Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations clandestines

 | 
Argán Aragón

Préface

Catherine Wihtol de Wenden

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’une thèse remarquable (et remarquée), réalisée grâce à une présence sur le terrain d’Argán Aragón en Amérique centrale et aux États-Unis en forme d’observation participante et de notes de voyage. Il a enquêté auprès de candidats au voyage, hommes, femmes et enfants venant des pays centraméricains et qui tentent de traverser clandestinement le Mexique puis sa frontière nord pour atteindre El Norte, les États-Unis.

2L’ensemble mêle de très nombreuses lectures avec une maîtrise consommée du terrain d’enquête : Los Peñascos (un village de départ du Guatemala rural) et différents lieux de transit au Mexique et en Amérique centrale, et d’arrivée aux États-Unis. L’étude, nourrie de plus d’une trentaine d’histoires comparées de migrants rencontrés au hasard de la route, est le fruit, moins d’entretiens enregistrés et retranscrits – pour ne pas casser la franchise du discours – que de notes prises lors de conversations informelles, d’observations, de mémoire de situations d’enquête et d’un important carnet de terrain utilisé depuis le départ jusqu’à l’arrivée.

3À Los Peñascos, les forces qui sont à l’origine et qui perpétuent la pratique migratoire proviennent de l’incertitude chronique liée à la production de café. L’auteur, après avoir préalablement étudié le fonctionnement de l’économie du café, explique pourquoi la place centrale qu’occupait la caféiculture au sein des foyers depuis les années 1970 a été progressivement remplacée par la migration. C’est d’abord l’instabilité du marché, couplée à une crise profonde dans le tournant des années 2000 (engendrée par la mise en concurrence avec la production vietnamienne développée à l’initiative de la Banque mondiale), qui a poussé la population à choisir la migration : il s’agissait de partir pour éponger des dettes devenues insurmontables et revenir plus riche. Mais les départs ont aussi été entraînés par l’augmentation du nombre d’enfants vivants par femme, accru pendant la période, qui a accéléré l’atomisation des parcelles de terre cultivée et déclenché leur raréfaction. L’image des États-Unis, diffusée par les récits et les pratiques d’anciens migrants et par le récent accès à la télévision, a rendu omniprésente l’idée que la seule solution pour mieux vivre était le départ : El Norte s’est mis dans les têtes, inscrivant les habitants dans une spirale de la migration, devenue un système et, pour certains, une obsession.

4Mais ce qui fait aussi la spécificité de ce parcours migratoire, c’est l’existence de la frontière, difficile à franchir (ce qui incite les recours aux passeurs) et devenue extrêmement dangereuse du fait de la présence de gangs armés qui s’attaquent aux migrants. Comme l’écrit l’auteur : « S’il n’y avait pas d’obstacles à la libre circulation des migrants, la plupart des habitants de Los Peñascos en âge et en disposition de migrer seraient dans un mode de mobilité pendulaire ». Le départ, vécu d’abord comme une aventure, devient une norme sociale, car seul le travail (clandestin) aux États-Unis permet un enrichissement rapide et visible. Plus loin, il écrit qu’à Los Peñascos, la migration est devenue une institution sociale et que les réseaux sociaux sont parvenus à accumuler les ressources nécessaires qui permettent aux habitants de partir de manière irrégulière. Retournant l’expression de Granovetter sur les réseaux (« la force des liens faibles »), il dit que, dans la clandestinité, c’est davantage la force des liens forts qui permet l’action du réseau pour migrer. Il montre, à travers cette dynamique migratoire, pourquoi la migration ne s’arrêtera pas et pourquoi elle persistera aux frontières.

5Puis Argán Aragón en vient à l’espace de transit et aux frontières. L’auteur explique qu’à l’échelle locale, ceux qui partent en premier sont souvent ceux qui ont un niveau d’éducation et de revenu plus élevé. Leur course à la migration est un défi social et le savoir-migrer un capital social. Les frontières sud et nord du Mexique sont devenues, depuis les années 1980, un purgatoire pour les Centraméricains, selon son expression. Pendant leur odyssée, les migrants clandestins sont notamment la cible des Zetas (l’un des cartels mexicains de la drogue), souvent avec morts d’hommes, avec séquestrations, viols de femmes, prises d’otages et demandes de rançon aux familles installées aux États-Unis. Quelques migrants finissent aussi parfois par devenir les armées de réserve des narcotrafiquants.

6La frontière entre le Mexique et les États-Unis est la frontière terrestre la plus longue entre un pays du Nord et un pays du Sud, elle est aussi la plus traversée, avec 400 millions de passages humains par an. Cette frontière est l’une des plus contrôlées de la planète, avec pourtant des zones (et des pratiques) floues. Mais l’ultime frontière, dont l’étude serait un autre sujet, c’est la condition clandestine aux États-Unis. Ce n’est pas un mur, mais un frein à la légalité de l’existence. Argán Aragón explique que la frontière est un spectacle : il s’agit de montrer aux médias, à l’opinion publique – ou aux pays alliés – qu’elle est gardée et contrôlée. Peu importe si quelques passages se font dans l’impunité, il s’agit de cibler l’attention sur les grosses prises. Les gardes-frontières laissent parfois volontiers passer les candidats isolés. Pourtant, en dix ans, le budget du Département de la sécurité nationale des États-Unis est passé de 19,5 milliards de dollars à 60 milliards, avec aussi des morts.

7L’auteur écrit que « le système des frontières ne stoppe pas le flux migratoire, il l’enraye », et que peu de migrants sont stoppés de manière définitive à la frontière sud des États-Unis, car beaucoup retentent le passage. La frontière a pour objet essentiel moins d’empêcher d’entrer que d’inciter à revenir chez soi (à cause des reconductions, mais aussi du découragement ou du maintien dans le « sas » mexicain), avec nombre d’effets pervers : elle pousse à l’établissement clandestin des migrants dans le pays d’accueil, provoque l’installation durable des migrants qui étaient mobiles et souhaitaient le rester (ce que la plupart des travaux d’experts et de chercheurs sur d’autres frontières ont aussi démontré), elle dissuade de sortir des États-Unis.

8C’est la manne des transferts qui permet les flux migratoires, car ces transferts financent les départs et la rétribution des passeurs, alimentant les envois de fonds futurs de nouveaux migrants. L’interdiction de franchir la frontière crée le marché du franchissement de celle-ci : le migrant est d’abord un client (pour les passeurs), puis une ressource (pour la délinquance et le crime organisé). L’auteur montre comment, avec le renforcement de la frontière, le capital culturel du passage clandestin a peu à peu perdu son sens et son efficacité : les prix montent pour l’immigrant aux États-Unis qui finance le passage, et de nouvelles compétences sont requises quand la frontière est plus difficile à franchir, accroissant les inégalités de capital social face à la migration dans des conditions plus sûres : « Pour les migrants, une frontière n’est jamais une frontière ; elle est un filtre de capital social qui oriente les migrants dans l’espace et les distribue dans les réseaux qui contrôlent l’économie souterraine du passage clandestin ». Les femmes constituent 20 % du passage clandestin vers les États-Unis et utilisent des stratégies différentes de celles des hommes, dans bien des cas par le marché de leurs corps. Pour elles aussi, la migration est l’unique moyen de réaliser un mieux-être, et à ce prix, elles se confrontent à une violence extrême, dans un climat où se mêlent Dieu, le sexe, l’argent, la terreur et la mort.

  • 1 Smaïn Laacher, 2007, Le peuple des clandestins, Paris, Calmann-Lévy, p. 103.
  • 2 Ulrich Beck, 2006, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier, p. 200.

9Quels sont les acteurs de la frontière ? Ce sont des hommes, des femmes, mais aussi des enfants qui partent pour s’extraire de l’impasse que représente leur vie dans leur lieu d’origine, que ce soit pour des raisons économiques, politiques, sociales, environnementales ou personnelles : « on part parce qu’on n’en peut plus dans son pays » (une référence à une expression de migrants subsahariens restituée par Smaïn Laacher1). Pourtant, à l’instar d’Ulrich Beck, l’auteur montre que, par leur mouvement, les migrants clandestins préfigurent un ordre mondial cosmopolite et fluide, ils sont « l’incarnation du brouillage des frontières entre les nations, les États, les ordres législatifs et leurs contradictions » qui les poussent à devenir « les artistes de la frontière »2. Ces frontières servent donc, selon cette logique, à être contournées, utilisées, posées, franchies, dans un numéro qu’Ulrich Beck et Argán Aragón qualifient « d’équilibriste », car il se déplace en permanence au-dessus de la mort.

  • 3 Marc Augé, 2009, Pour une anthropologie de la mobilité, Paris, Payot, p. 8.

10Cet ouvrage sert à comprendre comment la frontière agit sur les acteurs et comment les acteurs agissent dans la frontière : « la migration devient une institution sociale dans le pays d’origine, qui finit par s’ancrer au plus profond de l’imaginaire des populations locales vivant dans des économies défaillantes », et c’est depuis cette réalité que « les migrants choisissent d’aller au-devant de la frontière et d’assumer les coûts et les implications du voyage ». On est loin de ce monde des politiques migratoires définies par les États les plus riches où les populations pauvres demeureraient immobiles et où une micro-élite globale circulerait librement dans l’espace transnational, autorisée par la biométrie (la « frontière intelligente »). Or, comme l’écrit l’auteur : « c’est dans l’ajustement à la réalité du monde que demeure le véritable casse-tête de la frontière de l’ère globale » et « le défi de la démocratie est de parvenir à s’élever vers le cosmopolitisme de l’échelle globale ». Pourtant, le national résiste dans une réalité qui le dépasse et s’agrippe aux frontières qui finissent par devenir, citant Marc Augé, des « abcès de fixation3 » dans un monde fluide.

11Inutile de dire que ce livre lumineux sur les frontières des États-Unis et du Mexique, fruit d’une recherche d’une qualité exceptionnelle, vient enrichir les travaux sur les relations complexes entre frontières et migrations.

Notes

1 Smaïn Laacher, 2007, Le peuple des clandestins, Paris, Calmann-Lévy, p. 103.

2 Ulrich Beck, 2006, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier, p. 200.

3 Marc Augé, 2009, Pour une anthropologie de la mobilité, Paris, Payot, p. 8.

Auteur

Directrice de recherche au CNRS (CERI – Sciences Po).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540