Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire la concurrence

 | 
Patrick Castel
, 
Léonie Hénaut
, 
Emmanuelle Marchal

Partie II - La concurrence aux mains d’acteurs réflexifs

Le monopole des professions : inclure, exclure, redéfinir la concurrence

Léonie Hénaut

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La notion de monopole occupe une place de choix dans les travaux de sociologie des professions. Elle a été utilisée par les auteurs fonctionnalistes pour désigner une étape du processus de professionnalisation au terme duquel certaines activités deviennent des professions établies (Wilensky, 1964), puis par les interactionnistes pour décrire « l’idéal » qui structure plus généralement les aspirations et les revendications professionnelles (Chapoulie, 1973). Dans tous les domaines d’activité, en effet, les professionnels cherchent à ce que leur marché du travail soit protégé en étant soumis à une autorisation d’exercer ou license délivrée par l’Etat (Hughes, 1958). Plus récemment, les auteurs dits néo-wébériens ont fait de la constitution de monopoles non plus un aspect mais le cœur de la dynamique des groupes professionnels (Larson, 1977 ; Abbott, 1988). Ils empruntent à Max Weber l’idée selon laquelle les professions résultent d’un processus de « clôture » ou de « fermeture sociale...

© Presses des Mines, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable