/inaptitude.nsf/Dossiers/Vulnerabilite (date de consultation : 02/07/2007)

Table des illustrations

Titre Tableau 3 : Évolution de la population 1950-1990, Vargas et détail de six parroquias
Légende Source : Tableau repris de AUAEV (2003b : 105) élaboré à partir des informations OCEI VIII, IX, X, XI et XII Censos Generales de Población y Vivienda. Estimaciones y Proyecciones de Población 1950-2035Note 1111Note 1212
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Source : Élaboration et conception cartographique, Julien Rebotier. Sources données SIG Vargas INE 2003Carte 5 : Vargas, configuration socio-spatiale avant la catastrophe
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Photo 1 : Le Littoral central est avant tout une région urbaine.Ici, La Guaira en mars 2000, soit trois mois après les coulées de boue.À droite, les installations du port, à gauche, les barrios de ranchos installés sur les flancs de la montagne. Au fond, les superbloques de la ville de Maiquetía. (Photo : S. Revet)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540