Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie d’une catastrophe

 | 
Sandrine Revet

Première partie. Urbanisation et désastres : oubli ou modernité ?

Événement, contexte, histoire

Texte intégral

  • 1 Cité par Paul Virilio (2002).

« Le progrès et la catastrophe sont l’avers et le revers d’une même médaille »
Hannah Arendt (1968)1

  • 2 On trouve par exemple des références aux catastrophes précédentes dans des articles de Paul Esqued (...)
  • 3 J’ai utilisé dans ce travail un corpus de 613 articles de presse traitant de la catastrophe de 199 (...)

1Au lendemain des coulées de boue de décembre 1999, le Venezuela, encore sous le choc de la force destructrice du phénomène, s’interroge. Est-ce réellement la première fois qu’une catastrophe de ce type se déroule dans le pays ? De précédents désastres auraient-ils pu permettre de prévoir et de prévenir celui-ci ? Aux nombreuses interrogations que l’événement suscite, l’histoire semble procurer certains éléments de réponse. En plongeant dans son passé, le pays réalise en effet que d’autres inondations catastrophiques se sont déjà déroulées sur le Littoral et dans la capitale. Les dates de 1798, 1948 et 1951 sont rapidement mentionnées dans les médias par des écrivains, ingénieurs, économistes ou politologues2. Ces incursions dans l’histoire, ces appels au « déjà vu » donnent lieu à un double phénomène. D’une part, replacer l’événement à la suite de nombreuses catastrophes précédentes permet de le relativiser. D’autre part, la comparaison avec les autres désastres souligne le caractère exceptionnel de l’ampleur et des impacts de celui-ci3.

2Le choix de la perspective historique pour débuter cette recherche a donc en premier lieu été guidé par les questions qui surgissaient sur le terrain. Il permet en outre de résoudre certaines difficultés méthodologiques liées au traitement de la catastrophe comme objet d’étude. En effet, l’événement est en lui-même problématique pour les sciences sociales. Edgar Morin remarque à cet égard que :

  • 4 Pour une réflexion sur les problèmes que la notion d’événement pose aux sciences sociales, voir le (...)

L’événement est considéré (par la sociologie) comme l’accident, le contingent qu’il s’agit d’écarter pour concevoir la vraie réalité sociale qui tient de la répétition, de la régularité, de la structure (Morin, 1969 : 247)4.

  • 5 Sur les liens entre l’anthropologie et l’histoire et les postures respectives de chacune de ces di (...)

3Sociologie et anthropologie préfèrent en effet le quotidien, les logiques générales, les tendances et les structures, aux ruptures, à l’exceptionnel et aux fêlures de l’événement (Bensa et Fassin, 2002). L’événement serait par contre la matière première de l’histoire, et son récit sa pierre angulaire (Farge, 2002). Mais le combat de l’école des Annales contre l’histoire qualifiée « d’événementielle » a conduit cette discipline à une certaine prudence vis-à-vis de ce type d’objets5. L’événement que constitue la catastrophe de 1999 au Venezuela est la figure même de ce « temps court » dont Braudel se méfie pour le percevoir comme « la plus capricieuse, la plus trompeuse des durées » (Braudel, 1985 : 45). Méfiance qu’il justifie par la difficulté qu’il y a à tenter de saisir l’événement dans toute sa relativité. « De sa fumée abusive – nous dit-il – il emplit la conscience des contemporains, mais il ne dure guère, à peine voit-on sa flamme » (1985 : 44).

  • 6 Ma traduction.
  • 7 Ma traduction.

4Les catastrophes dites « naturelles » n’échappent pas à cette difficulté. Aujourd’hui, leur traitement médiatique et humanitaire a fait de ces événements de purs objets a-historiques et a-politiques. Décontextualisées, elles émeuvent de par le caractère universel de la souffrance qu’elles donnent à voir comme si l’humain, la vie se révélaient à ce moment-là dans leur authenticité ou leur pureté. Les sociétés dans lesquelles elles se produisent perdent immédiatement et pour quelque temps – le temps médiatique est généralement assez bref – leurs caractéristiques. Les figures qui les gouvernent sont provisoirement effacées au profit de celles qui agissent dans l’urgence : pompiers, militaires, sauveteurs, agents humanitaires. Habituellement conçus comme des ruptures dans le quotidien, « les désastres paraissent contredire la routine de la vie sociale, créent chaos et désordre, détruisent la structure sociale et substituent le désordre à l’ordre » (Dynes, 1987 : 136), ils déroutent ainsi les sciences sociales dont l’intérêt principal serait « d’étudier les comportements répétitifs et les modèles établis » (Dynes, 1987 : 1027). Dès lors, certains anthropologues évoquent le « tropisme de la catastrophe » (Coanus et al., 2004 : 24) et l’accusent d’éblouir, de déformer la perspective et de rendre plus difficile l’identification de mouvements inscrits à la fois dans la durée et dans la dynamique des territoires.

  • 8 C. Geertz suggère un « aller-retour dialectique continu entre le plus local des détails locaux et (...)

5Pourtant, on peut argumenter que l’événement constitue un prisme tout à fait adapté pour comprendre les fonctionnements et les dysfonctionnements de la société dans laquelle il survient. On peut considérer que la catastrophe – tout comme l’expérience extrême – est « révélatrice des constituants et des conditions de l’expérience « normale », dont le caractère familier fait souvent écran à l’analyse » (Pollak, 1993 : 152). Une condition est cependant nécessaire pour que la catastrophe nous « révèle » quelque chose. Il faut, pour parler comme Braudel, « ajouter à ce fragment ce qu’il ne contient pas au premier abord » (Braudel, 1985 : 45), l’envisager dans sa dimension longue et la replacer dans un ensemble de contextes qui permettent de l’appréhender si ce n’est « totalement » à la façon de Mauss, du moins « simultanément » comme le préconise Geertz (1986)8.

  • 9 Cette perspective constitue le cœur des études récentes sur l’histoire des catastrophes (García Ac (...)

6Dès lors, la mise en perspective historique permet d’éclairer d’une lumière un peu différente l’événement qui est au cœur de cet ouvrage, comme dans l’art des ombres chinoises, lorsque l’on déplace la source de lumière et que les formes que les mains dessinent sur la toile changent de taille et de contours. En allumant la bougie de l’histoire pour éclairer l’événement, nous replaçons celui-ci sur une échelle plus vaste. En le comparant avec d’autres catastrophes antérieures, nous chercherons à en extraire les dimensions à la fois diachronique et synchronique. En faisant le pari que parmi les différences dues aux contextes, nous pouvons découvrir des traits communs9, nous proposons ici d’adopter face aux temporalités la même attitude que celle que Revel propose vis-à-vis des échelles. Passer de l’une à l’autre, ne pas en privilégier une puisque c’est la variation qui permettra la construction d’un objet complexe et la prise en compte de la « structure feuilletée du social » (Revel, 1996 : 13). Considérer différentes échelles de temps nous permettra de nous dégager de la vision unifiée du monde social qui menace parfois l’anthropologie lorsqu’elle est tentée d’extraire de leur contexte les données qu’elle produit (Bensa, 1996). On suivrait en cela la vision de Geertz pour qui l’« ethnographie » est (ou devrait être) « une entreprise historique, sociologique, comparative, interprétative » (Geertz, 1986 : 189).

7Dans le texte qui précède, présenté sous la forme d’une chronique de l’événement, il a été délibérément choisi d’adopter un point de vue restreint à la fois dans l’espace et dans le temps. Il s’agissait d’offrir un point de vue « micro » sur un événement dont les conséquences débordent le seul cadre de la petite ville de Macuto. Cette chronique de la catastrophe introduit la posture qui anime l’ensemble de cette recherche : à partir d’une observation contemporaine et ancrée localement, organiser des va-et-vient vers les autres niveaux qui éclairent les faits observés. La démarche choisie consiste donc à « replacer le sens de l’événement dans sa logique contextuelle » (Agier, 2004b : 58), l’histoire constituant l’une des dimensions de cette logique.

8Ainsi, si la force et l’ampleur des coulées de boue de 1999 à Vargas sont exceptionnelles, un retour dans l’histoire des catastrophes « naturelles » qui se sont déroulées dans la région permet de comprendre que leur occurrence n’a, elle, rien d’inédit. Ce détour par le passé nous apprend même que le Littoral vénézuélien est le produit géologique de coulées de boue du même type que celles de 1999 (Genatios et Lafuente 2003, Altez 2004). En effet, les « cônes de déjection » créés par les fleuves à chaque inondation ont donné lieu au développement des meilleures plages de la région, autour desquelles se sont construits secteurs résidentiels, clubs de loisirs et quartiers populaires. L’urbanisation du Littoral, en particulier au cours du XXe siècle, se déroule donc malgré – ou parallèlement à – la survenue répétée de désastres. Cette récurrence nous apprend aussi que le Venezuela possède une certaine expérience dans la gestion des crises de ce type : évacuation des sinistrés, accueil et soins aux blessés, distributions de nourriture sont – on va le voir – déployés pour répondre à tous les désastres depuis l’époque coloniale.

  • 10 Voir par exemple El Nacional, 16/01/2000.

9Pourtant, après les coulées de boue de 1999, une partie de l’opinion publique10 et des chercheurs en sciences sociales (Banchs 2000, Rangell et Lozada 2003) déplore que le Venezuela ne possède pas une « culture de l’urgence » ou une « culture des catastrophes ». Cette défaillance s’expliquerait selon eux par le fait que le pays n’a pas d’« histoire des désastres », contrairement à d’autres pays de la région comme le Mexique, les pays d’Amérique centrale ou la Colombie. Ceux-ci en revanche sont cités à la fois pour la récurrence des catastrophes « naturelles » qui les frappent et pour leurs systèmes d’alerte et de prévention.

  • 11 Par exemple El Universal, 24/01/2000 et El Universal, 26/02/2000.
  • 12 Ma traduction.
  • 13 Ma traduction.

10Dans la presse11 et chez les chercheurs, d’autres voix s’élèvent, qui font, elles, référence aux désastres précédents qui se sont déroulés dans la région et s’étonnent de l’« oubli » dans lequel ceux-ci sont tombés. Pour les uns, ce « manque de mémoire historique de la part des habitants de l’État de Vargas » (Lopez et al., 2003 : 54) aurait conduit à une « fausse sensation de sécurité » (5412) donnant lieu aux formes d’urbanisation que le Littoral a connu. Les autres évoquent un « urbanisme sans mémoire » (Altez, 200413) ou réfléchissent à la possibilité de prévenir d’autres catastrophes à partir d’une observation du passé (León, 2003).

11Plusieurs questions se formulaient à mesure que je découvrais la façon dont la société vénézuélienne construisait du sens autour de la catastrophe qu’elle venait de vivre. Mon interrogation principale et transversale concernait la pertinence de la notion d’oubli pour désigner le processus aboutissant à la tragédie de 1999. Est-ce uniquement parce que la société vénézuélienne a « oublié » les catastrophes précédentes que le Littoral a pu s’urbaniser de la sorte et que les coulées de boue ont provoqué des dégâts si importants ? Pour y répondre, d’autres questions devaient préalablement être abordées.

12La première concernait la façon dont s’étaient effectués le peuplement puis l’urbanisation de la région. Quelles logiques avaient accompagné ces processus au cours des siècles, pour arriver à la situation qui prévalait avant la catastrophe, souvent qualifiée de chaotique ou d’incontrôlée et jugée en partie responsable de l’ampleur des dégâts occasionnés par le désastre ? Nous explorons cette histoire depuis l’époque coloniale jusqu’à la fin du XXe siècle dans le premier chapitre.

13La deuxième interrogation concernait les précédents désastres qui avaient frappé le Littoral par le passé. Il s’agissait d’abord de comprendre avec quelle force et quelle récurrence ils l’avaient fait, pour tenter de répondre aux voix qui affirmaient qu’il n’existait pas, comme dans d’autres pays de la région, d’« histoire des désastres » au Venezuela et sur le Littoral en particulier. Aiguisée par les affirmations sur cette absence de « culture des catastrophes » et sur le prétendu manque d’expérience dans la gestion de telles crises, ma curiosité s’est tournée vers la façon dont ces événements ont – par le passé – été relatés, interprétés et affrontés puis sur le rapport avec l’élément naturel que ce traitement révèle. C’est à ces points que le deuxième chapitre est consacré.

14Après avoir abordé ces questions, il sera possible de reprendre le fil de notre question centrale pour conclure cette partie historique. Si l’on peut parler d’une histoire des catastrophes naturelles sur le Littoral, cette histoire, écrite en parallèle de l’urbanisation de la région, a-t-elle été oubliée ? N’est-il pas nécessaire finalement, pour répondre à cette question, de nous interroger sur les enjeux qui soutiennent l’affirmation d’un manque de mémoire ? C’est ce que nous ferons dans le troisième chapitre, en mettant en regard la récurrence des catastrophes et le recours à la notion d’oubli avec le poids de la Modernité dans la construction de la société vénézuélienne.

Notes

1 Cité par Paul Virilio (2002).

2 On trouve par exemple des références aux catastrophes précédentes dans des articles de Paul Esqueda (El Universal, 11/01/2000), Antonio J. Vicentelli (El Universal, 17/01/2000), Victor Artis (El Universal, 24/01/2000), Oscar Yanes (El Universal, 28/01/2000) et José Ignacio Urquijo (El Universal, 31/01/2000).

3 J’ai utilisé dans ce travail un corpus de 613 articles de presse traitant de la catastrophe de 1999. Ces articles ont été collectés de façon non exhaustive. Ils proviennent de la presse nationale (El Nacional, El Universal, Tal Cual, Últimas Noticias, 2001, Panorama, El Mundo), de la presse locale (El Puerto, La Verdad, La Prensa de Monagas, La Voz) et dans une moindre proportion de la presse internationale (Agences Reuter et AFP, Le Monde, BBC News, El Tribuno [Argentine], Latinamerica Press [web], CNN.com [web]). Ils concernent la période qui va de décembre 1999 à mai 2005. Ces articles ont été analysés comme une des productions du discours social sur la catastrophe. Comme les extraits d’entretiens, j’ai pris le parti de les traduire moi-même. Le lecteur trouvera en note de bas de page la version originale des articles cités.

4 Pour une réflexion sur les problèmes que la notion d’événement pose aux sciences sociales, voir le n° 38 de la revue Terrain (mars 2002) coordonné par Alban Bensa et Éric Fassin : « Qu’est-ce qu’un événement ? ».

5 Sur les liens entre l’anthropologie et l’histoire et les postures respectives de chacune de ces disciplines face à l’événement voir Augé (1994b) ainsi que Revel (1996) et Bensa (1996).

6 Ma traduction.

7 Ma traduction.

8 C. Geertz suggère un « aller-retour dialectique continu entre le plus local des détails locaux et la plus globale des structures globales en sorte qu’on arrive à les voir simultanément » (1986 : 88).

9 Cette perspective constitue le cœur des études récentes sur l’histoire des catastrophes (García Acosta, 1996, 2004 ; Altez, 1999, 2000, 2002b, 2003, 2006 ; Guidoboni et Poirier, 2004 ; Quenet, 2005 ; Favier et Granet-Abisset, 2000) et doit permettre d’appréhender l’événement non plus dans sa seule dimension immédiate, mais comme un révélateur (García Acosta, 1996), ou encore comme un détonateur (García Acosta, 1993).

10 Voir par exemple El Nacional, 16/01/2000.

11 Par exemple El Universal, 24/01/2000 et El Universal, 26/02/2000.

12 Ma traduction.

13 Ma traduction.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540