Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux sur le Siècle d’or

 | 
Pierre Dupont

L'évolution de la place du pronom-objet incident à un infinitif du XIIIe au XVIIe siècle, II

Texte intégral

  • 1 Les textes de références qui ont été dépouillés sont les mêmes que pour la première partie de l'ar (...)

1La première partie de cet article a paru dans le n° 1 des Cahiers de l'U.F.R. d'Etudes ibériques, Université de la Sorbonne Nouvelle, 1977. Il y était montré comment la dissociation relative, du XIIe au XVIe siècle, de l'infinitif et de son verbe régent était probablement la cause essentielle du report progressif de l'incidence mécanique du pronom sur l'infinitif auquel il se rapporte sémantiquement. L'importance de la structure fonctionnelle et de l'enchaînement syntaxique a été remplacée par un système à deux éléments où le pronom vient “s'accrocher" à l'élément dont il dépend logiquement. Dans la deuxième partie de l'article, on va maintenant chercher à savoir si cet “accrochage" se fait en respectant, ou non, les règles habituelles de l'enclise et de la proclise1.

2Il ne saurait être question d'entrer ici dans le détail des règles qui régissent l'apparition de l'enclise et de la proclise. Un problème aussi complexe mériterait à lui seul une étude à part. Il s'agit simplement, à partir des variables qui, du XIIIe au XVIe siècle, rendent compte de la position enclitique ou proclitique des pronoms-objets, de voir si ces variables s'appliquent dans les mêmes conditions au cas des pronoms employés avec un infinitif.

3Au XIIIe siècle, ce n'est pas la pause mécanique dans le discours qui entraîne l'enclise, mais l'absence d'enchaînement syntaxique entre les éléments de l'énoncé. C'est ainsi que la conjonction e/ et /y, lien mécanique mais non syntaxique, n'entraîne jamais de proclise (3 exceptions dans Calila : 12a6, I4b8, 17b25). Par contre, si le verbe est précédé d'un élément qui lui est fortement incident (incidence régressive), tel qu'un adverbe ou un complément d'objet direct, la proclise est obligatoire. Le lien entre le verbe et l'objet est si puissant qu'en poésie par exemple, il admet mal d'être affaibli par cette rupture que constitue la césure. Sur les 81 occurrences du Cid, 3 seulement sont à cheval sur la césure et, à chaque fois, la proclise apparaît : l'enchaînement syntaxique triomphe de la pause mécanique : v. 338, 1819b et 2937. Cf. aussi Alex., v. 395a : “Tan denodada mienie / lo pudo guerrear”. Quant aux autres éléments (objet indirect, circonstants, sujets), ils déterminent des enclises ou des proclises en fonction de leur lien plus ou moins grand avec le procès.

  • 2 Un exemple encore dans Lazarillo 76-20 : “y el ciego mandóme que llegasse cerca del animal”.

4Du XIVe au XVIe siècle, la proclise se généralise progressivement. Au début du XVIe, on ne trouve pratiquement plus d'enclises lorsqu'un sujet ou un circonstant précède le verbe2. Ensuite et surtout, l'enclise se limite presque exclusivement aux cas où il se produit une rupture très nette dans la suite de l'énoncé : début de phrase, début de proposition principale si cette principale est précédée d'une subordonnée. Il semble donc que l'incidence, le lien syntaxique qui unit éventuellement au verbe les éléments antéposés, cesse peu à peu d'être un facteur déterminant dans la sélection de l'enclise ou de la proclise. Sauf après une pause nettement marquée, un simple enchaînement, un mot de liaison qui atténue la rupture mécanique suffira à entraîner la proclise ; c'est ce qui explique par exemple qu'on trouve des proclises après e/ et /y, ce qui était totalement exclu dans la période antérieure. Le même changement de critère a-t-il lieu pour l'infinitif ?

5Notons d'abord que le problème ne se pose pas pour les formes où régent et infinitif ne sont pas séparés par une préposition. Dans ce cas en effet, on a vu que le pronom restait presque toujours incident au régent ; quant aux quelques formes à incidence sur l'infinitif, on n'a tenu compte que des cas où le pronom est enclitique puisque les proclises éventuelles (type : “Quiero lo hacer”) ont été écartées pour éviter toute ambiguïté. On se limitera donc aux exemples où l'infinitif est employé sans verbe régent et à ceux où il est séparé du régent par une préposition.

  • 3 Deux exemples de proclise avec nin dans Calila en 46b56 et 61b31.

6Au XIIIe siècle, l'infinitif employé sans verbe régent se comporte à peu près comme les autres temps : s'il est introduit par un élément antéposé qui lui est incident (interrogation indirecte, relatif, circonstant ou objet), la proclise est courante : Cid : 1155, 1174 ; Alex. : 1583b, 511c, 348d, 2219c, etc. Cependant, on peut observer dans la prose, dans des cas très précis, une certaine résistance de l'infinitif à la proclise : on relève quelques cas d'enclises avec des interrogations indirectes (Crón. Gen., 9b47 : “las yentes no auien por que matarse” ; 164a36), après o (Ibid., 59b28, 66b35, 67a42, etc.) ; l'enclise est pratiquement systématique après que ou que no (introduisant le deuxième terme d'une comparaison), nin et sin31 ce qui d'une certaine façon, est normal puisque ces mots impliquent une rupture dans l'énoncé ; néanmoins, il faut noter qu'ils entraîneraient la proclise avec d'autres temps que l'infinitif.

7Au XIVe et au XVe siècles, alors que la progression de la proclise est générale, son emploi avec l'infinitif tend nettement à régresser. On voit apparaître des enclises après no et après que (interrogation indirecte), ce qui était totalement exclu dans la période précédente. Naturellement, il ne s'agit encore que d'une tendance, puisqu'on trouvera encore assez fréquemment des proclises au début du XVIIe siècle dans les cas concernés. Mais cette tendance nous laisse supposer que l'incidence, l'enchaînement syntaxique n'est plus le moteur essentiel de la sélection de la proclise.

8Plus intéressante est l'étude de l'évolution de la place du pronom-objet dans le cas d'un infinitif précédé d'une préposition. Dans le Cid, le pronom est toujours enclitique sur l'infinitif sauf, bien sûr, si un élément incident est interpolé entre la préposition et l'infinitif : cf. v. 701 : “por a mio Cid e a los sos a manos los tomar” (de même en 1191 et 1503). La situation est à peu près la même dans la plupart des textes en vers du XIIe siècle. Le vers 599b des Milagros met bien en lumière le rôle de l'interpolation : “Por darles çimenterio, so tierra los meter”. Trois exceptions à cet usage (Mil. 896c ; Apol. 215c et 416d) s'expliquent par la contrainte de la rime. Deux textes semblent se comporter un peu différemment : le Libro de Alexandre et Fernán González ; on relève dans le second sept proclises qui ne s'expliquent pas par une interpolation ; trois sont à la rime (128d, 553d, 603c) ; les quatre autres (291b, 296d, 553c, 610b) semblent plus difficiles à justifier. Mais, comme elles se trouvent dans des hémistiches dont la versification n'est pas satisfaisante, comme le texte est établi à partir d'un manuscrit du XVe siècle, époque où la proclise était générale, peut-être peut-on ne pas leur accorder une trop grande signification ? C'est avec la même réserve qu'il faut accueillir les exemples du Libro de Alexandre étant donné les variations qu'on peut relever pour certains vers entre le manuscrit (O) et le manuscrit (P). Toutefois, étant donné que le nombre des exemples est assez élevé, il est intéressant de faire un tableau des occurrences d'enclises et de proclises par préposition

9On remarque que c'est la préposition de qui favorise le plus la proclise, et por qui admet le plus facilement l'interpolation d'un élément avant l'infinitif. On est tenté d'en déduire l'hypothèse suivante : le lien entre por et l'infinitif est très lâche : l'interpolation est donc facile, mais la tendance à l'enclise est forte, puisqu'il y a rupture entre les deux procès plus qu'enchaînement. Au contraire, le lien entre de et l'infinitif est beaucoup plus resserré : il y a peu d'interpolations, mais une tendance sensible à la proclise.

10Ces résultats vont se trouver largement confirmés par l'étude des textes en prose. Par ailleurs, l'ampleur du corpus dépouillé dans chacune des trois parties de la Crónica General limite considérablement les risques d'une répartition aléatoire car on opère sur des chiffres beaucoup plus importants. D'emblée, deux constatations s'imposent :

  1. le phénomène de l'interpolation est très rare ;
  2. la proclise apparaît avec une fréquence plus considérable qu'en poésie, mais avec de grandes différences selon les prépositions considérées (grande fréquence pour de, fréquence nulle pour a et pora).

11Ces résultats sont éloquents ; mais, si on veut serrer de près les raisons du développement de la proclise avec de, c'est évidemment la première partie qui nous intéresse le plus. Or, il se trouve que la préposition peut s'appuyer, ou bien sur un régent verbal (type : trabajarse de hacerlo) ou bien sur un régent nominal ou adjectival (type : aver sabor de lo hacer) et que 14 sur 17 des proclises relevées avec de suivent un régent nominal. On peut donc se demander si le régent nominal ne favorise pas plus la proclise que le régent verbal. L'explication en serait alors que le caractère relationnant de de, déjà suggéré dans la première partie de notre article, est accentué lorsque sa valeur est au plus près de celle d'un génitif (cf. : peligro de muerte, peligro de morir). On n'a plus affaire ici à deux éléments sémantiquement séparés (type : comprar para regalar), mais à une unité où la préposition de favorise l'enchaînement nécessaire entre peligro et morir. S'il est vrai qu'au XIIIe siècle, l'enchaînement entre deux éléments favorise la proclise, et que la rupture la contrarie, on comprend dès lors pourquoi c'est la préposition de qui, la première, sélectionne la proclise, alors que a et pora s'y refusent. On peut comparer cette hypothèse aux schémas qui servent couramment à donner une représentation graphique du rôle des différentes prépositions :

12“DE” : enchaînement ininterrompu :

13“A” et “PARA” : rupture :

  • 4 Il ne faut pas donner aux résultats relevés dans la Crónica General une valeur absolue. Les rédact (...)

Note 14

14Dans Calila e Dymna, c'est encore de qui favorise le plus la proclise (81 % des occurences) ; avec a et para, la proclise est possible, mais elle reste à un niveau très inférieur à delui de de ou même de por.

  • 5 On est frappé par la distance qui sépare les œuvres en vers (interpolations fréquentes, enclise tr (...)

15Ainsi donc, on peut dire qu'au XIIIe siècle, l'apparition de la proclise dépend du caractère plus ou moins relationnant des diverses prépositions et de la puissance plus ou moins grande du lien qu'elles sont susceptibles d'établir entre l'infinitif qui les suit et le régent verbal ou nominal qui les précède. Corollairement, le renforcement de ce lien, qui fait s'accroître la proclise, fait inversement décroître la possibilité pour d'autres éléments de venir s'interpoler entre préposition et infinitif5.

16Le tableau ci-dessus montre comment évolue la proclise après préposition du XIVe au XVIe siècle. Elle se généralise au XIVe, puis se maintient au XVe sans jamais éliminer l'enclise. Si on analyse les occurrences pour chaque préposition, on s'aperçoit que la proclise, qui, au XIIIe siècle, répugnait à s'étendre à a et para, va successivement gagner ces deux prépositions : d'abord para, préposition avec laquelle, au XIVe siècle, Penclise est pratiquement éliminée ; puis a qui, après avoir bien résisté à la proclise jusque vers le milieu du XVe siècle, finit par céder elle aussi, au moins dans la langue des chroniqueurs. La préposition de, qui avait favorisé au siècle précédent l'essor de la proclise, rentre dans le rang et retrouve un pourcentage d'enclises et de proclises à peu près moyen par rapport aux autres prépositions. La curiosité vient des prépositions por et para, para surtout, celle qui résiste le mieux au retour de Penclise à la fin du XVe siècle.

17Ce qu'on peut en conclure, c'est que la notion de lien, d'enchaînement, qui avait permis le développement de la proclise, a cessé maintenant de jouer. Dans un contexte de progression générale de l'enclise, la proclise se maintient avec des prépositions fortes, capables de rompre une pause mécanique entre deux procès et d'attirer un pronom qui tend de plus en plus à se placer après l'infinitif. Rappelons que le développement de la proclise, le renforcement du lien entre préposition et infinitif avait fait reculer sensiblement l'habitude d'interpoler entre eux des éléments incidents à l'infinitif. Or cette habitude réapparaît maintenant avec force dans certains textes, prouvant ainsi que le lien entre préposition et infinitif se relâche. Les exemples en sont particulièrement nombreux dans le Corbacho et dans les Epístolas familiares. Mais ces interpolations n'entraînent plus automatiquement des proclises, même si l'élément interpolé est une négation no (Cor. 47 ; Mem. 13a12, 28a46, 45a51 ; Cárcel de Amor 127-16, 141-3, etc. ; CRC 247a15 ; Cel. 1-148-14 ; E.F. 28, 73, 102, etc. ; Laz. 238-15, 159-8, 189-1). En définitive, les exceptions sont si nombreuses qu'on peut affirmer que l'enchaînement, l'incidence syntaxique, ne sont plus assez forts pour contrecarrer la tendance de l'infinitif à sélectionner systématiquement l'enclise. Au début du XVIe siècle, seuls que et cómo (interrogation indirecte) continuent à être régulièrement suivis d'une proclise ; c'est beaucoup moins net pour les pré-positions por et para, pour no et pour tout autre élément interpolé.

18La proclise n'ayant plus, au XVe siècle, de justification fonctionnelle, ont peut aussi se demander si enclise et proclise n'appartiennent pas tout simplement à des niveaux de langue différents. On observe, à peu près à la même époque, un écart considérable entre les Memorias del Reinado de los Reyes Católicos et la Celestina d'une part, les Epístolas familiares et le Lazarillo d'autre part. La prose soutenue de Andrés Bernáldez ou de Guevara favorise relativement la proclise, le langage plus familier de la Celestina ou du Lazarillo préfère l'enclise. A ce sujet, l'analyse de l'emploi de l'enclise et de la proclise par les différents personnages de la Celestina donne les résultats suivants :

19Il ne serait guère vraisemblable qu'une telle répartition fût seulement l'effet du hasard. On constate que pour les personnages aristocratiques (Calisto, Melibea et ses parents), enclises et proclises s'équilibrent à peu près. En revanche, les personnages “populaires” ignorent presque complètement la proclise ; et le seul exemple qui sorte de la bouche d'Areusa, c'est quand elle joue les grandes dames pour séduire Sosia. Celestina, qui fait la navette entre les deux mondes, est à mi-chemin entre le langage noble et le langage populaire. Quant à Pármeno et Sempronio, qui font partie de la “maison” de Calisto, il est normal que leurs habitudes de langage se ressentent de celles de leur maître et qu'ils ne parlent pas exactement comme les deux “filles”. Il est d'ailleurs remarquable que Pármeno, le domestique fidèle, qui se pique longtemps de ne pas appartenir au monde de Celestina, utilise beaucoup plus la proclise que son camarade Sempronio.

20On peut encore pousser plus loin cette analyse sur les niveaux de langue en classant les emplois d'enclises et de proclises en fonction, non pas du locuteur, mais de l'interlocuteur. Voici le résultat pour les 35 enclises et les 18 proclises de Celestina :

21Il est évident que c'est lorsqu'elle s'adresse à Melibea, qu'elle doit séduire, que Celestina “soigne” le plus son langage, alors qu'elle ne prend pas de gants avec ses protégées et leurs amis. De la même façon, on s'aperçoit que, s'adressant à Melibea, Calisto utilise 1 enclise et 4 proclises et que ce rapport est inversé (1 proclise et 4 enclises) lorsqu'il parle à ses valets. Et pour Melibea, on remarquera que, dans la première partie de la tragicomédie, quand elle est encore tout entière au souci de son honneur, elle emploie 9 proclises et 8 enclises ; ensuite, lorsqu'elle se laisse aller sans retenue au délire de sa passion et qu'elle ne “surveille” plus son langage, on ne trouve que 2 proclises contre 8 enclises. Il semble donc que la proclise, dans la mesure où elle n'est plus imposée par des facteurs très contraignants, aille de pair avec une certaine emphase, ou, à tout le moins, une langue plus soutenue.

22Ainsi, l'étude de la place du pronom-objet incident à un infinitif permet de distinguer deux époques. Au XIIIe et au XIVe siècles, le rôle fonctionnellement important du lien syntaxique qui unit les divers éléments de l'énoncé a pour conséquence à la fois de maintenir l'incidence du pronom au régent en empêchant l'éclatement du groupe régent-infinitif et de favoriser dans les autres cas le développement de la proclise pour peu que la préposition ne mette pas une distance trop grande entre les éléments de l'énoncé. Au XVe siècle, l'enchaînement syntaxique cesse de jouer ; la pause mécanique prend de l'importance ; les éléments sont juxtaposés plus que reliés. On va assister à la fois au passage massif de l'incidence du pronom sur l'infinitif à cause de la dissociation en deux éléments autonomes du groupe régent-infinitif, et à la disparition progressive de la proclise, disparition retardée, dans le cas de prépositions comme por ou para par leur aptitude à rompre une pause mécanique et donc à écarter l'enclise.

Notes

1 Les textes de références qui ont été dépouillés sont les mêmes que pour la première partie de l'article (Cahiers de l'U.E.R. d'Etudes ibériques, 1, Université de la Sorbonne Nouvelle, 1977).

2 Un exemple encore dans Lazarillo 76-20 : “y el ciego mandóme que llegasse cerca del animal”.

3 Deux exemples de proclise avec nin dans Calila en 46b56 et 61b31.

4 Il ne faut pas donner aux résultats relevés dans la Crónica General une valeur absolue. Les rédacteurs se répartissaient la tâche et il y a, d'un chapitre à l'autre, des différences de style sensibles. Si on dépouille de la page 598 à 608, on relève, pour de, 0 enclise et 12 proclises, et deux cas tout à fait inhabituels : un avec a et l'autre avec pora. L'écart avec l'usage de la première partie est donc très grand : on est en présence de styles différents. Mais ces écarts individuels sur le plan du discours ne doivent pas empêcher de rechercher le fonctionnement de la langue.

5 On est frappé par la distance qui sépare les œuvres en vers (interpolations fréquentes, enclise très majoritaire) et les œuvres en prose (pas d'interpolation, pro-clises nombreuses). Ces œuvres en prose sont des œuvres de cour, commandées par Alphonse X et réalisées sous sa direction. La proclise après préposition peut avoir été une mode de cour avant de se répandre largement par la suite, au moins dans l'aristocratie.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540