Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Mémoire publique, mémoire privée : Enjeux des archives et des éditions d’Alberdi

Le fonds « archives Alberdi » de la Fundación Furt

Elida Lois

Texte intégral

Les archives documentaires de Juan Bautista Alberdi et le projet editorial

  • 1 Les membres de l’équipe sont Lucila Pagliai (coordinatrice), Magdalena Arnoux et Mariana Morón Usa (...)

1Le projet d’« édition des archives documentaires de Juan Bautista Alberdi » fait partie du programme « Archives de la mémoire écrite argentine », que je dirige en tant que membre du Conseil national de recherches scientifiques et techniques avec la collaboration d’une équipe de trois chercheurs et trois techniciens1. Les archives privées d’Alberdi, conservées par la Bibliothèque Furt et parrainées par l’Université nationale de San Martín, contiennent un fond documentaire important : 119 carnets et feuillets annotés, des brouillons et des originaux manuscrits ; 7 190 lettres adressées à Juan Bautista Alberdi (datées de 1832 à 1884, la plupart d’entre elles signées par d’importants personnages publics) ; 225 pièces épistolaires échangées par des tiers mais liées au répertoire principal ; des dossiers contenant des essais et des documents juridiques, diplomatiques, politiques et privés et des dossiers contenant des écrits de tiers.

2Jorge Martín Furt fut un des derniers représentants de la lignée des grands humanistes hispano-américains. Sa bibliothèque rassemble plus de 40 000 volumes, en plus d’une collection de documents historiques et d’œuvres d’art. Il fut un propriétaire foncier assez singulier : en 1946, il hypothéqua une partie de ses terres afin d’acquérir les « Archives Alberdi » et empêcher que ce patrimoine ne quitte l’Argentine. Son beau-fils, Ricardo Rodríguez, catalogua ces documents et fut notre premier guide à travers cet univers de carnets, de dossiers et de feuillets à l’écriture cryptique. Etelvina Furt de Rodríguez, sa femme et la Présidente de la Fondation Furt, nous a aussi offert un soutien enthousiaste, que nous avons retrouvé auprès des autres membres de la famille lorsque l’un et l’autre sont décédés.

3Ce fonds documentaire (majoritairement inédit ou mal édité) contient des informations précieuses pour l’étude de l’écriture et de la pensée alberdienne, ainsi que de la vie politique et culturelle de notre région. L’importance d’Alberdi comme homme d’État, jurisconsulte et écrivain, et l’influence de ses écrits dans la création de l’État argentin, rendent indispensable la publication d’éditions dignes de foi de ces nombreux documents d’archives.

  • 2 Dans la mesure où l’édition critique propose la lecture d’un texte, l’édition génétique a pour obj (...)

4Des éditions critiques et génétiques sont en cours d’élaboration sur la base de l’analyse de ses brouillons2. Personne n’a jamais pénétré l’atelier d’écriture de Juan Bautista Alberdi car ses brouillons n’ont jamais été étudiés en tant que tels. Le développement des techniques visant à comprendre la genèse d’un texte (inventaire des rectifications, des oscillations, des suppressions, des interpolations) et leur interprétation se rattachent aussi bien aux va-et-vient du discours qu’aux conflits idéologiques qui en sont à l’origine. Une nouvelle perspective de recherche est ainsi apparue, permettant de diffuser de nouvelles données et de révéler des aspects inédits du profil intellectuel de Juan Bautista Alberdi.

  • 3 Juan Bautista Alberdi, 2005, La guerra o el cesarismo en el Nuevo Mundo, San Martín, Centro de Inv (...)
  • 4 Juan Bautista Alberdi–Gregorio Benites. Epistolario inédito (1864-1883), 2007, Édition critique an (...)
  • 5 Archivo Alberdi (Archives épistolaires, cataloguées par Ricardo Rodríguez), 2004, San Martin, Écol (...)
  • 6 Ces deux ouvrages ont été réalisés par Élida Lois.
  • 7 Ce travail a été réalisé par Mariana Morón Usandivaras.
  • 8 Ce travail a été réalisé par Lucila Pagliai.
  • 9 Magdalena Arnoux s’occupe du projet « Les correspondantes de J. B. Alberdi : contribution à l’étud (...)

5Trois éditions critiques et génétiques annotées et préfacées (La guerra o el cesarismo en el Nuevo Mundo, Peregrinación de Luz del Día o Viaje y aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo et El crimen de la guerra)3 et les trois tomes d’une correspondance inédite, réunissant les lettres échangées avec le diplomate paraguayen Gregorio Benites entre 1864 et 1883, ont été publiés en 2006 par la maison d’édition Unsam Edita dans la série « Archives Alberdi »4. Un CD-Rom avec le catalogue des archives épistolaires d’Alberdi fournissant des données d’identification de chaque pièce et un bref résumé de leur contenu a aussi été édité et représente un outil de recherche précieux5. Les éditions critiques et génétiques de Los Gigantes de los Andes, Páginas autobiográficas inéditas6 et De la anarquía y sus dos causas principales7 sont en cours, ainsi que l’édition critique de l’importante correspondance échangée entre Alberdi et Francisco Javier Villanueva entre 1855 et 18818, de même qu’un fonds important d’écriture de genre réunissant environ 800 lettres envoyées à Alberdi, entre 1835 et 1884, par des femmes représentant un véritable éventail de nationalités et de secteurs de la société9.

6Il est toujours préférable de publier la correspondance sous la forme d’échanges épistolaires, c’est pourquoi nous procédons actuellement au recensement, aussi bien en Argentine qu’à l’étranger, des pièces échangées entre Alberdi et les expéditeurs des lettres conservées dans la Bibliothèque Furt. La correspondance contient des informations inestimables pour pénétrer dans l’intimité des événements historiques. Les lettres des acteurs de ces événements – dans un discours mêlant vie publique et vie privée – ne nous renseignent pas seulement sur les faits : elles renferment des réflexions, des commentaires, des intentions, des projets, des sentiments, des passions et rendent compte du réseau de ressorts sous-jacents aux actions politiques qui tracent le destin d’une nation.

La reconstruction des processus d’écriture et les archives documentaires comme intertexte

  • 10 J. B. Alberdi, Escritos póstumos, 1895-1901, Buenos Aires, 16 volumes : Imprenta Europea, 1895-189 (...)

7La plupart des carnets des Archives Alberdi contiennent les brouillons utilisés pour l’édition des Escritos póstumos, édition en 16 tomes, qui multiplia par deux le volume de l’œuvre publiée du vivant de l’auteur, et qui parut entre 1895 et 190110. Introuvables pendant plus de 50 ans, les Escritos póstumos furent réédités en 2003 par l’Université nationale de Quilmes, ce qui permit la diffusion de matériaux fondamentaux pour l’étude de la pensée argentine. Il ne s’agit cependant que de la réédition de la première publication des Escritos, il reste encore à confronter les textes édités à leurs manuscrits et à y incorporer les œuvres encore inédites.

  • 11 Volumes VII-XII.
  • 12 Cependant, Oscar Teran a navigué dans les eaux troubles de ces textes mal datés et mal transcrits (...)

8Voici un exemple du travail qu’il reste à faire : Alberdi projette en 1868 l’écriture d’un livre sur l’Amérique et accumule dès lors de nombreux ébauches et brouillons d’une œuvre monumentales qu’il intitule postérieurement Ensayos sobre la sociedad, los hombres y las cosas de Sud América. Il entame la rédaction du texte et élabore un plan à plusieurs reprises jusqu’à 1879 sans parvenir à achever l’ouvrage. Ce travail qui, selon lui, ne fut jamais prêt à être publié est une des œuvres fondamentales de la sociologie et de la théorie politique argentines. Ce processus d’écriture s’étend sur 68 carnets et apparaît à plusieurs reprises tout au long des six tomes des Escritos póstumos11, mais pour le comprendre dans son intégralité, il faut aussi bien prendre en compte la datation que l’établissement des textes des póstumos12.

  • 13 La bataille de Pavón – qui marque la fin de la Confédération argentine et la consolidation de la p (...)

9Les archives contiennent par ailleurs du matériel inédit sous forme de feuillets détachés intercalés entre les carnets, et dont le contenu fut exclu des ppóstumos. Les processus d’écriture antérieurs à l’établissement des textes sont aussi inédits ; cette information est précieuse car elle éclaire les conflits idéologiques que traverse le dernier Alberdi, celui de la période ultérieure à la bataille de Pavón (1861)13.

10La reconstruction et l’analyse des processus d’élaboration des textes au sein de vastes archives documentaires permettent d’obtenir des informations concernant non seulement chacune des œuvres étudiées, mais aussi le réseau intertextuel qu’elles intègrent, et le contexte au sein duquel elles jaillissent.

11Depuis de nombreuses années, les chercheurs se demandent comment cet homme d’État-écrivain a pu analyser avec autant de perspicacité une problématique nationale en l’observant de loin pendant plus de quarante ans (dont vingt-cinq en France). Les archives documentaires de la Bibliothèque Furt nous permettent d’obtenir des informations d’une grande valeur pour aborder cette œuvre monumentale. Le recueil de lettres permet d’observer la façon dont Alberdi dialogue avec différents personnages et commente ou discute avec eux les informations qu’il obtient à travers les journaux, des articles ou des écrits souvent contenus dans les lettres. C’est parallèlement un membre actif de la Société des économistes de Paris, de l’Académie d’histoire de Madrid, et de la Société géographique de Berlin ; depuis le centre du pouvoir politique et culturel, il ne cesse d’observer la périphérie et d’y être attentif. Les archives décrivent un labyrinthe de vases communicants et un réseau de tensions entre informations multiples et perspectives diverses.

  • 14 Jean-Luc Nancy, 1993, The Birth to Presence (traduit par Brian Holmes), Stanford, Stanford Univers (...)

12La mémoire est un espace narratif dépourvu de naïveté ; à travers ses choix et ses repères elle trace un chemin vers une interprétation : archiver et interpréter sont des activités complémentaires. Sélectionner, classer, laisser place à la mise en rapport, c’est aussi fournir des propositions de lecture et mettre en avant une tentative d’interprétation. Ces propositions de lecture tentent de faire parler les matériaux par eux-mêmes, c’est ce que l’on appelle : la production de présence. Ce concept de Jean-Luc Nancy – récemment repris par Hans Gumbrecht14 – est une catégorie descriptive dans laquelle s’inscrivent tous les phénomènes et les dimensions de la culture face auxquels on ne peut réagir correctement par le seul moyen d’un arsenal herméneutique. Dans cette perspective, l’existence d’une archive nous rappelle, d’un côté l’impossibilité de supposer que tout ce qui a été dit a été écrit, que tout écrit a été archivé, que toute archive a été publiée. De l’autre, elle permet la mise en jeu d’une dialectique constante entre effets de présence et effets de signification.

Le processus d’écriture de El crimen de la guerra

13Quand on établit des éditions critiques et génétiques à partir des brouillons d’Alberdi, la première production de présence consiste à retracer le processus d’écriture des textes déjà publiés afin de reconstruire des significations. Ainsi lors de la publication de El crimen de la guerra dans le second volume des Escritos póstumos en 1895, 26 ans après sa rédaction, les éditeurs informèrent les lecteurs que cette édition n’avait pas été établie à partir d’originaux prêts à être publiés, mais ils se sentirent tout de même obligés de faire passer les brouillons et les notes conservées pour des textes achevés.

14Ces manuscrits sont des papiers privés de l’auteur, et font partie de documents dont celui-ci avait interdit la publication post-mortem dans de nombreux testaments. Il ne fait cependant aucune allusion à ce sujet dans son dernier testament écrit à la hâte, ce qui permit plus tard de les publier. Son état de santé étant très dégradé à ce moment-là, on pourrait croire à un oubli de sa part plutôt qu’à un changement d’avis ; mais on pourrait penser aussi à un conflit intérieur qu’il n’a pas pu résoudre.

15Les manuscrits de El crimen de la guerra contiennent une suite de paragraphes disséminés dans quatre carnets et ne portant pas toujours d’intitulé. Dans le premier carnet, le début a été écarté (ou tout du moins laissé en suspens), et vers la fin un passage entier s’éloigne du thème et débouche sur une brochure indépendante au style pamphlétaire. Les trois carnets suivants font état d’un plan textuel nouveau, d’un recommencement, et des tentatives de réécritures successives que l’auteur pensait articuler. Mais les éditeurs ont tenté de donner une cohérence à ces allers-retours, et dans cette tentative de donner une forme à leur lecture inexacte, ils ont altéré la progression temporelle du discours, faisant passer des rectifications pour des contradictions. Ils ont aussi altéré une construction du texte qui donnait des pistes de lecture : ils ont inventé des chapitres composés de paragraphes issus de différentes étapes de l’élaboration et leur ont donné des titres qui ne figurent pas dans l’original. De plus, certains passages sont même exclus de la publication. Ils ont ainsi déformé un processus conceptuel significatif.

  • 15 J. B. Alberdi, 1934, El crimen de la guerra, Hommage de l’Honorable Conseil Municipal lors du cinq (...)
  • 16 Afin de préparer cette édition, les manuscrits originaux de El crimen de la guerra furent emprunté (...)

16Il devint évident que les textes de ces éditions ne correspondaient pas exactement à celui des carnets aujourd’hui conservés par la Fondation Furt, et le conseil municipal de la ville de Buenos Aires parraina alors une nouvelle édition de El crimen de la guerra, établie à partir des manuscrits, alors en possession de la veuve de Francisco Cruz15, dans laquelle ne figure pas le nom du responsable du travail philologique16. La précarité textuelle des Escritos póstumos est perceptible lorsqu’on les compare à cette édition. Cependant, en plus de présenter de nombreuses erreurs, l’édition de 1934 propose, comme les précédentes, la dernière étape du texte sans rendre compte du processus d’écriture perceptible dans les manuscrits ; notre édition les diffuse et les analyse pour la première fois.

17Il est non seulement nécessaire de restituer le corps d’écriture en raison du caractère discutable des modifications apportées au texte et des erreurs de transcription, importantes en termes quantitatifs (environ deux cents) et qualitatifs, mais il est aussi intéressant d’analyser le processus de production, ses rectifications, ses développements, ses réitérations, ses impasses, ses évanouissements, afin de rendre compte des stratégies de réécriture et surtout de permettre différentes interprétations concernant les intentions de l’auteur, pas toujours évidentes.

18Pour mettre en exergue l’importance des déformations éditoriales, précisons seulement que le dernier paragraphe des brouillons a été publié au milieu du texte des Escritos póstumos. Placer cet important paragraphe, celui où se termine la rédaction, au milieu du texte, fait partie des nombreuses interventions qui donnent une impression de désordre et de contradiction alors qu’il s’agit d’un texte qui, au fur et à mesure des progressions, vient à bout des doutes et des vacillements sans avoir peur de rectifier ses propres arguments. La pensée qui se déploie dans ces manuscrits cherche à s’organiser ou à trouver un ordre ; l’écriture cherche à restructurer une conscience : un certain savoir y est mis en place au début, mais de la complexité chorégraphique de ces réitérations et de ces allers-retours va ensuite jaillir un savoir différent.

19En janvier 1869, à la veille de l’apogée de l’impérialisme prussien, la « Ligue internationale et permanente de la Paix » de Paris organise un concours sur le thème « Le crime de la guerre dénoncé à l’Humanité ». Plusieurs membres de la « Société des Economistes » assistaient aux sessions. Alberdi écrivit au bas de l’invitation de la « Ligue », certes précipitamment mais non sans force syllogistique, un embryon de la thèse qu’il pensait rédiger :

  • 17 Élida Lois, 2008, « Estudio preliminar », in J. B. Alberdi, 2008, El crimen de la guerra, op. cit.(...)

« La guerre intervient lorsque l’on se fait soi-même justice par défaut d’une justice mondiale.
La justice mondiale fait défaut car le monde manque d’unité et ne forme pas encore un corps de société internationale.
Donc le moyen d’abolir la guerre est d’encourager la transformation du monde en un État d’États, en une société de sociétés, en une nation de nations, avec une autorité commune chargée de faire la justice et d’éradiquer la justice faite au moyen de la guerre17. »

  • 18 Miklos Molnar 1987, « La ligue de la Paix et de la Liberté : ses origines et ses premières orienta (...)
  • 19 J. B. Alberdi, 1913, The crime of war (traduit par E. J. Mac Connell, préface et notes de Thomas B (...)

20Le concours fut suspendu vers la fin de l’année, mais il ne semble pas que ce soit la seule raison pour laquelle Alberdi interrompit l’essai dont la rédaction était sensiblement avancée. Il est important de souligner que si les premières organisations pacifistes posaient des problèmes philosophiques, politiques et culturels (éthique humaniste, défense de la liberté de l’individu, fédération des États, neutralité, réduction de l’armement, développement de l’éducation, de l’industrie et du commerce), ce n’est qu’après la guerre franco-prussienne que les problèmes juridiques commencent à prendre de l’importance : lors du cinquième congrès de Lausanne, organisé par la « Ligue de la Paix et de la Liberté » en 1871, le thème « Droit politique international » apparaît pour la première fois dans l’ordre du jour, mais comme un thème annexe. Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que le discours juridique joue un rôle, qui ira grandissant.18 Cependant en 1912, plus de 40 ans après sa rédaction, lorsque Thomas Baty, secrétaire de l’Association de droit international, dirige la traduction en anglais de El crimen de la guerra, il souligne, dans la préface de cette œuvre, l’apport fondamental qu’elle constitue vis-à-vis de la problématique19.

21En 1869, quand Alberdi entreprend la rédaction de cet essai, il tente pour la première fois dans sa carrière d’écrivain d’installer sa voix dans le champ intellectuel européen en n’agissant pas uniquement en tant que législateur et interprète de la société hispano-américaine, mais en tant que rédacteur d’un traité international. Cependant, à plusieurs occasions, le cours de sa pensée l’emmène en Amérique du Sud, et les débordements passionnés précipitent le discours enflammé du juriste dans l’ardeur du style pamphlétaire.

22Le premier excès le pousse à écrire « La guerre ou le césarisme du Nouveau Monde », inclus dans la première édition de l’œuvre, bien que l’auteur ait expressément indiqué dans une note en marge que ce texte devait être considéré comme une brochure indépendante. Le dernier excès, lui, a lieu à la fin des brouillons conservés, lorsque l’exemple de la guerre de la Triple Alliance contre le Paraguay fait vaciller la thèse de l’essai (sa proposition de mondialisation), en l’amenant à penser aux dangers que court la paix des peuples quand les nations les plus puissantes s’unissent contre les petits pays.

Le processus d’écriture de Peregrinación de Luz del Día o Viaje y aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo

  • 20 Dans un faire-part envoyé à Benites (sans date mais probablement écrit à Paris aux alentours de 18 (...)

23Notre édition de Peregrinación de Luz del Día n’est pas établie à partir des manuscrits, mais à partir de la première édition publiée par l’auteur lui-même, très attentif à la correction des épreuves d’imprimerie20 ; les méandres du processus d’écriture des brouillons y figurent cependant, car tous les paragraphes et les passages supprimés sont publiés en appendice.

  • 21 Alberdi choisit le célèbre personnage de Molière et deux personnages de romans picaresques (le tra (...)
  • 22 L’œuvre Gatomaquia de Lope de Vega témoigne du mépris envers ce félin, lorsque la gata parda (une (...)
  • 23 NdT : la chatte au pelage mélangé ou la métempsychose de la vieille Europe dans l’Amérique moderne
  • 24 NdT : Pérégrination de Lumière du Jour ou Voyage et aventures de la Vérité dans le Nouveau Monde.

24Cette œuvre, inclassable du point de vue des genres discursifs, mélange fiction caricaturale (une satire féroce du pouvoir politique de Buenos Aires et de ses acteurs les plus emblématiques : Tartuffe-Sarmiento, Basile-Mitre, Gil Blas-Adolfo Alsina)21 et exposition doctrinaire du libéralisme le plus orthodoxe lors de la conférence finale de la Vérité. Étant donné qu’un genre littéraire est une dimension qui opère en tant que médiatrice entre une production discursive et sa circonstance, le mélange des genres s’imposait pour ce projet. La première version s’intitulait La Gata Parda22 o La metempsicosis de la vieja Europa en la moderna América23, synthétisant sous ce titre péjoratif une certaine idée de la réalité sociale sud-américaine comme la fusion d’éléments discordants. Ce concept déclencha un processus textuel dont le point de vue change à chacune des nouvelles versions, qui sont autant de resserrements du processus conceptuel. Finalement, les différentes parties sont rassemblées dans des originaux imprimés dont on ne conserve aucune copie, et le titre définitif Peregrinación de Luz del Día o Viaje y aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo24 se concentre sur l’idée du périple comme itinéraire de recherche basé sur une création littéraire alors qu’il souligne la dimension autofictionnelle du sous-texte : Alberdi s’y autoproclame la voix de la Vérité.

  • 25 L’éthique civique de ce Don Quichotte est aussi impudente que celle des nombreux hommes politiques (...)

25Mais il ne se limite pas à une représentation autofictionnelle à travers le personnage de la Vérité (lumière de la raison et phare des peuples), et il attribue des caractéristiques qui lui sont propres non seulement à son alter ego Figaro mais aussi au personnage de Don Quichotte. Émigré en Amérique, rendu fou par la lecture de l’Origine des espèces de Darwin, il fonde dans ses terres de Patagonie une république de moutons pour lesquels il promulgue une Constitution, qui bien qu’elle fasse sourire le lecteur, fut sans aucun doute conçue par Alberdi comme une déchirante parodie des Bases. Mais comme la construction du personnage quichottesque devient polyvalente, celui-ci renvoie à d’autres personnages de l’époque, amis ou adversaires25, et la seconde version introduit ainsi des ingrédients déstabilisateurs.

26À l’époque où les idéaux éclairés et libéraux d’Alberdi entrent dans une crise profonde, le processus d’écriture de Peregrinación de Luz del Día met au jour des conflits discursifs qui traduisent de véritables tremblements de terre idéologiques : l’idée d’un boomerang est sous-jacente dans la description de ce libéralisme qui ne respecte pas plus les libertés que les ennemis qu’il combat, et les différentes réécritures révèlent des hésitations qui fragilisent l’unité monolithique de ce mini-traité du libéralisme utopique dont la Vérité est le porte-parole. En somme, alors qu’Alberdi tente dans ses essais de saisir la réalité de son pays et de l’interpréter, c’est-à-dire de trouver une vérité du point de vue objectif de l’intellectuel, il impose sa vérité par le biais d’une élaboration symbolique dans laquelle éclate la complexité de son moi (de son moi intime aussi bien que de son moi construit pour les autres).

27L’épistémologie d’aujourd’hui a imposé l’idée que tout savoir est provisoire et qu’une recherche est valable dans la mesure où elle déclenche d’autres travaux. Dans ce sens, c’est avec beaucoup de satisfaction que notre équipe présente sa production éditoriale en sachant que ces documents, accompagnés des apports nécessaires pour en entreprendre la lecture critique, seront à l’origine de nouvelles recherches.

Notes

1 Les membres de l’équipe sont Lucila Pagliai (coordinatrice), Magdalena Arnoux et Mariana Morón Usandivaras (chercheuses), Elena Rodríguez Furt, Pilar Rodríguez Furt et Mercedes Fliess (techniciennes).

2 Dans la mesure où l’édition critique propose la lecture d’un texte, l’édition génétique a pour objectif de présenter de façon exhaustive et dans l’ordre chronologique de leur apparition, les témoignages d’un processus créatif. Mais les documents publiés dans le cadre de ce projet nous intéressent aussi en tant que texte (bien qu’étant donné qu’il s’agit de brouillons, cette catégorie ne correspond qu’à la dernière instance du processus d’écriture), c’est pourquoi l’édition est critique et génétique : elle donne priorité au texte, en fournissant des informations et des ressources indispensables pour en faire une lecture génétique.

3 Juan Bautista Alberdi, 2005, La guerra o el cesarismo en el Nuevo Mundo, San Martín, Centro de Investigaciones Filológicas « Jorge M. Furt », Escuela de Humanidades, Unsam Edita ; J. B. Alberdi, 2008, Peregrinación de Luz del Día o Viaje y aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo, San Martín, Unsam Edita, CD-Rom (prochainement édité sur support papier) ; J. B. Alberdi, 2008, El crimen de la guerra, San Martín, Unsam Edita. Ces trois éditions sont établies et préfacées par Élida Lois.

4 Juan Bautista Alberdi–Gregorio Benites. Epistolario inédito (1864-1883), 2007, Édition critique annotée et « Note philologique préliminaire » d’Élida Lois et Lucila Pagliai, Études historiques de Ricardo Scavone Yegros et Liliana Brezzo, Asunción del Paraguay, Fondec, coédition de l’Académie d’histoire du Paraguay, de l’Université nationale San Martín et de la Bibliothèque Furt (Argentine), 3 volumes.

5 Archivo Alberdi (Archives épistolaires, cataloguées par Ricardo Rodríguez), 2004, San Martin, École de sciences humaines, Unsam Edita (CD-Rom).

6 Ces deux ouvrages ont été réalisés par Élida Lois.

7 Ce travail a été réalisé par Mariana Morón Usandivaras.

8 Ce travail a été réalisé par Lucila Pagliai.

9 Magdalena Arnoux s’occupe du projet « Les correspondantes de J. B. Alberdi : contribution à l’étude du discours épistolaire féminin du XIXe siècle ».

10 J. B. Alberdi, Escritos póstumos, 1895-1901, Buenos Aires, 16 volumes : Imprenta Europea, 1895-1897, I-V ; Imprenta Alberto Monkes, 1898-1900, VI-XI ; Imprenta Juan Bautista Alberdi, 1900-1901, XII-XVI.

11 Volumes VII-XII.

12 Cependant, Oscar Teran a navigué dans les eaux troubles de ces textes mal datés et mal transcrits avec une grande justesse interprétative, mais suite à un effort considérable. Sa dernière publication sur les Póstumos date de 2004 : Las palabras ausentes : para leer los Escritos póstumos de Alberdi, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica.

13 La bataille de Pavón – qui marque la fin de la Confédération argentine et la consolidation de la province de Buenos Aires comme membre dominant – est un lieu d’inflexion historique, du point de vue des conséquences institutionnelles et de la redistribution des rôles politiques qu’elle engendre.

14 Jean-Luc Nancy, 1993, The Birth to Presence (traduit par Brian Holmes), Stanford, Stanford University Press ; Hans Ulrich Gumbrecht, 2004, Production of Presence : What Meaning Cannot Convey, Stanford, Stanford University Press.

15 J. B. Alberdi, 1934, El crimen de la guerra, Hommage de l’Honorable Conseil Municipal lors du cinquantenaire de la mort de Juan Bautista Alberdi, Buenos Aires, H. Conseil Municipal, 1934.

16 Afin de préparer cette édition, les manuscrits originaux de El crimen de la guerra furent empruntés à leur propriétaire – Carmen Susviela de Cruz –, et pour la remettre au président du conseil municipal de Buenos Aires un certificat fut élaboré le 19 septembre 1934. Ce certificat est signé par la veuve de Francisco Cruz, les principales autorités municipales, et Emilio Ravignani, ce qui laisse supposer que celui-ci a au moins joué un rôle d’intermédiaire. Aucun document ne permet pour l’instant de confirmer le rôle de cet historien lors du travail éditorial.

17 Élida Lois, 2008, « Estudio preliminar », in J. B. Alberdi, 2008, El crimen de la guerra, op. cit., p. 35.

18 Miklos Molnar 1987, « La ligue de la Paix et de la Liberté : ses origines et ses premières orientations », in J. Bariéty et A. Fleury éd., 1987, Mouvements et initiatives de paix dans la politique internationale : 1867-1928, Actes du colloque tenu à Stuttgart, 29-30 août 1985, Association internationale d’histoire contemporaine de l’Europe, Berne, P. Lang, p. 17-36.

19 J. B. Alberdi, 1913, The crime of war (traduit par E. J. Mac Connell, préface et notes de Thomas Baty), Londres-Toronto, I. M. Dent.

20 Dans un faire-part envoyé à Benites (sans date mais probablement écrit à Paris aux alentours de 1870), Alberdi laisse apparaître son obsession pour le perfectionnement lorsqu’il lui conseille de demander plusieurs épreuves d’imprimerie (« quatre ou six épreuves »). Epistolario Alberdi-Benites, op. cit., vol. III, p. 528.

21 Alberdi choisit le célèbre personnage de Molière et deux personnages de romans picaresques (le traître Basile du Barbier de Séville de Beaumarchais et le personnage de Gil Blas de Santillane de Lesage) pour incarner les calamités que l’Europe a envoyées en Amérique. Dans les deux premières versions du texte, un quatrième personnage (Loyola-Félix Frías) intervenait dans les jeux de pouvoir, mais il n’apparaît pas dans la version publiée, après s’être vu progressivement effacé dans un processus qui mêle l’analyse de la réalité politique sud-américaine et les affects personnels de l’auteur.

22 L’œuvre Gatomaquia de Lope de Vega témoigne du mépris envers ce félin, lorsque la gata parda (une chatte de goutière au pelage mélangé se met en couple avec le chat d’égout (Silva V, vs. 197-201).

23 NdT : la chatte au pelage mélangé ou la métempsychose de la vieille Europe dans l’Amérique moderne.

24 NdT : Pérégrination de Lumière du Jour ou Voyage et aventures de la Vérité dans le Nouveau Monde.

25 L’éthique civique de ce Don Quichotte est aussi impudente que celle des nombreux hommes politiques caricaturés dans la première partie, tandis que sa conviction que la loi peut modifier les coutumes renvoie autant à certains vieux unitaires et aux camarades d’Alberdi qu’à un groupe qu’il désigne sous le nom de Yankees del Plata (précisant immédiatement que cette dénomination est un contresens) dans une lettre à Félix Frías du 7 novembre 1865. Cf. Jorge M. Mayer et Ernesto Martínez, Cartas inéditas de Juan Bautista Alberdi a Juan María Gutiérrez y Félix Frías, Buenos Aires, Editorial Luz del Día, 1953 p. 284.

Auteur

Universidad Nacional de San Martín. Docteur ès Lettres de l’Université de Buenos Aires, chercheur au CONICET, Professeur à l’Université Nationale de San Martín où elle dirige le Centre de Recherches philologiques et le projet d’« Édition des Archives documentaires de Juan Bautista Alberdi ». Auteur notamment de Génesis de escritura y estudios culturales. Introducción a la crítica genética (2001), des éditions critiques et génétiques, annotées et préfacées de Don Segundo Sombra de R. Güiraldes (1988) et de Martín Fierro de J. Hernández (2001), pour la Collection « Archivos » (CNRS-UNESCO), et des œuvres de la Série « Alberdi » pour Unsam Edita : La guerra o el cesarismo en el Nuevo Mundo (2005), El crimen de la guerra (2007), Peregrinación de Luz del Día (2011)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540