Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards sur les Espagnoles créatrices (XVIIIe-XXe siècles)

 | 
Françoise Étienvre

I. De timides lueurs

Entre siècle et clôture : affinités littéraires entre la poétesse gaditane María Gertrudis Hore (1742-1801) et quelques-unes de ses contemporaines

Frédérique Morand

Résumé

Este artículo intenta mostrar ciertas afinidades literarias entre la poetisa gaditana María Gertrudis Hore, sujeto privilegiado en el presente estudio, y sus coétanas (Margarita Hickey, Inés Joyes...), casi todas de origen irlandés. Sean seglares, sean religiosas, en los versos y la prosa de aquellas mujeres aparecen similitudes temáticas como el amor y sus desengaños, y también frecuentes advertencias sobre la necesidad de estudiar y de cultivar el entendimiento. Sus escritos revelan una clara voluntad de afirmar una capacidad intelectual que no se solía conceder a la mujer en la España de finales del siglo XVIII

Texte intégral

1Si l’on connaît bien les fréquentations et les influences littéraires de ce groupe d’amis réunis sous le nom de poètes salmantins ou Escuela Salmantina, les études détaillées de femmes de lettres en Espagne ne sont encore que trop rares. Il n’y a d’ailleurs pas, à ma connaissance, de groupe de femmes connu à cette époque qui puisse prétendre être le chef de file d’une quelconque école. De toute façon, il ne s’agit pas de reconstruire une école de femmes, mais simplement d’esquisser l’ébauche de possibles liens et rapports intellectuels entre quelques femmes lettrées, issues non pas de l’aristocratie mais de la petite noblesse (hidalguía). Je me suis demandé dans quelle mesure ces possibles relations avaient pu avoir une incidence sur le phénomène de la création littéraire. L’étude, dans un premier temps, de leurs textes m’a permis d’établir diverses affinités thématiques, et même de suivre le parcours de certaines d’entre elles.

2La recherche que j’entreprends peut sembler hasardeuse, puisque je parlerai de sentiments et de camaraderie. Il me semble malgré tout intéressant d’essayer de travailler en ce sens, de tenter de mettre à jour la toile qui dut se tisser entre ces êtres souvent inquiets de l’autre, tourmentés par l’histoire. Souvenons-nous du goût pour la lettre, le pli et les correspondances épistolaires en vers. La presse, sans doute, fut le courrier le plus sûr, le moyen privilégié pour accéder à la communication en cette fin de siècle agitée.

3C’est en m’intéressant à la gaditane d’origine irlandaise, María Gertrudis Hore y Ley (1742-1801), et dans un premier temps à sa poésie publiée dans la presse, que j’ai appris à connaître celle que la critique considère aujourd’hui comme l’une des meilleures auteures de la seconde moitié du XVIIIe siècle. En lisant Nicolás María Cambiaso, son premier biographe, j’ai découvert que, admirée par ses contemporains pour ses qualités tant intellectuelles que physiques, María Gertrudis Hore était entrée de façon assez inexplicable et mystérieuse au couvent, à l’âge de 35 ans, munie de l’autorisation de son époux, afin d’y prononcer des vœux solennels. Grâce à ces quelques poésies, j’ai commencé à suivre la piste de cette gaditane et aussi à déceler l’un des thèmes-phares de ses créations, l’amour, à une époque où les mariages de convenance étaient la règle.

Expérience amoureuse et poésie

  • 1 Les poèmes publiés dans le Diario de Madrid sont : Canción. «¡Oh, qué desventurada...!», 11-V-1795 (...)

4Sœur Gertrudis, alias la Hija del Sol, obtint une certaine reconnaissance de ses contemporains, en partie grâce à ses publications à Madrid, mais aussi à Salamanque, Barcelone et Carthagène. J’ai découvert, dans les colonnes du Censor Mensual, une critique positive de chacun de ses textes dès leur publication dans la presse madrilène, aux alentours de 17951. En voici un exemple :

  • 2 «La Anacreóntica del día 9, es sin duda la mejor composición de la H.D.S. que se ha puesto en el D (...)

Le poème anacréontique du 9 est sans aucun doute la meilleure composition de la H.D.S. qui a été publiée dans le « Journal » ; les avertissements utiles qu’il contient, la beauté du style, et l’harmonie du vers le rendent fort estimable2.

  • 3 «¿Hasta cuándo has de darles / infelice fomento / a tus locas pasiones / con amorosos versos? / [… (...)

5Dans ce poème, loué par la censure et adressé à Gerarda, la Hija del Sol fait office de conseillère en matière d’amour et invite son amie à la prudence. Le je poétique, insistant (Yo,...yo,...yo,... Fenisa), conduit par le discours de l’expérience (María Gertrudis est déjà entrée au couvent), s’oppose à ce qu’elle adresse à son amie (Gerarda,...tú)3.

  • 4 «No tejas más laureles / a ese contrario sexo / que sólo en nuestra ruina / fabrica sus trofeos» ((...)

6Dès la première publication (1768), l’une des fonctions sociales de la poésie didactique de María Gertrudis a été de mettre en garde ses compagnes et de les avertir de l’attitude trompeuse des hommes en général4. En publiant ce poème dans la presse, Gertrudis avertit toutes les femmes de son temps de la menace que suppose l’amour d’un homme.

7Comme le fait remarquer Mónica Bolufer Peruga, au XVIIIe siècle, en Espagne, quelque chose était en train de changer : la façon dont les femmes participaient au monde de la littérature prenait une dimension plus importante, la parole écrite influençait chaque fois un peu plus l’opinion publique. Ces femmes semblaient décidées à écrire, à publier. Consciente du pouvoir des mots, Gertrudis Hore chercha à mettre en lumière l’inégalité des relations sociales et amoureuses entre les sexes, une attitude apparemment peu habituelle chez les religieuses espagnoles au XVIIIe siècle, mais familière chez ses contemporaines et compatriotes séculières Margarita Hickey et Inés Joyes y Blake.

8L’immigration, et particulièrement celle venue d’Irlande, ne semble pas avoir été indifférente à l’essor intellectuel de certaines femmes en Espagne, tout comme elle a compté dans l’existence de Gertrudis Hore.

  • 5 La docteure Daniela Perrucci, de l’Université de Pise, offrira prochainement une étude des textes (...)
  • 6 Voir Endechas: «Aconsejando a una joven hermosura no entre en la carrera del amor». Soneto: «Defin (...)
  • 7 «[…] solamente la variedad de casos y de sucesos que me ha hecho ver, conocer y presenciar el trat (...)

9De père irlandais et de mère italienne, Margarita Hickey y Pellizoni (c. 1740-1793)5, en publiant ses vers, participa elle aussi à la défense des femmes et elle avertit également ses compagnes de l’attitude trompeuse des hommes en matière d’amour6. Dans son anthologie publiée en 1789, mais probablement écrite aux alentours de 1779, Margarita Hickey choisit principalement de dépeindre en vers les relations amoureuses de la femme espagnole de classe sociale élevée et son rapport avec les hommes. Selon l’auteure, ce recueil de poèmes peut être lu comme un document empreint de ses expériences et de celles d’autrui7.

10Lorsque je me suis demandé dans quelle mesure des supposées relations entre ces deux femmes avaient pu avoir une incidence sur le phénomène de la création littéraire, j’ai cherché un début de réponse dans les textes de M. Hickey.

  • 8 «Satisfaciendo a la duda de una Dama, que no habiendo amado nunca, preguntaba si era verdad que en (...)
  • 9 María de Zayas, La traición en la amistad, Verona, ed. Alessandra Melloni, 1983.
  • 10 «¿Si es verdad que amor es gozo / preguntas, bella Fenisa / y si en amar el contento / se halla, q (...)

11Parmi ses poèmes, il y a un romance adressé à une dénommée Fenisa, spécialement composé pour apaiser les doutes d’une Dame qui, « n’ayant jamais aimé, se demandait si aimer et être aimé produisait réellement les satisfactions et les joies que l’on croyait communément »8. Fenisa était l’un des pseudonymes de María Gertrudis Hore. C’est aussi, on s’en souvient, le nom d’un personnage de María de Zayas : dans la comédie intitulée La traición en la amistad, Fenisa se joue de la fidélité et dévoile un esprit de femme libre, rompant ainsi avec les conventions théâtrales de l’époque9. À mon avis, le titre allégorique et ironique du romance pourrait bien renvoyer à la trajectoire de Sor Gertrudis, alias Fenisa, et coïncider avec l’expérience qu’elle vécut en tant que femme soumise aux lois relatives à l’adultère, toujours en vigueur sous l’Ancien Régime10.

12En effet, il me faut évoquer les raisons probables de sa vêture. Après de nombreuses années de recherche et en dépit de l’absence de preuve scientifique, je pense que Gertrudis Hore prit le voile sous la contrainte, après un procès d’adultère. La lecture de ses poèmes, en partie conditionnés par son étrange parcours de vie – moitié séculière, moitié religieuse – quelques lettres à son confesseur, l’étude de sa famille sur trois générations, et aussi celle des lois toujours en vigueur au XVIIIe siècle, m’ont mise sur la voie du châtiment pour adultère.

  • 11 Frédérique Morand, «Doña María Gertrudis Hore (1742-1801), vivencia de una poetisa gaditana entre (...)

13María Gertrudis avait été mariée autoritairement au nouvel associé de la compagnie de son père, Esteban Fleming, en 1762. Celui-ci n’avait plus aucun lien commercial avec la famille Hore dès la fin 1771. Se débarrasser de cette femme dont il n’avait plus que faire, tout en conservant l’honneur de son nom et celui de sa famille, lui apparut plus que souhaitable. Pour cela Esteban Fleming n’eut qu’à se servir du Droit. Droit civil et droit canon condamnaient les épouses licencieuses à la réclusion conventuelle et permettaient au mari, la « victime » selon la terminologie de l’époque, d’établir légalement un état de séparation. Cependant, en droit canon, on ne peut dissoudre le lien matrimonial, sous aucun prétexte, si ce n’est par la mort. Pour cette raison, lié par le sacrement du mariage, Fleming fut obligé de jurer chasteté. Le 1er juin 1778, après seize ans de vie commune, il rédigea donc la licence nécessaire à la profession de son épouse dans un couvent de clôture, puis partit vivre en Nouvelle-Espagne quelques semaines plus tard, sans doute pour être certain de n’avoir pas à répondre de sa continence, être enfin libre (et dispensé à jamais de verser une pension à son ex-beau-père)11.

  • 12 «[…] Esto es Fenisa del alma, / con sinceridad de amiga, / lo que a impulsos de prudentes / observ (...)

14Dans le romance cité, qui pourrait être une correspondance en vers, M. Hickey choisit de parler de passion et de désillusion, de la beauté de Fenisa, de sa renommée, faisant ainsi allusion à son amie et compatriote12.

  • 13 Sidonie SMITH, A Poetics of Women Autobiography. Marginality and the Fictions of Self-Representati (...)
  • 14 «Así que, Fenisa bella, / Si quieres pasar la vida / […] Sin penas y sin fatigas; / […] / Jamás en (...)

15Si l’autobiographie, cette forme perverse du « discours vrai » selon Michel Foucault, est d’abord un personnalisme, forcément, là où l’assurance d’un je est nécessaire, où le naturel, la sincérité, l’intimité, la singularité se doivent de transparaître, il devient peu probable que ce genre littéraire soit accessible aux femmes en ce XVIIIe siècle espagnol. Selon Sidonie Smith, l’autobiographie est la plus dangereuse des options littéraires, car elle oblige les femmes à se révéler, elle les expose à la critique et à la censure des hommes13. En choisissant le recueil de poèmes amoureux, Margarita Hickey participe, à la manière intimiste de l’époque, à la confusion générique propre à l’écriture autobiographique féminine en cette fin de siècle, obligée de s’inventer des stratégies narratives alternatives pour formuler ces quelques conseils à son amie. Margarita Hickey n’hésite pas à formuler clairement certaines de ses mises en garde : elle emploie, entre autres, le substantif holocauste pour évoquer la façon dont la femme peut être sacrifiée, et elle insiste fortement sur la notion de liberté et le bouleversement vécu par la belle Fenisa condamnée à la réclusion conventuelle à perpétuité14.

  • 15 M. Salgado, «Reescribiendo el canon…», p. 135.

16María Salgado suggère, après avoir étudié les poèmes amoureux de M. Hickey, que le lecteur se trouve face à un « autoportrait clandestin implicite de sa personnalité féministe », un attribut qui, d’une certaine manière, pourrait aussi expliquer les textes de Gertrudis Hore15.

  • 16 Le poème de María Martínez Abelló fut publié dans le Diario de Barcelona, Tomo XXI, núm. 19, 9-I-1 (...)
  • 17 «Ilustre Poetisa, / […] / O mal haya el destino, / O mal haya el acaso / Que al pobre Pajarito / L (...)
  • 18 Extrait d’un poème manuscrit de Sor Gertrudis adressé à son amie Gerarda et censuré en partie par (...)

17En 1799, la dramaturge et poétesse catalane María Martínez Abelló publia dans la presse de Barcelone un poème dédié à María Gertrudis, en réponse à la seconde publication d’un poème de cette dernière, intitulé « Muere, muere en mis manos… »16. María Abelló choisit, étrangement, le même substantif que Margarita Hickey, holocausto, dans ces vers qui évoquent la sacrificada gaditane17. Son poème est construit en parallèle à celui de Gertrudis ; invoquant la mort allégorique de l’oiseau, María Abelló fait allusion au destin funeste de « l’illustre Poétesse », indice littéraire récurrent dans la poésie de María Gertrudis où le champ sémantique de la mort reste un élément très présent. C’était probablement une façon de rappeler à ses proches, sous couvert de littérature, le châtiment qui lui avait été infligé18.

  • 19 «Endechas dedicadas a una Monja Profesa, que solicitaba la dispensa de sus votos para casarse, con (...)
  • 20 «[…] evita de los hombres / el dominio tirano, / con que de lo debido / los límites pasando, / Ava (...)

18La lecture d’un second poème de Margarita Hickey, intitulé « Complaintes dédiées à une Religieuse Professe qui sollicitait la dispense de ses vœux pour se marier, sous prétexte d’avoir été forcée à prendre le voile »19, apporte un écho du romance déjà cité. En effet, Margarita Hickey adresse dans ces vers une nouvelle mise en garde à Sor Gertrudis contre le comportement des hommes à l’égard des femmes, faisant allusion aux lois injustes auxquelles elles sont soumises, réclamant respect et dignité, tout en cultivant le sentiment fraternel qui peut unir des personnes du même sexe20.

19Ni la mémoire ni l’écriture ne sont identiques à soi. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas ici de réinventer deux identités, mais simplement de conjecturer sur de possibles relations littéraires entre ces deux femmes. Peut-être ne se sont-elles jamais rencontrées, peut-être même ce poème n’est-il pas adressé à Sor Gertrudis ; cependant, le champ sémantique de l’affectif se reflète assez clairement dans les textes de l’une et de l’autre.

20Par ailleurs, le regard critique que ces femmes de lettres portent sur les hommes de leur temps, les avertissements répétés à leurs compagnes lorsqu’elles parlent d’amour, dévoilent, à mon avis, certaines affinités littéraires en même temps que leur désir de laisser un témoignage écrit des relations entre les sexes.

Défense des capacités intellectuelles féminines

  • 21 «El siguiente Soneto nos consta ser de la misma poetisa Española D.M.G.H. que la Oda, y Anacreónti (...)
  • 22 Mónica Bolufer Peruga, «Escritura femenina y publicación en el siglo XVIII: de la expresión person (...)

21Une autre thématique récurrente chez ces créatrices est celle de la défense des capacités intellectuelles des femmes, un thème d’actualité si l’on considère que les Espagnoles venaient à peine d’obtenir, tout au moins officiellement, le droit à l’éducation. Afin d’illustrer les aptitudes intellectuelles féminines, et de le faire savoir, María Gertrudis choisit de publier certains de ses poèmes profanes dans la presse, dévoilant sans crainte son goût pour la pratique poétique21. Le sonnet mentionné rompt avec « le topique de l’écrivaine modeste »22 : Gertrudis y affirme ouvertement l’existence de l’inspiration féminine en poésie et se rallie, fièrement, à ses contemporaines.

  • 23 «Oda de una Poetisa a un Jilguero que cayó herido a sus pies» et «Anacreóntica de la misma a la mu (...)
  • 24 «Un poeta, que no ha creído sea de mujer la bella anacreóntica (…) a la muerte de un Pajarillo, di (...)
  • 25 «Son el hombre y la mujer / Iguales en discurrir, / Iguales en discernir, / Como iguales en nacer. (...)

22Dans le Correo de Madrid du 14 novembre 1787, on peut lire deux poèmes dont les titres ne révèlent que le sexe de l’auteure : « Ode d’une Poétesse à un Chardonneret qui tomba blessé à ses pieds », puis « Poème anacréontique de la même Poétesse à la mort d’un joli canari »23. Sor Gertrudis, qui les avait composés, préféra taire son identité. Cependant, un de ses contemporains ne tarda pas à exprimer ses doutes sur l’auteur véritable de l’une de ses créations. Ne pouvant croire que ce poème anacréontique fût l’œuvre d’une femme, cet homme publia à son tour une courte composition dans laquelle il niait la présence de l’inspiration poétique chez les femmes24. Je dois à la vérité d’ajouter que j’ai découvert, il y a peu, qu’un autre homme, défenseur du Beau Sexe, répondit à cette prise de position qu’il jugeait offensante25.

  • 26 «No es tuyo el Soneto.............. Y bien
    Ni puede serlo........................ ¿Por qué?
    Porque e (...)

23María Gertrudis Hore y Ley fut l’une des victimes de l’incrédulité de certains face à la création féminine, un sujet fort d’actualité dans cette société d’Ancien Régime. En réalité, toutes les compositions anonymes, ou signées d’un pseudonyme de femme, ne furent donc pas uniquement des créations masculines, comme on a eu tendance à le croire et à le dire. D’ailleurs, la Hija del Sol sentit le besoin de laisser un témoignage, ne serait-ce que manuscrit, de la sempiternelle injustice dont elle fut la victime : la négation de son talent, simplement parce qu’elle avouait être une femme. Pour cela, elle mit à profit, de façon originale, le dizain où la phrase était répartie entre questions et réponses, produisant un réel décalage entre la structure syntaxique et la métrique, dizain où elle ironisait sur la propriété intellectuelle d’un sonnet qu’elle avait composé26.

24Ses textes publiés et ses poèmes manuscrits m’ont souvent permis de faire le lien entre son discours privé et son discours officiel, deux approches de la création littéraire souvent complémentaires et fort utiles à la compréhension de l’œuvre de María Gertrudis dans son ensemble.

  • 27 «Y permite a mi afecto que repita / Aquel aviso; pues gustosa hallo, / Que licencia me da para est (...)

25Dès 1768, mettant à profit ses connaissances mythologiques, la poétesse avertit sa jeune compagne Rosario Cepeda de la menace que suppose le sexe masculin pour les femmes en matière d’éducation et elle n’hésite pas à qualifier les hommes « d’ennemi mortel »27. Gertrudis impute au sexe masculin la formation désastreuse des femmes espagnoles et, même si ce texte publié est anonyme, la gaditane avoue « Ser de tu Sexo », c’est-à-dire être une femme. C’est une conversation entre femmes ; l’une a vingt-six ans, l’autre seulement douze.

  • 28 «/Pues cada día, instantes y momentos / Vemos aventajarse las mujeres / En las artes y ciencias a (...)
  • 29 «Y por sólo ser hombre se presume / Ser más intelectual, y neciamente / En esa confianza se descui (...)

26Ce sentiment de sororidad (sisterhood) accompagne de nombreux textes de María Gertudis, mais également ceux de Margarita Hickey qui, elle aussi, soutient que les femmes ont du talent et affirme sans détour l’existence de qualités intellectuelles chez les personnes de son sexe28. M. Hickey dénonce clairement la tyrannie sociale des hommes, elle n’hésite pas à les ridiculiser et même à leur donner une certaine leçon d’humilité29.

  • 30 «[…] vuestras almas son iguales a las del sexo que quiere tiranizar. […] Respetaos vosotras mismas (...)
  • 31 «Si acaso ha cultivado / Algo su entendimiento, / Se ve que siempre ha sido, / No por verle instru (...)

27En 1798, la Madrilène d’origine franco-irlandaise Inés Joyes y Blake, sous forme de littérature épistolaire, publia une véritable allégation sur le déséquilibre des sexes en matière d’éducation et de situation sociale. Elle critiqua, comme Gertrudis, la formation des femmes de son temps, uniquement fondée sur les apparences et l’art de plaire, et invita, elle aussi, ses compagnes à fomenter l’amitié entre femmes. Pour cela, elle invoqua l’égalité des âmes entre elles et la nécessité du respect mutuel entre les sexes30. En d’autres termes, Gertrudis Hore soutint également ce manque d’autonomie chez les femmes, affirmant que celles qui choisissaient de cultiver leur esprit le faisaient uniquement dans le dessein de plaire à leur amant31.

28La valeur de l’amitié, souvent contestée lorsqu’elle était féminine, est un thème récurrent de la littérature morale et philosophique depuis l’humanisme : elle me semble avoir été l’un des leitmotiv de la création de ces femmes, éprouvant le sentiment nouveau de former une communauté.

29Publier leur permettait d’établir une correspondance suivie, réduisait l’éloignement, ouvrait l’espace au dialogue. Ces créatrices firent de l’amitié un sujet poétique de prédilection, cultivèrent la poésie du sentiment et l’intimisme, qui plaçait la conscience individuelle au centre de leur création. Il n’y a pas, ou fort peu, de descriptions dans leurs textes, pas de paysages, mais un ton souvent réflexif, décidé, des suggestions audacieuses et assurées. Elles invitèrent leurs contemporaines à ne pas se laisser manipuler par des hommes mal intentionnés et les convièrent à cultiver leur intellect. Ces femmes ont-elles pu s’ignorer, méconnaître leurs écrits, leurs idées, rester indifférentes aux créations littéraires de leurs compagnes ?

30María Abelló chercha à entrer en contact avec Gertudis Hore. Margarita Hickey s’adressa à Fenisa comme à une amie. Elles écrivirent une partie de leur œuvre en pensant à un public féminin et, en publiant leurs textes, elles tentèrent de le faire savoir aux hommes et à la société tout entière.

  • 32 «Esta es, Filena mía, / La fortuna que anhela: / La ignorante ambición de nuestro sexo, / A esta s (...)

31En cette seconde moitié de XVIIIe siècle, le phénomène de la création littéraire qui vient d’être évoqué semble avoir été, en partie, le fruit d’un investissement affectif de femmes entre elles, mais aussi, et peut-être surtout, un besoin d’affirmation publique. En Espagne, les revendications féminines ne furent pas celles d’une Olympes de Gouges ou d’une Théroigne de Méricourt mais, observatrices, ces écrivaines dénoncèrent l’inégalité des relations sociales et amoureuses entre les sexes, l’éducation déficiente des femmes, en général, et le manque de considération dont elles souffraient. L’espace littéraire leur offrait la possibilité de s’exprimer, de défendre leur valeur et leur vision du monde : María Gertrudis, religieuse toujours mariée, le fit essentiellement depuis la clôture condamnant « l’ignorante ambition » de celles de son sexe, exposées à leur propre perdition en matière d’amour, si elles ne pratiquaient pas très jeunes la réserve et la pudeur auxquelles les lois de la société d’Ancien Régime les obligeaient32.

32Si toute œuvre permet de surmonter notre destin de mort, au XVIIIe siècle ces textes étaient d’abord le meilleur moyen de diffusion des idées nouvelles et, a fortiori, des revendications féminines en quête d’espace. Ces femmes firent preuve d’un certain courage intellectuel ; elles décidèrent de combattre l’inégalité entre les sexes avec des mots, cherchèrent à faire reconnaître leurs droits, le droit d’aimer, le droit à l’éducation mais aussi le droit à la dignité et au respect, des valeurs que la société espagnole n’avait pas, ou à peine, commencé à reconnaître.

Notes

1 Les poèmes publiés dans le Diario de Madrid sont : Canción. «¡Oh, qué desventurada...!», 11-V-1795, núm. 131, p. 537-539 ; Anacreóntica. «De riñas y cuestiones...», 21-V-1795, núm. 141, p. 577-578 ; Letrilla. «Junto a un horno miraba...», 21-V-1795, núm. 141, p. 578 ; Anacreóntica. «Bellísima Zagala,...», 2-VI-1795, núm. 117, p. 625-626 ; Anacreóntica. «¿Hasta cuándo Gerarda?...», 9-VIII-1795, núm. 221, p. 897-898 ; Anacreóntica. «Oye, Filena mía,...», 5-XI-1795, núm. 309, p. 1253-1254 ; Oda. «Bellas Pescadoras...», 7-III-1796, núm. 67, p. 269-270 ; Décima, Soneto. «Carta de una religiosa de Cádiz», 29-III-1796, núm. 89, p. 365-367 ; Canción. «El amor caduco», 17-IV-1796, núm. 108, p. 441-443.

2 «La Anacreóntica del día 9, es sin duda la mejor composición de la H.D.S. que se ha puesto en el Diario; las útiles advertencias que contiene, la belleza del estilo, y la armonía del verso la hacen muy apreciable» (Diario de Madrid, «Concluye el Juicio de los Diarios de Agosto», 9-IX-1795, núm. 252, p. 1025-1026).

3 «¿Hasta cuándo has de darles / infelice fomento / a tus locas pasiones / con amorosos versos? / […] Yo también invocaba / al que llaman Dios ciego / e hice (¡rara locura!) / me prohijará Febo /.» Ibid.

4 «No tejas más laureles / a ese contrario sexo / que sólo en nuestra ruina / fabrica sus trofeos» (Diario de Madrid, 9-VIII-1795, núm. 221, p. 897. Le poème est signé H.D.S.).

5 La docteure Daniela Perrucci, de l’Université de Pise, offrira prochainement une étude des textes de cette auteure ainsi que de nouvelles données biographiques.

6 Voir Endechas: «Aconsejando a una joven hermosura no entre en la carrera del amor». Soneto: «Definiendo el amor o sus contrariedades». Seguidillas: «En que una Dama da las razones porque no gustaba, o no le habían gustado los hombres en general». Seguidillas: «Al desengaño de una enamorada». Décima: «Aconsejando una Dama a otra amiga suya que no se case». Romance: «Dedicado a las Damas de Madrid, y generalmente a todas las del mundo» (Margarita Hickey, Poesías varias de una Dama de esta Corte. Dalas a luz Doña M.H., Madrid, Imprenta Real, 1789, vol. I, p. 171-173, p. 189-191, p. 210-216 y p. 227-233).

7 «[…] solamente la variedad de casos y de sucesos que me ha hecho ver, conocer y presenciar el trato y comunicación del mundo y de las gentes, han dado motivo y ocasión a los diferentes asuntos y especies que en ellas se tocan» (id., premier prologue de 1759, p. XIV. Manuel Serrano y Sanz, Apuntes para una biblioteca de Escritoras Españolas desde el año 1401 al 1833, Madrid, Atlas, 1975, Tomo I, segunda parte, p. 503-506). Voir également María Salgado, «Reescribiendo el canon: Góngora y Margarita Hickey», Dieciocho, 1994, 17, 1, p. 17-31, ainsi que «El autorretrato clandestino de Margarita Hickey, escritora ilustrada», L’autoportrait en Espagne. Littérature et peinture, Aix, éd. Université de Provence, 1992, p. 133-147.

8 «Satisfaciendo a la duda de una Dama, que no habiendo amado nunca, preguntaba si era verdad que en amar y ser amados hubiese las satisfacciones y contentos que comunmente se creía» (M. Hickey, Poesías varias…, p. 269-275).

9 María de Zayas, La traición en la amistad, Verona, ed. Alessandra Melloni, 1983.

10 «¿Si es verdad que amor es gozo / preguntas, bella Fenisa / y si en amar el contento / se halla, que el vulgo publica?» Romance a Fenisa. «¿Si es verdad que amor es gozo…?» (M. Hickey, Poesías varias..., p. 269-271).

11 Frédérique Morand, «Doña María Gertrudis Hore (1742-1801), vivencia de una poetisa gaditana entre el siglo y la clausura», Alcalá de Henares, ed. Ayuntamiento de Alcalá, Premio de Investigación «María Isidra de Guzmán 2003», 2004.

12 «[…] Esto es Fenisa del alma, / con sinceridad de amiga, / lo que a impulsos de prudentes / observaciones continuas […].» M. Hickey, Poesías varias..., p. 274-275.

13 Sidonie SMITH, A Poetics of Women Autobiography. Marginality and the Fictions of Self-Representation, Bloomington and Indianapolis, ed. University of Indiana P., 1987.

14 «Así que, Fenisa bella, / Si quieres pasar la vida / […] Sin penas y sin fatigas; / […] / Jamás en sus peligrosos / Dominios, inadvertida / Te metas, ni te sujetes / A su acerba tiranía, / Contentándote discreta, / Para que segura vivas / De ingratitudes, mudanzas, / Traiciones y alevosías, / […] Ser de todos simulacro, / De nadie holocausto y pira, / Mas sin jamás internarte, / (si es que quieres divertida / pasar el tiempo con gusto) / […] / Y el amante más amado, / Por ley fatal y precisa […] ¿Pero dónde encontraremos / esa Fenis aplaudida? […] ahora sólo vemos / Ingratitudes, perfidias, / Infames correspondencias.» M. Hickey, Poesías varias…, p. 269-271.

15 M. Salgado, «Reescribiendo el canon…», p. 135.

16 Le poème de María Martínez Abelló fut publié dans le Diario de Barcelona, Tomo XXI, núm. 19, 9-I-1799, p. 73-74. En note, il est écrit : «Veáse la Anacreóntica inserta en el Diario de 8 de Diciembre de 1798.» Le poème de Gertrudis Hore avait été publié la première fois dans le Correo de Madrid, núm. 111, 14-XI-1787, p. 544.

17 «Ilustre Poetisa, / […] / O mal haya el destino, / O mal haya el acaso / Que al pobre Pajarito / Le puso en tal estado / Y a ti en la pesadumbre / Que tanto te ha costado. / Él pagó ya su deuda, / Pero en ti dura el llanto. / Jamás tuvo la muerte / Templo, altar, ni holocausto.» Ibid.

18 Extrait d’un poème manuscrit de Sor Gertrudis adressé à son amie Gerarda et censuré en partie par L. A. Cueto lors de sa publication: «[...] rigurosas / leyes de esta república me presan / por un espacio, que cual siglos cuento / aunque los cuenten todos como días.» (L. A. Cueto, Poetas líricos del siglo XVIII [1869-1875], Madrid, ed. Atlas, 1953, t. III, 67, p. 553-559)

19 «Endechas dedicadas a una Monja Profesa, que solicitaba la dispensa de sus votos para casarse, con el pretexto de haber sido forzada para tomar el velo» (M. Hickey, Poesías varias…, p. 298-314).

20 «[…] evita de los hombres / el dominio tirano, / con que de lo debido / los límites pasando, / Avasallar pretenden / a la que el cielo santo, / por noble compañera, / no por esclava dado. / Advierte que son muchas / Las que gimen debajo / De las inicuas leyes / Del hombre y de su mando / […] Y perdona, Zagala, / Si me he excedido acaso, / Y en lo que tú no ignoras / He hablado demasiado, / Que un fraternal sincero / Afecto lo ha causado» (Id., p. 312-313).

21 «El siguiente Soneto nos consta ser de la misma poetisa Española D.M.G.H. que la Oda, y Anacreóntica, insertas en el número 111 del Correo de Madrid del Miércoles 14 de este mes: […] Fenisa, que del Betis ascendía, / osada llega entre otras concurrentes, / y al ver de todas coronar las frentes, / ¿Dónde está, dice, la corona mía?. Extrait du sonnet de Gertrudis Hore publié dans le Correo de Madrid, 19-XII-1787, núm. 121, p. 624.

22 Mónica Bolufer Peruga, «Escritura femenina y publicación en el siglo XVIII: de la expresión personal a la “República de las letras”», in Margarita Ortega, Cristina Sánchez, Celia Valiente (eds.), Género y ciudadanía. Revisiones desde el ámbito privado (XII Jornadas de Investigación Interdisciplinaria), Madrid, ed. Universidad Autónoma de Madrid, 1999, p. 208-209.

23 «Oda de una Poetisa a un Jilguero que cayó herido a sus pies» et «Anacreóntica de la misma a la muerte de un hermoso Canario» (Correo de Madrid, 14-XI-1787, núm. 111, p. 543-44).

24 «Un poeta, que no ha creído sea de mujer la bella anacreóntica (…) a la muerte de un Pajarillo, dice su sentir en el siguiente Epigrama: En mujer tanto primor / No se encuentra tan aprisa; / Y yo creo será, en rigor, / De otro pájaro mayor, / Que el pájaro y poetisa.» id., 24-XI-1787, núm. 114, p. 565. Cité par Manuel Serrano y Sanz, Apuntes para una biblioteca…, p. 527.

25 «Son el hombre y la mujer / Iguales en discurrir, / Iguales en discernir, / Como iguales en nacer. [...] ¡Confúndete, cortesano, / y en honor de la verdad, / rinde con sinceridad / tu dictámen inhumano!» (Correo de Madrid, 22-XII-1787, núm. 122, p. 631). Le poème est signé Antonio Cacea. Son véritable nom est P.(adre)? don Cayetano Cano. Il fut souscripteur du Correo de Madrid et publia assez régulièrement dans ce journal (lettre sur le luxe, sur les Romains...). Voir Cayetano Cano López, Época feliz de España […] al felicísimo parto de la […] princesa de Asturias; una carta en romance castellano, Madrid, Imp. Pedro Marín, 1783.

26 «No es tuyo el Soneto.............. Y bien
Ni puede serlo........................ ¿Por qué?
Porque es bueno..................... Ya se ve
[…]
¿Ya dicen que es tuyo?............ Sí
Y han hecho crítica................. ¿Quién?
Uno que te alabo.................... bien
¿Y así lo dejas?........................ así. […]»
B.N.M., María Gertrudis Hore, Ms. 3751, fol. 237.

27 «Y permite a mi afecto que repita / Aquel aviso; pues gustosa hallo, / Que licencia me da para este asunto, / Ser de tu Sexo, y el tener más años. / Guárdate, como digo de Cupido, / Pues su alevoso, su engañoso trato, / Enemigo mortal de los ingenios, / Acaba en ocio, si empezó descanso. / Repara en Sapho, y en Medea, y Circe, / Estudios, y sosiego abandonados, / Y un Phaon, un Jason, con un Ulises, / Primeros instrumentos de su daño.» (Relación de los ejercicios literarios que la Sra. Doña María del Rosario Cepeda y Mayo, hija de (...) actuó los días 19, 22, y 24 de septiembre del presente año desde las nueve a doce de la mañana de cada día, teniendo solamente doce de edad, y poco menos de uno de instrucción en sus estudios, Cádiz, ed. Manuel Espinosa de los Monteros, 1768). Romance Heroico. «¿Dónde, Minerva, las Lechuzas triste…?», p. 40. B.N.M.: V.E. 358 (6). Il est nécessaire de préciser la référence de cette publication, puisqu’il en existe une autre, V.E. 357 (7), qui ne permet pas de connaître le nom de l’auteure. «La de Hore» est écrit en face du poème par un copiste habituel de la poétesse, dont j’ai reconnu la graphie. María Gertrudis publie donc pour la première fois en 1768, à Cadix, et non pas en 1787, à Madrid. Voir Frédérique Morand, (sous presse), Miscelánea y Taraceas: versos, prosas y traducciones de María Gertrudis Hore y Ley (1742-1801), Cádiz, ed. Diputación Provincial de Cádiz.

28 «/Pues cada día, instantes y momentos / Vemos aventajarse las mujeres / En las artes y ciencias a los hombres, / Si con su aplicación su estudio emprenden.» M. Hickey, Poesías varias…, p. 360.

29 «Y por sólo ser hombre se presume / Ser más intelectual, y neciamente / En esa confianza se descuida / De saber, e instruirse como debe.» Id., p. 361.

30 «[…] vuestras almas son iguales a las del sexo que quiere tiranizar. […] Respetaos vosotras mismas y os respetarán […] conoced que vuestro verdadero mérito no consiste sólo en una cara bonita, ni en gracias exteriores siempre poco durables, y que los hombres luego que ven que os desvanecéis con sus alabanzas os tienen ya suyas. Manifestadles que sois amantes de vuestro sexo, que podéis pasar las horas unas con otras en varias ocupaciones y conversaciones sin echarlos de menos.» En traduisant en espagnol l’unique roman de Samuel Johnson, El Príncipe de Abisinia (1798), Inés Joyes introduit son «Apología a las mujeres» sous couvert d’une «Carta de la traductora a sus hijas». Voir M. Bolufer Peruga, «Inés Joyes y Blake: una ilustrada, entre privado y público», in Rosa Capel (coord.), Mujeres para la Historia. Figuras destacadas del primer feminismo, Madrid, Abada editores, 2004, p. 46-47. Également Eterio Pajares Infante, 2000, «Inés Joyes y Blake, feminista ilustrada del XVIII», Boletín de la Biblioteca Menéndez Pelayo, Santander, 2000, t. LXXVI, p. 181-192.

31 «Si acaso ha cultivado / Algo su entendimiento, / Se ve que siempre ha sido, / No por verle instruido, / Sino por adquirir algún talento, / Que a su amado apreciable / Más la haga cada día, y más amable» (Diario de Madrid, 11-V-1795, núm. 131, p. 537-539). Le poème est signé H.D.S.

32 «Esta es, Filena mía, / La fortuna que anhela: / La ignorante ambición de nuestro sexo, / A esta su ruina impía / La incauta joven vuela, / Cuando al mundo se entrega con exceso.» Ibid.

Auteur

Université de Vincennes-Saint-Denis / Paris 8. Frédérique Morand a reçu, en 2003, le prix María Isidra de Guzmán pour sa thèse consacrée à María Gertrudis Hore, poétesse gaditane du XVIIIe siècle, thèse publiée la même année par l’Ayuntamiento d’Alcalá de Henares

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540