Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouveau monde et renouveau de l’histoire naturelle. Volume III

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
Jean-Pierre Clément
, 
Francisco Pelayo
, 
et al.

Mutis et l’Histoire naturelle espagnole (1760-1765)

Mutis y la Historia natural española (1760-1765)

José Antonio Amaya

Résumé

Se propone una nueva interpretación de las conocidas Representaciones que José Celestino Mutis (1732-1808) dirige a Carlos III desde el virreinato de la Nueva Granada en 1763 y en 1764. Se intenta colocar en su contexto nacional e internacional el proyecto de Mutis, naturalista ilustrado. Este proyecto tiene una doble dimensión: la creación de una expedición científica en Nueva Granada e incluso en América española con el objeto de fundar en Madrid un gabinete de historia natural con un jardín botánico anexo. En seguida se identifican y presentan los eventuales protectores de Mutis en la Corte de Carlos III (Ensenada y Wall, ministros de Fernando VI), y se revelan y establecen sus relaciones con la comunidad científica española y europea. Finalmente se aborda la cuestión de la recepción en Madrid del proyecto de Mutis

A la mémoire de Marc Desborde

Texte intégral

Les Requêtes à Charles III (1763 et 1764)1

  • 1 La Requête de 1764 a été publiée par D. Mendoza Pérez, Expedición Botánica de J. C. Mutis al Nuevo (...)
  • 2 Les seules études consacrées aux Requêtes de Mutis sont, à notre connaissance, celle de L. C. Arbol (...)

1La lecture traditionnelle des Requêtes de Mutis à Charles III lui prête comme but principal, soit l’organisation d’une expédition scientifique à travers l’Amérique espagnole, soit l’établissement d’un cabinet d’Histoire naturelle à Madrid2 · Bien sûr, on ne manque pas de présenter Mutis comme le successeur de Francisco Hernández (1517-1587) et de Pehr Löfling (1729-1756), ni d’évoquer ses idées sur l’étude et l’exploitation des ressources des colonies, notamment le quinquina de Loja (Cinchona officinalis) et le cannelier de Macas et de Quixos (Laurus indica).

2Certes, tous ces aspects sont exacts. Cependant, il nous semble que la Requête de Mutis mérite une analyse plus unitaire. Si Mutis veut créer et diriger une expédition en « Nouvelle-Grenade et même à travers l’Amérique », c’est pour revenir à Madrid fonder un cabinet d’Histoire naturelle destiné d’abord à l’étude et à la classification de ses collections, puis à leur exposition au public.

  • 3 Cf. J. A. Amaya, Op. cit., pp. 175,204-295, 215, 246 et ss.

3D’autre part, et pour ne pas revenir sur cette question, même si Mutis se dit le « restaurateur » de l’Histoire naturelle de l’Espagne américaine, reprenant la tradition d’Hernández tout en se déclarant successeur de Löfling, nous avons déjà démontré combien ces assertions soulèvent d’interrogations et, qu’en réalité, cette filiation n’est autre que symbolique3.

  • 4 Cf. Ma de los A. Calatayud Arinero, Pedro Franco Dávila y el Real Gabinete de Historia Natural (Mad (...)

4Cette proposition de cabinet est au moins la troisième présentée à la Couronne. En 1752, Antonio de Ulloa (1716-1795) projette un musée qui ne dépassera pas l’état embryonnaire. En 1753, Pedro Franco Dávila (1711-1786), créole né à Guayaquil et futur directeur du Cabinet Royal créé à Madrid en 1771, essaye, par l’intermédiaire du marquis de la Ensenada, d’offrir à Ferdinand VI le cabinet qu’il constitue à Paris depuis 1745. Ces démarches avortent en raison de la disgrâce d’Ensenada en 1754. Dávila réitère personnellement sa proposition en 1758 et, cette fois, ce sont la mort de la reine Doña María Bárbara de Bragance et la maladie du roi qui y font obstacle. Après le décès de Ferdinand VI en 1759, Dávila patiente à Madrid jusqu’à l’arrivée de Charles III4, mais là encore, la réponse n’est pas favorable. Mutis, résidant à Madrid à cette époque, est-il au courant des démarches de Dávila ? Le rencontre-t-il personnellement et connaît-il l’existence de son cabinet ?

  • 5 Le premier titre que Mutis a donné à cette œuvre est : « Florae Bogotensis / Rudimenta. / Succinta (...)
  • 6 Cf. J. A. Amaya, Op. cit., Annexe n° 1 : "Catalogue des descriptions et observations pour la Flora (...)

5Quoi qu’il en soit, ce qui retient notre attention chez Mutis, c’est tout d’abord sa qualité de voyageur et le caractère national qu’il veut assurer à son cabinet, en le constituant avec des collections préparées par ses soins. En effet, arrivé en Nouvelle-Grenade le 31 octobre 1760, il entreprend son Histoire Naturelle, plus particulièrement sa Flora de Bogotá5 dont la plus ancienne description est datée de Carthagène des Indes, le 19 novembre 17606. Cette description n’indique pas de détermination mais suit strictement les préceptes de la Philosophia Botanica de Linné. Dès le début de son œuvre, Mutis imprime à ses recherches un incontestable caractère taxinomique, spécifique de la Botanique des Lumières, grande nouveauté en Espagne où la Botanique reste subsidiaire de la Médecine et, surtout, de la Pharmacie. Il ne cache pas au monarque son adhésion ni sa correspondance avec le « Prince de l’Histoire naturelle ». Il affiche son intention de relier la Botanique espagnole à la réforme linnéenne alors que, dans le même temps (1764), Charles III ordonne au Protomedicato de publier le quatrième tome de la Flora española de Joseph Quer (1695-1764), œuvre la plus aboutie du tournefortianisme en Espagne et dans laquelle, nous le savons bien, Linné est âprement critiqué.

6En plus de la partie botanique, l’œuvre de Mutis comprend des chapitres sur « la Médecine, la Physique, la Géographie, l’Astronomie et quelques autres branches des sciences mathématiques ». Dès son commencement, elle embrasse également l’Entomologie, l’Ornithologie, l’Herpétologie entre autres, mais les sources dont nous disposons aujourd’hui ne nous permettent d’aborder positivement que la partie botanique. De tels propos, exprimés peut-être avec un excès de modestie et sans le soutien de matériaux, évoquent les voyages du XVIIe siècle (L. Feuillée, A. F. Frézier) ou encore des expéditions comprenant plusieurs savants (Ch. M. de La Condamine). Mutis n’a pas voulu mettre à profit l’exemple de ses contemporains (J. de Jussieu, N. J. Jacquin, P. Löfling) qui se sont limités presque exclusivement à l’Histoire naturelle, en particulier à la Botanique.

  • 7 Les ouvrages les plus autorisés sur le Jardin de Migas Calientes sont, à notre connaissance, ceux d (...)

7Mutis ne s’arrête pas là. A son cabinet, il veut adjoindre un jardin botanique. Or, il n’ignore pas qu’à Madrid existent déjà et l’essai de Cabinet d’Ulloa et le Jardin Royal du Soto de Migas Calientes créé depuis 17557. Il n’hésite pas à les qualifier devant Charles III « d’ombres d’un jardin et d’un cabinet ». Il arrive à proposer la création d’un muséum d’Histoire naturelle « dans ses trois branches » et souhaite en obtenir non seulement la direction scientifique, mais aussi la « surintendance ». Si, dans la Requête, l’accent est davantage porté sur le cabinet, c’est justement en raison de Migas Calientes. Il nous faut attendre jusqu’en 1789 pour que Mutis dévoile sans complexe ses intentions originelles :

  • 8 Lettre de Mutis à F. Martínez del Sobral, Mariquita le 19 décembre 1789, publiée par F. Gredilla, B (...)

J’ai présenté depuis l’année 1763 toutes les idées magnifiques de jardin et de cabinet dont il ne me reste que la joie d’avoir été le précurseur.8

  • 9 Cf. J. A. Amaya, titres cités.

8Quelles étaient les visées de Mutis pour Migas Calientes ? L’intégrer à son cabinet ou bien le laisser mourir de sa belle mort ? Toujours est-il qu’il recherche l’autonomie institutionnelle pour l’Histoire naturelle espagnole, notamment pour soustraire la Botanique de la tutelle du Protomedicato. Bref, en philosophe des Lumières, il prend parti pour la diffusion des nouvelles disciplines scientifiques et la création de nouvelles institutions favorables au renforcement du pouvoir royal. Ce programme d’avant-garde, l’Espagne ne sera pas en mesure, dans le domaine de la botanique, de l’exécuter efficacement avant la nomination d’Antonio Joseph Cavanilles (1745-1804) à la direction du Jardin du Prado (1801). En Nouvelle-Grenade, Mutis le réalisera en partie, surtout avec son Expédition Botanique (1783-1808). Nous avons récemment démontré comment l’Histoire naturelle colombienne est née et s’est développée dans la plus complète autonomie théorique et institutionnelle à l’égard de Madrid9. Maintenant la question se pose de savoir jusqu’à quel point l’action de Mutis en Amérique (1760-1808) s’est conformée au programme qu’il avait conçu pour la métropole.

Les appuis de Mutis

  • 10 Cf. A. Rodríguez Vila, Don Cenón de Somovedilla, Marqués de la Ensenada (Madrid : M. Murillo, 1878) (...)
  • 11 Cf. Diario de Mutis, éd. cit., t. 1, pp. 125-126.

9De quels appuis Mutis peut-il se prévaloir ? En 1762, il essaie de gagner la faveur d’Ensenada par l’intermédiaire de Don Vicente Rodríguez de Ribas, homme influent dans les cercles intellectuels de Madrid. S’il est vrai que l’ancien ministre de la Marine de Ferdinand VI avait été gracié par Charles III le 13 mai 1760 après six années d’exil, une fois réhabilité, il ne sera nommé qu’à des postes plus ou moins honorifiques comme membre du conseil des affaires économiques ou conseiller d’État10. Courant 1762, Rodríguez de Ribas assure avoir informé Ensenada et promet que le marquis va influencer le vice-roi Messía de la Cerda. Il remarque cependant qu’Ensenada juge qu’il serait plus profitable pour Mutis de s’adresser directement à la Cour11. Pourtant, dans sa lettre au roi, Mutis s’abstient de mentionner explicitement Ensenada. Du reste, le mouvement ensénadiste échouera définitivement en 1766, quand son inspirateur sera exilé à Medina del Campo, jusqu’à sa mort en 1781.

  • 12 Lettre de Messia de la Cerda à J. Arriaga, Carthagène des Indes le 28 mai 1763, in Epistolario de M (...)
  • 13 Cf. Diario de Mutis, éd. cit., t. 1, pp. 125 et 126.

10Pour expédier ses Requêtes, Mutis choisit la voie administrative de la Marine. Il s’adresse au roi sous couvert du ministre de la Marine et des Indes Julian de Arriaga et ses Requêtes reçoivent l’avis favorable du vice-roi Messía de la Cerda, lieutenant général de la Marine. Cependant, Mutis ne fait aucune allusion à sa formation au Collège de Chirurgie de la Marine à Cadix. Dans son avis, Messía de la Cerda reconnaît chez son médecin « une infatigable application et compétence notoire »12. De fait, il avait été « instamment pressé, depuis la Cour, par les vœux fervents de quelques hauts dignitaires jalousement soucieux de la gloire de la nation ». Mais la confiance de Mutis envers son vice-roi avait été quelque peu ébranlée. Début 1762, Messía de la Cerda se dédit de la promesse qu’il avait faite à Madrid en 1760 d’envoyer Mutis étudier la cannelle sur place. Lorsque Mutis lui présente quelques échantillons de “cannelle de Quito” pour lui remémorer ses engagements, Son Excellence répond avec désobligeance. Peu convaincu des compétences botaniques de Mutis — pas plus que de celles d’autres naturalistes espagnols-—, il se procure de la « cannelle la plus exquise de Quito » et l’envoie au ministre Arriaga, avec un placet proposant d’entamer des négociations auprès d’experts hollandais afin qu’ils viennent se charger de l’affaire sur place13 ; mais cette proposition ne connut aucune suite.

  • 14 Cf. F. J. Puerto Sarmiento, Ciencia de Cámara. Casimiro Gómez Ortega (1741-1818) el científico cort (...)
  • 15 Lettre de Gómez Ortega à Linné, Madrid le 30 janvier 1772, publiée par A. G. Bueno et M. Ruiz Ochay (...)

11Mutis n’oublie pas de rappeler au roi ses rapports avec Ricardo Wall (?-1778), ministre à la fois de la Guerre et des Affaires étrangères. Ces rapports, établis à la fin du règne de Ferdinand VI, ne lui avaient valu d’autres avantages que la promesse d’une bourse pour aller à l’étranger se spécialiser en médecine. Nous ignorons si Mutis avait informé Wall de ses nouveaux projets d’Histoire naturelle. Toujours est-il que Wall prend sa retraite après le Traité de Paris, à l’époque de la première Requête. Ce que nous connaissons par contre, c’est l’attachement de Wall à Migas Calientes. C’est lui qui, le 17 octobre 1755, a signé le brevet royal de création de ce centre. C’est lui qui, en février 1763, soutient les prétentions de Casimiro Gómez Ortega (1741-1818) de devenir “professeur honoraire remplaçant” à Migas Calientes, avec droit de titularisation sur le premier poste vacant14. Dans les cercles intellectuels de la Cour, ce n’était un secret pour personne que, depuis 1757, Gomez Ortega avait reçu la formation nécessaire pour accéder à la direction de Migas Calientes15 ; l’intéressé, devenu membre de l’Académie de Médecine de Madrid en 1761 ( !), proclamait lui-même qu’il s’agissait là d’un droit hérité de son oncle Joseph Hortega.

12D’un autre côté, Mutis ne peut guère compter sur l’appui de la communauté scientifique espagnole. Dans sa Requête, il critique indistinctement la Société Médicale de Séville, la Société Médicale de Notre Dame de l’Espoir, l’Académie de Médecine de Madrid et le Jardin de Migas Calientes. Il s’oppose ainsi à tout ce qui compte à la Cour en matière de sciences. En outre, sa Requête ne fait aucune allusion ni à sa formation de médecin-chirurgien ni à son ancien tuteur et protecteur Pedro Virgili (1699-1766), écarté du corps des chirurgiens de Chambre par Charles III en 1760. Au demeurant, il semble bien que, depuis son arrivée en Nouvelle-Grenade, Mutis n’ait pas entretenu de correspondance suivie avec Virgili qui, depuis la fin de 1760, se trouve loin de la Cour, à la direction du Collège de Chirurgie de Barcelone.

13Si l’on comprend bien que Mutis ne soit pas désireux du soutien de Migas Calientes, il apparaît plus difficile de cerner les raisons qui lui dictent de ne pas rechercher la caution de son ami Miguel Barnades y Maynader (1708-1771), devenu médecin de Charles III. Dans la Requête, il ne cite Barnades que pour reconnaître une dette intellectuelle à son endroit. Du reste, il ne tente pas de renouer leur correspondance interrompue depuis juillet 1761, juste un an après son départ de Madrid. Mutis était-il informé que Barnades aspirait au poste de premier professeur de Migas Calientes ? Et Barnades de son côté, était-il au courant de l’ampleur des projets de Mutis ? A l’heure actuelle aucune réponse ne peut être apportée avec certitude à ces questions. Ce qui est paradoxal, c’est de voir Barnades aspirer à diriger l’institution dont Mutis propose la disparition. Alors qu’à la fin des années 50, ils avaient, pour ainsi dire, trouvé un terrain d’entente parce qu’en marge de la Botanique officielle, aujourd’hui, en 1763-1764, chacun agit de son côté. Et pourtant, tous les deux suivent la méthode de Linné, Barnades pour sa Flora Hispanica et Mutis pour sa Flora de Bogotá.

  • 16 Cf. J. A, Amaya, Op. cit., pp. 306-319.
  • 17 Lettre de Gómez Ortega à Linné, Madrid le 30 janvier 1772, in A. G. Bueno et M. Ruiz Ochayta, art. (...)

14Mutis ne représente ni ne présente aucune équipe pour son expédition. Il demande quatre adjoints parmi de « jeunes Espagnols » ou des « savants étrangers », sans citer de noms, deux pour les tâches scientifiques, deux pour les tâches matérielles. Pense-t-il à ses compatriotes en Nouvelle-Grenade, le médecin-chirurgien Jaime Navarro et José Antonio Escallón, tous deux appartenant à la suite de Messía de la Cerda, très engagés avec Mutis dans la composition de son Histoire Naturelle ?16 Quant à l’idée de recourir à une assistance scientifique internationale, elle est facilement compréhensible dans un pays où, encore en 1771-1772, Gomez Ortega estimera « qu’il n’y a pas [en Espagne] assez de compétiteurs, ni de juges experts en Botanique »17.

  • 18 Cf. J. A. Amaya, Op. cit., pp. 269 et 274.
  • 19 Cf. Lettre de Mutis à Linné, Santafé de Bogotá le 24 septembre 1764, in Smith, J. E. (éd. et trad.) (...)
  • 20 Lettre de Mutis à Ν*, Carthagène des Indes, mai 1763, in Epistolario de Mutis..., éd. cit., t. 1, p (...)

15Par contre, ce que Mutis recherche avec célérité, c’est l’appui de la communauté scientifique internationale, notamment des académies de Paris, Uppsala et Londres. Suite à sa décision de voyager, nous savons qu’il entame une correspondance avec Adanson, botaniste adjoint de l’Académie des Sciences de Paris. En 1761 débute sa correspondance avec Linné et, vers 1762-1763, il s’adresse à Sir John Pringle (1707-1778), médecin du roi anglais, spécialiste du traitement du paludisme et futur président de la Royal Society18. Il fait part au monarque de son intention de faire publier quelques-unes de ses découvertes par les académies étrangères. Lorsqu’il adresse sa première Requête, il en expédie une copie à Linné19, sans doute avec l’espoir de bénéficier de son aval puisque « ...toutes ces [correspondances étrangères] ont leurs visées précises »20. Cette copie ne parvient malheureusement pas au destinataire et, lorsque Mutis réitère sa Requête en 1764, il ne sollicite plus Linné mais n’en expose pas moins au roi sa correspondance avec le « Philosophe du Nord », prenant soin de citer les séduisantes promesses de celui-ci à Messía de la Cerda :

  • 21 Passage en latin traduit par Madame Gilbert Bou.

Si votre très noble vice-roi était aussi favorable pour les choses nouvelles, nous érigerions une statue de sa personne plus durable que son mandat tout entier.21

16De toute façon, seule la correspondance avec Linné connaîtra la durée, apportera son tribut à la science et influera certainement sur les autorités espagnoles à l’heure de créer, en 1783, une nouvelle expédition botanique en Nouvelle-Grenade.

  • 22 Lettre de Mutis à F. Martinez del Sobral, in F. Gredilla, Op. cit., éd. cit., p. 90.
  • 23 Cf. J. M. Demier, Mutis sacerdote (Bogotá : Instituto Colombiano de Cultura Hispánica, 1986), pp. 3 (...)

17Conscient de la précarité de ses entrées à la Cour, Mutis aspire à lier service du roi et service de Dieu (non sans crainte des « hautes et redoutables responsabilités » du service royal pour sa vocation22). Depuis Santafé de Bogotá, entre le 24 février 1761 et le 26 novembre 1764, il sollicite une dispense de Clément XIII (1693-1769) pour devenir prêtre séculier23. La requête au pape est-elle contemporaine de la première supplique au roi ? Indépendant des ordres religieux, le clergé séculier représente alors une force nouvelle au sein de l’Église. En Espagne, depuis le Concordat de 1753, les séculiers dépendent d’un archevêque désigné par le roi. Mutis, dont le grand dessein est de revenir à la Cour réaliser son projet, souhaite assurément marier la dignité de naturaliste du roi à celle du statut de prêtre. Une fois devenu membre du clergé, bien des écueils propres à sa condition devraient s’effacer, presque par miracle.

La conjoncture des Requêtes

18Maintenant que nous comprenons mieux les projets et les espérances de Mutis, il nous faut tenter de préciser la conjoncture dans laquelle ils ont été présentés. Il est peu probable qu’un programme de réformes aux enjeux si importants ait été lancé au hasard.

  • 24 Pour la date de ce document inconnu, se reporter à la lettre de Mutis à J. F. Gutiérrez de Piñeres, (...)

19N’oublions pas que les idées développées dans les Requêtes ont été conçues à Madrid en 1760, entre le 13 mars et le 30 juin, Mutis n’ayant pu les présenter personnellement au roi en raison de l’imminence de l’entrée de l’Espagne dans la guerre de Sept Ans (1756-1763). La première Requête est expédiée de Carthagène des Indes le 28 mai 176324, tout juste après la fin de la guerre ratifiée par le Traité de Paris (10 février). Mutis renouvelle son instance depuis Santafé de Bogotá le 20 juin 1764. Avec le retour de la paix, il est convaincu que l’Espagne va connaître un « rétablissement complet des sciences, des arts et du commerce ».

  • 25 Gómez Ortega, C., Elogio histórico de Don Joseph Quer (Madrid : Joaquim Ibarra, 1784), p. III.

20Si la conjoncture internationale choisie par Mutis a été souvent mentionnée, il en est une autre, proprement nationale qui, à notre connaissance, n’a pas encore été soulignée. Elle procède du Jardin Royal de Migas Calientes. En effet, l’exigence de renouveler l’équipe scientifique de ce centre offre un angle inédit de lecture des Requêtes. Le sous-directeur, Joseph Hortega, l’âme de cette institution, est décédé en 1761. En 1763, les premier et deuxième professeurs, Joseph Quer et Joan Minuart, ont déjà atteint 68 et 71 ans et, le 31 mars 1764, Quer meurt des suites d’une « longue maladie »25.

21Que ce soit en 1763 ou en 1764, les sollicitations de Mutis s’inscrivent dans le contexte du remplacement du Groupe Hortega. Précisons encore une fois que Mutis n’aspire en aucune façon à un poste à Migas Calientes. En ce sens, il ne s’adresse ni au ministère de Grâce et Justice ni au Protomedicato, autorités de tutelle de Migas Calientes. Il ne veut pas insérer son action dans la continuité. Ce qu’il veut, c’est introduire une réforme globale de l’histoire naturelle chez lui, en Espagne.

La « réception » à Madrid

  • 26 Rapport de A. Caballero y Góngora à J. de Gálvez, Santafé le 31 mars 1783, publié par F. de las Bar (...)

22On sait bien que la Couronne n’a pas répondu aux suppliques de Mutis et on pourrait se demander si elles sont même parvenues à la Cour. Pour Mutis, la question ne se pose pas. Quand il parle de ses Requêtes, il part du principe qu’elles ont été bel et bien reçues. Un autre indice qui suggère leur réception, c’est l’absence de réaction à Madrid en 1783, au moment où le ministère de Grâce et Justice en reçoit un nouvel exemplaire expédié par Antonio Caballero y Góngora (1723-1796)26. Quand on est un peu familiarisé avec l’état de la Botanique en Espagne au cours des années 60, on ne peut que s’étonner de l’attitude adoptée à l’égard des propositions de Mutis, étant donné leur ampleur et leur nouveauté. Mais il est vrai qu’à l’heure où les Requêtes sont expédiées, les autorités n’ont pas tant le soucis de réformer que celui de garantir la continuité de Migas Calientes. Après la guerre, l’Espagne éprouve un sentiment de défaite qui va persister plusieurs années. La crise agricole (1765) et l’instabilité liée à l’émeute d’Esquilache (1766) ne faisant qu’aggraver les choses.

  • 27 Cf. F. J. Puerto Sarmiento, Op. cit., p. 41.
  • 28 Pour un historique de ce concours, cf. F. J. Puerto Sarmiento, La ilusión quebrada. Botánica, sanid (...)
  • 29 Voir note n° 18.

23A la Cour, la remise en question de Migas Calientes n’est pas à l’ordre du jour. Début 1763, par exemple, le Protomedicato reçoit les sollicitations de Gómez Ortega et du fils de Quer, D. Androver, qui veillent à la succession de Quer et de Minuart27. En décembre 1764, les autorités ouvrent un concours, afin de pourvoir le poste devenu vacant à la disparition de Quer. Miguel Barnades et Gómez Ortega sont les candidats favoris28. Sur demande de Gómez Ortega appuyée par Daniel Scheidenburg (v. 1726-1791), aumônier de la légation suédoise à Madrid, Linné tente d’infléchir le résultat29. Mais, nous le savons, Barnades obtient le poste et pendant sa présence à la direction de Migas Calientes (1764-1771) il n’y aura, semble-t-il, aucune tentative de rapprochement entre Madrid et Santafé de Bogotá.

24Pourtant, le véritable obstacle à la réforme de Mutis se profile en Gómez Ortega. En 1763-1764 nous assistons à la mise en évidence du parallélisme de leur projet de carrière : se placer à la tête de l’Histoire naturelle espagnole. Ce parallélisme apparaît sans doute en 1760 lorsque Mutis conçoit les idées développées dans ses Requêtes. Pour Gómez Ortega, la stratégie qui le portera aux plus hautes responsabilités dans le domaine des sciences naturelles (1771-1801) avait été mise en œuvre par son oncle en 1757, sûrement imaginée dès la création de Migas Calientes. Gómez Ortega pouvait démontrer qu’il avait suivi des études spécifiques en Histoire naturelle auprès de Monti, à Bologne entre 1757 et 1762. L’héritage de son oncle lui a apporté fortune, influence et puissantes relations courtisanes. De surcroît, n’aurait-il pas gardé le souvenir des dissensions entre son oncle et Mutis ?

  • 30 Lettre de Mutis à F. Martínez del Sobral, Mariquita, in F. GREDILLA, Op. cit., éd. cit., p. 91.
  • 31 Cf. J. A. Amaya, Op. cit., p. 295, note 578.

25Plus tard, Mutis confessera avoir ressenti le silence de la Couronne comme une « duperie »30. Après 1764, il ne représentera plus son programme au Gouvernement, ni lors de la succession de Barnades ni lorsque le vice-roi Manuel Antonio de Flórez (1723-1799) le lui demandera expressément en 177631. Et ce n’est que sous la pression de Caballero y Góngora qu’il acceptera, en 1783, d’être placé à la tête de l’Expédition en Nouvelle Grenade.

  • 32 Lettre de Mutis à Caballero y Góngora, Mariquita le 2 février 1785, Epistolario de Mutis..., éd. ci (...)
  • 33 Voir note n° 9.

26Tandis que Mutis ne reçoit pas de réponse du monarque, le pape lui accorde la dispense sollicitée. Bien sûr, si Mutis veut revêtir la soutane, il doit renoncer à « opérer et à cautériser », c’est-à-dire, à l’exercice de la Chirurgie. Mais le pape exige davantage : Mutis doit se résoudre à ne pratiquer la médecine qu’aux Indes, et ceci dans un esprit de dévouement devant le conduire à assister gratuitement les plus démunis. Cette dispense arrive à Santafé sans doute au début de l’année 1765, peu après la nomination de Barnades. Mutis traverse alors une longue période de doute et reporte à plus tard son ordination. Alors que dans la Requête il défend l’idée toute nouvelle qu’il faut mettre en valeur les ressources végétales des possessions d’outre-mer pour rompre avec la tradition invétérée de ne considérer que les ressources minières, dès le 29 juillet 1765 il s’engage dans la création d’une compagnie d’exploitation minière. De 1766 à 1770, il en devient l’administrateur et s’installe à Cácota de Suratá, dans la Province de Pamplona, au nord-ouest de Santafé. Dans cette région très froide, à la végétation peu exubérante, sinon précaire, plus que jamais en proie au doute, il remet en question sa vocation de botaniste, jusqu’au point de penser se rendre en Suède pour étudier la Minéralogie32 et d’offrir la totalité de ses matériaux à l’Académie des Sciences de Stockholm33.

Conclusions

  • 1 Cet article reprend le texte de la conférence que nous avons faite le 15 mai 1993 lors de la réunio (...)

27Les Requêtes de Mutis apparaissent maintenant comme le premier projet de réforme théorique et institutionnelle de l’Histoire naturelle espagnole. Pour ses convictions et son ouverture, pour sa résolution de voyager et la mise en chantier de son œuvre, Mutis doit être considéré comme le naturaliste espagnol le plus dynamique dans le contexte que nous venons d’examiner. Il se savait lui-même le restaurateur de la tradition espagnole dans le domaine des recherches sur l’Histoire naturelle américaine. Son programme nous semble trop en avance par rapport à l’état politique, scientifique et économique de l’Espagne où la botanique des Lumières s’installera petit à petit, à force de conciliations avec la tradition de Tournefort, au rythme d’une réforme graduelle des institutions. Il ne pouvait conter que sur des appuis peu efficaces, ses éventuels protecteurs appartenant plutôt au règne de Ferdinand VI. La communauté scientifique nationale ne lui est pas assez favorable. Quant à ses liens avec la République des Lettres, ils sont encore trop récents. Une erreur tactique de Mutis a peut-être consisté dans le fait de fonder sa réforme sur les aléas d’un voyage. Cependant, Mutis aurait-il imaginé, au milieu des années 1760, que ce serait la Nouvelle-Grenade qui bénéficierait de son programme ?1

Notes

1 La Requête de 1764 a été publiée par D. Mendoza Pérez, Expedición Botánica de J. C. Mutis al Nuevo Reino de Granada y Memorias Inéditas de F. J. de Caldas (Madrid : Librería Gral. de V. Suárez, 1909), pp. 70-87. Il s’agit de la copie conservée par Mutis dans ses Archives, aujourd’hui au Jardin Botanique de Madrid. Les originaux n’ont pas encore reparu. Il est cependant légitime de penser que les documents de 1763 et de 1764 sont tout à fait semblables. Il existe une autre copie envoyée au ministère des Indes en 1783, conservée aux Archives Générales des Indes de Séville, Audiencia Santafé, 633. Nos citations sont extraites de la publication de Mendoza Pérez.

2 Les seules études consacrées aux Requêtes de Mutis sont, à notre connaissance, celle de L. C. Arboleda, Mutis, la Expedición Botánica y el nacimiento de una tradición científica en la Nueva Granada (Madrid : copie mécanographiée, 1986), 21 pp., et celle de M. Frías Núñez, "La génesis de un proyecto científico : J. C. Mutis y la naturaleza neogranadina" in La ciencia española en Ultramar (Aranjuez : Doce Calles, 1991), pp. 159-167.

3 Cf. J. A. Amaya, Op. cit., pp. 175,204-295, 215, 246 et ss.

4 Cf. Ma de los A. Calatayud Arinero, Pedro Franco Dávila y el Real Gabinete de Historia Natural (Madrid : Imprenta Aguirre, 1988), pp. 43, 57-62 et 103.

5 Le premier titre que Mutis a donné à cette œuvre est : « Florae Bogotensis / Rudimenta. / Succinta Narratio Plantarum, quae in viciniis Bogotensibus vel Sponté crescunt, vel Studio coluntur./ Ab anno 1760. » ("Essai d’une Flore de Bogotd. Brève narration des plantes sylvestres et naturalisées dans le voisinage de Bogotd, entreprise depuis l’année 1760") (Jardin Botanique de Madrid, Archives Mutis, dossier n° 4). Il est à noter que la dénomination "Flore de Bogotá " est appliquée pour la toute première fois à partir de 1760, avant même que Mutis n’arrive à Santafé de Bogotá le 24 février 1761. Dans le manuscrit que nous avons consulté, cette appellation a été biffée, un autre titre ayant reçu la préférence : Florae Americanae rudimenta / Succinta narratio Plantarum, quae in Regno/Novae Granatae / vel sponte crescunt vel studio coluntur. / Ab anno 1760. ("Essai d’une Flore Américaine. Brève description des plantes sylvestres et naturalisées qui grandissent dans le Royaume de la Nouvelle-Grenade, entreprise à partir de l’année 1760.") Une reproduction de ce manuscrit autographe de Mutis se trouve in Diario de Observaciones de J. C. Mutis, compilation, préface et notes de G. Hernández de Alba, 2 t. (deuxième impression, Bogotd : Ed. Linotipia Bolivar, 1983), t. 1, pp. 120-121, qui n’en indique pas la source.
Le titre de "Flore Américaine" montre bien que la Nouvelle-Grenade ne tient pas toute la place dans le projet de voyage de Mutis à travers l’Amérique espagnole. Néanmoins, quand il a dû donner un nom officiel à son œuvre, Mutis est revenu au titre initial qu’il a traduit en espagnol : « Flora de Bogotá » ; "Bogoti" signifiant dans la langue muisca "limites des terres cultivées", cf. J. M. Vergara y Vergara, Historia de la Literatura en Nueva Granada, 2 t. (Bogoti, édition préparée sous les auspices du Banco Popular de Colombie, 1974), t. I, p. 128. La première fois que Mutis utilise officiellement ce titre, c’est le 3 juin 1783, peu après la création de l’Expédition Botanique par le vice-roi A. Caballero y Góngora. Il lui écrit : « Il est déjà temps que Votre Excellence prépare enfin les moyens pour la publication de la Flore de Bogoti » (cf. Archivo Epistolar del Sabio Naturalista Don José Gelestino Mutis, compilation, préface et notes de G. Hernández de Alba, 4 t. (Bogotá : Instituto Colombiano de Cultura Hispanica, 1968 [T. I (XXIV-522 pp.) et T. II (346 pp.) : lettres écrites par Mutis], 1975 [T. Ill (VIII-431 pp.) et T. IV (334 pp.) : lettres adressées à Mutis]), t. I, p. 121.

6 Cf. J. A. Amaya, Op. cit., Annexe n° 1 : "Catalogue des descriptions et observations pour la Flora de Bogotá de Mutis, conservées au Jardin Botanique de Madrid, p. 388.

7 Les ouvrages les plus autorisés sur le Jardin de Migas Calientes sont, à notre connaissance, ceux de M. Colmeiro, "Bosquejo histórico y estadístico del Jardín Botánico de Madrid", Anales de la Sociedad Españοla de Historia Natural, IV (1875), pp. 241-345 et C. Añón, Real Jardin Botánico de Madrid. Sus origenes : 1755-1781 (Madrid : Real Jardin Botánico, C.S.I.C., 1987), 182 pp.

8 Lettre de Mutis à F. Martínez del Sobral, Mariquita le 19 décembre 1789, publiée par F. Gredilla, Biografía de J. C. Mutis, con la relación de su viaje y estudios practicados en el Nuevo Reino de Granada (Madrid : Junta para la Ampliación de Estudios e Investigaciones Científicas, 1911), 712 pp. Nous avons consulté la deuxième édition de cet ouvrage (Bogotá : Plaza & Janés, 1982), p. 91.

9 Cf. J. A. Amaya, titres cités.

10 Cf. A. Rodríguez Vila, Don Cenón de Somovedilla, Marqués de la Ensenada (Madrid : M. Murillo, 1878), pp. 283-287.

11 Cf. Diario de Mutis, éd. cit., t. 1, pp. 125-126.

12 Lettre de Messia de la Cerda à J. Arriaga, Carthagène des Indes le 28 mai 1763, in Epistolario de Mutis..., éd. cit., t. I, p. 44.

13 Cf. Diario de Mutis, éd. cit., t. 1, pp. 125 et 126.

14 Cf. F. J. Puerto Sarmiento, Ciencia de Cámara. Casimiro Gómez Ortega (1741-1818) el científico cortesano (Madrid : Gráficas Urpe, 1992), pp. 41-42.

15 Lettre de Gómez Ortega à Linné, Madrid le 30 janvier 1772, publiée par A. G. Bueno et M. Ruiz Ochayta, "La introducción de la fïlosofía linneana en la botánica española : actitud de C. Gómez Ortega (1741-1818)", Boletín de la Sociedad Española de Historia de La Farmacia, n° 141-142 (mars-juin 1985), p. 36.

16 Cf. J. A, Amaya, Op. cit., pp. 306-319.

17 Lettre de Gómez Ortega à Linné, Madrid le 30 janvier 1772, in A. G. Bueno et M. Ruiz Ochayta, art. cit., p. 37.

18 Cf. J. A. Amaya, Op. cit., pp. 269 et 274.

19 Cf. Lettre de Mutis à Linné, Santafé de Bogotá le 24 septembre 1764, in Smith, J. E. (éd. et trad.), A selection of the correspondance of Linnaeus and other naturalists from the original manuscripts, (Londres : Longman, Hurst, Rees, Ame and Browm..., 1821), 2 t., t. II, pp. 511-512.

20 Lettre de Mutis à Ν*, Carthagène des Indes, mai 1763, in Epistolario de Mutis..., éd. cit., t. 1, p. 29.

21 Passage en latin traduit par Madame Gilbert Bou.

22 Lettre de Mutis à F. Martinez del Sobral, in F. Gredilla, Op. cit., éd. cit., p. 90.

23 Cf. J. M. Demier, Mutis sacerdote (Bogotá : Instituto Colombiano de Cultura Hispánica, 1986), pp. 33-35.

24 Pour la date de ce document inconnu, se reporter à la lettre de Mutis à J. F. Gutiérrez de Piñeres, Santafé le 24 mars 1783, in Epistolario de Mutis..., éd. cit., t. I, p. 102.

25 Gómez Ortega, C., Elogio histórico de Don Joseph Quer (Madrid : Joaquim Ibarra, 1784), p. III.

26 Rapport de A. Caballero y Góngora à J. de Gálvez, Santafé le 31 mars 1783, publié par F. de las Barras y de Aragón, Noticias y documentos referentes a (...) J. C. Mutis (Séville : Imprenta Ed. de La Gavidia, 1941), pp. 46-47.

27 Cf. F. J. Puerto Sarmiento, Op. cit., p. 41.

28 Pour un historique de ce concours, cf. F. J. Puerto Sarmiento, La ilusión quebrada. Botánica, sanidad y política científica en la España Ilustrada (Madrid : Serbal/CSIC, 1988), pp. 45-48.

29 Voir note n° 18.

30 Lettre de Mutis à F. Martínez del Sobral, Mariquita, in F. GREDILLA, Op. cit., éd. cit., p. 91.

31 Cf. J. A. Amaya, Op. cit., p. 295, note 578.

32 Lettre de Mutis à Caballero y Góngora, Mariquita le 2 février 1785, Epistolario de Mutis..., éd. cit., t. I, p. 224.

33 Voir note n° 9.

Notes de fin

1 Cet article reprend le texte de la conférence que nous avons faite le 15 mai 1993 lors de la réunion du Centre de Recherche Interuniversitaire sur l’Amérique Espagnole Coloniale, Paris III, dirigé par Mme M.-C. Bénassy. Nous tenons à remercier Monsieur Michel Lille pour sa collaboration lors de la préparation de l’ensemble de ce travail dont la première partie a été publiée sous le titre « Mutis y la Historia Natural Española (1749-1760) », in M. de P. de San Ρíο Aladrén (coord.), Mutis y la Real Expedición Botánica del Nuevo Reyno de Granada, (Madrid : Villegas Editores/Lunwerg Editores, 1992), pp. 99-119. Quelques aspects évoqués dans les pages suivantes ont été originellement développés dans notre thèse « Mutis, Apôtre de Linné en Nouvelle-Grenade. Histoire de la Botanique dans la vice-royauté espagnole de la Nouvelle-Grenade (1760-1783) » (Paris : École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1992), 805 pp. Directeur de recherches : M. le Professeur Guy Chaussinand-Nogaret.

Auteur

Universidad Nacional de Colombia - C.I.A.E.C.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable