Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux sur le Siècle d’or

 | 
Pierre Dupont

Fuente Ovejuna, tragicomédie sur le tyrannicide

Texte intégral

1Depuis la fin du XIXe siècle, le succès de Fuente Ovejuna ne se dément pas. Cependant, héritier de la Révolution française, du Romantisme et de la Révolution d'Octobre, égaré par la résonance aujourd'hui subversive du cri de “Mort aux tyrans”, le spectateur ou le lecteur contemporain est tenté par une interprétation anachronique de cette révolte de paysans contre leur seigneur. En fait, Lope pouvait-il approuver une rébellion antiseigneuriale et montrer des vilains triomphant avec la bénédiction du Roi ? Dans Peribáñez le paysan ne fait que défendre son honneur ; ici, le village unanime conteste son seigneur. C'est tout autre chose. On sait bien que, pour mille raisons, Lope n'entend nullement attaquer la noblesse ; son théâtre n'est pas, bien au contraire, un théâtre révolutionnaire. Comment expliquer alors la semi-approbation de la révolte et du meurtre du Commandeur ? Ne faut-il pas s'interroger sur le sens et la portée, dans l'Espagne de 1610-1620, du fameux cri : “Mueran los tiranos” ?

I

  • 1 Chrónica de las tres Ordenes y Caballerías de Santiago, Calatrava y Alcántara [...] compuesta por (...)
  • 2 Cf. E.. ANIBAL, “The historical elements of Lope de Vega's Fuente Ovejuna, P.M.LA., XLIX, 1934, p (...)
  • 3 Écrite en latin et traduite en castillan par A. PAZ Y MELIA en 1908. Le passage relatif à Fuente O (...)

2Un premier élément de réponse nous est fourni par l'étude des sources “historiques” utilisées par Lope, c'est-à-dire, pour l'essentiel, la célèbre Chrónica de Rades1, dont la comedia suit les indications avec une fidélité scrupuleuse. Or il se trouve que la Chronique, composée un siècle après le soulèvement, n'en donne qu'une version légendaire, fort éloignée, semble-t-il, de la réalité historique2. Écrit à chaud, peu de temps après l'événement, le récit d'Alonso de Palencia dans sa Crónica de Enrique IV3 présente en effet, par rapport à celui de Rades, des différences considérables :

  1. Le Commandeur n'est pas l'allié du roi de Portugal, mais un fidèle vassal des Rois Catholiques ;
  2. Il n'est pas aux côtés du Maestre Rodrigo Girón, il le combat ;
  3. Il se conduit noblement et généreusement avec ses vassaux de Fuente Ovejuna, qui lui reprochent seulement d'avoir augmenté les tributs ;
  4. La révolte du village n'a rien d'unanime ni de spontané. Il s'agit d'une conjuration “de los más perversos”, à l'instigation du Maestre et de la ville de Cordoue qui, dix ans auparavant, avait été dépossédée de Fuente Ovejuna au profit de l'Ordre de Calatrava par le roi Henri IV4 ;
  5. Le Commandeur est tué par traîtrise, pendant qu'il parlemente avec les émeutiers ;
  6. Il n'est nullement question par la suite d'une attitude héroïque et concertée de tous les villageois, ni même de l'envoi d'enquêteurs royaux à Fuente Ovejuna.
  • 5 B.N.M., Ms 3269. Terminée en 1620. Passage relatif à Fuente Ovejuna reproduit par LÓPEZ ESTRADA, o (...)

3Il importe peu que, sur tel ou tel point, le récit d'A. de Palencia puisse contenir des inexactitudes. En revanche, il est très intéressant de constater qu'en un siècle, l'épisode de Fuente Ovejuna s'est prêté à un double processus de transformation : d'un côté, le noble et fidèle Commandeur devient traître aux Rois Catholiques et tyrannique envers ses vassaux ; de l'autre, la révolte villageoise, tout en restant féroce, devient une manifestion héroïque de colère légitime et de loyauté envers la Couronne. Il est d'autant plus surprenant que ce changement de perspective soit accueilli dans une chronique destinée à des lecteurs nobles et soucieuse d'exalter l'orgueil et les traditions des Ordres religieux. Il faut donc croire que le rédacteur de la Chronique, pas plus que ses lecteurs, hidalgos, chevaliers ou commandeurs des Ordres, ne tenait la nouvelle version de la révolte pour une ignominie de nature à jeter le discrédit sur l'Ordre de Calatrava, mais plutôt pour un événement exemplaire dont il convenait de tirer la moralité. Il est tout à fait caractéristique que l'Histoire de Cordoue d'Andrés Morales5 reproduise à peu près intégralement, vers 1620, le texte de Rades, en y ajoutant la conclusion suivante :

“[Los Reyes juzgaron] ser castigo del cielo la muerte del Comendador. No es mal consejo para los gobernadores y sefiores saber moderarse en su poder y mando, no dar rienda larga a sus robos y desafueros, contenerse en la onestidad de sus casas, sin correr las agenas, mirando no permita Dios por ellos semejantes castigos en esta bida o maiores en la otra.”

4La même idée se trouvait déjà implicitement dans la Chrónica de Racles :

  • 6 Chrónica, fol. 80r.

“[...] sus Altezas, siendo informados de las tyranías del Comendador Mayor, por las quales avía merescido la muerte [...]”6

5Elle est reprise par Mariana dans les quelques lignes de son Historia de España qu'il consacre à Fuente Ovejuna :

  • 7 Lib. XXIV, cap. XI, B.A.E. 31, p. 193a. Sur les différents noms attribués au Commandeur, Fernán Gó (...)

“Los de Fuente Ovejuna una noche del mes de abril se apellida-ron para dar la muerte a Fernán Pérez de Guzmán, comendador mayor de Calatrava, estraño caso que se le empleó bien por sus tyranías y agravios [...]”7.

  • 8 Cf. C. SERRANO, “Sur le tyran de Fuente Ovejuna, Les Langues Néolatines, 199, 1971, p. 31-53.
  • 9 Cette unanimité proverbiale a d'ailleurs chez Covarrubias (art. Fuente) une signification un peu d (...)

6Au total, il semble que l'épisode de Fuente Ovejuna soit devenu, à la fin du XVIe siècle, un exemple éloquent et fameux du châtiment encouru par les tyrans. C'est la moralité explicite qu'en tirent Rades, Morales et Mariana. C'est probablement aussi le sens véritable que Lope a voulu donner à sa pièce, qui est bel et bien, non pas l'apologie d'une révolte paysanne, mais une tragicomédie sur le tyrannicide8. En tout cas, l'apparition de cette valeur exemplaire de l'émeute va de pair avec la double transformation indiquée ci-dessus : — félonie et tyrannie du Commandeur ; — unanimité devenue proverbiale des émeutiers9. Ce processus, et c'est ce que nous voudrions montrer, est lié au débat d'actualité qui se déroule dans la seconde moitié du XVIe siècle sur le thème de la tyrannie et du tyrannicide. En fait, il s'agit simultanément de définir la nature du pouvoir tyrannique et les conditions qui rendent le tyrannicide légitime.

II

7Dans l'Antiquité, la tyrannie, entendue comme l'exercice du pouvoir par un seul et à son profit exclusif (cf. Aristote) est assez mal considérée pour que le tyrannicide en apparaisse tout naturellement comme la juste sanction. Le meurtrier du tyran peut même être tenu pour un héros (cf. les éloges de Cicéron adressés à Brutus). En revanche, l'esprit chrétien primitif, estimant le martyre préférable à la résistance ou à la révolte, dénie le droit de tuer le tyran. Isidore de Séville justifie plus tard cette résignation en affirmant que les tyrans sont envoyés par Dieu pour punir les crimes et les péchés du peuple ; il donne ainsi aux adversaires du tyrannicide un argument qui sera souvent repris par la suite, jusqu'au XVIIe siècle et au-delà.

8Le bas Moyen Âge ne modifie pas fondamentalement cette manière de voir, mais il y apporte quelques nuances importantes :

  1. Il distingue le tyran d'usurpation, c'est-à-dire le prince qui n'a aucun droit légitime au trône, et le tyran d'exercice, qui ne respecte par le “contrat” tacite existant entre ses vassaux et lui. Cette distinction, présente par exemple chez Thomas d'Aquin, est introduite dans le droit par le fameux juriste Bartolo ;
  2. La condamnation du tyrannicide n'est pas absolue. On peut déposer, voire tuer, le tyran d'usurpation. Et contre le tyran d'exercice, si, pour Thomas d'Aquin, la violence individuelle reste illégitime parce qu'elle risque d'entraîner des maux plus graves que la tyrannie elle-même, la révolte peut pourtant être admise à la condition expresse d'être menée au nom de la communauté toute entière par des représentants dûment qualifiés : magistrats, seigneurs, dépositaires de l'autorité publique, assemblée des représentants du peuple. Telle est aussi la position de Bartolo qui, hostile au meurtre du tyran par une personne privée, estime que les magistrats de la cité peuvent mettre le tyran en accusation et le condamner, rendant ainsi légitime la révolte armée de la communauté et l'exécution du tyran.
  • 10 Il s'agit le plus souvent de Commentaires sur saint Thomas, rédigés en latin et dont, à la fin du (...)
  • 11 Seul Pedro de Aragon pense qu'il n'est pas de recours contre la tyrannie et qu'il faut la supporte (...)
  • 12 Alfonso de CASTRO, Adversus Haereses, liv. XIV, d'après R. MOUSNIER, L'assassinat d'Henri IV, Pari (...)

9Aux XVe et au XVIe siècles, s'il est encore condamné par le Concile de Constance, le tyrannicide, peut-être à cause de la faveur renouvelée dont jouissent les auteurs anciens, et probablement pour donner une justification théorique aux nombreux assassinats politiques qui émaillent l'histoire de l'Italie du Quattrocento, reçoit un accueil beaucoup plus favorable. Boccace attribue à Sénèque une formule fameuse : “Aucun sacrifice n'est plus agréable à Dieu que le sang d'un tyran”, que d'ailleurs le Cordouan n'a jamais prononcée, et nombre d'humanistes (Machiavel, Erasme, La Boétie, etc.) regardent le tyrannicide avec une certaine sympathie. Sans doute par réaction contre les théoriciens protestants, les théologiens catholiques, et tout spécialement les jésuites espagnols, nourris de thomisme10, s'accordent dans leurs commentaires sur la Somme du docteur divin pour déclarer que toute personne privée peut légitimement tuer le tyran d'usurpation ; mais que, en revanche, aucun particulier ne peut, de sa propre autorité, tuer le tyran d'exercice ; il faut d'abord en appeler à son suzerain, s'il en a un ; sinon, un jugement préalable des magistrats qui exercent la justice et qui représentent à bon droit le peuple est nécessaire11. On soulignera en particulier, à cause de leur possible application au cas de Fuente Ovejuna, la thèse de Alfonso de Castro selon laquelle on peut accuser de tyrannie non seulement les rois ou les princes, mais tous ceux, évêques, seigneurs, curés, juges, maris, etc. qui usent d'un pouvoir usurpé ou abusent d'un pouvoir légitimement acquis12, ainsi que cette phrase du jésuite portugais Manuel de Sá :

  • 13 Manuel de SA, Aphorismi Confessoriorum, Anvers, 1593, traduit par R. MOUSNIER, op. cit. p. 85.

“Celui qui gouverne tyranniquement une seigneurie justement acquise ne peut en être dépouillé, si ce n'est par un jugement public : la sentence prononcée, chacun peut en devenir l'exécuteur. ”13

10En fait, on voit que tous ces théologiens n'approuvent la déposition ou l'exécution qu'avec beaucoup de prudence et en l'assortissant de conditions impératives :

  1. un abus de pouvoir caractérisé ;
  2. un jugement rendu par les magistrats de la communauté ou les représentants des vassaux ;
  3. un châtiment qui ne soit pas le fait d'un particulier.

11Au début du XVIIe siècle, c'est évidemment le Père Juan de Mariana qui passe pour le grand apologiste du tyrannicide. On le rendra d'ailleurs responsable de l'assassinat d'Henri IV et ses œuvres seront, en France, brûlées sur l'ordre du Parlement de Paris. En fait, pour l'essentiel, Mariana se contente de reprendre les idées exposées maintes fois par les Pères Jésuites auxquels il a été fait allusion ; il va au-delà sur un seul point : la justification de la voie de fait individuelle, et c'est là l'unique raison de sa condamnation à Paris. Si le prince est un tyran, explique Mariana, il faut songer aux moyens de l'empêcher de nuire :

  • 14 MARIANA, Del rey y de la institución real, cap. VI, B.A.E., 31, p. 482b.
  • 15 Ibid., cap. VIII, p. 486b.

“[...] si están aún permitidas las reuniones públicas, conviene principalmente consultar el parecer de todos, dando por lo más fijo y acertado lo que se estableciere de común acuerdo. Se ha de amonestar ante todo al príncipe y llamarle a razón y a derecho... conviene, si así lo exigieren las circunstancias, sin que de otro modo fuese posible salvar la patria, matar a hierro al príncipe... por la autoridad propia dei pueblo, más legítima siempre y mejor que la del rey tirano. Dado este caso, no sólo reside esta facultad en el pueblo, reside hasta en cualquier particular […]14 creo aun más, y es lo principal, que ha de residir constantemente en la república la facultad de reprimir los vicios de los reyes y destronarlos, siempre que se hayan manchado con ciertos crímenes [...]”15.

  • 16 Assassinat de F. de Guise (1562), de Guillaume le Taciturne (1584), du roi Henri III (1589), de He (...)
  • 17 Sur ce petit scandale politique, voir QUEVEDO, La Hora de Todos, Paris, 1980, introduction ; Agust (...)

12Par la suite, au cours de la première moitié du XVIIe siècle, les théories sur le tyrannicide deviennent de plus en plus suspectes ; d'abord à cause de la fréquence des régicides (ou tentatives de régicide) dont on les rend responsables16 ; ensuite à cause du développement de l'absolutisme étatique qui admet de plus en plus difficilement la limitation du pouvoir royal et la notion de contrat entre le roi et ses vassaux pour le bien et la protection de la communauté. Par voie de conséquence, la légitimité de la révolte organisée héritière du thomisme va régresser considérablement. Prenons comme exemple les Promiales políticos du Père Agustín de Castro qui datent de 1634. A un moment où le pouvoir du prince s'affermit indiscutablement, ce texte a fait scandale parce qu'il adressait quelques critiques au système monarchique et qu'il proposait d'en tempérer les excès par un saupoudrage éclectique de principes oligarchiques ou républicains17. Et pourtant, les positions du Père de Castro sur le tyran sont en net recul sur plusieurs points essentiels :

  1. La définition du tyran est singulièrement restrictive : un mauvais prince peut commettre des violences sans être pour autant un tyran ; la notion de tyran d'usurpation tend à s'appliquer seulement au cas de l'envahisseur étranger ;
  2. le droit au tyrannicide est fortement contesté et ne peut s'exercer légitimement qu'à l'encontre de l'envahisseur. Dans tous les autres cas, il faut tolérer le tyran pour ne pas troubler la tranquillité de la République. Le tyrannicide n'est pas seulement interdit à toute personne privée ; car, si le droit de juger le tyran est reconnu à “la comunidad de la República”, c'est pour ajouter aussitôt : “ésta no la hay, porque donde no hay cabeza, no hay representación de un cuerpo, y el príncipe, no sé por qué le tienen por tirano y por qué no”. En clair, personne n'est qualifié pour accuser le prince de tyrannie, à plus forte raison pour le déposer ou pour le tuer.
  • 18 1611-1618 et probablement 1612-1614. Cf. S. G. MORLEY et C. BRUERTON, The Chronology of Lope de Ve (...)
  • 19 C'est le cas de la célèbre Instructio sacerdotum de Fr. de TOLEDO, ou des non moins fameux Aphoris (...)

13Ainsi, le problème du tyrannicide est largement débattu au moment où Lope compose Fuente Ovejuna18. Le thème est à la mode et, au moins dans les premières années du siècle, l'exécution du tyran ne soulève pas d'objections majeures. On comprend dès lors que Lope ait pu en faire le sujet d'une de ses pièces. Naturellement, il faudrait connaître de façon plus précise l'impact de ces théories de théologiens dont les œuvres, écrites en latin pour la plupart, ne peuvent avoir eu une diffusion très large. Néanmoins, certaines d'entre elles, traduites et publiées sous forme d'abrégés, ont dû connaître un meilleur sort. De plus, comme elles sont souvent rédigées à l'intention des confesseurs19, elles ont sans doute, à travers eux, atteint un public de nobles et de letrados. Par ailleurs, il est vraisemblable que les exemples de tyrannicides de l'Ancien Testament, souvent cités dans les sermons (comme celui d'Holopherne par Judith, si répandu à cette époque), ont pu permettre à un auditoire plus populaire d'entendre parler des problèmes que posait le meurtre d'un tyran.

14En résumé, si Lope voulait que l'assassinat du Commandeur fût justifié aux yeux du plus grand nombre, il fallait :

  1. que le personnage apparût comme un tyran ;
  2. que sa mort ne fût pas l'œuvre d'un particulier agissant pour son propre compte, mais celle d'une communauté toute entière, conduite par ses représentants légaux. Quelques années plus tôt, en 1580, dans la Tragedia del Príncipe tirano de Juan de la Cueva, on voit une “personne privée”, en l'occurence deux femmes, Teodosia et Doriclea, tuer le prince tyran pour sauver leur honneur, et recevoir les félicitations du roi. Il s'agit là d'un cas extrême, où le tyrannicide est commis par un particulier. En fait, à l'exception de Mariana, les théologiens, comme on l'a vu, condamnent l'action individuelle. Et si Lope se situe nettement en retrait par rapport à Mariana ou à Juan de la Cueva, il est, avec le meurtre unanime et anonyme de Fuente Ovejuna, en plein accord avec les jésuites de la deuxième moitié du XVIe siècle.

III

15Que Fernán Gómez de Guzmán soit présenté par Lope comme le type même du tyran, cela n'est pas douteux. Tirano (ou tiranía) est le mot clef de la comedia : il y est prononcé une bonne douzaine de fois. Certes, pour des raisons théâtrales et sociales évidentes (thème de l'honneur), Lope insiste surtout sur les violences exercées par le Commandeur à l'égard des femmes. Mais, d'une part, ce genre d'exactions faisait partie des excès couramment attribués aux tyrans, et d'autre part, Lope n'omet pas de souligner tous les autres aspects du personnage qui lui font mériter le nom de tyran : mauvais traitements envers ses vassaux.

“Allí con más libertad
de la que decir podemos
tiene a los súbditos suyos
de todo contento ajenos.” (v. 691-695)

16et trahison envers les Rois Catholiques, c'est-à-dire, pour reprendre l'expression d'Alfonso de Castro, “abus de pouvoir” aux dépens des uns et des autres, refus de reconnaître le contrat tacite qui, dans cette société fortement hiérarchisée, le lie aussi bien à son suzerain qu'à ces vassaux. En ce sens, il est clair que la fameuse intrigue qualifiée (bien à tort) de secondaire (l'épisode de Ciudad Real) est essentielle à la peinture du Commandeur et que les prétendues digressions du premier acte (discussions sur la courtoisie et sur l'amour) servent à souligner en quel sens Fernán Gómez détruit l'harmonie du monde qui l'entoure :

“Llaman la descortesía
necedad en los iguales,
porque es entre desiguales
linaje de tiranía.” (v. 25-28)

17On n'a sans doute pas assez souligné le fait que la conduite tyrannique du Commandeur ne s'exerce pas seulement à rencontre des Rois Catholiques ou de ses vassaux de Fuente Ovejuna. C'est ainsi, par exemple, qu'il joue auprès du Maestre le rôle d'un conseiller machiavélique et l'invite à servir un intérêt particulier plutôt que l'intérêt général, ce qui est, depuis Aristote, la définition classique du tyran :

“advertid que es honra vuestra
seguir en aqueste caso
la parte de vuestros deudos” (v. 87-89).

18D'ailleurs, après avoir fait l'éloge de la courtoisie et s'être offensé du retard du Maestre, il se montre fort discourtois à son égard en l'obligeant par trois fois à lui présenter des excuses (scènes I et II). Ne pas accepter les limites de son pouvoir, transgresser soi-même les lois qu'on édicte, n'est-ce pas une conduite typiquement tyrannique ? Vis-à-vis de tous, et dès le début de la pièce, Fernán Gómez est un perturbateur de l'ordre établi, un fauteur de désordres qui met en péril les fondements mêmes de la société dans laquelle il vit ; ainsi, quand ses violences envers Laurencia amènent Frondoso à se dresser contre lui, crie-t-il à son rival :

“¡...guárdate, que rompo
las ieyes de caballero!” (v. 849-850)

  • 20 Le thème de la tyrannie est, en filigrane, constamment présent. Par exemple au deuxième acte (scèn (...)

19Le Commandeur aura amplement mérité d'être, au troisième acte, qualifié de traître et de tyran20 et, par voie de conséquence, mis à mort.

20On a vu à quelles conditions, pour les théologiens, cette mort pouvait être donnée. Lope, pas plus que la Chronique de Rades, ne transgresse leurs recommandations : il refuse l'action individuelle, expressément condamnée par la plupart d'entre eux. Ainsi Frondoso a-t-il, à la fin de l'acte I, l'occasion de tuer le Commandeur. Si la scène du mariage avait précédé cet épisode, Frondoso aurait d'excellentes raisons de le faire, et on se retrouverait à peu près dans la situation de Peribáñez. Mais Fuente Ovejuna n'est pas Peribáñez et les conditions de la mort du tyran ne sont pas encore réunies. Au moment de l'attaque de la Commanderie, Rades et Lope montrent bien : 1) que le village est unanime, y compris les femmes et les enfants ; 2) qu'il n'agit qu'avec l'accord et à l'instigation de ses représentants légaux :

  • 21 Chrónica, fol. 79 v°.

“[...] determinaron todos de un consentimiento [...] los alcaldes, regidores, Justicia y Regimiento, con los otros, vezinos, y con mano armada entraron [...]”21.

21Cette unanimité n'a certainement pas existé dans les faits, ainsi que la Chronique le reconnaît d'ailleurs implicitement à la page suivante en affirmant :

  • 22 Ibid., fol. 80 r°.

“Los de Fuente Ovejuna, después de aver muerto al Comendador mayor, quitaron las varas y cargos de justicia a los que estaban puestos por esta Orden, cuya era la jurisdicción : y diéronlos a quien quisieron.”22

22Si les alcades et les regidores mis en place par l'Ordre de Calatrava s'étaient rangés à leurs côtés (ce qui semble assez improbable), pourquoi les émeutiers les auraient-ils déchargés de leurs mandats ? En fait, l'unanimité du village a dû être recréée pour les besoins de la cause.

  • 23 Notons à ce sujet que les villageois ne passent à l'action que lorsque cette unanimité est réalisé (...)

23Lope ne manque pas (sauf peut-être pour le personnage marginal de Leonelo, qui d'ailleurs ne fait plus réellement partie de la communauté paysanne) de retenir à la fois cette unanimité23 et le rôle primordial des magistrats de la ville, alcades (Esteban, Alonso) et regidores (J. Rojo, Cuadrado et plusieurs autres, appelés Regidor ou Regidor primero). Même Mengo souligne qu'il est le représentant d'une partie de la communauté :

“Puesto que por los simples labradores
estoy aquí, que mâs injurias pasan,
más cuerdo represento sus temores.” (v. 1705-1707)

24Au moment décisif, le troisième acte commence par une réunion de tous ces magistrats pour discuter de la conduite à tenir. Quant à Frondoso et Laurencia, on a souvent souligné qu'ils étaient comme les représentants de la communauté paysanne toute entière et que leur amour, bénéficiant de la complicité de tous (“para en uno son”, v. 738, 1298, 1545), symbolisait en quelque sorte l'unanimité du village.

  • 24 Les théologiens y ajoutent aussi, quand c'est possible, l'appel devant une juridiction supérieure, (...)

25Ainsi, sans même parler de la responsabilité collective (la república des traités théologiques) si admirablement traduite par le fameux “Fuente Ovejuna lo hizo”, toutes les conditions de la légitimité du tyrannicide se trouvent remplies chez Rades et chez Lope. Ce dernier y ajoute même la scène où les magistrats du village font la leçon au Commandeur car cet appel à la raison était aussi recommandé par presque tous les théologiens24. Il n'est donc pas excessif de penser que l'objectif principal de Lope en composant Fuente Ovejuna était de porter sur les planches le problème de la tyrannie et du tyrannicide, et non d'exalter la dignité, l'honneur ou la loyauté des villageois, pas plus que de prendre le parti de la monarchie contre la noblesse ou les Ordres religieux. Ni dans la Chronique de Rades, ni dans la comedia de Lope, la férocité de la révolte n'est atténuée ou passée sous silence. La Chronique n'omet ni “el furor maldito y rabioso” des habitants de Fuente Ovejuna, ni l'acharnement avec lequel ils mettent en pièces le cadavre du Commandeur au milieu des insultes les plus outrageantes, ni leur refus de lui donner une sépulture. Chez Lope, la gravité du délit n'est jamais sous-estimée :

“tan grande atrevimiento
castigo ejemplar requiere.” (v. 2024-2025)

26dit le roi Ferdinand, et, un peu plus tard, il n'accorde son pardon que faute de pouvoir châtier :

“Pues no puede averiguarse
el suceso por escrito
aunque fue grave el delito
por fuerza ha de perdonarse.” (v. 2442-2445)

27Par ailleurs, il ne profite pas des circonstances pour ravir Fuente Ovejuna à l'Ordre de Calatrava. Il lui en retire momentanément la juridiction :

“hasta ver si acaso sale
comendador que la herede.” (v. 2448-2449)

  • 25 L'attitude de Lope face aux paysans de Fuente Ovejuna est assez ambiguë. Certes, il leur fait assu (...)

28Il distingue donc clairement son impuissance à punir l'assassinat du tyran de ce qui pourrait s'interpréter comme une mesure vexatoire à rencontre de l'Ordre de Calatrava tout entier. L'absence de sanction royale contre Fuente Ovejuna ne signifie pas que le châtiment infligé à Fernán Gómez soit légitimé, ni même excusé. Elle ne signifie pas davantage que la révolte paysanne puisse avoir une valeur exemplaire qui dépasse la simple illustration du sort qui attend les tyrans25. Les paysans de Fuente Ovejuna ne sont ici qu'une sorte d'instrument de la justice divine.

29En fait, Lope invite les détenteurs de pouvoir — et les détenteurs du pouvoir — à la modération et au respect de la société traditionnelle. Il ne se fait pas l'apôtre de la monarchie absolue, mais le défenseur des anciennes structures hiérarchiques qui, dans la morale politique qui est celle du XVIIe siècle commençant, impliquaient nécessairement la reconnaissance aussi bien des devoirs envers le suzerain que des droits légitimes des vassaux. La tyrannie — et la résistance au tyran — est une des manifestations politiques de la crise qui secoue la société espagnole. Il n'est donc pas étonnant que Lope ait pu y trouver matière à comedia ; et, si on accepte de considérer Fuente Ovejuna avant tout comme une pièce sur le tyran, on ne tarde pas à s'apercevoir que tout ce qui pouvait parfois passer pour des longueurs, des digressions ou des maladresses se trouve naturellement et admirablement à sa vraie place.

Notes

1 Chrónica de las tres Ordenes y Caballerías de Santiago, Calatrava y Alcántara [...] compuesta por el licenciado Frey Francisco de Rades y Andrada. Toledo, 1572, fol. 79 v°, 80 r° et v°.

2 Cf. E.. ANIBAL, “The historical elements of Lope de Vega's Fuente Ovejuna, P.M.LA., XLIX, 1934, p. 657-718.

3 Écrite en latin et traduite en castillan par A. PAZ Y MELIA en 1908. Le passage relatif à Fuente Ovejuna est transcrit par E. ANIBAL (op. cit., p. 693-695) et F. LÓPEZ ESTRADA dans Fuente Ovejuna en el teatro de Lope y de Monroy (Consideración crítica de ambas obras), Séville, 1965, p. 95-98.

4 Sur ce point, voir aussi le tome XVII de l'Histoire d'Espagne publiée sous la direction de R. MENÉNDEZ PIDAL, p. 170.

5 B.N.M., Ms 3269. Terminée en 1620. Passage relatif à Fuente Ovejuna reproduit par LÓPEZ ESTRADA, op. cit., p. 87-90. Il est clair que dans cette affaire, les intérêts de Cordoue et de l'Ordre de Calatrava étaient opposés, ce qui n'empêche pas leurs chroniqueurs respectifs de faire le même récit de l'événement.

6 Chrónica, fol. 80r.

7 Lib. XXIV, cap. XI, B.A.E. 31, p. 193a. Sur les différents noms attribués au Commandeur, Fernán Gómez de Guzmán, Fernán Pérez de Guzmán ou Ramírez de Guzmán, voir E. ANIBAL, op. cit.

8 Cf. C. SERRANO, “Sur le tyran de Fuente Ovejuna, Les Langues Néolatines, 199, 1971, p. 31-53.

9 Cette unanimité proverbiale a d'ailleurs chez Covarrubias (art. Fuente) une signification un peu différente et qui n'implique certainement pas condamnation de la tyrannie : “De do quedó el proverbio, quando el delito es notorio y en particular no hallan quien lo aya hecho, siendo muchos los delinqüentes, dezir : “ Fuente Ovejuna lo hizo ”.” Aucun des textes évoqués jusqu'ici ne semble être la source de Covarrubias. Deux détails sont caractéristiques : dans la version de Covarrubias, le Commandeur n'est pas présenté comme un tyran (“los muchos agravios que pretendían averles hecho”) et il est tué “a pedradas”, précision démentie par toutes les sources connues.

10 Il s'agit le plus souvent de Commentaires sur saint Thomas, rédigés en latin et dont, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, apparaissent de nombreuses éditions dans toute l'Europe (Paris, Lyon, Cologne, Rome, Venise, Anvers, Ingolstadt, Salamanque, etc.). Citons parmi les auteurs espagnols ou portugais les plus célèbres : Alfonso de Castro, Domingo de Soto, Francisco de Toledo, Luis Báñez, Francisco Suárez, Pedro de Aragón, Gabriel Vázquez, Gregorio de Valencia, Manuel de Sá et, bien sûr, Juan de Mariana.

11 Seul Pedro de Aragon pense qu'il n'est pas de recours contre la tyrannie et qu'il faut la supporter sans mot dire.

12 Alfonso de CASTRO, Adversus Haereses, liv. XIV, d'après R. MOUSNIER, L'assassinat d'Henri IV, Paris, 1964.

13 Manuel de SA, Aphorismi Confessoriorum, Anvers, 1593, traduit par R. MOUSNIER, op. cit. p. 85.

14 MARIANA, Del rey y de la institución real, cap. VI, B.A.E., 31, p. 482b.

15 Ibid., cap. VIII, p. 486b.

16 Assassinat de F. de Guise (1562), de Guillaume le Taciturne (1584), du roi Henri III (1589), de Henri IV (1610) ; projets de faire tuer Elisabeth Ière, que le Pape avait excommuniée et déclarée hérétique (il est à noter que ces projets ne scandalisaient alors ni Philippe II, ni le Pape lui-même) ; complot contre Jacques 1er de 1605 ; enfin multiples tentatives d'assassiner Henri IV entre 1593 et 1610.

17 Sur ce petit scandale politique, voir QUEVEDO, La Hora de Todos, Paris, 1980, introduction ; Agustín de CASTRO, Promiales políticos, B.N.M., Ms 18 721 49, fol. 412-464.

18 1611-1618 et probablement 1612-1614. Cf. S. G. MORLEY et C. BRUERTON, The Chronology of Lope de Vega's comedias, New York, 1940

19 C'est le cas de la célèbre Instructio sacerdotum de Fr. de TOLEDO, ou des non moins fameux Aphorismi Confessariorum de Manuel de SA.

20 Le thème de la tyrannie est, en filigrane, constamment présent. Par exemple au deuxième acte (scène (V), lorsque Esteban reproche au Commandeur son inconduite envers les femmes, c'est ce dernier qui, par une remarque ironique, souligne la signification politique (c'est-à-dire la tyrannie) de cette inconduite :
“¡Ah Flores! haz que le den la Política en que lea de Aristóteles. ” (v. 974-976)
Un peu plus loin, alors que Laurencia et Mengo se plaignent du Commandeur et craignent pour la vie de Frondoso, ils comparent Fernán Gómez à l'empereur Heliogabale (v. 1175), c'est-à-dire à un prince qui apparaît dans tous les traités de l'époque comme l'archétype du tyran (Cf. aussi : Néron, v. 2422).

21 Chrónica, fol. 79 v°.

22 Ibid., fol. 80 r°.

23 Notons à ce sujet que les villageois ne passent à l'action que lorsque cette unanimité est réalisée (v. 1797-1808) :
“Juntad el pueblo a una voz que todos están conformes en que los tiranos mueran.”
A la fin de l'acte II, lors de l'enlèvement de Laurencia, et au début de l'acte III, avant son intervention enflammée, l'unanimité n'existe pas encore.

24 Les théologiens y ajoutent aussi, quand c'est possible, l'appel devant une juridiction supérieure, ici les Rois Catholiques. Lope y songe (v. 1677-1678) et il fait préciser par Barrildo que les troubles et la guerre civile empêchent les rois d'intervenir efficacement.

25 L'attitude de Lope face aux paysans de Fuente Ovejuna est assez ambiguë. Certes, il leur fait assumer et défendre des valeurs que Fernán Gómez foule aux pieds ; cette ironique image du monde à l'envers ne laisse pas de leur conférer une certaine dignité. Mais on n'atteint jamais à cette extraordinaire transfiguration de la vie paysanne que Lope a su réussir dans d'autres comedias. La tonalité dominante reste souvent le ridicule ou le terre-à-terre (cf. en particulier — mais non exclusivement — les couplets chantés).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540