Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards sur les Espagnoles créatrices (XVIIIe-XXe siècles)

 | 
Françoise Étienvre

II. Une progression mesurée

Víctor Català, femme de lettres sulfureuse, romancière amateur ou écrivain tout court ?

Anne Charlon

Résumé

Víctor Català (1869-1966) es ahora considerada por la crítica como novelista esencial de la literatura contemporánea en lengua catalana. Esta valoración, tan unánime como reciente, no impide que numerosos críticos sigan destacando el carácter poco femenino de la prosa de Víctor Català. El asombro que no dejó de provocar su obra explica la decisión de la autora de esconderse tras una serie de máscaras, siendo el seudónimo masculino la primera. Si las sucesivas máscaras de que se valió la novelista le preservaron cierto espacio de libertad creadora, la originalidad de su voz la fue aislando de las corrientes de moda y acabó reduciéndola casi al silencio. Así, Víctor Català constituye un caso paradigmático del papel de la recepción en la creación femenina

Texte intégral

1L’importance que peut avoir le regard des autres sur l’œuvre d’une femme de lettres ou, du moins, sur sa propre attitude de créatrice est particulièrement visible dans le cas de Víctor Català qui, il convient de le préciser pour ceux qui ne connaîtraient pas la littérature catalane, est une femme, comme son nom ne l’indique pas. On ne peut pas dire qu’en 1901, date de la parution du premier livre de Víctor Català, il soit encore automatique, pour une femme, de publier sous un pseudonyme masculin dans la péninsule ibérique : Emilia Pardo Bazán publie sous son nom depuis le dernier quart du dix-neuvième siècle et, en Catalogne même, Maria Pilar Maspons i Labros a changé de patronyme pour prendre celui de Bell Lloc mais a conservé une partie de son prénom (Maria) pour publier deux romans, Vigatans et Botiflers, en 1878, et Elisabet de Mur en 1880, Dolors Monserdà de Macia publie sous son nom depuis 1893 sans que cela ne scandalise personne.

  • 1 «Hi hagué unes discussions fantàstiques, es veu, sobre qui era l’autor del treball. Sembla que es t (...)
  • 2 Comme elle le dit dans la même interview, p. 1748.

2En ce qui concerne Caterina Albert i Paradís (1869-1966) le choix d’un pseudonyme masculin (Víctor Català) n’a pas été spontané. La romancière a expliqué à de nombreuses reprises les circonstances qui l’avaient poussée à cette décision. L’affaire remonte à 1898 et aux Jeux Floraux organisés par la ville d’Olot. Caterina Albert i Paradís qui vit à L’Escala, petite ville de la Costa Brava, dans une famille de propriétaires terriens aisés et écrit, selon ses dires, depuis sa plus tendre enfance, décide d’envoyer deux compositions à Olot, un poème et un monologue ; l’un et l’autre sont choisis par le jury pour être récompensés dans leur catégorie respective et, nous dit la romancière : « Il y eut apparemment des discussions terribles concernant l’auteur du monologue. Le jury le trouvait osé. Je ne m’en étais pas rendu compte. Quand les membres du jury découvrirent que l’auteur était une femme le scandale fut énorme. Ils trouvaient incorrect que j’aie écrit l’histoire d’un infanticide. »1 Le texte, intitulé « La infanticida » est, en effet, le monologue d’une jeune femme, recluse dans un asile d’aliénés, qui raconte comment et pourquoi elle a jeté l’enfant qu’elle venait de mettre au monde sous les roues du moulin de son père. Le jury préféra alors, prudemment, ne pas attribuer le prix à Caterina Albert qui retint parfaitement la leçon ; en effet, quand, par la suite, elle commença à publier, elle décida de « se réfugier derrière »2 le nom de Víctor Català.

3L’incident d’Olot est intéressant en premier lieu pour ce qu’il nous dit du jury, entièrement masculin, de ce concours littéraire ; l’ordre dans lequel se déroulent les événements prouve que ces messieurs ont apprécié le texte, tant qu’ils l’ont cru écrit par un homme et ont été scandalisés ensuite, seulement quand ils ont découvert le sexe de l’auteur. On peut tout d’abord s’étonner de leur manque de perspicacité car, même si les femmes n’étaient pas alors légion à présenter des textes aux Jeux Floraux, ils auraient pu avoir des soupçons dans la mesure où « La infanticida », exprime indubitablement un point de vue féminin, pas seulement au sens technique mais aussi en ce qui concerne la vision du monde, et du monde des hommes en particulier. Il faut donc croire que leur conception du féminin ne correspondait pas exactement à ce qu’exprimait le monologue qualifié « d’osé » (atrevit), mais qui aurait été récompensé si son auteur avait été un homme. On peut préciser, à la décharge des membres du jury, que les conditions de la remise des récompenses compliquaient un peu le problème puisque les auteurs primés devaient venir lire publiquement leur œuvre ; peut-être ont-ils craint des réactions négatives.

  • 3 «[…] el contrast viu entre l’aspra fortitud dels seus temes i del seu estil i la seva condició de d (...)
  • 4 «Per raó del subconscient. En el fons del fons de tot el seu ésser hi bategava l’esperit masculí. P (...)

4Si ce texte n’a rien d’osé, il est dur, en particulier lorsque l’héroïne raconte comment elle a jeté son enfant nouveau-né sous la meule, il est tout aussi dur quand elle évoque sa peur panique de la faux avec laquelle son père avait menacé de la tuer si elle le déshonorait. Il est par contre très tendre et poétique lorsque Nela, l’infanticide, se rappelle ses rendez-vous nocturnes et ses amours avec Reiner, mais cela aussi était sans doute trop « osé » sous la plume d’une femme ! La question qui est posée est donc bien ce que la société, et dans ce cas la micro-société des gens de lettres, accepte de voir signé par une femme ou plutôt ce qu’elle conçoit comme susceptible de germer dans l’esprit d’une femme. Or cette question n’a jamais, ou presque, cessé de se poser à propos de l’œuvre de fiction de Víctor Català : presque tous les critiques, et ils sont nombreux car il s’agit d’un des plus grands auteurs en langue catalane, ne cessent de s’étonner de la « vigueur » du style de la romancière, de « l’âpreté », de la « violence » des histoires qu’elle raconte, ajoutant explicitement ou non que ces caractéristiques sont bien peu « féminines ».Même Manuel de Montoliu, qui est l’auteur du prologue enthousiaste des Œuvres Complètes, ne peut s’empêcher de souligner « le contraste remarquable entre l’âpre vigueur de ses thèmes, de son style et sa condition de femme »3. Josep Miracle va encore plus loin dans la biographie qu’il consacre à la romancière, biographie de 1978 convient-il de préciser. Après s’être interrogé sur le choix d’un pseudonyme masculin, le biographe propose cette étonnante explication : « Pour des raisons de subconscient. Parce que, au tréfonds de son être battait un esprit masculin. Pour cette raison, celle d’un certain déséquilibre de chromosomes elle tendait plus vers les manifestations de masculinité que de féminité. »4

  • 5 «Ab tot y haverhi qui diu que en Víctor Català es una dòna, pot afirmar-se que’ls articles que comp (...)
  • 6 «La quasi sobtada fama que obtingueren els escrits firmats per aquest autor al comensar a sortir en (...)

5Les commentaires publiés antérieurement, s’ils ne vont pas chercher d’explications dans le subconscient ou les chromosomes de l’auteur, expriment le même sentiment d’inadéquation entre l’œuvre littéraire et le sexe de la personne qui l’a écrite ; c’est, par exemple, le cas dans la critique de Drames rurals, le premier recueil de nouvelles publié par Víctor Català en 1902, alors que quelques rumeurs circulent déjà sur le sexe féminin de l’auteur : « Bien que certains prétendent que Víctor Català est une femme, on peut affirmer que les textes qui composent son volume sont tout ce qu’il y a de plus mâle. »5 On peut également citer Francesc Matheu qui écrit, dans le numéro 28 de Lectura popular en 1912, c’est-à-dire alors que le mystère du pseudonyme a été éventé : « Le succès presque immédiat qu’obtinrent les textes signés par cet auteur au début de leur publication dans les pages de Joventut ne fit pas deviner à la majorité du public qu’il pût s’agir d’une plume féminine dans la mesure où tout contribuait à suggérer le contraire. »6

  • 7 «[…] ses robustes creacions, ens la feia imaginar l’embusteria de dos o tres empordanesos que vanta (...)

6Dans le livre qu’il a intitulé Memòries literàries, Narcís Oller rappelle avec humour à Víctor Català la surprise qu’il éprouva lors de leur première rencontre : « vos robustes créations ainsi que les mensonges de deux ou trois Ampourdanais qui se vantaient de vous connaître m’avaient fait vous imaginer comme une espèce d’homme des bois chevauchant une redoutable monture et chassant l’isard et le loup, fusil à l’épaule dans les gorges les plus sauvages et les plus solitaires des Pyrénées […] »7.

7Il est vrai que Víctor Català, dans ses fictions, accumule les assassinats et les viols, qu’elle exprime un pessimisme profond sur la nature humaine, ne chante guère les charmes de la maternité ou du foyer. Mais ce n’est pas la seule femme qui ait écrit des récits sombres ou violents, même au début du vingtième siècle. Force est donc de reconnaître que c’est une certaine idée de la femme qui conduit tous ces commentateurs à opposer l’œuvre et l’auteur avec une telle unanimité et une telle insistance.

8Ce qui est le plus surprenant, c’est la réaction de Caterina Albert après l’incident d’Olot : elle n’envisage pas une seconde de défendre son droit de femme à écrire ce qu’elle veut, comme elle veut et accepte la décision du jury de ne pas lui attribuer de prix ; on peut même comprendre, d’après certaines de ses déclarations postérieures, qu’elle fut soulagée de ne pas avoir eu à s’exposer en lisant publiquement un texte susceptible de choquer. Caterina Albert ne renonce toutefois pas à écrire, mais, selon ses dires, ne songe pas à publier et la première fois qu’elle le fait, si on l’en croit, c’est presque malgré elle. Dans le prologue écrit en 1948 à l’occasion de la réédition de ses poèmes et intitulé « Dates (Petits brins d’història íntima) » elle explique qu’un médecin « qui soignait [sa] mère depuis des années (que feia anys curava de la salut de la meva mare) » était venu passer quelques jours chez la famille Albert avec sa femme ; celle-ci surprit Caterina en train d’écrire, demanda à lire ses poèmes, en fut enthousiasmée et décida, avec son mari, de les faire publier. Aussitôt après avoir évoqué ces souvenirs, l’auteur rappelle l’incident d’Olot et en expose les conséquences :

  • 8 «1° Que la pobra personeta que, sense somniar amb la fantasia de cap premi, en enviar els seus assa (...)

Premièrement, la modeste petite personne qui, sans rêver une seconde qu’elle obtiendrait un prix, lorsqu’elle avait envoyé ses tentatives littéraires et avait agi inconsciemment, sous l’impulsion provoquée par l’affiche [des Jeux Floraux], ne se rendit pas dans la glorieuse cité des Vayreda, ni pour la fête, ni avant, ni après, laissant ces messieurs se débrouiller seuls et décider de ce qui leur semblait le mieux pour cette première œuvre si discutée ; deuxièmement, effrayée par cette facétie qui risquait de faire circuler son nom sur toutes les lèvres, cette maladroite innocente se promit de ne plus jamais rien présenter au public sous le même nom8.

  • 9 «[…] rebutjat, doncs, de bell antuvi, el donar la cara, calia rebatejar-me, per l’avinentesa que es (...)

9Il lui faut donc, pour ne pas fâcher ses amis ni revenir sur sa décision, trouver un pseudonyme : « Ayant donc renoncé par avance à apparaître sous mon nom, il me fallait me rebaptiser sous un faux nom pour la circonstance qui se présentait. Très embarrassée, ne sachant que choisir, je pris le premier qui me vint à l’esprit, c’est-à-dire celui de Víctor Català, qui était celui du protagoniste d’un roman que j’étais alors en train d’écrire. »9 On remarquera, au passage, que la romancière n’explique pas clairement les raisons l’ayant conduite à choisir un prénom masculin, car elle aurait très bien pu prendre un pseudonyme féminin ; l’enchaînement des deux faits prouve que, pour elle, l’affaire d’Olot constitue une raison suffisante et que seul un nom masculin lui permettra d’écrire librement sans provoquer de scandale. On remarquera aussi la manière dont elle relate l’envoi des deux textes aux Jeux Floraux, et il nous faudra revenir sur ces deux points essentiels.

10El cant dels mesos est donc le premier livre que publie Caterina Albert sous le nom de Víctor Català, en 1901. Or ce recueil de poèmes suscite une critique très louangeuse du plus célèbre poète catalan de l’époque, Joan Maragall :

  • 10 «Lo cant dels mesos, se titula un cuaderno de treinta páginas que contiene doce poesías inspiradas (...)

Lo cant dels mesos, tel est le titre d’une brochure de trente pages qui contient douze poèmes inspirés par le sentiment de la nature à chaque mois de l’année. Il s’agit, en général, de poésie véritable […] Certains poèmes possèdent un vrai parfum […] Le nom de l’auteur est, d’après ce qu’on lit sur la couverture, Víctor Català ; nom inconnu jusqu’à ce jour, à ce que nous savons, dans notre littérature. Il ne s’agit cependant pas d’un débutant, mais de quelque auteur réputé qui a voulu se cacher derrière un tel pseudonyme, ou bien d’un poète qui a attendu sagement la maturité de son inspiration pour se faire connaître10.

  • 11 «Veyém en el senyor Català un poeta de veritable personalitat, que sent fondo y s’expressa ab una v (...)

11Quelques mois plus tard, paraissent Quatre monolechs, « Quatre monologues », parmi lesquels ne figure pas, évidemment, « La infanticida ». Là encore la critique est excellente, en particulier celle de Lluis Via dans le numéro du 7 mai de la revue Joventut : « Nous voyons en monsieur Català un poète de grande personnalité, aux sentiments profonds, à l’expression véhémente souvent géniale. »11

12C’est alors que Joventut entame une collaboration régulière avec Víctor Català, sans avoir la moindre information sur l’identité réelle de l’auteur, publiant en particulier, avec d’autres textes, les premiers des Drames rurals, « La vella » dans le numéro 74 du 11 juillet 1901 et « Agonia » dans celui du 31 octobre 1901. Or la parution de ces deux nouvelles provoque la réaction furibonde et scandalisée d’une certaine « Maria de la Selva » dans le courrier des lecteurs de La Renaixensa en date du 28 novembre 1901 ; cette lettre suscite une réponse de Gabriel Zanné dans la revue Joventut :

Les deux admirables tableaux de la vie rurale publiés dans Joventut par notre éminent collaborateur (La vella y Agonia), ont énervé madame Maria de la Selva ( ?). Supposant que Víctor Català est une femme – et il je veux dire elle saura pourquoi elle le suppose – cette personne dit qu’elle ne parvient pas à « comprendre comment une femme d’un tel talent […] peut se consacrer avec tant de hargne à déballer les petites mesquineries de ses congénères, les femmes, ainsi que de tous les pauvres paysans en général […] ».

  • 12 «Els dos admirables quadros de la vida rural publicats a Joventut per nostre eminent colaborador (L (...)

Eh bien !, donya Maria ( ?), permettez-nous de répondre à votre indiscrétion par une autre. Vous croyez que Català est une femme : eh bien ! nous croyons que vous êtes un homme. Et nous croyons aussi que vous n’êtes pas seulement un homme mais un écrivain vaniteux, furieux de ce que se présente dans le monde des lettres catalanes quelqu’un doué d’un courage et d’une vigueur que possèdent seulement en Catalogne trois ou quatre grands maîtres […]12.

  • 13 «nos resistimos a ver ahora en sus siniestros Drames rurals una realidad completa o una visión enfe (...)

13Cet échange, par journaux interposés, prouve que très rapidement des « fuites » se sont produites et que l’identité véritable de Víctor Català commence à être connue ; et l’on retrouve alors tous les ingrédients d’Olot, avec une nuance importante cependant, puisque certains critiques et certaines revues défendent avec véhémence ce « jeune auteur » en qui ils croient. En 1902 paraissent les Drames rurals, recueil de 12 nouvelles qui reçoit un accueil très contrasté de la critique. Certains commentaires sont dithyrambiques, d’autres assassins comme celui de Joan Maragall qui, dans un article du Diario de Barcelona du 13 novembre 1902, accuse l’auteur d’avoir une vision « partiale de la réalité » et de ne révéler que ce qu’il y a de « dur, d’acerbe, d’horrible, de pitoyable ou de répugnant dans la simplicité paysanne » (« revelar sólo lo duro, lo acerbo, lo horrible, lo lastimoso o repugnante de la simplicidad campesina ») ce qui serait, selon lui, la marque « d’un esprit malade quoique puissant » (« un espíritu enfermo aunque potente ») ; il atténue cependant un peu la violence de ses propos : « nous résistons à voir maintenant dans ses sinistres Drames rurals une réalité complète ou une vision malade, et nous préférons y reconnaître un désir d’unité externe du livre, indiquée par le titre lui-même. »13

  • 14 «si un dictat, aplicat a quelcom meu, podia dòldrer-me i espaverar-me més a la vegada, aquest dicta (...)
  • 15 «llevant-se per primera vegada personalment la careta de Víctor Català, queda amb son vertader nom (...)
  • 16 «Si jo hagués sospitat que un dia havia de saber-se a qui amagava el nom de Víctor Català, mai, per (...)

14Cette critique, qui n’est pas sans rappeler les propos de « Maria de la Selva », est à l’origine d’une correspondance très intéressante entre les deux écrivains. À la lecture du Diario de Barcelona, Víctor Català écrit une première lettre incendiaire à Maragall, lettre qu’elle n’envoie pas et qui a disparu, puis une seconde où elle lui explique : « si un jugement concernant un de mes écrits pouvait me blesser et m’épouvanter tout à la fois, c’était bien un jugement m’accusant d’immoralité ou de volonté de corrompre »14 (Maragall avait en effet exprimé ses réserves sur l’impact que pouvait avoir sur le public une vision du monde aussi noire). Maragall lui répond et, dans la lettre suivante, Català présente ses excuses au « maître » tout en défendant son livre et elle lui révèle sa véritable identité en signant de son vrai nom : « retirant pour la première fois personnellement le masque de Víctor Català, je vous réitère ma totale admiration, bien à vous, Caterina Albert i Paradís. »15 Et, dans cette même lettre déjà, la romancière manifeste le malaise et la terreur qui l’envahissent à l’idée que son œuvre puisse être associée à son nom véritable : « Si j’avais soupçonné qu’un jour on découvrirait qui se cachait sous le nom de Víctor Català, jamais, jamais, je n’aurais consenti à ce que l’on publie une seule ligne écrite par moi. »16

15Or le secret auquel Caterina Albert tenait tant est, bien entendu, très rapidement dévoilé, en particulier après l’immense succès de son premier roman, Solitud, qui paraît d’abord, chapitre par chapitre, dans Joventut, puis en un volume en 1905. Le succès ne rassure pas la romancière car les commentaires, même élogieux, mettent toujours en avant la violence, la rudesse de l’œuvre ; et ces commentaires lui semblent incompatibles avec la respectabilité correspondant à sa situation sociale et économique.

16Comment réagit alors la romancière ?

17En mettant en place simultanément deux attitudes face au monde extérieur. La première consiste, pour faire taire les commentaires sur la « virilité », le caractère « peu féminin » de ses fictions, à afficher avec une raideur exemplaire une image de jeune fille de bonne famille ultra-conventionnelle qui ne sort jamais de chez elle et qui défend les valeurs les plus traditionnelles et les plus rances de la féminité.

  • 17 «A vosté a cada vegada el veig nou. Sempre se m’havia mostrat com un pageset confinat entre les pen (...)

18Maragall lui-même qui, soit dit en passant, continuera tout au long de leur correspondance à s’adresser à Víctor Català comme si elle était un homme, s’étonne des voyages qu’a faits cette soi-disant recluse, éternellement dévouée à une mère dont la santé est fragile : « Chaque jour je découvre un nouvel aspect de votre personnalité. Vous vous étiez toujours montré comme un petit paysan confiné entre les rochers de votre côte et l’orée des vagues, et voilà qu’il s’avère que vous avez beaucoup voyagé. »17

  • 18 «Dona casolana per habitud i per temperament, és ara el primer cop que deixo el redós de la llar pe (...)
  • 19 «Una altra nebulosa concretant-se, un altre senyal de resurrecció, és lo despertar de la dona, lo m (...)
  • 20 «Aquí el moviment femení se significa per la normalitat, per l’assentament, per la mesura amb què p (...)
  • 21 «[…] vivors d’exigència, asprors de protesta; i, sobretot, sol dur una empremta violenta d’oposició (...)
  • 22 «Dir sufragista és caracteritzar quelcom grotesc accentuat en extravagància i estridència, és perso (...)
  • 23 «En nom de totes elles, jo vos dono mercès d’aquest lloc, jo vos dic el nostre agraïment, jo vos fe (...)

19Un exemple particulièrement frappant de l’image que Caterina/Víctor veut donner d’elle-même se trouve dans le discours qu’elle prononce en tant que présidente des Jeux Floraux de 1917. Elle commence bien sûr son discours en expliquant que c’est la première fois qu’elle accepte d’apparaître publiquement, ce qui est vrai, et en rappelant son goût pour la vie simple et recluse : « Femme d’intérieur par habitude et par tempérament, c’est la première fois que je quitte le refuge du foyer pour participer à un acte public […] »18. On remarquera que le premier mot prononcé est « femme » (« dona »), qu’il est associé à la maison (« casolana ») et que le mot « foyer » (« llar ») apparaît très rapidement pour construire la figure rassurante d’une modeste maîtresse de maison. Mais la romancière tient aussi à se démarquer de mouvements qui commencent alors à prendre une certaine importance dans les pays occidentaux, les mouvements féministes : « Une autre nébuleuse qui prend forme, un autre signe de résurrection, c’est le réveil de la femme, le mouvement féminin que nous observons ici. Et je dis féminin, pas féministe, pour bien distinguer son orientation du caractère général que prend ce mouvement au-delà de nos frontières. »19 Qu’on ne s’y trompe pas, ce que défend Víctor Català c’est le « mouvement féminin » version catalane : « Ici le mouvement féminin se caractérise par la normalité, la sagesse, la mesure avec lequel il agit »20, c’est-à-dire qu’il se situe à des années lumière du féminisme qui, selon elle, n’est qu’« éclats d’exigence, âpreté de la protestation, et surtout, violente opposition, attaque contre le tyran, la bête noire, l’homme »21. Elle remarque ensuite : « Prononcer le mot de suffragette c’est caractériser quelque chose de grotesque qui exagère l’extravagance et la stridence, c’est personnifier une caricature »22, et elle conclut sur ce chapitre en supposant que la différence entre le mouvement « féminin » catalan et le féminisme d’autres pays s’explique sans doute par la bonté, la compréhension et l’ouverture d’esprit des hommes catalans qu’elle remercie chaleureusement : « En leur nom à toutes [les femmes catalanes] je vous remercie ici, je vous exprime notre gratitude, je vous félicite et je vous applaudis, compagnons et amis, hommes pleins de bon sens et de bonté de notre terre ! »23

  • 24 «Caterina Albert se n’ha anat a l’altre món fent creure als seus interviuadors i biògrafs […] que e (...)
  • 25 «Fruit espontani de mon temperament» (V. Català, Lettre à Joan Maragall du 16-11-1902, Obres comple (...)
  • 26 «Modest esbarjo de persona reclosa que mai havia somniat amb nomenades literàries […]» (V. Català, (...)

20La seconde défense mise en place par la romancière est encore plus déroutante et une autre romancière, grande admiratrice de Víctor Català, l’a résumée en quelques lignes savoureuses : « Caterina Albert s’en est allée dans l’autre monde en faisant croire à ses interviewers et ses biographes […] qu’elle était une pauvre villageoise désœuvrée et ignorante. »24 En effet, lorsque Caterina Albert recevait un journaliste venant interroger Víctor Català, elle resservait inlassablement le même discours, celui qui alimente également souvent sa correspondance et qui consiste à définir son œuvre comme « le fruit spontané de mon tempérament »25, « la modeste distraction d’une personne recluse qui n’avait jamais rêvé de gloire littéraire, […] des petites choses plus ou moins littéraires […] »26.

  • 27 «un senzill aficionat erm de ciència i sense més lluc i guiatge que l’instint» (V. Català, Obres co (...)

21Ces commentaires de 1902, Víctor Català les répètera jusqu’à sa mort ; elle les reprend en 1923 lors du discours prononcé lors de sa réception comme membre de la Real Acadèmia de les bones lletres de Barcelone, s’étonnant de ce que les académiciens aient pu la choisir, elle qui n’est qu’« un simple amateur totalement inculte et sans autre perspicacité et sans autre guide que l’instinct »27. En octobre 1965, c’est-à-dire quelques mois avant la mort de la romancière qui a alors quatre-vingt seize ans, Baltasar Porcel réalise une interview pour la revue Serra d’or ; la succession des questions et des réponses est hautement révélatrice, tant de l’énervement croissant du journaliste que de l’obstination de la vieille dame à maintenir le même cap :

– Quelle a été votre formation ? Quelle discipline vous êtes-vous imposée ?

– Aucune. Rien. Je suis quelqu’un de très simple. J’écrivais comme ça me venait et voilà.

– Tout de même, votre littérature a un fond de mystère ; on voit du métier dans votre manière de conduire le récit pour maintenir l’intérêt du lecteur, madame.

– Non, non, je faisais comme je pouvais ; ça venait comme ça. Je ne préparais rien. Je suis comme un petit chien, un petit oiseau : je faisais comme je pouvais, j’écrivais.

– Et vous faisiez beaucoup de corrections ?

– Presque pas.

– Aviez-vous des heures établies pour travailler ?

– Je travaillais n’importe quand.

– Vous êtes quelqu’un de pessimiste ?

– Pas du tout ! Je suis très gaie ! Pourquoi dites-vous cela ?

– Vos personnages sont troubles, des gens plutôt mauvais, indésirables. […] Je ne sais pas, mais il me semble que votre vision de l’humanité est négative, déprimante, et vous semblez être quelqu’un de sceptique.

– Ah mon Dieu, pas du tout. On me l’a déjà dit, mais ce n’est pas vrai : je suis gaie, toute simple : comme un petit oiseau ou un petit chien. J’ai décrit ce genre de personnages parce que cela m’est venu comme ça, sans me l’être proposé. […]

– Excusez-moi, madame, mais vous avez produit une œuvre littéraire importante. Vous avez eu une énorme audience. On n’obtient pas cela ainsi, grâce à une espèce d’inspiration du ciel. Vous…

  • 28 «– ¿Com va formar-se, quina disciplina s’imposà?
    – Cap.Res. Sóc una persona ben simple, jo. Anava es (...)

– Seigneur ! Je ne sais pas ce que vous me trouvez. Je ne suis qu’un pauvre amateur, c’est tout.28

  • 29 «[…] sí, el conec poc i mal traduït, però en Gorki, en Tolstoi, en Turguènev, en Txèkhov, en Korole (...)

22L’amateurisme, l’irresponsabilité face à des personnages et des histoires qu’elle ne contrôle pas et qui s’imposent à elle, tels sont les masques qui remplaceront pendant plus de soixante ans le pseudonyme qui ne cache plus rien. On se rappelle les termes employés en 1948 par l’auteur lorsqu’elle évoquait l’affaire d’Olot : elle avait envoyé ses textes « inconsciemment », il s’agissait là d’une « facétie » commise par une « innocente maladroite ». Et pour compléter le tableau, la romancière ne cessera d’avouer son inculture, son absence totale de formation ; elle reconnaît avoir lu, beaucoup, mais sans ordre ni méthode ; c’est, par exemple, ce qu’elle explique à Joan Maragall qui lui a demandé si elle connaissait Gorki : « […] oui, j’en ai lu un peu dans de mauvaises traductions, mais Gorki, Tolstoï, Tourguéniev, Tchékhov, Korolenko, tous les Russes, enfin, sont les romanciers modernes que je préfère. »29

  • 30 Dans une lettre des 12 et 16 mai 1903, par exemple, elle se livre à une analyse très fouillée de la (...)
  • 31 «Jo, no sóc poeta, m’ho sento, i, per lo tant, no puc produir d’aqueixos versos dels poetes veritab (...)

23Or, ces affirmations d’ignorance, d’amateurisme et d’inconscience ne résistent pas à la lecture de la correspondance ou des prologues de la romancière. Ce qui saute aux yeux, en particulier dans sa correspondance avec Maragall, c’est la finesse de ses analyses littéraires30 ainsi que la lucidité avec laquelle elle évalue ses propres possibilités. À Maragall qui s’obstine à l’inciter à revenir à la poésie (puisqu’en réalité la seule œuvre qu’il a appréciée sans réserves est le recueil de poèmes Lo cant dels mesos), elle répond, dans une lettre du 23 décembre 1903 : « Je ne suis pas poète, je me sens poète, aussi je ne peux produire ces vers des poètes véritables qui disent toujours quelque chose digne d’être écouté, qu’ils soient ou non formellement corrects […] »31. On ne peut, dans ce cas, accuser V. Català de fausse modestie car son œuvre poétique est indubitablement très inférieure à son œuvre en prose.

24Mais il y a plus important ; en parfaite contradiction avec ses affirmations d’amateurisme, Víctor Català montre, dans les prologues et discours où elle défend la liberté de l’écrivain, qu’elle a réfléchi aux droits et aux devoirs de l’artiste dans la société. Les textes théoriques dans lesquels Víctor Català proclame son droit d’écrire en ne se fiant qu’à ses propres critères et sa liberté face aux modes et aux dogmes pourraient faire croire que la réception polémique de ses écrits de fiction n’a pas eu la moindre influence sur son travail de création. La lecture même des deux romans et huit recueils de nouvelles et récits, publiés entre 1902 et 1951, peut renforcer l’idée que l’écrivain de L’Escala a publié pendant cinquante ans, contre vents et marées, des histoires mettant en scène des personnages mus par de violentes pulsions destructrices, par une ambition démesurée ou par la pure méchanceté, bâtissant ainsi une œuvre d’une rare cohérence et d’une rare puissance qui lui vaut de figurer parmi les très grands auteurs de la littérature contemporaine de langue catalane. La réalité est plus complexe : si Víctor Català a tenu à défendre ses propres conceptions en matière de littérature et a fait fi des modes et des courants qui se sont succédés pendant sa longue carrière, elle l’a, sans doute, payé cher. De plus, son second roman apparaît comme un défi littéraire lancé à ses détracteurs et comme une claire volonté d’évolution.

  • 32 «¡Oh tu, l’escaienta damisella, de posat senyorívol, la de cos esllanguit i llavis tristos! ¡Oh tu, (...)
  • 33 «an en Víctor Català no’l domina la deria d’esser actual; res li fa que’l Naturalisme literari no s (...)
  • 34 «enfront del “caos”, l’“ordre”; enfront de la “natura”, la “cultura”; enfront del “rústic”, l’“urbà (...)

25Dans le prologue aux Drames rurals, la romancière s’adresse indirectement, et non sans humour, à « Maria de la Selva », la lectrice scandalisée qui a été évoquée plus haut. Ce prologue s’intitule en fait « prec » (prière) et commence par ces mots : « Oh toi, la délicate damoiselle, à l’allure noble, au corps allangui et aux lèvres tristes ! Oh toi, le lis amateur d’ombre qu’un rayon du soleil d’été fanerait ! »32 Le portrait de la jeune femme qu’imagine et brosse Víctor Català évoque irrésistiblement l’idéal féminin des modernistes ou de l’Art nouveau, qui a été popularisé par les affiches que tout le monde connaît. On imagine sans peine une femme peinte par Mucha en lisant les lignes de Català. Et, en effet, lorsque la romancière publie ses premiers textes le modernisme triomphe en Catalogne et si la vision du monde rural ou montagnard qu’offrent ses récits peut être considérée comme acceptable par ce mouvement artistique qui privilégie le monde urbain, c’est-à-dire le seul monde civilisé à ses yeux, ses personnages, son écriture restent beaucoup plus proches de l’univers d’auteurs tels que Narcís Oller ou Angel Guimerà, dédaignés par les modernistes qui leur reprochent un réalisme désuet. Comme le souligne Gabriel Zanné dans la critique qu’il consacre à Drames rurals, et sous sa plume il s’agit d’un compliment, Víctor Català est déjà démodée lorsque paraît son premier recueil de nouvelles : « Víctor Català n’est pas dominée par l’obsession d’être actuel ; il lui est indifférent que le Naturalisme littéraire ne soit plus cultivé aujourd’hui avec le même enthousiasme […] cela lui est égal, en un mot, d’être démodée. »33 Or, si la romancière est démodée en 1902, comment sera-t-elle qualifiée à mesure que le temps passe et qu’elle s’obstine à choisir les mêmes sujets et à ne pas changer de style ? Si elle est marginale mais tolérable à l’époque du Modernisme, que devient-elle pour les Noucentistes, c’est-à-dire pour le mouvement littéraire et artistique suivant qui, dès 1906, soit un an après la parution de Solitud, sous la houlette d’Eugeni d’Ors définit ce que doivent être l’art et l’artiste, quel rôle doit jouer ce dernier pour que la société réelle ressemble à la société idéale, idéale selon les goûts et les valeurs du mouvement, bien sûr ? Les idées qu’Eugeni d’Ors expose dans les Gloses publiées dans la presse sous le pseudonyme de Xènius, à partir de 1906, constituent le bréviaire du noucentisme, bréviaire que Joan Fuster a résumé en ces termes : « Face au “chaos”, “l’ordre” ; face à la “nature”, la “culture” ; face au “rural”, l’“urbain” ; face à la “mystique”, la “raison”, et cetera. »34 L’intérêt évident de Català pour le monde rural, pour les pulsions incontrôlées, pour le mal, les manifestations de sauvagerie, n’a pas sa place dans le monde d’ordre classique que chante le Noucentisme. Et, dans le domaine littéraire, à l’instigation des Noucentistes, commence un débat strictement catalan – me semble-t-il – qui consiste à bannir le roman rural pour lui opposer et lui préférer le roman urbain. Or, face à ces nouveaux diktats, notre innocente et instinctive romancière va se défendre avec vigueur. En 1907, c’est-à-dire encore auréolée de l’immense succès de Solitud, elle publie un troisième recueil de nouvelles, Caires vius, qu’elle fait précéder d’un long prologue (13 pages dans les Œuvres complètes dont la mise en page est particulièrement dense) dans lequel elle commence son attaque en ironisant :

Face au ruralisme – pourtant si jeune, si imparfait encore ! – se dresse comme un ennemi, comme une menace formelle, le roman citadin, urbain encore à naître […] porte-parole de l’esprit puissant et multiforme de la ville.

  • 35 «Davant per davant del ruralisme –¡tan infantet, tan incomplet encara!– s’adreça ja com una enemist (...)

Béni soit l’avènement de ce nouveau Messie qui, si la conjonction des astres est exacte, si les prophètes ne se trompent pas, est en train de venir au monde ! Attendons-le dans la joie, saluons sa venue avec des hosannas !, puisque cet événement doit élever au niveau de l’excellence nos belles lettres en multipliant les nuances de leur gamme, encore bien pauvre et monochrome aujourd’hui35.

26Puis, cultivant le même ton de moquerie, elle émet ses premières réserves :

  • 36 «Per això tinc per una mica prematura i tal volta poc fonamentada la naixent campanya contra el rur (...)

Je considère que l’actuelle campagne contre le ruralisme est prématurée et peut-être assez peu fondée. Je sais bien que ces nouveaux apôtres sont mus par des finalités très élevées, par un très noble désir de dépassement afin de construire un avenir splendide, ce qui donne à leurs prédications l’écho grave des choses sacrées et les rend dignes d’être entendues et méditées ; mais tout en reconnaissant la grandeur d’un tel sentiment, peut-être ne serait-il pas inutile de signaler que ces prédications pourraient décourager de futures initiatives36.

  • 37 «Els dogmes infallibles no són per a l’art; […] L’esperit lligat per apriorismes per convencions fi (...)

27Et elle passe à une attaque en règle du dogmatisme : « Les dogmes infaillibles ne sont pas faits pour l’art ; […] L’esprit lié à des a priori, à des conventions fictives […] s’il parvient à faire quelque chose de bon, ne fera jamais tout ce qu’il aurait pu faire de bon s’il n’avait pas subi toutes ces entraves. »37

28Elle reprendra des attaques du même ordre, quoique plus modérées, dans son discours de 1917 aux Jeux Floraux. Mais Víctor Català n’a aucun pouvoir, ce qui n’est pas le cas d’Eugeni d’Ors, ami et conseiller de Prat de la Riba, l’un des hommes politiques catalans les plus en vue à cette époque, qui lui a confié d’importantes responsabilités dans le monde culturel ; les revues qui la soutenaient, telle Joventut, disparaissent balayées par les nouveaux courants artistiques et la romancière se retrouve vraiment coupée du monde des lettres. Ses prévisions pessimistes sur les conséquences négatives que risquait d’avoir le dogmatisme des Noucentistes se sont avérées exactes, du moins en ce qui concerne le roman ; en 1925, le poète Carles Riba fait une conférence intitulée « Une génération sans roman » (Una generació sense novela) et un jeune écrivain, Josep Maria de Sagarra, publie l’article « La peur du roman » (La por a la novela), l’un et l’autre ayant constaté la quasi disparition du genre narratif en Catalogne depuis une vingtaine d’années.

29C’est précisément pendant ces années de crise du genre romanesque en Catalogne que Víctor Català écrit un second roman qui paraît au cours des années 20, d’abord de manière épisodique dans la revue Catalana (dont la publication est irrégulière), puis en trois volumes en 1926. Ce roman, intitulé Un film (3000 metres), peut être considéré comme une tentative de soumission au dogme, puisque l’intrigue se déroule essentiellement en milieu urbain, mais on peut le voir aussi comme une provocation dans la mesure où les événements et les caractères ressemblent à ceux des récits « ruraux » : cupidité et violence continuent de dominer. Víctor Català semble donc vouloir prouver qu’elle est capable d’écrire un roman urbain, et force est de constater que les pages évoquant tout à la fois Barcelone et la fascination que la ville exerce sur les provinciaux sont remarquables ; mais elle prouve aussi, que les gens des villes ressemblent à s’y méprendre à ceux des campagnes, suggérant par là même que la ville n’est pas le paradis harmonieux chanté par le Noucentisme et, de plus, que les dix bonnes années où ce mouvement a dominé non seulement le monde des lettres mais aussi celui du pouvoir politique catalan n’ont pas réussi à faire advenir le monde policé qui était promis.

  • 38 «He fet una película […] Així doncs, caríssim llegidor […] no et queixis després, pel que hi trobis (...)

30Avec ce roman, Víctor Català veut surtout s’essayer à de nouvelles techniques puisque, comme elle l’affirme dans le prologue : « J’ai fait un film […] Ainsi donc, très cher lecteur […] ne te plains pas ensuite de ce que tu y trouveras, n’exige pas qu’il te donne plus que ce que je t’ai promis, car je ne t’ai promis, aujourd’hui, qu’un film, avec toute la simplicité, toute la confusion, tout l’arbitraire, toutes les démesures […] c’est-à-dire, avec toutes les libertés que ce genre comporte. »38 On peut s’étonner de l’étrange définition que la romancière propose du genre cinématographique, et c’est peut-être ce qui explique l’accueil pour le moins mitigé de la critique qui, laissant de côté la construction originale par séquences, les changements de focalisation et autres recherches formelles, a surtout trouvé dans l’intrigue d’Un film des relents de feuilleton mélodramatique peu convaincants. Et, face à cet accueil assez frais, la romancière défend à nouveau bec et ongles son roman ; elle publie ainsi, en réponse à Enrich Bosch i Viola qui, pourtant, n’avait pas été totalement négatif mais lui reprochait d’avoir changé de style depuis Drames rurals et Solitud, un article où elle met en avant l’évolution de son écriture :

  • 39 «[…] procuro realitzar l’obra tal i com se m’acut que ha de realitzar-se, és dir tal com se’m prese (...)

[…] j’essaie de réaliser l’œuvre comme il me semble qu’elle doit se réaliser, c’est-à-dire, telle qu’elle se présente à moi, sans penser à ce qu’ont pu faire ou ne pas faire les autres, sans même m’en souvenir (et je m’inclus parmi ces autres en ce qui concerne mes œuvres précédentes, car l’auteur au moment où il agit, c’est-à-dire, pour chaque nouvelle œuvre, est ou peut être un sujet différent) […] pour Un film, surgissait devant moi, presque matériellement, comme si je le voyais, un tourbillon agité de particules de vie – d’une vie qui pouvait être matière à roman – collées à un caractère, entraînées par celui-ci depuis les profondeurs du possible, comme les gouttes d’eau s’accrochent à la corde et sont entraînées par elle depuis la profondeur du puits. Et, naturellement, à la différence de vision devaient correspondre des focalisations et des procédés de reproduction différents39.

  • 40 «Cada moment de la vida […] fa de nosaltres i en nosaltres aquella pluralitat de persones desiguals (...)

31On remarque que la romancière module sensiblement la version selon laquelle elle écrit sans savoir ce qu’elle fait, par l’idée d’une histoire et de personnages, s’imposant à elle, imposant une forme narrative, idée qui n’exclut pas celle du travail de l’auteur. Dans ce même article elle affirme la multiplicité des identités de chaque individu : « Chaque moment de la vie […] fait de nous et en nous une pluralité de personnes différentes – et même opposées, parfois, les unes aux autres – […] Qu’y a-t-il d’étrange à ce qu’à chaque modalité corresponde son expression […] »40. Víctor Català termine sa réponse par une nouvelle affirmation de sa liberté créatrice :

  • 41 «[…] penso dir-me, desdir-me i tornar-me a dir –que no és més que dir-se més plenament– tantes vega (...)

[…] j’ai l’intention de me dire, de me dédire et de me redire – ce qui n’est pas autre chose que se dire pleinement – autant de fois que Dieu voudra bien me le permettre. Et, hormis cette limite, je refuse de m’en imposer une seule, et je refuse à quiconque le droit de m’imposer, grossièrement, aveuglement, quelque limite que ce soit41.

  • 42 V. Català, «Entrevista amb Tomàs Garcés», op. cit., Obres Completes, p. 1754.

32Mais ce livre ambitieux avec lequel Víctor Català espérait « réintégrer, après toutes ces années de silence le monde littéraire catalan » (« reincorporar-[se], després d’una pila d’anys de silenci al moviment literari català »)42, comme elle le confiait à Tomàs Garcès en août 1926, a eu plutôt l’effet contraire ; mal compris, suscitant peu d’intérêt, il a contribué à figer l’image de la romancière qui, par la suite, publiera irrégulièrement des recueils de nouvelles dans la veine de Drames rurals, en 1928, 1930, puis après la guerre.

  • 43 V. Català, Prologue de Caires Vius, Obres Completes, p. 604.

33La pudibonderie ambiante n’avait pas eu raison de la romancière pour qui les seuls devoirs de l’artiste « véritable » étaient de « ne jamais capituler » (« no claudicar mai ») de « ne jamais céder à aucune pression vile – louanges, argent, menaces – au point de rabaisser la grandeur de sa dignité » (« no cedir a cap pressió innoble – aplaudiment, diner o amenaces – fins a rebaixar l’altesa de sa dignitat »), mais au contraire de « tracer sereinement son chemin » (« fer serenament sa via ») « de réaliser l’œuvre, dont lui et lui seul a la pleine intuition » (« realitzar son obra, de la que ell sol té la plena intuició »)43 ; l’évolution de la société catalane, la professionnalisation et/ou l’institutionnalisation des écrivains, la normalisation linguistique réussirent à la marginaliser, à faire d’elle la dame de province qui écrit un texte de temps en temps pour s’occuper, transformant ainsi en réalité une des légendes qu’elle avait cultivées. Il est pourtant difficile de croire que Víctor Català fut jamais un écrivain du dimanche, une bourgeoise désœuvrée se défoulant par fictions interposées ; ses fictions, quant à elles, ont perdu, avec l’évolution des mœurs, leur aspect scandaleux ; les seuls qualificatifs qu’il convient donc d’attribuer à Víctor Català sont ceux d’écrivain à part entière, de romancière libre et talentueuse. L’exploration angoissée de la part d’ombre et de la solitude fondamentale de l’être humain qu’elle a menée et su exprimer explique la place qu’elle occupe aujourd’hui dans les lettres catalanes.

Notes

1 «Hi hagué unes discussions fantàstiques, es veu, sobre qui era l’autor del treball. Sembla que es tractava d’un monòleg atrevit. Jo no me n’adonava. Quan van saber que l’autor era una dona, l’escàndol va ser més gros. No trobaven correcte que jo contés la història d’un infanticidi» (Víctor Català, «Conversa amb Tomàs Garcès», 1926). Cette interview fut publiée initialement dans le numéro d’août 1926 de La revista de Catalunya, elle figure également dans les Obres completes de Víctor Català, Barcelone, Editorial Selecta, 1951 et 1972, p. 1747 à 1755. La citation se trouve p. 1748.

2 Comme elle le dit dans la même interview, p. 1748.

3 «[…] el contrast viu entre l’aspra fortitud dels seus temes i del seu estil i la seva condició de dona» (Manuel De Montoliu, «Pròleg», Víctor Català, Obres completes, op. cit. p. XI).

4 «Per raó del subconscient. En el fons del fons de tot el seu ésser hi bategava l’esperit masculí. Per aquesta raó, per raó d’un cert desequilibri de cromosomes, ella tendia més a les manifestacions masculines que no pas a les femenines» (Josep Miracle, Caterina Albert i Paradís «Víctor Català», Premi Joan Estelrich, Barcelone, Dopesa, 1978, p. 100).

5 «Ab tot y haverhi qui diu que en Víctor Català es una dòna, pot afirmar-se que’ls articles que componen el volum són de lo més mascle que’s pugui desitjar» (El Cu-Cut, 20 novembre 1902).

6 «La quasi sobtada fama que obtingueren els escrits firmats per aquest autor al comensar a sortir en les planes de la revista Joventut no feu sospitar a la gran massa del públich que’s tractés d’una ploma femenina, quan en l’apariencia era tot lo contrari» (Francesc Matheu, Lectura popular, 1912, n° 28, Barcelone, éditions de la revue Joventut).

7 «[…] ses robustes creacions, ens la feia imaginar l’embusteria de dos o tres empordanesos que vantant-se de conèixer-la me l’havien pintada com un homenot, cavalcant sovint en un matxo tremendo i amb l’escopeta a coll, a la caça de l’izard i del llop per les afraus més aspres i solitàries del Pirineu» (Narcís Oller, Memòries literàries, Barcelone, Editorial Aedos, 1962 [publication posthume], p. 343).

8 «1° Que la pobra personeta que, sense somniar amb la fantasia de cap premi, en enviar els seus assaigs no havia fet més que deixar-se anar, gairebé inconscientment, a l’impuls engendrat per la suggerència del cartell, no va pas anar a la gloriosa ciutat dels Vayreda, ni per la festa, ni abans, ni després, deixant que per allí s’ho arrangessin tot com mellor els semblés i fessin el que volguessin de l’obreta discutida: i, 2° Que, esfereïda d’aquella facècia, que podria fer passar son nom per les boques, se va prometre, la innocent ensopegaire, no donar, emparat pel mateix nom, mai més res al públic» (V. Català, Obres completes, p. 1427).

9 «[…] rebutjat, doncs, de bell antuvi, el donar la cara, calia rebatejar-me, per l’avinentesa que es presentava, amb un nom postís. Atabalada, no sabent quin prendre vaig optar pel primer que m’eixí al davant; o sigui pel de Víctor Català, que era el del protagonista d’una novella que aleshores estava escrivint» (ibid.).

10 «Lo cant dels mesos, se titula un cuaderno de treinta páginas que contiene doce poesías inspiradas en el sentimiento de la naturaleza en cada uno de los meses del año. Son, en general, poesías de veras […] Muchas tienen verdaderamente fragancia […] El nombre de este autor es según se lee en la cubierta Víctor Català; nombre desconocido hasta ahora, que sepamos, en nuestra literatura. Y, sin embargo, no se trata seguramente de un principiante sino de algún ya reputado autor que ha querido ocultarse ahora bajo tal pseudónimo, o bien de un poeta que ha aguardado sabiamente la madurez de su inspiración para mostrarse» (Joan Maragall, Diario de Barcelona, jeudi 31 janvier 1901).

11 «Veyém en el senyor Català un poeta de veritable personalitat, que sent fondo y s’expressa ab una vehemència freqüentment genial» (Joventut, 7 mai 1901).

12 «Els dos admirables quadros de la vida rural publicats a Joventut per nostre eminent colaborador (La vella y Agonia), han excitat els nervis de donya Maria de la Selva (?). Suposant qu’en Víctor Català és una dona –y ell vull dir ella sabrà perquè ho suposa– diu que no sab “capir com una dona de talent tan privilegiat […] es dediqui amb tanta sanya a treure’ls drapets al sol de sas congéneres las donas y de tota la pobra gent pagesa en general” […] Y ara, donya Maria (?), permeti’ns que a una indiscreció de vosté, nosaltres responguem an un’altra. Vosté creu qu’en Català és una dona: donchs nosaltres creyém que vosté és un home. Y a més creyém que no sols és un home sinó escriptor de vano, enfurismat contra d’un que’s presenta en el camp de las lletras catalanas ab un brahó y una empenta que sols posseheixen a Catalunya tres o quatre mestres […]» (Joventut, 5 décembre 1901).

13 «nos resistimos a ver ahora en sus siniestros Drames rurals una realidad completa o una visión enferma, y preferimos reconocer un propósito de unidad externa del libro señalada ya por su título» (J. Maragall, 13 novembre 1903, Diario de Barcelona).

14 «si un dictat, aplicat a quelcom meu, podia dòldrer-me i espaverar-me més a la vegada, aquest dictat era, ben segur, lo d’immoral o corruptor» (V. Català, Lettre à J. Maragall du 16 novembre 1902, Obres completes p. 1786-1787).

15 «llevant-se per primera vegada personalment la careta de Víctor Català, queda amb son vertader nom igualment admiradora de vosté, sa affma. s.s. Caterina Albert i Paradís» (Ibid.).

16 «Si jo hagués sospitat que un dia havia de saber-se a qui amagava el nom de Víctor Català, mai, però mai, hauria consentit que s’hagués donat publicitat a una ratlla meva» (Ibid.).

17 «A vosté a cada vegada el veig nou. Sempre se m’havia mostrat com un pageset confinat entre les penyes de la seva costa i la ratlla del mar, i ara resulta que ha corregut molt món» (J. Maragall, Lettre à Víctor Català du 27 octobre 1903).

18 «Dona casolana per habitud i per temperament, és ara el primer cop que deixo el redós de la llar per prendre part en un acte públic […]» (V. Català, «De civisme i civilitat», Obres completes, p. 1689).

19 «Una altra nebulosa concretant-se, un altre senyal de resurrecció, és lo despertar de la dona, lo moviment femení que aquí s’observa. I dic femení i no feminista per destriar sa orientació del caràcter general que assoleix aquest moviment banda allà de les nostres fronteres» (Id., p. 1694).

20 «Aquí el moviment femení se significa per la normalitat, per l’assentament, per la mesura amb què procedeix» (Id., p. 1695).

21 «[…] vivors d’exigència, asprors de protesta; i, sobretot, sol dur una empremta violenta d’oposició, d’atac al tirà, a la bèstia negra, a l’home» (Ibid.).

22 «Dir sufragista és caracteritzar quelcom grotesc accentuat en extravagància i estridència, és personificar una caricatura» (Ibid.).

23 «En nom de totes elles, jo vos dono mercès d’aquest lloc, jo vos dic el nostre agraïment, jo vos felicito i aplaudeixo, companys i amics, homes sensats i bons de la nostra terra» (Id., p. 1699).

24 «Caterina Albert se n’ha anat a l’altre món fent creure als seus interviuadors i biògrafs […] que era una pobra senyora de poble, desenfeinada i ignorant» (Maria Aurèlia Capmany, El feminisme a Catalunya, Barcelone, Editorial Nova Terra, 1973, p. 28-29).

25 «Fruit espontani de mon temperament» (V. Català, Lettre à Joan Maragall du 16-11-1902, Obres completes, p. 1785).

26 «Modest esbarjo de persona reclosa que mai havia somniat amb nomenades literàries […]» (V. Català, Lettre à J. Maragall, n° 2, sans date, Obres completes, p. 1786).

27 «un senzill aficionat erm de ciència i sense més lluc i guiatge que l’instint» (V. Català, Obres completes, p. 1657).

28 «– ¿Com va formar-se, quina disciplina s’imposà?
– Cap.Res. Sóc una persona ben simple, jo. Anava escrivint tal com sortia i llestos.
– Tanmateix, la seva literatura té un fons de mister; les narracions són portades amb ofici per mantenir l’interès del lector, senyora.
– No, no; jo anava fent. Sortia així. No preparava res. Sóc com un gosset, com un ocellet: feia, escrivia.
– ¿I corregia gaire?
– A penes.
– ¿A quines hores treballava?
– A qualsevol hora.
– ¿És una persona pessimista, vosté?
– ¡I ara! Alegre sóc. ¿Per què ho diu?
– Els seus personatges són tèrbols, gent més aviat indesitjable i malèvola […] No ho sé, però penso que la visió de la humanitat que vosté té és negativa, depriment, i per ventura vostè és escèptica…
– Ai, senyor, no de cap manera. A vegades ja ho han dit, ja, això. Però no és cert: sóc alegre, ben senzilla: com un ocellet o un gosset. He descrit aquests tipus així com m’han sortit, sense proposar-m’ho d’antuvi. […]
– Permeti’m. Vostè, senyora Caterina, ha fet una obra literària de gruix, important. Ha tingut un ressó dilatat. Això no s’aconsegueix així com així, per una mena d’inspiració angèlica. Vostè…
– ¡Jesús! No sé pas què hi veuen, en mi.
Sóc un pobre aficionat: res més.» (Serra d’or, octobre 1965, p. 68).

29 «[…] sí, el conec poc i mal traduït, però en Gorki, en Tolstoi, en Turguènev, en Txèkhov, en Korolenko, tots los russos, en fi, són los novellistes moderns que m’agraden més» (V. Català, Obres completes, p. 1802).

30 Dans une lettre des 12 et 16 mai 1903, par exemple, elle se livre à une analyse très fouillée de la poésie de Maragall.

31 «Jo, no sóc poeta, m’ho sento, i, per lo tant, no puc produir d’aqueixos versos dels poetes veritables que, sien o no correctes, diuen sempre quelcom digne d’ésser escoltat […]» (V. Català, Obres completes, p. 1799).

32 «¡Oh tu, l’escaienta damisella, de posat senyorívol, la de cos esllanguit i llavis tristos! ¡Oh tu, el lliri d’ombra que un raig de sol d’estiu mustigaria!» (ibid., p. 431).

33 «an en Víctor Català no’l domina la deria d’esser actual; res li fa que’l Naturalisme literari no sigui conreuhat avuy ab el mateix entusiasme […] en una paraula que sigui passat de moda» (Gabriel Zanné, «Els ‘dramas rurals’ d’en Víctor Català», Joventut, n° 143, 6 novembre 1902).

34 «enfront del “caos”, l’“ordre”; enfront de la “natura”, la “cultura”; enfront del “rústic”, l’“urbà”; enfront de la “mística”, la “raó”. Etcètera» (Joan Fuster, Literatura catalana contemporània, Barcelone, Curial, 1980, p. 153-154).

35 «Davant per davant del ruralisme –¡tan infantet, tan incomplet encara!– s’adreça ja com una enemistança, com una amenaça formal, el nonat civilisme, el ciutadanisme… el portaveu de l’esperit poderós i multiforme de l’urbs.
¡Beneït sia l’adveniment d’aquest nou Messies que, si no enganya la conjunció dels astres, que, si no s’erren els profetes, s’està infantant! Esperem-lo amb goig, saludem-lo amb hosannes!, aquest adveniment que ha d’excelsificar les nostres lletres pluralitzant els matisos de sa gamma, avui encara pobra, monocroma» (V. Català, Obres Completes, p. 595-596).

36 «Per això tinc per una mica prematura i tal volta poc fonamentada la naixent campanya contra el ruralisme. Ja sé que mou sos apòstols un sentiment d’enlairada finalitat, un anhel nobilíssim de superiorització per un pròxim avenir esplendorós, i això sol dóna a llurs prèdiques un ressó greu de cosa sagrada que les fa dignes d’esser oïdes i meditades; mes bo i reconeixent l’altesa d’aqueix sentiment, potser no fóra ociós senyalar lo que eixes prèdiques podrien resultar desviadores de futures iniciatives» (id., p. 596).

37 «Els dogmes infallibles no són per a l’art; […] L’esperit lligat per apriorismes per convencions fictícies […] si arriba a fer quelcom de bo, no farà mai tot lo bo que hauria pogut arribar a fer sens aquelles traves» (id., p. 597).

38 «He fet una película […] Així doncs, caríssim llegidor […] no et queixis després, pel que hi trobis, no m’exigeixis que et doni més del que t’he promès, car jo no t’he promès, avui per avui, més que una película, amb tota la simplicitat, amb tot el garbuix, amb totes les arbitrarietats, amb totes les desmesures… és a dir, amb totes les llibertats que el gènere comporta» (id., p. 170-171).

39 «[…] procuro realitzar l’obra tal i com se m’acut que ha de realitzar-se, és dir tal com se’m presenta, sense pensar en el que hagin fet o deixat de fer els altres, sense recordar-me’n tan sols (i entre aquests altres m’hi encloeixo a mi mateix, en relació amb obres anteriors, car l’autor, en cada moment de la seva actuació és dir, en cada nova obra, és o pot ésser un subjecte diferent) […] per Un film, brollava al meu davant, diria que materialment, com si ho veiés, un remoixell agitat de partícules de vida –vida novellable, adherides a un caràcter, arrossegades per ell des de les pregoneses de la possibilitat, com els ruixims d’aigua adherits a la corda i arrossegada per ella des de la pregonesa del pou. I, com és natural, a diferències de visió havien de correspondre enfocaments i procediments de reproducció distints». Cet article a été reproduit par Enric Prat dans les Actes de les primeres jornades d’estudi sobre la vida i obra de Caterina Albert i Paradís «Víctor Català», L’Escala 9-11 d’abril de 1992, Montserrat, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1993, p. 401-402.

40 «Cada moment de la vida […] fa de nosaltres i en nosaltres aquella pluralitat de persones desiguals –i àdhuc oposades, a voltes, les unes a les altres […] Així què té d’estrany que a cada modalitat correspongui la seva expressió […]» (id. p. 402).

41 «[…] penso dir-me, desdir-me i tornar-me a dir –que no és més que dir-se més plenament– tantes vegades com Déu serà servit de permetre-m’ho. I fora d’aquest límit, ni jo vull posar-me’n cap, ni vull que me l’imposi barroerament, orbament, ningú» (ibid.).

42 V. Català, «Entrevista amb Tomàs Garcés», op. cit., Obres Completes, p. 1754.

43 V. Català, Prologue de Caires Vius, Obres Completes, p. 604.

Auteur

Université de Bourgogne. Anne Charlon figure parmi les rares spécialistes français de littérature catalane. Ses recherches et ses publications ont trait au roman féminin contemporain, aussi bien castillan que catalan

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540