Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie d’une catastrophe

 | 
Sandrine Revet

Remerciements

Texte intégral

1C’est en premier lieu à celles et ceux qui sont au cœur de ce travail que je dédie cet ouvrage : les habitants de Macuto, et du quartier de La Veguita en particulier, qui m’ont accueillie, renseignée et orientée avec patience ; les membres des associations et des institutions locales qui ont accepté de répondre à mes interrogations incessantes ; et en particulier toute l’équipe d’Equipo de Formación, Información y Publicaciones (EFIP) qui a cheminé avec moi dans ma découverte de l’après-catastrophe.

2Je souhaite ensuite à exprimer ma reconnaissance à Michel Agier qui a dirigé ma thèse de doctorat, dont est tiré cet ouvrage, avec une attention particulière. Son regard curieux et ses lectures attentives, ses commentaires et ses questions, ses suggestions et sa « vision » de ce que cette thèse pouvait devenir m’ont permis d’avancer dans cette recherche avec confiance et en toute liberté. Il a su me transmettre son goût de l’anthropologie et de son expérience pratique qu’est l’ethnographie.

3Je tiens également à remercier les groupes et les équipes au sein desquels j’ai pu confronter et approfondir ma réflexion et qui ont participé au financement des voyages nécessaires à la réalisation de cette recherche : le programme ASILES « Corps des victimes, espace du sujet » soutenu par le ministère de la Recherche ; l’Équipe de Recherche Société, Identité et Pouvoir en Amérique latine (ERSIPAL) au sein de mon laboratoire du Centre de Recherche et de Documentation sur l’Amérique latine (CREDAL) ; l’unité de recherche Constructions identitaires et mondialisations de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) qui m’a accueillie pendant ma thèse ; ainsi que l’école doctorale Europe latine-Amérique latine de l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Cette recherche a également bénéficié de la participation au projet Évaluation-orientation de la coopération scientifique (ECOS) « Populations déplacées, entre refuge temporaires et nouveaux sites ».

4Les jurés de ma thèse ont, grâce aux pistes de réflexion et aux suggestions proposées lors de la soutenance, contribué à améliorer la présente version de ce travail. Je remercie Élisabeth Claverie, Christian Gros, Serge Paugam et Johanna Siméant pour leurs critiques et leurs commentaires dont j’ai essayé de tenir compte au mieux ici.

5Finalement, un grand merci à Isabelle Parizot pour son accompagnement sans faille, nos interminables discussions et ses lectures patientes, à Pierre Chauvin pour son soutien, Olivier Compagnon, Damien-Guillaume Audollent et David Dumoulin pour leur relecture, Julien Rebotier pour ses cartes et ses explications géotechniques des phénomènes physiques de Vargas, Gabriela Valera pour ses conseils et Rogelio Altez pour son intérêt pour mon travail et nos échanges fructueux.

6Autour de moi, de nombreuses personnes – parents et amis – ont contribué, par leur soutien et leur affection, à rendre cette aventure possible, qu’ils en soient tous remerciés.

7La thèse dont cet ouvrage est tiré a reçu le Prix de thèse 2006 des Presses Sorbonne Nouvelle.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540