Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouveau monde et renouveau de l’histoire naturelle. Volume III

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
Jean-Pierre Clément
, 
Francisco Pelayo
, 
et al.

Réflexions sur la politique scientifique française vis-à-vis de l’Amérique espagnole au siècle des Lumières

Reflexiones sobre la política científica francesa frente a Hispanoamérica en el Siglo de las Luces

Jean-Pierre Clément

Résumé

En este artículo se intenta comprender por qué razones organizó Francia varias expediciones científicas hacia la América hispana durante el siglo XVIII (necesidad de plantas nuevas para luchar contra las crisis alimenticias, deseo de hacer progresar el conocimiento, voluntad de engrandecer ο asentar el prestigio “nacional”) y cómo ha obrado para alcanzar estos fines; al mismo tiempo se trata de saber porqué fue aquella región del mundo — y más particularmente el Perú — la que constituyó el objetivo principal de las expediciones científicas francesas del siglo de las Luces

Texte intégral

  • 1 Il n’est pas question ici des voyageurs-espions dont parle Jean-Paul Duviols, et dont les journaux (...)

1Feuillée, Frézier, Bouguer, La Condamine, Godin, de Jussieu, Dombey, etc. Voilà quelques-uns des noms les plus célèbres dans les milieux scientifiques français du XVIIIème siècle ! Tous sont connus pour avoir voyagé en Amérique espagnole. Ils ne sont pas les seuls ; d’autres, plus anonymes, ont suivi le même chemin, comme Jean-Baptiste Leblond, Thierry de Ménonville ou Louis Née. Tous ont entrepris cette aventure à la demande des autorités françaises ou, au moins, avec leur accord. Car les colonies espagnoles du Nouveau Monde ont suscité bien des enthousiasmes individuels, qui ont été canalisés par les gouvernements successifs de la France pour des raisons, à la fois, de politique extérieure et de politique intérieure.1

2Les premières expéditions du siècle des Lumières sont, en effet, plus généralement organisées dans un but politique. C’est ainsi que le père Louis Feuillée, mathématicien du roi, est envoyé en 1709, afin d’établir le relevé des côtes du Chili et du Pérou ; il prend, cependant, l’initiative de recueillir en même temps des informations sur la faune et la flore de l’Amérique méridionale qu’il longe. Les voyageurs scientifiques suivants mettent d’emblée l’accent sur ce dernier point, à savoir la connaissance de l’histoire naturelle de ces régions. Résumant, en 1716, sa Relation du voyage de la Mer du sud aux côtes du Chili et du Pérou, Amédée Frézier écrit :

  • 2 "Épître IV", citée par Jean-Paul Duviols, L’Amérique espagnole vue et rêvée... [1], p. 444.

C’est une description des animaux, des plantes, des fruits, des métaux et de ce que la terre produit de rare dans les plus riches Colonies du monde. Ce sont des recherches exactes sur le Commerce, sur les Forces, le Gouvernement et les mœurs des Espagnols-créoles et des Naturels du pays, dont j’ai parlé avec tout le respect que je dois à la vérité.2

  • 3 P. S. Dupont de Νemours, Mémoires sur la vie et les ouvrages de M. Turgot, Ministre d’État. Philade (...)

3Dans les années soixante-dix du même siècle, le ministre Turgot envoie le botaniste Joseph Dombey en mission au Pérou, « pour y recueillir des graines de plantes utiles et propres à se naturaliser en Europe »3.

Les Français, grands voyageurs

  • 4 Voir, entre autres ouvrages : Numa Broc, La géographie des philosophes. Géographes et voyageurs fra (...)
  • 5 Certes, ce relevé n’est probablement pas exhaustif, mais il doit tout de même une approcher la réal (...)

4Ces deux exemples nous montrent que le but le plus évident de la plupart des expéditions — mieux connaître la nature et donc ce que l’on en peut tirer pour les hommes — n’est pas le seul : la connaissance des forces (et des faiblesses donc) des autres grandes puissances a également son importance. Ceci explique les nombreuses expéditions françaises organisées entre 1680 et 1792 (du début des Lumières à la disparition de la monarchie) : au total — d’après un recensement réalisé par nos soins à partir des travaux de J.-P. Duviols, complétés par ceux de Numa Broc, Georges Chinard et quelques autres4 — 145 expéditions ont été lancées pendant cette période.5

5Sous Louis XIV, il y en a eu 53 en 35 ans, soit une moyenne de 1,5 par an ; sous son successeur, la frénésie voyageuse se calme, puisque seulement 61 expéditions sont réalisées en 59 ans, c’est-à-dire à peu près 1 par an ; le rythme s’accélère de nouveau sous Louis XVI, avec 31 voyages en 18 ans, soit 1,7 par an. Ces expéditions sont menées dans presque toutes les zones du globe avec, toujours, une place capitale réservée à l’Amérique espagnole et portugaise.

6C’est là un point remarquable. En effet, des huit zones géographiques qui ont frappé la curiosité des Français (Europe du Nord et de l’Est, Afrique du Nord, Afrique Noire, Afrique du Sud et Océan Indien, Moyen-Orient, Extrême-Orient, Amérique du Nord, Amérique espagnole et portugaise), cette dernière représente, à elle seule, 45,5 % de l’ensemble des expéditions de ce siècle. Sous Louis XIV, elle attire même 67,9 % des voyageurs, mais elle perd ensuite un peu de son intérêt, sous la Régence et sous Louis XV, au profit de quelques régions privilégiées comme l’Amérique du Nord (13,1 %), tout en restant en tête des destinations (avec 39,3 %) ; enfin, si elle voit encore son importance globale diminuer sous Louis XVI (19,3 %), se trouvant devancée par le Moyen-Orient (25,8 % des destinations), elle n’en demeure pas moins la seconde zone d’intérêt pour les voyageurs français. Cet intérêt ne cessera pas d’un coup et les missions seront encore nombreuses au XIXème siècle ; il n’est que de rappeler quelques noms célèbres : Depons, Bonpland, d’Orbigny, de Castelnau et Weddel, etc.

7Bien sûr, il y a à cet intérêt pour le Nouveau Monde des raisons historiques : la France — pas plus que l’Angleterre ou la Hollande — n’a jamais admis le partage du monde pratiqué par le pape Alexandre VI en 1493 et modifié par le traité de Tordesillas, signé par l’Espagne et le Portugal l’année suivante. La preuve en est que les puissances qui s’estiment lésées envoient, elles aussi, très tôt des explorateurs : Giovanni Caboto découvre l’Amérique du Nord en 1497 pour le compte du roi d’Angleterre et Giovanni da Verazzano la baie de la Nouvelle-Angoulême (New-York) au bénéfice des Français en 1534.

  • 6 Spectacle de la nature. Paris, 1732, 8 vols. in-12°.

8Au XVIIIème siècle, parallèlement au développement de la science, se fait jour une attitude nouvelle : l’homme devient sensible au paysage, au spectacle de la nature ; c’est d’ailleurs là le titre d’un des ouvrages de physique et d’histoire naturelle les plus lus de l’époque, dû à l’abbé Pluche6, ce qui montre bien que la science n’est pas étrangère à cette mode que G. Gusdorf appelle une « culture du regard ». Comme le signale ce chercheur, les deux phénomènes sont étroitement liés :

  • 7 Georges Gusdorf, Dieu, la nature, l’homme au siècle des Lumières. Paris : Payot, 1972 ("Les Science (...)

Les plantes, les animaux, depuis des siècles, n’avaient retenu qu’un intérêt utilitaire ; le jardin botanique est une succursale de la faculté de médecine, pour les besoins de la pharmacopée ; la révolution agronomique implique une réflexion systématique sur les espèces nutritives et fourragères ; elle s’appuie sur la zootechnie et l’art vétérinaire. A ces motivations s’ajoute quelque chose de plus.7

9La nature, en effet, — et cela est sans cesse rappelé — est d’origine divine. C’est par le bon vouloir de Dieu que l’homme est appelé à la mettre en valeur et à en devenir le maître. Buffon s’émerveille de ce rôle :

  • 8 Buffon, Histoire naturelle, "Première vue ! ". Paris : Imprimerie nationale, t. XII, 1764 ; in Œuvr (...)

La Nature est le trône extérieur de la magnificence divine ; l’homme qui la contemple, qui l’étudié, s’élève par degrés au trône intérieur de la toute-puissance ; fait pour adorer le Créateur, il commande à toutes les créatures ; vassal du Ciel, roi de la Terre, il l’ennoblit, la peuple et l’enrichit ; il établit entre les êtres vivants l’ordre, la subordination, l’harmonie ; il embellit la Nature même, il la cultive, l’étend et la polit ; en élague le chardon et la ronce, y multiplie le raisin et la rose.8

10L’homme est donc attaché à faire progresser son savoir ; la connaissance de la nature et du monde physique, dans lequel il vit, devient pour lui un devoir spirituel et moral ; en même temps, bien sûr, cela lui sera d’une grande utilité. C’est ce qu’explique le savant Maupertuis qui est à l’origine des expéditions astronomiques en Laponie — où il se rend lui-même — et au Pérou, destinées à mesurer le méridien terrestre et à déterminer enfin la forme exacte de la terre. Après avoir affirmé que la connaissance de « la figure de la Terre », comme on dit alors, va permettre un progrès de l’astronomie, il ajoute que « d’autres objets moins élevés » et « pas moins utiles » vont profiter de ce progrès, comme la cartographie (détermination de l’altitude), la navigation (orientation et point des navires), l’hydrologie (construction de canaux et d’aqueducs) ; et il termine sa péroraison par ces mots enthousiastes :

  • 9 Maupertuis, Discours sur la mesure du degré du méridien au cercle polaire, "Préface" (16 avr. 1738) (...)

C’est sans doute pour ces considérations que le roi ordonna les deux voyages à l’Équateur et au Cercle polaire. Si l’on a fait quelquefois de grandes entreprises pour découvrir des terres, ou chercher des passages qui abrégeraient certains voyages, on a toujours eu les vues prochaines d’une utilité particulière. Mais la détermination de la figure de la Terre est d’une utilité générale pour tous les peuples, et pour tous les temps.9

La grandeur d’une nation

  • 10 "Por una antropología de la ciencia. Las expediciones ilustradas españolas como ‘potlatch’ reales",(...)
  • 11 Fermín del Pino insiste, tout au long de son travail, sur l’emploi très fréquent du mot "gloria" da (...)

11Vouloir ainsi être utile à l’ensemble des hommes, chercher à œuvrer en faveur de la collectivité humaine peut sembler suspect. Pourtant, dans un article passionnant sur les expéditions scientifiques espagnoles, écrit il y a quelques années (1985), Fermín del Pino les confirme et explique, par une approche nouvelle, les expéditions du XVIIIème siècle.10 Sans nier l’importance des (évidentes) motivations militaires, économiques et scientifiques, il développe l’argumentation suivante : tous ces voyages coûtaient très cher ; leur rentabilité, même à long terme, était loin d’être certaine ; dans ces conditions — et malgré les nombreuses déclarations de l’époque allant dans ce sens —, les énormes investissements des gouvernements européens en ce domaine ne peuvent se contenter d’une explication utilitariste (améliorer les connaissances, faire progresser l’agriculture, l’industrie, la pharmacie et le commerce, connaître les défenses militaires des empires rivaux). Pour le chercheur espagnol, l’attitude de ces gouvernements est comparable à celle de ces chefs indiens de l’Amérique du Nord — mise en relief par Marcel Mauss dans l’Année Sociologique en 1923-1924 — qui pratiquent la coutume du potlatch. Rappelons que celle-ci consiste, pour un chef, à offrir, au cours d’une fête, une grande partie, voire toutes les richesses de sa tribu à une tribu rivale ; plus important est le cadeau et grand le sacrifice, plus le bénéficiaire est écrasé par ce don, qui le place dans une position d’infériorité dont il ne peut sortir qu’en faisant, plus tard, à son tour, un cadeau encore plus somptueux à son adversaire. C’est, finalement, un succédané de la guerre, mais une guerre dans laquelle le prestige joue un rôle essentiel.11 Fermín del Pino pense que c’est dans cette optique-là qu’il faut voir les dépenses extrêmes des gouvernements européens dans le domaine scientifique au XVIIIème siècle ; en effet, explique-t-il, si c’était l’intérêt seul qui les poussait à investir des sommes énormes, ils freineraient ou interdiraient la diffusion des résultats de ces expéditions afin d’en tirer profit seuls, alors qu’au contraire, ils l’encouragent et même la financent, par l’impression des flores, par exemple, ou la fondation de muséums destinés à abriter les collections constituées à l’occasion des expéditions. Ce qui pousse les rois et tous les dirigeants politiques du temps, c’est la rivalité entre pays, une lutte d’influence — plus on donne, plus on est puissant — qui est la marque du nationalisme naissant. Cette théorie, non exclusive des explications militariste, scientifique et économique, offre une vision complémentaire convaincante du phénomène des expéditions.

12La rivalité entre les nations montre qu’il faut donc aller au-delà de l’apparence des déclarations généreuses (et fréquentes) ; car, bien que les savants et les philosophes veuillent atteindre à l’universalité et que les déclarations officielles le proclament, il faut reconnaître que la volonté nationale prend souvent le pas sur le désintéressement. La guerre devient, dès cette époque, de plus en plus économique. On considère, en effet, que la grandeur d’un État ne réside plus dans la puissance et la gloire militaires :

  • 12 Condillac, Le Commerce et le Gouvernement considérés relativement l’un à l’autre. Paris : Letellier (...)

[...] il importe — dit Condillac — d’attirer chez nous, autant qu’il est possible, l’or et l’argent des nations étrangères : il faut donc empêcher qu’elles ne nous vendent les choses produites ou manufacturées chez elles, et les forcer d’acheter les choses produites ou manufacturées chez nous.12

  • 13 Cité par Michel Devèze, L’Europe et le monde à la fin du XVIIème siècle. Paris : Albin Michel, 1970 (...)

13A partir de là, les relations internationales auront pour but l’accaparement des zones de production et, si possible, la conquête de nouveaux marchés. Cette conception est alors partagée par beaucoup et explique bien des actions militaires, telles que la conquête de Ceylan par les Hollandais, au détriment des Portugais, en 1658 ; la prise de l’îlot de Gorée au Sénégal par les Français, au désavantage des Hollandais, en 1667 ; la guerre coloniale franco-anglaise des années 1754-1763, qui aboutit à la domination britannique sur l’Inde et sur l’Amérique du Nord. Choiseul, secrétaire d’État à la Guerre et à la Marine de 1761 à 1766, se dit ainsi convaincu que ce sont « les colonies, le commerce et la puissance maritime qui doivent emporter la balance du pouvoir sur le continent ».13

14Ceci explique également les réactions économiques, telle la fondation par Colbert de la Compagnie des Indes Orientales en 1664. Ceci explique, enfin, l’organisation de nombreuses expéditions, comme celle du Hollandais Tasman au XVIIème siècle et celles de l’Anglais Cook ou du Français Bougainville au suivant. Expéditions qui sont dues, bien évidemment, au désir d’approfondissement des connaissances des savants, mais tout autant, parce qu’elles sont très coûteuses, à la volonté du pouvoir politique qui y voit souvent, outre la possibilité d’écraser moralement ses rivaux, un investissement à moyen ou à long terme.

La science est nationaliste

  • 14 « grandes ventajas para el adelantamiento de las Artes y Ciencias, y por consiguiente para el bien (...)
  • 15 J. Dombey, Lettre à André Thouin (Lima, 20 avr. 1780), in Hamy, Dombey... [14], p. 56.
  • 16 Jussieu et Lacépède, Lettre au citoyen L’Héritier. Paris, 24 vendémiaire an VI [15 oct. 1797], in H (...)

15C’est pourquoi, contrairement à ce qui se dit quelquefois à l’époque, on ne peut pas véritablement parler d’universalité de la science. Le ministre José de Gálvez a beau écrire, à propos du voyage de Ruiz, Pavón et Dombey au Pérou, que l’on pourra en tirer « de grands avantages pour l’avancement des Arts et des Sciences, et par conséquent pour le bien de l’Humanité »14, nous savons que ce n’est pas tout à fait vrai. Il existe, d’abord, une certaine méfiance envers les pays extérieurs à l’entreprise — comme l’Angleterre — : ainsi les trois botanistes se refusent, en 1780, à envoyer par bateau des descriptions de plantes nouvelles, pour qu’elles ne risquent pas de devenir la « proie des ennemis »15. Cette “union sacrée” face à l’adversaire commun n’empêche d’ailleurs pas les querelles entre “amis concurrents” : un article de la Gaceta de Madrid du 11 juillet 1786 reproche à Dombey d’avoir, en partie au moins, trompé la confiance des Espagnols ; certes, étant le premier rentré en Europe, il partage ses collections avec le cabinet d’Histoire naturelle de Madrid (selon un accord passé avant le départ), mais réussit à soustraire ses manuscrits et ses herbiers et à les faire passer dans son pays ; le botaniste L’Héritier, à qui le Français a confié ses collections avant de mourir, commence à publier ces travaux dans des cahiers intitulés Plantes nouvellement découvertes, ce qui scandalise les Espagnols qui revendiquent la paternité de l’expédition ; plus tard le même L’Héritier se voit sommé par les autorités scientifiques (révolutionnaires) françaises de remettre ces collections au Muséum de Paris, afin d’assurer à ce dernier « une supériorité dans les diverses parties sur les autres établissements analogues des pays étrangers »16. On remarquera que, dans ces deux derniers cas, aucune des nations rivales — l’Espagne d’abord, la France ensuite — ne cherche à garder pour elle les résultats de l’expédition, mais veut être celle qui, pour sa plus grande gloire, les publie, celle qui les offre au monde.

  • 17 Ce phénomène touche, bien évidemment, tous les secteurs de la science. Dombey, par exemple, ayant d (...)

16Il y a donc bien un nationalisme de la science, lié aux grands intérêts (moraux, politiques, mais aussi matériels) des divers pays en compétition.17

Les crises de subsistances en France

17La situation est d’autant plus tendue que les difficultés internes ne font que croître. Au cours du siècle qui nous intéresse, la population européenne passe de 118 à 180 millions d’habitants, et la France, pour sa part, de 19 à 26 millions, soit une croissance démographique de 36,8 %.

18Mais le développement du pays n’est pas en harmonie avec cette évolution : le système de tenure de la terre est peu encourageant pour les fermiers et les métayers ; le progrès technologique est lent et il faut attendre le dernier quart du siècle pour en voir les effets : adoption plus large de la charrue brabant, petite avancée des semences sélectionnées, meilleure utilisation des engrais, etc. Ce qui fait que, pendant cette centaine d’années, la progression de la production alimentaire est en retard sur la croissance démographique.

  • 18 J. Delumeau, La Peur en Occident. Paris : Fayard, 1978, p. 165.
  • 19 Voltaire, Dictionnaire philosophique, art. "Blé". Paris : Fortic et Verdière, 1826, t. 3, p. 16.
  • 20 E. J. F. Barbier, Journal d’un bourgeois de Paris sous Le règne de Louis XV, 1739.

19Le fragile équilibre, qui réussit tant bien que mal à s’établir, se brise à la moindre difficulté : grands froids ou chaleurs excessives, excès de pluies, gelées de printemps, etc. En 1660, la France enregistre même une baisse de sa production agricole (qui s’étend à l’ensemble du continent européen entre 1670 et 1695) ; elle connaît de graves famines en 1693-1694, qui provoquent, d’après Jean Delumeau, la disparition de 10 à 20 % de la population, selon les provinces.18 Le XVIIIème siècle proprement dit a de ces périodes de mauvaises récoltes qui entraînent des catastrophes humaines : c’est, d’abord, « la disette horrible de 1709 »19, puis celles de 1739-1740, 1770, 1785, 1787-1789, entre autres. Un témoin raconte avoir vu, au cours de la deuxième de ces périodes de pénurie, « que les paysans mangeaient de l’herbe »20. Ces situations entraînent, bien entendu, de très fortes tensions sociales, voire des crises ouvertes, comme la guerre des Farines qui, en avril-mai 1775, a obligé le gouvernement à mobiliser une troupe de 25 000 hommes pour venir à bout des pillages de dépôts de grains et de boulangeries ; et pourtant, dans ce cas précis, nous n’avons pas affaire à une crise des plus graves, puisque Dupont de Nemours nous apprend, dans ses Mémoires sur la vie de Turgot (1782), que « la récolte de 1774 avait été médiocre », c’est-à-dire, dans le langage de l’époque, moyenne.

20Les gouvernements doivent donc, par humanité comme par nécessité, répondre aux besoins alimentaires de la population. Ils le souhaitent aussi, car ils se situent dans une optique populationniste qui, si elle n’est pas nouvelle, est très en vogue au siècle des Lumières : selon cette vision des choses, c’est une population nombreuse — force militaire, mais surtout économique — qui fait qu’un État est grand. Cette conception explique, d’ailleurs, le succès des thèses hygiénistes : les gens qui ont des responsabilités, quelles qu’elles soient, à quelque niveau que ce soit, cherchent à protéger la vie humaine ; de là l’essor prodigieux que connaissent, au XVIIIème siècle, les sciences en rapport avec la santé (médecine, pharmacie, etc.).

Le besoin forcené de plantes nouvelles

21La Botanique va ainsi jouer un rôle majeur dans cette entreprise au service de l’homme. Outre qu’elle fournit des richesses économiques (textiles, teintures, par exemple) et des trésors pharmaceutiques (le quinquina, pour ne citer que le plus célèbre), cette science offre aussi à la population les aliments supplémentaires dont elle a besoin.

22Les gouvernements européens se lancent alors dans la chasse aux plantes nouvelles en organisant de très nombreuses expéditions botaniques, dont une grande partie a l’Amérique pour théâtre de recherche. Récapitulant les efforts qui ont été faits dans ce sens, le Mercurio Peruano écrit dans la dernière décennie du siècle :

  • 21 P. Francisco González Laguna, "Memoria de las plantas extrañas que se cultivan en Lima introducidas (...)

No hay expedición marítima, no vemos viajero que no lleve el honroso empeño de conducir a su patria cuanto puede colectar de vegetales exóticos.21

23En France, Turgot, lorsqu’il arrive au pouvoir à Paris, en 1774, met en pratique ces idées ; il déclare alors :

  • 22 Cité par Ε. T. Hamy, Dombey... [14], "Avant-propos", p. II.

C’est un des plus grands biens qu’on puisse faire devant Dieu et des plus satisfaisants pour la conscience que d’introduire et de multiplier ainsi dans un pays des productions et des cultures nouvelles.22

24On comprend, dans ces conditions, que la recherche de plantes nouvelles soit une des priorités de l’action gouvernementale dans le domaine scientifique. Dans une lettre à Turgot, alors secrétaire d’État à la Marine, Condorcet résume très bien la chose, à propos de la demande de Bernardin de Saint-Pierre d’être envoyé aux Indes par voie de terre :

Je crois qu’il résulterait un grand avantage du voyage de M. de Saint-Pierre :

  1. Il vous rapporterait des plantes très utiles.

  2. Il pourrait deviner le secret de plusieurs préparations et l’origine de plusieurs substances qui sont des objets de commerce ou qui servent aux arts.

    • 23 Condorcet, Lettre datée de juillet 1774, in Charles Henry, Correspondance inédite de Condorcet et d (...)

    Il nous éclairerait sur l’histoire naturelle et politique de l’intérieur de l’Asie, et il pourrait en résulter de nouvelles vues pour le commerce.23

  • 24 J.-P. Duviols, L’Amérique espagnole vue et rêvée.... [1], pp. 237-238.
  • 25 Edmond Soreau, L’Agriculture du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle. Paris : E. de Boccard, 1952 (...)

25On le voit, l’espionnage n’est pas loin. J.-P. Duviols a déjà montré que les rapports des “voyageurs” français de tout acabit ont préparé la malheureuse expédition de Gennes (1695-1697), qui ambitionnait d’installer une colonie française dans la région du détroit de Magellan.24, par la force si besoin était. D’une façon générale, tous les moyens sont bons pour obtenir ce que l’on souhaite : la contrebande, par exemple. Comme le montre très bien le cas du mouton mérinos, car on ne s’intéresse pas qu’à la flore. L’introduction en France de cet animal se situe dans un plan plus vaste d’amélioration de l’élevage : à la fin du siècle, on élève, dans la ferme d’État de Rambouillet « des vaches italiennes, hongroises, dalmates, suisses, corses, des chèvres angora, des buffles, un taureau espagnol sans cornes »25, etc. L’Espagne se refusant à vendre des mérinos, plusieurs autorités locales françaises s’en procureront par des moyens illicites : d’Étigny, intendant de Gascogne, réussit ainsi à l’introduire en Béarn en 1750 ; quelques années plus tard, de la Tour d’Aiguës, premier président du Parlement de Provence, achète des béliers mérinos à des contrebandiers léonais ; par la même voie irrégulière, on introduit clandestinement, depuis Ségovie, un troupeau qui sera installé à Rambouillet en 1785-1786. ...Et il faudra attendre le traité de Bile, en 1795, pour que la France obtienne de l’Espagne vaincue la cession de 200 chevaux andalous, de 4 000 brebis et 1 000 béliers mérinos, et ce, dans un article secret qui sera honoré en 1799 !

  • 26 Cf. J.-P. Clément, "D’Arabie en Amérique : la grande migration du café", Hommage au Professeur Paul (...)

26D’autres produits — agricoles surtout, car ce sont les plantes qui suscitent le plus de convoitise de la part des Européens — connaîtront des importations tout aussi rocambolesques : le café, par exemple. C’est un Français qui vole des graines en Guyane néerlandaise pour les introduire frauduleusement en Guyane française avec la complicité des autorités locales ; au siècle suivant, c’est un Anglais qui s’empare, à son tour, de 44 000 graines dans cette dernière colonie pour les aller planter au Brésil.26

27Les principaux produits agricoles, dont l’exportation de semences ou de plants était interdite, vont, très souvent, se répandre de semblable façon. Ainsi, ce sont des Hollandais qui, chassés du Brésil, se réfugient en Guadeloupe et apportent avec eux des plants de canne à sucre, à la fin du XVIIème siècle ; de là la plante passe rapidement dans les autres possessions françaises : son succès est tel en Martinique que cette île abandonne presque complètement, à son profit, d’autres cultures, importées auparavant, comme celles du coton, en 1720, du cacao en 1727, de l’indigo également, malgré les interventions des autorités qui sont pleinement conscientes des dangers de la monoculture pour la colonie et des risques de pénuries dans l’approvisionnement de la métropole. Comme quoi, l’implantation de cultures nouvelles n’a pas toujours un résultat bénéfique.

Les tentatives d’acclimatation

  • 27 Les autorités françaises demandent à Dombey de faire « des essais sur la culture de la cannelle qui (...)
  • 28 Voir M. Devèze, L’Europe et le monde... [13], p. 528.

28Dès la fin du XVIIème siècle, pourtant, commencent les voyages officiels destinés à ramener des nouveautés agricoles. En 1689-1691, Charles Plumier explore la Martinique et Haïti, puis encore les Antilles en 1696-1697 ; il meurt à Cadix en 1704, alors qu’il s’apprêtait à partir pour le Pérou étudier l’arbre à quinquina. En 1709, c’est le père Louis Feuillée qui arrive dans cette colonie espagnole ; son but est cartographique : il s’agit d’établir un relevé précis de la côte pacifique de l’Amérique ; mais il va également s’intéresser à la production végétale de cette région et publier une Histoire des plantes médicinales les plus employées dans les royaumes d’Amérique du Sud, du Pérou et du Chili, dans laquelle il suggère l’acclimatation du quinoa (ou chenopodium) en France. Dans l’expédition suivante, celle de Bouguer-La Condamine, la Botanique n’est toujours pas l’objet principal ; cependant, cette mission sera marquée par la forte personnalité et les travaux du botaniste Joseph de Jussieu, qui laissera sa santé dans l’aventure ; il étudie, entre autres nombreuses plantes, le quinquina, et envoie au jardin des Plantes de Paris des plants de coca en pots. La Condamine lui-même, tout astronome qu’il est, ramène de son périple par la Guyane de la résine de caoutchouc. Dans le dernier quart du siècle, on tente de naturaliser le clou de girofle en Guyane (1773), puis aux Antilles (1779-1786), et la cochenille à Saint-Domingue (1787) ; on envoie, dans ces mêmes années, Dombey au Pérou pour retrouver les papiers perdus de Joseph de Jussieu et étudier la cannelle27. Un peu plus tard (1781-1789), le botaniste Louis-Claude Richard introduit dans ce même territoire des plantes d’Extrême-Orient, comme le manguier, le litchi, le sagoutier, le bambou, le jambosier ou pomme rose.28 A peu près au même moment, Jean-Baptiste Leblond remonte l’Orénoque, depuis la Guyane, visite le Pérou en pleine révolte indigène, étudie à son tour le quinoa, ainsi que le cannelier et le rocou, et expédie à Paris 90 caisses d’échantillons en 1797. La Société d’Agriculture de Paris envoie un jeune botaniste, Joseph Martin, à l’île de France (actuelle île Maurice), afin d’y chercher des échantillons de plantes à épices ; il en ramènera aussi l’arbre à pain d’Océanie. Bernard de Jussieu acclimate au Jardin des Plantes l’acacia, le tabac et le cèdre du Liban.

  • 29 E. Soreau, L’Agriculture... [25], p. 222.

29Ces implantation ne sont, d’ailleurs, pas seulement tentées dans les colonies ou dans cet exceptionnel lieu expérimental qu’est alors le Jardin des Plantes du Roi. On cherche toujours, en effet, à acclimater les produits exotiques en métropole. Le cas de la pomme de terre est bien connu, grâce à la campagne active et efficace de Parmentier et de quelques naturalistes, mais il est loin d’être le seul. On remarquera en outre que les autorités sont toujours parties prenantes dans l’affaire. Ce sont elles, par exemple, qui, dans la seconde moitié du siècle, achètent à l’étranger des semences de lin de Riga, de Sibérie et de Zélande, espèces plus résistantes, pour les distribuer gratuitement à des paysans français.29

  • 30 P. Jean-Baptiste Labat, Nouveau voyage aux îles de l’Amérique (1696). Paris : Théodore le Gras, 174 (...)
  • 31 Ibid., p. 223.

30Parfois, on essaie d’introduire des cultures plus surprenantes (tout au moins pour l’époque) : à la charnière des XVIIème et XVIIIème siècles, le père Labat tente la culture de la patate douce à La Rochelle30 ; en 1740, la marquise de Pompadour fonde une société par actions dont le but est de créer des rizières en France31 ; l’aventure échoue, parce que l’essai a lieu dans l’Allier, et que la compagnie n’arrive, apparemment, pas à obtenir des semences de riz de montagne, espèce adaptée à la zone d’expérimentation. Mais l’idée demeure intéressante.

31La volonté des autorités d’étendre l’éventail des cultures — alimentaires, bien sûr, mais aussi industrielles (teintures, textile) — est indéniable et a joué un rôle essentiel dans l’envoi d’expéditionnaires français. Le botaniste André Thouin présente en ces termes le voyage auquel son ami Dombey est promis :

  • 32 A. Thouin, Lettre à J. Dombey, août 1775, in HAMY, Dombey... [14], p. 3.

Ce ministre [Turgot] vous destine, Monsieur, à une commission secrète ; par ce que j’en peux juger c’est pour un voyage de très long cours et pour aller chercher des productions que l’on voudrait naturaliser dans nos climats, ce qui me laisse penser cela, c’est que M. Turgot m’a demandé un mémoire détaillé des plantes et des arbres étrangers utiles aux arts ou à l’alimentation des hommes qui se pouvaient cultiver en Corse ou en Provence.32

Les infrastructures d’acclimatation

  • 33 Voir P. S. Dupont de Nemours, Mémoires sur la vie et les ouvrages de M. Turgot... [3], t. II, p. 18 (...)

32Il semble bien que l’acquisition de la Corse par la France en 1768, si elle a des raisons politiques évidentes, comme l’affirmation de la présence française en Méditerranée, doive être aussi très probablement située dans cette perspective d’acclimatation. En effet, le climat doux dont bénéficie l’île devait permettre, pensait-on, d’y naturaliser les plantes importées des pays chauds. On notera d’ailleurs que les premières mesures prises par les Français vont dans le sens du développement agricole de la nouvelle province : envoi d’un “expert” en cet “art”, l’abbé Rozier, chargé d’étudier la création d’une école d’Agriculture et de tenter d’introduire la culture du thé ; octroi de primes pour la culture des arbres fruitiers, des oliviers et des mûriers ; appel à des paysans étrangers à l’île pour la mise en valeur de certaines terres délaissées — des Génois sont installés à Chiari près d’Ajaccio, des Lorrains, à Poretta au sud de Bastia, des Grecs à Cargese —, et mise en place d’une politique de “grands travaux” : construction de la route Bastia-Corte-Ajaccio, assèchement de certaines zones marécageuses de la côte orientale.33

33Parallèlement à cela, les autorités françaises adaptent les infrastructures botaniques de la métropole à la politique d’acclimatation. Cette attitude n’est pas nouvelle, mais se trouve systématisée au XVIIIème siècle. Déjà, en 1636, Guy de la Brosse, intendant du “Jardin des Plantes médicinales du Roi”, parlait avec enthousiasme des orangers, des palmiers et de la canne à sucre qu’il avait naturalisés dans ce lieu privilégié de Paris qui perdait peu à peu son caractère pharmaceutique.

34Plus tard, un de ses successeurs, Guy Fagon (1697-1718), soigna les fièvres — plus ou moins paludéennes — de Louis XIV avec l’écorce d’un quinquina cultivé dans ce même jardin ; le même intendant y entreprit également la culture du thé, du café, du cacao.

  • 34 Cité par Yves Laissus, "Le jardin du roi", in René Taton, Enseignement et diffusion des sciences en (...)

35En 1719, son successeur direct, Pierre Chirac, plaçait le jardin des Apothicaires de Nantes sous le contrôle de celui de Paris et le destinait à être « un dépôt et un séminaire de notre dit Jardin, pour le soin et la culture des plantes des pays étrangers »34.

  • 35 Condorcet, Lettre à Turgot, juillet 1774, in Ch. Henry, Correspondance inédite de Condorcet et de T (...)

36En 1726, une ordonnance du 9 septembre complétait la décision antérieure en obligeant les capitaines des navires qui abordaient dans ce grand port atlantique à déposer dans ce jardin graines et plants rapportés des pays étrangers. Presque un demi-siècle plus tard, en 1774, Condorcet suggérait la création d’un jardin semblable à Hyères, destiné à recueillir les plants et semences importés de toute la zone méditerranéenne.35

37C’est dans le cadre de cette politique réfléchie qu’il faut situer les nombreuses expéditions françaises organisées vers les régions du globe riches en possibilités botaniques.

Les bonnes relations avec l’Espagne

38On peut cependant se demander pourquoi c’est l’Amérique espagnole qui a fait l’objet de la plus grande attention ; souvenons-nous : presque la moitié des voyages français au cours des cent ans qui nous intéressent ici : 45,5 %.

39A cela il y a plusieurs raisons.

40D’abord, les bonnes relations politiques et diplomatiques qu’entretiennent les deux pays, confortées souvent dans l’adversité : la lutte contre l’Anglais. On ne peut pas oublier, en effet, les trois Pactes de Famille qui les ont unis en 1733, 1743 et 1761.

41Dès le début du siècle, cette bonne entente se traduit par une collaboration active sur le plan scientifique, collaboration non dépourvue d’arrière-pensées impérialistes de la part de la France, bien entendu. L’installation d’un Bourbon sur le trône d’Espagne aiguise alors les appétits français. Notre voisine n’est pas dupe — de là sa grande prudence dans l’octroi des visas pour l’Amérique —, mais elle a besoin des savants français pour combler son retard en la matière.

  • 36 Remarquons qu’à la suite de son remariage avec Isabelle Farnèse, ce seront des praticiens italiens (...)

42Avec l’arrivée de Philippe V à Madrid, affluent les médecins, les chirurgiens, les dentistes et autres praticiens de la santé.36 Ces spécialistes, qui vont aider à former les Espagnols, portent les noms de Francisco La Rive, Pablo Petit, Blas Beaumont, Juan Bautista Boyer, Juan Antonio Lafitte, Luis Dette, etc.

43Plus tard dans le siècle, le gouvernement espagnol fait venir des spécialistes pour qu’ils lancent des sciences non encore écloses en Espagne, comme la Chimie. Ainsi François Chavaneau enseignera cette discipline au séminaire de Vergara (où il sera le premier au monde à épurer le platine), et Louis Proust fondera le laboratoire de Chimie de Ségovie, puis celui de Madrid (où il découvrira, en 1799, le glucose).

44Enfin, le gouvernement espagnol envoie des boursiers se former à l’étranger : en Angleterre, en Écosse, en Italie, et, plus particulièrement, en France : beaucoup de futurs grands médecins espagnols suivent ainsi les enseignements des professeurs français de Médecine à Paris ou en province (Montpellier, par exemple).

45On le voit, tout au long du siècle des Lumières, un réseau serré de relations se tisse entre la France et l’Espagne, spécialement dans le domaine scientifique. On comprend donc que les Français aient tout naturellement dirigé vers l’Amérique espagnole leurs expéditions scientifiques qui ne furent pas toutes botaniques (ou pas exclusivement botaniques) : en 1735, Bouguer et La Condamine vont en Équateur mesurer le méridien terrestre ; en 1769 l’abbé Chappe d’Auteroche se rend en Californie, afin d’y observer le passage de la planète Vénus devant le Soleil.

Méfiance des Espagnols

  • 37 Cf. Jean-Paul Duviols, Voyageurs français en Amérique... [4], p. 158.

46L’intérêt exprimé par Chappe d’Auteroche pour les régions de l’empire espagnol qu’il visite est, à ce titre, révélateur du nationalisme ambiant : il provoque très vite, par contrecoup, l’occupation et l’annexion par l’Espagne de la Haute-Californie où s’est déroulée cette expédition astronomique.37 D’une façon générale, les Espagnols se méfient de cette volonté de présence française. Et, même s’ils ne refusent pas la collaboration strictement scientifique avec leurs voisins d’outre-Pyrénées, ils la contrôlent en permanence, aussi bien par un octroi restreint des visas que par une surveillance permanente des savants une fois sur place.

47Ils tiennent à bien marquer que c’est eux qui accordent les autorisations ; Dombey a ainsi eu droit à une remontrance acerbe à ce sujet :

  • 38 J. Dombey, Lettre à André Thouin (Madrid, 11 nov 1776), in Hamy, Dombey... [14], p. 6.

Monsieur Magallon lui-même m’a fait témoigner, par M. Ortega, qu’il était également surpris de ce que mes brevets ne faisaient pas mention de la permission que la Cour d’Espagne avait donnée ; qu’il paraissait qu’on m’envoyait au Pérou comme dans un pays de la domination française [...]38.

48Il doit, bien évidemment, ne s’intéresser qu’à ce qui fait strictement l’objet de sa mission : la Botanique.

  • 39 Literario signifie à l’époque bien souvent “scientifique”.
  • 40 José de Galvez, "Instrucción a que deben arreglarse los sujetos destinados por S. M. a pasar a la A (...)

[...] pues siendo este viaje y comisión puramente literarios39, no deberán [sus miembros] salir, tanto los profesores [Ruiz et Pavón] como Mr. Dombey y los que la acompañasen del estudio y atención a que deben limitarse.40

49Quant aux contrôles, le même savant nous fournit de nombreuses preuves de leur existence. On sait, par exemple, que tout son courrier doit passer par la voie officielle, et se trouve donc lu par les autorités espagnoles avant de parvenir à ses correspondants :

  • 41 J. Dombey, Lettre à André Thouin (Lima, 11 déc. 1778), in Hamy, Dombey... [14], p. 41.

J’aurais désiré trouver un moyen de vous faire parvenir par quelque voie plus courte les plantes et les semences à mesure que nous les desséchons, mais toute autre voie que celle du Ministre d’Espagne nous est défendue par un article des instructions que j’ai reçues de la Cour d’Espagne dont je ne dois pas m’écarter si je veux finir mon voyage.41

50Il est, enfin, physiquement surveillé, même après son retour en Espagne :

  • 42 J. Dombey, Lettre à André Thouin (Cadix, 18 mars 1785), in Hamy, Dombey... [14], p 141.

MM. les Espagnols, qui ne m’ont jamais perdu de vue, sont eux-mêmes étonnés du peu d’égard que l’on a pour moi et sans la crainte de manquer à mes amis, j’aurais déjà abandonné Cadix.42

  • 43 Arthur R. Steele, Flores para el rey. La expedición de Ruiz y Pavón y la "Flora del perú" (1777-178 (...)

51Certes, au début, les voyageurs officiels français sont acceptés par les autorités, avec, tout de même, la présence à leur côté, comme dans le cas de l’expédition Bouguer-La Condamine, de deux jeunes officiers de Marine qui, bien qu’encore apprentis scientifiques, doivent être considérés par les Français comme leurs égaux43 ; par la suite, cependant, les expéditions seront officiellement dirigées par des Espagnols —parfois tout aussi jeunes, comme dans le cas de Ruiz et Pavón —, les Français (Dombey, en l’occurrence) ne jouant officiellement qu’un rôle d’appoint (alors qu’en réalité il est le seul savant confirmé).

Pourquoi le Pérou ?

  • 44 Ce témoin, Jacques de Bordenave, est un prêtre Français, installé au Pérou où il finit sa carrière (...)

52Ces expéditions, qui se déroulent dans les conditions qui viennent d’être rappelées, ont, pour une grande majorité d’entre elles, le Pérou pour but. On peut se demander pourquoi, depuis la fin du XVIIème siècle, cette région de l’empire espagnol a plus particulièrement eu la faveur de la France. Ce paraît être, en effet, un but “naturel” pour les savants de ce pays, puisqu’un témoin écrit, en 1778, que l’arrivée de Dombey n’est pas une surprise, car « il y a déjà du temps que l’on savait à Lima que la France devait envoyer au Pérou un botaniste ».44 A cela deux explications, complémentaires l’une de l’autre, peuvent être proposées : D’abord, le Pérou, est, pour les Français de cette époque, synonyme d’Amérique du Sud. On lit, en effet, dans un dictionnaire publié à l’extrême fin du siècle, en 1799, la définition suivante :

  • 45 J. Peuchet, Dictionnaire de géographie commerçante. Paris : Impr. Testu, an VII [1799], t V, art. " (...)

Suivant les géographes d’un temps peu éloigné, le Pérou, étant une partie considérable de l’Amérique méridionale, celle-ci a pris quelquefois le nom de péruvienne.45.

  • 46 En effet J. Peuchet maintient la composition (erronée) suivante : « Le gouvernement, ou la vice-roy (...)

53On voit très nettement le décalage qu’il y a entre la réalité et la connaissance que l’on en a, et ce, malgré les (plutôt bonnes) relations qui existent entre la France et l’Espagne. N’oublions pas, que la vice-royauté du Pérou a subi, à la suite des réformes du siècle des Lumières, plusieurs cures d’amaigrissement qui lui ont fait perdre une grande partie des territoires qui lui étaient attachés : la Nouvelle-Grenade, dès 1717, et le Río de la Plata en 1776. En fait, l’auteur du dictionnaire en question, J. Peuchet, s’est contenté de reproduire les notes qu’avait préparées l’abbé Morellet en 1762-1770, sans y apporter les retouches qu’auraient dû entraîner les évolutions politiques et administratives de la colonie.46 Cet exemple permet d’apprécier toute la relativité des connaissances françaises de l’Amérique espagnole, qui semble bien n’être alors pour les Français qu’une aussi vaste que vague entité géographique. Mais qui est surtout perçue comme riche. C’est presque un mythe.

54L’autre attrait du Pérou, en effet, c’est aussi qu’il est souvent assimilé à l’Eldorado. Depuis que cette contrée est connue en Europe, elle a été considérée comme le lieu de toutes les richesses, ce que manifeste, en privilégiant une des provinces péruviennes, l’expression espagnole « ¡Esto es Jauja! », qui est à peu près l’équivalent du “pays de cocagne”. Pour ce qui est de la perception française de cette partie de l’Amérique, elle est clairement exprimée par une phrase célèbre entre toutes, celle que prononça Sully en réponse à Henri IV qui se plaignait que la France ne possédât point de richesses coloniales comme en avait l’Espagne en Amérique ; cette phrase, souvent mal citée, dit précisément :

  • 47 Rapportée par lui-même dans ses mémoires intitulées Économie royale.

Labourage et pâturage sont les deux mamelles dont la France est alimentée et les vraies mines et trésors du Pérou.47

  • 48 Et ce, à deux reprises dans sa correspondance : Lettres à André Thouin de Lima, 20 avr. 1779, et Hu (...)

55Au fil des siècles, on continue à pratiquer ce rapprochement — Pérou égale richesses — ; on est seulement de plus en plus attentif aux richesses autres que les métaux précieux. Surtout en ce temps où les idées physiocratiques sont au goût du jour et où plusieurs de leurs tenants sont au pouvoir ou proche de lui. Et lorsque Dombey qualifie le Pérou de « paradis terrestre »48, il faut situer cette dénomination dans cette lignée philosophico-politique : on y trouve tout en abondance, et particulièrement les productions végétales.

Le manque de moyens

56Dans la lutte sans merci que se livraient les grandes puissances, la participation à la connaissance de ce « paradis terrestre » est donc capitale. Elle explique les efforts des Espagnols ; efforts qui, d’ailleurs, ne se limitent pas aux expéditions scientifiques avec les Français, puisqu’il y aura, organisées depuis Lima, puis plus tard depuis Huánuco, vers ce riche Pérou intérieur de nombreuses missions (jésuites, ensuite franciscaines) et de fréquentes expéditions politiques (lancées par les vice-rois et les gouverneurs de la colonie). Et il faut reconnaître que, d’une façon générale, les efforts financiers des Espagnols ont été bien supérieurs à ceux des Français dans cette affaire.

  • 49 En octobre 1776, par exemple, le nouveau contrôleur général des Finances, Tabureau des Réaux écrit (...)

57Ainsi Dombey se plaint souvent, dans ses lettres que son gouvernement — malgré ses déclarations49 — ne lui donne pas les moyens de mener à bien sa tâche.

58Il écrit, peu après son arrivée à Lima :

  • 50 J. Dombey, Lettre au comte d’Angivillers (Lima, 20 déc. 1778), in Hamy, Dombey... [14], p. 247.

J’ai bien du chagrin de ce que le gouvernement français ne m’ait pas donné des dessinateurs. Il aurait pu, par ce moyen, se procurer une collection rare et précieuse dans tous les règnes de l’histoire naturelle.50

59Cinq ans plus tard, sa situation ne s’est guère améliorée, comme en font foi ses regrets :

  • 51 J. Dombey, Lettre à Mme du Gage (Santiago du Chili, 20 daoût 1783), in Hamy, Dombey... [14], p. 268

Elle [sa collection de plantes] pourrait être plus volumineuse, mais les efforts, quoique considérables, n’ont pas été secondés par les moyens.51

  • 52 Cf. A. R. Steele, Flores para el rey... [43], pp. 56-57.

60En effet, alors que ses compagnons de voyage espagnols perçoivent de leur gouvernement 2 000 pesos chacun, Dombey ne reçoit du sien que 6 000 livres, soit 1 200 pesos. Ajoutons à cela qu’alors qu’il ne touche rien d’autre, les deux botanistes espagnols voient leurs frais de livres, d’instruments et de fournitures diverses (caisses d’emballage, papier pour les herbiers, etc.) pris en charge par leur gouvernement, qui leur alloue, en outre, un fonds supplémentaire global de 3 000 pesos pour les urgences.52

61On a peut-être là en germe ce qui sera une des caractéristiques de l’expansion coloniale française au XIXème siècle et que les historiens appellent “la politique des petits paquets”, qui consistera à disperser les investissements, de telle sorte que ceux-ci auront beau être énormes dans leur ensemble, ils seront assez peu efficaces, car trop dispersés et donc faibles pour chaque opération.

Conclusion

  • 53 Cf. Dictionnaire universel théorique et pratique du commerce et de la navigation. Paris : Guillaumi (...)

62Il est évident que, dans le cas qui vient d’être évoqué, l’Espagne est intéressée de plus près à la réussite de l’expédition, puisqu’elle se déroule dans son empire. Certes, le roi de France se préoccupe de son propre prestige et, par là, de celui de son royaume, mais les retombées économiques des voyages scientifiques ne peuvent pas lui être indifférentes. Le gouvernement français, de son côté, espère tirer quelque profit — outre la gloire — de sa participation à l’aventure. Quand on fait, à la fin du siècle, le bilan de ce qu’ont pu apporter à la France toutes ces expéditions, on s’aperçoit qu’il est finalement très bénéfique : d’une part, le prestige du pays est grand, et, d’autre part, beaucoup de plantes ont été acclimatées, souvent d’une façon définitive, en France et dans les territoires qui en dépendent, où leur culture offre parfois un revenu important : par exemple, en 1789, les Antilles française fournissent les trois-quarts du café consommé en Europe.53 En même temps, la connaissance qu’a du monde cette puissance a énormément progressé : les découvertes — grâce au Jardin des Plantes, au Muséum d’Histoire naturelle, aux herbiers privés et aux collections publiques, aux flores publiées — sont désormais à la portée des savants français. Le monde est entre leurs mains.

63L’expansion coloniale du XIXème siècle est possible, puisque :

  • 54 Prince Charles Nicolas de Nassau-Siegen, Voyage de la frégate la Boudeuse et de la flûte l’Étoile a (...)

Toutes les richesses du globe appartiennent à l’Europe que les sciences ont rendue souveraine des autres parties.54

Notes

1 Il n’est pas question ici des voyageurs-espions dont parle Jean-Paul Duviols, et dont les journaux de bord étaient destinés « à susciter l’envie des commerçants et des colons potentiels » ; ces expéditions, contrairement à celles à but scientifique, étaient organisée en infraction à la législation espagnole par « de riches marchands ou des compagnies privées plus ou moins "encouragés" par leurs gouvernements respectifs » (L’Amérique espagnole vue et rêvée. Les livres de voyages de Christophe Colomb à Bougainville. Paris : Promodis, 1985, p. 237).

2 "Épître IV", citée par Jean-Paul Duviols, L’Amérique espagnole vue et rêvée... [1], p. 444.

3 P. S. Dupont de Νemours, Mémoires sur la vie et les ouvrages de M. Turgot, Ministre d’État. Philadelphie, 1782, t. II, p. 189.

4 Voir, entre autres ouvrages : Numa Broc, La géographie des philosophes. Géographes et voyageurs français au XVIIIème siècle. Lille : Atelier national de Reproduction des Thèses, 1972 ; Gilbert Chinard, L’Amérique et le Rêve exotique dans la Littérature française au XVIIème et au XVIIIème siècles. Paris : Hachette, 1913 ; Michèle Duchet, Anthropologie et Histoire au siècle des Lumières. Paris : Maspero, 1971 ; Jean-Paul Duviols, Voyageurs français en Amérique (Colonies espagnoles et portugaises). Paris : Bordas, 1978, et L’Amérique vue et rêvée... [1] ; P. Fournier, Les voyageurs naturalistes du clergé français avant la Révolution. Paris : Paul Lechevalier et fils, 1932 ; Silvio Zavala, América en el espíritu francés del siglo XVIII. Mexico, El Colegio de México, 1949.

5 Certes, ce relevé n’est probablement pas exhaustif, mais il doit tout de même une approcher la réalité d’assez près.

6 Spectacle de la nature. Paris, 1732, 8 vols. in-12°.

7 Georges Gusdorf, Dieu, la nature, l’homme au siècle des Lumières. Paris : Payot, 1972 ("Les Sciences humaines et la Pensée occidentale", vol. V), p. 257.

8 Buffon, Histoire naturelle, "Première vue ! ". Paris : Imprimerie nationale, t. XII, 1764 ; in Œuvres philosophiques. Paris : P.U.F., 1954, p. 33 b.

9 Maupertuis, Discours sur la mesure du degré du méridien au cercle polaire, "Préface" (16 avr. 1738) ; in M. Chaulanges et al., Textes historiques. Le XVIIIème siècle, 1715-1789. Paris : Delagrave, 1961, p. 106.

10 "Por una antropología de la ciencia. Las expediciones ilustradas españolas como ‘potlatch’ reales", Revista de Indias. Madrid, vol. XLVII, n° 180, mai-août 1987, pp. 533-546. Dans le même numéro de cette revue — entièrement consacré aux expéditions scientifiques du XVIIIème siècle —, on lira avec profit, dans la même lignée, l’article de Fernando Monge Martínez sur "La honra nacional en las expediciones de Cook y Malaspina : una visión antropológica", pp. 547-558.

11 Fermín del Pino insiste, tout au long de son travail, sur l’emploi très fréquent du mot "gloria" dans les textes qui traitent alors de cette question.

12 Condillac, Le Commerce et le Gouvernement considérés relativement l’un à l’autre. Paris : Letellier et Maradan, an III [1795], p. 214.

13 Cité par Michel Devèze, L’Europe et le monde à la fin du XVIIème siècle. Paris : Albin Michel, 1970 (Coll. "L’Évolution de l’Humanité", n° 27), p. 230.

14 « grandes ventajas para el adelantamiento de las Artes y Ciencias, y por consiguiente para el bien de la Humanidad » (J. de Gálvez, "Instrucción a que deberán arreglarse los sujetos destinados por S. M. para pasar a la América Meridional [...]" (8 avr. 1777), art. 20, in Ernest-Théodore Hamy, Joseph Dombey, médecin naturaliste, archéologue, explorateur du pérou, du Chili et du Brésil (1778-1785)·— Sa vie, son œuvre, sa correspondance [...]. Paris : E. Guilmoto, 1905, p. 327).

15 J. Dombey, Lettre à André Thouin (Lima, 20 avr. 1780), in Hamy, Dombey... [14], p. 56.

16 Jussieu et Lacépède, Lettre au citoyen L’Héritier. Paris, 24 vendémiaire an VI [15 oct. 1797], in Hamy, Dombey... [14], p. 391.

17 Ce phénomène touche, bien évidemment, tous les secteurs de la science. Dombey, par exemple, ayant découvert à son tour le salpêtre de la côte sud du Pérou, émet quelques hypothèses sur ce minéral et les rend publiques par l’intermédiaire de l’abbé Rozier ("Sur le salpêtre naturel du Pérou [...]", dans les Observations sur la physiques. Paris, t. XV, pp. 212-214). Il écrit à ce sujet au ministre de qui dépend son voyage : « Je me suis hâté de les publier avant de m’être assuré de la vérité, parce que dans ce moment les savants de l’Europe encouragés par les gouvernements travaillent sur cet objet [...] » (Lettre au comte d’Angivillers, Lima, 20 déc. 1778, in Hamy, Dombey... [14], p. 249).

18 J. Delumeau, La Peur en Occident. Paris : Fayard, 1978, p. 165.

19 Voltaire, Dictionnaire philosophique, art. "Blé". Paris : Fortic et Verdière, 1826, t. 3, p. 16.

20 E. J. F. Barbier, Journal d’un bourgeois de Paris sous Le règne de Louis XV, 1739.

21 P. Francisco González Laguna, "Memoria de las plantas extrañas que se cultivan en Lima introducidas en los últimos 30 años hasta el de 1794", Mercurio Peruano, vol. XI, n° 367, 10 juillet 1794, p. 164.

22 Cité par Ε. T. Hamy, Dombey... [14], "Avant-propos", p. II.

23 Condorcet, Lettre datée de juillet 1774, in Charles Henry, Correspondance inédite de Condorcet et de Turgot (1770-1779). Paris : Charavay Frères, 1883, p. 181.

24 J.-P. Duviols, L’Amérique espagnole vue et rêvée.... [1], pp. 237-238.

25 Edmond Soreau, L’Agriculture du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle. Paris : E. de Boccard, 1952 (Coll. "L’Agriculture à travers les âges", vol. V), p. 227.

26 Cf. J.-P. Clément, "D’Arabie en Amérique : la grande migration du café", Hommage au Professeur Paul Roche. Nantes, Institut d’Études hispaniques, 1992, pp. 19-33.

27 Les autorités françaises demandent à Dombey de faire « des essais sur la culture de la cannelle qui est abondante au Pérou » (Lettre à André Thouin, Madrid, 5 décembre 1776, in Hamy, Dombey... [14], p. 9).

28 Voir M. Devèze, L’Europe et le monde... [13], p. 528.

29 E. Soreau, L’Agriculture... [25], p. 222.

30 P. Jean-Baptiste Labat, Nouveau voyage aux îles de l’Amérique (1696). Paris : Théodore le Gras, 1742, t. II, pp. 400-401 et 406.

31 Ibid., p. 223.

32 A. Thouin, Lettre à J. Dombey, août 1775, in HAMY, Dombey... [14], p. 3.

33 Voir P. S. Dupont de Nemours, Mémoires sur la vie et les ouvrages de M. Turgot... [3], t. II, p. 189 ; et Louis COMBY, Histoire de la Corse des origines à nos jours. Paris, Les Cahiers de l’Histoire, 1970, p. 56.

34 Cité par Yves Laissus, "Le jardin du roi", in René Taton, Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle. Paris : Hermann, 1964, p. 293 n.

35 Condorcet, Lettre à Turgot, juillet 1774, in Ch. Henry, Correspondance inédite de Condorcet et de Turgot... [23], p. 181.

36 Remarquons qu’à la suite de son remariage avec Isabelle Farnèse, ce seront des praticiens italiens qui accourront dans la Péninsule.

37 Cf. Jean-Paul Duviols, Voyageurs français en Amérique... [4], p. 158.

38 J. Dombey, Lettre à André Thouin (Madrid, 11 nov 1776), in Hamy, Dombey... [14], p. 6.

39 Literario signifie à l’époque bien souvent “scientifique”.

40 José de Galvez, "Instrucción a que deben arreglarse los sujetos destinados por S. M. a pasar a la América Meridional [...]" (8 avr. 1777), art. 19, in HAMY, Dombey... [14], p. 327.

41 J. Dombey, Lettre à André Thouin (Lima, 11 déc. 1778), in Hamy, Dombey... [14], p. 41.

42 J. Dombey, Lettre à André Thouin (Cadix, 18 mars 1785), in Hamy, Dombey... [14], p 141.

43 Arthur R. Steele, Flores para el rey. La expedición de Ruiz y Pavón y la "Flora del perú" (1777-1788). Barcelone, Serbal, 1982, p. 22.

44 Ce témoin, Jacques de Bordenave, est un prêtre Français, installé au Pérou où il finit sa carrière comme chanoine de la cathédrale de Lima ; il avait été l’ami de Joseph de Jussieu ; il avait hispanisé son nom : Santiago de Bordanave, Lettre à Antoine-Laurent de Jussieu, Lima, 20 avr. 1778, in HAMY, Dombey... [14], p. 335.

45 J. Peuchet, Dictionnaire de géographie commerçante. Paris : Impr. Testu, an VII [1799], t V, art. "Pérou", p. 344 a..

46 En effet J. Peuchet maintient la composition (erronée) suivante : « Le gouvernement, ou la vice-royauté du Pérou n’embrasse proprement aujourd’hui que les pays qui sont sous la juridiction des audiences de Lima, de Las Charcas et du Chili, sous lesquelles néanmoins sont encore compris les gouvernements de santa-Cruz, de la Sierra, du paraguay, de Tucuman et de Buenos-Aires » (Ibid.).

47 Rapportée par lui-même dans ses mémoires intitulées Économie royale.

48 Et ce, à deux reprises dans sa correspondance : Lettres à André Thouin de Lima, 20 avr. 1779, et Huánuco, 20 mai 1780 (in Hamy, Dombey... [14], p. 53 et 66).

49 En octobre 1776, par exemple, le nouveau contrôleur général des Finances, Tabureau des Réaux écrit à Dombey : « L’objet du voyage que vous avez entrepris est trop utile aux Sciences pour que vous n’ayez pas lieu de compter sur la protection du Gouvernement. » (in Hamy, Dombey... [14], p.. 215 n.).

50 J. Dombey, Lettre au comte d’Angivillers (Lima, 20 déc. 1778), in Hamy, Dombey... [14], p. 247.

51 J. Dombey, Lettre à Mme du Gage (Santiago du Chili, 20 daoût 1783), in Hamy, Dombey... [14], p. 268.

52 Cf. A. R. Steele, Flores para el rey... [43], pp. 56-57.

53 Cf. Dictionnaire universel théorique et pratique du commerce et de la navigation. Paris : Guillaumin et Cie, 1859, p. 458 a.

54 Prince Charles Nicolas de Nassau-Siegen, Voyage de la frégate la Boudeuse et de la flûte l’Étoile au Paraguay et sur les côtes de la Californie [...] (1767), f° 128, cité par J.-P. Duviols, L’Amérique espagnole vue et rêvée.... [1], p. 467.

Auteur

Université de Poitiers - C.I.A.E.C.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540