Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouveau monde et renouveau de l’histoire naturelle. Volume III

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
Jean-Pierre Clément
, 
Francisco Pelayo
, 
et al.

Recherches zoologiques en Nouvelle-Grenade à la veille de l’Indépendance

Investigaciones en Nueva Granada en vísperas de la Independencia

Jeanne Chenu

Résumé

Dentro de los límites de este artículo, se estudian las condiciones de la aparición de la ciencia zoológica en el Virreinato de la Nueva Granada a fines del periodo colonial: importancia del cuadro institucional, con la expedición botánica en Nueva Granada, impacto de la rica personalidad de José Celestino Mutis, métodos de observación e investigación. Más particularmente se han analizado unos aspectos de la búsqueda científica del zoólogo de la Expedición Botánica, Jorge Tadeo Lozano, sus fuentes francesas por una parte, y por otra la importancia de su conocimiento del entorno natural y social neogranadino. Aunque limitada, su obra puede considerarse como un testimonio de una identidad cultural especifica de aquella región del continente americano

Texte intégral

  • 1 Jacques Roger, Un philosophe au jardin du Roi. Paris, 1989, p. 405.
  • 2 Georges Petit et Jean Théodoridès, Histoire de la Zoologie des origines à nos jours. Paris, 1962. Á (...)
  • 3 Ce Dictionnaire (1764) figurait parmi les livres d’Histoire naturelle et de voyages fournis par Cha (...)
  • 4 La 10ème édition de 1758 comporte la description de 4 370 espèces et constitua la base sur laquelle (...)

1Comme le remarquait Jacques Roger dans son ouvrage sur Buffon1, le XVIIIème siècle a eu la passion des classifications, car la connaissance des choses existant dans l’Univers devait être soumise « à la raison humaine qui est le reflet de la raison divine ». Éclairé par ce guide tout puissant, le monde animal allait lui aussi, au même titre que le monde végétal, être inventorié, répertorié, dans un effort d’identification et de nomenclature, afin d’être arraché aux affabulations et autres représentations mythologiques ou fantastiques dans lesquelles il avait été enfermé pendant plusieurs siècles2. Des œuvres monumentales comme l’Encyclopédie ou l’Histoire Naturelle de Buffon (1749-1788), la constitution d’un instrument de travail comme le Dictionnaire raisonné d’Histoire Naturelle de Valmont de Bomare3 symbolisent à elles seules cette volonté de connaître, tandis que l’irremplaçable Systema Naturae de Linné (1ère éd. 1735)4 allait devenir la Bible du naturaliste pour l’Europe et pour le Nouveau Monde.

  • 5 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, éd. facsimil de la 1ère(...)

2Malgré les progrès réalisés par la science des animaux au XVIIème siècle, l’animal, dans l’ordre du vivant, était encore une énigme au XVIIIème siècle, et l’Encyclopédie ne manquera pas de soulever ce problème. A la question posée « Qu’est-ce que l’animal ? » la réponse arrive hésitante : « Voilà une de ces questions dont on est d’autant plus embarrassé qu’on a plus de philosophie et plus de connaissance de l’Histoire naturelle »5. S’appuyant sur Buffon, Diderot considère qu’il est possible d’essayer d’éclairer le problème en cherchant à analyser la ligne de partage entre le végétal et l’animal, prenant pour exemple limite le polype d’eau douce ; cependant, malgré l’aide de la « profonde métaphysique et des grandes idées » de M. de Buffon, il estime qu’il vaut mieux faire appel à l’appui scientifique de M. Daubenton.

  • 6 Cf. Antonello Gerbi, La Naturaleza de las Indias Nuevas. México, 1978, chap. V et VIII.
  • 7 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia de las Indias, 5 tomes. Madrid, 1959, livre XXVI, chap. X, p. (...)
  • 8 Lucás Fernández de Piedrahita, Noticia historial de las Conquistas del Nuevo Reino de Granada. Bogo (...)

3Qu’en était-il dans le monde ibéro-américain, et plus particulièrement dans la vice-royauté de Nouvelle-Grenade ?6 La faune américaine, on le sait, tout autant que les plantes, les arbres, l’étonnante végétation rencontrés par les découvreurs, attira très vite l’attention des chroniqueurs mais sans être à l’origine, souvent pour des raisons de circonstances, d’une appréhension aussi précise que celle du monde végétal. La faune restait auréolée d’étrangeté ou, quand elle échappait au charme du mystère se retrouvait limitée par une interprétation utilitaire dans le but de satisfaire une nécessité gastronomique ou de constituer un élément de divertissement. Les particularidades de la province de Santa Marta évoquées par González Fernandez de Oviedo7 font état des oiseaux, oiseaux de proie destinés à la chasse (azor, cernícalo, neblíes, gavilanes, esmerejones) donc à la capture ; le recensement faunique de la région de Bogota souligne l’abondance d’une variété de lapins (toujours utiles sur une table), de poissons de rivière (en réalité n’apparaît qu’une seule espèce) ou dans la zone Quimbaya de cervidés et de lapins identiques à ceux de Santa Marta. Bref, il s’agit d’un éventail assez peu diversifié. La description du comportement des animaux, dans la mesure où elle est une des composantes du discours de la chronique, tient plus de la littérature que d’une approche naturaliste. Quelques vignettes accompagnent le récit : pour le monde animal, le dessin d’un serpent, des plus conventionnels, est destiné à concrétiser de façon élémentaire quelques-unes des observations du chroniqueur (qui n’était vraiment pas un dessinateur). Un siècle plus tard (1688) Lucas Fernandez de Piedrahita8 se contente du même type d’observations qu’Oviedo, constatant l’abondance des cerfs, des ours, des lapins, des tapirs et des chats sauvages qui excitent le goût de la chasse. Après tout, la rencontre de l’homme et de l’animal depuis toujours ne comporte-t-elle pas un caractère ludique, le plaisir de la chasse ? Les forêts abritent des oiseaux aux noms inconnus dans le monde européen (toches, siote, babagué), quant aux bêtes sauvages, elles se signalent par l’existence de « víboras, culebras de muchas diferencias y grandezas », parmi lesquelles la redoutable “taya” sur laquelle nous reviendrons. Sur le plan du discours, Piedrahita reste fidèle au style amène de la chronique et nous ne pouvons que constater le flou de la description des animaux.

  • 9 Jeanne Chenu, "Un apôtre de la science en Nouvelle-Grenade à l’époque de Humboldt, José Celestino M (...)
  • 10 Wilfrid Blunt, Linné, le Prince des Botanistes. Paris, 1986, pp. 279-280.

4Les progrès de la zoologie en Espagne et en Amérique espagnole illustrent l’exigence du connaître et du savoir véhiculée par le courant des Lumières européennes et transférée dans le Nouveau Monde par l’intermédiaire de l’Illustration espagnole. Comme en Europe il faut remarquer le rôle joué par la rencontre du mécénat politique et de certaines personnalités orientées vers l’investigation de l’Univers. Une fois de plus nous signalerons la destinée américaine de José Celestino Mutis9, gaditan dont l’inlassable curiosité devait apporter une contribution irremplaçable à la constitution des collections royales, tout comme son maître, le Suédois Linné, avait trouvé au château d’Ulriksdal et de Drottningholm l’occasion de travailler sur les collections du roi Adolphe-Frédéric en collaboration avec leurs augustes propriétaires.10

  • 11 María de los ángeles Calatayud, "El Real Gabinete de Historia Natural de Madrid", Carlos III y la C (...)
  • 12 José Antonio Amaya, Mutis, Apôtre de Linné en Nouvelle-Grenade, Histoire de la Botanique dans la Vi (...)
  • 13 J. C. Mutis, Diario de Observaciones. Bogotá, 1957, 2 vols.
  • 14 Guillermo Hernández de Alba, Archive epistolar del sabio Mutis. Bogotá, 1947, t. I, p. 17.
  • 15 Blunt, op. cit., p. 332.

5En Europe l’intérêt porté à la zoologie est inséparable de l’organisation des cabinets d’Histoire naturelle qui voient le jour. L’Espagne à son tour sera atteinte par ce qui est d’abord une mode avant d’être un lieu de savoir ; et il est intéressant de souligner que la naissance du Cabinet Royal d’Histoire Naturelle à Madrid, ouvert en 1776 doit beaucoup à l’Amérique : d’une part, le fonds fut constitué par les collections réunies par un commerçant équatorien, Franco Dávila, qui avait vécu vingt-cinq ans à Paris où il avait ouvert un Cabinet d’Histoire Naturelle11 ; d’autre part, Mutis, très désireux de voir se développer le goût pour les sciences de la Nature contribua par ses envois à son enrichissement12. Dès son arrivée en Nouvelle-Grenade en 1760, il consigne dans son Journal l’admiration qu’il ressent pour la nature américaine13 ; il s’efforce de capter son originalité, sa diversité et de la décrire aussi précisément que possible. Mais en face du monde animal, plus encore qu’en Botanique, il souffre d’un manque de bases théoriques et d’une systématique adaptée pour nommer, classer. Mutis trouve le premier support de son approche zoologique dans la Faune de Suède (Fauna Svecica, 1ère éd. 1746)14 que lui signalent Linné et son fils, mais dont il sera en possession seulement en 1773, grâce à l’intermédiaire du vice-roi Guirior. Quant au Systema Naturae, considérablement élargi dans la 10ème édition de 1758, il lui apportera un clarification de l’ancienne classification médiévale et la dénomination binominale, considérée comme le point de départ de la nomenclature zoologique moderne.15

  • 16 Arch. Ep., t. I, lettre du 19 mai 1767, p. 20.
  • 17 Id, p. 450.
  • 18 Id., p. 48 ; Lettre a Bergius - 1778 ; il semble que l’histoire des fourmis n’ait jamais atteint so (...)

6Alors que la correspondance de Mutis est fort riche en observations botaniques, les références à la faune de la vice-royauté sont plutôt rares mais elles sont révélatrices de l’émerveillement que lui procure en particulier le monde des oiseaux si divers, si colorés.16 Le monde des insectes sollicite son attention (moscas, comején), surtout celui des fourmis qu’il a entrepris d’étudier pour répondre à la demande de Linné. Plus de cent cinquante occurrences apparaissent dans le Diario de Observaciones, tant est grande la variété de la famille depuis les fourmis arriéras, rasconas, ou rasca-culas, mulatas, etc. jusqu’aux redoutables tambochas.17 Au total il recense vingt-quatre espèces dont il a appris le « mudo lenguaje », écrit-il et il réussit à réunir un tel matériel d’observations qu’en janvier 1779 il estime pouvoir rédiger très vite un des livres les plus complets qui aient jamais été écrits sur ce thème.18

7Les serpents mobilisent bientôt son attention ; les premières informations apparaissent dans le Diario de Observaciones à partir de 1777 ; il recueille les fables plaisantes qui entourent la connaissance des reptiles et le caractère diabolique de la lutte populaire contre le venin. Sur le plan scientifique il s’attache à la fois à préciser une description morphologique ordonnée, grâce à l’aide du microscope et à recueillir toutes les indications aptes à faire avancer la pratique médicale dans l’application des antidotes.

  • 19 "Representación hecha a su Majestad Carlos III", 20 de junio de 1764 ; Arch. Ep., op. cit., pp. 1-1 (...)
  • 20 J. A. Amaya, op. cit., p. 295.
  • 21 J. Chenu, "Un pélerin de l’Histoire naturelle en Nouvelle-Grenade, fray Diego García (1745-1794), N (...)

8Soucieux de voir se développer en Espagne l’étude de l’Histoire naturelle, comme l’attestent les deux "Representaciones" adressées à Charles III en 1763 et 176419, Mutis commence à faire ses premières expéditions vers Madrid dès 1777, avant même d’être nommé Directeur de l’Expédition Botanique (1783)20. Dans la collection se trouvaient deux espèces de macaques, mais, semble-t-il, ce premier envoi fut accueilli dans l’indifférence la plus totale. Il fallut attendre que prenne corps et se structure la grande aventure de l’Expédition, grâce au soutien du vice-roi Caballero y Góngora, pour que la zoologie trouve, en quelque sorte, ses lettres de noblesse non seulement en Nouvelle-Grenade mais aussi à la Cour. Dans un premier temps, comme nous l’avons vu, les résultats furent modestes et la constitution d’un ensemble animal, propre à une étude rigoureuse relevait plus de 1’aventure et du hasard que d’une collecte systématiquement organisée. Le financement de la branche zoologique était réduit, si l’on en croit Fray Diego García, franciscain incorporé à l’Expédition grâce au soutien de l’archevêque vice-roi.21 Plus collecteur que botaniste ou zoologiste, c’est lui qui jusqu’en 1790 fournit la plus grande partie du matériel animal proposé à l’observation de Mutis.

  • 22 Arch. Ep., t. I, pp. 275-279.

9Le rayonnement que celui-ci exerçait et l’enseignement qu’il dispensait auprès de la jeunesse créole lui permirent de développer sur un fond encyclopédique une spécialisation qui consolida après 1791 l’armature de l’Expédition, aux alentours de 1806-1808, mais qui ne put porter tous ses fruits. Mutis, dans son testament le 17 novembre 180822, délimitera bien les trois branches des activités scientifiques et les responsabilités de chacun des membres de l’institution : à Francisco José de Caldas l’astronomie et l’Observatoire, à Sinforoso Mutis, son neveu, la partie botanique, la Zoologie à Jorge Tadeo Lozano, tandis que Salvador Rizo continuerait à gérer le secteur iconographique.

  • 23 J. Chenu, Francisco José de Caldas, Un peregrine de las ciencias, coll. "Textos de América", Madrid (...)

10Les limites de cet article ne nous permettent pas d’étudier l’activité des principaux collaborateurs de Mutis, mais nous tenons à signaler le travail de Caldas qui, lui aussi, réunit des collections d’animaux, en moindre quantité certes que les végétaux, ajoutant à ses qualités d’observation la liberté de son esprit critique en matière de systématique et son génie inventif appliqué à une zoologie orientée vers la vie économique.23

  • 24 Fabio Lozano y Lozano, "Biografía de Jorge Tadeo Lozano", Boletín de Historia y Antigüedades, añο X (...)
  • 25 Jean Sarrailh, L’Espagne éclairée de la seconde moitié du XVIIIème siècle. Paris, 1964, pp. 449-455 (...)
  • 26 Dr Ε. T. Hamy, Les anciennes Ménageries Royales et la Ménagerie Nationale fondée le 14 brumaire an (...)

11Le zoologue de l’équipe réunie par Mutis est essentiellement Jorge Tadeo Lozano de Peralta y González Manrique (1771-1816)24 qui représente, pourrions-nous dire, “la flor y nata” de cette société créole à la fois riche de son passé et ouverte à un futur de progrès. Son père, descendant d’une riche famille de Tarazona en Aragon réunissait en sa personne les titres les plus honorifiques et les plus anciens du Nouveau Royaume, car le mayorazgo qu’il possédait dans la savane de Bogota avait été élevé à la dignité de Marquisat de San Jorge par Charles III en 1771. Sa grand-mère, une Caicedo, pouvait se vanter d’avoir dans sa lignée un compagnon de Ximénez de Quesada, le capitaine Antonio de Olalla, qui avait reçu en encomienda le quart de la savane de Bogota. Jorge Tadeo de Lozano, fils du premier marquis de San Jorge et frère de l’héritier du titre, entra aisément au Colegio de Nuestra Señora del Rosario en 1781, donc à une période dominée par la personnalité scientifique de Mutis. Deux carrières s’ouvraient au jeune homme à la fin de ses études, le droit ou les armes. Il préféra la carrière militaire, plus brillante et partit pour l’Espagne où il entra dans le régiment des Gardes du Corps, obtenant le grade de capitaine en combattant contre les Français dans le Roussillon. Son séjour à Madrid en 1792-1793 lui permit de suivre les cours de Pedro Gutiérrez Bueno qui assurait les débuts de l’enseignement de la chimie au Laboratoire de chimie de Madrid. Moment important pour Jorge Tadeo car non seulement il s’imprégna des courants scientifiques européens qui pénétraient en Espagne25, mais il put respirer l’air du siècle à Paris où, au dire de ses biographes, il séjourna quelque temps. A cette époque-là, l’enseignement de l’Histoire naturelle s’organisait, à la fois avec la création de chaires et tout un environnement qui répondait à la curiosité et aux nouvelles exigences des naturalistes : le vieux Jardin du Roi devient le Jardin National des Plantes et le 10 juin 1793, un décret de la Convention fonde le Museum d’Histoire Naturelle. La zoologie ne sera pas oubliée et les anciennes Ménageries Royales seront transformées en Ménagerie Nationale adjointe au Jardin des Plantes26.

  • 27 Arch. Ep., t. I p. 249 ; mais en 1805 Tadeo Lozano faisait savoir à Mutis qu’il demandait à être re (...)

12Ainsi conforté dans ses goûts intellectuels, Jorge Tadeo rentre à Santafé en 1797 où il va bénéficier à la fois de l’appui de Mutis sur le plan de sa formation et de sa carrière, et du rayonnement de l’Expédition, puisqu’il se trouve dans la capitale de la Vice-Royauté au moment du passage de Humboldt en 1801. Cette même année, le Recteur du Collège de Nuestra Señora del Rosario et le Directeur de l’Expédition font pression sur le vice-roi Mendinueta pour que soient créés une chaire de chimie et un laboratoire de chimie dont Lozano aurait la charge. L’année suivante, Mutis essaie de le faire nommer à la chaire de mathématiques en remplacement de Fernando de Vergara27. C’est dire que le jeune créole jouissait d’un certain prestige intellectuel dans les milieux "ilustrados" de la capitale ; ajoutons que sa connaissance du français lui permit de traduire la "Géographie des Plantes" de Humboldt, publiée dans le Semanario de Nueva Granada en 1809.

  • 28 J. Fernández Pérez, "La labor zoológica de José Célestino Mutis y Jorge Tadeo Lozano en la Real Exp (...)
  • 29 Federico González Suárez, Memoria Histórica sobre Mutis y la Expédición Botánica. Quito, 1905, p. 1 (...)

13Désigné officiellement comme membre de l’Expédition Botanique par Cédule Royale le 23 janvier 1803, il avait déjà collaboré au travail d’investigation de Mutis qui lui avait fait connaître ses collections et les planches enluminées par l’excellent peintre Antonio Barrionuevo ; cet ensemble devait constituer l’embryon de la Fauna Cundinamarquesa qui voulait être à la Zoologie de la Nouvelle-Grenade ce que la Flora devait être à la Botanique. Mais pas plus que la Flora de Bogota, la Fauna Cundinamarquesa ne put atteindre son plein développement et sa réalisation intégrale, du moins dans l’état actuel des recherches.28 En 1807, Jorge Tadeo Lozano déclare qu’après quatre ans de travail dans la partie zoologique, assuré par son financement personnel et en dépit de sa formation limitée, il a terminé la description et les planches d’environ cent objets, grâce à l’habileté du peintre Antonio Barrionuevo ; toute cette activité, semble-t-il, fut fort appréciée du vice-roi Amar qui écrivait : « he visto con placer las primeras laminas de la obra sobre los animales del Nuevo Reino y sus descripciones. »29

  • 30 Fauna Cundinamarquesa, Colecciin de láminàs que con la posible naturalidad representan los animales (...)
  • 31 La dédicace de 1806 correspond au premier travail élaboré par J. T. Lozano et le nom du souverain n (...)

14Telle qu’elle nous est parvenue, la Fauna Cundinamarquesa se présente comme un corpus assez limité dont les chapitres principaux ont été publiés dans le Semanario de Nueva Granada entre le 3 décembre 1809 et le 24 décembre de la même année, nos 48, 49, 50, 51.30 Elle est précédée d’une dédicace à Ferdinand VII du 26 décembre 180631, qui définit l’organisation et le but de l’œuvre : « presentar en láminas exactas las producciones animales de la antigua Cundinamarca. » On constatera donc l’importance réservée à l’iconographie et la délimitation à la fois géographique et historique de l’aire étudiée. Les paroles laudatives habituelles de la dédicace, propres à l’esprit du “despotisme éclairé”, sont destinées à obtenir du Souverain une aide matérielle, afin de pouvoir poursuivre le travail entrepris. Ensuite Tadeo Lozano développe en un long prologue qui représente environ le tiers de l’ensemble une réflexion philosophique sur la valeur et le rôle de l’Histoire naturelle, complétée par une partie anthropologique avec un tableau résumé des races et des « mélanges” ». Par souci de méthode, il ajoute des « explications » correspondant à deux planches qui devaient représenter des types humains avec leurs caractéristiques vestimentaires et des objets coutumiers, ainsi que les détails concernant deux planches d’animaux divers (perruche, phalène, murex, perroquet, sarigue). Il est évidemment regrettable pour l’ethnographie que les « cuadros al óleo » expédiés avec le matériel de l’Expédition en 1817 n’aient pas été retrouvés. Il faut reconnaître la qualité de l’esprit méthodique de Jorge Tadeo Lozano dans l’organisation de sa Fauna, l’équilibre entre la représentation iconographique et le développement descriptif selon les signes morphologiques extérieurs et l’analyse du comportement, puis la récapitulation systématique basée sur Linné pour chacune des espèces étudiées.

  • 32 M. A. Puig-Samper, "Las ideas antropológicas de Jorge Tadeo Lozano", Actas Simposium Mutis, op. cit (...)

15Nous n’analyserons pas ici l’aspect anthropologique de la Fauna qui déborderait les limites de cet exposé, cependant nous voudrions signaler que la réflexion de Jorge Tadeo Lozano s’inscrit dans la tradition des Lumières avec toute sa richesse et toute sa variété, avec ses ambiguïtés aussi quand il s’agit d’étudier l’homme étranger aux cadres de la civilisation européenne. En gros la pensée de Tadeo Lozano reste conforme à l’interprétation de Buffon32 ; comme chez le naturaliste français l’Histoire des animaux conduit à une réflexion sur l’homme et celui-ci pas plus que l’animal n’échappe au rôle diversificateur du climat que l’on peut résumer ainsi : “la différence entre les traits génériques est proportionnelle aux différentes composantes du climat”. Moins nuancé dans son analyse que son ami F. J. de Caldas, il pose toutefois le problème de l’homme américain qui, lui semble-t-il, a échappé à la réflexion de Lacépède sur les races humaines, dont il s’inspire directement. Mais il est indéniable que la pensée anthropologique de Tadeo Lozano qui, sur bien des points, découle de celle de ses maîtres européens, (Buffon, Lamarck, Lacépède qu’il cite) s’en éloigne parfois, pour refléter sous-jacents les préjugés d’une société créole placée dans une situation coloniale qui déterminait, en partie, ses comportements.

16Pétri de l’idéologie des Lumières qui voyait dans les progrès de la science l’instrument de la félicité publique, Tadeo Lozano mesurera très vite les difficultés que représentait la rédaction d’un ouvrage d’ensemble destiné à éclairer et à former un large public, sans trop en retarder la diffusion. Aussi envisagera-t-il de réduire le champ de son observation en se contentant d’étudier les animaux faciles à acquérir, explique-t-il, ou ceux qu’on voudra bien lui envoyer avec un minimum de renseignements. Il lui faudra donc renoncer à brosser la vaste fresque animalière du Nuevo Reino et de Tierra Firme. De même, au lieu d’une œuvre monumentale coûteuse et difficile à manier le zoologue envisage de publier des cahiers, chacun accompagné de six planches, en ayant soin de parer de quelques ornements littéraires le discours scientifique car, dit-il, la concision linnéenne bonne pour des spécialistes est « aride et stérile » pour des néophytes. Nous voyons ainsi se dégager parallèlement au souci de la rigueur scientifique l’importance d’un projet vulgarisateur avec une participation collective où le savoir populaire, l’empirisme, l’expérience régionale ajouteraient leur contribution à l’effort de taxinomie entrepris par les savants.

  • 33 Ceci nous rappelle la “carte zoologique” imaginée par Lacépède, cf. Discours d’ouverture, An VII.

17Comme le préconisait Caldas, il veut appliquer à la réalité néo-grenadine les avancées de la science pour contribuer au développement économique. C’est ainsi qu’il imagine une sorte de vaste parc naturel (nous dirions aujourd’hui un jardin zoologique où non seulement le comportement des animaux vivants pourrait être observé dans les meilleures conditions, mais où l’art de l’homme créerait aussi des zones de « diferencias de temperamento »33 avec différenciation d’altitude et de température pour permettre l’adaptation progressive d’animaux “exotiques” à des climats différents de leur climat d’origine ; ces conditions réunies permettraient leur multiplication en vue d’éventuelles exportations vers l’Europe. Mais y a-t-il un environnement “naturel” des espèces donné une fois pour toutes ? Tadeo Lozano semble s’interroger. Dans quelle mesure ne faut-il pas tenir compte d’une transformation du paysage “national” modifié par la présence et l’influence espagnoles (constitution des troupeaux, différenciation des pâturages, plantations etc. ; telle est la réflexion à laquelle Tadeo Lozano convie ses lecteurs, réflexion stimulante, ouverte et dynamique pour une zoologie et une éthologie naissantes dans la Vice-Royauté.

  • 34 "Memoria sobre las serpientes para aclarar la historia natural de los que habitan el Nuevo Reino de (...)
  • 35 Lamarck, Recherches sur l’organisation des êtres vivants, 1802, et Cuvier, "Sur un nouveau rapproch (...)
  • 36 "Histoire naturelle des quadrupèdes ovipares, serpens [sic], poissons et cétacés, par M. le Comte d (...)

18Quant au traité sur les serpents, il n’est pas étonnant que Tadeo Lozano lui ait accordé une place importante dans l’étude de la faune de Nouvelle-Grenade, riche en reptiles, et que le Semanario ait accueilli l’essai avec un intérêt manifeste en 1808-1809.34 Le serpent depuis la plus lointaine antiquité a hanté l’imagination des peuples, inquiété historiens et chroniqueurs, nourri la pensée religieuse et entretenu les croyances de sa présence fabuleuse. 1l était normal qu’en Amérique le serpent attirât tout particulièrement l’attention du zoologue, d’autant qu’en Europe commençait à se constituer cette branche nouvelle, l’Herpétologie. Rappelons qu’à la fin du XVIIIème siècle, le comte de Lacépède devint le premier titulaire de la chaire de Zoologie (1795) consacrée à l’étude des reptiles et des poissons. En Espagne, l’Herpétologie se constitua tardivement comme une branche de la Zoologie, dans la deuxième moitié du XIXème siècle seulement. Les bases théoriques de la réflexion de Tadeo Lozano doivent donc beaucoup à des sources françaises. Pour aborder le problème de la classification des serpents, Tadeo Lozano, évidemment, recueille d’abord l’enseignement de Linné dont la méthode, dit-il, est le fil d’Ariane qui conduit à travers le labyrinthe de la Nature, mais il y ajoute l’apport des naturalistes français (Cuvier, Lamarck, Lacépède) ; s’il fait allusion à Cuvier pour étudier la division de la classe des reptiles, il nous semble cependant que, sur ce point, il doive plus à Lamarck35 quand il souligne la présence d’un appareil respiratoire, ce qui constitue un progrès de l’organisation des reptiles dans la distribution générale des animaux. Il est surtout redevable a Lacépède dont il est hors de doute qu’il s’est directement inspiré36 : c’est la même division de l’ordre des serpents en huit genres bien définis, la même organisation, sauf pour le septième genre, l’aganha de Madagascar qui devient huitième chez Lozano, réservé sans doute pour clore un tableau applicable d’abord aux reptiles américains. Ce sont les mêmes éléments morphologiques descriptifs, les écailles en premier, leur disposition, la couleur, la taille, les replis de la peau dans certains cas. En général Lacépède est plus précis et les genres déterminés plus complexes, avec des sous-divisions en espèces, absentes dans l’étude du néo-grenadin. Dans certains cas, on remarque chez le Créole une plus grande économie de moyens descriptifs, tandis que le Français s’abandonne à une envolée lyrique avec une étonnante digression ethnographique suggérées par l’évocation du Boa constrictor (le Devin des Mexicains, vrai morceau d’anthologie). Moins agile dans sa pensée que le naturaliste français ou désireux de ne pas entraîner son lecteur dans une réflexion qui flatterait trop son goût pour le fabuleux, Tadeo Lozano laisse de côté la monstruosité, les monstres « par excès » ou « par défaut » de Lacépède.

19Alors que Lacépède associe pour chaque genre la dénomination linnéenne au nom courant de certains reptiles (la Broderie, le Muet, la Boiquira, le Devin etc.) Tadeo Lozano a recours au nom vulgaire sans équivalence scientifique, tout en respectant scrupuleusement le cadre général de la classification linnéenne : la tatacua dont on dit qu’elle possède des vertus médicinales est classée dans le genre des Cecilia, la verrugosa du Chocó est rattachée hypothétiquement aux acrocordons de Java, mais les Tayas (Bothrops lanceolatus) redoutées et redoutables, absentes dans le traité de Lacépède, n’ont pu être classées par le néo-grenadin, faute de renseignements, hormis la terreur qu’elles inspirent.

  • 37 Cf. Traité de Zoologie, publ. sous la direction de P. Grasse. Paris, 1970, t. XIV, fasc. III, pp. 1 (...)
  • 38 Id., t. XIV, fasc. II, Jean Anthony, "Anatomie de l’appareil venimeux des reptiles".

20Cette classification est loin, évidemment, de la systématique actuelle37, même si la comparaison fait apparaître des coïncidences ; les progrès de l’anatomie comparée ont considérablement enrichi l’Herpétologie, la différenciation de l’appareil venimeux a orienté la classification vers une multiplication des catégories.38

  • 39 Jehan Vellard, Cuatro Conferencias sobre animales venenosos. Buenos Aires, 1944.

21La fonction venimeuse étant l’essentiel de l’activité des reptiles39, Tadeo Lozano, soucieux de protéger un public exposé au danger des morsures va chercher à éclairer son ignorance en matière de venins et d’antidotes. Comme dans la Fauna il manifeste sur ce point le même souci de clarté et la même volonté d’instruire ; dans un premier temps, il expose en treize points une rigoureuse méthode d’observation, avec une intention pédagogique évidente : il conseille un examen, attentif de l’organisation buccale du serpent, puis une série d’expériences sur l’appareil venimeux et sur le venin lui-même. C’est seulement en essayant de dégager un principe uniformisateur d’investigation qu’il pense pouvoir arracher la connaissance du monde des serpents aux « patrañas » de « campesinos zafios », aux extravagances des charlatans et guérisseurs. Il veut faire parler les faits et mène une enquête auprès de deux cents personnes afin de classer les résultats en dix points selon les effets de la morsure, les conditions d’environnement, la nature du sujet observé, la relation entre certains serpents, leur localisation et les dommages causés, car une des difficultés majeures rencontrées par le naturaliste tient à la grande diversité des provinces.

  • 40 Traité sur le venin de la vipère, sur les poisons américains, sur le laurier-cerise et sur quelques (...)
  • 41 Signalons un très long article sur les vertus du guaco et sa découverte grâce à l’expérience d’un N (...)
  • 42 Il s’agit d’un extrait de lettre envoyée par Don Luis Rieux à Don Antonio Cavanilles, Anales de His (...)

22Dans un deuxième temps, il aborde le problème des antidotes à travers les témoignages recueillis auprès de gens simples, mais aussi en s’appuyant sur l’œuvre du spécialiste en la matière, l’abbé Félix Fontana, Italien au service de l’Archiduc de Toscane et directeur de son Cabinet d’Histoire Naturelle, il publia en 1781 à l’adresse des membres de l’Académie Royale des Sciences d’Upsal un Traité sur le venin de la vipère, sur les poisons américains, sur le laurier-cerise et sur quelques Poisons végétaux. Son ouvrage, révélateur d’un extrême souci d’expérimentation marque un progrès certain dans l’étude des antidotes, basée sur 6 000 expériences, sur l’utilisation de 3 000 vipères et sur l’observation de 4 000 animaux (avec une réflexion déontologique sur l’utilisation des animaux à des fins expérimentales). Nous constaterons, au passage, la très grande liberté d’esprit manifestée par Fontana qui critique Buffon et sa théorie des molécules organiques présentes dans le venin, Bouguer et sa crédulité ou Jussieu abusé par une expérimentation douteuse.40 Comme l’Italien, Tadeo Lozano classe les moyens de lutte contre la morsure venimeuse : utilisation de moyens mécaniques, la ligature et ses risques (la gangrène), l’amputation barbare pratiquée par les negros bozales, l’enfouissement dans la terre du membre atteint ou la succion par le guérisseur. D’autre part, il préconise l’emploi de substances chimiques, guidé par l’abbé Fontana qui, procédant par élimination, concluait à « l’imbécillité absolue » de l’emploi de l’alcali volatil. Tadeo Lozano ne retient que la potasse caustique (l’alcali caustique) et la corne de cerf calcinée appliquées sur la morsure. Il accorde un rôle privilégié aux productions végétales de la Nouvelle-Grenade, le quinquina, notamment la variété de quinquina rouge, occasion pour lui de rendre hommage à Mutis, le tabac en poudre, mais il reste circonspect quant aux résultats de leur emploi. Très prudent, il va jusqu’à démythifier le fameux guaco41 dont les vertus antivenimeuses avaient fait l’objet de maints commentaires, de récits anecdotiques aussi bien chez Mutis, Caldas, Humboldt qu’au delà des mers sous la plume de Cavanilles dans les Anales de Historia Natural (n° 18, mai 1803)42.

  • 43 J. T. Lozano avait pressenti une géozoologie comme en témoignent les études des herpétologues conte (...)

23Les difficultés de l’œuvre zoologique entreprise par Jorge Tadeo Lozano expliquent en partie son inachèvement ; maintes fois il a déploré le manque de spécialistes, la pénurie de livres, l’absence de fonds (« lo reducido de mi caudal », comme il l’écrit), en dépit de l’aide de ses amis. Son travail reste un témoignage de cette sensibilité créole au monde américain enrichie par l’apport des naturalistes européens ; il est aussi l’expression d’un sentiment de responsabilité collective aussi bien à l’égard de populations abandonnées à l’ignorance et aux superstitions que de lecteurs culturellement privilégiés. Scientifique, son œuvre l’est assurément, même avec ses limites, elle a le mérite à nos yeux de ne pas séparer la science d’une perspective socio-politique sous-jacente, toujours présente dans les spéculations intellectuelles d’une génération décimée lors des luttes pour l’Indépendance.43

Notes

1 Jacques Roger, Un philosophe au jardin du Roi. Paris, 1989, p. 405.

2 Georges Petit et Jean Théodoridès, Histoire de la Zoologie des origines à nos jours. Paris, 1962. Ángel CABRERA, La Zoología en la Edad Media y el Descubrimiento del Mundo Nuevo. Buenos Aires, 1949.

3 Ce Dictionnaire (1764) figurait parmi les livres d’Histoire naturelle et de voyages fournis par Charles III à Lôpez Ruiz pour accomplir sa mission au Royaume de Santa Fé.

4 La 10ème édition de 1758 comporte la description de 4 370 espèces et constitua la base sur laquelle allait s’appuyer toute la systématique moderne. Linné adopte la nomenclature binominale ; J. Roger fait remarquer (op. cit., p. 406) que Linné n’accepte que cinq catégories à l’intérieur d’un règne : la classe, l’ordre, le genre, l’espèce, la variété.

5 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, éd. facsimil de la 1ère édition, 1751-1780, Stuttgart, 1966, vol. I, pp. 471-472.

6 Cf. Antonello Gerbi, La Naturaleza de las Indias Nuevas. México, 1978, chap. V et VIII.

7 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia de las Indias, 5 tomes. Madrid, 1959, livre XXVI, chap. X, p. 81. et chap. XXIII, p. 111, l. XLV, chap. III, p.30.

8 Lucás Fernández de Piedrahita, Noticia historial de las Conquistas del Nuevo Reino de Granada. Bogotá, 1973, vol. I, chap. I, p. 45.

9 Jeanne Chenu, "Un apôtre de la science en Nouvelle-Grenade à l’époque de Humboldt, José Celestino Mutis", Hommage au Professeur Charles Minguet, Mundus Novus, Nouveaux Mondes (XVIème-XIXème siècles). Éd. J. Potelet et J. M. Farré. Paris : Université de Nanterre, 1993, pp. 103-121.

10 Wilfrid Blunt, Linné, le Prince des Botanistes. Paris, 1986, pp. 279-280.

11 María de los ángeles Calatayud, "El Real Gabinete de Historia Natural de Madrid", Carlos III y la Ciencia de la Ilustración, compilación M. Sellés, J. L. Peset, A. Lafuente. Madrid, 1988, pp. 264-265.

12 José Antonio Amaya, Mutis, Apôtre de Linné en Nouvelle-Grenade, Histoire de la Botanique dans la Vice-Royauté espagnole de la Nouvelle-Grenade, 1760-1783, Thèse sur support magnétique, Paris : E.H.E.S.S., 1992, en cours de publication, pp. 294-297.

13 J. C. Mutis, Diario de Observaciones. Bogotá, 1957, 2 vols.

14 Guillermo Hernández de Alba, Archive epistolar del sabio Mutis. Bogotá, 1947, t. I, p. 17.

15 Blunt, op. cit., p. 332.

16 Arch. Ep., t. I, lettre du 19 mai 1767, p. 20.

17 Id, p. 450.

18 Id., p. 48 ; Lettre a Bergius - 1778 ; il semble que l’histoire des fourmis n’ait jamais atteint son destinataire, Linné, sans provoquer pour autant de grands regrets chez Mutis.

19 "Representación hecha a su Majestad Carlos III", 20 de junio de 1764 ; Arch. Ep., op. cit., pp. 1-15.

20 J. A. Amaya, op. cit., p. 295.

21 J. Chenu, "Un pélerin de l’Histoire naturelle en Nouvelle-Grenade, fray Diego García (1745-1794), Nouveau Monde et Renouveau de l’Histoire naturelle, t. I, Paris : Publications de la Sorbonne Nouvelle, 1986.

22 Arch. Ep., t. I, pp. 275-279.

23 J. Chenu, Francisco José de Caldas, Un peregrine de las ciencias, coll. "Textos de América", Madrid : Historia 16, 1992. Cf. liste du matériel d’une première expédition par Caldas, lettre du 6 janvier 1804, F. J. de Caldas, Cartas, Bogotá, 1978, pp. 232-233.

24 Fabio Lozano y Lozano, "Biografía de Jorge Tadeo Lozano", Boletín de Historia y Antigüedades, añο X, n° 116, junio 1916, Bogotá, pp. 449-451.

25 Jean Sarrailh, L’Espagne éclairée de la seconde moitié du XVIIIème siècle. Paris, 1964, pp. 449-455·

26 Dr Ε. T. Hamy, Les anciennes Ménageries Royales et la Ménagerie Nationale fondée le 14 brumaire an II (4 novembre 1793), Discours pour le centenaire. Paris, 1893.

27 Arch. Ep., t. I p. 249 ; mais en 1805 Tadeo Lozano faisait savoir à Mutis qu’il demandait à être relevé de ses fonctions, car, faute de rémunération, il était obligé de s’occuper de ses terres, Arch. Ep., t. IV, p. 37. Outre ces activités J. Tadeo Lozano s’occupa de problèmes socio-économiques et juridiques. Engagé dans les luttes pour l’Indépendance, il rédigea la Constitution de 1811, exerça le pouvoir comme premier Président de Cundinamarca, charge à laquelle il dut renoncer en septembre 1811. Fait prisonnier par les troupes de Morillo, il fut fusillé le 6 juillet 1816, peu de temps avant Caldas.

28 J. Fernández Pérez, "La labor zoológica de José Célestino Mutis y Jorge Tadeo Lozano en la Real Expedición al Nuevo Reino de Granada", Actas del Simposio Mutis, Cádiz, 1986, n° .395-409.

29 Federico González Suárez, Memoria Histórica sobre Mutis y la Expédición Botánica. Quito, 1905, p. 111.

30 Fauna Cundinamarquesa, Colecciin de láminàs que con la posible naturalidad representan los animales de todas closes que habitan en el Nuevo Reino de Granada y Provincias de Tierra Firme en la América Meridional, recogidos, descritos y metidicamente determinados por Jorge Tadeo Lozano Maldonado de Mendoza. Santa Fe, 26 de diciembre de 1806. Nous remercions J. A. Amaya de nous avoir communiqué une photocopie du texte connu aujourd’hui dont la partie publiée dans le Semanario avait constitué le premier corpus de notre étude.

31 La dédicace de 1806 correspond au premier travail élaboré par J. T. Lozano et le nom du souverain n’y apparaît pas. La Fauna étant publiée dans le Semanario en 1809, on peut supposer que l’auteur ou l’éditeur a ajouté le nom de Ferdinand VII sans modifier la rédaction de la première dédicace. Il ne nous a pas été possible de consulter le manuscrit original.

32 M. A. Puig-Samper, "Las ideas antropológicas de Jorge Tadeo Lozano", Actas Simposium Mutis, op. cit., pp. 409-419. Aux sources signalées par M. A. Puig Samper nous ajouterons Lacépède dont Tadeo Lozano s’inspire directement et qu’il nuance ; pour lui la race mongole de Lacépède ne concerne que l’Asie. Les idées de Lacépède sont exposées très clairement et de façon reitérative dans ses Discours d’ouverture et de clôture du cours d’Histoire Naturelle par M. de Lacépède, An VI-An IX (1798-1801). G. CUVIER, Leçons d’anatomie comparée (1800-1805).

33 Ceci nous rappelle la “carte zoologique” imaginée par Lacépède, cf. Discours d’ouverture, An VII.

34 "Memoria sobre las serpientes para aclarar la historia natural de los que habitan el Nuevo Reino de Granada, y para cerciorarse de los verdaderos remedios capaces de favorecer a los que han sido mordidos por las venenosas", Semanario de la Nueva Granada, éd. Lasserre, Paris, 1849, p. 87 et suiv.

35 Lamarck, Recherches sur l’organisation des êtres vivants, 1802, et Cuvier, "Sur un nouveau rapprochement à établir entre les classes qui composent le Règne animal (1802)", Annales du Museum, vol 10, 1812, pp. 73-84.

36 "Histoire naturelle des quadrupèdes ovipares, serpens [sic], poissons et cétacés, par M. le Comte de Lacépède pour faire suite aux œuvres de M. de Buffon" (1788). Édition consultée, Œuvres Complètes de Buffon. Paris, 1832, t. V, vols 65-66.

37 Cf. Traité de Zoologie, publ. sous la direction de P. Grasse. Paris, 1970, t. XIV, fasc. III, pp. 1125-1150.

38 Id., t. XIV, fasc. II, Jean Anthony, "Anatomie de l’appareil venimeux des reptiles".

39 Jehan Vellard, Cuatro Conferencias sobre animales venenosos. Buenos Aires, 1944.

40 Traité sur le venin de la vipère, sur les poisons américains, sur le laurier-cerise et sur quelques autres poisons végétaux, par M. Félix Fontana, physicien de S. A. R. l’Archiduc Grand-Duc de Toscane et Directeur de son Cabinet d’Histoire Naturelle, avec plusieurs planches. Florence, 1781, t. I, p. 91 et t. II, p. 37.

41 Signalons un très long article sur les vertus du guaco et sa découverte grâce à l’expérience d’un Noir du Choco, par Pedro Fermin de Vargas dans le Papel Periódico de Santafé de Bogota, nos 34-35, année 1791, éd. fac-simil, t. I, pp. 199-295 (avec erreur de pagination). Pour Humboldt, cf. Biographie de Mutis, Biographie Universelle. Paris : Michaud, 1846, t. XXIX, pp. 659-662.

42 Il s’agit d’un extrait de lettre envoyée par Don Luis Rieux à Don Antonio Cavanilles, Anales de Historia Natural, vol. VI, p. 314.

43 J. T. Lozano avait pressenti une géozoologie comme en témoignent les études des herpétologues contemporains, cf. C. Pérez Santos y A. G. MORENO, "Distribucion altitudinal de las serpientes en Colombia", Revista Española de Herpetología, vol. I, 1986, pp. 9-29.

Auteur

Paris VIII - C.I.A.E.C.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540