Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

En guise de conclusion

Juan Bautista Alberdi, la force de la pensée et de l’écriture dans la destinée d’une nation

Diana Quattrocchi-Woisson

Texte intégral

1Quelle est la force de la pensée alberdienne ? Où réside sa puissance ? Quel pouvoir ont eu ses écrits ? Comment expliquer leur dynamisme, leur vigueur, voire même leur capacité d’attraction ? La première et la plus évidente des réponses : ils ont su résister à l’usure du temps. Si Alberdi continue d’être notre contemporain, c’est parce que son choix de consacrer ses talents d’écrivain et d’analyste aux problèmes de l’indépendance et de la construction nationale, nous interpelle encore. Les incidents de sa vie, la distance voulue et forcée qui le sépara de sa terre natale, lui donnèrent une liberté qu’il sut mettre au service d’une réflexion sans concession sur le pouvoir. Au moins deux fois de son vivant, il put voir réalisée sa grande ambition : que ses écrits exercent une influence sur le cours des événements de son pays ; en 1853, lors de l’adoption de la Constitution dont les « bases » furent celles rédigées par Alberdi une année auparavant, puis en 1880, lors de la réunification nationale argentine et la « fédéralisation » de la ville de Buenos Aires. C’était la « solution » préconisée longuement dans ses écrits, même si dans des moments de découragement il écrivit que l’incurable division argentine correspondait à une sorte de faille structurelle : l’existence de deux pays irréconciliables.

De la francophilie au scepticisme

  • 1 « Les idéologues sont ceux qui veulent à coups de logique changer le monde en une journée », Juan (...)
  • 2 De 1855 jusqu’à sa mort en 1884, avec une parenthèse de deux ans, de 1879 à 1881 lors de son retou (...)

2Alberdi fut un idéologue, bien qu’il détestât ce terme1. Or, si sa pensée et son écriture ont résisté à l’usure du temps, c’est aussi parce qu’il sut, en observant attentivement le cours des événements, réviser ses opinions ou infléchir ses convictions pour mieux les accompagner. Toujours soucieux d’adapter les théories héritées des Lumières aux réalités sud-américaines, il se forgea sa propre vision du progrès humain. Cela devient évident quand nous suivons la relation qu’il maintint avec la France et avec la pensée occidentale dès la publication de son premier texte important, Fragmento preliminar al estudio del Derecho, en 1837. Après une première période d’admiration et de francophilie marquée, courante chez les intellectuels latino-américains de sa génération, Alberdi évolua vers un jugement plus réaliste et nuancé, fortement lié à l’expérience concrète de sa vie en France2. En effet, le contact réel avec la France du Second Empire, celle de la guerre franco-prussienne et de la Commune de Paris, influence sa pensée et son écriture.

3En France, Alberdi découvrit peu à peu que les pays sud-américains, sous-développés et balbutiants, n’avaient pas le monopole de l’instabilité politique et que la barbarie se trouvait aussi au cœur de la civilisation. Le « modèle français » tant admiré devint alors l’objet d’un désenchantement, bien que cette désillusion n’implique jamais de rupture. Nous pourrions conclure que grâce à la longue expérience de son séjour européen, sans pour autant renier les interprétations de sa jeunesse lorsqu’il affirmait « depuis la République nous sommes les enfants de la France », ou plus emphatique encore, « Nous devons à l’Espagne des chaînes, et à la France des libertés », Alberdi prit des distances intellectuelles vis-à-vis de cette patrie spirituelle tant aimée qui avait proclamé de par le monde les nobles principes de « liberté, égalité et fraternité ».

  • 3 Les textes devaient être remis au jury le 31 janvier 1870. L’annulation du concours et le début de (...)
  • 4 « Apuntes sobre la guerra », notes publiées également après sa mort. Pour les citations nous suivo (...)

4Nous pouvons relever un moment pivot de ce processus d’amère désillusion dans El crimen de la guerra, qu’Alberdi rédigea en 1869 pour le présenter au concours organisé par la Ligue internationale et permanente de la paix qui siège à Paris3. Ses notes postérieures sur la guerre franco-prussienne vont dans le même sens4 :

« Il m’a été nécessaire de voir de près un pays civilisé envahi par un autre pays civilisé pour mesurer de mes propres yeux toute l’énormité du crime de la guerre ».

5La foi dans le progrès de l’humanité et la croyance selon laquelle les pays civilisés d’Europe devaient montrer l’exemple à la pauvre et sous-développée Amérique du Sud, commençèrent alors à vaciller. Alberdi avait consacré une partie de sa vie à dénoncer la barbarie de la guerre en Amérique, et en particulier celle de la Triple Alliance contre le Paraguay (1865-1870), mais l’horreur que lui provoqua la « guerre moderne et civilisée à la prussienne » l’amena à une inflexion et à une radicalisation de sa pensée :

  • 5 Ibid., p. 156-157

« L’Allemagne militaire d’aujourd’hui ne fait rien en matière d’attentats de lèse humanité qui ne fasse partie du quotidien avec lequel l’Amérique du Sud a conquis dans le monde civilisé le titre de pays semi-sauvage pour le caractère de ses guerres [...] Il ne manquait que l’autorisation donnée par l’exemple d’un grand pays civilisé d’Europe pour que l’Amérique du Sud n’ait plus à rougir des excès avec lesquels les caudillos les plus atroces ont taché de sang son histoire […] Dorénavant tous les attentats militaires contre les villes, les propriétés privées et les populations passives, vont avoir pour excellente excuse cette réponse à toutes les accusations : c’est la guerre moderne et civilisée, à la prussienne. Ce qui a été mis en pratique par le pays le plus instruit et le plus sage d’Europe, lors d’une guerre menée, non pas à l’encontre de sauvages mais à l’encontre de son égal culturel, ne peut être qualifié de barbare »5.

6La rédaction de la fiction littéraire Peregrinación de Luz del Día en el Nuevo Mundo (rédigée entre 1870 et 1871, publiée en 1874) parachève la réflexion désenchantée qu’Alberdi tenait dans El Crimen de la Guerra, bien que l’allégorie permette d’y introduire des notes satiriques et humoristiques. L’analyse d’Axel Gasquet nous apprend qu’Alberdi ne se contente pas de perdre toute illusion vis-à-vis de la « civilisation » européenne ou de s’indigner moralement de l’échec de son modèle « civilisateur » en Amérique. Contre la vision manichéenne de nombre de ses contemporains, (européens, argentins ou latino-américains), Alberdi réalise que « tout acte civilisé comporte d’importants vestiges de barbarie et que toute civilisation crée sa propre barbarie ». Il en arrive même à affirmer que toute culture barbare possède des éléments de civilisation : « l’homme vit du vol, toute la différence réside dans la forme du pillage ». Cette vision dialectique fait d’Alberdi un penseur en avance sur les modes intellectuelles de son époque.

  • 6 Juan Bautista Alberdi, « Memoria sobre mi vida y mis escritos », in Escritos póstumos, tome XV, Un (...)

7Au moment de résumer sa formation en Argentine, Alberdi signalait lui-même que ses lectures favorites furent très tôt rattachées à la pensée française. Il déclare que son éducation « ne vint pas uniquement des doctrines de Locke et Condillac enseignées par la chaire de philosophie de l’université, mais aussi de la libre lecture de Volney, Holbach, Rousseau, Helvétius, Cabanis, Richerand, Lavatter, Buffon, Bacon, Pascal, La Bruyère, Bentham, Montesquieu, Benjamin Constant, Lerminier, Tocqueville, Chevalier, Bastiat, Adam Smith, J.-B. Say, Vico, Villemain, Cousin, Guizot, Rossi, Pierre Leroux, San Simon (sic), Lamartine, Destut (sic) de Tracy, Victor Hugo, Dumas, P.-L. Couvier, Chateaubriand, Mme de Staël, Lemaneis, Joffroy, Kant, Merlin, Pothier, Pardessus, Troplong, Heignecio, El Federalista, Story, Balbi, Martínez de la Rosa, Donoso Cortés, Capmany »6. Dans cette énumération détaillée – bilan de ses lectures et évocation de sa bibliothèque de référence –, l’influence française, bien que majoritaire, n’exclut pas d’autres sources, particulièrement celles du monde anglo-saxon. La capacité de « mélanger » ces références théoriques a été signalée par Jean-Michel Blanquer et par Eugenio Raúl Zaffaroni comme un signe de mérite et de qualité. Nous voulons souligner que le plus francophile des auteurs argentins du XIXe siècle n’a pas hésité à prendre ses distances vis-à-vis des traditions politiques françaises les plus radicales, sans s’éloigner pour autant des nouvelles sources d’inspiration qui s’affirmaient dans le pays où il vivait depuis 1855. Comme le suggère le commentaire de Francis Demier, une certaine proximité avec le courant républicain « opportuniste », doublement horrifié par l’exercice abject de la tyrannie et l’élan dangereux et incontrôlable des masses, nous fait apercevoir un Alberdi affrontant le même dilemme que ses contemporains libéraux, tel qu’Eduardo Zimmermann le rappelle dans son article : « construire une autorité tout en limitant son pouvoir ».

8Alberdi s’éloigne ouvertement de la pensée française sur certaine questions juridiques importantes, particulièrement se rapportant au code civil. Dans la polémique avec son compatriote Vélez Sársfield, étudiée par Juan Vicente Sola, il ne se prive pas d’affirmer que « les codes sont la manie des empereurs ». Les rapports concrets qu’Alberdi entretient en France avec les élites politiques et intellectuelles sont d’ailleurs les éléments les moins étudiés de sa vie et de son œuvre. Nous avons tenté d’y apporter quelques éclaircissements, en évoquant ses liens avec de jeunes républicains français, voire même de jeunes contestataires, mais beaucoup reste encore à étudier quant à sa sociabilité en France. Les commentaires de Francis Demier, cherchant un rapport entre l’expérience historique du XIXe siècle français, qu’il appelle la « leçon française » et la répercussion que cette expérience a pu avoir dans la pensée politique d’Alberdi, ouvre la voie à de nouvelles explorations et à des travaux futurs, qu’il serait intéressant de développer.

Les conditions du travail intellectuel

9La question de l’unité de pensée dans les très nombreux écrits d’Alberdi mérite également notre attention. Eugenio Raúl Zaffaroni s’oppose à la thèse de l’existence d’au moins « deux Alberdi », en affirmant celle d’un seul et unique Alberdi « pensant et se repensant » continuellement. Probablement, la polysémie de ses écrits, inhérente aux grandes œuvres, contribue à faire de Juan Bautista Alberdi un auteur absolument exceptionnel à l’intérieur des traditions intellectuelles, historiographiques et même politiques de l’Argentine. L’importance de son œuvre et l’influence de ses écrits furent reconnus par les sensibilités politiques les plus diverses : pour ou contre sa pensée, pas un seul secteur de la vie intellectuelle argentine n’a pu se dispenser de l’étudier, voire de le juger.

  • 7 « Alberdi ne craint pas de penser contre lui-même car, s’il médita plus d’une fois l’idée d’agir p (...)

10Certains auteurs considèrent que les nombreuses « contradictions » de l’œuvre d’Alberdi expliqueraient « l’étrange » ambiguïté avec laquelle sa pensée fut accueillie ultérieurement. Didier Musiedlak introduit une autre variable d’analyse en soulignant la formidable capacité, réservée aux grandes « figures d’autorité », d’exercer une telle influence dans les destins d’une communauté. Alberdi lui-même n’hésita pas à affirmer que sa tendance à se corriger se faisait « dans l’unique intérêt de la vérité ». Nous partageons le sentiment d’être face à une pensée critique, d’une extraordinaire vitalité, et comme les travaux de Eugenio Raúl Zaffaroni et Elida Lois7 l’ont particulièrement souligné, capable de se remettre en question, de sortir d’une pensée binaire ou d’en percevoir l’insuffisance pour appréhender la complexité des phénomènes sociaux.

11Alberdi écrit pour influencer ses contemporains, mais aussi pour comprendre le monde qui l’entoure. Sa vocation intellectuelle a toujours primé sur les velléités politiques ; c’est pourquoi son œuvre n’est pas seulement utile pour comprendre l’histoire et la formation des nations sud-américaines, ou pour rendre intelligible l’histoire conflictuelle et factieuse de l’Argentine. Accusé de « graphomanie » par quelques-uns de ses adversaires, nous pouvons conclure que c’est précisément cette « manie » de l’écriture qui l’a rendu si actuel. Presque tous les thèmes de ce que nous appelons aujourd’hui les sciences humaines et sociales furent pour lui matière à réflexion. Les polémiques autour de sa figure finirent par faire de l’ombre à la considérable dimension intellectuelle de son œuvre, et nous nous sommes ici efforcés de la restituer. La référence à Claude Lefort, introduite par Didier Musiedlak, concernant les lectures du Prince de Machiavel, vont dans la même direction. Il s’agit d’œuvres qui nous semblent encore étonnamment modernes ; des œuvres qui vieillissent sans décliner et qui offrent un rapport entre le texte, l’auteur et le lecteur en perpétuel devenir et en constante recréation. C’est pourquoi aucune édition ou réédition des œuvres d’Alberdi n’a été fortuite. En effet, Alberdi semble toujours utile pour repenser les combats du présent, particulièrement autour de la démocratie et de la république. Mais l’instrumentalisation de son œuvre comporte des risques, comme celui de figer une écriture qui fut en mouvement et qui servait à son auteur de « laboratoire d’idées ». Nous avons cherché à comprendre l’homme, par sa pensée et par ses écrits, dans l’espace et le temps qui furent les siens. Nous avons souhaité rendre compte de sa complexité et nous nous sommes interrogés sur le processus d’écriture de son œuvre, qui renvoie à une problématique plus générale : le statut du travail intellectuel.

12Alberdi passa plus de quarante ans de sa vie loin de son pays natal, et il fit preuve d’une totale incapacité à trouver sa place dans l’action politique, bien qu’il eût autant d’influence que ses contemporains devenus présidents, Mitre et Sarmiento. Ils pratiquèrent tous trois l’importation et la transformation d’idées pour élaborer une « argentinité » originale. La notion de transfert culturel peut sans doute nous aider à mieux comprendre ce processus. Car il est vrai, comme le souligne Jean-Michel Blanquer, que la « mixité intellectuelle » permit en Amérique latine la rédaction de pages d’une grande créativité et d’une grande lucidité. L’œuvre d’Alberdi en est un très bon exemple, avec la spécificité d’avoir été écrite, dans sa plus grande partie, loin de l’Argentine. Nous le savons, la prise de distance est une condition sine qua non de tout travail de réflexion, et en cela Alberdi fut pleinement un intellectuel.

Alberdi et la province flottante de l’Argentine : exils intellectuels et politiques

13Nous approchons ainsi d’une autre « singularité » d’Alberdi : il vécut la plus grande partie de sa vie à l’étranger, mais son influence dans la vie intellectuelle, politique et institutionnelle de son pays fut très importante. Eugenio Raúl Zaffaroni lui assigne une caractéristique enviable : celle d’avoir été « un penseur libre, terriblement libre, capable de penser et de repenser chaque sujet à différents moments historiques pendant 45 ans ». Il n’est pas inutile de souligner que cette singularité a laissé une marque indélébile dans le champ intellectuel argentin. La recherche de l’impérieuse, enviable et difficilement accessible indépendance intellectuelle, parfois couronnée de succès, parfois terriblement amère et frustrante, au prix de nombreux sacrifices personnels et professionnels, ne fut pas une tâche facile dans la tourmentée vie politique argentine.

14Par sa vie et par ses choix, Alberdi inaugure une figure d’autorité intellectuelle qui laissera des marques dans l’histoire latino-américaine et nous donne une importante leçon à méditer : la difficulté, voire même l’impossibilité de penser avec lucidité et liberté dans des conditions d’insécurité. Pour exercer une activité intellectuelle pleine, il est nécessaire de jouir de la sécurité, de savoir que l’on ne risque pas sa vie en exprimant des idées minoritaires ou à contrecourant. La revendication du droit à la critique et au désaccord est un robuste héritage laissé par l’œuvre d’Alberdi, et c’est peut-être la base du pouvoir d’attraction qu’exercent ses écrits encore aujourd’hui. Entre 1873 et 1875, dans une tentative inachevée d’écrire son autobiographie, Alberdi était pleinement conscient de la valeur de la liberté intellectuelle, dimension de son œuvre qu’il attribue, non sans raison, à la distance entre lui et le théâtre des événements :

  • 8 Juan Bautista Alberdi, « Memorias sobre mi vida y mis escritos », in Escritos póstumos, vol. XV, O (...)

« Rien n’a été aussi utile pour mon indépendance que la liberté dont j’ai joui pour penser et écrire en étant absent de mon pays, où l’intolérance des gouvernements redouble l’intolérance de sa base naturelle, constituée des coutumes, des courants d’opinion, et du torrent des inquiétudes ambiantes, socle du pouvoir souverain d’une démocratie qui n’aime pas qu’on la contredise. C’est le secret qui explique la valeur relative de mes écrits. Ils ne valent que par la liberté totale avec laquelle ils ont été pensés, composés, et publiés »8.

  • 9 Ibid., p. 137.
  • 10 Ibid., p. 151.

15Alberdi considère que cette liberté et cette sécurité sont le fruit de sa distance physique et géographique avec l’Argentine, mais que cette distance ne fut jamais un moyen d’évasion. Il affirme au contraire : « je n’ai jamais vécu en dehors de mon pays autrement que pour y être encore plus présent par mes écrits » et que sa vie n’a été que « la vie d’un absent qui n’a jamais quitté son pays »9. Alberdi nous laisse un autre héritage important, que l’article d’Axel Gasquet met en évidence : il ne peut y avoir de travail intellectuel digne de ce nom (scientifique ou littéraire) « sans une complète liberté, c’est-à-dire, sans la sécurité de ne pas être poursuivi, en raison d’opinions contraires au gouvernement et aux préoccupations qui règnent dans le pays »10. Durant presque toute sa vie, Alberdi trouva cette sécurité en dehors de l’Argentine.

16Sa capacité à exercer une influence sur le destin collectif, non pas à travers une action politique directe, mais à travers les idées et l’écriture, fait de lui le plus intellectuel des penseurs argentins du XIXe siècle. Son animosité presque viscérale envers l’action politique directe, son refus d’accepter le poste de Ministre des Finances que la « Confédération Argentine » lui offrit à deux occasions, parmi d’autres éléments de sa biographie – dont les frustrations subies pendant son expérience diplomatique en France –, sont des preuves du manque d’aisance qu’il a pu ressentir en tant qu’acteur de la vie publique. Son goût pour l’étude, la réflexion, la plaidoirie, la dénonciation, et son penchant pour une écriture sans concession aux pouvoirs et aux idées dominantes, le placent dans cet étrange domaine qu’il a su identifier et représenter comme personne, « la province flottante de la République Argentine » :

  • 11 « Memorias sobre mi vida y mis escritos », in Escritos póstumos, op. cit., p. 153.

« J’ai passé toute ma vie dans cette province flottante de la République Argentine que l’on appelle son émigration politique, composée de tous les Argentins qui abandonnèrent le sol de leur pays sous le joug de la tyrannie, pour étudier et servir la cause de sa liberté depuis l’étranger. La quasi-totalité de notre littérature libérale a été produite sur le sol mouvant mais fécond de cette province nomade (…). Même les lois fondamentales qui régissent aujourd’hui la République Argentine ont été produites dans cette province mobile et errante du peuple argentin, que l’on a appelé son émigration libérale »11.

  • 12 Six millions de personnes selon les statistiques gouvernementales.

17Alberdi put témoigner de l’existence et de l’importance de cette « province flottante » au XIXe siècle, mais le phénomène qu’il incarne et décrit si bien s’est beaucoup renforcé au cours du XXe siècle. Au point que, lors de la célébration du Bicentenaire de la Révolution de mai, la société argentine a pu se le rappeler : sur le circuit historique et thématique baptisé « Promenade du Bicentenaire » organisé par le gouvernement argentin du 20 au 30 mai 2010, sous la forme d’un long parcours qui s’étendait sur la très large avenue 9 de julio en plein centre de Buenos Aires, la « province flottante » d’Alberdi eut une place méritée. En effet, on pouvait y voir les stands des 24 provinces argentines, des pays d’Amérique latine et des principaux pays européens. Et dans cette suggestive « Promenade du Bicentenaire », parcourue par des millions de personnes lors des festivités12, les organisateurs ont eu l’excellente idée de concevoir un stand consacré à la « 25e province argentine », en hommage aux nombreux citoyens argentins résidant à l’étranger. Cette « province flottante » de la société argentine, dont Alberdi fut le meilleur représentant, obtint ainsi une consécration symbolique dans le cadre de la célébration du Bicentenaire de la Revolución de Mayo.

18La société argentine, historiquement constituée par des millions d’immigrants, fut aussi une société d’expulsion : en raison de nombreuses crises politiques et économiques, de nombreux citoyens argentins sont partis vivre à l’étranger. Bien que l’Argentine ait historiquement été un pays d’accueil pour beaucoup d’Européens et de Latino-américains fuyant les horreurs de la guerre, de la faim et de la persécution, il est aussi vrai que son histoire politique et culturelle factieuse, au XIXe siècle et au XXe siècle, poussa un grand nombre de ses citoyens à s’installer à l’étranger ; cette diaspora porte un nom depuis le jour où Alberdi l’a baptisée : la province flottante de la République Argentine.

19Alberdi, qui maniait l’art de la conceptualisation par des formules fortes et évocatrices, fut un précurseur dans plusieurs domaines sociaux et politiques. Un visionnaire dont les éventuelles « utopies » eurent toujours un caractère éminemment réaliste. Un des aspects novateurs du travail collectif que nous présentons ici renvoie à son apport très précoce dans le champ de ce que l’on définira plus tard comme le « théâtre de l’absurde ». L’analyse, présentée par Nora Parola-Leconte, d’une pièce considérée secondaire dans la production alberdienne, El gigante Amapolas (écrite à Montevideo en 1841), nous renvoie également à cet aspect singulier de ses écrits : celui de résonner encore dans des situations historiques différentes. Le personnage du gigante Amapolas, le « dictateur-fantoche » combattu par des « pygmées de la liberté » (des soldats ayant les pieds et les mains attachés) deviendra à la fin du XIXe siècle et pendant la quasi-totalité du XXe un leitmotiv dans les grandes œuvres de la littérature hispano-américaine. Le fait que dans El Gigante Amapolas apparaisse un style précurseur du théâtre grotesque argentin et même du théâtre de l’absurde (qui n’avait pas encore produit son Ubu roi) peut être l’objet d’un débat parmi les spécialistes d’histoire littéraire ou dramatique, mais le fait que les représentations de cette « petite » pièce d’Alberdi aient eu lieu à des dates charnières de l’histoire politique argentine (1945, 1955, 1972, 1984) donne à penser qu’il y a là matière importante pour des recherches à venir.

Le labyrinthe alberdien : un univers d’encre et de papier

20Voilà qui nous amène à un point névralgique, que je dénomme le labyrinthe des archives, des éditions et des rééditions d’Alberdi. En effet, le lecteur profane peut rapidement en perdre le fil. Les articles d’Elida Lois et d’Horacio Tarcus apportent beaucoup d’informations mais nous souhaitons insister ici sur les enjeux mémoriaux : la relation toujours tendue entre mémoire publique et mémoire privée. Le premier des enjeux, fondateur, réside dans la grande importance qu’Alberdi attribuait à ses propres écrits, et dans le soin et la minutie avec lesquels il se chargea lui-même de corriger chaque publication. L’immense quantité de carnets de notes et des brouillons accumulés le long de plus de 45 années dédiées au métier de l’écriture laisse ouverte une question à laquelle Alberdi lui-même tenta de répondre pendant sa vie. Il exprima d’une part clairement sa volonté de voir ses œuvres complètes publiées en Argentine, mais manifesta de l’autre un désir contradictoire vis-à-vis du destin de ses nombreux textes inédits. Découragé face à l’immense tâche de classer ses carnets, et trop abattu pour rédiger sa propre biographie, ses différents testaments et lettres témoignent d’une manifeste ambigüité. Alberdi était tiraillé entre le désir de publier ses écrits inédits et la volonté d’exiger qu’ils soient détruits après sa mort.

21Quant à son autre souhait, clair et sans ambigüité, de faire publier ses œuvres complètes, il ne put être exaucé qu’après sa mort. Alberdi retourna en Argentine avec l’idée et le projet précis de réunir l’intégralité de son œuvre éditée pour la publier avec le soutien de l’Etat argentin. Mais il fut le témoin déçu et amer des objections que ses ennemis politiques lui opposèrent. Ainsi, l’initiative frustrée envoyée au Parlement en novembre 1880 par le tout récent Président élu – originaire lui aussi de Tucumán –, Julio A. Roca, fut un dur revers pour lui et pour son narcissisme intellectuel. La campagne menée par l’ancien Président Bartolomé Mitre, dans les influentes pages de son journal La Nación, engendra un mouvement d’opposition au financement de la publication des œuvres complètes d’Alberdi par l’État argentin. Les critiques repoussèrent l’initiative du président Roca, plongeant Alberdi dans le désarroi. A cela s’ajouta le refus du Sénat de le nommer au poste d’Ambassadeur en France.

22Alberdi avait eu la force – voire même le courage – de rentrer dans son pays en septembre 1879, à un âge déjà avancé. Il avait accepté de siéger au Parlement comme député élu de sa province natale, mais il eut du mal à supporter les adversités qui s’abattaient à nouveau sur le pays. Il fut témoin de la dernière confrontation armée, en pleine capitale, entre Buenos Aires et les provinces (plus de 2000 morts), du refus de publication de ses œuvres complètes et de l’échec de sa nomination comme ambassadeur argentin en France. Raisons suffisantes pour s’en aller encore, pour retourner dans cette terre de sécurité que la France fut presque toujours pour lui.

23Les Obras completas de Juan Bautista Alberdi furent finalement publiées en Argentine, après sa mort, entre 1886 et 1887, grâce à une nouvelle initiative du président Roca. Les huit volumes furent rassemblés et classés par ordre chronologique. Ses écrits inédits eurent un destin similaire. En effet, le désir contradictoire d’Alberdi fut résolu par ses descendants de façon positive, c’est-à-dire par la ferme décision de les publier. Les deux coffres en fer conservés à Paris contenant toute sa documentation privée furent envoyés en Argentine ; ses héritiers décidèrent de confier ces documents et le soin de leur publication à son fils, Manuel Alberdi. Il parvint à accomplir cette tâche, en partie grâce à l’aide du gouvernement argentin. Le premier volume des Escritos póstumos fut publié à Buenos Aires en 1895, et au moment de la mort de Manuel Alberdi, en 1900, onze volumes avaient déjà été publiés. La tâche fut poursuivie par son cousin, l’éditeur Francisco Cruz, qui publia encore cinq volumes entre 1900 et 1901. Il ne s’agissait pas d’éditions critiques, mais de publications réalisées par des parents proches, guidés par l’amour et la loyauté à la mémoire d’Alberdi.

24Les éditions des Escritos póstumos furent remises en question par la critique érudite, qui dénonça le manque de rigueur et le mauvais classement de ces manuscrits. Pour y remédier, de nombreuses entreprises de rééditions eurent lieu, le long du XXe siècle, toujours dirigées par des intellectuels reconnus. Ainsi, en 1920, on publia les Obras selectas, sous la direction de Joaquín V. González, en dix-huit volumes. Entre 1952 et 1957 parurent les Obras escogidas, en onze volumes, tous préfacés par des personnalités renommées. Chaque nouvelle édition apportait certaines corrections et modifications, en général au niveau des titres et du classement des œuvres. Les éditions ou rééditions d’œuvres séparées, notamment Bases ou El crimen de la guerra furent elles aussi nombreuses.

  • 13 Extraits choisis parmi l’intégralité de la production écrite d’Alberdi, œuvres publiées et inédite (...)

25Le dernier grand effort éditorial, sous la direction d’Oscar Terán, fut entrepris par l’Université Nationale de Quilmes, qui réédita les seize volumes des Escritos póstumos, sans apporter de modification à la première édition originale de Manuel Alberdi et de Francisco Cruz. Les Escritos póstumos étaient devenus introuvables, et Oscar Terán considéra impossible de réaliser un meilleur classement que celui de la première édition (essentiellement chronologique). Nous lui savons gré de n’avoir pas succombé à la tentation (dans laquelle tombèrent des intellectuels de gauche comme de droite) de proposer une énième réédition revue et corrigée de ces écrits. Grâce à l’effort d’Oscar Terán et de l’Universidad Nacional de Quilmes, les nouvelles générations peuvent relire les « inédits » stimulants d’Alberdi, même si leur statut, certainement hétérogène, reste problématique. Oscar Terán a fait le choix, légitime, de ne pas modifier la première édition. Il nous a offert également sa propre anthologie personnelle, une sélection intelligente de tout ce que Terán considérait essentiel chez l’auteur du « crime de la guerre13 ».

26L’énumération des nombreux aléas éditoriaux d’Alberdi et la reconstitution détaillée que nous offre Horacio Tarcus nous permettent d’apercevoir, derrière le zèle et l’obstination avec lesquels de nombreux spécialistes et maisons d’édition ont tant travaillé, un négoce éditorial sans doute rentable, mais surtout garant de légitimité intellectuelle pour ceux qui en assumèrent la direction. Les recherches bibliographiques semblent dans ce cas trouver une source inépuisable d’inspiration, comme si elles cherchaient le fil d’Ariane qui rendrait intelligible un parcours intellectuel aussi inclassable que celui d’Alberdi.

  • 14 Jorge Martín Furt (1902-1971), collectionneur, bibliophile, pionnier des études sur le folklore ar (...)
  • 15 Estancia « Los Talas », située dans la localité de Luján, 50 kilomètres à l’ouest de la ville de B (...)

27Les manuscrits originaux et documents privés des archives d’Alberdi eurent eux aussi un destin sinueux. Après le décès de Manuel Alberdi et de Francisco Cruz, la veuve de ce dernier, Carmen Susviela, tenta sans succès de vendre l’ensemble des manuscrits et de la correspondance d’Alberdi aux archives publiques. En 1946, un collectionneur privé, Jorge Martín Furt14, propriétaire terrien érudit, hypothéqua l’une de ses terres afin de les acquérir ; dès lors, les documents d’Alberdi furent l’objet d’une attention particulière, gardés et conservés avec zèle dans une magnifique demeure de la province de Buenos Aires15. Les descendants de la famille Furt se souviennent encore qu’il était interdit de parler en public de ces archives : les propriétaires redoutant que l’Etat argentin (qui au cours du XXe siècle ne fit pas preuve d’une conscience historique exemplaire) les en exproprie. La volonté de conserver ces documents dans le domaine privé eut ses limites. Le décès de Jorge Furt amena leurs descendants à chercher une alternative moins coûteuse pour maintenir en bon état ce fonds singulier. C’est ainsi qu’une université publique argentine, l’Université Nationale de San Martín, et le Centre national de recherches scientifiques d’Argentine prirent en charge la professionnalisation de ce trésor d’encre et de papier, sous la responsabilité d’Elida Lois. Les éditions critico-génétiques établies par cette chercheuse du CONICET, ainsi que la publication de sa correspondance – comme celle qu’Alberdi entretint avec le paraguayen Gregorio Benites par exemple –, sont des instruments très utiles à la recherche scientifique. Grâce à ces synergies, nous disposons également d’un fonds répertorié, l’Archive Alberdi, composé de 119 carnets et de 7 190 lettres (1832-1884), soigneusement classés par Ricardo Rodríguez, le beau fils de Jorge Furt, et disponible sous la forme d’un CD ROM édité par l’Université de San Martín.

28En réalité, les aléas des archives d’Alberdi ne sont pas un fait isolé dans l’histoire argentine. L’acquisition de ce fonds par un collectionneur privé vint pallier l’absence d’intérêt de l’État argentin. Hypothéquer un terrain afin d’acquérir une archive pourrait n’être qu’un fait anecdotique s’il ne mettait à nu le profond malaise de l’archivistique argentine. En effet, il est légitime de se demander si les documents d’Alberdi auraient été mieux traités et mieux conservés dans des archives publiques. La réponse est malheureusement négative. Le manque flagrant de conscience historique institutionnelle, la destruction, l’abandon ou l’absence de soins de tant de sources documentaires en Argentine ne laissent aucun doute sur la question. Nous pouvons affirmer que les documents d’Alberdi ont été sauvés de l’oubli et de la destruction grâce à la famille Furt ; mais l’accès difficile à cette information n’en fut pas moins problématique. Les petites filles de Jorge Furt se souviennent du « secret » qui enveloppa pendant plusieurs années tout ce qui avait trait à ces documents. Par crainte d’une expropriation brutale de l’État, seul un groupe réduit d’amis de confiance de la famille pouvaient consulter ces archives. Le processus de démocratisation, initié en 1984, permit la dissolution progressive de ce climat de conspiration. Grâce aux efforts partagés de l’université publique et du CONICET, les fonds de l’Archive Alberdi ont pu s’ouvrir et se professionnaliser. Nous sommes reconnaissants à Elida Lois d’avoir su, à force de persévérance, articuler l’effort des institutions publiques citées tout en respectant les intérêts et les désirs de la famille Furt. Désormais, nous avons des guides sûrs pour avancer dans le labyrinthe d’encre et de papier de l’univers alberdien.

L’intégration régionale américaine selon Alberdi

29L’œuvre d’Alberdi ne se résigna ni à tomber dans l’oubli, ni à se laisser réduire par les nombreuses tentatives d’appropriation intellectuelle ou politique dont l’Argentine est féconde. Nous considérons que cela est le fruit de la vigueur intellectuelle de son œuvre et, nous l’avons déjà dit, du caractère précurseur de bon nombre de ses idées. Il fallait donc prendre le temps d’examiner certaines de ses propositions pour les comparer à la situation présente. Rut Diamint a accepté de le faire en évoquant l’actuel contexte de construction régionale en Amérique du Sud.

30En effet, la production d’Alberdi est importante dans le domaine des relations internationales, comme en témoigne sa thèse soutenue au Chili en 1844 en vue d’obtenir la reconnaissance de son titre d’avocat : Mémoire sur la convenance et objet d’un Congrès Général Américain. Nous trouvons dans ce texte des propositions précoces sur l’intégration régionale, l’unité douanière, le besoin d’une monnaie unique et même d’une Banque propre à la région latino-américaine, ou d’une Cour de Justice à l’échelle régionale, chargée d’arbitrage entre les pays membres, avec un droit de redécoupage territorial. Il s’agit d’un ensemble d’idées visionnaires qui prennent une dimension extraordinaire à la lumière de l’histoire sud-américaine de la dernière décennie. L’audace de certaines de ces propositions les rendait sans doute impraticables. Il en est ainsi des arguments contraires à l’uti possidetis qui auraient amené à redessiner la carte politique de l’Amérique du Sud, la Patagonie comprise, ou auraient pu éviter des conflits armés frontaliers, voire même l’enclavement de la Bolivie ; mais l’histoire n’est pas à refaire sur ce point.

  • 16 À partir du constat que les propositions du secrétaire d’État des États-Unis, James G. Blaine, rep (...)

31Certains analystes du droit international considèrent que le Mémoire rédigé par Alberdi en 1844, a trouvé une réalisation dans la création de l’Union Panaméricaine, à Washington, en 188916. L’article de Rut Diamint nous renvoie à une autre dimension, en expliquant à quel point Alberdi avait déjà compris la terrible menace que représentait la Doctrine Monroe pour l’Amérique latine (il utilisait en réalité toujours la dénomination « Amérique du Sud »). Alberdi, qui avait un sens aigu de la géopolitique, considérait que le Brésil et les Etats-Unis n’étaient pas les alliés naturels de l’Amérique hispanique, mais des géants dont il fallait se méfier. Il imaginait que seule une relation privilégiée avec l’Europe pouvait être profitable aux pays d’Amérique du Sud. Il ne mâchait pas ses mots quand il considérait les préjudices occasionnés à l’Argentine par ces deux grands :

« La République Argentine a perdu Montévidéo à cause des Brésiliens et les îles Malouines à cause des États-Unis, qui les ont données à l’Angleterre ».

32En effet, le Brésil était également, pour Alberdi, un voisin dont il fallait se méfier. Nous avons déjà vu à quel point sa lecture de la Guerre contre le Paraguay mettait en cause et dénonçait les aspirations impériales du Brésil. Aujourd’hui, en traçant un bilan, avec le recul historique nécessaire, Rut Diamint semble lui donner raison lorsqu’elle conclut que « Les pays puissants du continent n’ont pas contribué, ni réellement, ni efficacement, à la conformation d’un bloc continental capable de favoriser les intérêts communs », quoique son regard soit aussi sévère sur l’incapacité des pays de la région à se donner une unité alternative.

33Alberdi considérait que le Brésil était l’allié naturel des Etats-Unis. L’histoire du vingtième siècle latino-américain semble confirmer en grande partie ce pronostic. Toutefois, la construction du Mercosur et de l’Unasur serait inconcevable sans la présence dynamique du Brésil. A quel point la politique internationale du président Lula confirme-t-elle ou non les craintes d’Alberdi ? Sur ce point, l’article de Rut Diamint épouse les thèses alberdiennes. Bien évidement, nous nous éloignons du dix-neuvième siècle pour nous interroger sur la construction régionale sud-américaine d’aujourd’hui et de demain. Lors du colloque de juin 2010, la conclusion plutôt pessimiste de Rut Diamint fut nuancée par les interventions de collègues considérant que la méfiance d’Alberdi, craignant que « la subdivision des républiques espagnoles, leur démembrement, augmente le pouvoir relatif du Brésil » avait fait son chemin dans la conscience des dirigeants politiques de l’Amérique latine. L’Unasur serait justement la possibilité de changer une donne historique, de faire contrepoids pour obtenir un réalignement politique du Brésil en la faveur de l’Amérique du Sud. Cela permettrait de parer collectivement les tentatives d’union tarifaire des Etats-Unis, qui seraient ruineuses pour tous les pays au sud du Rio Colorado. Ce débat reste bien entendu ouvert, mais nous saluons la conclusion de Rut Diamint, quand elle affirme qu’Alberdi eut, entre autres mérites, celui d’imaginer « un futur de noblesse sud-américaine » et que, 150 ans après, l’incapacité des élites dirigeantes de la région à mettre en œuvre ce rêve et cet idéal n’est pas excusable. Pour qu’une « utopie » devienne réalité, il faut qu’elle trouve un fondement et une nécessité historiques, mais il faut aussi qu’elle repère les acteurs sociaux et politiques capables de la mener à bien. Nous savons aussi que sur ce point, concernant la capacité des élites dirigeantes, Alberdi fut enthousiaste d’abord, réservé ensuite, et pour finir, profondément sceptique.

34Cet homme, né à la périphérie de la civilisation occidentale, dans l’une des provinces les plus petites du nord de l’Argentine, finit par avoir la stature d’un penseur universel. Certes, cette stature ne fut pas reconnue en dehors de son pays ou de l’Amérique latine. Ce livre est une tentative de remédier à l’ignorance qui règne en France à son sujet. L’analyse de la production intellectuelle ou artistique latino-américaine suscite souvent, en raison de son caractère hybride, une certaine perplexité. Mais ce serait oublier que plusieurs traditions de la pensée occidentale ont trouvé en Amérique latine un vaste laboratoire d’expérimentation, et que dans cet « extrême Occident », selon la belle formule d’Alain Rouquié, se sont façonnées des pensées et des réalités novatrices et audacieuses. Deux cent ans après leurs indépendances politiques, les sociétés latino-américaines restent un bon exemple de leur caractère créatif, issu des mélanges et du métissage. La pensée éclectique d’Alberdi, écrivain acharné et lecteur vorace de tout ce que la pensée intellectuelle française et européenne produisit au XIXe siècle, illustre le genre d’’indépendance intellectuelle que l’Amérique latine parvint à atteindre, et nous montre aussi ses frontières.

35Ces limites sont particulièrement évidentes en ce qui concerne les résultats économiques. La stratégie centrale d’Alberdi, qui consistait à atteindre la paix et la civilisation grâce au développement économique et social exogène, montra rapidement ses faiblesses. Selon le credo libéral d’Alberdi, le pays étendu, pauvre, divisé et dépeuplé qui avait conquis l’indépendance politique pouvait atteindre un niveau de développement comparable à celui de la vieille Europe, en brûlant même quelques étapes. Nous constatons ainsi qu’Alberdi est un homme du dix-neuvième siècle, parfois en avance sur les idées de son époque, d’autres fois devancé par celles-ci. Quel sens y a-t-il aujourd’hui à critiquer sa confiance dans le capitalisme et le libéralisme ? « Même Marx et Engels ne se délivrèrent pas de ce paradigme », nous rappelle Eugenio Raúl Zaffaroni. Et en effet, l’idée dominante chez les marxistes eux-mêmes était qu’après l’expansion planétaire nécessaire du capitalisme, il serait possible de prendre un nouveau chemin, voire de faire la « révolution ». Selon ce « paradigme », le capitalisme centrifuge était le seul remède au sous-développement. Et dans cette marche ascendante vers le progrès et la civilisation, l’indépendance politique était historiquement progressive, car elle libérait d’un coup l’Amérique du Sud de son assujettissement à une puissance décadente.

Autour du présidentialisme, de la citoyenneté et de la justice internationale

  • 17 Cf. l’ouvrage sous notre direction, L’Argentine après la débâcle. Itinéraire d’une recomposition i (...)

36Un autre débat intéressant renvoie à l’apport constitutionnel de l’œuvre d’Alberdi. Juan Vicente Sola suggère que ses Bases n’eurent qu’une faible influence sur la constitution de 1853, alors que Eugenio Raúl Zaffaroni affirme que cet écrit fut le document de travail que les constituants de 1853 prirent comme référence, lorsqu’ils décident, en l’espace d’une nuit et dans un moment historique vertigineux, de promulguer une nouvelle Constitution. Ce qui n’est pas remis en question, c’est le fait que dans ce vieux texte, la jurisprudence argentine défende un pouvoir exécutif fort, un hyper présidentialisme, et qu’aucune des réformes constitutionnelles ne prit ses distances avec le « modèle » alberdien. Eugenio Raúl Zaffaroni nous invite à imiter l’Alberdi « pensant et se repensant » afin de reconsidérer les institutions démocratiques et la séparation des pouvoirs, avec un avertissement qu’il nous semble important de souligner : le parlementarisme n’est pas responsable du mal qui affecte la qualité institutionnelle de l’Argentine et de plusieurs pays occidentaux, au contraire. Dans le cas de l’Argentine, la grande crise de 2001 et sa résolution parlementaire sont le signe important de la fin d’une époque17, voire d’un long cycle historique. Si en dernière instance, une constitution est un code qui distribue le pouvoir afin d’éviter qu’il ne soit concentré dans une seule main, les récentes réformes constitutionnelles en Amérique du Sud devraient être prises plus au sérieux, même si elles sont loin d’être irréprochables. Tout come en France et en Europe. Que ce besoin se fasse sentir dans des sociétés aux histoires si différentes est un symptôme qui mérite plus d’analyse, et peut-être aussi l’expression de l’épuisement historique des formes actuelles de notre vie démocratique. Ces réflexions, qui semblent nous éloigner de l’Alberdi historique, nous rapprochent en réalité de lui, de ses écrits et de son exemple de pensée critique. Les travaux ici réunis sont immergés dans un présent où les problèmes de la vie en société, de la vie collective et civilisée, acquièrent une dimension de plus en plus affligeante. Nous n’avons pas examiné et revisité l’œuvre d’Alberdi pour nous abstraire du présent, mais pour y trouver certains outils conceptuels qui pourraient nous aider à mieux le comprendre.

37En ce qui concerne le modèle de citoyenneté, Alberdi s’opposait au modèle « vertical » de l’instauration du service militaire et de l’école obligatoire, et il défendait une citoyenneté libre, que les sociétés latinoaméricaines ne voulurent jamais adopter. Quant à l’élargissement de cette citoyenneté à travers l’exercice de droits politiques, la structure économique concentrée de l’Argentine ne put jamais la tolérer, et les règlements de comptes successifs contre les gouvernements élus par la majorité populaire furent des drames majeurs du XXe siècle argentin. Comment ne pas comprendre alors que, face aux traditions militaires aussi fortes, aussi frustrantes et aussi opposées à la liberté de pensée et de critique, un secteur d’intellectuels argentins et latino-américains redécouvre dans l’auteur de El crimen de la guerra un précurseur légitime du pacifisme, qui avait su anticiper et dénoncer la dérive militariste ? Ce même auteur offrait un répertoire véritablement stimulant pour repenser le droit international, et ériger en principes universels certaines formules qui, aujourd’hui encore, gardent un air « juvénile » : une société des nations à niveau planétaire, des cours de justice internationale, un arbitrage international, un droit à la neutralité lors de conflits mondiaux, et ce concept un peu obscur mais assez suggestif de « peuple-monde ». Le rejet viscéral de la violence des guerres est aussi un élément attractif de sa pensée, car selon Alberdi « il n’y a pas de guerre juste ». Même si les « palliatifs » qu’il avait suggérés, la Société des Nations, la justice internationale, un tribunal pénal international (ancêtre du tribunal de La Haye), n’ont pas évité pour autant les sanglants conflits mondiaux.

Retour amer à l’Argentine réelle : Alberdi, un perdant ?

38Le rapport d’Alberdi à l’exercice de l’action politique suscite aussi bon nombre de questions. A la différence de ses contemporains, et en particulier de Mitre et de Sarmiento qui voulurent et parvinrent à être présidents, il refusa par deux fois le poste de Ministre des finances. Il avait accepté avec enthousiasme le poste d’Ambassadeur en Europe, et vécu dans l’exercice de ses responsabilités diplomatiques une première défaite politique que nous avons étudiée de près dans la partie consacrée à sa période européenne. A la fin de sa vie, son souhait le plus cher se résumait à faire publier par l’Etat argentin ses œuvres complètes et obtenir une nouvelle nomination comme Ambassadeur d’Argentine en France. Il avait accepté, non sans hésitation, de rentrer au pays, à la veille de ses 70 ans. Or, l’opération « retour d’Alberdi » organisée par initiative de la province de Tucumán - probablement à l’instigation du Général Roca et d’autres personnalités proches de celui-ci -, fut un fiasco, avec des contours dramatiques.

  • 18 Juan José Justo de Urquiza (1801-1870). Pour ce thème voir Beatriz Bosch, Urquiza y su tiempo, Bue (...)

39En effet, Alberdi se laissa convaincre de retourner en Argentine. Il fut élu député de la province de Tucumán, et intégra le Parlement national. Dès son arrivée au pays, en 1879, plusieurs secteurs firent pression afin d’obtenir son soutien politique - soutien qu’il n’était pas en mesure d’offrir, voulant préserver une certaine indépendance-. La guerre civile éclata à nouveau. Dans les rues de Buenos Aires, les confrontations firent plus de deux mille morts. Le commentaire d’Eugenio Raúl Zaffaroni à ce sujet mérite d’être rappelé : « la peur n’est pathologique que si elle est sans objet ». Ces « objets à craindre » étaient effectivement présents pour Alberdi, à Buenos Aires et en Argentine. Ses nombreuses affirmations sur la nécessaire complémentarité entre liberté et sécurité ne sont pas qu’un cliché du crédo libéral. Alberdi attaquait à travers ses écrits le puissant pouvoir de la douane de Buenos Aires. Le président constitutionnel qui lui avait donnée la charge d’ambassadeur de la « Confédération Argentine » avait été assassiné en 1870 par un ancien partisan, qui l’accusait d’avoir trahi la cause fédérale18. Malgré cela et l’existence d’autres signes inquiétants, Alberdi accepta le retour en Argentine.

  • 19 Alberdi écrivit un dernier livre qu’il publia en Argentine, une étude probablement déjà ébauchée c (...)

40Ce furent deux années éprouvantes pour lui, d’août 1879 à août 1881. Il assista à sa seconde et plus terrible défaite politique, même s’’il pouvait considérer que ses idées avaient finalement triomphé, et que l’unité nationale qu’il avait tant défendue devenait réalité avec la « fédéralisation » de la ville de Buenos Aires et la création d’une nouvelle capitale pour la province de Buenos Aires : La Plata19. Il souhaitait des distinctions qu’il croyait mériter : que le Général-Président Julio A. Roca le désignât ambassadeur à Paris et que ses œuvres complètes fussent publiées : être reconnu par son œuvre intellectuelle et par sa capacité de représentation à l’étranger. Il n’obtint ni l’un ni l’autre. Son retour en France fut pathétique : son corps ne put supporter un tel échec, une telle humiliation. Certes, sa santé avait toujours été fragile et il s’en plaignait dans de nombreuses lettres. Mais c’est au cours de cette traversée de l’Atlantique, avant d’arriver au port de Bordeaux, qu’il fut atteint d’une hémiplégie. Dès lors, il est tentant de conclure qu’Alberdi resta divisé à jamais, suspendu entre deux mondes, sans pouvoir appartenir ni à l’Amérique, ni à l’Europe ; ni à l’Argentine, ni à la France. Le refus de sa nomination en tant qu’ambassadeur l’obligeait à un retour sans gloire au pays de sa sécurité intellectuelle. Plus qu’un choix, ce retour en France semblait un renoncement. La crise d’hémiplégie en plein océan le paralysa à mi-chemin entre ses deux patries, la patrie intellectuelle et celle de sa naissance et de ses obsessions politiques. Mais il ne s’agit là que d’une métaphore, car la réalité fut beaucoup moins poétique. Alberdi parvint à se remettre sur pied et passa les trois dernières années de sa vie, de maladies en guérisons, alternant ses séjours entre Paris et la Normandie, entouré de l’amitié et du réconfort d’une poignée d’amis, dont sa gouvernante française. Il mourut dans une clinique de Neuilly-sur-Seine, le 19 juin 1884, seul et émotionnellement affecté, sans cette amie qui avait été la meilleure compagne de toute sa vie : la lucidité.

  • 20 Pour l’interprétation révisionniste voir particulièrement José María Rosa, La guerra del Paraguay (...)

41Nous pourrions conclure, sans porter atteinte à la vérité historique, qu’Alberdi fut un grand perdant. Or, les ancrages de ses idées et de ses écrits dans le paysage politique argentin nous montrent un Alberdi plutôt victorieux. Il est revendiqué par les libéraux, mais aussi par les socialistes et les communistes argentins. Les nationalistes abhorrent sa revendicative « alliance avec l’étranger pour vaincre la tyrannie », mais saluent sa dénonciation vigoureuse de la guerre contre le Paraguay. Les péronistes arrivent à Alberdi par l’intermédiaire du révisionnisme historique20 et par la décision de Juan Domingo Perón de rendre, à la fin de sa seconde présidence en 1954, les trophées de la Guerre du Paraguay (bien qu’il les remette au dictateur Stroessner). Certes, les nationalistes préfèrent les critiques acerbes d’Alberdi contre les pères fondateurs de « l’histoire officielle argentine », mais ils dénoncent son « européisme ». Or, la relecture des écrits d’Alberdi sur le droit international et l’analyse de son rôle pendant la guerre de la Triple Alliance nous le montrent avec une aiguë conscience sud-américaine et une claire compréhension des bénéfices de l’intégration régionale. L’Amérique du Sud peine encore à accomplir le programme audacieux d’unification qu’Alberdi avait déjà imaginé en 1844. Est-ce le destin des idées visionnaires et des hommes lucides, à la pensée complexe, que d’être ignorés ou incompris ? Quelle est la signification de « perdre » ou de « triompher » dans les batailles intellectuelles ?

42Ces questions et tant d’autres resteront ouvertes. Cet ouvrage, guidé par la volonté de saisir un parcours historique singulier, donne de nombreux éclairages sans pour autant apporter toutes les réponses. Nous avons exploré la pensée et l’écriture d’Alberdi en compagnie de spécialistes de France et d’Argentine. Ce fut un travail collectif stimulant, tant la pluralité des voix et des approches convenait parfaitement à notre objet d’étude.

43Juan Bautista Alberdi, par la force de ses idées et de ses écrits, sut rester éminemment présent dans le destin d’un pays qui fête aujourd’hui les deux cent ans d’une indépendance qu’il avait tant théorisée, aidant ainsi, d’une certaine manière, à son accomplissement. C’est pourquoi le meilleur des hommages, plus encore dans cette période de commémoration autour des bicentenaires, est celui de la liberté intellectuelle et du respect des différences. Pouvoir penser et repenser, avec sécurité et tranquillité ; pouvoir exprimer les différences et les analyser pour mieux comprendre les enjeux d’une pensée et d’une œuvre sans doute exceptionnelles, sont les seuls tributs que nous souhaitons rendre à l’homme et à l’écrivain.

Notes

1 « Les idéologues sont ceux qui veulent à coups de logique changer le monde en une journée », Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos, tome IX, cité par Oscar Terán, Escritos de Juan Bautista Alberdi. El redactor de la Ley, Universidad Nacional de Quilmes, 1996, p. 37.

2 De 1855 jusqu’à sa mort en 1884, avec une parenthèse de deux ans, de 1879 à 1881 lors de son retour en Argentine.

3 Les textes devaient être remis au jury le 31 janvier 1870. L’annulation du concours et le début de la guerre découragent Alberdi. Son manuscrit, en état avancé de rédaction, El crimen de la guerra, fut publié après sa mort dans Escritos póstumos, Buenos Aires, Imprenta Europea, tome 2, 1895.

4 « Apuntes sobre la guerra », notes publiées également après sa mort. Pour les citations nous suivons l’édition sous la responsabilité d’Oscar Terán, Escritos póstumos, Universidad Nacional de Quilmes, tome 2, 2002.

5 Ibid., p. 156-157

6 Juan Bautista Alberdi, « Memoria sobre mi vida y mis escritos », in Escritos póstumos, tome XV, Universidad Nacional de Quilmes, 2002, p. 153-154.

7 « Alberdi ne craint pas de penser contre lui-même car, s’il médita plus d’une fois l’idée d’agir politiquement, il est évident, au regard de son travail d’écriture, qu’il privilégia l’exercice de la pensée pour comprendre. » Cf. Elida Lois, « Estudio Preliminar » à l’édition critico-génétique de Juan Bautista Alberdi, El crimen de la guerra, Buenos Aires, UNSAM edita, Serie Archivo Alberdi, 2007, p. 26.

8 Juan Bautista Alberdi, « Memorias sobre mi vida y mis escritos », in Escritos póstumos, vol. XV, Op. cit., 2002, p. 154.

9 Ibid., p. 137.

10 Ibid., p. 151.

11 « Memorias sobre mi vida y mis escritos », in Escritos póstumos, op. cit., p. 153.

12 Six millions de personnes selon les statistiques gouvernementales.

13 Extraits choisis parmi l’intégralité de la production écrite d’Alberdi, œuvres publiées et inédites.

14 Jorge Martín Furt (1902-1971), collectionneur, bibliophile, pionnier des études sur le folklore argentin, auteur notamment de Cancionero Popular Rioplatense (2 vol. 1923, 1925), Arte gauchesco (1924), Coreografía gauchesca. Apuntes para su estudio (1927), Lo gauchesco en la Literatura Argentina (1929), Antología gauchesca (1930).

15 Estancia « Los Talas », située dans la localité de Luján, 50 kilomètres à l’ouest de la ville de Buenos Aires. L’une des plus anciennes estancias de la Pampa (le premier bâtiment fut construit en 1824). Outre les archives de Juan Bautista Alberdi, Jorge Furt y réunit l’une des bibliothèques les plus extraordinaires de l’Argentine, avec plus de 40 000 volumes.

16 À partir du constat que les propositions du secrétaire d’État des États-Unis, James G. Blaine, reprenaient point par point celles d’Alberdi. Cf. Isidoro Ruiz Moreno (h), El pensamiento internacional de Alberdi, Buenos Aires, Eudeba, 1969, p. 92-95.

17 Cf. l’ouvrage sous notre direction, L’Argentine après la débâcle. Itinéraire d’une recomposition inédite, Paris, Michel Houdiard Editeur, 2007.

18 Juan José Justo de Urquiza (1801-1870). Pour ce thème voir Beatriz Bosch, Urquiza y su tiempo, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1984, R. J. Cárcano, Urquiza y Alberdi, intimidades de una política, Buenos Aires, La Facultad, 1938. Félix Luna, Los Caudillos, Buenos Aires, Peña Lillo, 1971.

19 Alberdi écrivit un dernier livre qu’il publia en Argentine, une étude probablement déjà ébauchée car il s’agissait d’une de ses grandes obsessions : La República Argentina consolidada con Buenos Aires como su capital.

20 Pour l’interprétation révisionniste voir particulièrement José María Rosa, La guerra del Paraguay y las montoneras argentinas, Buenos Aires, Ed. Hyspamérica, 1986.

Auteur

Docteur en Histoire, habilitée à la direction de recherches, Université Paris Diderot - Paris 7. Chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique à l’Institut des Sciences sociales du politique (UMR 7220). Présidente de l’Observatoire de l’Argentine contemporaine. Membre de l’Institut des Amériques. Parmi ses publications : Un nationalisme de déracinés. L’Argentine pays malade de sa mémoire (1992), Los males de la memoria. Historia y política en Argentina (1995 et 1998), Cuando opinar es actuar. Revistas argentinas del siglo XX (1999), Argentine. Enjeux et racines d’une société en crise (2003), L’Argentine après la débâcle. Itinéraire d’une recomposition inédite (2007), Histoire politique de l’Argentine contemporaine 1890-2001. Un long et extrême vingtième siècle sud-Américain (2009)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540