Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Commentaires

Entre la pensée économique dominante et les exigences d’organiser une nation moderne

Albert Broder

Texte intégral

1Pour un Européen, écrire sur Alberdi constitue une gageure tant l’homme, peu connu hors de son pays, est érudit et donc complexe. Certes, ces deux qualificatifs sont communs aux grandes personnalités des XVIIIe et XIXe siècles du monde occidental. Il apparaît rapidement qu’une lecture même superficielle de la trajectoire de vie d’Alberdi fait immanquablement penser à un Benjamin Franklin ou à un Jefferson qui n’aurait pas participé directement à la réalisation de son dessein. Il s’agit d’un esprit encyclopédique – au sens des Lumières – ouvert à la nouveauté politique, culturelle et économique cherchant à ancrer les principes de liberté lors de la naissance d’une nation affranchie des entraves de traditions liées à un passé vieux de trois siècles.

2Les réalités de l’histoire lui ont été contraires, ses exils successifs et sa mort, isolé aux portes de Paris, illustrent une adversité à laquelle il n’a que rarement échappé. Mais au-delà d’une réalité argentine qu’il voit plus qu’il n’y participe, l’œuvre d’Alberdi confirme le dicton selon lequel il n’est pas nécessaire de réussir pour persévérer. Paradoxe, puisque peu de penseurs peuvent, à son image, être reconnus comme inspirateurs directs de la constitution originelle de leur pays. Là aussi, Alberdi s’inscrit dans le cercle restreint des « pères de la nation ». Participant de la génération romantique de 1837, nourrie des lumières du XVIIIe siècle français, proche de Sarmiento, il eut surtout le tort de s’éveiller à l’action trop tard par rapport à la libération des provinces de La Plata, alors que la caste oligarchique avait déjà sécurisé son pouvoir. Sa notoriété posthume n’en est que plus méritée. Mais cela explique sans doute l’absence de retentissement international de son œuvre.

3Latin dans tous les sens culturels du terme, Alberdi pense naturellement que le droit politique est la base de toutes choses, de celles qui sont comme de celles qui doivent apparaître. Issu d’une famille de négociants, il ne reconnaît cependant pas le primat de l’économie et, en ce sens, est très éloigné des philosophes économistes britanniques des XVIIIe et XIXe siècles dont il adopte les idées de liberté individuelle, de respect des droits de la personne, de propriété privée et, plus encore, de liberté économique sous toutes ses formes. Il saisit cependant les risques que leur exagération fait courir à la personne humaine. Il marque très clairement sa différence avec Adam Smith, et plus encore avec Mal thus dont il rejette sans ambiguïté le pessimisme quasi eugénique.

  • 1 NdT : Système économique et des finances publiques de la Confédération argentine.
  • 2 Juan Bautista Alberdi, Sistema económico y rentistico de la Confederación Argentina., p. 229. Disp (...)
  • 3 Voir particulièrement « limites que separan el derecho de la política y la economía » Fragmento Pr (...)

4L’adhésion au principe de la liberté de circulation économique chez Smith (qui ne se réduit pas au libre-échange), mais aussi aux analyses de Jean-Baptiste Say dont on trouve des notations dans le Sistema económico y rentistico de la Confederacion Argentina1, est dans la logique d’un projet, inspiré par la constitution des États-Unis, d’une fédération de provinces autonomes qui constitue une réponse à la tentative hégémonique de Buenos Aires2. Ce centre dominant impose trop de refus et de contraintes au reste de la nation émergente. Ce qui ressort avec force de la prééminence du politique qui soumet la réalisation du Système Economique au primat de la Constitution. Il aurait été intéressant d’accorder une place plus importante à l’analyse de sa première grande réflexion : le Fragmento Preliminar al Estudio del Derecho qui indique avec force la séparation entre la politique et l’économie3.

5C’est à un exercice difficile que se sont livrées Noemí Girbal et Andrea Reguera, tant il est vrai que leurs analyses investissent le caractère complexe d’une œuvre où le non dit est sans cesse suggéré, masquant les contradictions entre le projet théorique et le réel. Les deux articles font ressortir la problématique d’une réflexion construite sur le futur incertain d’une nation en devenir, à peine peuplée, aux limites indéfinies et aux ressources souvent encore virtuelles ; en opposition à un passé colonial structuré mais rejeté dans ses pratiques économiques. La pensée d’Alberdi, telle qu’il l’expose dans le Système, réalise un grand écart inévitable entre l’idéologie française des Lumières dont il est imprégné, y compris dans ses réticences envers le poids des masses où il rejoint Tocqueville. Noemi Girbal nous fait part de l’hostilité d’Alberdi à la dictature de la majorité et sa stigmatisation de ce qui serait une république des intérêts (una república del interés), alors que son constructivisme logique le met dans une acceptation mesurée des doctrines économiques propagées depuis la Grande Bretagne. C’est ce dernier élément que fait ressortir Andrea Reguera concernant le séjour au Chili et surtout l’opposition qu’elle note chez Alberdi entre « la Patrie réelle » et un pays de songes (Pais de ensueño). Il s’agit d’une espèce de combat de l’ange entre le constat d’une réalité inacceptable et la capacité d’intervention effective d’un homme dont la pensée prépare et organise l’action des autres ; autrement dit d’un auteur qui privilégie l’œuvre concrète plus que la construction de la cité idéale du futur.

6Plus encore, nos deux collègues nous renvoient par leurs analyses à la dualité de l’évolution de la pensée d’Alberdi. Elles font ressortir toute la contradiction entre sa volonté de privilégier le politique par la Constitution et sa conviction selon laquelle la pérennité du modèle politique ne peut s’ancrer que dans le succès de la transformation économique. Comme nombre de réformateurs, il se trouve confronté au dilemme du mariage intellectuel entre idéologie économique et réalisme. En cela, Alberdi ne serait pas déplacé au cœur des débats contemporains portant sur les migrations internationales, la mondialisation (forme généralisée du libre-échange), le protectionnisme ou la place de l’investissement étranger pourvoyeur de capitaux et de savoir-faire ; dans la croissance de ce qu’on qualifie de nos jours de pays émergents et qui s’applique facilement à l’Argentine d’Alberdi.

7Noemí Girbal et Andrea Reguera ont mis fortement l’accent sur le rôle qu’Alberdi attribue à l’immigration dans le développement et l’organisation d’une terre presque vide ; aspect sur lequel nous revenons en conclusion. C’est une vision contemporaine de celle que les États-Unis développent au moment de la rédaction du Système. Toute sa critique du pessimisme malthusien se trouve résumée dans une phrase brillante et ramassée : « Le peuplement est à la fois la finalité et l’instrument. » Cette affirmation constitue un des pivots essentiels d’une pensée économique sans cesse en devenir et traduit un des, sinon le vecteur principal du devenir économique de l’Argentine selon Alberdi. Il s’agit d’un aspect important de sa pensée centrée sur la primauté humaine et de l’origine de ses réticences au sujet de l’industrialisme chez Smith, modèle de la division du travail, contraire à la vision romantique de l’artisan. Cette gêne intellectuelle est sensible dès le Fragment préliminaire, publié alors que son auteur n’a encore que vingt-sept ans. Il critique la dynamique libérale au nom de ce qu’il appelle la « trinité humaine ».

8Au-delà de l’imprécision du texte d’Alberdi, que nous n’avons sans doute pas lu avec tout le soin nécessaire, il faut poser la question de la dynamique de sa pensée et la contradiction que le Système économique et financier recèle dans sa globalité. Nous partons du postulat que, même au sens de la première moitié du XIXe siècle, Alberdi est avant tout un juriste politologue, doté d’une remarquable culture livresque, mais qui, dans la sphère économique, reste un autodidacte, éloigné des rivages intellectuels européens qu’il abordera beaucoup plus tardivement. L’impératif de faire aboutir un projet politique dont il est conscient que la consolidation n’est possible que sur une base économique, l’amène à nuancer ses idéaux de jeunesse. Il se rallie dès lors à la vulgate smithienne et au modèle économique britannique avec pour principe vital l’ensemble des libertés sans « exclusivité », et par conséquent la liberté économique, la « libre activité du travail, du capital et de la terre », car « la richesse est essentielle à la prospérité de la nation comme à l’existence du pouvoir ».

  • 4 1846 et 1849, soit avant la rédaction du Sistema.

9C’est en apparence un acte d’adhésion au libéralisme anglais et cela sous-entend également un libre-échange à l’échelle du monde, à un moment où l’Angleterre s’y rallie en apparence avec l’abolition des « Corn Laws » et des Actes de navigation4. Modèle d’autant plus séduisant qu’il se réalise au sein de la puissance la plus riche et la plus libre du temps, tout en fournissant l’argumentaire de condamnation du système économique et commercial sur lequel avait vécu, pendant près de trois siècles, l’empire espagnol considéré par Alberdi comme la cause première du retard et de l’inorganisation de sa jeune patrie.

  • 5 Friedrich List a résidé aux États-Unis entre 1825 et 1832. Il a eu connaissance du report on manuf (...)

10La bataille de Monte Caseros et la chute de Rosas préparent l’application des principes politiques mais aussi économiques libéraux préconisés par Alberdi. Cette liberté ouvre la voie à l’immigration massive, un malthusianisme inversé qu’il justifie par le fait que si, en Europe, la terre est surpeuplée, l’abondance de ressources vierges resterait stérile en Amérique sans les hommes pour les mettre en valeur. D’où une série de choix parfois originaux dans leur formulation. Ainsi en est-il de l’immigration ouverte, même si, sans doute, il ne pense qu’aux Européens de l’Ouest. Cette immigration de bras, qui ne peut s’inscrire seule dans la construction d’une économie moderne, dépend de l’ouverture et de la liberté de mouvement du capital étranger. Ces constats sont contemporains de la première grande vague capitaliste anglaise aux États-Unis et française en Italie comme en Espagne. Pour Alberdi, ces capitaux sont les vecteurs des grands équipements : routes, chemins de fer, ports, liberté du commerce et de la navigation, sans lesquels aucun développement n’est possible. Ils sont aussi producteurs de techniques dans un pays totalement dépourvu et, par leur disponibilité, permettent de prévoir une réduction des taux d’intérêt. Mais ces flux positifs ne peuvent se réaliser que s’il existe en contrepartie des flux de paiements via l’exportation des richesses dont la potentialité est, pour Alberdi, la force de l’avenir argentin. La logique interne de cette construction politico-économique qui illustre l’ampleur de son information et la perspicacité de son analyse est à l’origine de la nuance qu’il apporte à son adhésion au libre-échange à l’anglaise. Dans le même temps où il sacrifie aux dieux du libéralisme smithien, il n’ignore pas le protectionnisme bien tempéré des États-Unis ouverts aux capitaux et aux hommes, entrouverts aux échanges filtrés afin de protéger leurs manufactures naissantes. C’est l’intégration dans sa réflexion de la pondération hamiltonienne, que structurera intellectuellement l’Allemand Friedrich List, qui vit alors aux États-Unis5. Cet aspect de la réflexion d’Alberdi mérite d’être souligné, même si cela ne ressort que comme un commentaire du projet principal du peuplement et de l’installation économique des immigrants. Replacée dans son temps, l’argumentation Alberdienne aurait dû, même à moyen terme, ignorer la manufacture tant était impériale l’industrie britannique et même la distance d’avec la France ou la Prusse. Or, dans les pages portant sur l’apport financier étranger, des restrictions au libre-échange sont proposées en s’appuyant sur l’argument purement politique selon lequel les traités de commerce sont une affirmation fondamentale de la souveraineté nationale. La justification économique selon laquelle l’activité agricole doit être exclue du libre-échange en tant que fondement principal de la richesse nationale et source unique de ses échanges extérieurs, ne vient qu’en second. C’est donc par le biais du politique qu’Alberdi justifie cette entorse, ou mieux, cette limite apportée au libéralisme économique à la britannique.

11Les deux articles présentent une autre qualité majeure : celle de faire sortir Alberdi du contexte pur de l’histoire nationale, de le faire relire ou lire et de rendre encore plus évidentes l’ancienneté et la vigueur du lien intellectuel entre ces terres alors lointaines et la pensée la plus avancée de l’Europe. Pour le chercheur qui s’intéresse aux mouvements des hommes, des biens et des capitaux entre l’Ancien et le Nouveau Monde, l’impact de la pensée économique d’Alberdi sur les élites nationales argentines constitue un facteur d’explication. Autant, et dans certaine mesure plus qu’aux États-Unis, et en tout cas plus que dans tout autre pays des Amériques, l’accueil et l’intégration des hommes venus de toute l’Europe, le plus souvent des régions les plus déshéritées, ont été réalisés avec aussi peu d’obstacles qu’il était possible d’envisager. Les travaux des chercheurs issus des pays exportateurs de capitaux et de technologie, France, Italie, Royaume-Uni, mais aussi Allemagne, Belgique, Suisse, font ressortir une acceptation supérieure à tout autre état du continent.

12Tout le monde connait les États-Unis comme terre d’accueil et Ellis Island comme centre de réception des immigrés entre 1892 et 1954. Or, l’Hotel des los Inmigrantes de la ville de Buenos Aires, inauguré au début du XXe siècle, et l’influence du modèle alberdien sur le climat de réception des immigrés en Argentine méritent d’être mieux connus. De même, il serait intéressant de mieux appréhender les facteurs constitutifs de l’idéologie d’Alberdi sur les finances publiques, à partir de son idée d’État redistributeur de ressources fiscales (non pas sous la forme sociale contemporaine). Et tout cela sans la naïveté ou l’aveuglement idéologique de ne pas prendre en compte les intérêts des classes aisées (clases acomodadas) argentines aux différentes époques du siècle qui suivent la publication du Système économique et financier de la Confédération argentine.

13Malgré ces absences que nous venons de relever, les apports des articles de Noemí Girbal et Andrea Reguera – ainsi que l’ensemble de cet ouvrage – ont remis en lumière l’utilité d’une étude approfondie des travaux de Juan Batista Alberdi pour l’appréhension du lien humain, économique et culturel entre les terres australes et le continent européen.

Notes

1 NdT : Système économique et des finances publiques de la Confédération argentine.

2 Juan Bautista Alberdi, Sistema económico y rentistico de la Confederación Argentina., p. 229. Disponible sur Internet http://www.eumed.net/cursecon/textos/2004/alberdi-sistema.pdf

3 Voir particulièrement « limites que separan el derecho de la política y la economía » Fragmento Preliminar al Estudio del Derecho, Buenos Aires, 1998, chapitre XI, disponible sur Internet.

4 1846 et 1849, soit avant la rédaction du Sistema.

5 Friedrich List a résidé aux États-Unis entre 1825 et 1832. Il a eu connaissance du report on manufactures de Alexander Hamilton (1791). Ses lettres à Charles Ingersoll, président de l’Association américaine pour la promotion de l’industrie manufacturière (le premier lobby protectionniste des États-Unis), sont publiées en 1827 sous le titre, Outline of a new system of Political Economy. Son livre Système national d’économie politique fut publié en allemand en 1841. Il est peu probable qu’Alberdi l’ait lu. L’édition anglaise date de 1856 et la française de 1857. Il nous paraît donc évident qu’au mieux Alberdi a pu avoir connaissance de la publication d’Hamilton et peut-être de celle de List en 1827.

Auteur

Docteur d’État en histoire. Professeur émérite de l’Université Paris Est-Créteil, auteur de nombreux travaux scientifiques dont L’économie française au XIXe siècle (1993), Histoire économique de l’Espagne contemporaine (1998), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale (1997)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540