Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Mémoire publique, mémoire privée : Enjeux des archives et des éditions d’Alberdi

L’histoire de l’édition comme histoire intellectuelle : Les aléas éditoriaux de l’œuvre d’Alberdi

Horacio Tarcus

Texte intégral

1L’histoire éditoriale offre souvent une perspective privilégiée sur les acteurs et sur les moments de l’histoire intellectuelle d’un pays. C’est particulièrement le cas des aléas de l’édition des œuvres de Juan Bautista Alberdi en Argentine.

2La pensée d’Alberdi s’est prêtée à des appropriations beaucoup plus diverses que celle d’autres figures publiques de son époque. Il existe un Alberdi scolaire et épigrammatique, un Alberdi essayiste et érudit ; un Alberdi renommé, identifié à la nation au-dessus de toute les factions, et un Alberdi politique, engagé dans toutes les querelles de son temps ; un Alberdi rosiste et anti-rosiste ; unitaire et anti-unitaire ; un adepte de la libre entreprise et un promoteur d’un État capable d’engendrer les conditions infrastructurelles du capitalisme ; un romantique et un libéral positiviste ; un libéral conservateur, quasi colonialiste, un libéral progressiste, quasi socialiste ; un catholique et un laïque ; un gagnant et un perdant ; il apparaît parfois courageux, parfois hésitant ; quelques fois cohérent, d’autres opportuniste ; il existe, pour finir, un Alberdi pro-Urquiza, un Alberdi pro-Roca, un Alberdi libéral, un Alberdi révisionniste et les nombreux Alberdi de gauche : un Alberdi anarchiste, un socialiste, un communiste et même un trotskiste.

3Nous ne cherchons pas à savoir pourquoi, contrairement à d’autres figures publiques du XIXe siècle argentin comme Echeverría, Sarmiento ou Mitre, Alberdi a suscité un éventail d’interprétations d’une telle ampleur. La critique a signalé avec de nombreux exemples le poids des virages tactiques d’Alberdi. Pour qualifier les différentes facettes de sa pensée, certains ont insisté sur les tensions que devait nécessairement subir l’importation du libéralisme depuis la périphérie capitaliste. Nous devrions peut-être aussi tenir compte du caractère particulièrement « ouvert » des manuscrits inédits d’Alberdi et last but not least, de l’absence d’héritier politique capable d’établir son œuvre de façon définitive et de lui donner ainsi une forme cohérente. Contrairement à son ennemi Bartolomé Mitre, Alberdi mourut loin de son pays, sans famille, parti politique ou journal pour défendre sa gloire posthume ; les documents qu’il légua à son fils ne servirent pas non plus à la création d’une Fondation ou d’un Musée à sa mémoire.

4Les aléas des éditions de son œuvre sont, par conséquent, un chapitre fascinant de l’historiographie et de la politique de l’Argentine moderne. Si l’édition de ses œuvres complètes, sollicitée par le président Roca au parlement, avait déjà rencontré une résistance féroce, l’édition de ses Escritos póstumos à la fin du siècle provoqua de nombreux mécontentements et fut l’objet d’une polémique acerbe. Au début du XXe siècle, bien que l’héritage alberdien fut rejeté par certains, il était surtout discuté par les courants politico-historiographiques les plus divers. Les politiques de réédition de ses œuvres sont liées à une série de noms de maisons d’édition qui ont jalonné l’histoire de la culture argentine au XXe siècle. Nous chercherons à identifier, derrière chacune des éditions, les acteurs intellectuels et le projet historiographique correspondant.

5Les éditions qu’Alberdi réalisa au cours de sa vie ont été dûment établies dans l’inventaire de son grand biographe Jorge Mayer (1963), enrichi peu après par son bibliographe Alberto Octavio Córdoba (1968). Plus récemment, Élida Lois les a étudiées et révisées dans différentes éditions critico-génétiques. Nous allons nous concentrer ici sur les aléas des nombreux projets d’édition des œuvres complètes, des œuvres choisies et des œuvres posthumes d’Alberdi, afin de comprendre le programme historiographique que chaque politique éditoriale de réédition a mis en jeu.

Un premier recueil des œuvres d’Alberdi (1856-1858)

6Le premier recueil important des œuvres de Juan Bautista Alberdi fut réalisé par l’auteur lui-même, bien qu’il fût commandé par le gouvernement du Général Urquiza. La Province de Buenos Aires venait de refuser la Constitution de 1853 et s’érigeait en État indépendant. Ainsi, le gouvernement de la Confédération Argentine devait l’affronter non seulement sur le plan économique, c’est-à-dire sur le terrain odieux du blocus et des tarifs douaniers, mais surtout sur le plan symbolique. Les œuvres d’Alberdi étaient alors un atout précieux.

7La sélection de ce premier recueil, qui aborde logiquement les sujets politiques et de droit public chers au gouvernement de la jeune Confédération rassemble les œuvres de la période constitutionnaliste de 1852-1855.

8Le décret émis à Paraná, le 14 mai 1855, montre que Salvador María del Carril, vice-président de la Confédération était à l’origine du projet :

« Le gouvernement national étant convaincu de la bonne influence des écrits politiques et juridiques du citoyen Juan Bautista Alberdi sur l’opinion publique, et étant désireux de manifester solennellement l’estime que méritent les services désintéressés et spontanés qu’il a offert à sa patrie en tant que propagandiste, dans le but d’inciter les talents à se pencher sur des travaux de la même nature, d’autant plus nécessaires que les institutions constitutionnelles de la République Argentine sont récentes ; le Vice-président de la Confédération a approuvé et décrète que l’on dépose aux archives publiques, des exemplaires signés par l’auteur, de Bases (1852), Elementos de Derecho Público provincial para la República Argentina (1853), Sistema Económico y Rentístico (1853) et De la integridad nacional de la República Argentina (1855), et que l’on publie trois mille exemplaires de ces œuvres, dont l’édition sera à la charge de l’auteur ».

9Une fois le décret signé par del Carril, Urquiza et Derqui, ce dernier s’adressa au Chargé d’affaires de la Confédération Argentine auprès des gouvernements de France, d’Angleterre et d’Espagne dans une lettre du 1er août 1855. Il lui expliqua que « par sa décision de rendre justice, en récompensant les services spontanés et désintéressés rendus au pays par votre excellence à travers vos écrits, le gouvernement national a voulu leur faire une publicité afin de diffuser leurs doctrines et d’inoculer dans l’âme des peuples les saines maximes dont témoignent leurs principes ». Alberdi accepta l’offre avec plaisir, il révisa et corrigea ses livres, et alla même jusqu’à écrire une préface à ce premier recueil de ses œuvres, où il précisait :

« C’est la deuxième et troisième édition que l’on fait de ces livres, car ils ont précédé le gouvernement qui en a aujourd’hui commandé la publication, et ils font d’une certaine façon partie des travaux qui ont contribué à son établissement. Le gouvernement argentin, se faisant aujourd’hui éditeur, démontre ainsi sa loyauté envers les doctrines qui l’ont inspiré ; et ces doctrines obtiennent à leur tour un nouveau triomphe à travers l’édition officielle qu’en fait le gouvernement constitué à son initiative ».

10Une fois établie la filiation entre son programme fédéraliste et libéral et le gouvernement fédéral siégeant à Paraná, Alberdi récuse les accusations provenant du gouvernement séparatiste de Buenos Aires, qui attaquait la légitimité de la Confédération et de son représentant diplomatique en Europe, en dénonçant leur « caudillisme » :

« Un gouvernement qui publie et diffuse des doctrines de droit public comme celle que le lecteur peut trouver dans ces livres ne peut être considéré comme un gouvernement de caudillos. De même, l’écrivain, qui défend et soutient le gouvernement organisé selon ses doctrines et fidèle propagateur de celles-ci, ne fait que se montrer conséquent avec ses œuvres, contrairement à ceux qui exaltent des lois qu’ils n’inspirèrent pas, et qui soutiennent des gouvernements institués sur des principes qu’ils avaient précédemment attaqués ».

11Ce premier recueil d’œuvres d’Alberdi intitulé Organización política y económica de la Confederación Argentina, parut en décembre 1856, en un seul volume, avec la mention en couverture : « Nouvelle édition officielle, corrigée et révisée par l’auteur, 864 pages ». On en publia trois mille exemplaires à l’Imprimerie de José Jacquin à Besançon. Comme l’établissait le décret, la moitié des exemplaires resta en possession de l’auteur, et l’autre moitié fut envoyée à Paraná, où le gouvernement de la Confédération organisa sa distribution dans les bibliothèques publiques et parmi les membres du Parlement et du Cabinet.

  • 1 Besançon, Imprimerie de José Jacquin, 1858, 2 vol. Le premier volume fait 360 pages, plus 122 pour (...)
  • 2 Alberto Octavio Córdoba, Los escritos póstumos de Alberdi, ¿fueron publicados en oposición a sus ú (...)

12Deux ans plus tard, on publia une seconde édition augmentée en deux volumes, au titre plus bref, Organización de la Confederación Argentina. On pouvait lire sur la couverture « Nouvelle édition officielle, corrigée et augmentée par l’auteur »1. Selon le chercheur Alberto Octavio Córdoba, « cinq ans plus tard, en 1863, Alberdi projetait un troisième volume de ses études se rapportant à l’organisation constitutionnelle de son pays », il alla même jusqu’à en rédiger la préface. Córdoba, qui possédait l’original inédit de cette Préface, ajouta qu’Alberdi pensait y rassembler « les travaux écrits […] pendant les huit années passées en Europe » et avait prévu d’intituler ce troisième volume Medios políticos y económicos de Libertad, de Orden y de Engrandecimiento para los Estados de la América antes española2.

13Mais après la bataille de Pavón en 1861, sous la présidence de Bartolomé Mitre, qui destitua Alberdi de sa fonction d’agent diplomatique en Europe et refusa de lui verser ses salaires, les conditions n’étaient plus réunies pour publier ce troisième volume. Les deux hommes qui se succédèrent à la présidence, Mitre et Sarmiento, tentèrent de relativiser la dette de la Constitution de 1853 envers les Bases d’Alberdi. L’œuvre de l’homme de Tucumán ne cessa pas seulement d’être un pôle d’intérêt officiel : quand Alberdi s’opposa avec ténacité à la participation de l’Argentine à la guerre du Paraguay (1865-1870), son œuvre devint l’objet d’hostilités et de condamnations.

Obras completas (1886-1887)

  • 3 Jorge Mayer, Alberdi y su tiempo, Buenos Aires, EUDEBA, 1963, p. 820-821.

14Le triomphe de Nicolas Avellaneda, natif de Tucumán et candidat du Partido Autonomista Nacional aux élections de 1874 face à Mitre, fut interprété par beaucoup de secteurs comme un pas vers la fédéralisation de Buenos Aires. Dans ce nouveau paysage politique, le prestige intellectuel d’Alberdi « le grand absent » augmentait. On va jusqu’à proposer sa candidature aux élections législatives ou aux élections sénatoriales en tant que représentant de la province de Tucumán. Certains souhaitaient le porter à la Cour Suprême, d’autres, le placer à la tête de la Banque Nationale. Marco Avellaneda, le frère du président, menait la campagne depuis Tucumán, avec le soutien enthousiaste du ministre de la guerre, le Général Julio A. Roca3. Le président Nicolas Avellaneda lui-même regrettait dans une lettre à Ledesma : « Je crois que le Dr Alberdi va tarder à revenir ». Des lettres et des messages d’amitié lui parvenaient depuis l’Argentine, et il décida, non sans hésiter, que l’heure du retour, de la reconnaissance et peut-être même, de la réconciliation, avait sonné.

15Enfin, Juan Bautista Alberdi arriva en Argentine en septembre 1879, pour assumer la fonction de député au Congrès de la Nation, représentant sa province natale. Il assista au triomphe du nouveau candidat du Parti Autonomiste National, Julio A. Roca, et au soulèvement raté de Tejedor en 1880, qui précipita l’unité nationale avec la ville de Buenos Aires « fédéralisée ». C’était la solution qu’Alberdi préconisait depuis plus de vingt ans, et à laquelle il allait consacrer le dernier des grands livres qu’il parvint à publier à Buenos Aires en 1881 : La República Argentina consolidada en 1880 con la ciudad de Buenos Aires por Capital.

16Roca assuma la présidence le 12 octobre 1880. Un mois plus tard à peine, lors d’un de ses premiers discours de gouvernement, il adressa à l’Assemblée Nationale une demande de fonds pour l’édition des Obras completas d’Alberdi :

  • 4 Cf. Mayer, op.cit. p. 887.

« Les nombreuses éditions des Obras completas étant épuisées, et étant donné que leur publication représente un véritable intérêt public, […] que pendant son séjour en France l’auteur a poursuivi des études et rédigé de nouvelles œuvres […] que d’autre part l’auteur a fait preuve d’un patriotisme et d’un intérêt persistant au vu du nombre et de la nature des services remarquables qu’il a rendus au pays ; que ce soit en tant que codificateur, pendant la préparation et la rédaction des projets de constitution pour la nation et pour les provinces, ou en tant que diplomate en Europe ; ce qui le rend doublement digne d’une récompense publique correspondant aux exigences de sa situation et à dévouement actuel pour l’achèvement de ses œuvres inédites.4 »

  • 5 La Nación du 17 novembre 1880, citée par Mayer, op. cit., p. 888.

17Mais Bartolomé Mitre, accusé par Alberdi d’être responsable de la guerre du Paraguay et de la mutinerie de 1874, refusa vivement la proposition depuis les pages de son journal La Nación : « Le décret du gouvernement national par lequel on envoie réimprimer (sic) les œuvres d’Alberdi[…] est une absurdité, une preuve classique d’ignorance[…] C’est inconstitutionnel[…] C’est une preuve de manque de conscience politique, d’instinct gouvernemental, d’équilibre moral », c’est « une provocation », « une réminiscence fédérale », « une offense à la morale » et même « contraire à la loi de Comptabilité ». Il accusa en outre Alberdi d’être « le diplomate qui a compromis l’existence de la Nation Argentine[...] Et le propagandiste qui, pendant la guerre la plus juste et la plus féconde qu’a mené notre pays, fut du côté de l’ennemi ». Le lendemain Mitre publia un article de la même teneur, dans lequel il appelait Roca « le moins lettré des présidents » et qualifiait le décret de « sinistre dans sa signification et son irrégularité ». Il affirmait que les Argentins étaient « offensés dans [leur] dignité[…] Et révoltés contre l’injustice », tout en qualifiant Alberdi d’« opportuniste, pamphlétaire, et non pas essayiste, ni théoricien scientifique ou philosophique », bien qu’il lui reconnaissait un « talent généralisateur » et qu’il fût un « honneur de notre pauvre littérature »5. Il dépossédait Alberdi de la paternité de la Constitution de 1853, l’accusait d’avoir fait preuve de faiblesse en signant le traité de reconnaissance avec l’Espagne, et d’avoir rédigé le message d’Avellaneda sur la Capitale, dans de nombreux articles publiés jusqu’au 24 décembre 1880.

18Alberdi préféra ne pas répondre et se consacra à terminer et à publier son livre sur la fédéralisation de Buenos Aires, ainsi qu’à conseiller Roca sur le différend territorial avec le Chili. Celui-ci finit par lui proposer la légation argentine à Paris, ce qui signifiait une fois de plus l’éloignement, voire l’exil, mais selon Mayer, constituait pour Alberdi « la réparation tant attendue ». Mitre vitupéra de nouveau dans une des pages de La Nación qu’il ne signa pas et Alberdi finit par répondre depuis El Nacional signant avec un X :

  • 6 Mayer, op. cit., p. 897.

« nous allons répondre en défense d’un ami et de la vérité outragée par la furie d’un dément. Que La Nación ait la bravoure de M. Tejedor, de signer ce qu’elle dit, et elle verra alors un nom propre au pied de ces lignes.6 »

19Mitre répondit par une autre série d’articles, en transcrivant, pour le ridiculiser, une lettre qu’Alberdi avait écrite en 1833 à Vicente Fidel López et dans laquelle le jeune auteur commettait trois fautes d’orthographe.

20Selon Mayer, « Alberdi, fatigué et malade, ne voulut pas poursuivre une polémique d’injures rabaissée par le dépit ». Il rédigea à peine quelques notes que l’on ne connaîtrait que lors de la publication des posthumes :

  • 7 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos, Vol. XI, 1900 p. 504-505

« les doctrines scientifiques que contiennent mes livres ne seront pas détruites par des articles de presse. C’est la méthode par laquelle Mitre m’a toujours combattu. Sa tactique repose toujours sur la tentative d’en empêcher la lecture7 ».

21Mais le pouvoir de Mitre était tel que le Sénat refusa la nomination diplomatique d’Alberdi et que l’édition de ses Obras completas fut suspendue.

  • 8 Ultérieurement, le message du 14 septembre 1887, signé par Juarez Celman y Filemón Posse, demande (...)

22Alberdi s’embarqua pour Paris en août 1881. Il mourut le 19 juin 1884 à la clinique du Dr Défaut, à Neuilly-sur-Seine. C’est alors que la chambre des députés adopta le projet de loi 1789, qui destinait la somme de 10 000 pesos à la publication de ses œuvres complètes (le 24 août 1884). Mais le Sénat argentin ne donna son accord que deux ans plus tard (Loi 1789, du 24 août 1886). Deux jours après son adoption, un décret du président A. Roca et de son ministre Eduardo Wilde nommait Manuel Bilbao et Arturo Reynal O’Connor « chargés de rassembler tous les matériaux nécessaires et de diriger l’impression des œuvres.8 »

  • 9 Il était le frère cadet de l’essayiste romantique Francisco Bilbao qui, sous l’influence des idées (...)

23La responsabilité retomba sur deux hommes connaisseurs des œuvres d’Alberdi et partageant ses idées. Manuel Bilbao (1827-1895), était un écrivain, avocat, journaliste, historien, d’origine chilienne.9 Après des années d’exil au Pérou et en Equateur, Manuel Bilbao arriva à Buenos Aires dans les années 1860, où il mena d’importantes campagnes de presse. Il débuta en tant que rédacteur du journal La República en 1866 et fonda La Libertad en 1873. Il y développe une propagande pacifiste lors du conflit Argentine-Chili de 1878, qui ne suscite pas la sympathie du gouvernement Chilien. Arturo Reynal O’Connor (1862-1920), lui aussi avocat et journaliste, collabora avec Bilbao dans La Libertad. Une fois le journal de Bilbao fermé, ils continuèrent ensemble leurs campagnes de presse dans El Nacional, de Samuel Alberú. Bilbao est, entre autres, l’auteur d’Historia de Rosas et Reynal, lui, est reconnu pour son œuvre Paseo por las colonias. En 1888, Arturo Reynal O’Connor, Manuel Bilbao et d’autres amis intègrent la commission populaire chargée de rapatrier les restes d’Alberdi, qui ont reposé de 1889 à 1991 au cimetière de la Recoleta de Buenos Aires.

24Les échos des débats politiques autour de la publication des œuvres complètes d’Alberdi résonnent dans les brèves pages qui préfacent l’édition : le texte de loi commandant l’édition, le décret de Roca nommant les éditeurs et un texte de ceux-ci.

25En guise d’avertissement, ils indiquent :

  • 10 Apuntes biográficos del Dr. Juan Bautista Alberdi, 1886 : VII-IX.

« Nous avons simplement voulu rassembler dans une édition soignée tout ce que produisit la puissante intelligence d’un des premiers penseurs argentins, pour que ce travail constant[…] soit à la portée des générations suivantes, qu’elles jugent l’homme le plus discuté par les partis et les factions à partir de ses œuvres, et qu’elles sauvent de la destruction du temps ce qui doit être une gloire nationale[…] Les fonds nationaux grâce auxquels on publie ces Œuvres viennent de tous : des amis et des adversaires politiques d’Alberdi »10.

  • 11 Une note des responsables de l’édition indique que « La plus grande partie des écrits qui sont réu (...)

26La loi stipulait, dans son premier article, d’éditer « les œuvres d’Alberdi publiées et inédites ». Mais au moment de réaliser leur tâche, Bilbao et Reynal n’avaient pas à disposition les documents laissés par Alberdi à Paris, ni sa bibliothèque. Ils ne détenaient que les œuvres qu’Alberdi avait publiées de son vivant, disponibles dans des bibliothèques publiques ou privées. Il s’ensuivit un énorme paradoxe historique : les bibliothèques publiques argentines ne possédaient pas les brochures et les revues où Alberdi avait publié ses premiers écrits (œuvres « que l’auteur lui-même pensait avoir perdues ») et ils durent faire appel aux bibliothèques privées d’Andrés Lamas et de Bartolomé Mitre lui-même11.

27Ils finirent par rassembler les œuvres d’Alberdi en huit volumes, publiés l’un après l’autre pendant les années 1886 et 1887, dans les ateliers d’impression, de lithographie et de reliure de La Tribuna Nacional situés au 38 rue Bolívar. Dans la note préliminaire, les éditeurs prévenaient ainsi le lecteur :

« Nous nous sommes demandés si nous devions organiser cette collection en fonction d’un ordre chronologique ou d’un ordre thématique. Bien que ce dernier soit rationnel, et donc plus fondamental, c’est le premier que nous avons adopté […] les lecteurs seront ainsi témoins de l’évolution de la pensée du Dr Alberdi, et pourront la suivre dans ses différentes étapes, avec toutes ses alternatives et ses développements… »

28Bien que, comme le signala Mayer, l’édition fût menée à bien « avec quelques omissions », l’effort pour rassembler la quasi-totalité de son œuvre est digne d’éloge. Le premier volume rassemble les écrits de jeunesse parus entre 1832 et 1839, comme Fragmento preliminar al estudio del Derecho, le discours d’inauguration du Salon Littéraire et les articles publiés dans La Moda, El Nacional et El Iniciador. Le deuxième volume regroupe les écrits publiés entre 1840 et 1844, comme sa thèse de maîtrise chilienne, Memoria sobre la conveniencia de un Congreso americano. Le troisième volume contient la plupart des œuvres rédigées au Chili, parmi lesquelles on peut distinguer Bases. À partir du quatrième volume, les éditeurs ne pouvaient avancer selon l’ordre chronologique strict adopté jusqu’alors : il contient Cartas Quillotanas et Sistema económico y rentístico ; le cinquième volume comprend Elementos de Derecho Público Provincial Argentino ; le sixième, ses mémoires en tant que Chargé d’affaires de la Confédération et ses écrits sur la guerre du Paraguay ; le septième, Proyecto de Código Civil et Palabras de un ausente ; et le huitième présente, parmi d’autres textes, sa dernière grande œuvre publiée, La República Argentina consolidada en 1880 con la Ciudad de Buenos Aires por Capital.

  • 12 Par exemple, il manque les articles suivants : La actual situación, de sus peligros, de sus ventaj (...)
  • 13 David Peña, Alberdi, los mitristas y la Guerra de la Triple Alianza, Buenos Aires, Peña Lillo, 196 (...)

29Cette édition rassembla ainsi les œuvres fondamentales d’Alberdi et la plupart de ses écrits, mais quelques brochures et la majeure partie de son œuvre journalistique en furent cependant exclues. David Peña suggère que les éditeurs ne laissèrent pas seulement de côté certains textes qu’ils n’avaient pas pu localiser12, mais aussi « toute la production dans laquelle […] Alberdi adopte le style impétueux de Juvénal, la critique aiguisée de Voltaire et la saveur spirituelle de Maistre »13.

30On tira quatre mille exemplaires de cette édition des Obras completas. Jusqu’en 1894, moins de dix ans plus tard, deux mille six cents exemplaires avaient été distribués dans les bibliothèques publiques ou vendus. Les mille quatre cents restants, qui se trouvaient dans le dépôt de la Librairie Lajouane de Buenos Aires, furent remis à son fils, Manuel Alberdi en vertu d’une loi adoptée par le Parlement, afin de payer les frais d’édition des Escritos póstumos.

Escritos póstumos (1895-1901)

31Le destin des manuscrits qu’Alberdi conservait à Paris dans deux coffres déposés chez Don Pedro Gil et sur lesquels veillait son ami Manuel del Carril, fut aussi l’objet d’amères controverses. Il semble qu’Alberdi était lui-même soucieux du destin de ses documents. Dans son testament, rédigé à Buenos Aires le 13 juin 1880, il affirmait :

  • 14 Alberto Octavio Córdoba, Los Escritos póstumos de Alberdi, op. cit., 1966, p. 40.

« Je souhaite que mes exécuteurs testamentaires de Paris et de Londres ne fassent parvenir en Amérique aucun de mes travaux littéraires inédits et manuscrits, qu’ils n’autorisent personne, ici ou là-bas, à les publier tels quels, car ce ne sont que de simples documents de travail et non pas des œuvres achevées »14.

32Ce testament semble réaffirmer le souhait exprimé dans celui rédigé en 1869 à Paris :

  • 15 Ibid. p. 33.

« Je prie mon exécuteur testamentaire de faire détruire tous les papiers autres que des simples documents, […] et de n’autoriser la publication d’aucun manuscrit inédit, car je ne laisse rien d’écrit qui dusse voir le jour après ma mort »15.

  • 16 Ibid., p. 10-11.

33Alberdi fut tellement formel sur ce point qu’au moment de réaliser la précieuse publication de ces documents, Manuel Villarrubia Norry évoque les « clauses du testament n’ayant pas été respectées » ; Bernardo González Arrili, lui, parle de « clause impossible à respecter » ; et Ricardo Sáenz Hayes signale dans Historia de la literatura argentina que les œuvres posthumes furent publiés « en violation de la volonté testamentaire de l’auteur ». Alberto Octavio Córdoba, qui collectionne ses papiers, a cependant signalé qu’un dernier testament d’Alberdi, rédigé peu avant sa mort en mai 1883 à Paris, commence ainsi : « ce testament révoque tous les autres16 ».

34Selon l’hypothèse de Córdoba, Alberdi changea d’avis au sujet de ses inédits entre juin 1881 et mai 1883. Il craignait sans doute que ses écrits mettant sévèrement en cause Mitre et Sarmiento, ne finissent entre les mains de ses adversaires politiques et soient publiés de façon partielle et dévoyée. En juin 1881, il était de retour à Buenos Aires et alimentait probablement un espoir de conciliation avec ses vieux adversaires. Dans ces conditions, la publication de ses œuvres était déplacée à tous points de vue. Mais en 1883, de retour à Paris, alors qu’il était attaqué par Mitre et Sarmiento, le sacrifice de ces manuscrits n’était plus nécessaire.

  • 17 Ibid., document V, p. 45.

35Quoi qu’il en soit, l’ambiguïté que renfermaient les nombreux testaments d’Alberdi sur ce point autorisa ses héritiers à confier, en juin 1886, la responsabilité de l’édition des manuscrits à son fils Manuel17.

36En 1894, alors qu’il entreprenait leur classement, Manuel Alberdi demanda au gouvernement national de lui remettre les exemplaires des Obras completas de son père publiées en 1886-87, pour que leur vente contribue à payer l’édition imminente des Escritos póstumos. Le gouvernement envoya un projet de loi à l’Assemblée, et les députés le traitèrent lors de la session enflammée du 2 août 1894. Manuel F. Mantilla s’opposa à la loi de façon déterminée. Le député national de Corrientes, en véritable homme de main de Mitre, rappela que la loi de 1886 stipulait que l’édition des Obras completas comprendrait les textes édités et inédits, et s’exclama :

« Encore une fois les œuvres inédites, mais personne ne les a jamais vues ces œuvres inédites ! Aucune œuvre inédite n’a été publiée ! Tout ce qu’Alberdi a produit par haine de la politique de la Triple Alianza, tout ce qu’il a produit en traduisant les sentiments et les passions d’une autre époque, tout cela a été reproduit ; mais les œuvres inédites de ce grand talent, jamais ».

37De cette façon, Mantilla rendait publique la gêne qu’avait engendrée, non seulement au sein de l’élite du pouvoir de Buenos Aires mais aussi dans une partie des élites provinciales, l’édition des Obras completas d’Alberdi de 1886-87. Mantilla l’affirmait très clairement : « à l’exception de Bases, qui fut le joyau d’Alberdi, tout le reste n’est que critique politique passionnée, pamphlet d’un homme à l’esprit extrêmement puissant… ». Mantilla cite La República Argentina consolidada en 1880, qui lui semble « la plus triviale de toutes ses œuvres ». Au point le plus intense de son exposition, Mantilla s’exclama :

  • 18 David Peña, op. cit., p. 47-52.

« Ça suffit avec Alberdi, M. le Président ! Et ça suffit avec les œuvres inédites du Dr Alberdi ! Elles n’ont rien donné de positif au pays ! […] Je me méfie et je crois qu’il est déplacé que le Congrès dispose les yeux fermés de la publication d’œuvres à caractère politique, économique et historique qui ont été fatales au pays, comme l’ont été les théories et les doctrines que le Dr Alberdi […] a répandu dans le pays18 ! »

  • 19 Ibid. p. 65-66.

38L’historien David Peña, qui dans sa jeunesse avait rencontré Alberdi lors de son dernier séjour en Argentine, réagit immédiatement aux propos du député Mantilla. Il rédigea trois articles, mais aucun journal n’accepta de les publier, il décida donc de les diffuser dans une brochure justement intitulée Ça suffit avec Alberdi ! Peña répliquait que « la République et ses institutions » n’existaient que grâce à ces « pamphlets », et suggérait que les mots de Mantilla, dans lesquels résonnait l’écho de la campagne anti-alberdienne menée quinze ans plus tôt par Mitre dans La Nación, obéissaient « à l’inévitable soumission du disciple face à son maître »19.

  • 20 Pour sa part, Manuel Alberdi donna 150 exemplaires des Obras completas à son cousin Federico Garcí (...)

39Le vote fut tout de même positif et le parlement argentin adopta la loi 3083. Manuel Alberdi se vit remettre les mille quatre cents exemplaires restants des œuvres complètes qui se trouvaient dans le dépôt de la Librairie Lajouane de Buenos Aires. Par ailleurs, le gouvernement s’engagea à acheter mille exemplaires des œuvres qui allaient être publiées20.

40En mai 1895, neuf ans après avoir reçu les manuscrits de son père, Manuel Alberdi imprima le premier volume des Escritos póstumos, intitulé Estudios económicos. Il publia les quatre premiers volumes entre 1895 et 1896, à l’imprimerie « Imprenta Europa de Buenos Aires ». En janvier 1897, il signa un nouvel accord avec son cousin Francisco Cruz, selon lequel celui-ci se chargeait d’imprimer les volumes suivants. Ils furent publiés sous le sceau « Imprenta A. Monkes ». Les derniers volumes furent édités par « Imprenta Juan B. Alberdi ».

41Manuel Alberdi mourut en 1900. Il avait jusqu’alors publié 11 volumes, et laissait les archives de son père entre les mains de sa gouvernante Josefa Escobar Sarsfield de Pérez à qui il demanda expressément de poursuivre la publication des écrits posthumes. Doña Josefa signa un nouvel accord avec Francisco Cruz, dans lequel celui-ci s’engageait à payer mille pesos pour chaque volume publié, à la condition d’obtenir la propriété des manuscrits. Francisco Cruz publia cinq volumes de plus entre 1900 et 1901, ce qui éleva à 16 volumes le nombre total des posthumes. Il n’en fut tiré que deux mille exemplaires.

42Manuel Alberdi et Francisco Cruz n’étaient pas éditeurs professionnels, mais accomplissaient cette tâche par vocation et par loyauté envers la mémoire de Don Juan Bautista. L’édition des posthumes rencontra de nombreux problèmes, en particulier l’absence d’un critère d’édition unique. Le principal utilisé par Manuel Alberdi, et adopté par la suite par Francisco Cruz, fut le classement chronologique. Juan Bautista Alberdi avait lui-même commencé à organiser certains volumes de ses écrits inédits : Estudios económicos (volume I), El crimen de la guerra (volume II), le volume traitant les formes de gouvernement en Amérique du Sud (IV) et celui de critique historiographique à Sarmiento et Mitre (volume V). En revanche, les autres volumes présentaient des sauts thématiques et chronologiques qui n’étaient pas dûment annotés ou indexés, ce qui entraîna une certaine confusion pour les lecteurs.

43Manuel Alberdi, en prévision de la polémique, tenta d’anticiper les critiques dans l’« avertissement » du premier volume : il y manifestait sa décision de reproduire « textuellement les originaux » tout en sachant qu’ils contenaient des erreurs, des vides et des répétitions. Il affirmait qu’il s’abstiendrait toutefois de les corriger :

  • 21 « Advertencia » del Editor a Escritos Póstumos de Juan Bautista Alberdi, Estudios económicos, Buen (...)

« Nous savons pertinemment qu’en ne modifiant pas ces écrits, qui évoquent, dans la plupart des cas, des intérêts, des passions et des discussions encore fumantes, certains lecteurs avisés ne manqueront pas, pour les déprécier, de signaler les défauts de formes, de style, les redondances, les contradictions, etc.21 »

  • 22 Escritos póstumos de Juan Bautista Alberdi, in La Biblioteca, año II, t. IV, 1897, p. 324-327.

44Il en fut ainsi. À peine les cinq premiers volumes publiés, Paul Groussac, l’archiviste virtuose, vitupéra depuis les pages de La Biblioteca22, mettant en question non seulement le critère d’édition (les notes, les erreurs de typographie, etc.), mais le fait même que des manuscrits inachevés au caractère polémique fussent diffusés. Le sociologue Ernesto Quesada argumenta dans le même sens, dans un article du journal El Tiempo (6 août 1897) qu’il publia ensuite sous la forme d’une brochure intitulée Conversación con Alberdi :

  • 23 Cité par Córdoba, 1966, p. 23.

« Les responsables de l’édition ne semblent pas avoir eu d’autre norme de conduite que publier tout ce qu’ils ont trouvé, sans effectuer l’examen attentif indispensable afin de séparer le bon grain de l’ivraie. Les derniers volumes de la série posthume révèlent un Alberdi à l’esprit petit et maladif, et ses critiques féroces proches du défoulement »23.

45Mais Quesada alla encore plus loin : il offrit le témoignage d’un Alberdi abattu à qui il avait rendu visite pendant sa jeunesse à Paris, un graphomane qui n’écrivait que pour écrire et qui par la suite, profondément découragé, avait abandonné ses papiers dans des caisses : « une main imprudente a exhumé ce qui, par malheur pour le grand Alberdi, s’appelle ses Escritos póstumos ».

  • 24 Una conversación con Alberdi. A propósito de sus escritos póstumos, in El Municipio de Rosario, 30 (...)

46Face aux critiques de Quesada, Manuel Alberdi tenta de défendre la publication des écrits posthumes et l’importance historique de ces œuvres. Mais aucun journal de Buenos Aires n’accepta de publier sa défense. Elle parut finalement dans le journal El Municipio de Rosario le 30 septembre 1897. Manuel Alberdi y transmettait un témoignage contraire à celui de Quesada : son père n’avait jamais abandonné ses papiers, au contraire, il les avait soigneusement conservé dans deux coffres déposés dans le coffre-fort d’un ami et dont il avait jalousement gardé les clés jusqu’à sa mort. Manuel Alberdi en concluait que plutôt que « ternir » la mémoire de son père, la publication des posthumes constituait « sa vengeance »24.

  • 25 Del editor, Escritos póstumos, t. XVI, 1901 p. 1-8.

47Francisco Cruz crut aussi convenable de justifier sa volonté de publier l’intégralité du fonds d’archives d’Alberdi et particulièrement les cinq derniers volumes sous sa responsabilité. Il alléga une « responsabilité historique » et défendit sa décision d’intervenir le moins possible au niveau des notes et commentaires25.

48C’est l’appréciation de Joaquín V. González sur les posthumes, au moment de présenter les Obras selectas d’Alberdi, qui nous semble la plus équilibrée :

  • 26 Alberdi, Obras selectas, Buenos Aires, La Facultad, 1920, t. I, p. XXV.

« étant donné qu’il n’est pas possible de reproduire in extenso tous les volumes des posthumes, ils constitueront une archive pour les chercheurs de demain26 ».

49En effet, tout au long du XXe siècle, la plupart des éditions de chacune des œuvres d’Alberdi prirent leur source dans l’édition des posthumes. Et un siècle après leur première version, quand les Escritos póstumos deviendront une rareté bibliographique, Oscar Terán les fera rééditer par la maison d’édition de l’Université de Quilmes.

50Dans la brève note finale de l’éditeur Francisco Cruz à la fin du volume XVI des Escritos póstumos, sont indiqués des textes inédits qui ne furent publiés qu’ultérieurement. Cruz insista auprès de doña Josefa pour lui acheter la totalité de l’héritage de Juan Bautista Alberdi (biens mobiliers et immobiliers, actions et droits), ce qu’elle finit par accepter en 1902. Nous savons grâce au chercheur Alberto O. Córdoba que 10 ans plus tard, en 1911, Félix Peña proposa à Cruz de publier les inédits d’Alberdi annoncés dans le volume XVI (les lettres de Rosas et d’Urquiza à Alberdi, la correspondance diplomatique et la conclusion de ses mémoires) dans la revue Atlántida.

51Cruz ne parvint jamais à publier d’autres inédits pour des raisons qui nous sont inconnues. Peut-être que les frais d’édition, la lenteur des ventes des 16 volumes publiés et la violence des critiques l’en ont découragé. En effet dans la note de l’éditeur il avoue des moments d’abattement.

52Même si doña Josefa ne confia pas à Francisco Cruz la totalité des objets ayant appartenu à Alberdi (comme le prouve le fait qu’en 1927, elle fit don de quelques biens au Musée d’Histoire National), celui-ci veilla sur l’héritage littéraire d’Alberdi pendant toute sa vie. Il mourut en 1927 et l’héritage finit dans les mains de sa veuve, Carmen Susviela. Celle-ci le vendit en 1946 au philologue et érudit Jorge Martín Furt. Cet héritage fait aujourd’hui partie de la Fundación Archivo y Biblioteca « Jorge M. Furt » dans la célèbre propriété Los Talas, à Luján, Province de Buenos Aires.

Les Œuvres Choisies de la librairie et maison d’édition « La Facultad » (1920)

  • 27 Buenos Aires, Ediciones de la Librería « La Facultad » de Juan Roldán, 1920, dix-huit volumes.

53L’effort le plus important pour réunir les œuvres d’Alberdi, aussi bien les Obras completas que les Escritos póstumos, fut celui de Joaquín V. González (1863-1923), un libéral réformiste. Malgré le fait qu’il se définissait comme un « conservateur », ce fils de l’élite de la ville de La Rioja, fit une carrière politique brillante de réformateur actif, convaincu que les changements du paysage politique exigeaient de nouvelles lois. Avocat, journaliste, écrivain, professeur universitaire, législateur, il fut gouverneur de sa province et rédacteur de sa nouvelle Constitution ; en tant que ministre pendant les présidences de Roca et de Quintana, il participa à la rédaction de plusieurs lois, de la funeste Ley de residencia au très moderne projet de Code du Travail de 1904 ; homme de l’élite oligarchique, mais partisan de la réforme électorale, il fut positiviste comme l’étaient les hommes de la génération de 1890, bien qu’il conjuguât ce credo avec un certain spiritualisme d’inspiration krausiste. Il obtint, en 1906, le poste de recteur de la progressiste et moderne Université de la Plata. Il prit sa retraite en 1918, et se consacra à la préparation d’une nouvelle édition de Juan Bautista Alberdi : Obras selectas, Nueva edición, ordenada, revisada y precedida de una introducción por el Dr. Joaquín V. González, senador nacional27.

  • 28 L’ordre adopté par Joaquín V. González pour la publication des Obras selectas fut : Páginas litera (...)

54Malgré l’ampleur de cet effort éditorial en 18 volumes, il ne s’agit pas, comme le titre l’indique, d’une édition intégrale de l’œuvre alberdienne, mais d’une sélection et d’un nouveau classement des Obras completas et des Escritos póstumos, selon un critère plus thématique que chronologique. Les erreurs d’édition des Escritos póstumos ont été supprimées, mais on ne peut parler d’une édition critique, dans laquelle serait toujours clairement indiqué la publication source ou les années des versions originales28.

  • 29 Juan Pablo Oliver, « Préface » à Juan Bautista Alberdi, La monarquía como mejor forma de gobierno (...)

55Bien que le choix de Joaquín V. González fut l’objet de quelques critiques29 – Oliver l’accuse d’avoir édité Del gobierno en Sud América de façon « fragmentaire, mutilée » – il s’agit d’un classement cohérent. D’ailleurs, la plupart des éditions des œuvres d’Alberdi entreprises depuis 1920 seront établies à partir de cette édition.

Les Œuvres Choisies éditées par « Luz del Día » (1952-1957)

  • 30 Horacio Tarcus, Diccionario biográfico de la izquierda argentina. De los anarquistas a la « nueva (...)

56Un autre grand recueil parut à Buenos Aires dans les années 50, sous le nom Obras escogidas de Juan B. Alberdi, en 11 volumes. La maison d’édition « Luz del Día », dont le nom lui-même se référait à l’œuvre satirique d’Alberdi, appartenait à un intellectuel engagé, Julio Ricardo Barcos (1883-1960), un pédagogue qui avait fait ses armes à l’école des idées anarchistes30.

57Directeur de l’Ecole Laïque de Lanús, il devint ensuite directeur du projet de l’Ecole Moderne de Buenos Aires (1908-1909). Il participa activement à la création de la filiale argentine de la Ligue Internationale pour l’Education Rationaliste de l’Enfance, qui prit le nom de Ligue d’Education Rationaliste. La Ligue lui permit de diffuser ses convictions pédagogiques, ce qui lui valut les attaques des défenseurs de l’enseignement étatique et religieux. Ses livres contenaient des idées avant-gardistes, qui provoquèrent à l’époque la stupeur, surtout La libertad sexual de las mujeres, qui connut cinq éditions et Cómo educa el Estado a tus hijos (1927). C’était un propagandiste enthousiaste de la syndicalisation des instituteurs, et il participa en 1910 à la fondation de la Ligue Nationale des Instituteurs, qui donna naissance l’année suivante à la première Confédération Nationale des Instituteurs de la République Argentine. Il publia la revue Renovación (1914) et dirigea aussi, entre 1912 et 1914, la publication La Escuela Popular, Órgano de la Liga de Educación Racionalista. Ce fut un des rares anarchistes à se ranger du côté des alliés durant la Première Guerre Mondiale et à approuver la Révolution Russe en 1917.

58Entre 1918 et 1920, Julio Ricardo Barcos effectua une tournée de conférences dans toute l’Amérique centrale. En 1921, de retour à Buenos Aires, il publia Cuasimodo, revue dans laquelle furent publiés les poèmes de jeunesse de Jorge Luis Borges consacrés à la Révolution Russe. Cette même année, il fit partie des fondateurs de l’Internationale des Instituteurs Américains, qui promut l’Internationale Communiste. Entre 1922 et 1924 il publia Les Grandes Œuvres, une collection de brochures anarchistes à grand tirage, vendues à un prix accessible. À la fin des années 20, il adhéra au parti radical, dans le courant d’Yrigoyen, ce qui lui ouvrit les portes du système éducatif officiel et il entra au Conseil National d’Education. Après le coup d’état militaire de 1930, il conspira avec les militaires rebelles Gregorio Pomar et Atilio Cattáneo pour renverser la dictature du Général Uriburu et le gouvernement d’Agustín P. Justo. Dans les années 40, il fonda la maison d’édition « Luz del Día », qui publia les œuvres de Juan Bautista Alberdi et de Domingo Faustino Sarmiento. Entreprendre la publication d’Alberdi et de Sarmiento sous le second gouvernement péroniste était un acte éminemment politique.

59La publication de Barcos ne modifie pas le critère thématique établi par Joaquín V. González mais s’appuie aussi sur les textes provenant des Obras completas et des Escritos póstumos. Cependant il demanda à des intellectuels reconnus de préfacer les différents volumes : le socialiste Alfredo Palacios préfaça El crimen de la guerra (1957) et il fut lui-même auteur de plusieurs introductions.

Maison d’édition « El Ateneo »

60Nous avons présenté les principales éditions des œuvres d’Alberdi. Mais il faut aussi signaler d’autres projets éditoriaux qui, sans avoir la systématicité de ceux que nous venons d’étudier, ont contribué à la diffusion de l’œuvre alberdienne. Citons notamment la librairie et maison d’édition El Ateneo de Pedro García.

61El Ateneo entreprit la réédition de Organización de la Confederación Argentina, (Madrid, El Ateneo, 1913, 2 vols.), les deux volumes qu’Alberdi avait publiés en 1858 enrichis d’une étude préliminaire d’Adolfo Posada, un juriste espagnol d’inspiration krausiste qui avait visité l’Argentine à l’occasion du Centenaire. El Ateneo publia aussi plusieurs œuvres d’Alberdi dans les années 20 : Autobiografía (1927), Estudios sobre la Constitución argentina de 1853 (1929) Páginas de juventud (1930).

Biblioteca « La Cultura Argentina »

  • 31 Bases, 1915, Texte révisé, précédé d’un avertissement de Francisco Cruz où il associe les noms d’A (...)

62Ajoutons « La Cultura Argentina », un projet éditorial fondé, dirigé et financé par José Ingenieros (1877-1925). Avec la bibliothèque « La Cultura Argentina », lancée par Ingenieros en 1915, les livres d’Alberdi entrèrent dans le monde des « livres bon marché » et de la culture populaire. Ce fut le plus grand effort à cette date de vulgarisation historique, littéraire et scientifique d’auteurs argentins à des prix accessibles. La maison d’édition Editorial Claridad d’Antonio Zamora est la seule à avoir entrepris un projet plus ambitieux, quoiqu’elle ne dépasse le projet d’Ingenieros que par la quantité et non par la qualité de l’édition. Tous les volumes étaient précédés d’une étude préliminaire et se vendaient au prix de 1 peso. Ingenieros, qui dans ses propres écrits considérait Echeverría, Alberdi et Sarmiento comme les piliers de la pensée sociologique argentine, publia cinq titres d’Alberdi31, trois d’entre eux provenaient des Obras completas, et les deux autres des Escritos póstumos.

  • 32 Ainsi, par exemple en 1923, les Bases en étaient à leur cinquième édition pour « La Cultura Argent (...)

63Ces livres furent réimprimés à plusieurs reprises. De plus, l’imprimeur de confiance d’Ingenieros, Luis J. Rosso, monta dans les années 30 sa propre maison d’édition, et publia beaucoup de titres de « La Cultura Argentina », dont ceux d’Alberdi. Les livres ont la même couverture bristol et le même logo, seul le nom « La Cultura Argentina » est remplacé par celui du nouvel éditeur, La Cultura Popular32.

Clásicos Jackson

  • 33 Bases, Buenos Aires, Jackson, 1945, préparée par Alberto Palcos, d’après la seconde édition de Val (...)

64Quatre autres titres d’Alberdi parurent à Buenos Aires entre 1945 et 1953 dans les éditions plus soignées d’une collection appelée « Clásicos Jackson »33. Le directeur des éditions était Alberto Palcos (1894-1965). Historien et journaliste né à Santa Fe, il travailla surtout dans la ville de La Plata, en tant que professeur de « Théorie et histoire des sciences » de l’Université Nationale, puis en tant que directeur de sa bibliothèque. Il fut aussi membre de la Commission Protectrice des Bibliothèques Populaires et Directeur Général de la Culture du Ministère de l’Education de la Province de Buenos Aires entre 1956 et 1958. Engagé, d’un point de vue historiographique, avec la pensée de Rivadavia, d’Echeverría, de Sarmiento et d’Alberdi, Palcos était dans sa jeunesse militant socialiste et leader de l’aile gauche du parti, pacifiste et partisane de la Révolution Russe. En janvier 1918, il fit partie des fondateurs du Parti Socialiste International, puis du Parti Communiste argentin, duquel il s’éloigna vers 1921.

Les textes les plus réédités

65Dès lors, il est impossible d’évoquer tous les auteurs responsables des rééditions alberdiennes. Contentons-nous de signaler les éditions plus significatives.

  • 34 Francisco Cruz, 1914 ; La cultura Argentina (Ingenieros), 1915 ; La Facultad, 1915 ; UNC, 1928 ; J (...)

66Sans compter les éditions originales réalisées du vivant d’Alberdi, les Obras completas et les Obras escogidas, nous avons réussi à identifier un total de 20 éditions des Bases, réalisées entre 1914 et 2010. Si l’on compte les nombreuses réimpressions, le chiffre se multiplie par trois ou quatre34.

67En plus de l’édition de « La Cultura Argentina », Sistema económico y rentístico (1854) connut une édition soignée réalisée par la maison d’édition Raigal, propriété du spécialiste d’éducation, membre du Parti Radical, Antonio Sobral (1897-1971). L’œuvre parut en 1954 avec une introduction de Canal Feijóo, dans la Biblioteca del Pensamiento Económico dirigée par l’économiste Ricardo M. Ortiz et liée au communisme argentin. Cette bibliothèque comprenait aussi des livres de Belgrano, d’Echeverría, de Manuel Lavardén et de Mariano Fragueiro, et de quelques contemporains comme Germani, Liceaga, Giberti et Ortiz lui-même.

  • 35 La cultura Argentina, 1915 ; Biblioteca French, 1915 ; Palumbo, 1915 ; América, 1920 ; Claridad, s (...)
  • 36 El crimen de la guerra. Homenaje del Honorable Concejo Deliberante en el Cincuentenario del fallec (...)

68El crimen de la guerra, une des œuvres d’Alberdi préférée des anarchistes et des socialistes, et honnie des nationalistes, a connu au moins quinze éditions indépendantes35. Jusqu’à l’édition critico-génétique préparée par Elida Loïs pour l’UNSAM en 2007, l’édition de référence (malgré de nombreuses erreurs) était celle du Consejo Deliberante de la Ciudad de Buenos Aires de 1934, réalisée sous la direction d’Emilio Ravignani, qui confronta les éditions existantes avec le manuscrit36.

Trois éditeurs d’Alberdi de l’histoire récente : Oliver, Pomer, Terán

  • 37 En septembre 2010, alors que ce texte était déjà écrit, Natalio Botana a sorti une nouvelle éditio (...)

69Nous ne pouvons terminer sans évoquer les trois autres éditeurs d’Alberdi : Juan Pablo Oliver, León Pomer, et Oscar Terán.37

  • 38 Juan Pablo Oliver, « Préface » à Juan Bautista Alberdi, La monarquía como mejor forma de gobierno (...)

70Juan Pablo Oliver (1906-1985), qui signait Jean Paul, était un avocat, professeur et historien révisionniste originaire de Buenos Aires. Il fut membre de l’Institut de Recherches Historiques « Juan Manuel de Rosas » et de la commission qui produit le rapport Cortés Conde sur l’action monopolistique des entreprises électriques à Buenos Aires. En 1968, Oliver prépara pour EUDEBA une nouvelle édition préfacée du volume IV des œuvres posthumes d’Alberdi, « Del gobierno en Sud América », qu’il intitula La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América. Quand la maison d’édition refusa de publier la préface, Oliver décida de l’offrir à la maison d’édition nationaliste Peña Lillo, qui la publia en 1970. En 1977, il fit publier par une maison d’édition issue du nationalisme de la droite catholique une biographie importante intitulée El verdadero Alberdi. Oliver y conteste aussi bien l’image glorifiée qu’en a le libéralisme officiel, que les « dithyrambes auxquels tentent de nous faire croire – jusqu’à en devenir risible – les autoproclamés socialistes, communistes et progressistes de toute sorte, alors qu’Alberdi fut le paradigme de cette ‘oligarchie capitaliste et impérialiste’ qui les indispose tant ». Oliver nous explique que derrière l’Alberdi de circonstance, républicain, fédéral et libéral, se cache un véritable Alberdi monarchique et élitiste, qui s’exprime surtout dans les inédits des posthumes38.

  • 39 Procesos a Sarmiento, Buenos Aires, Caldén, 1967, préface de León Pomer. Titre original : Facundo (...)

71León Pomer (Bahia Blanca, 1929) est un historien spécialisé dans l’histoire argentine et latino-américaine du XIXe siècle. Professeur titulaire de l’Université de Buenos Aires (à l’intérieur de laquelle il dirige l’Institut de Recherches Historiques « Diego Luis Molinari ») et de l’Université du Salvador, le coup d’état de 1976 le poussa à l’exil à Sao Paulo au Brésil, où il donna des cours à la Pontificia Universidad Católica (PUC), à l’Université de Campinas et à l’Université de l’État de Sao Paulo. Il est revenu en Argentine en 2005. Pomer est l’auteur d’une vingtaine d’œuvres historiques, dont La guerra del Paraguay, ¡gran negocio ! (1968, réédité en 2008 par Colihue) qui est déjà un classique. Mais ce qui nous intéresse ici est surtout son travail comme directeur de la collection Procesos de la maison d’édition Caldén, liée au groupe intellectuel La Rosa Blindada qui, en 1963, avait été expulsé du parti communiste. Pomer édita dans cette collection plusieurs titres importants, en rapport d’une manière ou d’une autre avec la vie et l’œuvre d’Alberdi39.

72Citons pour finir celui qui fut peut-être le dernier grand éditeur, anthologiste et interlocuteur intellectuel de l’œuvre d’Alberdi, Oscar Terán. Terán (1938-2008) étudia la philosophie à l’Université de Buenos Aires, et se consacra à l’histoire des idées argentines et latino-américaines. Comme Pomer, c’était un homme de la « nouvelle gauche intellectuelle » et il avait dû s’exiler au Mexique. De retour en Argentine, il intégra le Club Socialiste et le conseil de rédaction de Punto de Vista ; il créa la chaire de pensée argentine et latino-américaine du département de philosophie et lettres de l’Université de Buenos Aires ; le séminaire d’histoire des idées de l’Institut Ravignani et le programme d’histoire intellectuelle de l’Université Nationale de Quilmes.

73Jusqu’à l’arrivée des éditions de Terán, les lecteurs d’Alberdi disposaient d’anthologies, qui divergeaient dans le choix des textes : en 1943 Pablo Rojas Paz avait sélectionné et préfacé El pensamiento de Alberdi pour Lautaro, une maison d’édition indépendante, liée au communisme argentin ; Jorge Mayer, lui aussi biographe de l’homme de Tucuman, avait sélectionné pour Losada El pensamiento vivo de Alberdi (1984), dans une perspective libérale antirosiste mais aussi antimitriste ; Oscar Terán, en cherchant à dépasser l’opposition entre libéraux et nationalistes, nous offrit son propre Alberdi, d’abord dans le recueil Alberdi póstumo publié en 1988 et puis dans une anthologie complète de l’auteur des Bases, peut-être la plus systématique et la plus soignée publiée jusqu’à aujourd’hui, Escritos de Juan Bautista Alberdi. El redactor de la Ley, en 1996. De plus, il entreprit cette même année la réédition, malheureusement à peine révisée et non restructurée, des 16 volumes des Escritos póstumos, à travers sa collection « La ideología argentina » de la maison d’édition de l’Université de Quilmes.

74Quel est donc l’Alberdi que propose Terán, au-delà de l’opposition entre libéraux et nationalistes ? Si je me voyais obligé de définir en quelques mots ses « saisons » intellectuelles, pour utiliser une expression qui lui était chère, je dirais qu’elles furent, plus ou moins successivement, Marx, Mariátegui, Foucault et Alberdi. Mais je prendrai le risque d’affirmer que le miroir dans lequel se regarda Terán fut surtout Alberdi lui-même ; le provincial qui découvre ébloui Buenos Aires, l’absent qui n’oublia jamais sa patrie, le styliste à l’écriture subtile, le défenseur de l’histoire philosophique, l’homme qui échoua dans l’action politique et qui choisit la lucidité amère en guise de compensation.

Notes

1 Besançon, Imprimerie de José Jacquin, 1858, 2 vol. Le premier volume fait 360 pages, plus 122 pour les appendices ; le volume II poursuit la numérotation du premier, jusqu’à la page 854. Cette nouvelle édition comprenait le texte de la Constitution de Mendoza (1855), celui de la Province de Buenos Aires (1854) et les Estudios sobre la Constitución de 1853, qu’il avait publiés au Chili lors de la polémique avec Sarmiento.

2 Alberto Octavio Córdoba, Los escritos póstumos de Alberdi, ¿fueron publicados en oposición a sus últimos deseos?, Buenos Aires, Theoría, 1966, p.12-13.

3 Jorge Mayer, Alberdi y su tiempo, Buenos Aires, EUDEBA, 1963, p. 820-821.

4 Cf. Mayer, op.cit. p. 887.

5 La Nación du 17 novembre 1880, citée par Mayer, op. cit., p. 888.

6 Mayer, op. cit., p. 897.

7 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos, Vol. XI, 1900 p. 504-505

8 Ultérieurement, le message du 14 septembre 1887, signé par Juarez Celman y Filemón Posse, demande une rallonge de 11 659 pesos, adoptée par la Loi 2252, le 23 novembre 1887, Mayer, op. cit., p. 887.

9 Il était le frère cadet de l’essayiste romantique Francisco Bilbao qui, sous l’influence des idées saint-simoniennes des argentins de la Génération du 37, exilés au Chili, avait secoué Santiago en 1850-51 avec son œuvre Sociedad de la Igualdad.

10 Apuntes biográficos del Dr. Juan Bautista Alberdi, 1886 : VII-IX.

11 Une note des responsables de l’édition indique que « La plus grande partie des écrits qui sont réunis dans les trois premiers volumes de ces Obras completas du Dr Alberdi, nous ont été confiés par Messieurs don Bartolomé Mitre et don Andrés Lamas. Sans leur générosité, il aurait été presque impossible d’obtenir les publications épuisées et qui étaient considérées perdues par l’auteur lui-même », Juan Bautista Alberdi, Obras completas, tome V, p. 4.

12 Par exemple, il manque les articles suivants : La actual situación, de sus peligros, de sus ventajas ; Falta una política seguida hasta aquí ; Medidas que deben adoptarse desde este momento, parus en 1840 dans El Nacional de Montevideo ; sont aussi absentes les Cartas sobre los privilegios de las compañías de vapores, publiées dans El Progreso de Santiago entre fin 1850 et début 1851 ; ou Las cosas del Plata explicadas por sus hombres (1858) ; la Memoria sobre el sentido comercial y marítimo de las luchas políticas del Río de la Plata (1859) ; ou la brochure La Confederación Argentina y Buenos Aires en sus relaciones con las naciones extranjeras, les notes publiées anonymement dans El Nacional en juin et juillet 1881, et qu’Alberdi publia immédiatement en brochure : Los dos tratados argentinos con España, Buenos Aires, 1881, 41 pages. Cf. Alberto Octavio Córdoba, Bibliografía de Juan Bautista Alberdi, Buenos Aires, Biblioteca de la Academia Nacional de Derecho y Ciencias Sociales, 1968, p. 13-14.

13 David Peña, Alberdi, los mitristas y la Guerra de la Triple Alianza, Buenos Aires, Peña Lillo, 1965, p. 70.

14 Alberto Octavio Córdoba, Los Escritos póstumos de Alberdi, op. cit., 1966, p. 40.

15 Ibid. p. 33.

16 Ibid., p. 10-11.

17 Ibid., document V, p. 45.

18 David Peña, op. cit., p. 47-52.

19 Ibid. p. 65-66.

20 Pour sa part, Manuel Alberdi donna 150 exemplaires des Obras completas à son cousin Federico García Alberdi en échange de la cession des droits que lui et ses frères auraient pu obtenir des futures publications, Cf. Córdoba, 1966, op. cit. p.18.

21 « Advertencia » del Editor a Escritos Póstumos de Juan Bautista Alberdi, Estudios económicos, Buenos Aires, Imprenta Europea, 1895, p. VI-VII.

22 Escritos póstumos de Juan Bautista Alberdi, in La Biblioteca, año II, t. IV, 1897, p. 324-327.

23 Cité par Córdoba, 1966, p. 23.

24 Una conversación con Alberdi. A propósito de sus escritos póstumos, in El Municipio de Rosario, 30 septembre 1897, transcrit dans Córdoba, 1966, p. 67-72.

25 Del editor, Escritos póstumos, t. XVI, 1901 p. 1-8.

26 Alberdi, Obras selectas, Buenos Aires, La Facultad, 1920, t. I, p. XXV.

27 Buenos Aires, Ediciones de la Librería « La Facultad » de Juan Roldán, 1920, dix-huit volumes.

28 L’ordre adopté par Joaquín V. González pour la publication des Obras selectas fut : Páginas literarias (tome I et II) ; Memorias e impresiones de viaje (tome III) ; Biografías y autobiografías (tome IV) ; Discusión histórica y política (tome V) ; Diplomacia argentina y americana tomes VI et VII) ; Estudios jurídicos (tomes VIII et IX) ; Bases y comentarios a la Constitución Argentina (tome X) ; Derecho Público Provincial Argentino (tome XI) ; La República Argentina consolidada (tome XII) ; Del Gobierno en Sudamérica (tome XIII) ; Sistema económico y rentístico (tome XIV) ; Estudios económicos (tome XV) ; El crimen de la guerra (tome XVI) ; Estudios políticos (tome XVII) ; Pensamientos sobre política (tome XVIII).

29 Juan Pablo Oliver, « Préface » à Juan Bautista Alberdi, La monarquía como mejor forma de gobierno en Sud América, Buenos Aires, Peña Lillo, 1970, p. 15.

30 Horacio Tarcus, Diccionario biográfico de la izquierda argentina. De los anarquistas a la « nueva izquierda », Buenos Aires, Emecé, 2007.

31 Bases, 1915, Texte révisé, précédé d’un avertissement de Francisco Cruz où il associe les noms d’Alberdi et d’Urquiza, comme prototypes respectifs de la pensée et de l’action. El crimen de la guerra, Buenos Aires, La Cultura Argentina,1915. Estudios económicos. Interpretación económica de la historia política argentina y sudamericana, 1916, 404 p., avec une étude préliminaire de José Ingenieros. Derecho público provincial argentino, 1917. Sistema económico y rentístico, 1921, avec une préface de García Mérou.

32 Ainsi, par exemple en 1923, les Bases en étaient à leur cinquième édition pour « La Cultura Argentina », Et en 1934 « La Cultura Popular » sortait sa quatrième édition. Les Estudios económicos furent quant à eux réedités par « La Cultura Popular » en 1934.

33 Bases, Buenos Aires, Jackson, 1945, préparée par Alberto Palcos, d’après la seconde édition de Valparaíso, avec une préface d’Alfredo Palacios. Viajes y descripciones, 1945. Páginas de Juventud, rassemble des articles signés par Figarillo, El gigante Amapolas et d’autres textes d’Alberdi, avec une préface d’Alberto Palcos. Autobiografía, 1953, avec une préface d’Alberto Palcos, la conférence de Jean Jaurès de 1911 sert d’étude préliminaire.

34 Francisco Cruz, 1914 ; La cultura Argentina (Ingenieros), 1915 ; La Facultad, 1915 ; UNC, 1928 ; Jackson, 1945 ; Tor, 1948 ; Estrada, 1952 ; Sopena, 1957 ; Castellví, 1957 ; La Cultura Argentina (Enrique de Gandía), 1960 ; Depalma, 1964 ; EUDEBA, 1966 ; CEAL, 1979 ; Plus Ultra, 1981 ; Libertador ; Losada ; Ciudad Argentina, 1998 ; Academia Nacional de Derecho y Ciencias Sociales de Córdoba, 2002 ; Librería y Editorial Histórica, 2002 ; Terramar, 2007.

35 La cultura Argentina, 1915 ; Biblioteca French, 1915 ; Palumbo, 1915 ; América, 1920 ; Claridad, sans date. a, c. 1930. Honorable Concejo Deliberante, 1934 ; Calomino, 1944 ; Jackson, 1947 ; Tor, 1947 ; El Tonel, 1956 ; OCESA, 1961 ; Rodolfo Alonso, c. 1972 ; Librería y Editorial Histórica, 2003 ; Terramar, 2007 ; UNSAM, 2010.

36 El crimen de la guerra. Homenaje del Honorable Concejo Deliberante en el Cincuentenario del fallecimiento de Juan B. Alberdi, 1934. Edition révisée sur la base des manuscrits originaux que la veuve de Cruz, Carmen Susviela, prêta dans ce but. L’ouvrage inclut le prospectus de la Ligue Internationale et permanente de la Paix appelant à un concours sur le thème du crime de la guerre et une annotation manuscrite d’Alberdi. La « Note préliminaire à la présente édition », indique que celle-ci comprend El crimen de la guerra, les Apuntes sobre la guerra et cinq paragraphes à la fin du livre qui ne se trouvaient pas dans le manuscrit mais que l’éditeur a décidé de reproduire « considérant digne de foi le compilateur de la première édition, ami d’Alberdi et dépositaire de ses écrits originaux », p. 28.

37 En septembre 2010, alors que ce texte était déjà écrit, Natalio Botana a sorti une nouvelle édition des Obras selectas, publiées conjointement par le Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires et par la Maison d’édition Planeta. Botana a lui-même préfacé les Bases, Pola Suárez Urtubey El espíritu de la música, Roberto Cortés Conde le Sistema económico y rentístico, Rodolfo Rabanal El gigante Amapolas, Páez de la Torre las Palabras de un ausente, Araceli Bellotta El crimen de la guerra et Ezequiel Gallo La República Argentina 37 años después de la Revolución de Mayo.

38 Juan Pablo Oliver, « Préface » à Juan Bautista Alberdi, La monarquía como mejor forma de gobierno en Sud América, op. cit., 1970, p. 10.

39 Procesos a Sarmiento, Buenos Aires, Caldén, 1967, préface de León Pomer. Titre original : Facundo y su biógrafo, (vol. V de Escritos póstumos). Procesos a Mitre, Buenos Aires, Caldén, 1967, préface de León Pomer. Titre original : Belgrano y sus historiadores, (vol. V de Escritos póstumos). Procesos a la Guerra del Paraguay, Buenos Aires, Caldén, 1968, préface de León Pomer. Cet ouvrage comprend le texte du Traité de la triple Alliance qu’Alberdi avait rendu public, ainsi que d’autres voix critiques à la guerre du Paraguay : Carlos Guido y Spano, Olegario V. Andrade, Miguel Navarro Viola, Juan María Gutiérrez, et quelques lettres de Francisco Seeber envoyées depuis le front.

Auteur

Pseudonyme d’Horacio Paglione, Docteur en Histoire de l’Universidad de La Plata, professeur de théorie politique et théorie de l’Etat à l’Université de Buenos Aires, co-directeur de la revue El Rodaballo, co-fondateur et directeur du Centro de Documentación e Investigación de la Cultura de Izquierdas en la Argentina, CEDINCI, centre de recherches associé à l’Universidad Nacional de San Martín depuis 2010. Auteur notamment de Silvio Frondizi y Milcíades Peña. El marxismo olvidado en la Argentina (1996), Diccionario biográfico de la izquierda argentina. De los anarquistas a la « nueva izquierda » (2007)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540