Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux sur le Siècle d’or

 | 
Pierre Dupont

L'évolution de la place du pronom-objet incident à un infinitif du XIIIe au XVIIe siècle, I

Texte intégral

1Pour étudier comment et pourquoi s'est modifiée, du XIIIe au XVIIe siècle, la place du pronom-objet par rapport à l'infinitif auquel il est sémantiquement incident, il faut d'abord répondre à la question suivante : dans quelle mesure le pronom pouvait-il être incident à l'infinitif ? En d'autres termes, la langue du Moyen Age et de la Renaissance pouvait-elle choisir la forme : “puedo hacerlo” (incidence sur l'infinitif) plutôt que “Io puedo hacer” (incidence sur le verbe-régent) qui était apparemment beaucoup plus fréquente ?

2Pour tenter de répondre à cette question, on s'appuyera sur le dépouillement des textes suivants :

  • Cantar de Mio Cid (1140 ?), éd. Menéndez Pidal établie d'après le manuscrit de Pedro Abad (1307) ;
  • Libro de Alexandre (1240-1250), éd. Raymond S. Willis (Princeton-Paris, 1934), qui reproduit côte à côte les textes du manuscrit (P) (B.N. Paris, du XVe siècle), et du manuscrit (O) (B.N. Madrid, fin XIIIe, début XIVe) ;
  • Libro de Apolonio (1240-1250), éd. B.A.E., qui reproduit le manuscrit de l'Escurial (XIVe siècle) ;
  • Vida de Santo Domingo de Silos (1230), éd. Fray Alfonso Andrés O.S.B. (Madrid, 1958) établie d'après le manuscrit (S), copie du XIIIe siècle ;
  • Milagros de Nuestra Señora (1240-1255), éd. B.A.E., copie du XVIIIe siècle du R.P. Ibarreta ;
  • Poema de Fernán González (1250-1255), éd. B.A.E., manuscrit de l'Escurial, XVe siècle ;
  • Calila e Dymna (1251), B.A.E., texte établi à partir des deux manuscrits (A) et (B) de l'Escurial (dates controversées) ;
  • Primera Crónica General de España (1270-1289), éd. Menéndez Pidal (Madrid 1955 ?), basée pour l'essentiel sur le manuscrit (E) de l'Escurial (fin XIIIe siècle). Echantillon dépouillé : chapitres 1 à 273 inclus et 830 à 926 ;
  • El Conde Lucanor (1330), texte B.A.E. ;
  • Libro de Buen Amor (1343), Clásicos Castellanos, 14 et 17. Echantillon dépouillé : strophes 1 à 891 ;
  • Crónica del rey Don Pedro (Pedro López de Ayala) (1370). B.A.E., LXVI. Echantillon dépouillé p. 401 à 450 ;
  • Crónica sarracina (Pedro del Corral) (1430), Clásicos Castellanos, 62, p. 55 à 140 ;
  • El Corbacho (1430), éd. Turin, (s.d.) ;
  • Memorial de diversas hazañas (Mosén Diego de Valera) (1460-1470), B.A.E., LXX. Echantillon dépouillé : p. 3 à 52 ;
  • Cárcel de Amor (1480), Clásicos Castellanos, 133 ;
  • Crónica de los Reyes Católicos (Hernán del Pulgar) (commencé en 1482), B.A..E., LXX. Echantillon dépouillé : p. 229 à 269 ;
  • La Celestina (1499), Clásicos Castellanos, 20 et 23 ;
  • Memorias del Reinado de los Reyes Católicos (Andrés Bernáldez) (1500), éd. M. Gómez-Moreno y J. de Mata Carriazo, Madrid, 1962. Echantillon dépouillé : p. 3 à 148 ;
  • Epístolas familiares (Guevara) (1542). Biblioteca selecta de Clásicos españoles, Madrid, 1950. Echantillon dépouillé : p. 7 à 208 ;
  • Lazarillo de Tormes (1554) ;
  • Don Quijote. Echantillon dépouillé : tome I des Clásicos castellanos.
  • 1 L'infinitif est précédé d'un verbe-régent dans trois cas bien distincts : a) Sujet de l'infinitif (...)

3On admet généralement qu'au XIIIe siècle, le pronom personnel se rattache normalement au verbe régent (et pas à l'infinitif)1, en se pliant de surcroît aux contraintes habituelles qui régissent l'usage de l'enclise et de la proclise (sur ce point voir plus loin, 2). Le pronom doit se placer selon l'une des possibilités théoriques suivantes : 1) “Lo quiero hacer” ; 2) “Quiérolo hacer” ; 3) “Quiero lo hacer” ; 4) “Quiero hacerlo ; 5) “Lo hacer quiero” ; 6) “Hacerlo quiero” ; 7) “Hacer lo quiero” ; 8) “Hacer quiérolo”. Seuls, les cas 1 et 4 sont clairs et permettent d'affirmer que le pronom est proclitique sur le régent 1 et enclitique sur l'infinitif 4. Pour le cas 2 et 3, on peut toujours se demander théoriquement si le pronom est enclitique sur le régent ou proclitique sur l'infinitif ; et pour les cas 6 et 7, s'il est enclitique sur l'infinitif ou proclitique sur le régent. La forme 5 est rare ; mais, prouve-t-elle que le pronom est incident à l'infinitif, ou bien est-ce une interpolation, fréquente aux XIIIe et XIVe siècles, du type : “lo bien quiero” ? Seule la forme 8 est impossible, sauf à imaginer un contexte de discours inhabituel dans la langue écrite.

4Les cas 2, 3, 6 et 7 ne seraient explicables que si les graphies étaient fiables et avaient une signification fonctionnelle. Ce n'est pas le cas, et les pronoms, dans les quatre cas considérés, sont incidents au régent et pas à l'infinitif. Les quelques observations suivantes suffiront à s'en convaincre :

5a) la tendance, dans le Cid par exemple, à l'enclise mécanique du pronom sur le terme qui le précède, fût-ce un substantif, sans que cette graphie, évidemment, puisse avoir de valeur fonctionnelle :

v. 38 : “sacó el pie del estrivera, una ferídal dava”
(Idem en 174, 1490, 1528, 1538, 1561, etc.)

6b) des exemples de rattachement purement mécanique à l'infinitif, démentis par un usage différent dans des conditions analogues : cf. par exemple les vers 2373 et 2376 du Cid :

v. 2373 : “mi orden e mis manos querría las ondrar,”
v. 2376 : “si ploguiesse a Dios querrîalas ensayar,”

7c) Jamais au XIIIe siècle, on ne trouve d'assimilation r = II dans les formes du type “hacer lo puedo”, alors que cette assimilation peut se produire lorsqu'il existe un lieu fonctionnel entre infinitif et pronom. Il faut attendre la Cárcel de Amor pour en relever un exemple (p. 135-19) : “si leella quisieres”.

8d) Si le couple infinitif-régent est dissocié par une négation, on constate au XIIIe siècle que la négation sépare le pronom de l'infinitif, et presque jamais du régent. Sur quatre contre-exemples relevés, trois sont discutables :

  1. “Sennor agradeçer telo//yo esto non podria.” (Alex., 916a) où “agradeçer” est repris par “esto” et où l'unité à analyser est en fait : “yo esto non podria”.
  2. “Alegrarte non puedes, andas triste e pesado” (Apol., 333c). Si le texte de la B.A.E. reproduit correctement le manuscrit de l'Escurial, et même si on admet que l'original portait : “Alegrar non te puedes”, un tel exemple montre qu'à tout le moins, le scribe qui, au XIVe siècle, a copié le manuscrit de l'Escurial a pu sentir le pronom comme incident à l'infinitif plutôt qu'au régent. On peut faire la même remarque sur le vers 33d de Santo Domingo que la B.A.E. reproduit ainsi :
  3. “La millesima parte deçirla non podremos” alors que Fray Alfonso Andrés lit dans le manuscrit (S) du XIIIe siècle : “La millesima parte ; deçir nol podremos”. Le seul exemple vraiment convaincant est le vers 564b de Alex. :
  4. “exirles a bataia//ninguno non osaua” où l'incidence du pronom à l'infinitif est liée à d'autres causes (voir plus loin).

9e) Si le pronom dépendait de l'infinitif, il devrait bien souvent, selon l'usage de l'enclise et de la proclise au XIIIe siècle, être proclitique par rapport à cet infinitif. Or il n'en est rien. Un exemple au hasard : Crónica General 4a45 : “et compusiemos este libro de todos los fechos que fallar se pudieron della”. Idem en 73b40 ; Alex., v. 400d et 1593b, etc.

10f) Un certain nombre de cas semble contredire ce qui précède. Cf. Cid, v.1105 : “si nos çercar vienen, con derecho lo fazen”, id. v. 2993, 3520 ; Apol. 372a. Fernán González 535c et 342a et Alex. 34c et 1476b : 34c “si lo yo saber puedo//non melo podra lograr”, 1476b “mas pocos ouo hy//que lo creer quisiessen”.

11En réalité, il ne s'agit pas ici de proclises sur l'infinitif, mais d'interpolations de l'infinitif entre pronom personnel et régent. On peut en trouver une preuve dans l'édition de Willis du Libro de Alexandre. En effet, cette édition reproduit côte à côte le manuscrit (O) du début du XIVe siècle et le manuscrit ( ?) du XVe. Or il se trouve que presque toutes les interpolations de (O) disparaissent dans (P) et que, en particulier, les vers 34c et 1476b cités plus haut d'après le manuscrit (O) sont ainsi reproduits dans (P) : 34c (35c dans P) : “si yo saber lo puedo non melo podra lograr” ; 1476b (P : 1618b) : “mas pocos ovo ay dellos que creyer lo quisiessen”.

  • 2 Ceci n'est évidemment valable que si le régent a une valeur d'auxiliaire ou de semi-auxiliaire. Si (...)

12Ainsi donc, aucun argument irréfutable ne permettant de tirer des conclusions sérieuses de l'examen des formes inversées 5, 6 et 7, on est conduit à ne prendre en considération que les formes 1 et 4, les seules qui ne souffrent pas d'interprétations ambiguës. Ceci étant, le pronom, d'une façon générale, est nettement incident au régent, même si l'infinitif est séparé du régent par une préposition2 et même, mais c'est alors moins net, s'il en est séparé par un élément interpolé. Ex. Mil., 156c : “vieronse con tanto del pleito a partir. Id. en 296d, 307b, 354c, 356b, 441c, 545b, etc., contre Apol., 116c : “Mal ho bien esperando lo que darme Dios quisies”. Néanmoins, d'autres cas-limites donnent la mesure de la puissance d'attraction du régent : Apol., 81c : “Onbres de Antioco me andan por matar”, Crón. Gen., 76a19 : “que les auie sabor de fazer grand servicio”.

13Ce sont pourtant des cas peu fréquents : les prépositions por et para qui mettent une grande distance entre régent et infinitif en discriminant nettement deux procès distincts entraînent l'incidence sur l'infinitif ; le phénomène est identique si le régent a une valeur sémantique marquée et si, par conséquent, le couple régent-infinitif se scinde en deux éléments de sémantique différent.

14Ces hésitations, quelques entorses à la règle générale de l'incidence au régent, trahissent l'instabilité du système, qui éclate chaque fois que l'incidence mécanique au régent entre en conflit ouvert avec l'incidence sémantique sur l'infinitif. Cette instabilité apparaît notamment :

  1. Lorsque le régent gouverne deux infinitifs dont le second seul a un pronom incident, ou dont le second a un pronom incident différent de celui du premier : Cf. Crónica General, 15a17, 70b52, etc.3.
  2. Si le régent gouverne deux infinitifs qui ont le même pronom incident, en général celui-ci n'est pas répété. Or cette règle souffre de nombreuses exceptions et le pronom est souvent répété sur le deuxième infinitif. Cf. Crónica General, 30b3 : “Mas Scipion, que era so cabdiello, començolos a traer amal e a denostallos.”. Id. en 58a44, 60a12, 62a13, 75b16, 83a40 et 89b50 où il est clair que c'est une double vision, en deux unités distinctes et même contradictoires, qui entraîne la répétition du pronom : “et que si dotra guisa lo quisiesse llevar et averlo todo por lides...”. Il arrive même que le pronom soit répété lorsqu'il n'y a qu'un seul infinitif : Crónica General, 31 b5 : “ouieron se los mas dellos a meter se en nauios por la mar”, ou Cid, v. 1700 : “nos detardan de adobasse essas yentes cristianas”, ou Mil., 532c.
  3. Il faut noter enfin que la fréquence des exceptions à la règle si le régent est lui-même un infinitif. Cf. Crón. Gen., 79b17 : “pora yr acorrerle” et 39b25, 47a42, 57a15, 57b3, etc. Tout se passe comme s'il y avait une lutte d'influence entre l'infinitif et le verbe à un mode personnel ; normalement, c'est celui dont la verbalisation est la plus avancée qui emporte le pronom personnel. Mais si la lutte se circonscrit entre deux infinitifs, il n'y a plus de raison pour que le pronom personnel s'attache au régent ; par contre, le sémantisme le porte naturellement à l'incidence sur le deuxième infinitif.

15Au total donc, un système instable, où le pronom tend à s'attacher à l'infinitif chaque fois que, pour une raison quelconque, l'attraction syntaxique du régent est relâchée. Il faut même aller plus loin et constater, dès le XIIIe siècle, en dehors des trois cas particuliers relevés plus haut, des exceptions qui ne peuvent s'expliquer par une moindre attraction syntaxique du régent. Le tableau suivant compare, pour les échantillons étudiés, et seulement dans les cas où l'infinitif est construit sans préposition, le nombre des occurrences où le pronom est incident à l'infinitif et celui où il est incident au régent :

  • 4 Cid, v. 1070, 1721. Alex., 770b, 1573c, etc.

16Les textes en vers ont été volontairement écartés de ce tableau. En effet, on y trouve assez souvent des cas d'incidence du pronom à l'infinitif qui semblent provoqués par la contrainte de la rime ou de l'assonance4.

17Ce fait montre seulement que la construction était sentie comme possible, il n'implique pas qu'elle était la plus spontanée.

18La simple lecture du tableau montre que le système évolue incontestablement, et très vite de la fin du XVe au début du XVIIe siècle. Le facteur essentiel de cette évolution est assez clair : c'est la contradiction qu'il y a entre l'incidence mécanique sur le régent et l'incidence fonctionnelle et sémantique sur l'infinitif. Cette contradiction n'est pas très gênante si le régent a pure valeur d'auxiliaire et traduit, non pas une action différente de celle de l'infinitif, mais une simple modalité de cette action. Par contre, si régent et infinitif recouvrent deux procès nettement différenciés, le pronom tend de plus en plus à devenir incident à l'infinitif.

19On peut essayer de mettre en évidence le rôle de ce phénomène dans révolution constatée en isolant successivement trois facteurs qui peuvent contribuer à établir une distinction sémantique nette entre régent et infinitif.

20(Il convient peut-être de faire une place à part à un phénomène fréquent dans la poésie des XIIIe et XIVe siècles. Il s'agit de la disjonction du régent et de l'infinitif par un complément d'objet, un circonstant, un sujet ou un adverbe interpolés. En fait, on observe que plus il tend à entraîner le pronom dans son incidence, plus le pronom reste assez souvent incident au régent si l'élément interpolé est le sujet du procès, presque jamais si c'est l'objet de l'infinitif. Apol., 204c : “Todos vynyen ai Rey la fija le demandar”. F.G., 211d : “Deve a la su carne onrrada muerte le dar”. Certes, des interpolations de ce genre font éclater le groupe régent-infinitif et ouvrent entre eux un écart mécanique et fonctionnel qui explique le report du pronom sur l'infinitif. Mais comme le phénomène est beaucoup moins fréquent en prose, qu'il a de fortes chances d'être considérablement favorisé par les contraintes de la versification et de la rime, il vaut mieux le laisser de côté pour ne retenir que des éléments séparateurs qui apparaissent aussi bien en prose qu'en poésie).

211) Pour les formes où le régent et l'infinitif ne sont pas reliés par une préposition, il est curieux de constater que dans tous les textes du XIIIe siècle les exceptions à la règle, c'est-à-dire l'incidence du pronom à l'infinitif sont fréquentes lorsque le verbe régent est précédé d'une négation ou d'un adverbe qui lui est incident (“bien”, “mas”, “de guisa”, etc.) : 78 occurrences sur les 139 exceptions relevées dans les échantillons dépouillés, soit infiniment plus que la fréquence habituelle des formes négatives et des formes à adverbe incident. Ces éléments incidents ont une valeur dissociative importante dans la mesure où ils sont incidents au régent et pas à l'infinitif. “Bien puedo/creer” ne s'organise pas comme : “Puedo creer”. Le pronom est chassé par l'adverbe de la position d'incidence maximum au régent, ce qui ne peut que faciliter le report d'incidence sur l'infinitif.

22Deux faits viennent corroborer cette hypothèse :

  • 5 Cf. RAMSDEN, op. cit., chap. IV, p. 134.

23a) Il est courant au XIIIe siècle de voir une négation, un adverbe, interpolés entre le pronom-objet et le verbe : ex. “Que lo asi crea”. Cette construction devient pratiquement systématique dans de nombreux textes de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle. Quelle que soit l'explication qu'on donne5, il n'en reste pas moins que la forte incidence adverbe-verbe a délogé le pronom de sa position privilégiée près du verbe. La solution au problème de la forte incidence adverbe-verbe pouvait donc être trouvée aussi bien dans des formes du type : “Bien puedo creerlo” que dans “lo bien puedo creer”.

24b) Ce problème est en réalité une conséquence directe du phénomène de la double incidence. Si, par exemple, un verbe a deux ou plusieurs circonstants incidents, ils ne peuvent pas se trouver sur le même plan et l'un devra nécessairement être plus lié au procès que les autres. Si on compare les vers 356c et 224c de Santo Domingo,

356c : “En dicho e en fecho ; afontan lo cutiano”
224c : “En-dicho e en fecho ; se guardo de fallençia”,

25on constate que, pour ces deux constructions apparemment semblables, la césure provoque l'enclise dans le premier cas et pas dans le second. Cette différence de traitement est simplement due au fait que, dans le vers 356c, un circonstant principal “cutiano” relègue “en dicho e en fecho” au rang de circonstant secondaire ; au contraire, dans le second exemple, ce même circonstant est directement intégré à l'action : “se guardo de fallençia”. De la même façon dans le cas de : “Bien puedo creerlo”, on peut se demander si la présence de l'adverbe (ou d'une négation) n'aurait pas la même vertu dissociative et ne favoriserait pas l'autonomie croissante de l'infinitif par rapport au régent.

26Telle est la situation au XIIIe siècle. Cependant, on observe qu'à partir du milieu du XVe siècle, la négation no ne joue plus aucun rôle. En effet, si on compare les occurrences de formes négatives relevées dans les exemples où le pronom est rattaché à l'infinitif à celles qui sont relevées dans les exemples où le pronom est rattaché au régent, on s'aperçoit que la distribution en est sensiblement équivalente :

27Il est d'ailleurs intéressant de remarquer que cette disparition du rôle de no correspond exactement à la disparition de l'interpolation du type : “Io no quiero” qui, après le Corbacho, devient très rare.

282) Le deuxième élément séparateur, c'est le sémantisme du verbe-régent. Pour s'en tenir aux formes sans préposition, on constate que, dans les textes du XIIIe siècle, moins le régent a une valeur d'auxiliaire, plus le pronom est facilement incident à l'infinitif. En effet, si le régent est un auxiliaire, le groupe régent-infinitif tend à n'avoir qu'un seul sémantème : il constitue une unité et le pronom reste incident au régent. Par contre, si apparaissent deux sémantèmes distincts, l'incidence du pronom sur le régent est plus difficile. La dissociation est plus fréquente avec les verbes du type : “querer”, “osar”, “cuedar”, “asmar”, “deber”, ou avec la série : “ir”, “venir”, “salir”, “exir”.

29Voici trois exemples du deuxième cas :

30Santo Domingo, 607a : “Fo a Sancto Domingo ; amerçed le clamar”.

31Apol., 204c : “Todos vynyen al Rey la fija le demandar”.

32Alex., 1092c : “fueron a Alexandre//reçebir lo a la uia”

33où l'action se décompose en deux temps, d'abord celle d'aller, puis celle qui est spécifiée par l'infinitif. Quant au premier cas, il peut être utilement simplifié par l'opposition “querer”/“poder” employés comme régents : si “hacer” est une action, “quiero hacerlo” est aussi, en soi, une action, alors que “puedo hacerlo” n'est qu'un commentaire sur l'action. Il y a dans le premier exemple deux actions distinctes, celles de “querer” et celle de “hacer”, la première étant seule réalisée ; dans le second exemple, il n'y a aucune action réalisée, mais seulement un commentaire sur une action possible.

34Une telle distinction pourrait rendre compte de la différence de traitement de “querer” et “poder” employés comme régents. Dans les échantillons étudiés du XIIIe siècle, on trouve, parmi les occurrences de pronom incident à l'infinitif, 51 exemples avec le verbe “querer” comme régent, et 28 seulement avec “poder”. Comme la fréquence de “poder” est très supérieure à celle de “querer”, il faut en conclure que “querer” favorise incontestablement le report de l'incidence du pronom sur l'infinitif. Cela est d'ailleurs confirmé par l'examen des occurrences négatives de ces deux verbes utilisés comme régents : il y en a le tiers pour “querer” (17/51), c'est-à-dire, grosso modo, la fréquence normale des formes négatives, ce qui semble indiquer que ce verbe suffit à lui seul à rejeter le pronom sur l'infinitif ; en revanche, c'est les trois-quarts (21/28) pour “poder” qui a besoin, pour y parvenir, du renfort de la négation (voir paragraphe précédent).

  • 6 Les verbes du type : “ir”, “venir”, etc. n'entrent plus dans cette catégorie puisque désormais con (...)

35Aux XVe et XVIe siècles, la tendance se confirme et s'accentue, sans doute en raison de l'effacement du rôle de la négation. Pour l'ensemble des textes de la deuxième moitié du XVe, du XVIe, plus le Don Quichotte6, on trouve :

36pour “querer” : 88 cas d'incidence à l'infinitif contre 106 cas d'incidence au régent ;

37pour “potier” : 61 cas d'incidence à l'infinitif contre 319 cas d'incidence sur le régent.

38Les tests statistiques (Pearson, Yule) écartent formellement toute possibilité de distribution aléatoire et indiquent au contraire une corrélation très intense entre l'emploi de “querer” comme régent et le report du pronom sur l'infinitif.

39Il est donc plausible de penser que le groupe régent-infinitif, qui, au XIIIe siècle, embrassait dans une même vision les deux actions exprimées par les deux verbes, ait vu peu à peu, vraisemblablement sans que les locuteurs en soient conscients, ces deux actions éclater en deux visions autonomes : il devenait sémantiquement plus difficile de maintenir sur le régent une incidence syntaxiquement fonctionnelle mais sans doute ressentie comme illogique.

403) Enfin, le troisième élément qui favorise le report du pronom sur l'infinitif, c'est la présence d'une préposition entre le régent et l'infinitif. Il est tout à fait remarquable que, dans les textes du XIIIe siècle, on dénombre 100 exceptions à la règle de l'incidence au régent dans les exemples avec préposition, contre 139 pour les cas sans préposition qui sont statistiquement à peu près trois fois plus nombreux. Sur ces 100 exceptions, il y en a 75 avec la préposition a et seulement 25 avec de. Pour donner une idée de ce rôle de a, on peut observer que dans la Crónica General, alors qu'il n'y a que 2 exceptions pour les formes sans préposition, il y en a 35 (contre 103 “normaux”) avec la préposition a. Dans Calila, toujours avec a, 16 exceptions contre 28 cas “normaux”.

  • 7 Menéndez Pidal distingue trois parties différentes dans la Crónica. Cette distinction semble confi (...)

41Ce rôle séparateur de a peut être mis en évidence d'une autre façon. En effet, les verbes de mouvement (“ir”, “venir”, “salir”, etc.) sont souvent construits au XIIIe siècle sans préposition. Or, dans la première partie de la Crónica General7, chaque fois qu'avec un de ces verbes la préposition a apparaît, le pronom, qui était incident au régent, passe sur l'infinitif :

42“Ir” sans préposition : 38b25 : “e fuel reçebir con muy grandes campannas”. Id. en 38b19 : “yr a vella”. Id. en 76b32.

43“Venir sans préposition : 25a20 :”e vinien le ayudar. Id. en 11a33, 13b12, 23a14, 35a10, 35b12, 38b26.

44“Venir avec prépositions : 75a44 : “unienen a perser se”. Id. en 57a15 et 76b32.

45On pourrait examiner aussi l'hésitation courante dans l'emploi des prépositions a et de : “aver a/de”, “començar a/de”, “treverse a/de-/o”. A triomphe lorsque la dissociation de l'action en deux temps s'impose définitivement. Avec “aver”, auxiliaire à sémantisme faible c'est de qui l'a finalement emporté, alors qu'avec “ir”, “empezar”, etc., il y avait une sorte de contradiction entre la dualité sémantique régent-infinitif et le caractère unificateur de de. La même contradiction peut aussi entraîner la disparition de toute préposition si la dissociation est telle qu'elle rend le lien inutile : c'est le cas pour “acordar de”, “determinar de”, “pensar de ”, “asmar de”, qui perdent définitivement leur préposition au début du XVIe siècle. Ces faits nous indiquent aussi que, sans doute, la différence de valeur entre a et de s'approfondit : a est tension vers et discontinuité, de continuité depuis une origine. De là le rôle de lien de de et la valeur “séparatrice” de a.

46Du XIV au XVIe siècle, la préposition a va continuer à contribuer puissamment à l'éclatement du groupe régent-infinitif. Pour l'ensemble des échantillons étudiés, elle entraîne 100 incidences sur l'infinitif, contre 224 cas d'incidence au régent. Dans le même temps, de ne provoque que 26 exceptions, contre 221 cas “normaux”.

47Ainsi donc, la rapide analyse des différents facteurs qui concourent à séparer l'infinitif de son verbe régent confirme que c'est bien dans cette dissociation qu'il faut chercher la cause du report progressif de l'incidence du pronom sur l'infinitif. On voit s'estomper l'importance d'une structure fonctionnelle, d'un enchaînement syntaxique (Régent-Infinitif) au profit d'un sémantisme à deux éléments où le pronom vient “s'accrocher” à l'élément dont il dépend logiquement.

Notes

1 L'infinitif est précédé d'un verbe-régent dans trois cas bien distincts : a) Sujet de l'infinitif et sujet du régent sont différents : ex. Cid : “Veriedes armarse moros” ; b) L'infinitif est sujet du verbe apparemment régent. Type : “Plógole fazerlo” ; c) Infinitif et régent ont le même sujet : le régent joue en fait un rôle d'auxiliaire ; il peut être, ou non, séparé de l'infinitif par une préposition. Type : “lo puedo hacer” ou “lo he de hacer”. C'est le seul cas examiné ici, le seul où la place du pronom jouisse d'un certain degré de liberté puisque dans les autres cas, elle est déterminée par le sémantisme contradictoire du régent et de l'infinitif. Il est fondamental de distinguer les trois cas énumérés ci-dessus, RAMSDEN (Weak Pronoun Position in the Early Romance Languages, Manchester University, 1963, p. III) qui les confond, aboutit à des résultats peu exploitables.

2 Ceci n'est évidemment valable que si le régent a une valeur d'auxiliaire ou de semi-auxiliaire. Si le régent est sémantiquement plein, si régent et infinitif sont sentis comme sémantiquement distincts, le pronom devient incident à l'infinitif : cf. “trabajarse de”, “asmar de”, “atreverse de”, etc. dans la Crónica General.

3 C'est un phénomène comparable qui, aux XVIe et XVIIe siècles, entraîne des enclises sur le participe passé.

4 Cid, v. 1070, 1721. Alex., 770b, 1573c, etc.

5 Cf. RAMSDEN, op. cit., chap. IV, p. 134.

6 Les verbes du type : “ir”, “venir”, etc. n'entrent plus dans cette catégorie puisque désormais construits avec a. Il s'agit de verbes comme : querer, desear, pensar, andar, proponer, procurar, determinar, etc.

7 Menéndez Pidal distingue trois parties différentes dans la Crónica. Cette distinction semble confirmée par les écarts qu'on relève entre ces trois parties dans l'usage des pronoms-objets.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/1027/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540