Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Querelles intellectuelles, débats historiographiques, interprétations politiques

L’écriture de l’histoire selon Alberdi

Patricia Funes

Texte intégral

La narration du passé en Amérique hispanique

1Le XIXe siècle est traversé par d’importants débats sur le passé et de nombreuses polémiques sur ses contenus, ses formes et ses objectifs, selon l’intelligibilité et l’idiosyncrasie des différentes nationalités. Bien que l’Histoire soit probablement déjà le discours intellectuel le plus légitime pour se référer au passé, elle doit lutter pour se distinguer d’autres disciplines.

  • 1 Guillermo Zermeño Padilla, «Apropiación del pasado, escritura de la historia y construcción de la (...)

2Comme on le sait, l’Histoire n’est pas née au XIXe siècle. Guillermo Zermeño remarque cependant qu’à cette époque, elle acquiert en Amérique latine une valeur nouvelle et on y a recours beaucoup plus souvent que par le passé1. Elle est alors associée à des mots puissamment évocateurs mais pas univoques : indépendance, révolution, nation ; mais ne pouvant compter sur une forte tradition dans la hiérarchie des savoirs de l’Ancien Régime, elle est subordonnée à la philosophie, à la théologie, à l’histoire naturelle ou au droit.

3Ainsi, pendant la première moitié du XIXe siècle, les « ébauches », les « biographies », les « introductions » ou « esquisses » expliquant le caractère provisoire de leur tâche sont fréquentes, ce qui est en rapport étroit avec les nouveaux sens attribués à l’Histoire. Au lieu de n’être qu’un catalogue de formes rhétoriques ou érudites plus ou moins moralisantes, elle s’érige en un savoir chargé de mettre à nu les formes du pouvoir et les valeurs identitaires des peuples, chargés à leur tour d’une épaisseur et d’une temporalité que seule la césure révolutionnaire avait rendue évidente. L’Histoire ad narrandum ou ad probandum, pour utiliser la terminologie de l’époque, établissait ainsi, depuis les émotions ou les lois, une chaîne de spécularités avec la formation et la légitimation de l’État-nation.

4Pouvoir et identités, ce qui est peut-être une manière de dire État et nation, sont pour le XIXe siècle latino-américain les frères indomptables de l’Histoire. La construction d’un ordre politique remplaçant le système colonial fut un long processus engendré par les contradictions complexes qui jaillirent après l’Indépendance. La fragmentation du territoire colonial engendra des formes de pouvoir moléculaires, généralement régionales, en conflit permanent entre des dynamiques centripètes et d’autres centrifuges, à travers lesquelles l’héritage colonial montrait sa logique implacable et son inertie. La ruralisation du pouvoir, le surgissement de collectifs sociaux et de leaderships qui trouvèrent des voies moins directes vers la liberté, devenaient autant d’énigmes du théâtre de l’histoire. Dans ce paysage d’indéterminations que Tulio Halperín Donghi a appelé « la longue attente », Juan Bautista Alberdi écrivit son œuvre avec la ferme intention de rendre cette attente moins longue.

5Ces « républiques idiotes », comme les appelait Simón Bolívar, ont tout au long du XIXe siècle des parcours moins audacieux que ceux de la génération de l’Indépendance, inspirée par les Lumières et les Jacobins. Rappelons, par exemple, que la première Constitution hispano-américaine, à laquelle souscrivent les provinces de Caracas, Margarita, Cumana, Barinas, Barcelone, Mérida et Trujillo en 1811, confirme la déclaration de l’indépendance établie en avril de cette année-là, établit le régime républicain démocrate de gouvernement, et y ajoute le pacte fédératif des villes les plus importantes de l’ancienne capitainerie générale du Venezuela. Trois ans plus tard, Simón Bolívar fut vaincu non pas par les forces royalistes mais par les Llaneros, ces « centaures » des plaines de l’Orénoque. À la fin des guerres d’indépendance, ces républiques tentèrent de former des articulations politiques plus prudentes et plus pragmatiques dont le destin restera indéterminé jusqu’à la fin du siècle. Ce qui explique que l’interprétation faisant appel aux « causes immanentes de l’histoire de la liberté » n’apparaisse que très peu, et surtout qu’elle soit très controversée, y compris au sein des élites politiques et intellectuelles, jusqu’à la résolution de ces conflits.

6Au Río de la Plata, les forces « fatales » déchaînées par l’Indépendance et l’établissement d’un ordre alternatif au système colonial, imposent au passé des responsabilités que seul le futur peut solder. Le sens historique des révolutions anticoloniales, la « liberté extérieure », selon Juan Bautista Alberdi, ne s’explique qu’à partir du « mouvement du progrès » et de « l’œuvre civilisatrice du siècle ». Les difficultés pour atteindre la « liberté intérieure », en attente selon lui d’une organisation nationale, trouvent leur source dans un passé trop récent pour être appelé « passé » et encore moins « Histoire ». Héritage pour certains, obstacle pour d’autres, le passé impose des coutumes, des liens sociaux, et des formes d’exercice du pouvoir qui freinent, voire trahissent l’élan originel et l’ethos révolutionnaire.

7Les romantiques de la « Jeune Argentine » établissent un programme régénérateur : créer l’héritage de la révolution que l’Indépendance a laissé inachevée. En 1837, dans les discours d’inauguration du Salon littéraire, Juan Bautista Alberdi inscrit la révolution dans la frise de l’Histoire :

  • 2 Juan Bautista Alberdi, Doble armonía entre el objeto de esta Institución con una exigencia de nues (...)

« Chaque fois que l’on a déclaré que notre révolution est issue de l’arbitraire d’un vice-roi, de l’invasion napoléonienne de l’Espagne ou d’autres faits similaires, on a pris, à mon avis, un motif, un prétexte, pour une cause. C’est ce qui arrive aussi quand on explique les causes de la Révolution de l’Amérique du Nord en évoquant la question du thé ; les causes de la Révolution française par des désordres financiers et les insolences d’une aristocratie dégradée. Ne croyez pas, Messieurs, que des effets impérissables puissent surgir d’une cause éphémère. Placez-vous un instant sur les cimes de l’histoire, vous verrez la marche du genre humain qui avance depuis la nuit des temps avec une admirable solidarité vers son développement et sa perfection indéterminée.2 »

8Contrairement aux générations précédentes, les romantiques « argentins » réclament le droit d’examiner les singularités, les idiosyncrasies et les traits autochtones des peuples. Alberdi propose dans son œuvre fondatrice, Fragmento Preliminar al Estudio del Derecho (1837), de penser, de gouverner, d’écrire « non en imitant un peuple […] mais exclusivement selon les exigences de la combinaison des lois générales de l’esprit humain et des lois individuelles de notre condition nationale. »

9Nous ne nous attarderons pas sur le programme de la Génération de 1837 et ses dettes envers un répertoire d’idées très récentes. « C’est à travers Echeverría – signale Alberdi dans son autobiographie – que j’ai connu Lerminier, Villemain, Victor Hugo, Alexandre Dumas, et Lamartine. Je lui dois l’évolution qu’opéra dans mon esprit la lecture de Victor Cousin, Villemain, Chateaubriand, Jouffroy et tous les éclectiques allemands en faveur de ce que l’on appelle le spiritualisme. » Dans sa biographie d’Esteban Echeverría, Juan María Gutiérrez ajoute à cette liste d’autres auteurs présents dans l’œuvre d’Alberdi : Montesquieu, Sismondi, Lamennais, Guizot, Lando, Vico, Saint Marc Girardin, Vinet, Pascal, Tenneman, Leroux, De Gérande, Damiron parmi d’autres noms évoqués au détour des citations des œuvres fondamentales de l’époque.

10Ces textes et ces idées sont aménagés, réorganisés et interpellés par Alberdi avec une oreille attentive aux sons des différentes révolutions françaises (la Restauration, la révolution de 1848, la Commune) et l’autre aux voix américaines. Des voix et des gestes crûment analysés dans un dialogue permanent avec la politique et le « mouvement réel des choses » : le régime de Rosas (qu’il a vainement tenté d’approcher afin de lui apporter des idées), les exils en Uruguay et au Chili, où plusieurs représentants de la génération romantique prennent un autre chemin, les dérives entre Buenos Aires et les provinces, et le rapport toujours tendu entre la force et les idées.

  • 3 « Quand retournerai-je dans mon pays ? Serai-je moi aussi un proscrit finissant ses jours parmi de (...)

11Pour Alberdi, probablement le moins romantique dans les formes et le plus romantique dans la logique intellectuelle, Montevideo représente l’action et le Chili l’institution. Entre les deux, il réalise son premier voyage en Europe, tel un baptême initiatique qui, comme chez tous les intellectuels latino-américains, réveille en lui un américanisme fugace3.

  • 4 El Nacional, Montevideo nos 251 et 252, des 23 et 24/09/1839. Cité par Eduardo Sheidt, « Ecos da r (...)

12Le siège à la ville de Montevideo fut le théâtre de multiples passions et d’intérêts complexes, qu’Alexandre Dumas sut dépeindre avec une plume imaginative dans Montevideo ou Une nouvelle Troie. Là où s’étendait l’ombre de Juan Manuel de Rosas, se mélèrent aux luttes factieuses entre caudillos « blancs » et « rouges », la présence de l’empire portugais avec la couronne de Bragance d’abord, et la monarchie brésilienne ensuite. L’historiographie latino-américaine contemporaine n’a pas suffisamment réfléchi à l’expérience unique, dans l’histoire des empires, d’une métropole qui s’installe dans la colonie, et aux conséquences de cette exception dans la région. Alberdi n’« historicise » pas ces aléas, mais il les connaît et ils sont chez lui opérants. Ils font partie de sa biographie. Ce n’est pas un hasard s’il dédicace sa première interprétation de la révolution de Mai aux insurgés républicains de Rio Grande au Brésil sous la forme d’une pièce de théâtre (La Revolución de Mayo. Crónica Dramática, 1839). Quoi de plus romantique que cette Revolução dos Farrapos plébéienne contre la monarchie, dont un des leaders fut Giuseppe Garibaldi ? Pour Alberdi, l’insurrection de Río Grande est une des conséquences du mouvement de Mai, « dernier maillon d’une chaîne d’événements qui commence à Philadelphie en 1776, se poursuit à Buenos Aires, et remonte jusqu’en Équateur, corollaire inévitable de la révolution d’un Monde »4.

13Les frustrations et les enseignements des événements de Montevideo contre le despotisme de Juan Manuel de Rosas et quelques soucis personnels, font du séjour d’Alberdi au Chili, l’inverse de celui de Montevideo : institutionnalisation, ordre, le caractère mesuré de la construction politique du régime de Diego Portales et de la Constitution chilienne de 1833. Dans ce pays stable et conservateur, Alberdi écrit la biographie du président Manuel Bulnes. Pour Alberdi, la révolution de Mai a été une prophétie et non une conquête. Si la génération de ceux qui ont obtenu l’indépendance a eu pour tâche de « dissoudre et de détruire », il s’agit, au milieu du XIXe siècle, « de conserver et d’organiser ».

Biographie et politique chez Alberdi. De Manuel Bulnes à William Wheelwright

  • 5 Juan Bautista Alberdi, « Belgrano y sus historiadores, Facundo y su biógrafo » in Escritos póstumo (...)

14Une des caractéristiques du genre biographique, un des genres les plus utilisés par la littérature latino-américaine de la première moitié du XIXe siècle, est l’affirmation de l’individu en référence à un ordre social. La biographie rend compte d’un sujet qui est aussi bien acteur que produit de l’histoire. Le collectif incarné dans un personnage (c’est-à-dire Facundo pour Domingo Faustino Sarmiento, Bulnes ou Wheelwright pour Alberdi ou encore Belgrano pour Bartolomé Mitre) met en évidence les rapports entre le mouvement de l’histoire et les singularités qui incarnent ce mouvement. Alberdi explique, en citant Saint-Marc Girardin, que c’est dans l’histoire que s’inscrivent les biographies mais que celles-ci conservent un certain degré d’autonomie. Si cette séparation n’existait pas, il n’y aurait pas de biographie possible, « car l’histoire, qui embrasse aussi bien les peuples que les individus, serait suffisante »5.

  • 6 Juan Bautista Alberdi, Biografía del General Don Manuel Bulnes, presidente de la República de Chil (...)

15Héritage sécularisé de l’hagiographie, la biographie s’impose comme un genre d’une certaine rigueur scientifique et se distingue d’autres types de portraits particuliers : le panégyrique, l’« éloge », le pamphlet politique ou l’oraison funèbre. Elle conserve un caractère magistral et pédagogique et se considère en un certain sens d’avant-garde anticipatrice, ou comme faisant partie de l’Histoire nationale. Pendant son séjour au Chili, Alberdi choisit Manuel Bulnes afin de raconter le passé depuis le présent le plus immédiat6. Il s’excuse, non pas de faire la biographie d’un personnage contemporain en plein exercice de la présidence de la République, mais du fait que ces événements « ne concernent pas ces éblouissantes célébrités qui abondèrent dans notre Amérique pendant les premiers temps de sa révolution ». Il défend cependant la pertinence de son choix :

  • 7 Ibid., p. 5.

« Quels que soient la valeur et le caractère des faits et des personnages de la scène politique actuelle de l’Amérique, il est évident qu’il est indispensable d’étudier la vie de ses hommes publics dans le cadre de l’histoire nationale.7 »

  • 8 « Un jour viendra où la jeune littérature chilienne mettra au monde un nouveau Ercilla, qui chante (...)

16Alberdi expose dans cette biographie précoce (1846) les thèmes fondamentaux de sa pensée politique et de ses lectures passées : le caractère de l’Indépendance, les formes et les sujets de la révolution, la souveraineté territoriale, l’armée et les caudillos, la centralisation politique et l’institutionnalisation de l’ordre, l’« action de l’Europe en Amérique ». Il discute publiquement de cette dernière avec Sarmiento, et conteste même les versions symboliques et stylisées des peuples aborigènes élaborées par la première pensée émancipatrice. « Nous, les Américains d’aujourd’hui, ne sommes que des Européens ayant changé de maîtres : l’initiative espagnole a été suivie par l’anglaise et par la française. » Il ne s’agit donc pas d’un conflit entre civilisation et barbarie, comme le propose Sarmiento, mais entre l’héritage de l’Espagne humaniste et celui de l’Europe moderne. Un combat entre « frères de sang » faisant obstacle à toute intégration des peuples natifs dans le récit national8.

17La figure archétypique de Bulnes concentre ces différents aspects de l’étape héroïque et guerrière : Bulnes s’engagea dans l’armée de l’Indépendance à l’âge de neuf ans, participa à la guerre contre les Indiens Araucans et fut le « héros de la bataille de Yungay » pendant la guerre contre la Confédération Pérou-Bolivie (1836-1839). Plus exemplaire encore est sa réticence à participer aux luttes internes entre conservateurs et libéraux : il abandonne les armes et se retire dans la vie privée. Sa présidence de la République est presque une œuvre de la Providence à laquelle se serait ajoutée le « bon sens » de la classe politique chilienne (à laquelle n’est probablement pas étrangère l’exécution de Diego Portales à Quillota).

18Le régime chilien se distingue au sein du paysage du cône sud. Il est ouvertement conservateur. C’est ainsi que s’autoproclame le parti au pouvoir, dont la maxime inscrite sur le blason national est « par la raison ou par la force ». Mais que signifie être conservateur dans la première moitié du XIXe siècle au Chili ? Alberdi le définit avec une admiration sereine :

  • 9 Ibid., p. 61.

« Promouvoir le progrès sans le précipiter, éviter les soubresauts et les solutions violentes dans le cheminement progressif du dépassement : éviter l’exagération, et le faux éclat des innovations : changer, transformer, corriger, en conservant […] ; remplacer les théories étrangères par l’expérience personnelle : préférer le solide au brillant : le positif à l’incertain et au douteux.9 »

19Toute l’argumentation est prédéterminée par ses conclusions politiques, véritables segments d’or de la pensée alberdienne, exposées très tôt dans cette biographie : les formes de l’ingénierie politico-institutionnelle, les rapports entre les doctrines et les pratiques, le sens que prennent ces mots en Amérique.

  • 10 Ibid., p. 64.

« Le défaut le plus grave de la politique des États du Sud de l’Amérique n’est pas l’absence de bonnes institutions, mais l’instabilité qui rend stériles et inefficaces les meilleures. Les conservateurs européens le sont vis-à-vis des anciennes institutions et de celles qui furent timidement retouchées par la révolution. En revanche, les conservateurs chiliens le sont vis-à-vis des conséquences brillantes et progressives de la révolution américaine.10 »

20Alberdi replace de façon très audacieuse les coordonnées idéologiques héritées de la révolution dans une perspective américaine afin de faire obstacle à l’« anarchie » engendrée par le « charlatanisme » et les « paralogismes ». La constitution de 1833 sera reprise dans Bases y puntos de partida para la organización política de la República Argentina (document fondateur de la Constitution argentine de 1853). Alberdi affirme que les nouveaux États de l’Amérique ont besoin de rois n’ayant de présidents que le nom, forts comme celui du Chili, républicains dans la forme et presque monarchiques dans le fond.

  • 11 Juan Bautista Alberdi, « Bases y puntos de partida para la organización política de la República A (...)

21Pour un Alberdi de plus en plus pragmatique, les faits ont dépassé aussi bien les propagandistes que les législateurs. Les livres et les idéologies qui fondaient les Constitutions précédentes n’en rendaient pas compte « car ils ont eu lieu plus tard, ou leur sens ne devint explicite qu’a posteriori »11. Ces signifiés empêchent l’écriture d’une histoire qui ne peut-être que « préliminaire ».

22Alberdi en est conscient, et il corrige à plusieurs reprises ses écrits précédents au rythme d’un noyau herméneutique qui glisse de la philosophie à la politique et de celle-ci à l’économie, « qui porte très bien le nom de politique » mais qui, dans son œuvre se solidifie toujours dans le droit et la législation. Comme il le souligne à plusieurs reprises : aucun livre n’est un destin, et aucun essai n’est un testament. Dans cette perspective, les deux biographies qu’il écrit sont une exception au sein de son œuvre, elles rendent ainsi compte de la réputation et de l’importance donnée à ce genre pour transmettre des idées et des concepts sous une forme moins théorique, mais avec une grande puissance d’expression.

23C’est dans la même intention qu’il écrit, trente ans plus tard, sa seconde biographie : celle d’un yankee de Nouvelle-Angleterre, qui débarque par hasard au Río de la Plata en 1823 ; promoteur de machines à vapeur, de ports et de chemins de fer, il incarne le libéralisme économique. Les œuvres de Wheelwright présentent différents aspects très intéressants que nous ne pouvons exposer ici.

24Un naufrage le fait accoster en 1823 à Buenos Aires et, six ans plus tard, il s’installe dans le port de Valparaiso. Il y développe une activité phénoménale : de l’approvisionnement en eau potable de la ville à l’abattage des ressources en bois nécessaires à son œuvre la plus folle, la création d’une flotte de vapeurs qui devaient sillonner le Pacifique du Chili jusqu’au Panama. Il inaugure en 1840 la Pacific Steam Navigation Company, dans un contexte politique on ne peut plus défavorable : la guerre entre le Chili et la Confédération Pérou-Bolivie faisait rage, la Grande Colombie était en pleine dissolution, entre autres. Mais son projet le plus audacieux est la grande utopie de l’union entre l’Atlantique et le Pacifique par une ligne de chemin de fer allant du port de La Caldera au Chili à celui d’Ensenada, en Argentine. Alberdi l’appelle alors « le fou de la veille ». Il obtient en 1863 des mains du gouvernement argentin le Ferrocarril Central Argentino. Le premier tronçon, 246 miles – environ 400 kilomètres – entre Buenos Aires et Córdoba, est inauguré en 1870.

25Si les travaux de cet immigrant téméraire et créatif sont véritablement mémorables, Alberdi, qui avec lui eut des rapports personnels et professionnels, ne fait pas de sa biographie une saga émouvante et colorée, ce qui l’aurait probablement hissé au rang d’écrivain. Il y exprime au contraire avec une certaine austérité son glissement vers les maximes sociologiques de Herbert Spencer et les théories économiques d’Adam Smith. Dans les Bases, il décrit avec admiration les vertus de la Constitution californienne qui stimule l’industrie, le peuplement et la culture, et relativise les mérites de celle du Chili, correcte dans la forme mais incarnant « la paix des cimetières » car elle limite le développement des forces du marché et du commerce. L’homo economicus est le véritable porteur des valeurs civilisatrices, le nouveau sujet révolutionnaire « par la force des choses » et la « pédagogie des coutumes ». À cette époque, Alberdi est convaincu du caractère irréductible des sociétés autochtones, « limitées en nombre, ignorantes et pauvres ». Il propose énergiquement la « greffe » physique, matérielle, d’immigrants travailleurs et obéissants (« l’homme du peuple, le gaucho, l’Indien n’égaleront jamais un ouvrier anglais »).

26La Vida y los trabajos industriales de William Wheelwright en la América del Sur (1876) est un travail sociologique qui tente d’établir les fondements et la portée de sa maxime « gouverner, c’est peupler ». Le texte est de plus traversé par le récit de son expérience en tant que diplomate puis exilé en France, où il passe plus de vingt quatre ans. L’objectif n’est pas ici d’expliquer les conséquences et les traces de l’exil dans son œuvre, présentes dans la plupart des biographies intellectuelles latino-américaines. Mais il est indispensable de souligner le fait que la biographie de Bulnes et celle de William Wheelwright sont des œuvres écrites, comme le disait Alberdi, depuis « cette province flottante », celle d’un homme absent de sa patrie.

27La biographie de Bulnes fait passer la politique avant la guerre, dans celle de Wheelwright Alberdi choisit de raconter la vie d’un acteur économique qui représente « la réforme dont l’histoire de l’Amérique du Sud a besoin pour faire progresser sa politique » :

  • 12 Juan Bautista Alberdi, La Vida y Los trabajos industriales de William Wheelwright en la América de (...)

« L’entreprise de Wheelwright était véritablement une révolution du système de communication et de transport de ces pays ; c’est la dimension la plus belle et la plus saine de la révolution sud-américaine contre l’ancien régime colonial. L’essence de ce régime repose sur deux éléments essentiels : la dépendance de l’Amérique du Sud vis-à-vis du gouvernement espagnol, et vis-à-vis de l’ordre intérieur et domestique des choses, fondé sur le principe de l’isolation, de la non-communication, de l’interdiction, et de l’exclusion de la circulation et du commerce avec l’étranger. Bolivar mena à bien la révolution qui mis fin à la première. Wheelwright entreprit celle qui devait en finir avec la seconde.12 »

  • 13 Ibid., p. 147.

28La lecture que fait Alberdi du toast de Bolívar sur le mont Potosi après la victoire d’Ayacucho est un des passages les plus dramatiques du texte. Bolívar affirmait de façon épique que la gloire que représentait le fait d’avoir pu hisser l’étendard de la liberté dans ces froides régions avait plus de valeur que tout l’or qui gisait sous ses pieds. Alberdi traduit dans les termes crus de l’économie la poésie bolivarienne : « la gloire d’avoir hissé l’étendard de la liberté réduit à néant la liberté elle-même, étant donné que l’or est en réalité la liberté, puisqu’il est pouvoir. » L’or même n’est que symbolique car les hauteurs et les Andes, loin de l’océan et des voies de communication des échanges commerciaux, « sont aussi loin de l’Amérique moderne par l’altitude que l’était l’Espagne par la distance »13.

29Un des centres de gravité de cette œuvre de la maturité est le thème souvent revisité de l’imitation ou de l’originalité des formes institutionnelles. Il justifie à plusieurs reprises ses propositions, de plus en plus politiquement conservatrices et économiquement libérales, par la « jeunesse » des sociétés latino-américaines et par leurs constructions politiques peu vertueuses :

  • 14 Ibid., p. 17.

« Le Mexique possède depuis plus de cinquante ans le gouvernement le plus malsain au monde, bien qu’il soit une copie conforme de la fédération des États- Unis. Aucun caudillo et aucun dictateur n’ont troublé les républiques du Plata sans l’avoir fait au nom du système fédéral des États-Unis. Il a suffi, en Amérique du Sud, de reproduire faussement les faits et gestes des États-Unis pour fonder le despotisme et le désordre. En copiant mal le bon modèle et bien le mauvais, on a copié par deux fois le pire et le plus dangereux modèle dans lequel des pays à l’indépendance si jeune et au despotisme si vieux auraient pu chercher un moule pour leurs institutions libres.14 »

30Le fil conducteur de la biographie est l’itinéraire des entraves et des obstacles que doivent surmonter les forces du progrès. Selon Alberdi, ceux-ci sont incarnés non seulement par les gouvernements frileux et rétrogrades, mais aussi par la vigueur de l’ordre colonial : les douanes, les taxes, les résidus des anciens monopoles, bref, les anciens circuits du pouvoir, l’infrastructure ou la géographie. Les travaux de Wheelwright mettent en évidence « le processus du système colonial espagnol en Amérique du Sud et ses vestiges conservés dans les coutumes et dans les inquiétudes des mêmes Américains qui se disent libéraux ».

31Il ne serait pas abusif de voir dans cette interprétation non seulement les fortes convictions idéologiques d’Alberdi sur la révolution économique comme parachèvement de la révolution politique, mais aussi ses rancunes personnelles quant à l’orientation qu’avait pris la politique du Plata. Rancœur contre le premier président constitutionnel, Bartolomé Mitre, qui n’assiste pas à l’inauguration du chemin de fer Central créé par Wheelwright ; contre Sarmiento (certains chemins de fers sont électoraux), et contre les privilèges toujours néfastes de Buenos Aires, la ville portuaire.

  • 15 Natalio Botana, La tradición republicana. Alberdi, Sarmiento y las ideas políticas de su tiempo, B (...)

32La révolution fondamentale en Amérique, « plus économique que politique dans son essence », n’a retenu l’attention d’aucun historien, c’est pourquoi la biographie de Wheelwright – comme le signale Botana – se veut une « étude sociale » de l’Amérique du Sud, à travers laquelle Alberdi élabore « le type d’unité individuelle dont doit être composé l’ensemble de ce que l’on appelle notre société moderne »15. L’exemple de Wheelwright illustre deux de ces convictions les plus abouties vers la fin de sa vie :

  • 16 Juan Bautista Alberdi, La vida y los trabajos industriales…, p. 12 - 13.

« Ce phénomène a deux résultats naturels : 1º dans les anciennes colonies espagnoles la société civile est composée d’éléments plus précieux que la société politique dont l’État est constitué, car à la première appartiennent des étrangers supérieurs aux natifs ne serait-ce qu’en termes de culture industrielle ; 2º le progrès du pays doit moins au mérite de ces patriotes natifs qu’aux étrangers dépourvus de droits politiques.16 »

33L’inverse du guerrier est le producteur, ce « soldat de l’économie ». Alberdi polémise avec Sarmiento sur plusieurs sujets y compris celuilà : « là où il y a du travail, il ne peut y avoir de barbarie, Sarmiento confond la forme et le fond. » Cela explique aussi son désaccord vis-à-vis des politiques éducatives de Sarmiento, la différence qu’il établit entre « éducation » et « instruction ». Mais de façon encore plus éloquente, lorsque Sarmiento parle de créer « mille Chivilcoy » (colonies agricoles de propriétaires) à partir de l’État, il faut pour Alberdi refonder la société afin de multiplier les Wheelwright, dépourvus de droits politiques, mais dotés de toutes les garanties civiles.

  • 17 Ibid., p. 315.

« Si la biographie ou l’histoire de la vie d’un homme supérieur a pour but d’encourager la reproduction de son exemple […] la biographie de Wheelwright est encore plus indispensable dans ces pays qui furent le théâtre d’œuvres qui les inscrivent dans l’histoire, car celles-ci ne sont que la préface de beaucoup d’autres exigées par les besoins de progrès et d’amélioration.17 »

34Pour le dernier Alberdi, le développement des forces productives complète et exprime le parachèvement de l’Indépendance « que l’on confond parfois avec la révolution ». Ce rapport nécessaire entre l’économie et la politique est dénigré et entravé par les États-gouvernements et leurs élites. De plus, ces derniers seront chargés d’écrire leur version des faits fondateurs de l’histoire, version qui sera transmise à plusieurs générations.

De la biographie à l’Histoire ou comment écrit-on l’Histoire

  • 18 L’œuvre présentait les noms du nouveau panthéon national sous la forme de courtes biographies : Be (...)
  • 19 Fabio Wasserman, Entre Clío y la Polis. Conocimiento histórico y representaciones del pasado en el (...)
  • 20 Ibid., p. 246.

35Une caractéristique des récits du passé de la première moitié du XIXe siècle est la contemporanéité des faits rapportés. Au-delà des méthodes et des ressources linguistiques des élites lettrées, cela constitue un trait qu’il est important de mettre au jour. Soulignons aussi l’absence de productions dites « historiques ». Dans la Galería de Celebridades argentinas. Biografías de los personages mas notables del Rio de la Plata (1858), Bartolomé Mitre pouvait par exemple citer des législateurs, des jurisconsultes, des généraux ou des « hommes justes », mais pas d’historiens18. Il explique dans l’introduction qu’il ne s’agit ni d’une histoire, ni d’une biographie générale mais plutôt d’un hommage ou d’un monument aux « ancêtres illustres »19. Les antécédents sont modestes : les apports de Dean Gregorio Funes, un des architectes des Constitutions antérieures à celle de 1853 (Bosquejo de nuestra revolución. Desde el 25 de Mayo de 1810 hasta la apertura del Congreso Nacional el 25 de Marzo de 1816), ou bien la provisoire Historia Argentina de Luis Domínguez, contemporaine de la biographie inachevée de Bartolomé Mitre sur Manuel Belgrano. Comme l’affirme Wasserman, le romantisme du Rio de la Plata dans la période 1830-1860 reste figé dans un paradoxe apparent : une culture historiciste sans historiographie20.

36La biographie et la description politico-militaire sont les genres privilégiés pour raconter le passé. Le Brésilien Juanuário da Cunha Barbosa, fondateur de l’Institut Historique et Géographique du Brésil (1838), considère par exemple que connaître la biographie de tous les hommes remarquables d’une époque équivaut à connaître l’histoire de cette époque. Selon Francisco Varnhagen, lui aussi fondateur des études historiques brésiliennes, on peut réduire l’histoire du pays à celle de la cour de Bragance. Cependant, au Mexique aussi bien qu’au Brésil et même au Chili, des récits historiographiques plus interprétatifs surgissent vers la moitié du XIXe siècle et placent au centre du récit historique non plus les hommes, mais plutôt la nation. Des débats jaillissent alors sur les différentes façons d’écrire l’histoire. Une polémique développée au Chili nous en donne un bel exemple. L’université chilienne créée en 1842 lança un concours annuel afin de récompenser et de publier le meilleur travail de « mémoire historique » analysant une période du passé national. En 1847, Victorino Lastarria présente le Bosquejo histórico de la Constitución del gobierno de Chile (Esquisse historique de la Constitution du gouvernement du Chili), qui s’inspire de l’histoire philosophique. Ce travail fut récompensé bien qu’il n’ait pas obtenu le soutien du recteur de l’université, l’éminent homme de lettres Andrés Bello qui avait auparavant statué sur les règles d’écriture de l’histoire :

  • 21 Andrés Bello (1848), « Modo de estudiar la historia », in Obras completas de don Andrés Bello, vol (...)

« Il ne s’agit pas de savoir si la méthode ad probandum, comme l’appelle Monsieur Chacón [qui préface l’œuvre de Lastarria], est bonne ou mauvaise en elle-même ; ni si la méthode ad narrandum est préférable en termes absolus : il s’agit de savoir si la méthode ad probandum, c’est-à-dire la méthode qui explore l’esprit intime des événements d’un peuple, l’idée qu’ils expriment, le destin vers lequel ils s’orientent, est pertinente par rapport à l’état actuel de l’histoire que le Chili indépendant est sur le point d’écrire.21 »

  • 22 Julio Ramos, Desencuentros de la modernidad en América Latina. Literatura y política en el siglo X (...)
  • 23 cf. Bernardo Subercaseaux, Historia de las ideas y de la cultura en Chile : Sociedad y cultura lib (...)
  • 24 Nous pensons que cette absence est étroitement liée à l’instabilité politique, l’absence d’accord (...)

37Comme le souligne Julio Ramos, les lettres fournissent le savoir préliminaire nécessaire pour former des discours efficaces et utiles. De par son caractère formalisé, ce paradigme de la rationalité oriente le projet de la nouvelle société, dans sa tentative d’organiser le « chaos américain »22. L’histoire fait partie de l’univers des lettres, le rapport entre littérature et histoire étant un rapport de perméabilité. Il n’est pas question ici de nous attarder sur ce dialogue fondamental dans lequel est impliquée la génération romantique des deux côtés de la cordillère des Andes23. Nous souhaitons seulement souligner la présence de l’État au Chili et sa façon de normaliser le récit historique alors qu’au Rio de la Plata, cette discussion n’a lieu que depuis la publication de l’Historia de Belgrano de Mitre24. C’est-à-dire le rapport réciproque entre consolidation de l’État et écriture de l’histoire.

  • 25 NdT : Histoire de Belgrano et de l’Indépendance argentine.

38La première histoire interprétative de la nation au Río de la Plata est une version préliminaire de la biographie de Manuel Belgrano (1858/1859) écrite par Bartolomé Mitre. Dans la troisième édition (1876-1877), elle porte finalement le titre Historia de Belgrano y de la Independencia Argentina25. Les contours institutionnels de l’Étatnation argentin sont déjà établis quand sera publiée, presque trente ans plus tard, la dernière version de 1887.

  • 26 Sur les tensions dans La Historia de Belgrano de Bartolomé Mitre, voir : Elías José Palti, « La Hi (...)

39L’argument du livre est « le développement progressif de l’idée d’indépendance du peuple argentin, de ses origines à la fin du XVIIIe siècle, à la désintégration du système colonial en 1820 ». Le récit de Mitre s’érige au-dessus des factions et des biographies, et articule une interprétation optimiste et une généalogie au sein duquel l’esprit national de l’Argentine s’exprime bien avant l’indépendance et ne fait que se renforcer par la suite. Bien que le récit se cristallise dans le personnage de Manuel Belgrano, c’est moins en raison de ses notes biographiques qu’en raison du rôle de ce dernier avant et après 1810. Comme nous avons pu le constater, Juan Bautista Alberdi ne croit pas en l’existence de ces antécédents, et encore moins s’ils sont incarnés exclusivement par Buenos Aires. Il ne croit pas non plus à la possibilité d’une histoire « nationale » quand, pour lui, la nation (il veut probablement dire l’État) est encore loin d’être consolidée. En revanche pour Mitre, le fait que l’État national n’existe pas encore, ni en 1864, alors que son écrit est encore une biographie de Belgrano, ni en 1876, quand il s’agit alors d’une histoire, n’est pas déterminant car la nation argentine existe alors déjà depuis longtemps. Mitre le prouve en faisant appel à des lignées et à des généalogies qu’il ne développe pas et dont il ne donne pas les sources26.

40Alberdi met en question chaque dimension de son interprétation : la véracité de la paternité littéraire, la base documentaire, la version mettant Buenos Aires au centre de l’Indépendance et celle mettant l’accent sur les provinces, et surtout la légitimité politique de l’auteur. Sa réponse concentre ainsi, de façon peu commune dans son œuvre, sa propre interprétation de la révolution sud-américaine et les façons de la raconter. Ou plutôt des manières équivoques de le faire. Sur ce point, l’auteur des fondements de la Constitution argentine n’est ni négligent, ni naïf : « La filiation entre le passé et le présent est si étroite qu’en jugeant le passé on ne fait que s’occuper du présent. » Il nous livre ainsi une formulation très moderne à propos de l’écriture de l’histoire :

  • 27 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos, tome V, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes, 2002 p. (...)

« Il y a deux façons d’écrire l’histoire : soit selon la tradition et la légende populaires, l’histoire généralement forgée par la vanité, mythologie politique avec un fondement historique ; soit selon les documents, c’est-à-dire la véritable histoire, mais que très peu osent citer par crainte de blesser l’orgueil du pays. Dans le premier cas on ne voit que les hommes, en tant que moteurs des faits historiques, bras ou instruments d’une loi ou d’une force naturelle de progrès. Dans le second on va rechercher les lois, les forces ou les intérêts qui sont les véritables causes qui produisent les faits historiques. […] On ne peut en même temps être président d’une république et historien philosophique, car le président ne détient et ne peut détenir la liberté du philosophe. Il ne pourrait écrire qu’une seule histoire, l’histoire pour gouverner, l’histoire officielle […] Quelle discussion […] peut-il y avoir avec un historien dont la plume sert aussi bien à écrire des récits qu’à édicter des décrets ?27 »

41L’auteur de la Constitution argentine doute à plusieurs reprises de la pertinence d’écrire l’histoire de la révolution « trop tôt », et rend ainsi compte de la fuite en avant que l’on retrouve fréquemment dans les œuvres de l’époque. Le passé semble encore trop proche, ou selon Alberdi trop peu réjouissant, pour qu’on en tire des conclusions définitives : « Le désir des pères et des créateurs de la patrie est un objet d’étude permanent pour les nouvelles générations. »

  • 28 Ibid., p. 37.

42Alberdi a recours à tous les outils nécessaires pour défendre son interprétation, contraire à celle de Mitre : « Selon les documents la révolution fut en grande partie orchestrée par l’Europe, et effectuée en Europe, là où se trouvaient les autorités dont dépendait l’Amérique.28 » Il qualifie l’œuvre de Mitre de « mythologie politique », de « fable déguisée sous des certificats pour lire la vanité du pays ». Il fait alors appel aux acteurs des faits, à l’autobiographie de Belgrano lui-même :

  • 29 Ibid., p. 37.

« Certains nient que la révolution soit l’œuvre des peuples, d’autres qu’elle soit celle des chefs et des directeurs. D’une façon ou d’une autre, c’est nier que la révolution américaine ait eu lieu en Amérique. Voici la vérité qu’énonce et avoue un des personnages qui en fit l’expérience – Belgrano – et qui ne faisait pas de son témoignage historique un instrument de flatterie pour mendier les votes de son peuple.29 »

43Il accuse Mitre d’avoir un style « démagogique » et de « parler à travers des figures et des symboles même lorsqu’il évoque les choses les plus quotidiennes ; que ce soit par vocation poétique, ou par un calcul destiné à séduire le lecteur vulgaire ». Crime de lèse-Amérique, dira-t-il, excès d’américanisme. Cette démagogie le pousse à parler de « multitudes » ou de « masse » dans « nos pays américains dépeuplés ». Cependant c’est la définition sociologique et politique de révolution qui cristallise la polémique, au-delà des formes et des styles :

  • 30 Ibid., p. 129.

« Mitre parle souvent de « notre révolution sociale », comme étant équivalente à notre « révolution politique ». Un Français lisant ces mots de loin croira peut-être que nous avons souffert sous le pouvoir du clergé, de la féodalité, de la noblesse, des privilèges seigneuriaux et de race, comme la France avant 1789. Notre révolution a été une révolution politique : c’est le gouvernement qui a changé et non pas la société, qui n’a rien eu à changer pour être ce qu’elle est encore aujourd’hui.30 »

44Alberdi, architecte plus que chroniqueur, plonge dans le passé, souvent âpre et ingrat, quoique décisif pour expliquer l’organisation nationale atteinte par des formes plus métissées que son projet constitutionnel. Pendant plus d’un demi-siècle et de façon parallèle à chacune des dérives politiques, on peut lire dans son œuvre les questions qu’il pose à la pensée des Lumières, à la pensée romantique ou saint-simonienne, ou à l’économie politique, qu’il choisit puis rejette, questions formulées dans une perspective autochtone très historique.

45Il inscrit ainsi le dictateur Gaspar Rodríguez de Francia en héritier légitime des forces libertaires (de Mariano Moreno). Il place les caudillos dans les villes et non pas dans la barbarie rurale, il les considère comme les représentants de la démocratie et de la république en même temps qu’il accuse la « démocratie intelligente » d’être la cause du despotisme. Il remet en cause les stéréotypes du Facundo de Sarmiento « le premier livre d’histoire qui ne contient ni date, ni information concernant les événements auxquels il fait référence » et les « cinq mille documents sur lesquels se fondent les cinq mille exagérations » de la plus ambitieuse Historia de Belgrano de Mitre, réunis par l’auteur « uniquement pour s’en émanciper étant donné que les documents de la liberté sont souvent indisciplinés et penchent vers la démocratie barbare ».

46Et lorsqu’il revient sur les péripéties de ce passé duquel il veut se défaire en le subordonnant à l’empire du droit, de l’ordre, de la matérialité et des faits, il impose ses conclusions politiques : si les livres n’incarnent pas des destins, il faut alors peut-être préférer l’agriculteur et l’immigrant travailleur aux lettrés et aux gouvernants. Vapeurs et locomotives, voici « les agents révolutionnaires les plus puissants de ce siècle », ils libèrent les peuples d’Amérique du Sud de tyrannies aussi hostiles aux progrès que le joug colonial : l’espace et le temps. C’est avec ses convictions qu’il fait la lecture de l’histoire de la région, et pense que les acteurs finiront par accomplir le chemin tracé par la liberté, achevant ainsi le projet révolutionnaire et éliminant définitivement les obstacles de l’organisation : un ordre qui conjugue liberté et progrès, mais qui laisse de côté l’égalité.

47C’est pour laisser derrière lui l’étape héroïque et épique des guerres d’Indépendance en tant que patrimoine historique et non politique, qu’Alberdi se plonge dans le passé. Celui-ci est pour lui beaucoup moins fantasmatique que pour Sarmiento, et beaucoup moins héroïque que pour Mitre. Pour Alberdi c’est la révolution qui a créé les révolutionnaires, et pas le contraire. Dans cette inévitable transition vers la liberté et le progrès, l’indépendance apparaît seulement comme une étape d’une révolution encore assujétie à la tyranie de l’espace et du temps. Le premier étant surtout économique et le second dépouillé d’idiosyncratie. Probablement cette absence d’identité généalogique dans la narration alberdienne explique la complexité, le paradoxe de sa relation avec l’histoire et son intransigeance face à ces formes précipitées et officielles qui voulaient cristalliser les contenus et symboles d’une nationalité argentine encore incertaine.

Notes

1 Guillermo Zermeño Padilla, «Apropiación del pasado, escritura de la historia y construcción de la nación en México», in Guillermo Palacios (dir.), La nación y su historia. Independencias, relato historiográfico y debates sobre la nación: América Latina, siglo XIX, México, El Colegio de México, 2009, p. 81-112.

2 Juan Bautista Alberdi, Doble armonía entre el objeto de esta Institución con una exigencia de nuestro desarrollo social ; y de esta exigencia con otra general del Espíritu humano, cité dans : Félix Weinberg, El Salón Literario de 1837, Buenos Aires, Hachette, 1977, p. 137.

3 « Quand retournerai-je dans mon pays ? Serai-je moi aussi un proscrit finissant ses jours parmi des étrangers ? Vivre dans son pays, même enchaîné, n’est jamais déshonorant […] Je préfère les tyrans de mon pays aux libérateurs étrangers. » Juan Bautista Alberdi, « A bordo », 21 février 1844, in Escritos póstumos, vol. XVI, p. 32.

4 El Nacional, Montevideo nos 251 et 252, des 23 et 24/09/1839. Cité par Eduardo Sheidt, « Ecos da revolução farroupilha no Rio da Prata », Revista Eletrônica da ANPHLAC, nº 2, 2002. www.anphlac.org/periodicos.revista.revista2

5 Juan Bautista Alberdi, « Belgrano y sus historiadores, Facundo y su biógrafo » in Escritos póstumos, tome V, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes, 2002, p. 50.

6 Juan Bautista Alberdi, Biografía del General Don Manuel Bulnes, presidente de la República de Chile, Santiago, Imprenta Chilena, 1846.

7 Ibid., p. 5.

8 « Un jour viendra où la jeune littérature chilienne mettra au monde un nouveau Ercilla, qui chantera les prouesses de l’Espagnol américain, cet épisode brillant de notre genèse continentale, sans que le jeune poète ait à se lamenter du manque de ressources épiques, car il n’y a pas de témérité à assurer que la guerre moderne d’Arauco devance de loin celle d’Alonso. » Ibid., p. 17.

9 Ibid., p. 61.

10 Ibid., p. 64.

11 Juan Bautista Alberdi, « Bases y puntos de partida para la organización política de la República Argentina », in Organización de la Confederación Argentina, Imprenta José Jacquin, Besançon, 1858, p. VII.

12 Juan Bautista Alberdi, La Vida y Los trabajos industriales de William Wheelwright en la América del Sur, Paris, Librairie Garnier Frères, 1876 p. 89-90.

13 Ibid., p. 147.

14 Ibid., p. 17.

15 Natalio Botana, La tradición republicana. Alberdi, Sarmiento y las ideas políticas de su tiempo, Buenos Aires, Sudamericana, 2008, p. 406.

16 Juan Bautista Alberdi, La vida y los trabajos industriales…, p. 12 - 13.

17 Ibid., p. 315.

18 L’œuvre présentait les noms du nouveau panthéon national sous la forme de courtes biographies : Belgrano, San Martín, Varela, Rivadavia, Lavalle, Moreno, Brown et Paz. Les auteurs étaient Bartolomé Mitre, Domingo Faustino Sarmiento, Juan María Gutiérrez, Félix Frías et Luis Domínguez. Les biographies étaient déséquilibrées et dans une certaine mesure très provisoires. Comme l’affirme Sarmiento lors d’une conférence de 1858 Espíritu de la Historia de América : « Nous écrivons l’Histoire en cours. »

19 Fabio Wasserman, Entre Clío y la Polis. Conocimiento histórico y representaciones del pasado en el Río de la Plata (1839-1860), Buenos Aires, Teseo, 2008, p. 75.

20 Ibid., p. 246.

21 Andrés Bello (1848), « Modo de estudiar la historia », in Obras completas de don Andrés Bello, vol. VII, Santiago, Imprenta de Pedro G. Ramírez, 1884, p. 119-120.

22 Julio Ramos, Desencuentros de la modernidad en América Latina. Literatura y política en el siglo XIX, FCE, México, 1989, p. 44.

23 cf. Bernardo Subercaseaux, Historia de las ideas y de la cultura en Chile : Sociedad y cultura liberal en el siglo XIX, vol. I, Santiago, Editorial Universitaria, 1997.

24 Nous pensons que cette absence est étroitement liée à l’instabilité politique, l’absence d’accord au sein des élites sur la définition de l’État, le refus d’intégrer des éléments des cultures originales ou de l’ordre colonial. Cependant le pouvoir public (qu’on ne peut encore appeler État) perçoit à plusieurs occasions ce manque d’enracinement et tente de le résoudre à travers plusieurs initiatives, comme le rassemblement de sources et de documents : la Colección de Obras y Documentos Inéditos relativos a la Historia Antigua y Moderna del Río de la Plata de Pedro de Ángelis (1836/37) et la Biblioteca del Comercio del Plata commencée par Florencio Varela et complétée par Valentín Alsina avec la collaboration de Vicente Fidel López (1845/48).

25 NdT : Histoire de Belgrano et de l’Indépendance argentine.

26 Sur les tensions dans La Historia de Belgrano de Bartolomé Mitre, voir : Elías José Palti, « La Historia de Belgrano de Mitre y la problemática concepción de un pasado nacional », Boletín del Instituto de Historia Argentina y Americana Dr. Emilio Ravignani, n° 21, Buenos Aires, 2000, p. 75-98.

27 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos, tome V, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes, 2002 p. 24.

28 Ibid., p. 37.

29 Ibid., p. 37.

30 Ibid., p. 129.

Auteur

Docteur en Histoire de l’Université de Buenos Aires, chercheur au CONICET, Professeur d’Histoire de l’Amérique latine à la Facultad de Ciencias Sociales de l’Université de Buenos Aires. Auteur notamment de Salvar la Nación. Intelectuales, cultura y política en los años veinte latinoamericanos (2006) et Bicentenario : otros relatos (2010)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540