Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Présentation

Les missions des Presses Sorbonne nouvelle

Les Presses Sorbonne Nouvelle constituent, depuis l’adoption de leurs nouveaux statuts par le Conseil d’administration de l’université, le 6 novembre 1998, un service général de l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3, dirigé par un enseignant-chercheur assisté d’un Conseil de gestion et directement rattaché à la Présidence de l’université. Ce service a pour mission « conformément à l’article 13 des statuts de l’université […] de développer l’information scientifique et technique, en liaison avec le Conseil scientifique, qui définit et coordonne la politique scientifique de l’université. Il publie, édite et diffuse des ouvrages, revues et autres productions scientifiques, techniques et pédagogiques, à l’exception des polycopiés et supports de cours à usage interne » (art. 1 des statuts des PSN).

Il participe à la valorisation de la recherche notamment en publiant et en diffusant les résultats des travaux menés au sein des formations de recherche de l’université Paris 3 et des universités partenaires de Sorbonne Paris Cité, voire au-delà. Les manuscrits présentés par les enseignants-chercheurs avec le soutien de leurs formations de recherche respectives sont examinés par le Comité de lecture et la Commission des publications, qui se prononce sur l’opportunité de la publication et propose à la Commission Recherche l’attribution d’une aide à la publication sur ses crédits spécifiques.

Les PSN participent aussi à la promotion de la « jeune recherche » en décernant chaque année le « Prix de thèse » à un étudiant ayant soutenu récemment sa thèse à l’université de Paris 3. Ces prix sont attribués par le Conseil des PSN, à partir des propositions des Écoles doctorales de l’université et donnent lieu à la publication des thèses récompensées.

Avec plus de 550 titres, le catalogue des PSN contribue efficacement au rayonnement de notre université et met en valeur ses pôles d’excellence en matière de recherche. Pour une bonne part, les travaux publiés (travaux individuels ou collectifs) s’inscrivent dans la continuité de collections thématiques ou de revues à vocation nationale et internationale.

Processus de sélection des ouvrages

Les ouvrages sont évalués par la Commission des publications qui est une émanation de la Commission de la recherche de l’université. Elle est présidée par un enseignant-chercheur, membre de la Commission de la recherche et réunit, lors de ses deux sessions annuelles, des représentants désignés par les différentes composantes de l’université. Elle a pour mission d’examiner les manuscrits proposés, de juger de l’opportunité de leur publication par les soins des PSN.

La Commission fonctionne avec un Comité de lecture représentatif des différentes disciplines scientifiques de l’université : elle confie à deux lecteurs chacun des manuscrits proposés (on fait appel à des lecteurs extérieurs à l’université de manière systématique) pour une évaluation, en premier lieu, des qualités scientifiques de l’ouvrage proposé, mais également des qualités requises de lisibilité, qualités stylistiques et orthotypographiques, degré de cohésion et logique de l’exposition, etc.

C’est à partir de ces différents éléments que la Commission se prononce sur l’opportunité de la publication et sur l’aide à la publication : ces propositions sont soumises à l’approbation de la Commission de la recherche.

Comités

La commission des publications, présidée par la présidente de la commission, comprend 2 représentants de chacun des départements de l’université, le représentant de la commission de la recherche, la directrice des PSN et la responsable administrative.

L’instance scientifique à laquelle la commission des publications rend compte à l’issue de chaque session est la Commission de la Recherche de l’établissement.

Le comité de lecture est composé de l’ensemble des rapporteurs externes et internes sollicités en fonction du sujet concerné. Chaque ouvrage est évalué par deux rapports, un interne, un externe, ou deux externes, si la discipline n’est pas représentée ou si le sujet est trop spécialisé.