Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Repères biographiques et bibliographiques

Bio-Bibliographie de Juan Bautista Alberdi1

Texte intégral

1810 : Naissance à Tucumán, au nord de l’Argentine, le 29 août. Sa mère, Josefa Rosa de Aráoz y Balderrama, issue d’une famille traditionnelle et aisée de la région, décède cinq mois après l’accouchement. Alberdi compare ce malheur de naissance à celui de Rousseau. Son père, Salvador Alberdi, commerçant d’origine basque, né à Viscaya, était allé s’installer à Tucumán. D’après Alberdi, son père « parlait le Français aussi bien ou aussi mal que l’Espagnol » ; il embrassa la cause de l’indépendance avec enthousiasme, par « son instinct basque d’autonomie et par ses lectures de Rousseau ». Le congrès de Tucumán, qui proclama l’indépendance argentine, le 9 juillet 1816, donna à Salvador Alberdi la carte de citoyen du nouvel État ; il décèda en 1820.

1824 : Juan Bautista, orphelin de père et mère, aidé par sa sœur et son frère, arrive à Buenos Aires avec une bourse du gouvernement qui offrait à six enfants de chaque province la possibilité de se former au Collège des sciences morales de la capitale (d’après une initiative du général Las Heras). Il se lie d’amitié avec Miguel Cané et, ne supportant pas le régime disciplinaire du collège (enfermements et châtiments corporels fréquents), demande à son frère Felipe de l’aider à abandonner momentanément ses études.

1825-1826 : Le jeune Alberdi travaille comme employé dans un commerce, lit « passionnément » Rousseau, fait des études musicales, et donne des concerts de guitare, flûte et piano.

1827-1830 : Il réintègre le Collège de sciences morales.

1831 : Début de ses études de droit à l’université de Buenos Aires.

1832 : Publication de ses premiers travaux, El espíritu de la música a la capacidad de todo el mundo (L’esprit de la musique à la portée de tout le monde) et Ensayo sobre un método nuevo para aprender a tocar el piano con la mayor facilidad (Essai sur une nouvelle méthode pour apprendre à jouer du piano le plus facilement).

1834 : Alberdi continue ses études à l’université de Córdoba et obtient le titre de bachelier en droit. Fait un long voyage dans sa province natale, refuse la proposition du gouverneur Heredia de s’initier à la vie politique locale, mais accepte, puis refuse, sa proposition de l’aider à obtenir une bourse pour se rendre aux États-Unis, afin d’étudier les formes du gouvernement fédéral. La lettre de recommandation du gouverneur de Tucumán l’introduit auprès d’un dirigeant important du fédéralisme de l’époque : Juan Facundo Quiroga, assassiné peu après, en 1835, de même que le gouverneur de Tucumán, Alejandro Heredia. Alberdi l’avait remercié de son aide, à sa façon, avec la publication de Memoria descriptiva sobre Tucumán (Mémoire descriptif du Tucumán).

1835 : Avec de jeunes intellectuels qui se réunissent dans la librairie de Marcos Sastre (Juan María Gutiérrez et Esteban Echeverría), il crée, le 23 août 1835, le « Salon littéraire », un centre culturel et politique des admirateurs du romantisme européen.

1837 : Alberdi publie son premier travail d’envergure, Fragmento preliminar al estudio del derecho (Fragment préliminaire à l’étude du droit) et continue de jouer de la musique. Il compose des « menuets argentins » au piano, dont un en hommage à la fille de Rosas, Manuelita. De sa relation hors mariage avec Petrona Abadía y Magán naît son fils Manuel. Il s’initie au journalisme avec la publication de La Moda, hebdomadaire consacré à la musique, la poésie et la littérature, avec vingt-trois numéros parus.

1838 : Alberdi participe avec Esteban Echeverría et Juan María Gutiérrez à la création de l’association secrète « La Jeune Argentine », sur le modèle des associations romantiques et révolutionnaires européennes, avec le serment solennel de s’éloigner des deux vieilles factions de la vie politique argentine (unitaires et fédéraux). Face à la menace de répression de la police rosiste et suite à la déclaration du blocus naval français dans le port de Buenos Aires, Alberdi décide de partir en novembre à Montévidéo, capitale de l’Uruguay, où se trouvaient déjà bon nombre d’émigrés anti-rosistes, ainsi que le chef du commandement naval français. Il publie de nombreux articles dans le journal El Nacional et dans les publications anti-rosistes El grito Argentino et Muera Rosas.

1839 : Sa chronique dramatique La Revolución de Mayo (La Révolution de Mai) est représentée à Montévidéo, le 25 mai.

1840 : Alberdi obtient le titre d’avocat à Montévidéo. Selon son récit autobiographique, il ne l’avait pas demandé en Argentine, pour éviter le serment de fidélité à Juan Manuel de Rosas.

1842 : Publication de El Gigante Amapolas y sus formidables enemigos (Le Géant Amapolas et ses formidables ennemis), pièce comique et satirique sur le dictateur Rosas et sur l’échec de la campagne militaire anti-rosiste de 1837-1841.

1843 : Au mois de mai, il quitte Montévidéo et part, avec son ami Juan María Gutiérrez, en voyage en Europe. Ils arrivent en juin à Gênes, visitent Turin, Genève et Paris, où ils sont présentés en septembre au Libertador, le général José de San Martín, retiré en France. Alberdi a deux longs entretiens avec San Martín. Il repart pour l’Amérique en décembre et arrive à Rio de Janeiro.

1844 : En février, Alberdi embarque pour le Chili. Il arrive le 15 avril à Valparaiso et obtient la revalidation de son titre d’avocat avec une thèse de doctorat sur le thème Memoria sobre la conveniencia y objeto de un Congreso General Americano (Mémoire sur la convenance et l’objet d’un congrès général américain). Il y exerce la profession d’avocat et de journaliste.

1845 : Publication d’Acción de la Europa en América (Action de l’Europe en Amérique).

1846 : Alberdi publie un récit de son voyage en Europe : Veinte días en Génova (Vingt jours à Gênes) et Biografía del General Don Manuel Bulnes, presidente de la República de Chile (Biographie du général Manuel Bulnes, président de la république du Chili).

1847 : Publication de La República Argentina treintisiete años después de su Revolución de Mayo (La République argentine trente-sept ans après sa révolution de Mai) et co-édition du périodique El Comercio.

1852 : Apprenant la nouvelle de la chute de Rosas à la bataille de Caseros, le 3 février 1852, et le triomphe d’Urquiza, le gouverneur d’Entre Ríos, il écrit en peu de semaines son œuvre Bases y puntos de partida para la organización política de la República Argentina, derivados de la ley que preside al desarollo de la civilización en la América del Sud (Bases et points de départ pour l’organisation politique de la République argentine d’après la loi qui préside au développement de la civilisation en Amérique du Sud), publiée au mois de mai au Chili, et rééditée en juillet avec un « Projet de Constitution ». Il en envoie un exemplaire à Urquiza, qui lui répond que « son livre est bien pensé et […] il est un moyen très important de coopération. Il ne pouvait pas être écrit dans une meilleure occasion ». Alberdi est nommé chargé d’affaires de la « Confédération argentine » au Chili. Suite à la « révolution du 11 septembre », Buenos Aires se déclare séparée de la Confédération.

1853 : Les Bases servent de documents de travail aux députés qui votent la nouvelle Constitution le 1er mai 1853. Alberdi publie Estudios sobre la constitución argentina de 1853 y Elementos de derecho público provincial (Études sur la Constitution argentine de 1853 et Eléments du droit public provincial). Polémique avec Sarmiento, qui, décu par le gouvernement d’Urquiza, s’installe à nouveau au Chili. Alberdi publie Cartas sobre la prensa y la politica militante de la Republica Argentina (Lettres sur la presse et la politique militantes dans la République argentine), plus connues sous le titre de Cartas quillotanas, car écrites dans la localité chilienne de Quillota.

1854 : En juillet, Alberdi accepte le titre de « Chargé d’affaires de la Confédération argentine devant les gouvernements de France, d’Angleterre, du Vatican et d’Espagne ». Publie Sistema económico y rentistico de la Confederación Argentina, según su Constitución de 1853 (Système économique et de finances publiques de la Confédération argentine selon sa Constitution de 1853).

1855 : Publication à Valparaiso De la integridad nacional de la República Argentina bajo todos sus sistemas de gobierno (De l’intégrité argentine sous tous ses gouvernements). Le 15 avril, il embarque pour assumer sa mission diplomatique en Europe, avec des escales à Guayaquil, Panama, La Havane, New York, Philadelphie, Baltimore, Washington (où il s’entretien avec le président Franklin Pierce) et Boston. Le 1er juillet, il arrive en Angleterre, puis à Londres où il est reçu par le ministre Lord Clarendon. En septembre Alberdi arrive à Paris, il est reçu par le Comte Walewski puis par l’empereur Napoléon III.

1856 : Alberdi rencontre le Pape Pie IX. Il décline la charge de ministre de l’économie de la Confédération argentine que lui propose le président Urquiza.

1857 : Alberdi voyage à Madrid, où il signe avec l’Espagne le traité de reconnaissance de l’indépendance argentine. Puis, à Londres, connaît personnellement Juan Manuel de Rosas, exilé en Angleterre depuis 1852.

1858 : Publication d’une brochure anonyme en français, Les choses de la Plata, expliquées par ses hommes, par un citoyen de Buenos Aires. En juin Alberdi est reçu à Londres par la reine Victoria, puis en Espagne par la reine Isabelle II. Publication en deux volumes de Organización política y económica de la Confederación Argentina (Organisation politique et économique de la Confédération argentine), Besançon, imprimerie J. Jacquin, 2 volumes.

1859 : Nouveau traité avec l’Espagne. En octobre, les forces de Buenos Aires sont vaincues à la bataille de Cepeda, mais suite au Pacte de San José de Flores, Buenos Aires se réserve le droit de réviser la Constitution.

1860 : Alberdi présente sa démission au nouveau président argentin, Santiago Derqui, et publie un Mémoire pour faire le bilan de son travail diplomatique depuis 1855. Le président Derqui lui offre le poste de ministre des Finances de la Confédération, qu’il refuse. Le gouvernement de Paraná renouvelle sa mission diplomatique. Alberdi publie Estado de la cuestión entre Buenos Aires y la Confederación Argentina, después del convenio del 11 de noviembre de 1859 (État de la question entre Buenos Aires et la Confédération argentine, après la convention du 11 novembre 1859). Il porte un jugement défavorable sur l’accord qu’Urquiza avait signé avec la province de Buenos Aires. Mitre en est élu gouverneur.

1861 : Publication de Condiciones de la unión definitiva de la República Argentina (Conditions de l’union définitive de la République argentine) avec la proposition de « fédéraliser » la ville de Buenos Aires pour qu’elle devienne la capitale du pays. Bataille de Pavón, le 17 septembre, où Mitre impose ses conditions à Urquiza. España y las repúblicas de la América del Sur, Paris, imprimerie J. Jugelmann.

1862 : Publication à Besançon, imprimerie J. Jacquin De la anarquia y sus dos causas principales (De l’anarchie et de ses deux causes principales). Mitre est élu président en avril et signe le décret de destitution d’Alberdi comme agent diplomatique, le remplaçant par Mariano Balcarce.

1865 : Alberdi publie en Français à Paris et en Espagnol à Montévidéo. Les dissensions des républiques de la Plata et les machinations du Brésil / Las disensiones de las Repúblicas del Plata y las maquinaciones del Brasil. Il publie également Los intereses argentinos en la guerra del Paraguay con el Brasil (Les intérêts argentins dans la guerre du Paraguay contre le Brasil, lettre adressée à ses amis et compatriotes), Paris, impression privée. Alberdi exprime son opposition au conflit armé et au traité de la Triple Alliance.

1866 : Publie en février La crisis de 1866 y los efectos de la guerra de los aliados en el orden económico y político de la Repúblicas del Plata (La crise de 1866 et les conséquences économiques et politiques de la guerre des alliés dans les républiques de la Plata). Ébauche d’un livre ayant pour titre De la democracia en la América del Sud (De la démocratie en Amérique du Sud). Il fait connaître le traité de l’alliance contre le Paraguay avec une note critique pour démontrer que l’objectif des alliés est de se partager le territoire du Paraguay.

1867 : Il publie La dos guerras del Plata y su filiación (Les deux guerres de la Plata et leur origine, lettre adressée par Juan Bautista Alberdi à ses amis et compatriotes) Paris, imprimerie de Rouge frères.

1868 : Alberdi publie El proyecto de Código Civil para la República Argentina y las conquistas sociales del Brasil (Le projet de code civil pour la République argentine et les conquêtes sociales du Brésil) polémique avec la proposition de Code de Dalmacio Vélez Sársfield. Domingo Faustino Sarmiento est élu président de l’Argentine.

1869 : Publication en français et en Espagnol du livre Projet de reconstruction territoriale et dynastique de l’empire du Brésil aux dépens des républiques américaines, Paris, Imprimerie Ac-C. Rochette et Compagnie. En Espagnol le titre est plus neutre : El imperio del Brasil ante la democracia en América. Alberdi rédige El crimen de la guerra (Le crime de la guerre) pour le présenter au concours organisé par la Ligue internationale et permanente de la paix, dont le siège est à Paris.

1870 : Le 1er mars, avec l’assassinat du Président Francisco Solano López, fin de la guerre contre le Paraguay. Le 11 avril est assassiné l’ex-président argentin Justo José de Urquiza dans sa maison de Paraná. Guerre franco-prusienne du 19 juillet au 29 janvier. Défaite française à la bataille de Sedan, le 2 septembre. Capitulation de Napoléon III qui est fait prisonnier en Allemagne. Siège de Paris.

1871 : Adolphe Thiers est élu chef du Pouvoir Exécutif par l’Assemblée Nationale réfugiée à Bordeaux. Insurrection parisienne et soulèvement populaire. Instauration de La Commune de Paris, du 18 mars au 28 mai. Après la semaine sanglante et la répression des communards, suite à l’entrée de l’armée versaillaise à Paris, Adolphe Tiers devient le premier président de la Troisième République. Juan Bautista Alberdi trouve d’abord refuge en Angleterre, puis retourne en France.

1874 : En janvier, Alberdi publie à Paris la brochure Palabras de un ausente en que explica a sus amigos del Plata los motivos de su alejamiento (Paroles d’un absent pour expliquer à ses amis du Plata le raisons de son éloignement). Publication de l’œuvre satirique Peregrinación de Luz del Día, o viajes y aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo (Pérégrination de Lumière du Jour, ou voyages et aventures de la Vérité dans le Nouveau Monde). Nicolas Avellaneda, né dans la province de Tucumán, est élu président de l’Argentine.

1876 : Publication à Paris, chez Garnier, de La vida y los trabajos industriales de William Wheelwright en la América del Sud (La vie et les travaux industriels de William Wheelwright en Amérique du Sud).

1878 : Juan Bautista Alberdi est élu député de la province de Tucumán. Il apprend la nouvelle de la mort de son grand ami Juan María Gutiérrez et écrit une étude sur sa personnalité et son action publique.

1879 : En août embarque pour retourner en Argentine. Arrive à Buenos Aires le 16 septembre. Entretiens avec le président Avellaneda et le général Roca, et rencontre formelle avec Sarmiento et Mitre. Il prête serment en tant que député et entre au Parlement.

1880 : N’assiste pas à la réunion des députés qui, dans le quartier de Belgrano, s’opposent aux milices de Buenos Aires. Après la défaite sanglante, au mois de juin, de cette dernière tentative séparatiste portègne sont votées la loi de « fédéralisation » de la ville de Buenos Aires et la création d’une nouvelle capitale pour la province de Buenos Aires : La Plata. Alberdi reçoit un hommage à la faculté de droit de l’université de Buenos Aires et sa conférence sur le thème La omnipotencia del Estado es la negación de la libertad individual (La toute-puissance de l’état est la négation de la liberté individuelle) y est prononcée par l’un de ses disciples. Le nouveau président de l’Argentine, Julio A. Roca, envoie un projet de loi au Parlement pour l’édition des œuvres complètes d’Alberdi. Suite à une campagne d’opposition de Mitre dans son journal La Nación le projet est refusé par le Sénat, de même que la proposition de nommer Alberdi représentant diplomatique en France.

1881 : Alberdi publie son dernier livre à Buenos Aires, La República Argentina consolidada en 1880 con la cuidad de Buenos Aires por capital (La République argentine consolidée en 1880 avec la ville de Buenos Aires pour capitale), et décide de retourner en France. Il embarque le 3 août dans le port de Buenos Aires. Au cours de la traversée, il est atteint d’une hémiplégie.

1884 : Alberdi décède le 19 juin, dans une clinique privée de Neuilly-sur- Seine ; il est enterré au cimetière de cette ville. La notice nécrologique de Théodore Mannequin, « Juan Bautista Alberdi », Paris, Guillaumin, in 8°, 14 pages, extraite du Journal des économistes, du 15 juillet 1884 est précédée de l’article consacré à Alberdi dans la Grande Encyclopédie par Rémy de Gourmont.

1886-1887 : Suite à un nouveau projet de loi du président Roca, cette fois-ci approuvé, publication de huit volumes de ses Obras completas.

1889 : Son corps est exhumé à l’initiative des autorités argentines et transféré à Buenos Aires, au cimetière de la Recoleta. Il reçoit un hommage officiel et posthume des autorités nationales et provinciales.

1895-1901 : Publication en onze volumes de ses écrits inédits, Escritos póstumos.

1902 : Inauguration au cimetière de la Recoleta du mausolée en hommage à Alberdi, couronné par une statue le représentant debout, un livre sous le bras.

Notes

1 Tous les livres d’Alberdi sont rédigés en Espagnol, même quand il les éditait en France. Dans cette notice biographique et bibliographique, nous avons choisi d’indiquer la traduction du titre entre parenthèses. Quand il s’agit d’une édition qui a fait l’objet d’une traduction en langue française, nous le précisons. À l’exception de ses écrits sur la guerre du Paraguay, de quelques brochures de propagande destinées à l’opinion publique française ou de présentations faites dans le cadre de ses responsabilités diplomatiques, Alberdi n’a pas pensé à faire traduire ses écrits. El crimen de la guerra, publié après sa mort, fut traduit en Anglais en 1913. Nous devons à l’heureuse initiative d’Axel Gasquet la traduction en Français de ses articles de jeunesse publiés au journal La Moda. Cf. Juan Bautista Alberdi, Écrits satiriques et de critique littéraire, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, juin 2006, 214 p. Présentation, notes et édition par Axel Gasquet. Traduction de Stéphanie Urdician.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540