Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La presse moderniste en Argentine

 | 
Joëlle Guyot

Préface

Enrique Marini-Palmieri

Texte intégral

1En Amérique Hispanique, au dernier tiers du XIXe siècle, la presse jouait un rôle capital dans la diffusion des idées esthétiques nouvelles, contribuant ainsi à consolider le renouveau poétique que l'oeuvre du Cubain José Martí avait commencé vers 1880. Huit ans plus tard, à Valparaíso, Azul..., du poète du Nicaragua, Rubén Darío, scellait la naissance du mouvement qui donnerait un nom à ce réveil des lettres du continent : celui du Modernisme.

  • 1 - Il s'agit d'un chapitre rédigé par notre collègue pour la thèse d'État qu'elle préparait, au mom (...)

2La Montaña, La Biblioteca, Caras y Caretas, et, à l'aube du XXe siècle, Martín Fierro, Nosotros, ce sont autant de publications qui créèrent «  le climat où allait fructifier la littérature argentine du XXe siècle », dit Joëlle Guyot dans ce travail, que publient aujourd'hui les Presses de la Sorbonne Nouvelle1.

3Travail qui, par son approche originale, nous offre l'occasion d'élargir et d'affiner le contenu de concepts qui définissent la portée et la signification de ce phénomène littéraire sans précédents dans la langue espagnole qu'est le Modernisme. Pour ce faire, elle s'appuie sur des informations de première main glanées dans la presse littéraire de l'époque.

4Notre collègue se joint ainsi aux critiques Ricardo Gullón, à Enrique Anderson Imbert, à Juan Larrea, qui proposaient déjà que l'on brisât de ces idées reçues, définitions superficielles et autres affirmations émises à l'heure de juger le quehacer moderniste.

5Joëlle Guyot inspecte minutieusement la réalité du monde des Lettres entre 1880 et 1916 en Amérique Hispanique, et réfléchissant à sa nature, à sa force, à ses richesses, à ses nuances, elle y découvre ce qui constitue non pas seulement un renouveau littéraire, mais une véritable vision du monde englobant la culture, l'art et la littérature ainsi que l'homme et sa lutte sociale, politique et économique.

6A lire l'analyse de la presse moderniste en Argentine entre 1896 et 1906 que nous propose Joëlle Guyot, nous comprenons que le renouveau moderniste littéraire hispanoaméricain se nourrit de la mentalité synthétique qui fut celle de son époque, capable de réunir science et philosophie, mysticisme et socialisme, légendes populaires et religion traditionnelle.

7Cette synthèse moderniste, d'une diversité toute decimonónica et finisecular ; cherchait donc l'unité, l'harmonie, le véritable progrès de l'homme ; ainsi notre collègue, pour nous la faire découvrir, va au coeur de ce que d'autres critiques considèrent comme des contradictions et en donne une interprétation des plus justes et riches. Elle y découvre, pour ne donner qu'un exemple, de la sincérité dans des évanescences rhétoriques supposées creuses.

8Agissant en véritable pionnière Joëlle Guyot décèle dans le Modernisme les primeurs d'un élan qui, pétri à la fois de culture et de civilisation vernaculaires, apporte cette dimension universelle et mythique qui annonce ce que sera l'étape littéraire suivante, le réalisme magique.

Notes

1 - Il s'agit d'un chapitre rédigé par notre collègue pour la thèse d'État qu'elle préparait, au moment de sa disparition en octobre 1989, sous la direction du Professeur Paul Verdevoye à l'Université de la Sorbonne Nouvelle

Auteur

(Professeur à l'Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540